26 Juin

Toulouse : la plate-forme musicale Allive poursuit son développement

Le Neflix musical 100% français et équitable est né à Toulouse. 4 jeunes se sont lancés dans cette aventure pour promouvoir les artistes émergeants et les rémunérer différemment. Ils font appel au financement participatif pour accélérer leur développement.

Présentation plateforme ALLIVE © allive

Début 2021, une start-up toulousaine lance la première plateforme vidéos par abonnement exclusivement musicale. Histoire de sortir un peu du marasme pour le milieu artistique sans visibilité et oublié. L’objectif : soutenir et faire connaître des artistes en leur permettant d’être rémunérés de manière équitable. La plateforme est fonctionnelle depuis les ordinateurs mais ses fondateurs veulent maintenant aller plus loin.

Des applications sur Apple et Android

100% française, 100% musique, 100% équitable dit le slogan pour promouvoir ce nouveau mode de consommation de la musique en live. Le lancement s’est fait avec un prestataire technique, les fondateurs voudraient maintenant être complètement maîtres des flux et de la qualité. « Nous voulons ainsi garantir une meilleure qualité pour l’abonné : design, fluidité, rapidité, qualité vidéo supérieure mais aussi pour les artistes qui nous font confiance. On pourrait par exemple leur permettre d’intégrer des contenus et des stats », assure Antoine Garcia, l’un des quatre d’Allive.

S’ils franchissent l’un des premiers objectifs demandés sur la plateforme Ulule, les 8 000€ récoltés permettront de lancer l’application sur Apple et Android, car c’est surtout là que se génère le trafic. Cette nouvelle étape donnera de la visibilité à la plateforme. Elle permettra aussi une meilleure répartition pour les artistes en fonction des visionnages sur le site et les smartphones. Pour Antoine Garcia, « les utilisateurs ne sont pas de simples spectateurs. Ils veulent voir où leur argent est allé. Sur les 4,99€ que coûte l’abonnement, 1,26€ va aux artistes. Ce système sera plus précis et plus clair pour les usagers et les artistes. » 

Le nouveau design devrait rappeler celui de Netlix ou encore BrutX.

Bilan des premiers mois

Allive commence à avoir un peu de visibilité. Surtout, les labels et les maisons de disques commencent à proposer des artistes. La plateforme compte une quarantaine d’artistes de tous genres musicaux, avec une centaine de vidéos. On y retrouve des lives sessions, concerts, clips et bientôt des documentaires. Les clips ne sont pas exclusifs et sont également sur des plateformes plus connues comme youtube. Simplement, les artistes ont une meilleure rétribution sur Allive. L’ordre des vidéos change tous les jours pour que chaque artiste soit mis en avant. Il y a des Toulousains : Margot Carteret, Fanel, Melle Line, pas vraiment des têtes d’affiche mais plutôt des émergeants.

Allive va aussi produire des lives en exclusivité, notamment un projet sur Paris pour produire 2 artistes. Les projets ne manquent pas, tout dépendra aussi des contributeurs Ulule. Les 45 jours de campagne de ce financement participatif se terminent le 21 juillet.  

ALLIVE

FINANCEMENT ULULE

@Benoit1Roux

@ecoute_voir

 

05 Fév

A Toulouse, une nouvelle série documentaire passionnante sur la création musicale qui suit la naissance d’une chanson

5 minutes pour retracer le processus créatif d’une chanson, c’est le concept de la série de documentaires musicaux « From play to rec ». Bien filmée, passionnante, souvent étonnante, on la doit à l’ingénieur du son Jeremy Dunne. Un nouveau volet sortira bientôt consacré au bluesman toulousain Slim Paul.

Jeremy Dunne lors de l’enregistrement du 4e opus de « From play to rec » Photo : Maud Mascré

Alors que Slim Paul Trio va bientôt sortir un nouvel album, Jeremy Dunne lui avait proposé de participer à cette nouvelle série : faire naître une nouvelle chanson sous le regard de caméras le plus possible discrètes.

2 jours pour faire une chanson

L’épisode 3 que vous verrez bientôt a été tourné juste avant l’écriture du nouvel album de Slim Paul Trio sur lequel la chanson « Dear neighboor » (cher voisin) figure. Jeremy Dunne est ingénieur du son. Il s’occupe également de « Nuance Records », une boîte de prod et label où l’on retrouve entr’autres l’artiste Renarde. Pour cette série documentaire, il propose un concept intéressant. « Les artistes ont 2 jours pour composer et écrire la chanson. Ensuite, je les accompagne en studio pour la produire. Au travers du morceau, l’idée c’est de dresser le portrait en filigrane de l’artiste. »

Slim Paul Trio – Dear Neighbor (Clip) From Play to Rec

D’origine irlandaise, Jeremy a beaucoup travaillé dans le hip hop, le rock et les musiques urbaines. Mais il ne voulait pas que ces documentaires soient une niche. L’éclectisme musical prévaut. « Il y a des styles très différents, avec des artistes méconnus ou avec de la notoriété comme Slim Paul. Dans les premiers documentaires, les formats étaient plus longs. Là on veut que ce soit plus vulgarisant, moins audiophile, que ça s’adresse au grand public et pas aux spécialistes. » D’où le format de 5 minutes qui ramène à l’essentiel.

Des premiers épisodes à l’étranger

IL y a 2 ans, Jeremy part tourner à l’étranger pour le premier épisode avec 2 groupes qui ne se connaissaient pas : « Haubi songs » (Suisse) et « UMM » (Belgique). Ils ont donné naissance devant les caméras au titre « Luzern ».

Quelques mois plus tard, arrive « One rusty band » filmé en Suisse. Il découvre alors un duo qui mélange Rock’N Roll, Tap-Dance (claquette), et Blues. Un postulat qui intrigue Jeremy qui veut en savoir davantage sur ce groupe qui est aussi lié à Toulouse. Ces 2 premiers numéros ont vu le jour grâce à un financement participatif qui permet de les visionner gratuitement aujourd’hui.

A la recherche d’un diffuseur

Dans son écriture initiale, le projet de Jeremy prévoit une vingtaine d’artistes, tous aussi différents. Mais pour mener à terme cette belle initiative, il lui manque des financements pour produire et un ou plusieurs diffuseurs dans les médias. Vu la qualité de ces différents numéros, certains devraient frapper à la porte, d’autant plus dans cette période où le monde musical est confiné à double tour.

Jeremy a aussi d’autres expériences originales à son actif comme celle de proposer des séances d’enregistrements publiques d’une chanson où artistes et public sont dispersés dans un lieu pour une écoute assez unique et immersive. La Halle de la cartoucherie, le studio Capitole, le Mama Shelter avec Renarde ont déjà participé à ces « open studio session ».

Ca commence comme « Bad news » de Moon Martin, mais c’est bien Renarde et son morceau « A l’envers » !

Une imagination fertile qui permet de voir la musique sous un autre regard. Hâte de voir et d’écouter la suite.

Benoît Roux

 

17 Déc

Roselyne Bachelot a du mal à convaincre les acteurs de la culture sur France Inter

Roselyne Bachelot était l’invitée de Léa Salamé et Nicolas Demorand sur France Inter ce jeudi matin. La question n’est pas la sincérité des propos mais les actions qui suivront. Durant cette interview, plusieurs acteurs culturels se sont exprimés et quelques annonces ont été faites.

Olivier Veran, Barbara Pompili et Roselyne Bachelot ministre de la Culture a la sortie du conseil des ministre le 16 décembre 2020 ©Sebastien Muylaert/MAXPPP

Ca a été un crève-cœur épouvantable de prendre cette décision, de trouver les mots devant tant de souffrance

Lors du grand entretien de France Inter, la Ministre a fait preuve de compassion. Mais le monde de la culture attend des mesures. Que faut-il retenir de son intervention sur la radio publique?

  • « Nous sommes en guerre » et l’esprit de résistance

Plusieurs auditeurs de France Inter en appellent à l’esprit de résistance vu que « nous sommes en guerre » selon la terminologie présidentielle. Dans le Tarn, la Scène Nationale d’Albi sera ouverte ce jeudi pendant 2 H pour accueillir du public. « Ce n’est pas un geste de désobéissance mais de résistance » selon sa directrice Martine Legrand qui a publié une lettre pour alerter sur la situation catastrophique que traverse le spectacle vivant. « Je comprends ce geste mais j’en appelle à la prudence », répond la Ministre.

Le directeur du Théâtre de la Closerie en Bourgogne Gérard André a interpelé en direct la ministre « Je ne suis pas absolument pas convaincu par votre intervention… Vous être en train de vendre la culture aux sites internet! »

Les artistes veulent travailler sur scène, Madame. Pas en streaming!

  • Les plateformes de streaming vont payer

C’est l’annonce principale de la Ministre ce matin. Des négociations ont eu lieu entre les professionnels du cinéma, les plateformes de streaming et l’audiovisuel. « Nous avons abouti à un accord qui vient d’être transmis à Bruxelles! ». Résultat : le géant Netflix par exemple va débourser environ 150 M € par an pour outenir la création.

  • Pourquoi les églises sont ouvertes et pas les salles de spectacle?

Si les églises sont aujourd’hui ouvertes, c’est une décision du Conseil d’Etat sur le principe de la liberté de culte. C’est un droit constitutionnel.

Les professionnels du cinéma et du théâtre ont saisi le même Conseil d’Etat pour demander une réouverture des salles. C’est une procédure en « référé liberté ». Une décision est attendue sous 48H. La Ministre apporte  une précision : « Je n’ai pas à en juger. Mais si la décision était favorable, les salles resteraient soumises au couvre-feu à partir de 20H. » 

  • Les cinémas ont perdu 1 Milliard avec la crise. Quelles sont les aides?

« Moi j’ai fait le bilan, nous avons apporté 1,1 milliard d’aides au monde du cinéma et de l’audiovisuel », répond Roselyne Bachelot. « Il y a aussi 535 millions d’euros de prêt garanti par l’Etat, 400 millions d’euros de mesures fiscales. On a été à leurs côtés pour surmonter cette crise ! »

  • Sur la définition de « Commerce essentiel » et sur des réouvertures « sur mesure »

« C’est une définition purement administrative s’insurge la Ministre. Évidemment que la culture est essentielle, elle est au cœur du projet politique français et ça dépasse même les clivages politiques. Y’a pas un pays qui fait autant pour les artistes !  » Roselyne Bachelot répondait ainsi au fait que dans d’autres pays, les lieux culturels sont restés ouverts. En Belgique, en Irlande par exemple, mais aussi en fonction des régions en Espagne ou au Portugal. Il y a 2 jours, la comédienne Jeanne Bélibar avait clamé son incompréhension sur la même antenne : « Je m’envole tout à l’heure pour aller jouer au Portugal, un pays qui n’a jamais fermé ni ses cinémas, ni ses théâtres, ni ses musées, ni même ses restaurants depuis le 1er juin ». Il faut tout de même préciser qu’au Portugal le nombre de morts de la Covid y a été multiplié par six entre le 1er juin et aujourd’hui. 

Mais pourquoi pas faire du sur mesure en France ? « On y travaille mais attention sur les mesures géographiques. Un secteur protégé aujourd’hui peut devenir à risque. Il faut éviter le stop and go. Rouvrir pour refermer quelques semaines plus tard serait dramatique pour les artistes. Et les situations sanitaires peuvent évoluer très vite ».

  • Réouverture le 7 janvier 2021?

La ministre de la Culture est restée plus que prudente quant à une hypothétique réouverture des lieux culturels le 7 janvier. Cette date est une simple « clause de revoyure » pour savoir si les conditions sanitaires sont suffisamment bonnes pour autoriser ou non les cinémas, théâtres et musées à accueillir à nouveau du public.

ECOUTER ROSELYNE BACHELOT SUR FRANCE INTER

Benoît Roux

01 Déc

Anne Sylvestre : 5 chansons et beaucoup d’engagements

Les chansons d’Anne Sylvestre décédée le 30 novembre 2020 ont fait grandir beaucoup d’enfants. Celles pour adultes n’ont pas eu une écoute à la hauteur de leur qualité. Celle que l’on compare souvent à Brassens pour le côté guitare-chant était bien plus engagée que lui. Exemple avec 5 chansons qui ont la puissance d’un hymne.

PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Lorsqu’elle débute sa carrière à la fin des années 50, Anne Sylvestre écrit, compose et interprète ses chansons. Ce qui était alors plus que rare pour une femme. Elle se produit à la fin des années 1950 dans des cabarets parisiens de la rive gauche, comme au Trois Baudets, où l’on croise aussi Bécaud, Perret, Ferré. Son premier disque, Mon mari est parti, sort en 1959. Pacifiste, en pleine guerre d’Algérie, elle conte dans cette chanson le désespoir d’une jeune femme qui espère le retour de son homme. 

En 68, elle interprète pourtant la « Chanson dégagée ». Une formulation qui rappelle une citation et l’esprit de Daniel Balavoine : « Je ne suis pas un artiste engagé; je suis un artiste dégagé. »

Y en a qui voudraient que je porte
Une oriflamme ou un couteau
Que je crie et que je m’emporte
Mais faudrait qu’ils se lèvent tôt
Il y a quinze ans et des poussières
Peut-être je leur aurais plu
J’ai pleuré pour ma vie entière
Maintenant je ne pleure plus

Un an avant la loi Veil sur l’avortement, elle chante « Non, tu n’as pas de nom ». Beaucoup y verront une chanson pour défendre l’avortement. « Ce n’était pas une chanson sur l’avortement mais une chanson sur l’enfant ou le non-enfant »,  a toujours précisé Anne Sylvestre. Un engagement sans faille pour les femmes avec de la « politique poétique » comme le dit Jeanne Cherhal.

« Comme une sorcière » parait en 1975. C’est devenu l’hymne féministe de plusieurs générations, une chanson qui parle aussi aux hommes. « Vous m’avez aimé servante / M’avez voulue ignorante / Forte, vous me combattiez / Faible, vous me méprisiez  » La destinée des femmes pendant des décennies, du militantisme qui n’oublie pas la finesse.

« Ecrire pour ne pas mourir » pourrait symboliser une carrière riche de 600 chansons. En 1978, il y aura « Douce maison » sur le viol, puis « Pas difficile » sur la misère, la magnifique  » Roméo et Judith » contre l’anti-sémistisme et « Les gens qui doutent ». Un hymne aux gens simples, à ceux qui passent « pour des cons » comme elle disait. « J’aime les gens qui n’osent / S’approprier les choses / Encore moins les gens / Ceux qui veulent bien n’être / Qu’une simple fenêtre / Pour les yeux des enfants  »

Une chanson devenue presque un étendard pour la nouvelle génération de la chanson française. Reprise par Vincent Delerm, Jeanne Cherhal, Albin de la Simone.

Il faudrait évoquer aussi la guerre avec la « Berceuse de Bagdad », « La faute à Eve » qui dénonce  la misogynie du christianisme et bien sûr la petite dernière : « Gay, marions-nous » en 2007. Un engagement joyeux et décontracté avec une femme qui demande à sa voisine de l’épouser.

« On voulait que les femmes parlent mais on ne les écoutait pas » déclarait il y a peu Anne Sylvestre en évoquant le mouvement MeToo. Aujourd’hui, les hommages pleuvent et on découvre qu’il y a beaucoup à écouter derrière les « Fabulettes » pour enfant.

Anne Sylvestre a écrit, composé, interprété ses œuvres. Elle a aussi créé sa propre maison de disque.

Écrire pour ne pas mourir
Écrire sagesse ou délire
Écrire pour tenter de dire
Dire tout ce qui m’a blessée

Une vie d’engagements ,d’indépendance et d’humanité profonde. Anne Sylvestre a beaucoup écrit et ses chansons vivront longtemps. 

Bonus track

Anne Sylvestre c’était aussi l’esprit et l’humour. Exemple avec cette très drôle « Lettre ouverte à Elise ». Après ça, Ludwig van Beethoven ne doit plus être sourd. Mémorable.

Benoît Roux

26 Nov

Le retour des concerts debout, des festivals, c’est prévu quand?

Lors de la conférence de presse de Jean-Castex ce jeudi 26 novembre, Roselyne Bachelot a précisé le calendrier de reprise des activités culturelles. D’abord les commerces, puis les salles de spectacle et de cinéma. Tout ceci évidemment à condition que la situation sanitaire le permette. Le ciel noir sous lequel se trouve la culture n’est pas encore dégagé.

Conférence de presse de Jean Castex et Roselyne Bachelot le 26 novembre 2020 Photo : EPA/LUDOVIC MARIN / POOL MAXPPP

En conférence de presse, le Premier Ministre et plusieurs de ses ministres sont venus préciser ce jeudi 26 novembre les annonces du Président de la République mardi. Pour la culture, la Ministre Roselyne Bachelot a pu préciser certaines choses.

Les 3 phases avant un début de normalité ?

  • Première étape, ce samedi 28 novembre. Nous assisterons à un allègement du confinement. Certains commerces fermés jusqu’alors pourront rouvrir, notamment l’ensemble des commerces liés à la culture. En fonction des communes, une ouverture le week-end ou au-delà de 19H sera permise. Les déplacements restent contraints et l’attestation reste obligatoire.
  • Deuxième étape le 15 décembre. Les salles de spectacle, les musées et les cinémas vont rouvrir. Un couvre-feu à partir de 21H remplacera le confinement. L’attestation de déplacement sera nécessaire seulement à partir de 21H. Les spectacles ou les projections de films devront donc se terminer avant 21H. « Il n’est pas question que les spectacles s’étendent au-delà, précise la ministre. Mais chacun aura le temps de rentrer chez lui . » Le ticket de cinéma ou la place pour la spectacle feront foi. C’est le « système d’horodatage » évoqué mardi par Emmanuel Macron. Comme les restaurants et les cafés seront toujours fermés, pas de tentation pour traîner en ville ou à la campagne.
  • Troisième étape le 20 janvier. Si la situation sanitaire l’autorise, alors le couvre-feu sera levé. Les cafés restaurants seront ouverts, y compris ceux qui sont rattachés à une salle de spectacle, un musée ou un cinéma.

 

Les protocoles sanitaires ne changent pas

Si vous êtes à la recherche de produits culturels, en quête d’un cadeau de Noël, les commerces sont soumis à une jauge : on passe de 4 m² par personne à 8 m², rayonnages compris. Ce sera le seul changement. Pour le reste, les salles de spectacle et de cinéma, les musées, devront appliquer les « mêmes protocoles qui étaient applicables pendant la période de couvre-feu qui a précédé le reconfinement : les mêmes règles de distanciation physique par groupe de six, le respect des gestes barrières, le port du masque pendant l’intégralité de la séance, la mise à disposition de gel hydroalcoolique ».

Discothèques, grandes salles, festivals, toujours en attente

Cette conférence de presse n’a pas permis de tout préciser. Les concerts debout sont toujours interdits et les grandes salles comme Bercy ou les Zeniths, risquent d’attendre pour retrouver des jauges acceptables. Pas un mot sur les festivals qui aimeraient savoir comment ils vont pouvoir s’organiser. Les jauges debout ne sont pas encore pour demain. Il faudra sans doute attendre au mieux le début du printemps pour assister au retour des concerts debout et festivals.

Du côté des discothèques lourdement impactées, le message est clair : pas de réouverture pour le moment a précisé Jean Castex.

Les conservatoires et les écoles de musique pourront reprendre le 15 décembre, à l’exception des cours de chant.

Benoît Roux

16 Nov

Ogres de Barback : 25 ans de partage de connexions

Les Ogres de Barback fêtent leurs 25 ans. Un groupe atypique, 4 frères et sœurs nés dans une famille de musiciens, guidés par le plaisir de l’échange. Toujours se renouveler pour apprendre de l’autre. Un disque live retrace ce parcours riche et métissé.

« Chanter libre et fleurir » dernier album des Ogres de Barback

Les Ogres de Barback sont nés en 1994 alors qu’Alice, Mathilde, Sam ou Fred n’avaient pas 25 ans. Les Burguière sont originaires d’Arménie. Ils vivent aujourd’hui aux quatre coins de l’hexagone mais ils font toujours de la musique ensemble. Pas entre eux ni pour eux mais pour voyager avec leur musique, la curiosité en éveil, à l’affût d’un nouveau son, d’un instrument méconnu. C’est Fred qui écrit les textes et les 4 Ogres se partagent les compositions.

Les Ogres de Barback avec Eyo’nlé – Rue de Panam

Un appétit d’Ogres

Leur premier album autoproduit sort en 97. Déjà la liberté, et pas le temps de se fixer. Avec l’association Latcho Drom, ils financent des chapiteaux qui leur permettent d’aller de villes en villes sans trop de contraintes. Sans concession non plus, ils avancent. Ils créent le label Irfan qui les rends maîtres de leur oeuvre. Tout sauf un repli. Leur créations à foison sont testées en live avant d’aller s’enfermer en studio : « On aime bien chanter les chansons sur scène avant de les enregistrer pour les faire évoluer » confie Mathilde. En tout, une vingtaine d’albums studio ou en public, avec des couleurs musicales différentes en fonction des rencontres.

Les Ogres de Barback @Marion Guérard

Sur ce dernier live au titre évocateur « Chanter libre et fleurir », on retrouve leurs frères et sœurs de l’artisanat musical : la fanfare du Bénin Eyo’nlé, le musicien trad et jazz Guillaume Lopez, le batteur et percussionniste Tarek Maaroufi ou le multi-instrumentiste Julien Barbances. Jouer de plusieurs instruments est aussi une marque de fabrique de chaque membre des Ogres. Ne jamais s’ancrer dans un domaine, toujours respirer ailleurs. « Sam avait rencontré Guillaume Lopez et Cyril Brotto qui sont 2 musiciens traditionnels occitans. On s’est de suite très bien entendu. Guillaume a écrit et chanté en occitan. Ils nous ont accompagné sur la tournée et nous avons prolongé l’aventure. Tous ces mélanges racontent plein d’histoires « , selon Mathilde qui joue du piano, tuba, flûte, clarinette, guitare, accordéon, percussions, violoncelle et soubassophone…entr’autres ! 

Les Ogres de Barback & le bal Brotto-Lopez – Adam / Pas bien

Raconter, c’est aussi ce qu’ils font pour les enfants avec les aventures de Pitt Ocha ponctuées par 3 albums.

L’attribut de Pierre Perret

Influencés forcément par le brassage des musiques de l’Est, les Ogres ont trouvé un port d’attache dans la chanson française avec le trio magique Brel Brassens Ferré, mais aussi le petit jeunot Pierre Perret. « Nous avons fait une première reprise de Pierre Perret avec « Au café du canal ». On connaît toujours les chansons drôles mais Pierre c’est aussi la poésie comme avec cette chanson. On l’a jouée devant lui à Montauban. Le courant est passé et il nous a demandé de participer à ses chansons » raconte Mathilde.

En 2017, ils réunissent une trentaine d’artistes (François Morel, Olivia Ruiz, Mouss et Hakim, Tryo, Didier Wampas, Magyd Cherfi,  Idir, Massilia Sound System, Flavia Coelho, Danyel Waro, Lionel Suarez…) pour « La Tribu de Perret » en guise de fête -autre marque de fabrique- pour ses 60 ans de carrière.

Pierre Perret et Les Ogres de Barback @David Bakhoum

Lors du premier confinement, l’auteur de « La cage aux oiseaux » leur envoie un texte avec une mélodie écrite. Il serait très pressé de voir le résultat. Les Ogres de Barback se mettent au travail pour peaufiner et arranger la musique. Quelques jours plus tard, « Les confinis » ont été déconfinés avec le buzz immédiat sur les réseaux.  On peut mesurer tout l’attribut poétique et la finesse d’esprit de l’artiste. Mathilde est admirative : « C’est vraiment sa marque de fabrique de raconter une histoire pour raconter la société ».

Pierre Perret – Les confinis

Avec Guillaume Lopez, le groupe a enregistré un second titre « Mes adieux provisoires » qui devait faire l’ouverture du spectacle de Perret à la salle Pleyel de Paris. Concert reporté mais on devrait entendre très prochainement ce nouveau joyau.

25 ans de plus

Depuis 25 ans, les Ogres partagent ces connexions avec les artistes capables de les recevoir. 25 ans qu’ils tracent la route, sans arrêt forcé. Le temps de prendre l’air mais sans céder à l’air du temps. Engagés, ils le sont aussi pour des actions citoyennes, éveiller les esprits comme en avec la tournée sous chapiteaux intitulée Aux Urnes Etc lors de l’élection présidentielle.

Demain, ils seront toujours en mouvement. Ils ont toutes les cartes en mains (organisation, production, label, promotion…) pour rester maîtres du jeu, dotés d’un insatiable appétit de découvertes. « On voudrait en profiter pour créer un disque et un spectacle pour enfants au-delà de ce que l’on sait faire. Mettre du cirque ou du théâtre au milieu de notre création. Un spectacle total. » Car la scène est leur terrain de jeu favori.

Les Ogres de Barback @Christian Sauter & Lionel Le Guen

Faute de scène en cette période, les ODB ont décidé de sortir ce double album live qui n’était pas prévu. Histoire de maintenir le lien avec le public, le fil essentiel de leur existence artistique. 

Les Ogres de Barback & avec Julien Barbances – Femme du guerrier (2ème extrait Live 2019)

Si ça vous branche, n’hésitez pas à rester en connexion avec les Ogres. Rock alternatif, fanfares tziganes ou africaines, chanson française, musique dansante, les découvertes sont toujours au tournant. Sans trop de médiatisation, Alice, Mathilde, Sam et Fred ont fait du chemin. Juste l’authenticité des artistes et la richesse de leurs rencontres.

SITE OFFICIEL

SITE GUILLAUME LOPEZ

Benoît Roux

07 Oct

Eddie Van Halen en 10 titres

Le célèbre guitariste Eddie Van Halen est mort mardi soir 6 octobre 2020 à l’âge de 65 ans. On retiendra ses riffs de guitare, le « tapping » qu’il a inventé, ses tenues excentriques, sa longue chevelure. Retour sur ce guitar hero du métal en 10 morceaux.

Eddie Van Halen Photo : John Angelillo/UPI via MaxPPP

Eddie Van Halen c’est tout d’abord l’inventeur du « Tapping », une technique qui consiste à ne pas utiliser de médiator avec la main droite, mais de taper sur le manche avec les doigts. Un procédé qui donne une impression de vitesse fabuleuse que Van Halen érigera en institution. Exemple sur cette reprise du célèbre morceau des Kinks. 

Van Halen – You really got me

Mais évidemment, le titre entendu des milliards de fois n’est pas un morceau de Van Halen. Il a juste réalisé le solo. Et quel solo !

Michael Jackson – Beat it

Le TUBE de Van Halen, c’est « Jump » sorti fin 83. Remarqué pour un son de synthé assez novateur, les guitares de Van Halen ne sont pas en reste. Eddie aurait même déclaré que c’était son solo préféré. En France, le morceau cartonne et depuis plus de 30 ans, il accompagne l’entrée des joueurs de l’OM sur la pelouse du Vélodrome. 


Eddie Van Halen – Jump

Connu comme guitariste, Eddie Van Halen joue aussi de la batterie. Il forme avec son frère Alex le groupe Van Halen en compagnie du très remuant chanteur David Lee Roth. Une agitation contagieuse, comme on peut le voir sur le clip avec des extraits de concerts.

Eddie Van Halen – Panama

Le groupe se fonde en 1978 et dès le premier album, figure ce qui va devenir le manifeste du « Tapping » : le titre « Eruption ». Avec 2 maîtres de la guitare revendiqué : Dieu lui-même -Eric Clapton- et Jimmy Page.

Van Halen – Eruption live in Charlotte 2015

Il réalise la même technique sur une guitare folk avec le titre « Spanish Fly » d’une technicité impressionnante.

Eddie Van Halen – Spanish Fly

Le groupe Van Halen est avant tout un groupe de métal dès les premiers albums. Comme le prouve ce morceau paru en 1978.

Eddie Van Halen – Ain’t talkin’ bout love Live

Eddie Van Halen – Hot for teacher

Autre morceau étonnant, « Hot for Teacher » qui commence par un solo de batterie endiablé sur tout le morceau. Le clip est aussi assez délirant, co-réalisé par le chanteur David Lee Roth.

Comme tout bon groupe de hard qui se respecte, Van Halen a aussi fait (rarement) dans le morceau plus calme, le slow bien balancé. Un peu anecdotique mais ce live révèle aussi la qualité des musiciens.

Eddie Van Halen – Love walks in

Dernier titre qui envoie bien paru dès 1978 : « Runnin’ with the devil ». David Lee Roth en pleine forme et les légendaires solo de Van Halen.

Eddie Van Halen – Runnin’ with the devil

Disparu a 65 ans, Eddie Van Halen aura changé le son et la manière de jouer de la guitare.

Benoît Roux

15 Sep

Springsteen retrouve le E-Street Band pour un nouvel album

Bruce Springsteen vient de sortir un nouveau titre « Letter to You ». Un morceau enregistré avec sa formation mythique : The E Street Band. Le nouvel album composé de 12 titres sortira le 23 octobre. Le vingtième de sa carrière.

Nouveau single. Photo : site officiel Bruce Springsteen

Springsteen avait roulé sa bosse en solitaire sur son dernier album. Une chevauchée en aparté sans ses célèbres cavaliers. A la sortie de l’album (juin 2019) il avouait avoir écrit d’autres titres pour enregistrer avec son groupe.

Ré-entendre The E-Street Band procure toujours un grand plaisir. Voilà 6 ans qu’ils ne s’étaient plus retrouvés en studio. La magie du son est toujours là : profondeur des guitares, piano impeccable, basse efficace, orgue vivifiante, batterie imparable, des musiciens hors pair au service du boss. « J‘adore le son du E Street Band complètement live en studio, d’une façon que nous n’avions jamais tentée auparavant, et sans overdubs » avoue le Boss sur son site.

Même si la voix a forcément moins de puissance avec l’âge, la magie opère toujours. La composition de ce titre « Letter to you » n’est pas exceptionnelle mais la richesse des musiciens fait le reste. Un morceau enregistré dans un esprit « live », tout comme le futur album à paraître.

Bruce Springsteen – Letter to You


Springsteen a écrit ce morceau pendant le confinement. Sacré période tout de même qui paralyse la culture mais libère la création. Springsteen précise sur son site qu’il y aura 9 nouveaux titres et 3 enregistrements d’anciens morceaux composés dans les années 70 : « Janey Needs a Shooter » , « If I Was the Priest » et « Song for Orphans ».

Bruce Springsteen – Janey Needs a Shooter


On va donc assister aux retrouvailles studio pour un album complet d’ici quelques semaines. L’album a été enregistré en 5 jours, dans le même esprit que le titre éponyme « Letter to You ». En attendant la confirmation d’une tournée avec le E-Street Band. Ce n’était pas arrivé depuis « The River Tour » en 2016.

SITE BRUCE SPRINGSTEEN

Benoît Roux

31 Mai

Un disque inédit de Gainsbourg à paraître le 20 juin

Presque 30 ans après sa disparition, un album inédit de Serge Gainsbourg va sortir à l’occasion du Disquaire Day le 20 juin. Cette fête des disquaires indépendants permettra d’écouter 8 chansons du Poinçonneur des Lilas. L’artiste était venu à 2 reprises à la Maison de la Radio entre 1964 et 1966. Ce sont ces œuvres interprétées à cette évoque que l’on pourra bientôt écouter.

La Javanaise, Les Goémons, Ces Petits Riens, ces chansons de Gainsbourg sont bien connues des fans et du grand public. Le journal Le Figaro nous révèle que ces chansons interprétées à la maison de la radio vont sortir le 20 juin prochain. 

Sur les traces de Vian, côté Rive Gauche

Nous en sommes au tout début de sa carrière et Gainsbourg est à l’époque relativement peu connu. Mais il commence à se tailler une petite réputation d’artiste « rive gauche ». Il a la trentaine tout à peine, il a laissé tomber la peinture mais il essaie de poursuivre une autre voie artistique plus « mineure » selon lui : la musique. Lucien Ginsburg de son vrai nom a quand même choisi de s’appeler Gainsbourg en référence au peintre Gainsborough. Il est définitivement convaincu par la musique en voyant Boris Vian au cabaret Milord l’Arsouille où il se produira comme pianiste. On lui présente alors Jacques Canetti, l’agent de Boris Vian par ailleurs directeur artistique chez Philips qui deviendra la maison de disque de Gainsbourg.

En 1958, il est invité une première fois sur les ondes de ce qui s’appelait alors Paris-Inter. C’est l’année où sort Le Poinçonneur des Lilas avec son nouvel arrangeur Alain Goraguer. Mais l’album d’où est extrait ce premier succès est un échec commercial. 2 ans plus tard, il renoue avec le succès grâce au film « L’eau à la Bouche » dont il signe la musique. Les yéyés débarquent et Gainsbourg y va sur la pointe du crayon. Il rencontre alors Juliette Gréco, symbole de cette période Rive Gauche durant laquelle ce disque inédit est enregistré à la maison de la radio.

Teaser du maxi 45-tour sur Serge Gainsbourg

LA JAVANAISE, LIVE – DISQUAIRE DAYEn 1964 et 1966, Serge Gainsbourg participe à deux enregistrements en public pour la radio nationale. Huit titres inédits depuis, à découvrir sur un maxi 45-tours exceptionnel intitulé « Serge Gainsbourg – À la Maison de la Radio ». Édition limitée à retrouver chez votre disquaire préféré le 18 avril.

Publiée par Ina.fr sur Jeudi 5 mars 2020

L’album inédit à paraître le 20 juin

L’intérêt de ce nouvel album n’est pas tant dans les chansons. Les fans ne feront aucune découverte : La Javanaise, Les Goémons, Ces Petits Riens, La Recette de l’Amou Fou, Le Rock de Nerval, Le Talkie Walkie, Intoxicated Man et le début des onomatopées avec Elaeudanla Téïtéïa (pour Lætitia). C’est plutôt le côté intimiste de ces morceaux en version piano-voix, parfois guitare ou contrebasse qui est intéressant. On notera une version très belle et très simple de La Javanaise. A l’époque, Gainsbourg était déjà pétri de talent mais aussi de trac. Ces enregistrements inédits et en public permettent de mieux percevoir le début de carrière de cet artiste incontournable. L’émission de radio s’appelait « Jam Sessions Chanson-Poésie » de Luc Bérimont. Le premier enregistrement date du 25 novembre 1964 et le second du 26 avril 1966. Ils sortiront sous la forme d’un bon vieux Maxi 45T des années 80 le 20 juin. On peut d’ores et déjà les écouter sur ce site. 

Benoît Roux

A Lire aussi : des amateurs chantent « La Javanaise » avec la Maîtrise de Radio France

Disquaire Day 

Site Facebook 

14 Mai

Kandace Springs, la nouvelle Diva du label Blue Note révélée par Prince

Ce blog ayant pour vocation de faire découvrir des artistes, voici l’américaine Kandace Springs. A peine la trentaine, une voix soul, sensuelle et sophistiquée, un tenu de note incomparable, c’est Prince le premier qui l’a remarquée. Son premier album magnifique a été publié d’entrée en 2017 par le prestigieux label Blue Note. Avec The Women Who Raised Me son troisième album de reprises, elle rentre dans le club très fermé des divas du jazz.

La fille de l’artiste de Nashville Scat Springs, a baigné dans la musique, trempé dans tous les styles de jazz et ça s’entend. Il faut du culot pour s’attaquer à 30 ans, aux grands standarts du jazz, faire oublier ses chanteuses mémorables, ses idoles Ella Fitzgerald et Billie Holiday. 

L’album Soul Eyes, une pure merveille

Comme vous certainement, je ne connaissais pas cette artiste. C’était un matin, une oreille un peu endormie orientée vers France Inter et la chronique Manouk’ & co. On connaît la passion d’André Manoukian (lui-même pianiste), pour le jazz, les femmes et la voix. « C’est ma drogue, mon carburant, mon marqueur émotionnel… Et ce matin, c’est avec la sublime voix de Kandace Springs que j’ai choisi de réveiller nos auditeurs. » Une chronique élogieuse et très contagieuse qui vous fait attraper le virus… musical s’entend! Je découvre donc cette voix au vibrato subtil, capable de vous donner le frisson à la moindre poussée et à la moindre retenue. Une voix intelligente qui ne joue pas des émotions.

Fall Guy – Kandace Springs album Soul Eyes

 

Plus puissante que Diana Krall, aussi sensuelle que Sarah Vaughan, un soupçon de Norah Jones, c’est un peu tout ça Kandace Springs. Un mélange subtil de soul, jazz, pop, remarquablement produit par Larry Klein (Mélody Gardot, Joni Mitchell, Herbie Hancock…) et la fraîcheur d’une artiste pas encore dans le moule. Un premier album qu’avec des compositions et des petits joyaux comme Fall Guy, Soul Eyes, Place to Hide, avec des musiciens excellents dont le batteur Vinnie Colaiuta. Prince qui a enregistré son premier single et l’a encouragée pour ce premier album disait d’elle : « Sa voix peut faire fondre la neige ». Pas que la neige…!

Le nouvel album The Women Who Raised Me

Pour son troisième disque qui vient de sortir, on retrouve toujours Larry Klein aux manettes. Mais cette fois, la jeune artiste s’attaque aux standards où se sont essayées les divas de la voix. Ce disque est d’ailleurs un hommage à ces « Femmes qui m’ont élevée ». Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Diana Krall (à laquelle on la compare souvent), Nina Simone, Dusty Springfield, Bonnie Raitt ou encore Sade et Norah Jones qu’elle invite pour le titre Angel Eyes. 

Angel Eye – Kandace Springs nouvel album

Côté reprises, il y a aussi du lourd : I Put A Spell On You de Jay Hawkins, Strange Fruit immortalisé par Billie Holiday , Devil May Care en hommage au compositeur et chanteur de la scène new-yorkaise Bob Dorough décédé en 2018. On y retrouve aussi Killing Me Softly With His Song et le beaucoup moins connu Pearls de Sade. L’une des réussites du disque au groove subtil, aux nappes feutrées du Fender Rhodes de l’artiste et Avishai Cohen à la trompette. Et la voix de Kandace Springs qui s’envole.

Pearls – Kandace Springs nouvel album

Ce disque confirme toute l’étendue vocale et tout le talent de l’artiste. Il est moins surprenant que le premier Soul Eyes, mais il est encore plus maîtrisé. Pas de fioritures, pas de solos interminables ni de démonstrations vocales qui ternissent parfois ce type de production. Tout y est subtil et équilibré, les cuivres de David Sanborn Chris Potter et Avishai Cohen sont sublimes, la rythmique de ce trio parfaite, avec ce son si typique du label Blue Note. Incontestablement, cette jeune chanteuse fait désormais partie de celles qui compte et qu’il faudra suivre.

I Put A Spell On You – Kandace Springs nouvel album

Si vous voulez passer un moment musical hors du temps, sensuel et varié, vous laisser porter par le groove et une voix incomparable, alors c’est Kandace Springs qu’il vous faut.

Benoît Roux

Documentaire sur le nouvel album.

Site officiel Kandace Springs

Instagram Kandace Springs

Facebook Kandace Spring