11 Oct

Un pass pour skier dans les quatre stations de ski des vallées d’Aure et du Louron

Ski à Saint-Lary © Saint-Lary

Ski à Saint-Lary
© Saint-Lary

Cet hiver et pour la première fois, les 4 stations de ski des vallées d’Aure et du Louron (Saint-Lary Soulan, Peyragudes, Piau-Engaly et Val Louron) proposent un pass de 8 jours consécutifs qui proposera aux skieurs de profiter des 4 domaines. 

Jusqu’à présent, les quatre stations vantaient leurs avantages respectifs dans un esprit concurrentiel. Changement d’état d’esprit et offre nouvelle pour le skieur dés cet hiver avec ce service inédit proposé par l’Office du tourisme communautaire. Le pass « Pyrénées 2 Vallées », c’est une autre façon de consommer le ski. Les vacanciers pourront ainsi découvrir, sans s’inquiéter des forfaits, des 247km de pistes de ce secteur des Pyrénées. Ainsi, les 4 domaines peuvent se positionner en concurrent potentiel de « Granvalira » en Andorre (210km) ou celles des stations du groupe Aramon en Aragon (200km).

Autre avantage, le pass donne un  accès illimité à Ludéo (situé à Loudenvielle), à la piscine municipale de Saint-Lary-Soulan, au parking d’Orédon et au télésiège des Myrtilles à Val Louron ;

Modalités pratiques

La carte sera vendue 20 euros dans les offices de tourisme (Saint-Lary Soulan, Loudenvielle, Arreau, Vielle-Aure, Maison de Peyragudes, Sarrancolin, Piau-Engaly ou Bordères-Louron) et sur les sites internet des stations. Le client aura le choix entre un envoi postal ou un retrait de celle-ci sur place. Seules les journées skiées seront payées par prélèvement bancaire en fin de mois et bénéficieront de réductions de l’ordre de 10% (pendant les vacances scolaires) et de 15% (hors vacances scolaires) par rapport au prix de vente en caisse sur chacune des stations.

► Pour en savoir plus sur le pass Deux vallées

 

25 Août

Gardes et promeneurs ont célébré les 50 ans du Parc National des Pyrénées par une grande randonnée

©France 3 Occitanie

©France 3 Occitanie

Le Parc National des Pyrénées a été créé il y a juste 50 ans. Il est l’un des 10 parcs nationaux français et le troisième à voir le jour en 1967. Pour jeter cet anniversaire le parc a décidé d’organiser une grande randonnée traversant tout le parc d’ouest en est. Nous avons suivi la 4è et la plus haute de ces étapes reliant Cauterets au cirque de Gavarnie.

Les gardes-moniteurs du Parc national des Pyrénées e quelques randonneurs privilégiés ont réalisé durant cinq jours de randonnées, d’Urdos en vallée d’Aspe à Saint-Lary en Vallée d’Aure une traversée du territoire du parc à l’occasion des 50 bougies du parc. Ils sont passés de refuge en refuge avec l’idée d’élargir le rayonnement du parc, expliquer leur métier et transmettre leur passion pour la nature et ses merveilles.
A chaque étape des animations étaient organisées : des anciens gardes venus parler leurs missions, les secours en montagne..
Pour le grand public, une grande journée festive est organisée samedi 26 août à Saint-Lary Soulan avec une multitude d’animations autour de la montagne, du terroir et du sport.

Nous avons accompagné cette expérience unique :

07 Juin

Le Mont Perdu et le Néouvielle deux sommets mythiques des Pyrénées dans une sublime vidéo

Capture image vidéo

Capture image vidéo

Dans sa dernière création vidéo Mathieu Stanic, propose un voyage sublime dans le Parc National d’Ordesa (Espagne) à la conquête du Mont Perdu et dans la réserve naturelle du Néouvielle pour l’ascension du pic éponyme. Immersion dans une nature sauvage mise en valeur par les images de drone.

Mathieu Stanic a pris pour terrain de jeu, les Pyrénées, tout d’abord parce qu’il les connait, il a vécu pendant plusieurs années à Saint-Lary et aussi parce qu’il est amoureux de ces paysages bruts et sauvages. Par son métier, la réalisation de film, il sait comment mettre en valeur les beautés naturelles. Sa dernière création en est l’illustration poétique. Le spectateurs a les yeux remplis de merveilles superbes, sculptées au grès du relief, pures au grès des ambiances et des lieux. Car la chaîne des Pyrénées est riche de territoires très différents les uns des autres, comme le montrent les images du film tourné sur les deux versants (français et espagnols) entre vallée d’Aure et Aragon.

Pyrénées Ascending – 4K Journey from Mathieu Stanić on Vimeo.

Le réalisateur a d’autres projets notamment l’ascension du Pic Aneto et du Vignemale. Les vidéos issues des randonnées seront publiées sur différentes plateformes et sur les réseaux sociaux où le public est largement invité à donner son avis sur les films. Car ce qui compte aussi pour Mathieu c’est le retour du public sur ses créations. Un artiste à suivre sur sa page Facebook.

Equipement de la réalisation : un drone de loisirs, un boîtier photo avec un stabilisateur.

21 Mar

Hautes-Pyrénées : les Pyrénées vues des villages en hiver

©France 3 Occitanie

©France 3 Occitanie

Dans les villages pyrénéens, même en hiver, la vie fourmille. Entre les personnes âgées, les éleveurs et ceux qui travaillent dans les stations de ski ou sur les installations hydroélectriques, la vie y est parfois rude. Direction les vallées d’Aure et du Louron dans les Hautes-Pyrénées.

Que se passe-t-il dans les Pyrénées quand on n’est pas sur les skis ? Toute une vie qu’ignorent totalement les touristes, et qui gardent pourtant les montagnes vivantes.
Immersion dans ce chapelet de petits villages qui jalonnent la vallée d’Aure et du Louron, dans les Hautes-Pyrénées, derrière leurs habitants, et leurs professions montagnardes. Parfois elles gravitent autour des stations de ski et des touristes, mais avec des activités à des années lumière du skieur. Exemple type à Soulan, le tout petit village qui préexistait à St Lary-Soulan, la station de ski, dans la vallée d’Aure.

Plus il y a de la neige, plus les skieurs sont contents, et plus les facteurs, les infirmières et les boulangers ambulants se décarcassent pour arriver jusqu’à leurs patients/clients souvent enfouis dans la neige dans ces petits villages d’altitude. ce sont essentiellement des personnes âgées, voire très âgées.
Nous suivons Cécile, une aide à domicile. Nous, on appellerait ça une randonnée pleine neige; elle c’est sa mission : réussir à atteindre ses vieux habitants qui l’attendent. Et elle y met sacrement du coeur, et des jambes et elle est tellement appréciée qu’elle fait partie des familles qu’elle visite. Comme une fille de la maison. Des Céciles, il en faudrait 10 fois plus dans ces coins de Pyrénées où les vieux sont de plus en plus livrés à eux même, faute de postulant aux métiers d’aide à domicile, vital, et trop mal payé.

Nous allons à Aulon, rencontrer une chevrière qui a monté sa « fabrique de laine mohair » il y a trente ans, et qui transmet ces jours-çi une « entreprise d’avenir »à une jeune. Aulon, petit village d’altitude qui fait souvent parler de lui pour ses « célèbres » avalanches, et sa route régulièrement coupée. C’est dans ce splendide bout du monde que Christiane a monté sa chèvrerie il y a trente ans; les skieurs et les touristes sont ses alliés, et l’essentiel de sa clientèle. Ce qui fait qu’aujourd’hui, cette pionnière « inconsciente » ou visionnaire, celle qui « élevait 3 chèvres » dans les Pyrénées, d’il y a trente ans peut transmettre une entreprise saine, et totalement avant-gardiste dans le domaine environnemental à une jeune…parisienne!

Dans les Hautes-Pyrénées, tout au fond de la vallée du Louron, au pied de la montagne, la centrale hydroélectrique de la SHEM, (société hydro electrique du Midi) turbine l’eau de la montagne depuis 88 ans. Des générations y sont passées; un village d’altitude a même existé, avec école de montagne intégrée.
Aujourd’hui ils sont encore 15; et de précurseur pour l’irrigation, cette centrale est aujourd’hui, malgré son âge, à la pointe des énergies nouvelles, en produisant son électricité « propre ».

17 Fév

Ça va bien pour les gypaètes barbus des Pyrénées

Couple de gypaètes barbus en couvaison en vallée d'Ossau ©Didier Peyrusqué

Couple de gypaètes barbus en couvaison en vallée d’Ossau
©Didier Peyrusqué

Douze des quatorze couples qui vivent dans le Parc National des Pyrénées couvent leur oeuf. Une bonne nouvelle pour l’avenir de cette espèce, fragile et menacée. Il semble que les rapaces aient trouvé des conditions de vies idéales pour construire « leur nid ».

Il faut savoir que le nombre de naissance chez les gypaètes barbus est faible. En moyenne, un couple donne 1 jeune à l’envol tous les 3 ans. Ce qui fait de ces douze couples en couvaison une excellente nouvelle pour le maintien de la population dans les Pyrénées. 

Les oiseaux vivent plus de trente ans, mais ils ne commencent à vivre en couple qu’à partir de 6 ou 7 ans et ce n’est qu’alors qu’ils entament les cycles de reproduction qui durent 10 mois. Quand à l’oeuf il faut entre 52 et 53 jours de couvaison pour éclore. Les naissances sont attendues pour le mois de mars. 4 mois seront nécessaires avant que le gypaéton ne puisse prendre son envol.

4 couples vivent en vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques) et 3 autres en vallée d’Aure (Hautes-Pyrénées). En tout ce sont quatorze couples qui sont suivis par la Ligue de Protection des Oiseaux des Pyrénées en partenariat avec le Parc National des Pyrénées. Un quinzième couple a également été détecté par les gardes moniteurs dans le Béarn.

17 Jan

La station de ski de Saint-Lary bien organisée pour gérer l’importante quantité de neige

©France 3 Midi-Pyrénées

©France 3 Midi-Pyrénées

A Saint-Lary, comme partout dans les Pyrénées, la neige est tombée en quantité en quelques jours à peine. C’est bien entendu une bonne nouvelle pour la station. Mais cela implique la mise en oeuvre d’un gros travail de sécurisation des pistes. Le risque avalanche est encore élevé. La station s’organise.

Dans les Pyrénées, il est fréquent de passer en quelques jours, d’un déficit notoire de neige, à de grosses quantités. Mais avec les importants cumuls, c’est tout un travail de sécurisation du domaine skiable qu’il faut mettre rapidement en route et qui mobilise une équipe d’artificiers. C’est la condition pour pouvoir un maximum de pistes en toute sécurité.
A Saint-Lary, les tirs déclenchement des avalanches ont débuté dès lundi et doivent se poursuivre ce mardi matin. Dans les conditions d’enneigement actuels, ils sont indispensables. En attendant, le retour du beau temps prévu mercredi, les pisteurs s’activent.

Notre équipe de Tarbes s’est rendue sur place :

21 Oct

Vidéo : 4 jours en immersion dans le massif du Néouvielle

Capture écran

Capture écran

Voici un très beau timelapse réalisé par Mathieu Stanić dans la réserve naturelle du Néouvielle. Des paysages, connus des montagnards des Pyrénées, qui s’animent dans cette vidéo en temps accéléré. C’est beau, reposant. Un instant de pureté  rare. A voir le plus souvent possible.

Un film intitulé « To the mist ». Qui comme son nom le suggère débute dans une ambiance ensoleillée et accueillante pour s’achever 1 minute et 27 secondes plus tard dans une ambiance nuageuse et plus austère, comme c’est souvent le cas en haute montagne.

To the Mist – 4K Timelapse from Mathieu Stanić on Vimeo.

Le massif du Néouvielle fait partie des zones protégées des Pyrénées. C’est une réserve naturelle située en vallée d’Aure (Hautes-Pyrénées) dont l’accès est réglementé pendant la période estivale et totalement fermé à la circulation pendant l’hiver. Le massif granitique abrite une grande biodiversité et des paysages uniques dont une des particularités sont les pins à crochets qui poussent même en altitude.
Ses 3000 font le bonheur de tous les randonneurs. Le Néouvielle, le Campbieil, l’Estaragne, le Ramougn ou le Pic long couronnent cette partie des Pyrénées en bordure du parc national des Pyrénées.

 

02 Juin

Hautes-Pyrénées : Bourisp « centre du monde » du photo-reportage du 16 au 19 juin 2016

Bourisp (65): les ©Journées du Reportage - Collège Philippe

Bourisp (65): les Journées du Reportage  ©Pierre Duffour

Le petit village de Bourisp en vallée d’Aure se transforme en galerie à ciel ouvert du 16 au 19 juin lors des journées du photo-reportage. L’édition 2016 met en lumière les œuvres de 20 photos-reporters. Soient 300 photos prises à travers le monde à découvrir dans les rues du village.

Le petit village de Bourisp en vallée d’Aure vous emmènera au bout du monde. A travers les photographies, le public est invité à se balader dans un grand portofolio à ciel ouvert, tantôt dans les villages pyrénéens, de l’autre côté de la frontière dans l’Aragon, ou à l’autre bout du monde sur les montagnes de l’Himalaya, en Amérique du Sud, en Mongolie, ou bien au Cambodge…

De nombreux paysages à regarder mais également des portraits. Deux thèmes ont été explorés : l’enfance et le rugby.
Les reporters en herbe du collège d’Arreau proposeront leur vision de la montagne à travers une exposition.

Les animations s’étaleront sur 4 jours du 16 au 19 juin. Une radio éphémère animée par des jeunes de l’association Autisme 65 émettra pendant les 4 jours.

Des moments conviviaux et festifs ponctueront ces journées qui, aux dires des nombreux visiteurs de l’an dernier, ont été une réussite.

N’hésitez pas à consulter le programme pour trouver les moments qui vous plairont.

18 Mai

Hautes-Pyrénées : le tunnel de Bielsa fermé pour cause de travaux

Travaux du tunnel de Bielsa (65) ©France 3 Midi-Pyrénées

Travaux du tunnel de Bielsa (65)
©France 3 Midi-Pyrénées

Dans les Hautes Pyrénées, un des principaux axes vers l’Espagne est fermé depuis mardi 17 mai. Le tunnel de Bielsa-Aragnouet est en travaux. Cependant, la circulation reste possible la nuit et le week-end.

Le tunnel de Bielsa avait besoin de refaire sa chaussée. Les hivers successifs et les va-et-vient des camions ont fini par endommager les 7 km de revêtement de la route. Pour ces travaux, le tunnel est fermé à la circulation depuis le 17 mai et ne rouvrira que le 1er juin.
20 personnes sont mobilisées sur le chantier car l’objectif est de réaliser les travaux dans un délai le plus court possible afin de ne pas pénaliser les usagers.
En attendant, le passage entre la vallée d’Aure et l’Aragon reste possible tous les jours entre 19h et 8h45 du matin et les week-end.
Certains usagers se sont fait surprendre. Ils ont été obligés de patienter quelques heures.

Voici le reportage de Mathilde Laban et Jean-Yves Bascands :

Le tunnel de Bielsa fermé pour cause de travaux

22 Mar

Skier à Saint-Lary sera possible jusqu’au 10 avril

Saint-Lary ©Altiservice

Saint-Lary
©Altiservice

La station de Saint-Lary vient d’annoncer qu’elle prolonge sa saison de deux semaines. Traditionnellement, le dernier week-end de mars marque la fin de la saison hivernale. Cette année, elle se prolongera jusqu’au 10 avril pour le plus grand plaisir des skieurs. Ils pourront ainsi profiter des chutes de neige tardives.

Saint-Lary propose pour appâter à partir du 29 mars, les skieurs du printemps deux formules, le forfait Pla d’Adet à 19,5€ pour les enfants et 25€ pour les adultes (au lieu de 26,40 € et 33€) et le grand Domaine à 26,40€ pour les enfants, étudiants et séniors et  33€ pour les adultes (au lieu 34,50€ et 40,40€). Le domaine skiable sera partiellement ouvert sur ses 3 secteurs.

Plusieurs stations ont choisi de prolonger la saison (Gourette, La Pierre Saint-Martin, Gavarnie, le week-end dernier). Outre le fait que c’est bon pour leur image, elles comptent avec ces prolongations rattraper un début de saison bien morose, en raison d’un manque de neige important. Les conditions météorologiques étant pour de nombreux amateurs de glisse l’un des principal critères pour se rendre en station.

Ce 27 mars le Val d’Azun, Luz Ardiden, Ascou Pailhères, Porté Puymorens, Formiguères, Les Monts d’Olmes, Guzet, Val Louron devraient clore leur saison (sauf changement de dernière minute).