08 Sep

Il effectue un vol en parapente en hommage à son arrière arrière grand-père le pyrénéiste Célestin Passet

Capture écran du film

Capture écran du film

Le 22 août dernier les conditions météo étaient idéales. Christophe Castagné a effectué un vol en parapente de plus de 6 heures au-dessus des sommets les plus emblématiques des Pyrénées. Un voyage qu’il dédie à son arrière arrière grand père, le pyrénéiste Célestin Passet décédé il y a tout juste 100 ans. Une très belle vidéo toute en émotion.

C’est un voyage émouvant entre 1200 et 4400 mètres d’altitude qu’a effectué Christophe Castagné accroché à son parapente. Issu d’une grande famille de guides de montagne, il est revenu par les airs sur les traces de son ancêtre, Célestin Passet . Ce dernier fut l’un des pionniers de la conquête des sommets prestigieux de la chaîne. Il a notamment accompagné Russell au Mont Perdu, par la brèche de Roland et fut celui qui a ouvert pour la première fois le mythique couloir de Gaube dans la face nord du Vignemale.
Parti de Barèges, l’émotion a été à son comble lorsque Christophe a survolé le Vignemale. Un moment intense qu’il a tenu à exprimer en accompagnement de ses belles images.

En mémoire à sa disparition en 1917 il y a 100 ans, je lui dédie ces quelques images et ce vol au dessus du massif de Gavarnie et par le survol du Vignemale et de son terrible couloir de Gaube, je lui rend hommage pour son exploit d’ascension le 6 août 1889 avec ses amis Henri Brulle, Jean Bazillac, Roger de Monts, et le guide de Gavarnie François Bernat-Salles.

Des 6 heures de vol, Christophe en a tiré un film d’une quinzaine de minutes où l’on peut admirer depuis le ciel, la majestueuse beauté sauvage de la partie centrale du massif. Parmi les moments forts du voyage, le survol des parcs nationaux des Pyrénées et d’Ordesa (Espagne), ainsi que la réserve du Néouvielle. Des territoires protégés que l’on ne peut survoler, en raison de la réglementation, qu’à condition d’être au-dessus de 1000m. Passionné et féru de liberté, Christophe se bat pour que le vol libre soit possible partout dans les Pyrénées.

 

 

24 Jan

Vidéo : à bord d’une dameuse à Gavarnie (Hautes-Pyrénées)

Capture image

Capture image

Deux mètres de neige en haut des pistes et un mètre en front de neige, la station de Gavarnie bénéficie d’un excellent enneigement. Mais afin que les pistes soient praticables en toute sécurité pour les skieurs, il faut au préalable préparer le domaine. Embarquent immédiat à bord de la dameuse. Vue à 360 degrés garantie.

Vous n’avez jamais mis les pieds dans une dameuse. Une expérience que vous aimeriez tenter et on comprend pourquoi. Alors en attendant, voici la vidéo proposée par la station de Gavarnie (Hautes-Pyrénées), à bord de l’une de ses dameuses, quelques heures après les importantes chutes de neige. Magnifique et impressionnant la manipulation de ces tonnes d’or blanc pour en faire une couche uniforme et souple sous les spatules.

La vue est imprenable. A vos sièges pour quelques secondes de plaisir.

18 Jan

A Gavarnie, les déneigeuses sont à plein régime pour assurer la sécurité des routes

Déneigement à Gèdre-Gavarnie ©France 3 Midi-Pyrénées

Déneigement à Gèdre-Gavarnie
©France 3 Midi-Pyrénées

Garantir la sécurité des routes est une obligation. Pour y parvenir, des hommes et des machines sont mobilisés quelques mois de l’année. Avec les importantes chutes de neige, des hameaux, des maisons peuvent se retrouver isolés. C’est à ce moment que le dispositif est engagé. Comme ici à Gavarnie.

Ne pas laisser des maisons isolées par la neige. Dans les Pyrénées, la tâche est vaste. Chaque vallée compte quelques habitations à l’accès difficile desservies par des routes secondaires. Les habitants bien que prévoyants ne peuvent pas rester coupés du monde. C’est là que les déneigeuses se mettent en route.

Le reportage de Maria Laforcade et Emmanuel Fillon :

Avec la neige, à Gavarnie, les accés aux maisons isolées sont déneigées

17 Jan

Circulation dans les Pyrénées : l’Andorre, les stations du Grand Tourmalet et de Gavarnie restent inaccessibles en voiture en raison de la neige

Une rue de Barèges (16/01/2017) ©Grand Tourmalet

Une rue de Barèges (16/01/2017)
©Grand Tourmalet

Ce mardi matin, de nombreuses routes de montagne restent impraticables en raison de la neige dans Pyrénées. L’accès en Andorre, au tunnel du Puymorens, aux stations de ski de Barèges et de Gavarnie notamment reste ce matin encore impossible.

Les chutes de neige continuent ce mardi matin dans les Pyrénées. La sécurisation des axes routiers et leurs dégagements sont en cours. Mais de nombreuses routes restent encore interdites à tous les véhicules. Parmi les axes les plus fréquentés, il y a notamment la RN20 qui mène au tunnel du Puymorens et aussi au Pas de la Case en Andorre.
Le point sur la situation :

Le tunnel du Puymorens est de nouveau accessible avec les équipements spéciaux.

Les routes de la Mongie et de Barèges sont en cours de dégagement mais elle ne rouvriont au mieux que dans l’après-midi.

Le col d’Azet, la liaison entre le Pla d’Adet et Espiaube, le col d’Aspin, la D12 vers Luz Ardiden, le col du Soulor, l’accès à Couraduque sont à cette heure inaccessibles en voiture.

Dans l’Ariège, la route qui conduit au plateau de Beille est également fermée en raison des congères qui se sont formées. Même situation du côté de la petite station de Goulier.

Les équipements spéciaux sont obligatoires sur l’ensemble du réseau routier des Pyrénées dès 700m. La situation doit progressivement s’améliorer en cours de journée. Les chutes de neige doivent cesser et les chasse-neige et les saleuses auront déblayé le plus gros de la neige. Des tirs de prévention d’avalanche doivent être exécutés dans les prochaines heures afin de sécuriser le réseau.

Pour suivre l’évolution de la situation en direct :

30 Nov

Gavarnie avance l’ouverture de sa saison de ski

Wevcam Gavarnie 30 novembre 2016

Wevcam Gavarnie 30 novembre 2016

Les stations ont majoritairement reporté leur date d’ouverture. Ce n’est pas le cas de la petite station de ski familiale Gavarnie-Gèdre qui avec un manteau neigeux confortable a décidé d’ouvrir prématurèment du jeudi 8 au 11 décembre pour le grand week-end de Immaculada au lieu du 17 décembre comme prévu initialement.

Les dernières chutes de neige ont été particulièrement bénéfiques à Gavarnie-Gèdre. 70cm de poudre s’y sont déposés lors des dernières chutes. La bonne exposition de la station, son altitude (entre 1850 et 2400m) sont des atouts évidents pour la neige : froide et abondante. Fort de ce constat les exploitants de la station ont pris la décision d’ouvrir en avance sur la calendrier prévisionnel afin d’attirer les touristes espagnols qui profiteront de leur week-end prolongé de l’Immaculada.

80% du domaine sera donc ouvert du 8 au 11 décembre de 9h à 17h. Puis, la station fermera à nouveau ses portes avant l’ouverture en continu de la saison à patrir du 17 décembre et jusqu’au 12 mars.

les dates d’ouverture des stations des Pyrénées

24 Nov

1 mètre de neige au Pic du Midi

Pic du Midi ©Aurélie Arberet

Pic du Midi
©Aurélie Arberet

Cette fois, elle est bien là. Les dernières précipitations neigeuses ont apporté 1m de neige fraîche à 2877m d’altitude au Pic du Midi. L’ensemble de la chaîne a été servi en poudreuse. Particulièrement à l’ouest, dans le Pays Basque, où la neige est descendue jusque dans les vallées.

Chaque hiver l’arrivée de la neige réserve son lot de surprise. Attendue plusieurs mois par les amateurs de glisse, quand elle est enfin là, les plus mordus se projettent, préparent le matériel et montrent à la terre entirère que la neige est bien là.

Au Pic du midi, un mètre de neige ont été relévé ce jeudi matin. Au-dessus de 2500m il est tombé entre 70cmm et 100cm de neige.

Après les images déprimantes de pistes de ski enherbées, les voici couvertes d’un joli manteau blanc. A Ax 3 Domaines, les paysages ont blanchi.

Ça claque aussi sur les sommets, comme ici à Gavarnie :

D’ailleurs la photo satellite des Pyrénées confirme les chutes de neige abondantes. Ça se voit et ça fait plaisir.

17 Nov

Le Parc National des Pyrénées préfère les mules au tracteur pour le débardage d’une parcelle de forêt près du cirque de Gavarnie

Les mules ©Stlvain Rollet

Les mules
©Sylvain Rollet, chargé de mission Eaux et forêts au Parc national des Pyrénées.

Afin préserver le sous-bois, le Parc National des Pyrénées a mené en collaboration avec l’Office National des forêts une opération d’afflouage, d’abbatage d’arbres. Le débardage de la parcelle située à proximité du cirque de Gavarnie a été effectué par deux mules.

Les mules se subtituent aisément au tracteur pour effectuer les opérations de débardage (transport des arbres abattus sur le lieu de coupe) quand il s’agit de zone difficile d’accès et de territoires protégés par la convention du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Après une sélection minutieuse des arbres, réalisée à la fin de l’été par les agents de l’office national de la forêt (les arbres présentant des atouts de biodiversité (cavité par exemple) ont été préservés). Les autres ion été abattus. Les arbres coupés sont transportés depuis leu lieu de coupe jusqu’à la piste avec l’aide de deux mules Tartine et Loura, les mules de Julien Latapie.

Les impacts du débardage notamment aux abords de la piste qui mène au cirque de Gavarnie sont ainsi minimisés. Les bois seront ensuite récupérés par les affouagistes de Gavarnie.
Cette opération qui intervient dans le cadre de la Convention interrégionale du massif Pyrénées doit s’étaler sur deux ans pour un montant global de 3 400€.

Le reportage de Régis Cothias et Emmanuel Fillon :


Des mules pour préserver l’environnement dans le Parc National des Pyrénées

07 Nov

La population des bouquetins des Pyrénées s’agrandit de 14 individus supplémentaires

Lâcher du 2 novembre 2016 ©Yannick Bielle

Lâcher du 2 novembre 2016
©Yannick Bielle

Et de 14 ! C’est le nombre de bouquetins qui ont été réintroduits début novembre dans le Parc National des Pyrénées, lors du dernier lâcher de l’année. Et aussi, le plus important qu’ait connu le parc depuis le début du plan de repeuplement du massif des Pyrénées, il y a deux ans.

L’implantation du bouquetin espagnol dans les Pyrénées se passe bien et se déroule à un bon rythme. Mercredi 2 novembre aux alentours de 22 heures, 14 bouquetins venus de la Sierra de Guadarrama ont été lâchés dans le Parc National des Pyrénées dans le secteur de Gavarnie-Gèdre. Soient dix femelles et quatre mâles qui viennent compléter le cheptel déjà implanté et apporter également un peu plus de variété génétique.

Une quarantaine de personnes ont pu assister à l’évenement dans une ambiance étoilée. Pyrène, Cléo, Chipie, Soeix, Yoni, Sylène, Chloris (déesse des fleurs grecque), Merkha (belle en améridien), Dora et Missa pour les femelles, Jazzy, Titou, Pelton et Monmon pour les mâles ont pris pied dans les Pyrénées depuis le col de Ripeyre.

En tout, ce sont quatre-vingt-cinq individus qui peuplent le territoire du parc. Il faudra attendre le printemps 2017 pour de nouvelles réintroductions.

29 Sep

[Feuilleton] Gavarnie : des hommes sur la Brèche

La brèche de Roland un passage naturel entre France et Espagne ©MaxPPP

La brèche de Roland un passage naturel entre France et Espagne
©MaxPPP

La brèche de Roland à Gavarnie dans les Hautes-Pyrénées : cette percée dans la muraille des Pyrénées à 2807 mètres d’altitude est une des curiosités géologiques de la chaîne et un des sites les plus prisés des randonneurs.

Pour accueillir les passionnés de montagne, le refuge de la brèche de Roland fait peau neuve. L’extension et la rénovation du bâtiment de 1956 est en cours pour une inauguration au printemps 2018. A terme, la capacité du bâtiment sera porté à 70 personnes, soit 13 de plus qu’aujourd’hui. Les randonneurs gagneront en confort dans de nouveaux dortoirs plus espacés.

©EG / France 3 Midi-Pyrénées

©EG / France 3 Midi-Pyrénées

Pour accéder au refuge, deux chemins s’offrent aux randonneurs : partir de Gavarnie, traverser le cirque et remonter par la périlleuse échelle des Sarradets ou entamer les deux heures de marche depuis le parking du col des Tentes. Mais pour certains, le trajet ne dure qu’à peine deux minutes : les rotations d’hélicoptère se multiplient depuis le mois de mai pour acheminer les ouvriers, les dizaines de tonnes de matériaux nécessaires à la construction et le ravitaillement. Un chantier sans équivalent dans la région, dans un décor minéral qui a fait rêver les premiers pyrénéistes comme Henry Russell au 19ème siècle.

Héliportage du col des Tentes au refuge de la brèche de Roland :

Le refuge de la Brèche de Roland (1/5)

Les travaux de rénovation et d’extension du refuge

Le reguge de la Brèche de Roland (2/5)

La grotte d’Henry Russell de la Brèche de Roland

Le refuge de la brèche de Roland (3/5)

La brèche de Roland, dans le sillage Flavien Luc, garde moniteur du Parc National

Le refuge de la brèche de Roland (4/5)

Une soirée d’orage au refuge avec Lionel Marquis, gardien des lieux depuis 17 ans

Le refuge de la Brèche de Roland (5/5)

Tangi Kermarrec, reportages Marc Raturat

18 Mar

La station de ski de Gavarnie joue les prolongations ce week-end

©Pierre Meyer / OT Gavarnie Gèdre

©Pierre Meyer / OT Gavarnie Gèdre

Pour terminer la saison en beauté, la station de Gavarnie a choisi de prolonger la saison d’un week-end. Il faut dire qu’à l’inverse du début de saison, la neige est cette fois au rendez-vous. La totalité du domaine est préparée pour accueillir les skieurs ce week-end.

Voilà de quoi réjouir les amateurs de ski et de beaux paysages. La station familiale de Gavarnie qui avait prévu de finir la saison de ski le week-end du 12 et 13 mars a décidé de proposer deux jours supplémentaires de glisse les 19 et 20 mars. Histoire d’oublier un début de saison difficile, et de finir la saison en beauté, on nous promet un domaine skiable ouvert à 100% et un forfait à prix unique de 19,5€.

La fin de saison se profile un peu partout dans les Pyrénées, Cauterets a annoncé une fermeture le 24 avril, ce qui fera de la station la dernière de la liste. L’occasion pour ceux qui le veulent de prolonger la saison jusqu’aux prochaines vacances de Pâques.