22 Jan

L’exécutif régional PS choisit Christophe Grudler pour siéger dans un lycée de Belfort, la droite s’indigne

Pour Didier Vallverdu, seul élu régional LR du Territoire de Belfort, le MoDem Christophe Grudler est "un mercenaire de la politique" (DR)

Pour Didier Vallverdu, seul élu régional LR du Territoire de Belfort, le MoDem Christophe Grudler est « un mercenaire de la politique » (DR)

La session de jeudi au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a permis de désigner l’ensemble des représentants de la Région au sein des conseils d’administration des lycées. Pour la première fois, certains de ces représentants seront issus du Front national (lire ici). Mais une partie des sièges dévolus à la Région seront occupées par des personnalités non élues. Or, à Belfort, un nom interpelle: le MoDem Christophe Grudler, ennemi juré de la droite locale, siégera au sein du conseil d’administration d’un lycée de la cité du Lion. « Il est devenu le porte-valise du PS », s’insurge le conseiller régional LR Didier Vallverdu dans un communiqué. Continuer la lecture

07 Sep

A Belfort, les élus de droite envisagent d’accueillir « quelques dizaines » de réfugiés

Florian Bouquet est le président du Département du Territoire de Belfort depuis mars 2015 (©f3fc)

Florian Bouquet est le président du Département du Territoire de Belfort depuis mars 2015 (©f3fc)

Les collectivités dirigées par des élus socialistes ne sont pas les seules à envisager d’accueillir des réfugiés syriens. Invité ce dimanche soir du 19-20, Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort, a révélé qu’il avait tenu le jour même une « réunion de travail » avec Damien Meslot, député et maire de Belfort, membre du parti Les Républicains comme lui, afin d’envisager « une solution d’accueil (…) pour « quelques dizaines de migrants »« Nous devons réagir et raisonner avec notre coeur », a notamment affirmé Florian Bouquet. Continuer la lecture

05 Août

Damien Meslot: « Christophe Grudler ? Ce serait un casus belli »

Damien Meslot et Christophe Grudler (©f3fc)

Damien Meslot et Christophe Grudler (©f3fc)

Alors que les discussions s’éternisent entre les Républicains, l’UDI et le MoDem en vue d’un éventuel accord entre les trois partis pour les élections régionales (voir ici), le député Damien Meslot est catégorique: « Dans le Territoire de Belfort, c’est un Républicain qui doit avoir la tête de liste ». Il ne veut donc pas du chef de file régional du MoDem, son meilleur ennemi, lui aussi Belfortain, Christophe Grudler« Christophe Grudler tête de liste, ce serait un casus belli. Cela déclencherait une guerre terrible ». Une prise de position qui complique sérieusement la tâche de l’UDI François Sauvadet, la tête de liste régionale, qui mène actuellement les négociations. Continuer la lecture

05 Mai

Damien Meslot propose à François Hollande d’accueillir un centre de service militaire volontaire à Belfort

Damien Meslot (@f3fc)

Damien Meslot (@f3fc)

Le 27 avril, le Président de la République François Hollande annonçait à Alençon un dispositif d’insertion sous encadrement militaire, avec la création de sept centres de service militaire volontaire. Ces centres accueilleront 2000 jeunes hommes et femmes de 18 à 25 ans. Ils leur proposeront des formations professionnelles de six mois à un an, liées aux besoins des bassins d’emplois locaux ou des « secteurs en tension » à l’échelle nationale, comme l’hôtellerie et le BTP. Le député UMP et maire de Belfort Damien Meslot a fait acte de candidature pour sa ville.  Continuer la lecture

09 Mar

Meslot-Grudler : on a retrouvé la déclaration qui fait débat

Damien Meslot et Christophe Grudler (©f3fc)

Damien Meslot et Christophe Grudler (©f3fc)

C’est un classique du Territoire de Belfort: les électeurs auront droit à un nouveau duel entre Damien Meslot (UMP) et Christophe Grudler (MoDem). Pour le scrutin départemental des 22 et 29 mars, les deux hommes se présentent sur le même canton, Belfort 3. La candidature du député-maire UMP, qui a déjà annoncé qu’il démissionnerait en cas d’élection, a fait débat samedi lors de l’émission La Voix est libre. Christophe Grudler accuse Damien Meslot d’être revenu sur sa promesse de 2014. Entre les deux tours des élections municipales à Belfort, le premier avait retiré sa candidature en appelant à voter pour le second. Sur notre plateau, l’UMP Florian Bouquet a assuré que Damien Meslot n’avait jamais promis de soutenir Christophe Grudler aux cantonales. On a retrouvé un article de l’époque. Continuer la lecture

22 Déc

2014: le meilleur de l’année politique en 4 minutes chrono

urneenveloppesAvant de s’élancer avec bonheur vers 2015, rembobinons 2014. L’année qui vient de s’écouler fut riche en élections (municipales, européennes, sénatoriales) et modifia sensiblement le paysage politique franc-comtois. Jean-Pierre Chevènement, Jean-François Humbert et Jean-Pierre Michel ont tiré leur révérence. La droite (UMP et UDI) progresse, le Front national aussi. La gauche, et particulièrement le Parti socialiste, a multiplié les échecs. Quant à la parité, c’est toujours pas gagné… Notre résumé en images. Continuer la lecture

31 Oct

Les élus de Haute-Saône unis pour défendre la ligne 4 Paris-Belfort

Les trois élus ont été reçus au ministère des Transports (©f3fc)

Les trois élus ont été reçus au ministère des Transports (©f3fc)

Deux parlementaires de droite, un maire de gauche. Les élus de Haute-Saône ont fait cause commune ce jeudi au ministère des Transports. Le député-maire UMP de Vesoul Alain Chrétien, le sénateur-maire UMP de Luxeuil-les-Bains Michel Raison et le maire PS de Lure Eric Houlley, également conseiller régional, se sont retrouvés pour défendre l’avenir de la ligne ferroviaire Paris-Belfort. Dans un communiqué commun, ils saluent « les réels efforts de la SNCF et les travaux engagés par Réseau Ferré de France (RFF) pour le renouvellement des voies (91 millions d’euros d’investissements engagés pour la période 2015-2016 sur la zone Intercités Est) ainsi que l’arrivée des Coradia Liner d’Alstom à partir de 2016. »

« On revient de loin », souffle Alain Chrétien, qui précise qu’  » Continuer la lecture

01 Oct

« La jeunesse dans un sillon d’expérience »: l’hommage de Jean-Pierre Raffarin à Cédric Perrin

Le nouveau sénateur du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Le nouveau sénateur UMP du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Fraîchement élu sénateur dimanche, Cédric Perrin a découvert le Palais du Luxembourg ce mardi. A 40 ans, le maire et conseiller général de Beaucourt compte apporter un état d’esprit quelque peu novateur au sein d’une assemblée souvent moquée pour l’âge de ceux qui y siègent. « On a besoin d’avoir des élus en phase avec la société », juge ce père de deux enfants « en CE1 et au collège », précise-t-il. A son arrivée, Cédric Perrin a été accueilli par Jean-Pierre Raffarin, candidat malheureux à la présidence du Sénat. « Du sang neuf », s’est réjoui l’ancien Premier ministre, qui voit en Cédric Perrin, successeur de Jean-Pierre Chevènement dans le fauteuil de sénateur du Territoire de Belfort, « la jeunesse dans un sillon d’expérience ».

Continuer la lecture

15 Sep

Sénatoriales: la droite s’apprête à transformer l’essai des municipales

La gauche détient cinq des six sièges renouvelables en Franche-Comté (DR)

La gauche détient cinq des six sièges renouvelables en Franche-Comté (DR)

Les élections sénatoriales en Franche-Comté ne concerneront que trois départements sur quatre. Le Jura ne votera pas. Il l’a déjà fait en 2011. La droite y conservera donc ses deux sénateurs, Gilbert Barbier et Gérard Bailly. Ailleurs, il y aura du changement, forcément, puisque quatre des six sénateurs sortants ne se représentent pas. Et la gauche, malmenée lors des dernières municipales, a cinq sièges à défendre. La reconquête du Sénat par la droite pourrait donc passer par la Franche-Comté.

Continuer la lecture

12 Sep

Qui pour succéder à Jean-Pierre Chevènement? Les candidats aux sénatoriales dans le Territoire de Belfort

L'UMP espère conquérir le siège de sénateur de Jean-Pierre Chevènement

L’UMP espère conquérir le siège de sénateur de Jean-Pierre Chevènement

A 75 ans, Jean-Pierre Chevènement abandonnera son dernier mandat électif à la fin du mois. Ils sont sept candidats pour remplacer l’ancien ministre dans le fauteuil de sénateur du Territoire de Belfort. Forte de la conquête de la ville-préfecture en mars avec Damien Meslot, l’UMP mise sur le maire et conseiller général de Beaucourt, Cédric Perrin. La gauche présente quatre candidats, dont Yves Ackermann, le président du conseil général (PS), et Christian Rayot, le maire et conseiller général de Grandvillars, soutenu par le MRC du sénateur sortant.

Continuer la lecture