25 Mai

Annie Genevard dénonce l’enseignement de l’arabe, « langue communautaire »

Najat Vallaud-Belkacem et Annie Genevard (DR)

Najat Vallaud-Belkacem et Annie Genevard (DR)

A chaque jour sa question franc-comtoise pour Najat Vallaud-Belkacem. Après le Haut-Saônois Alain Chrétien hier, la ministre de l’Education nationale a été interpellée ce mercredi lors des questions au gouvernement par la députée du Doubs Annie Genevard. La déléguée générale du parti Les Républicains en charge de l’Education a dénoncé « l’introduction des langues communautaires », comme l’arabe, qui « encouragera le communautarisme » et défendu l’enseignement du français et des langues anciennes. « Nous ne serons jamais d’accord », lui a répondu la ministre.

C’est la requalification des enseignements de langue et de culture d’origine (Elco, lire ici), progressivement transformés en cours de langues étrangères classiques, qui est à l’origine de la question d’Annie Genevard.

« Cela à coup sûr divisera les Français »

« Dans le même temps, vous introduisez officiellement l’étude de la langue arabe dans le programme national, et vous réduisez par votre réforme du collège la place du français, celle des langues anciennes qui sont nos racines, ou des langues européennes comme l’allemand qui prospérait dans les classes bilangues. Cela à coup sûr divisera les Français » a dénoncé la députée LR du Doubs à l’Assemblée, qui interpelle le Premier ministre: « L’urgence commande que notre culture, pour être mieux partagée, s’affirme avec son mode de vie, son histoire et sa langue. Ne croyez vous pas que l’introduction des langues communautaires dans les programmes scolaires encouragera le communautarisme qui mine la cohésion nationale? »

« Toutes ces langues ont leur légitimité et leur intérêt »

C’est la ministre de l’Education nationale qui répond à Annie Genevard, dénonçant sa « conception » de la langue arabe et assumant sa politique en matière de langues étrangères: « Moi j’estime que dans notre pays, s’il y a bien une chose à faire, c’est diversifier les langues que les élèves apprennent à l’école, car toutes ces langues ont leur légitimité et leur intérêt. C’est la raison pour laquelle, dans la stratégie pour les langues vivantes que je développe à l’école, je fais en sorte qu’au-delà de l’anglais, nos élèves puissent avoir accès véritablement à de l’allemand, à de l’espagnol, à de l’italien, mais aussi à de l’arabe et à du chinois, et j’en suis fière ».

Cette prise de position a provoqué moult réactions sur les réseaux sociaux, notamment celle du député PS de Saône-et-Loire Christophe Sirugue.

siruguegenevard

Revoir l’échange entre Annie Genevard et Najat Vallaud-Belkacem

A lire aussi:

Fièvre catarrhale ovine: Annie Genevard demande des mesures massives de vaccination

Les élus de la montagne saluent le rapport d’Annie Genevard

Annie Genevard et le classement « injuste » des députés

La députée des Républicains Annie Genevard démissionne du Conseil supérieur des programmes

Réforme du collège: la prof de lettres Annie Genevard défend le grec et le latin

Annie Genevard interpelle Manuel Valls sur la substitution des jours fériés d’origine chrétienne outre-mer

  • <span class="author">vick</span>

    Cette langue communautaire, nous n’en voulons point si on nous l’impose. Si tel était le cas, je retirerai mes enfants de l’école où elle sera enseignée. Il ne reste plus qu’un an à supporter les fantasmes de la diversité.

  • <span class="author">personne</span>

    Gouvernés par des collabos