22 Avr

L’Occitan Pride

Samedi, les Occitans rouergats ont fait leur « coming out ». Avec l’Occitan Pride, plus de 2000 personnes ont investi les rues de Rodez pour clamer haut et fort leur fierté d’être occitans.

Dans le cortège, de nombreuses personnes peu habituées à ce type de manifestations : des associations locales, venues défendre le folklore de leur pays, mais également des corps de métier, comme les vignerons de Marcillac : « Je ne suis pas un militant occitaniste, mais je suis né ici, en Aveyron, rappelait Jean-Luc Matha. Cette journée permet aux gens de se retrouver, de se rencontrer, c’est quelque chose de beau pour nous parce que nous pouvons parler occitan comme nous le faisons chez nous. Je suis vigneron à Marcillac et les vignerons de Marcillac parlent occitan ». En tête du cortège, les moutons aveyronnais ouvraient la voie. « L’Aveyron est le premier département de France pour les moutons. C’est le moment de le faire voir, précisait André, éleveur. Nous sommes aveyronnais, occitans, il faut parler la langue pour ne pas qu’elle se perde et pour ne pas que l’on se perde. »

Une manifestation atypique donc, différentes des cridas occitanes précédentes. Mais si les revendications politiques étaient peu présentes, quelques militants avaient néanmoins fait le déplacement : « Oui, nous sommes fiers d’être occitans, il faut le dire et le redire. Mais il ne faut pas oublier que nous avons un Président élu qui a promis de signer la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il faut que la majorité tienne ses promesses », rappelait Gèli Grande, membre du Parti nationaliste occitan.

Mais pour les organisateurs, la manifestation avait pour revendication principale l’affirmation de l’identité occitane de chacun, le but étant justement de faire un rassemblement différent des autres : « Nous voulions avant tout problématiser et faire comprendre que la société dans son entier doit s’emparer du sujet, surtout ce monde occitan qui vit sa langue naturellement sans se poser de questions, explique Jean-Pierre Gaffier de l’Adoc 12. Et nous avons réussi car des gens qui n’avaient pas conscience de leur occitanité, qui parlaient toujours de « patois », se sont déplacés et ont utilisé les mots « occitan » et « fierté ». On ne pouvait pas rêver mieux. »

Une nouvelle édition de l’Occitan Pride devrait avoir de lieu l’an prochain, toujours en Aveyron mais ailleurs qu’à Rodez, « pour toucher et faire se bouléguer d’autres endroits du Rouergue ».

18 Avr

Quand les responchons repointent

Comme chaque année à la même période, ils attirent des centaines de gourmands dans les haies : les bartas comme on dit en Occitan. Vous vous demandez surement de qui l’on parle ?

Des responchons, plan solide… (prononcé respounchous). La plante occitane mythique qui annonce le printemps est enfin de retour un peu partout dans nos contrées et il est donc très fréquent en ce moment même de trouver des marcheurs, cueilleurs éparpillés en pleine campagne, munis d’un panier, prêt à ramasser ces fameux responchons. Si vous n’en avez jamais vu, c’est que vous n’avez donc jamais gouté à cette délicieuse amertume qui caractérise la plante.  Les Aveyronnais, les Tarnais, et autres habitants du Nord de la région Midi-Pyrénées en sont complètement friands. Il n’y a d’ailleurs guère qu’eux qui les ramassent. Alors si l’envie vous prend, n’hésitez pas à aller faire un tour dans les haies, les sous-bois, les fossés mais attention, ne confondez pas avec l’asperge sauvage car le responchons n’est pas de cette famille-là. Il s’agit du tamier commun. Une fine tige verte dont la pointe graine, qui pousse en s’entortillant autour de tout ce qu’elle peut, et qui apparaît en groupe. Il vous en faudra une bonne poignée pour les déguster.

EN VIDEO : la cueillette des responchons dans le Tarn

Si les habitants des campagnes consomment du responchons depuis des siècles, c’est parce qu’il apparaît exactement au moment de ce que l’on appelle la « soudure ». Lorsque les réserves de l’hiver sont terminées et que le jardin n’est pas encore prêt à produire, il ne reste plus qu’à se tourner vers la nature pour y cueillir ce qu’elle voudra bien offrir. Les responchons deviennent ainsi une évidence pour les Occitans, les Catalans, mais également bien d’autres populations car la présence de ce tamier commun est attestée tout autour du bassin méditerranéen. Pour la recette, c’est une autre histoire. Chacun a surement ses petits secrets. Crus, cuits, en salade accompagné d’œufs mollets, de lardons, de pomme-de-terre ou encore en omelette, le meilleur conseil à vous donner est d’aller demander directement à ceux qui les ramassent… mais dépêchez-vous car les responchons ne pointent leur tête que pour trois semaines au maximum.

Clamenç Alet

© Clamenç Alet

11 Avr

L’alternative à la Charte

© Eric Fefenberg / AFP

Cette fois-ci, on n’en parle plus. Fermez le ban… ou presque. Alors qu’une fausse information sortie mercredi dernier annonçait l’arrivée dès le mois prochain d’un nouveau texte défendu par Christiane Taubira sur les langues régionales à l’Assemblée Nationale, une vraie information a, en revanche, marqué la fin de semaine dernière. C’est à l’Elysée que le député breton Paul Molac, accompagné des eurodéputés François Alfonsi et Jean-Jacob Bicep ont été reçus vendredi par deux conseillers de François Hollande. Une petite entrevue à Paris pour parler du pays. « Les parlementaires ont exprimé leur extrême déception suite à la décision du Président de la République de retirer la ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires de la modification constitutionnelle qui sera proposée au Congrès dans les mois à venir » précise Paul Molac dans un communiqué. Rien de nouveau jusque-là, hormis le fait que c’est au sein même du Palais que la « Protesta » a pu résonner. Reste à savoir si l’écho de la révolte a pu atteindre les oreilles du Président. Rien n’est moins sûr, d’autant que la période politique qu’il traverse semble plutôt consacrée à l’extinction d’autres feux bien plus fournis. « C’était un peu agité dans couloirs de l’Elysée, mais je crois que l’entretien a été pris au sérieux » confie François Alfonsi. Le Président de la République aurait tendance à agacer ces députés, élus, ainsi qu’un bon nombre de défenseurs des langues régionales. La 56ème promesse du candidat Hollande ne sera pas tenue et c’est « une trahison » pour François Alfonsi. Puisque la voie de la ratification de la Charte ne semble pas s’engager, les élus ont donc proposé un autre chemin. « L’autre piste que nous avons soumis à David Kessler qui nous a reçu, c’est d’arriver à une réforme constitutionnelle qui puisse doter les collectivités, en particulier les Régions, d’une liberté d’action totale en faveur des langues régionales en usage sur leur territoire » explique l’eurodéputé François Alfonsi. « Cette réforme de la Constitution, qui ouvrirait ensuite le champs à une loi, pourrait permettre, par exemple, de décider en Corse si le corse peut devenir langue officielle. Cela permettrait de prendre des dispositions pour adapter l’enseignement de la langue en fonction des demandes ». Reste maintenant à savoir si l’alternative sera ou non retenue. « On a nous promis une réponse d’ici un mois. On ne lâche rien de toute façon ». Le temps presse, la révision constitutionnelle est annoncée pour l’été et il n’y en aura vraisemblablement qu’une d’ici la fin du quinquennat.

Clamenç Alet

09 Avr

Occitan Pride, J-10

A défaut de Gay Pride, c’est bien une Occitan Pride qui est censée déferler dans les rues de Rodez le 20 avril prochain. A l’initiative de la Coordination Occitane, née juste après les Assises de la Culture occitane dans l’Aveyron en 2009, le « Grand passacarrièra » entend bien réveiller la part d’occitanité qui sommeille en chaque rouergat. En 1971, l’écrivain Henri Mouly avait lancé un appel « al pòble de Roèrgue », mais il avait été peu entendu. Quarante-deux ans plus tard, les organisateurs lancent à nouveau cet appel et espèrent réchauffer pour de bon la cité.

Sans revendication précise, la marche des fiertés occitanes  est uniquement l’occasion de s’afficher « Occitan », chacun à sa façon : du simple locuteur, conscient de parler peut-être plus qu’un vulgaire patois, aux militants occitanistes, en passant par tout ceux qui ont choisis de venir cueillir et s’approprier un bout cette culture rouergate. A 10 jours de l’événement, on annonce la participation aussi diverse que variée des vignerons de Marcillac, à la confrérie du fromage de Laguiole, des groupes folkloriques des quatre coins du département au Mac d’Oc d’Arvieu, des enfants des écoles bilingues ou des calandretas au camion électrique de l’entreprise Braley. Tout cela bien entendu sans parler des dizaines de groupes de musiques, chanteurs, artistes, performeurs ou encore joueurs (de quilles évidemment). Il y en aura donc pour tous les goûts et à peu prêt toutes les couleurs. Dans ce fourre-tout occitan, pas de condition particulière pour les élus ou les politiques qui prendront la parole, s’ils le souhaitent, dans un recoin de la place du Bourg, point d’orgue du « Grand Passacarrièra ».

« Plus un pays porte collectivement sa culture, plus il est en cohésion sociale, plus il est en dynamique, plus il est attractif, plus il crée, plus il invente, plus il accueille ! », affirment collectivement les membres de la Coordination Occitane qui appelle au rassemblement. Nul doute que les Occitans répondront présents et peut-être même au-delà de ce qui était prévu. Depuis que les organisateurs ont lancé leur appel pour le 20 avril, le contexte politique concernant les langues régionales en France s’est tout récemment dégradé. Le président Hollande a renoncé le mois dernier à sa 56ème promesse de campagne qui devait voir ratifier la Charte Européenne des Langues et Cultures Minoritaires et le projet de loi de refondation de l’Ecole de Vincent Peillon a failli totalement oublier les langues régionales. Pour l’heure, les organisateurs n’ont pas modifié leur appel ni reprécisé leurs revendications mais il se pourrait bien que les Occitans aient une raison de plus de défiler pour ce « Grand Passacarrièra ».

Clamenç Alet

05 Avr

Taubira ne défendra pas de nouveau texte

© AFP

Nouvel épisode dans la série : « la ratification de la Charte Européenne aura-t-elle lieue ? ». Cette semaine, une agence de presse basque a délivré une information selon laquelle la ministre de la Justice Christiane Taubira défendrait le mois prochain à l’Assemblée Nationale un nouveau texte qui s’intitulerait : « la République peut ratifier la charte des langues régionales ». L’information, reprise également par une partie de la presse occitane, s’appuie essentiellement sur un communiqué de la députée PS des Pyrénées-Atlantiques Colette Capdevielle du 3 avril. Elle estime que l’avis négatif du Conseil d’Etat, empêchant cette fameuse ratification est « juridiquement contestable » et annonce donc que la Ministre de la Justice présentera un nouveau texte « devant les assemblées parlementaires en mai, appelant un vote des 3/5è par le Congrès en juillet ou en septembre prochains ». Une annonce qui a donc fait renaître un peu d’espoir du coté des défenseurs des langues régionales, largement échaudés pour ne par dire déçus, par le renoncement gouvernemental à s’engager dans la voie de la révision constitutionnelle, préalable à la ratification de la Charte. Mais ce peu d’espoir risque bien de se transformer en grand désespoir. Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois à l’Assemblée Nationale, député très investi dans ce dossier des langues régionales est formel : « La Garde des Sceaux n’a – hélas – aucunement le projet de porter un tel texte ». L’annonce de sa collègue Colette Capdevielle semble être une mauvaise interprétation de propos que Jean-Jacques Urvoas a tenu dans ce dossier, définitivement complexe.

Clamenç Alet

02 Avr

Diwan en haut du tableau

Ecole Diwan ©MaxPPP

Dans la famille « classement des meilleurs », je demande… les lycées ! Certes c’est un palmarès qui revient chaque année avec son lot de critiques et de remises en cause mais c’est un classement qui fait parler. Non, les Occitans n’ont rien à voir avec ce classement des meilleurs établissements de la seconde à la terminale établi le 27 mars dernier par nos confrères du Figaro. Non, les Occitans n’y figurent pas mais les Bretons décrochent eux la timbale. Tout en haut du tableau, la place du meilleur lycée de France est donc attribuée au lycée Diwan de Carhaix Plouguer dans le Finistère. Diwan ? Qu’es aquò ? A cette question, les Occitans savent répondre, à la différence du Figaro qui ne donne aucune précision sur l’établissement. Diwan n’est autre que l’équivalent breton des Calandretas, les écoles laïques privées occitanes. Un lycée breton où l’on pratique le bilinguisme entre le français et une langue régionale qui passe devant les lycées parisiens Louis Le Grand et Henri IV ? Macarel ! Sur ce coup-là, les Bretons ont donc pris une petite longueur d’avance sur les Occitans d’autant qu’il n’existe pas encore de lycée Calandreta en Occitanie.

Clamenç Alet

25 Mar

La lenga nòstra, la vòstra lenga.

Clément en plein tournage

Ce dimanche dans Viure al Pais, c’est une émission originale que nous vous proposons. Originale et inédite puisque nous n’avons jamais consacré d’émission entière à la langue occitane, et rien qu’elle. Nous remonterons la source historique de l’occitan, d’où vient cette langue ? La lenga d’òc : une langue et non pas un patois. La différence est essentielle et c’est un linguiste, Pierre Salles qui nous expliquera pourquoi. L’émission aura aussi pour vocation de vous ouvrir les écoutilles. L’occitan est une langue dont les accents donnent 5 grandes familles de « parlers » : le gascon, le limousin, l’auvergnat, le languedocien et le provençal. Un peu comme 5 doigts d’une même main. Et ce n’est pas Alain Rey, le grand linguiste français qui va dire le contraire. Le temps d’un reportage, il nous a ouvert les portes de son univers et nous a donné sa vision, son regard sur cette langue occitane, qu’il connaît bien mieux que de nombreux occitanistes.

Langue transmise ou langue apprise, l’occitan n’est pas seulement la langue des vieux ou des paysans. C’est aussi la langue des Rois en Béarn, la langue administrative dès le 10ème siècle, la langue des troubadours, celle qui a donné au français le mot AMOUR, une langue qui change, qui se ré-invente, une langue vivante, qui séduit aussi ceux qui n’ont pas grandi en Occitanie.

Clément Alet

21 Mar

La douche froide

François Hollande - Photo : Fred Dufour AFP

Si le mois de mars est annoncé par tous les observateurs comme le mois plus difficile à vivre pour le gouvernement et le Président de la République, il en est tout autant concernant le monde occitan et plus largement les défenseurs des langues régionales en France. A qui la faute?  A ce gouvernement et son Président François Hollande qui semble avoir tout bonnement oublié sa 56ème promesse de campagne : celle où il annonçait qu’il « ferait ratifier la Charte européenne des Langues Régionales et Minoritaires ». Une position claire, forte, qui avait d’un coup d’un seul, permis de récupérer les voix des électeurs pro langues régionales. La campagne électorale avait été claire, pour une fois, entre les candidats sur la question. Nicolas Sarkozy s’était largement démarqué de son adversaire en affirmant que « quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires ».

Mais l’espoir suscité par Hollande auprès des Occitans tout autant que des Bretons vient de voler en éclat. Le 13 mars dernier, le Conseil des Ministres s’est notamment réuni pour discuter de la prochaine réforme constitutionnelle. Au menu des festivités, un certains nombre de dossiers dont celui de la fameuse Charte qui n’arrivera au final, jamais sur la table du Conseil. L’executif a renoncé à s’engager dans une modification de la Constitution, préalable à la ratification. Una brava recuolada comme on dit en oc, un large pas en arrière qui permet au gouvernement d’aller se cacher derrière d’avis négatif du Conseil d’Etat pour augmenter son choix. Ce retour à la case départ intervient au moment même où un « comité consultatif national sur les langues régionales et la pluralité linguistique interne » a été crée par la Ministre de la culture, Aurélie Filippetti et dont le rôle est de préparer la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Ce comité réuni 10 membres, dont le conseiller régional occitan David Grosclaude et s’est tenu pour la première fois le… 6 mars dernier, soit 7 jours avant sa mort programmée. Ce mois de mars est décidément long et compliqué.

Clément Alet

19 Fév

Calandreta à l’heure chinoise

Du mandarin dans une classe occitane : une première pour les élèves de calandreta autant que pour les enseignants chinois qui ont traversé la moitié de la planète pour quinze jours d’immersion en Occitanie. Vanessa, Shikun et deux autres collègues ont quitté leur classe d’Hangzhou pour effectuer un voyage professionnel au cœur des calandretas et plonger dans la pédagogie Freinet. Une pédagogie participative centrée sur l’enfant qui n’est pas celle pratiquée dans l’Education Nationale. Depuis plus de 30 ans, les écoles occitanes utilisent cette forme d’apprentissage dans les classes et apparaissent aujourd’hui comme un véritable modèle dans la pratique de cette pédagogie. Dans l’ombre du géant calandreta avec ses 3300 élèves et ses 55 établissements, Shikun et ses collègues sont donc venus prendre note. Il y a deux ans, ils ont ouvert à Hangzhou, en Chine, la seule école qui utilise la pédagogie Freinet. Quinze élèves sont pour l’heure inscrits dans cet établissement trilingue : mandarin, anglais et français. « Nous ne savons pas vraiment si nous utilisons correctement la pédagogie Freinet dans notre classe en Chine car nous n’avons pas d’autres exemples. On a lu, on a appris la pédagogie Freinet mais on a des doutes. On est donc venus vérifier nos méthodes et en apprendre de nouvelles », résume Shikun Lu, le responsable du site de l’école d’Hangzhou.

Sur le terrain, la délégation chinoise a donc poussé les portes des calandretas de Nîmes, Bésiers, Toulouse et de Montpellier avant de faire un détour par le centre de formation Aprene qui forme les professeurs qui enseignent dans les écoles occitanes. « Nul n’est prophète en sont pays. Voilà plus de trente ans qu’on enseigne avec la pédagogie Freinet en Calandreta et on ne peut pas dire que les autorités en général ou l’Education Nationale en particulier fassent preuve d’enthousiasme à notre égard. C’est une forme de reconnaissance de voir que ce sont des gens qui sont à l’autre bout de la planète qui s’intéressent à nous » résume Patrice Baccou, le responsable du Centre Aprene.

Une reconnaissance réciproque puisque Shikun Lu l’affirme sans retenue : « j’ai été très surpris par l’autonomie des enfants de calandreta en classe. Nous avons du mal à gérer une classe de 15 élèves avec deux ou trois professeurs alors qu’ici, un seul enseignant gère parfaitement 25 enfants ». Peut mieux faire donc… mais, faire vite ! Dès l’année prochaine, une seconde école Freinet devrait voir le jour à Shanghai avec 70 élèves.

Clément Alet

> lien internet pour découvrir le site du Freinet Education Center

> reportage sur la visite de la délégation chinoise dans l’édition occitane de ce samedi 23 février à 19h15 sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon.

15 Fév

Tant val ne rire (mieux vaut en rire)!

 

 

 

La setmana passada, los Occitans èran a enregistrar l’emission del 24 de febrièr. Una THEMA sul Rire d’òc al teatre La Rampa de Montpelhièr. Vos sètz regalats ? Aqui de que contunhar de se petar la ventresca !

La semaine dernière, les Occitans enregistraient l’émission du 24 février. Une THEMA sur le Rire Occitan enregistrée au théâtre La rampe de Montpellier. Vous avez aimé l’émission de Viure al País ? Voilà de quoi poursuivre.

BOUQUINS DVD et CD : Rire occitan

Une BD occitane « Bestias à Bon Dieu » aux éditions Fluide Glacial par Jean-Yves Ferri – une BD en occitan avec un humour très occitan inspiré du milieu agricole tarnais: un héros particulier Aimé Lacapelle, as de la police agricole du B.I.T. (Bureau d’Investigation Tarnais)

Pòl-Emili lo petit inuit de Letrio – éd. Vistedit

Des planches d’une à deux pages  en bandes-dessinées sur les facéties de Pòl-Emili. De l’humour, de  l’occitan… Pour adultes débutants, enfants bilingues – ou le devenant.

Contes de rire

Escrich per Daniel Chavaroche.Ilustrat amb de dessenhs manificas e amb fòrça colors per Mayana Itoïz.Edité par le CRDP-d’Aquitaine en 2005. Se trapa un libret d’acompahament pedagogic sul sitihttp://crdp.ac-bordeaux-fr/capoc. Dos CD audio enclùs dedins. Huit contes humoristiques avec des animaux comme protagonistes, pour faire la lecture aux petits avant de se coucher                                                             Texte en occitan et traduction française sur le CD audio.

CD NHÒRLAS Daniel Chavaroche Cet enregistrement comprend 28 nhòrlas (histoires drôles) du conteur et humoriste sarladais Daniel Chavaroche

Contes atal  (+ CD )

de Antonin Perbòsc

Postfaci de Josiana Bru

Contes dits per Robèrt Martí

Des contes rimés, érotico-comiques

Micheu CHAPDUELH – COLERAS (chroniques) Enfin rassemblées, 65 Colères de M. Chapduelh. L’auteur en est sûr : l’absurdité toujours plus grande du monde que nous connaissons nous mènera logiquement vers une absurdité plus grande encore. Ce n’est pas une raison pour se laisser aller et mourir de langueur ! Nous crèverons peut-être, mais pas sans rire ! (NOVELUM – ENSAGES)

Collection CACALAS aux éditions Vent Terral – voir les 8 bouquins sur le lien

http://www.vent-terral.com/colleccion/cacalas.php?lien=colleccion

Catinou et Jacouti : Adissiatz pla brave mounde ! Editions du Raffut Personnages à peine caricaturaux,Catinou et Jacouti, sont en fait deux types humains universels tels qu’on peut en rencontrer encore dans tous les villages de nos terroirs d’Oc. Cette authenticité leur a valu, dès leur apparition sur les ondes de la radio toulousaine à l’automne 1944, de connaître un éclatant succès qui n’a jamais cessé de se confirmer et qui, par son ampleur et sa durée, n’a pas d’équivalent dans les annales de la culture populaire occitane. Textes et dessins de CHARLES MOULY

DVD Charles Mouly : L’aventure de Catinou
Un film de 52’ par  Joëlle GinestetBruno Bastard Pour tout ce qui concerne « Catinou et Jacouti » cf pour commander catalogue de l’association PAÍS DE CATINOU Minjacebas – Sent Lis – voir page internet

http://paisdecatinou.over-blog.com/article-commander-le-dvd-l-aventure-de-catinou–41757137.html

DVD des humoristes Clamenç (André Clément), Padena (Robert Martí)

 

CLAMENÇ presenta AGACHS (DVD )

« … Un uèlh agut sus la societat d’ara… L’argent… los medias… un pesic d’escarniment… un dedal de ferocitat… un culhièr de politica… tot aquò plan salat, pebrat amb una flaira d’impertinença. Lo Clamenç vos servís un platèu de rire canhis e d’esmoguda… «  ( Un regard aiguisé sur la société actuelle… l’argent… les médias… une pincée de dérision… un doigt de férocité… tout ceci salé, poivré avec un soupçon d’impertinence… Clamenç vous offre un lateau de rire grinçant et d’émotion…)

Photographies et conception : Georges Souche

 

30 ans de scène en DVD : Padena : PADENISSIMO Vol. 1 – Edition célia Depuis 29 ans, le phénoménal Padena, alias Robert Marty, parcourt tout le pays d’oc de ville en village, de récitals en soirées et rassemble autour de lui toutes les générations confondues. Affublé de sa blouse et de son béret, vaquí Padena et toute sa famille de Padenasses, de Padenous, toute une équipe sortie de ses histoires en langue d’oc pour rire de bon cœur ! L’humour de Padena nous aide à mieux comprendre ce qu’est l’humour en général. Par sa pratique de la langue d’Òc, son rôle devient majeur. Avec ses vannes, loin de ridiculiser son propre auditoire, loin de ridiculiser la langue en la confinant dans un usage restreint (ruralité, spécificité locales, grivoiseries), il réussit, en établissant avec son public une étroite connivence dans l’évocation de leurs univers culturels, à se moquer gentiment des vieux travers en aidant les gens à les dépasser sans développer aucune honte de ce qu’ils avaient été, aucune occultation de leur propre histoire.  Du très grand art !!!… »

Les Titeuf, Astérix et les Gaston Lagaffe et autres BD traduites en occitan

INTERNET VIDEOS

 

Laurent Labadie L’Occitanie en Baignoire et autres sur youtube                            https://www.youtube.com/watch?v=KjpV7UQGd4M

Les vidéos du collectif Dètz – rubrique humor                            http://www.detz.tv/spip.php?article442&lang=oc

Las cogordas awards                                                                  http://www.cogordasawards.com/

CLAUDI e FIFINA http://www.claudi-e-fifina.com/

Lo Francis de Gindon sur daylimotion https://www.dailymotion.com/video/xgbxxx_blagues-en-occitan-de-francis-de-gindou-extraits_fun#.URJjwIcxhYU

E enfin : Lo Camar-Sostrar Ou Le Collectage Amoureux Chez Les Gascons De Toujours Version gasconne du Khamâ Sutrâ, texte E. Astié, dessins Tita. AAEL Toulouse, 1998

 

Dossier réalisé par Vicenta Sanchez et Benoît Roux

RSS