15 Fév

Collegi d’Occitania

Collegi d’Occitania – enseignement de l’Occitan à distance

Quelque soit votre niveau et où que vous habitiez, le Collegi d’Occitania vous propose des cours en ligne totalement personnalisés. Une formation qui s’adapte à chacun : débutant ou personne voulant se perfectionner, en vue par exemple d’une habilitation pour enseigner l’occitan, tout est possible.
Pour en savoir plus : http://collegioccitania.com

L’équipe de notre Jornalet Occitan a rencontré, il y a quelques jours, un stagiaire à Bosc près de Lodève. Il nous fait part de son expérience de formation à distance … de quoi donner envie de s’y mettre tout de suite…

 

@ Vicenta

 

 

16 Jan

Rescontre sus l’occitan a l’Educacion Nacionala

Dijòus 11 de gènier, la FELCO portèt sas revindicacions au ministèri de l’educacion nacionala, se parlèt en prioritat daus pòstes aus concors d’ensenhament.

FTV_2895-00_00_04_22

Maria-Joana Verny, co-secretària de la FELCO

 

Dempuèi lo mès de mai, la novela còla en plaça au ministèri de l’Educacion Nacionala reçaup sos interlocutors, e las lengas minorisadas deguèron un pauc esperar. La FLAREP (Federacion per las Lengas Regionalas dins l’Ensenhament Public) aguèt un entreten en decembre, amb de representents de cada lenga dins la delegacion. Fin finala es lo 11 de gènier qu’un acamp consacrat sonque a la lenga d’òc dins lo servici public se tenguèt. Jan Lespoux lo president de la FELCO e Maria-Joana Verny, la co-secretària, anèran a Paris encontrar Matthieu Lahaye, conselhièr dau ministre Jean-Michel Blanquer. Aquèu ministre aviá declarat au mès de junh que seriá « en sosten a una vitalitat de las lengas regionalas ». Pasmens, per Maria-Joana Verny, son equipa « debarca » e sembla descobrir lo sicut. Alara que s’aprenguèt a la davalada una demesida dau nombre de pòstes au Capes e qu’un sol seriá acordat a la tota novela agregacion, lo conselhièr prometèt de faire remontar las demandas de la FELCO mas « evitèt tota prèsa de posicion clara e tota promèssa de melhoracion », segon la federacion que publiquèt un compte-rendut sus son siti internet. Ren doncas permet per ara de vèire cossí se concretisarà la promessa de campanha d’Emmanuel Macron, facha en responsa au questionari 2017oc.fr:  » Les moyens de l’expression des langues régionales seront accrus. Ainsi, le candidat d’En Marche !, facilitera, dès l’école, l’apprentissage des langues et cultures régionales, dont l’intérêt éducatif, linguistique et culturel est reconnu. »

Vos prepausam una entrevista amb Maria-Joana Verny, registrada just abans lo rendètz-vos au ministèri, per explicar los enjòcs dau rescontre.

A l’escasença de l’entreten a l’Educacion Nacionala, los representents de la FELCO balhèran au conselhièr 67 dorsiers de projectes pedagogics daus professors d’occitan, realisats o en via de realisacion. Aqueles projectes vènan de tot lo territòri d’òc e de totes los nivels d’ensenhament. Son mèses a disposicion dau public sul siti de la FELCO au ligam seguent: http://www.felco-creo.org/category/pedagogia/experiencias-pedagogicas/

 

Marius Blénet

22 Sep

Baisse du nombre de contrats aidés : répercussions sur les écoles occitanes Calandretas

La baisse du nombre de contrats aidés décidé par le gouvernement a des répercussions importantes sur le milieu associatif, et notamment sur le mouvement Calandreta.
Sirine Tijani et Jean-Luc Pigneux se sont rendus dans quelques écoles Calandretas de la région qui rencontrent déjà des difficultés suite à cette mesure…

 

Un rassemblement est prévu mardi 26 septembre à 12h devant la préfecture de Toulouse. Ci-dessous, le communiqué de presse de le confédération Calandreta :

Com presse calandreta

@Vicenta et Sirine Tijani

04 Avr

Hautes Pyrénées – Occitan et Bilinguisme

L’enseignement bilingue occitan est menacé dans les Hautes-Pyrénées tant au niveau des écoles que des collèges. Compte tenu des besoins réels, il manque actuellement six enseignants dans ce département, et aucune ouverture de poste n’est prévue.

Le JT occitan s’est rendu à l’école maternelle Henri Duparc de Tarbes où le professeur oc de cette école bilingue n’a pas été remplacé durant les deux  premiers mois de son absence. Et, si à la rentrée des vacances de février une solution est enfin trouvée, elle n’est que très peu satisfaisante puisque le remplacement ne s’effectue que sur 1 jour contre les 4 jours 1/2 du titulaire absent ; voire pas satisfaisante du tout, dans la mesure où l’on a déshabillé Pierre pour habiller Paul : la remplaçante n’est autre que l’animatrice qui assure d’habitude l’éveil à l’occitan des élèves de la petite section qui se voient ainsi privés de cette nécessaire initiation.

S’il existe bien plusieurs écoles bilingues dans les Hautes-Pyrénées, dans la plupart des cas, les élèves occitans, au sortir du primaire, se retrouvent en classe de sixième dans des cours d’initiation avec des débutants. Ainsi, quatre collèges affichant pourtant une section bilingue, ne disposent pas des moyens pour l’assurer.

La continuité souhaitée n’existe pas et décrédibilise fortement les parcours bilingues.

L’OPLO (Office Public de la Langue Occitane) devrait rencontrer ces prochains jours la rectrice et le directeur académique pour parler des difficultés de l’enseignement occitans dans les Hautes-Pyrénées … à suivre …

Reportage : S. Tijani J. Levé M. Blasco La Rossèla M.P. Fournier


Bilinguisme dans les Hautes-Pyrénées par france3midipyrenees

@ la Vicenta

27 Mar

Comment fonctionne une école calandreta ?

La première école immersive calandreta a vu le jour en janvier 1980 à Pau. Aujourd’hui, il existe 63 écoles et 3 collège où l’occitan est la langue enseignante. Les 3797 calandrons scolarisés cette année l’ont apprise en immersion, avec la pédagogie Freinet. A presque 40 ans, Calandreta est devenu un acteur majeur dans le paysage occitan. Tout le monde a entendu parler de ces écoles rattachées au Ministère de l’Education Nationale. Mais qui les connaît vraiment ? Nous leur avons consacré un Jt oc spécial.

Calandreta, employeur occitan majeur

Mine de rien, la structure calandreta emploie 532 personnes dont 216 enseignants, la plupart étant payés par l’Etat après la contractualisation de l’école. Rien que sur l’académie de Montpellier, calandreta compte 110 professeurs. Calandreta, c’est aussi l’ISLRF (Institut Supérieur des Langues de la République Française) qui forme les futurs professeurs des écoles immersives, le centre Aprene qui lui est affilié , mais aussi le CFPO (Centre de Formation Professionnelle Occitan). Ces employés viennent s’ajouter aux 532 personnes. Le Budget global est de 17,4 M d’€.

Reportages : B. Roux J. Levé P. Barguisseau C. Willocq M.P. Fournier


Calandreta emplegaire par france3midipyrenees

Calandreta et ses éternels problèmes de locaux

Monter un calandreta, c’est toujours compliqué. Car il faut trouver un local pour accueillir les enfants, payer un loyer, ou acheter un terrain, bâtir une école… Mais faire vivre et se développer une calandreta, c’est un vrai casse-tête. Dans 45% des cas, calandreta est propriétaire, soit du terrain, soit de l’école. Ce qui, selon son président Jean-Louis Blenet, constitue un échec.

Voici l’exemple de la calandreta de Sigean, dans des locaux vieillissants, menacée de fermeture à plusieurs reprises, et qui ne peut pas se développer en accueillant plus d’enfants. Heureusement, il existe un beau projet à Port-la-Nouvelle, dans un ancien mas qui appartient au conservatoire du littoral…

Calandreta bastiments par france3midipyrenees

Calandreta et la problématique du secondaire

Pendant longtemps, calandreta a un peu négligé le secondaire, pensant que l’enseignement public prendrait le relais. Résultat : seulement 3 collèges et aucun lycée. 210 collégiens répartis à Montpellier, Pau et Toulouse. Il n’y a donc pas de cursus complet pour l’occitan de la maternelle à l’université. la présidente de la Région Occitanie Carole Delga s’est engagée sur 2 lycées avant la fin la mandature : 1 à Toulouse et l’autre à Mpontpellier. En attendant, calandreta cherche aussi des locaux pour le collège toulousain hébergé pour l’heure… dans une école publique primaire !


Calandreta secondari par france3midipyrenees

Lo Benaset @Benoit1Roux

23 Mar

Les langues régionales passent à l’agrégation

Lors de sa visite en janvier dernier pour signer une convention portant sur l’enseignement de l’occitan, Najat Vallaud-Belkacem l’avait promise. C’est aujourd’hui officiel, 7 langues régionales dont l’occitan auront bien une agrégation.

Hélène Bernard (rectrice de l'académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Hélène Bernard (rectrice de l’académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Une information dont se félicite la FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc ) qui a beaucoup œuvré en ce sens avec d’autres associations.

http://www.felco-creo.org/

« Cette agrégation concerne un certain nombre de langues de France (basque, breton, catalan, corse, créole, occitan-langue d’oc, tahitien). La maquette associe, intelligemment, une épreuve commune en français sur un sujet d’histoire ou de sociolinguistique, et des épreuves par option (= par langue), épreuves classiques (dissertation, traduction, leçon…), avec pour chaque option un programme. Reste à voir comment s’organise le jury, en liaison, ou pas, avec les jurys du CAPES. »

Une bonne nouvelle pour l’occitan, sa langue, sa culture et ses enseignants. Ceci va permettre à ces derniers d’avoir des perspectives de carrières égales à celles de leurs collègues des autres disciplines.

L’information a été publiée au Journal Officiel du 23 mars. L’arrêté définit les épreuves d’admissibilité et d’admission. La première session pourrait avoir lieu en 2018.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034258671&dateTexte=&categorieLien=id

Lo Benaset @Benoit1Roux

31 Jan

La loi Le Houérou sur les langues régionales adoptée… pour rien !

La proposition de loi Le Houérou sur les langues régionales a bien été votée cet après-midi à l’Assemblée Nationale. En d’autres temps, on ne pourrait que s’en féliciter, car la chose est suffisament rare… Mais le texte va s’arrêter là sauf surprise, sans passer par le Sénat, ni revenir à l’Assemblée Nationale pour y être définitivement adopté

Loi Le Houérou

63 pour, 3 contre

Le 30 novembre dernier, seulement 4 des 7 aricles que compte le texte de la députée des Côtes d’Armor avaient été adopté. Il a fallu trouver une autre « niche » dans un calendrier législatif passablement encombré et en toute fin de législature. Cet après-midi, c’est donc une majorité transpartisane qui a voté les 3 derniers articles. Sur 68 votes, 66 ont été exprimés. 63 POUR et 3 CONTRE.

51 députés du groupe socialiste et écologique ont voté favorablement. Le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone s’est abstenu. 2 députés de ce groupe ont voté contreMarie-Françoise Bechtel et Jean-Luc Laurent. 

Côté LR, 7 députés ont voté POUR (dont Marc le Fur). 1 députée CONTRE : Sophie Rohfritsch

Voici ce que contient le texte:

Article 1er :
Reconnaissance de l’enseignement des langues régionales comme matière facultative dans le cadre de l’horaire normal d’enseignement.
Article 2 :
Reconnaissance de l’enseignement bilingue français-langues régionales dans le respect des objectifs de maîtrise de la langue française fixés par le code de l’éducation.
Article 3 :
Promotion des langues régionales dans l’enseignement supérieur.
Article 4 :
Généralisation, sur tout ou partie du territoire d’une région qui le souhaite, de la signalétique bilingue ou plurilingue dans les services publics et de l’usage de traductions dans les principaux supports de communication institutionnelle.
Article 5 :
Extension des avantages actuellement réservés aux publications de presse et sites en ligne en langue française aux publications en langues régionales.
Article 6 :
Elargissement des compétences du Conseil supérieur de l’audiovisuel à la promotion des langues et cultures régionales.

Reportage France 3 Iroise / An Taol Lagad IV3 et France 3 Quimper. Commentaires : Muriel le Morvan 

L’opposition du gouvernement

Comme le 30 novembre dernier, aucun membre iminent du gouvernement n’avait jugé utile de venir sur les bancs. Ni Najat-Vallaud-Belkacem qui vient de signer une convention cadre pour l’enseignement de l’occitan, pas plus que la ministre de la culture, pourtant toutes les 2 étaient concernées par ce texte.

C’est donc Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l’habitat durable qui a représenté le gouvernement et s’est opposée à la plupart des articles et des amendements. Etrange pour une ancienne écologiste. Le 30 novembre dernier Estelle Grelier, secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales était à sa place; elle s’était opposée au texte. Elle avait souhaité qu’« on en reste là en matière législative » sur les trois principaux points du texte: enseignement, signalétique, médias. Une opposition systématique, même sur le principe d’un enseignement bilingue français-langues régionales… Partant du principe -comme d’autres- qu’il y a suffisamment de dispositifs en l’état : « la loi est allée jusqu’au bout de ce qui était permis ». Pour le gouvernement, il en va de même pour les médias et la signalétique bilingue : pas besoin de textes supplémentaires.

Tout va très bien Madame la Marquise. La République n’est pas menacée. Le texte devrait s’arrêter là et les langues régionales attendre encore.

Lo Benaset @Benoit1Roux

30 Jan

Reportage sur la signature de la convention cadre pour l’enseignement de l’occitan.

Le jt occitan de France 3 était avec la Ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem jeudi dernier lors de la signature de la première convention cadre pour l’enseignement de l’occitan.

Photo : France 3

Photo : France 3

Des échanges plutôt cordiaux le matin au sein de l’école élémentaire Pèire Godolin de Toulouse qui compte une section bilingue…

Puis une table ronde avec les enseignants et les parents avant la signature à l’hôtel de région de Toulouse.

Voici le reportage de Sirine Tijani Jack Levé Michel Blasco Pascal Dick Patrick Level Marie-Pierre Fournier.


Reportage signature d’une convention cadre pour… par france3midipyrenees

Réaction de Marie-Jeanne Verny pour la FELCO

 

Réaction du Centre Régional d’Enseignement de l’Occitan du Languedoc

Réaction de David Grosclaude ancien président de l’Office Public pour la Langue Occitane

Pour plus d’informations sur le texte :

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2017/01/26/najat-vallaud-belkacem-signe-une-convention-cadre-pour-loccitan.html

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2017/01/21/une-ministre-2-regions-5-academies-pour-une-langue.html

26 Jan

Najat Vallaud-Belkacem signe une convention cadre pour l’occitan

Quoi qu’il advienne de son application, la signature ce jeudi 26 janvier à Toulouse d’une convention cadre pour développer l’enseignement de l’occitan constitue une première. Elle sera déclinée par la suite dans les 5 académies des 2 régions (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie) signataires. Pour plus de détails sur le contenu de la convention :

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2017/01/21/une-ministre-2-regions-5-academies-pour-une-langue.html

Retour en images et en vidéos sur cette journée.

La Ministre s’est tout d’abord rendue à l’école élémentaire Pèire Godolin de Toulouse

Najat Vallaud-Belkacem en classe de CP à Toulouse. Photo : France 3

Najat Vallaud-Belkacem en classe de CP à Toulouse Photo : France 3

Classe de CP bilingue Ecole Pèire Godolin Photo : France 3

Classe de CP bilingue Ecole Pèire Godolin autour de la regenta Claire Courtial Photo : France 3


Plica placa chanté par les élèves CP de l’école bilingue Pèire Godolin de Tolosa  Images J. Levé Son: Michel Blasco

Table ronde avec la ministre

La Ministre s’est ensuite entretenue avec les parents, les enseignants de l’Ecole Pèire Godolin et les responsables académiques

Les participants à la table ronde Photo France 3

Les participants à la table ronde Photo France 3

Hélène Bernard (rectrice de l'académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Hélène Bernard (rectrice de l’académie de Toulouse) et Najat Vallaud-Belkacem Photo : France 3

Des parents d'élèves qui interviennent Photo France 3

Des parents d’élèves qui interviennent Photo France 3

 

Réception à l’Hôtel de région de Toulouse

Assemblée à l'Hôtel de Région Photo : France 3

Assemblée à l’Hôtel de Région Photo : France 3

Tribune officielle Photo : France 3

Tribune officielle Photo : France 3

Les élèves Occitans du Lycée Lautréamont font l'aubade Photo : France 3

Les élèves Occitans du Lycée professionnel Lautréamont font l’aubade Photo : France 3

Signature de la convention

La convention cadre a été signée par la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Jean-Louis Nembrini, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’éducation et Charline Claveau-Abbadie, présidente de l’Office public de la langue Occitane (OPLO).

Photo : France 3

Photo : France 3

Najat Vallaud-Belkacem signant la convention cadre pour l'enseignement Photo : France 3

Najat Vallaud-Belkacem signant la convention cadre pour l’enseignement Photo : France 3

La Ministre répond à des questions

Très rapidement, Najat Vallaud-Belkacem a répondu à la presse et au public. Elle a confirmé sa volonté de créer une agrégation pour les langues régionales pour la rentrée 2017. Elle a été interpellée évidemment sur la réforme des collèges qu’elle a menée et sur la loi de refondation de l’école de Vincent Peillon.


réponse Ministre à Clément Pech (La Setmana)  Images : Jack Levé Son : Michel Blasco

Elle est aussi revenue sur une question cruciale : le nombre de postes d’enseignants pour l’occitan…


Postes enseignants par france3midipyrenees Images : Jack Levé Son : Michel Blasco

Réaction de Marie-Jeanne Verny (FELCO)


ITV Marie-Jeanne Verny par Sirine Tijani Jack Levé et Michel Blasco

 

Réaction de David Grosclaude 

 

21 Jan

Une ministre, 2 régions, 5 académies… pour une langue

Jeudi prochain 26 janvier, la Ministre de l’Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem sera à Toulouse pour signer une convention cadre pour l’enseignement de l’occitan. C’est une première et nul doute que ce sera un acte fondateur. Une victoire également pour l’Office Public pour la Langue Occitane (OPLO) qui n’a eu que quelques mois pour rédiger ce texte, convaincre le Ministère et les 5 académies que comptent les 2 nouvelles régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine. Avec un seul point majeur à déplorer : les autres régions où l’occitan est aussi présent n’ayant pas souhaité intégrer l’OPLO, cette convention ne sera applicable, ni en Provence, ni en Rhône-Alpes-Auvergne.

Jeudi matin, Najat Vallaud-Belkacem se rendra à l’école élémentaire Pèire Godolin de Toulouse pour assister à une leçon de mathématiques en classe bilingue de CP. Elle participera ensuite à une table ronde sur l’enseignement de l’occitan, avant de signer cette convention cadre avec les 2 régions Nouvelle Aquitaine, Occitanie et l’OPLO à l’Hôtel de Région sur le coup de midi.

Najat Vallaud-Belkacem au lycée Pierre de Fermat de Toulouse en octobre 2016 Photo : France 3

Najat Vallaud-Belkacem au lycée Pierre de Fermat de Toulouse en septembre 2016 Photo : France 3

Tout un travail en amont

Ce texte n’arrive pas par hasard. Le fait que l’Etat soit membre de l’OPLO, ceci lui a mis le pied à l’étrier. Plusieurs actions de certains organismes comme la FELCO, les CREO, de différents mouvements comme le collectif « Los Mespresats » ont bien drainé le terrain. Il faut aussi reconnaître une certaine ouverture et de l’écoute de la part du Ministère personnifié par Olivier Noblecourt, l’actuel directeur de cabinet de la Ministre. Pour la première fois, l’Etat s’engage directement sur un texte, signé par la Ministre. Ca devrait changer un peu la donne.

OPLO Toulouse Photo : France 3

OPLO Toulouse Photo : France 3

Auparavant, il y avait donc plusieurs conventions dans certaines régions pour certaines académies. Elles prenaient fin en 2015 mais elles ont été prorogées, comme celle des ex-régions Aquitaine et Midi-Pyrénées; ou dénoncées comme en Languedoc-Roussillon. L’OPLO a pris comme base la convention qui semblait la plus avantageuse, en l’occurrence celle d’Aquitaine. Et les négociations n’ont pas été faciles. En premier lieu avec le Ministère qui a refusé certaines choses. En second lieu avec certaines académies où l’enseignement de l’occitan a connu quelques vicissitudes. Ce nouveau texte devrait aussi permettre des évolutions positives sur les académies de Limoges et Poitiers quasiment désertes en matière d’enseignement de l’occitan.

Les avancées du nouveau texte

  • Il est signé par le Ministère de l’Education. Avec des objectifs chiffrés qui ne seront toujours pas obligatoires mais certainement plus contraignants qu’auparavant. Il est certainement plus difficile de contourner une convention signée par une Ministre que quand il l’est par un(e) recteur(trice) comme c’était le cas jusqu’à présent.
  • Il parle très clairement d’organisation et de continuité de cet enseignement : « priorité est donnée à la construction ou au renforcement de cursus complets… » Ce qui va supposer des changements. La convention précise aussi qu’il se fera « à des horaires normaux »… L’objectif est d’augmenter le nombre d’élèves ayant un niveau B1 (diplôme européen CECRL) mais aussi l’effectif des bilingues. Il atteint péniblement les 10 000 élèves sur les 2 régions, en comptant les calandretas. Cette convention cadre ne prévoit pas d’objectifs chiffrés d’ouverture de sites bilingues. Ce sera l’objet d’une déclinaison avec les 5 académies.
  • Il prévoit une convention avec le réseau Canopé (ex-Sceren et ex-CNDP) dans la production de matériel pédagogique. Pour l’occitan, le CAP’ÒC de Pau partenaire du réseau Canopé va monter en puissance. Pour la première fois, un livre de Maths niveau CP sera distribué gratuitement dans les sites bilingues. Coût de l’opération : 53 343 € pour l’OPLO.
Photo : France 3

Photo : France 3

  • La convention s’applique sur les 5 académies des 2 régions (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie). Il peut aussi être décliné au niveau départemental, voire même à l’échelle des agglomérations comme c’était le cas à Toulouse.
  • Alors que la réforme des collèges n’octroie qu’1 heure d’occitan en 5ème, cette convention déroge en spécifiant qu’il y en aura 2 pour un enseignement optionnel, 2H30 en LV2. Toujours au collège, le texte prévoit que « l »affectation des professeurs certifiés d’occitan sera limitée si possible à deux établissements au plus…« . Les professeurs « itinérants malgré eux » du second degré qui avalaient des kilomètres à longueur de journée seront un peu soulagés!
  • Au niveau des postes, la convention prévoit que « des études régulières d’évaluation des besoins seront réalisées pour aider à une meilleure adéquation entre le nombre de postes ouverts et les besoins réels ». Ceci pour le CAPES mais c’est à peu près la même consigne pour le CRPE des professeurs des écoles. Pour pallier un manque certain de professeurs « un repérage des compétences linguistiques est mené au travers d’enquêtes par les académies…tous les deux ans… » pour repérer des professeurs susceptibles d’enseigner en occitan, moyennant une formation.
  • L’article 9 parle aussi de l’enseignement supérieur où l’Etat doit veiller à des formations en occitan dans les différentes filières universitaires. Des bourses « ensenhar » sont prévues pour les étudiants souhaitant devenir professeurs.
  • Une carte des enseignements sera faite tous les ans par l’OPLO via un Observatoire de la langue occitane. Y seront répertoriés les effectifs d’élèves formés et les coordonnées des établissements… Mais aussi les résultats des évaluations, le taux de pénétration des formations en occitan par rapport aux effectifs globaux… Histoire de pointer du doigt les territoires ne respectant pas cette convention mais aussi là où tout se passe correctement. L’OPLO sera aussi chargé de diffuser l’information sur les offres d’enseignement, de prévoir des campagnes d’information dans les différents établissements scolaires.

Voilà pour le cadre général. Les textes signés par par la suite par chaque académie ne pourront être en deçà du texte paraphé jeudi prochain la Ministre, la présidente de la Région Occitanie, celui de la Nouvelle-Aquitaine et la présidente de l’OPLO. Cette convention sera applicable jusqu’au 31 décembre 2022 et ne pourra être dénoncée qu’après un préavis de trois mois.

Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et PACA n’étant pas membres de l’OPLO, cette convention ne sera pas hélas pas applicable sur ces territoires occitans. Des discussions ont parait-il eu lieu avec la Région PACA mais elles ne sont pas allées très loin car le président de Région Christian Estrosi et son administration ne veulent pas reconnaître le provençal comme un dialecte de l’occitan.

Lo Benaset @Benoit1Roux