20 Avr

Lo son d’aquela votz

« Aquela votz » es la de Leon Cordas. Una votz poderosa, emplenada de calhasses e de terrador, pas al dela coneguda, se calèt en 1987. L’òbra d’aquesta poèta-pagés es crana, facha d’escrituras e d’engajaments. Pr’aquò, se tròba pas grand causa de tot aquel trabalh. Per aquò far, lo Collectiu Còp-Sec permet duèi de se tornar sasir de son recuèlh « Òbra poètica » (CIDO 1997) amb un disc que recampa d’artistas de la generacion nòva que reviscòlan d’un biais plan original los textes de l’òme del Menerbés.

Lo Barrut en plen enregistrament. Vidèo : Collectiu Còp-Sec

Lo son d’aquela votz

Si nous ne comprîmes pas tout de prime abord aux textes de Léon Cordes, personnage secret et flamboyant, nous fûmes touchés par ce que nous y trouvâmes : une parole théâtrale qui nous raconte mille histoires, avec des mots qui nous parlent, de ces mots du quotidien entrelacés entre eux par un musicien enchanteur, un sorcier primitif qui savait manier les super-pouvoirs de la parole et du spectacle. Nous vint alors l’idée, nous étions à l’apéro avec de nombreux copains, de nous emparer de son oeuvre poétique, ainsi nous la chantâmes avec bonheur.
Es plan vertat que tot aquò sentit lo gaug, lo plaser de beure los mots e de los daissar rajar dins la garganta; un afar collectiu mai que personal. Per partajar aquesta embriaguesa, òm retròba La Mal Coiffée (qu’aviá ja cantat Leon Còrdas dins son darrèr disc), Du Bartàs, Lo Barrut, Grail’òli, Hum, Urban Balèti, Mauresca e d’autres benlèu pas tant coneguts tals coma Marianne Evezard e Touristar. Un ambient sovent de coires, de ritmes, de voses polidas e afustadas, una punta de jazz, solide que tot aquò permet de descobrir la riquesa e l’imaginari de Leon Còrdas. Una bofada de frescum modèrna e originala, una cuvada rica e plan equilibrada, que demòra mai que dins lo papach. E un sentit de libertat al cap del camin.
Leon Còrdas de pertot
Aprèp mai d’un an de madurason dins las cavas e en estudiò, los artistas son a presentar lo lor trabalh. Se faguèt a la fin de mars sala Victoire 2 al ras de Montpelhièr. Se farà encara divendres 22 d’abrial al CIRDOC de Besièrs. Un aperitiu bolegadís e d’escambis ambe lo public. De d’aprèp, los artistas seràn un pauc de pertot ambe lor projèct o per cantar Leon Còrdas. Lo Total Festum permetrà tanben de far virar los mots de Leon Còrdas, quitament pas plan luènh de sas tèrras.
Lo Benaset

19 Avr

« Renat Jurié, Dins la votz dels sègles »

« Renat Jurié, Dins la votz dels sègles » est un film documentaire réalisé par Marc Oriol qui suit au fil des saisons le quotidien du chanteur traditionnel Renat Jurié, soit 5 ans de tranches de vie dans sa ferme du Rouergue entrecoupées d’instants musicaux lors de ses concerts avec son collègue Jean-Pierre Lafitte.

C’est avec Joël Saurin, le bassiste du groupe Zebda, que Marc Oriol a eu l’idée de réaliser un film sur Renat et son biais de viure, son attachement à sa terre et son chant. Un chant profond accompagné avec simplicité et sans artifices par Jean-Pierre Lafitte et ses instruments en roseau qu’il fabrique lui-même, sur un répertoire de chants sacrés et de chansons profanes d’Occitanie.

« Renat Jurié, Dins la votz dels sègles », est disponible sur Òc Télé jusqu’au moi de juin. Une équipe de l’Edicion Occitana a pu assister à l’avant-première du film en présence de Marc Oriol, de Renat Jurié et de Jean-Pierre Lafitte.


Renat Jurié, Dins la votz dels sègles

Reportage de Sirine Tijani, Jean-Luc Pigneux, Michel Blasco. Montage : La Rossèla.

Viure al Pais le dimanche 24 avril 2016 à 11h 25


Bande annonce Viure al Pais du 24 avril par france3midipyrenees

Viure al Pais vous propose 4 reportages.

Le premier est consacré à Charline Claveau-Abbadie la nouvelle présidente de L’Office Public de la Langue Occitane (OPLO). Pour relire l’article que nous lui avons déjà consacré sur notre blog cliquez ici.
Dans Viure al Pais ce dimanche également un nouvel épisode de Fòto d’òc avec Pauline Castelli et de la série Biais avec Sylvaine qui nous apprend à cuisiner les reponchons, (le tamier en français) une plante sauvage qu’on pourrait appeler l’asperge des pauvres et qui pousse en abondance dans l’Aveyron et le Tarn aux mois d’avril et mai.

Viure al Pais vous fait découvrir un lieu magique à Lodève : La Savonnerie, un nom bien trompeur puisqu’il s’agit d’une manufacture de tapis, une annexe de la Savonnerie à Paris et qui tisse pour le mobilier national des tapis classiques ou contemporains. Si vous souhaitez la visiter il faut s’adresser directement à l’office de tourisme de Lodève.

La Vicenta

16 Avr

L’ASBH a l’ora occitana

Depuis 4 ans, le club de rugby de Béziers, l’ASBH, se met à l’occitan avec la volonté combinée des dirigeants et des supporteurs. Ainsi, l’association « Le Comité Occitan Sans Frontières » (COSF) met en place de nombreuses actions autour de la culture occitane : création d’un hymne (avec disque et clip), lancement du « Se Canta » avant chaque partie, nourriture et boissons du pays à tous les matchs et de nombreux produits dérivés vendus à la boutique du club.

Clip vidéo « Aquí Besièrs ! » (Joanda/Denis Labat/Patrice Alonzo/JB Viétri/D Warfield)

Et les joueurs ne sont pas en reste : en début de saison, un rallye occitan « L’Occitanie express » a permis aux recrues et aux anciens joueurs de découvrir la culture et le pays.

Chaque mois, l’Escòla del Comitat permet à tous, dirigeants, supporteurs et joueurs, de s’initier dans la bonne humeur à la lenga nòstra. Une équipe de l’Edicion Occitana est allée à Béziers, à leur rencontre.


L’ASBH a l’ora occitana par france3midipyrenees

Reportage de Sirine Tijani, Jack Levé et Michel Blasco. Montage : La Rossèla

5ème du championnat de Pro D2 avec un match en moins, l’ASBH rencontre dimanche 17 avril le LOU. Pour leur premier match à domicile « en tant que champions », les Lyonnais souhaitent conserver leur invincibilité au Matmut Stadium et fêter ce titre dignement avec leur public, face à l’AS Béziers Hérault. A l’aller, Béziers ne s’était incliné 23/28 qu’en toute fin de match face à une équipe qui tient plus de l’ogre que du LOU… Lors de cette rencontre, le Président de la ligue, Paul Goze, remettra au LOU le bouclier dévolu au champion, le 3ème en 5 ans pour les Lyonnais

Un rencontre à suivre à partir de 14h25 sur France 3 Midi-Pyrénées- Languedoc Roussillon, Limousin, Poitou-Charentes, Aquitaine, Rhône-Alpes et Alpes

15 Avr

Les 5 propositions de nom validées, le FN ne veut pas de « Pays Catalan »

L’assemblée plénière du Conseil Régional Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées s’est tenue ce matin avec le processus de nomination en guise d’hors-d’oeuvre. Tout ce qui était prévu a bien été voté mais le FN a mis son grain de sable.

Les 5 noms adoptés

Les 5 noms sur lesquels nous allons donc voter à partir du 9 mai sont :

  • Languedoc
  • Languedoc-Pyrénées
  • Occitanie
  • Occitanie-Pays Catalan
  • Pyrénées-Méditerranée


La délibération a été votée sans modification. Le FN a pourtant tenté de perturber la séance par de nombreuses interventions intempestives en déposant deux amendements dont un pour retirer « Pays Catalan » de la liste. Lors d’un débat pendant la campagne des régionales, Louis Aliot alors candidat avait déclaré sur nos antennes qu’il ne fallait pas oublier les Catalans. Chez nos confrères de La Dépêche il déclarait : « Occitanie était historiquement, avec Languedoc, le nom le plus connu, et c’est la croix de nos bannières jusqu’à Frêche et son signe bizarre… C’est une identité, mais ça oublie un peu le Pays catalan et le Roussillon. Il ne faudrait pas que les Catalans et les Roussillonnais se sentent abandonnés par cette grande région. » C’est à croire qu’il n’a pas été entendu. Mais Occitanie-Pays Catalan a bien été validé. Les débats sont visibles à cette adresse.

La suite

Ce matin, le vote en plénière a permis d’adopter la résolution dans sa globalité : les 5 noms bien sûr mais aussi le mode de votation, la durée du scrutin, l’inclusion du processus de débat avec les jeunes et le corps électoral. Pour faire simple, le scrutin va donc se dérouler du 9 mai au 10 juin. On pourra voter via internet ou par coupon-papier découpé dans la presse quotidienne régionale. Toute personnes de plus de 15 ans résidente dans la région LRMP pourra voter, y compris ceux de l’extérieur qui déclarent y avoir des attaches… Un corps électoral très large, estimé à 4,5 millions d’habitants.

Sur le mécanisme du vote, ce ne sera pas un vote exclusif mais à choix multiples avec un classement entre les 5 noms, selon le système élaboré par le mathématicien Condorcet. La préfecture ne voulant pas fournir les listes électorales au Conseil Régional, le vote sera quand même sécurisé via ce qui existe pour les virements bancaires : il faut s’inscrire avec son numéro de portable et on reçoit un code personnel pour voter. Ce qui est un peu compliqué… On peut imaginer qu’une personne qui a 2 portables puisse voter 2 fois mais bon… Il y aura possibilité aussi de faire procuration pour les personnes n’ayant pas de portable.Une campagne électorale sera menée dans les médias et les lycées pour sensibiliser la population et expliquer le processus et les enjeux. Il y avait 55 000 votants pour une région similaire : celle qui a adopté les « Hauts de France ». Vu l’engouement suscité par les nombreux sondages chez nous, il y a fort à parier que nous serons bien plus nombreux.

Lo Benaset

14 Avr

Topina, Tapas, Tot en òc, es parTiT !

La Topina, bar-tapas associatif va ouvrir cette fin de semaine, carrièra Mal Cosinat (la mal nommée!) au sein de l’Ostal d’Occitània à Toulouse. Vendredi et samedi, plusieurs animations sont prévues avec des artistes et scènes ouvertes. Florent Salinié lo cap-topinejaire est plus qu’au four et au moulin. Dernières précisions avant le coup de chauffe.

 

Baptejal divendres e dissabte

Demain vendredi, La Topina aura des airs de fête. Avec un premier entremets de choix : la chorale du premier adjoint Jean-Michel Lattes himself avec Les Mâles au Chœur de Tolosa. Une scène ouverte est ensuite prévue avant une soirée plus épicée avec le Ministeri del Riddim.

Et samedi ne sera pas en reste : ouverture avec Xavier Vidal et tous les musiciens et chanteurs qui le souhaitent, puis la reformation pour l’occasion de Tres a Cantar. Me pensi que seràn mai de 3… Une bonne soirée Quercy-Rouergue comme on disait à l’époque…

Côté cuisine, petits sandwiches à 1 € chauds ou froids, soupe, aillade, tapenade, gâteaux… E plan solide de vin e de cervesa, caldrà far simple ! E se sètz pas complètament cabra, la serada se deuriá acabar pas plan luènh, cap a l’Estancabra.

  Mai de 250 contributors e 7 700 € per far montar la salsa

La Topina -qui est donc un bar associatif- avait demandé un financement participatif via Ulule. L’objectif a été atteint avec plus de 7 700  €. Des contributeurs de toute l’Occitanie. Et sur les 250, on en compte même de l’estrangièr : Canada, Italie… Cette somme versée la semaine dernière a permis d’acheter tables, chaises, assiettes, verres, couverts, frigo, lave-verres… Et nourriture ! Si que non manjavetz pas ! Elle permet aussi de financer des formations. Florent a déjà tastat la lenga nòstra par correspondance avec le CFPO. D’autres membres de l’association devraient aussi passar a la cassairòla linguistique, mais aussi à la formation hygiène et sécurité.

La seguida

Dès la semaine prochaine, La Topina rentrera en fonctionnement normal, du mercredi au samedi, de 10H du matin à 10H du soir. En attendant un emploi pour le service, c’est Florent et des bénévoles qui assureront son fonctionnement. Au menu :

  • assortiments de tapas
  • tartines de pain (version végétarienne avec aillade et parmesan) version charcuterie,
  • assiettes de charcuterie, de fromages…
  • salades chèvre miel, gasconne…
  • soubressade roquefort miel

Des tapas autour de 2,50 €, des plats du jour autour de 6-7 €. Les desserts ne seront pas faits par le chef.

Mercredi 27 avril, à l’occasion des rencontres de la Tuta d’Òc avec le duo Abela-Vidal, la Topina proposera un apéro bal trad.

L’inauguration officielle se fera le 19 mai avec les élus et le groupe San Salvador per far dançar. La Topina a pas acabat de virar !

Lo Benaset

 

12 Avr

De locals per la calandreta de l’Union

La calandreta de L’Union est dans la tourmente. L’école associative – qui a ouvert ses portes il y a 3 ans – va peut-être devoir déménager à la fin de l’année scolaire. Mais elle n’a pas encore réussi à trouver un endroit adéquat et aux normes dans la ville de L’Union, en Haute-Garonne.

Les locaux qu’elle occupe actuellement (ceux d’une ancienne école) sont mis à disposition par la Mairie. Or Marc Péré, le maire, ne veut plus de Calandreta dans sa ville. En plus d’une baisse de subventions, il explique qu’il doit également faire face à la chute des effectifs scolaires : de 1040 élèves en 2004 à 850 aujourd’hui. Une baisse qui entraîne des fermetures de classes dans les écoles publiques unionaises. La calandreta, selon lui, offre une alternative trop concurrentielle. En mai 2015, un courrier avait été envoyé à l’école lui signifiant que la Mairie ne lui mettrait plus à disposition les locaux à partir de juin 2016.

Du côté de l’école associative et des parents de calandrons, les arguments ont du mal à passer. Pour eux, la chute des effectifs est avant tout due au vieillissement de la population de L’Union, phénomène enclenché il y a déjà 10 ans. Quant à la baisse des subventions, l’école associative propose de payer un loyer et d’entretenir les locaux, qu’elle partage actuellement avec le centre de loisirs, mais aussi de contribuer au développement culturel de la ville avec, pourquoi pas, des partenariats autour des contes, de la tradition occitane voire même l’organisation d’un carnaval avec toutes les écoles de la ville.

Une pétition « Des locaux pour la calandreta de L’Union » est en ligne sur internet.

Une équipe de l’Edicion occitana est allée à la rencontre du maire mais aussi de l’enseignante, des calandrons et de leurs parents qui essaient de trouver une solution.

Des locaux pour la calandreta

Reportage de Sirine Tijani, Jean-Luc Pigneux et Michel Blasco. Montage Ana Luisa Ruppert

11 Avr

Plus que 5 propositions de nom et le retour du Pays Catalan

Comme prévu, la liste réduite des 5 noms qui sera votée -et pourquoi pas amendée- vendredi par les 158 conseillers régionaux est désormais connue. Ce n’est pas une surprise, l’Occitanie disparaît un peu et le Pays Catalan revient.

Des disparitions programmées

Aujourd’hui, la conférence des présidents de groupes et une commission sectorielle ont préparé l’assemblée plénière du 15 avril. Ce qui a modifié la liste des 8 noms choisis par le Comité du Nom. On s’en doutait, « Terre d’Oc » -qui est une marque de cosmétiques- et « Pays d’Oc » -une IGP de vins en Languedoc-Roussillon- ont disparu. Autre disparition : celle de « Midi » certainement trop vague, trop « Marseille et Provence » et un tantinet passéiste… Même si elle avait retrouvé de la vigueur par l’entremise du maire de Montpellier et ses « Citoyens du Midi ». On peut aussi s’étonner du maintien de « Pyrénées-Méditerranée ». Certes, ce n’est pas une marque mais  le nom de l’Eurorégion et d’un territoire qui regroupe une cinquantaine de communes…

Un retour souhaité

Même si un nom ne fait jamais l’unanimité, l’éviction de toute référence à la Catalogne et aux Catalans était une grosse erreur. Ne pas laisser ce choix de vote aux citoyens était discriminant. Le Comité du Nom en a finalement décidé ainsi; les membres catalanistes du comité (Joan Bécat et André Joffre entr’autres) ont aussi oublié de faire une proposition plus « consensuelle ». Genre si vous ne voulez pas de « Catalogne », prenons « Pays Catalan », comme France 3 à Perpignan ! Face à l’absence de toute référence à la catalanité, les appels au boycott du scrutin n’ont pas manqué.

Gérard Onesta voulait réparer cet oubli et sa demande a été entendue : Occitanie-Roussillon a été remplacée par Occitanie-Pays Catalan. 

Reste donc 5 propositions qui, si elle ne sont pas amendées vendredi, seront proposées au vote citoyen du 9 mai au 10 juin :

  • Languedoc
  • Languedoc-Pyrénées
  • Occitanie
  • Occitanie-Pays Catalan
  • Pyrénées-Méditerranée

Une forme d’équilibre entre Occitanie (2 fois), Languedoc (2 fois) et Pyrénées (2 mentions aussi)…

Le point avec Frédéric Fraisse de France 3

Vote région par france3midipyrenees

Occitanie toujours en tête

Sur 4 propositions de nom, il n’en reste donc plus que 2 avec une référence occitane : Occitanie-Pays Catalan et Occitanie. Ce qui n’est pas plus mal pour éviter la dispersion des votes.

Lors du sondage facebook que France 3 Midi-Pyrénées a organisé la semaine dernière, vous aviez donné votre préférence à Occitanie (38 %) devant Languedoc-Pyrénées (15 %) et Pyrénées-Méditerranée (12 %). Il en va de même pour les autres médias régionaux.

 

 Vendredi matin, l’assemblée plénière sera réunie à Montpellier. Dès le matin, on connaîtra la liste définitive des noms (une dernière surprise n’est pas à exclure), le corps électoral retenu et le système de vote.
Lo Benaset

Montségur 2020

Avec plus de 50 000 entrées payantes, Montségur fait partie des sites plutôt bien fréquentés. Il y a ceux qui viennent pour se recueillir en mémoire des cathares, d’autres pour la majesté du site, ou encore quelques plus ou moins « illuminés » en quête de spiritualisme… Quoi qu’il en soit, les conditions d’accueil ne sont pas satisfaisantes et la Communauté de Communes du Pays d’Olmes (CCPO) entend bien y remédier. Si d’autres projets n’ont jamais vu le jour, celui-ci a bien été validé et voté à l’unanimité en décembre dernier.

Montségur 2020 par france3midipyrenees B. Roux O. Denoun M. Blasco MP Duvivier 

intervenants : Fabrice Chambon (guide conférencier) Robert Finance (maire de Montségur) Patrick Lasseube (occitaniste)

Montségur 2020

Le projet voté en décembre comprend 2 bâtiments :

  • 1 lieu de 800 m2 qui servira de musée en lieu et place de l’ancienne école
  • 1 bâtiment de 100 m2 au pied du pog (en bas) pour accueillir les visiteurs

Le coût est estimé aux alentours de 3,6M financé à 20% par la communauté de communes (environ 700 000 €) et le reste par le Conseil Départemental (20%), l’Etat (20%) et le Conseil Régional (40%). Un groupe scientifique a été mis en place pour conseiller sur ces réalisations. Le dossier est évidemment sensible et le village de Montségur est aussi classé en « zone de protection du patrimoine architectura urbain et paysager », ce qui est très contraignant. La CCPO est maître d’ouvrage et pour le maître d’oeuvre, un concours sera lancé avec plusieurs architectes cet été et il sera choisi avant fin 2016.

Selon le maire de Montségur Robert Finance, il s’agit avant tout d’accueillir décemment les gens qui viennent. Tout d’abord avec un musée digne de ce nom, avec une scénographie moderne et un peu plus de place que l’actuel qui est logé au sein même de la mairie du village. Le deuxième bâtiment en bas du château permettra de recevoir les gens dans des conditions normales (Toilettes, guichet, documentation, parking…). Il est prévu juste à côté un « espace de plein air »  qui pourrait servir de lieu de conférence. Ce deuxième bâtiment serait réduit (100 m2 maxi), avec sans doute un toit végétal afin qu’il soit quasi invisible depuis le haut. Par ailleurs, un réaménagement  du sentier jusqu’au château est prévu depuis longtemps. Il ne manque que l’accord général des services de l’Etat.

De l’aveu du maire et de Fabrice Chambon le guide conférencier, il ne s’agit surtout pas de faire du tourisme de masse mais simplement d’avoir un minimum d’infrastructures pour recevoir le public. La commune de Montségur a déjà refusé en octobre 2011 un projet qui préconisait un bâtiment de plus de 1000 m2 au pied du pog avec toutes les fonctionnalités touristiques : commerces, bar musée… Là, aucun commerce n’est prévu.

Un dossier sensible

Les décideurs sont formels : il n’y aura pas un « catharland » à Montségur. Mais sitôt le projet connu, une pétition a été lancée : « defugiguem la denaturacion de Montsegur ».  Adressé à Gérald Sgobbo (président de la communauté de communes du Pays d’Olmes) elle demande que « toute construction, si elle est maintenue, reste invisible dans la perspective actuelle du site » et que  » que l’accès au Prat dels Cremats et à la stèle reste libre et gratuit pour tous, et ce tout le long de l’année ». Plus de 600 signatures à ce jour.

Le 16 mars dernier, sous la neige, les Occitans sont venus pour commémorer le bûcher de Montségur. Patrick Lasseube -l’auteur de cette magnifique photo- fait partie de ceux qui ne voient pas d’un mauvais œil ces aménagements à condition de respecter la mémoire et considérer ce site comme un sanctuaire. Jean-François Laffont, président de Convergéncia Occitana et Ariégeois pense de même et se dit favorable au projet. Il est aussi président de la Fondacion Occitània qui a travaillé avec le sculpteur Daniel Coulet sur un projet de « monument als aucèls » dédié à Montségur. 

Monument_a_la_memoire_de_Montsegur par france3midipyrenees 

Reportatge du 2 février 1998 Nicole Zimmerman Jean-Luc Pigneux 

Un monument digne?

Ces nouveaux aménagements pourraient être l’occasion de donner à Montségur un monument à la hauteur, ce qui n’est pas prévu dans le projet actuel. Compliqué de trouver LE monument, mais on peut certainement mieux faire que les actuels 3 cailloux du Sidobre posés négligemment en bas du château pour le 750ème anniversaire et financé par le Conseil Général de l’Ariège ! L’oeuvre de Daniel Coulet, une « Arche Peira Bruna « ne laisse pas insensible. Elle ne s’est pas encore posée à Montségur faute de moyens. Mais cette sculpture de 8 m de large et 5 m de haut avec ses 25 pieds ficelles a été présentée pour la première fois à Lerida en 93. Elle a été également exposée au Grand Palais à Paris et revient  dans un grand musée allemand. Ce « monument als aucèls » irait bien à Montségur. Daniel Coulet est prêt à en rediscuter et retravailler le projet s’il le faut. C’est peut-être l’occasion…

Avec ou sans un nouveau monument, la livraison des nouvelles infrastructures est prévue pour fin 2019. Montségur (Ariège) et 6 autres châteaux cathares de l’Aude ont aussi demandé un classement à l’UNESCO comme  une extension de celui de Carcassonne. Le dossier devrait être étudié en juin.

Lo Benaset

 

 

08 Avr

La liste des 4 ou 5 noms pour la Région LRMP bientôt connue

Hier après-midi Carole Delga a bien réuni le Bureau de l’Assemblée avec Gérard Onesta pour étudier les conclusions du Comité du Nom. Cette instance de dialogue a pour mission d’établir une résolution qui sera ensuite discutée et votée en assemblée plénière. La liste des 8 noms proposée par le Comité du Nom a bien été réduite. On devrait connaître son contenu exact la semaine prochaine.

La suite du calendrier pour le processus de nomination

  • Cette proposition de liste réduite sera proposée à la conférence des Présidents (es) de Groupes et à une commission sectorielle concernée par ce dossier. Cette liste réduite peut très bien comprendre un nouveau nom qui ne figure pas parmi ceux proposés par le Comité, ou tout simplement proposer la modification de l’un d’entre eux. On pense à « Occitanie-Roussillon » qui pourrait se transformer en « Occitanie-Pays Catalan » pour ne pas oublier les Catalans du Nord.
  • Cette résolution sera donc discutée, amendée et votée en assemblée plénière le 15 avril pour avoir la dernière liste de noms qui sera mise au vote.
  • S’en suivra une campagne électorale dans les médias et les lycées durant la deuxième moitié du mois d’avril
  • Le vote citoyen sera organisé sur 1 mois, certainement de début mai à début juin. Tout le monde pourra voter par internet ou par coupon de presse à condition d’avoir 15 ans révolus. On ne votera pas pour un seul nom mais pour tous les noms retenus le 15 avril que l’on devra classer selon le système dit de Condorcet. Comme une sorte de tournoi, de compétition entre les noms, une « eurovision » grandeur nature comme rarement pratiquée en France.
  • Lundi 20 juin : conférence de presse pour annoncer le nom retenu.
  • Vendredi 24 juin : vote des 158 conseillers régionaux qui suivront ou pas le résultat de la consultation populaire.
  • Avant le premier octobre : décision du Conseil d’Etat.

A noter que le gouvernement qui devait fixer les noms des régions par décret avant le 31 mars ne l’a toujours pas fait ou fait connaître.

L’Occitanie dans les sondages

« Occitanie » est toujours en tête dans la plupart des sondages effectués par les médias régionaux dont France 3. Y compris chez les politiques : on sait que Dominique Reynié a fait le sien avec Occitanie qui l’emporte. Même le souverainiste Damien Lempereur a réalisé le sien. « Occitanie Française » (sic) arrive en seconde position. Si même les partisans de « Debout la France » deviennent occitanistes alors…!

Dernier élément : Philippe Martin président du Conseil Départemental du Gers avait réuni hier les professionnels du tourisme. 132 personnes se sont exprimées. C’est « Pyrénées-Méditerranée » qu’ils ont choisi d’une courte tête avec 46 votes devant Occitanie (45). Seul problème : « Pyrénées-Méditerranée » c’est le nom que porte déjà l’Eurorégion où figurent Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon avec la Catalogne et les Iles Baléares.

Lo Benaset