07 Avr

La BNF propose la presse locale ancienne en langues régionales

Consulter les journaux anciens depuis 1770 jusqu’à 1944 sans se déplacer, c’est possible ! Le site de La Bibliothèque nationale de France (BNF) propose un outil très complet pour découvrir quels étaient ces journaux souvent disparus aujourd’hui. On peut consulter des notices, la présentation du journal, avec sa localisation pour les consulter ou en demander une copie. Ainsi, on y retrouve plusieurs organes de presse en occitan et le lien vers les numérisations quand elles existent. Un vrai trésor.

 

La presse en occitan de partout, dans tous les dialectes et en tous lieux

On peut faire une recherche par date, par nom ou encore mieux : par régions, départements et villes. A Toulouse, on y retrouve « Lé Gril » ou encore « Terra d’Oc ». On y retrouve donc toutes les informations et en l’occurrence les consulter en version numérisée par le CIRDOC de Béziers pour le premier et la médiathèque d’Albi pour le second. Du côté de Montpellier, c’est 7 dont le célèbre « Lou Gal » paru pendant la guerre de 14 et lui aussi consultable. , 6 à Paris où l’on retrouve la presse liée au félibrige, à l’Ariège (« L’Ariéjo dins Paris » ou encore « L’Arièjo Nouvello » ), La Garbure chère aux Gascons ou encore « Di Lou Cantou » pour les originaires de la Corrèze!

L’accès est gratuit pour plus de 29.000 journaux publiés en France depuis l’origine jusqu’à 1944. Près de 1 500 sont numérisés; et on y retrouve donc des journaux occitans grâce notamment au partenariat entre la BNF et le CIRDOC. Una mina pels apassionats de lenga, d’istòria e tanben de genealogia ! On y trouve aussi du basque, du breton, corse, langue d’oil et arpitan.

Lo Benaset

 

06 Avr

Nom de la région: l’Occitanie en force

Le Comité du Nom mis en place par la nouvelle région LRMP a donc tranché : il propose 8 dénominations -dont 4 faisant allusion à la langue ou culture occitane- une liste qui sera réduite à 4 ou 5 noms avant le vote de l’assemblée plénière le 15 avril. Si l’Occitanie est en position de force, la Catalogne n’y figure tout simplement pas. Décryptage de ce choix du Comité et comment va se dérouler le vote avec un système astucieux : celui de Condorcet.

Les propositions

25 000 connexions sur le site de la région, 93 propositions prises en compte que le Comité a dans un premier temps réduites à 15, voilà les chiffres. Le Comité du Nom a ensuite discuté, rajouté au dernier moment des propositions comme « Occitanie-Roussillon », puis effectué un vote à main levé. Comme il fallait 8 noms, chaque membre pouvait donc voter 8 fois pour 8 noms différents. Voici donc la liste retenue :

  • Occitanie
  • Languedoc-Pyrénées
  • Pays d’Oc
  • Terre d’Oc
  • Occitanie-Roussillon
  • Languedoc
  • Pyrénées-Méditerranée
  • Midi

Décryptage des noms

Les 31 membres du Comité (30 + le président Martin Malvy) ont travaillé ensemble. Mais il a bien fallu trancher. La Catalogne figurait bien parmi les propositions initiales mais le président Malvy a rappelé qu’il s’agissait du nom d’une région proche et lancée dans un processus d’autodétermination… Il n’a donc pas souhaité que ce terme soit retenu, pour éviter aussi certaines confusions à l’étranger. Ce qui a provoqué l’ire des membres proches des catalanistes que sont André Joffre et Joan Bécat qui a déclaré sur France Bleu :

« J’ai expliqué qu’il y avait un attachement à la culture, à l’identité, ça apparaît dans le rugby, dans la manière d’être des gens. Sont attachés à cette identité aussi bien ceux qui sont nés ici que ceux qui sont venus y habiter, il y a des racines… Et de la même manière que d’autres souhaitent qu’il y ait Occitanie ou Languedoc, il faut que nous soyons présents. Nous étions présents dans la région antérieure (Languedoc-Roussillon) le fait d’être réunis nous en chasse ! Et puis la fausse peur qui dit que la référence à la Catalogne n’est pas possible car il y a déjà une province qui s’appelle Catalogne est ridicule. »

Notons au passage que si « Catalogne » a été évincé, Pays Catalan aurait pu être accepté; mais il n’a pas été proposé. « Occitanie-Roussillon » a donc été rajouté pour que les Catalans ne se sentent pas totalement exclus. Le terme « Terre d’Oc » est lui aussi venu compléter la liste au dernier moment et finalement voté.

Pour le reste on notera l’omniprésente de la langue d’oc déclinée sous différents termes : « Occitanie », « Occitanie-Roussillon », « Pays d’Oc », « Terre d’Oc ». « Languedoc-Pyrénées » est le choix du CESER, de l’Etat et celui de certains chefs d’entreprises. Ces derniers ont aussi soutenu le terme de « Midi » cher à Philippe Saurel et à d’autres. Le milieu économique a aussi défendu « Pyrénées-Méditerranée »… mais c’est déjà le nom de l’Eurorégion ! Occitanie a au moins l’avantage d’être un nom complètement disponible !

Dès demain jeudi 7 avril, une liste de 4 ou 5 noms

Le Comité a fait une lettre à Carole Delga pour lui faire part des méthodes de travail, des critères retenus (dont celui DES langues); mais aussi de la possibilité de rajouter d’autres noms au nom officiel comme c’est le cas pour « Hauts de France » qui a pour sous-titre « Nord-Pas-de-Calais-Picardie ». La présidente dans son communiqué indique que

« Carole Delga avec le bureau de l’Assemblée et son President Gérard Onesta remettront à l’Assemblée plénière du 15 avril une délibération qui portera sur les noms retenus, leur nombre, et les méthodes pour être soumis à la consultation citoyenne ».

Demain après-midi, il y aura donc une réunion du Bureau de l’Assemblée (instance de dialogue citoyen) pour faire une proposition à l’assemblée plénière de 4 ou 5 noms soumis au vote des conseillers régionaux le 15 avril. Il est toujours possible de voir apparaître un nouveau nom ou une modification d’un nom choisi par le Comité. On sait par exemple que le président du bureau de l’Assemblée Gérard Onesta souhaite que « Occitanie-Roussillon » devienne « Occitanie-Pays Catalan ». Les présidents de groupe de l’Assemblée Régionale en seront informés lors d’une conférence lundi prochain 11 avril. Une première liste de 4 ou 5 noms sera donc connue dès demain avant le vote du 15 avril. On ne peut pas encore présumer des 3 ou 4 noms qui seront évincés pour réduire la liste. On peut sans doute mettre une pièce sur « Midi » ou l’un des 2 « Pays d’Oc ou Terre d’Oc ».

Vote citoyen et système Condorcet

Les sondages fleurissent un peu partout. France 3 Midi-Pyrénées organise le sien via-facebook. Et l’Occitanie est en tête; tout comme pour certains journaux du groupe Baylet.

Le travail du Comité avait aussi pour vocation d’éliminer les doublons pour éviter la dispersion des votes…Avec 4 termes liés à l’occitan, on peut dire que l’objectif n’est pas atteint ! Et pour cause : on se dirige vers un vote très novateur en France, celui élaboré par le mathématicien Condorcet.

Pour résumer, ce système de vote prévoit de voter non pas pour un seul nom mais d’établir un classement entre les propositions. Il a l’avantage de favoriser la convergence plus que la division; il évite aussi la dispersion des votes quand un terme ou une idée se retrouvent dans plusieurs noms comme c’est le cas pour Occitanie. De plus, ce système associe plus qu’il n’exclut : c’est une sorte de compétition, de match entre les noms. Il en ressort un classement où le 2ème ou 3ème n’est généralement pas trop déçu… Voilà ce qui se profile pour la consultation citoyenne qui s’étalera sur un mois. La date n’est pas encore fixée mais ce devrait être de début mai à début juin.

Lo Benaset

02 Avr

De collegians de 4ena en plen fantastic !

De collegians, del privat mas sustot del public, que se retròban amassa per una jornada d’escambis, de descobèrtas, e per veire que son pas solets a s’interessar a la lenga d’òc, l’afar marcha totjorn. Dins Tarn, se fa dempuèi 8 ans e aquest’an, èra sonque los quatrens convidats a l’Ostal de la Musica de Cap’Découverte. 160 escolans per una jornada e un tèma : lo fantastic.

Collegians tarneses a Cap Découvertes. Fòto : Lo Benaset

Collegians tarneses a Cap Découvertes. Fòto : Lo Benaset

Los rescontres

Pagats pel Despartament de Tarn, aquestes rescontres se fan en partenariat ambe l’Educacion Nacionala. La Directritz academica dels servicis de l’educacion nacionala Mireille VINCENT butèt la pòrta per encontrar los mainatges. Lo prinicipi es de donar un tèma, que se trabalha en classa, en prevision de la jornada que se declina en talhièrs ont los dròlles viran. Per 2016 èra lo fantastic e La Talvera coma convidat.


Rescontre de collegians tarneses par B. Roux J. Levé M. Blasco MP Duvivier

Présentateurs : Mathis et Kévin  Intervenants : Eric Barthes (professeur) Lilou, Antonin et Lise (collégiens) Philippe Cals (professeur)

Salvajonas, fadas e fantastic

La Talvera fa de collectatge dempuèi 1979, valent a dire que fadas, salvajona e autras bèstias un pauc fantasticas de Tarn an pas de secrèts per ela. Se tòrnan trobar dins las cançons, conferenças e autres contes.

Danièl Loddo aguèt un brave succés ambe sonses contes a l’encòp tradicionals, ambe de tòcas personalas e de duèi.

Mentre que Celina faguèt cantar los enfants en prevision del concèrt de l’aprèp miègjorn, se podiá tanben fintar la mòstra « De la natura de quauquas bèstias » margada pel Cirdoc ambe los textes d’Ives Roqueta e las illustracions de Pierre François, o encara de projeccions comentadas, suls luòcs legendaris de Tarn.

Tot s’acabèt per una brava farandòla…

 

En tornant ambe los carris i aguèt mai d’un collegian content de sa jornada ambe l’enveja de la far partajar a d’amics qu’an benlèu pas l’astre de far causas originalas coma se fan en occitan.

Es pas totjorn fèsta dins los collègis ont se fa d’occitan mas i a encara de braves moments !

Lo Benaset

01 Avr

Viure al Pais le dimanche 3 avril 2016 à 11h 25

A découvrir ce dimanche dans VIURE AL PAIS, l’histoire du film de Paulette et André Andrieu Paisans de Roergue dans un reportage de Benoît Roux et Jack Levé

 


Paulette et André ont filmé de 1962 à 1971

des gestes, des visages, des savoirs-faire
du monde paysan de leurs familles rouergates
sur le point de s’éteindre.
En vrais professionnels, 
le regard attentionné,
souvent poétique.

Extrait du VAP : Reportage B. Roux J. Levé P. Barguisseau S. Le Béon  MP Fournié


Paisans de Roergue par france3midipyrenees

Des images sur les traces de Farrebique de Georges Rouquier qui ont été montées par Piget pour faire le film « Paisans de Roergue »
Le film est sorti en DVD et va tourner un peu partout sur des festivals. Reportage complet ce dimanche dans Viure al País.

Mais Viure al País ce dimanche c’est aussi :

« Hargas, le temps des forges » un reportage de Denis Salles et Didier Bonnet :
Au 19ème siècle, les Landes avaient des forges, et même de véritables fonderies. On y fabriquait toutes sortes d’objets en fonte, depuis la plaque de cheminée et la marmite jusqu’aux boulets de canon… Tout un univers ouvrier dont il ne reste plus aujourd’hui que quelques bâtiments et que la compagnie du « Parler Noir » et le collectif « Bouheben » ont voulu explorer. Par intérêt artistique, bien entendu, mais aussi pour rendre hommage à ceux qui ont passé leurs vies à travailler au plus près des flammes des hauts fourneaux, parfois depuis l’âge de 13 ans…


Et le clip de Mosaïca “Ai vist lo lop / Taqtouqa” à retrouver sur : Org&Com

La Vicenta

Reforme des collèges : le point sur l’occitan

La réforme des collèges portée par le gouvernement actuel a suscité beaucoup de protestations chez les défenseurs des langues régionales. Plusieurs actions ont été menées; certaines sont en cours. La FELCO établit un premier bilan en vue de l’instauration de cette réforme à la rentrée prochaine.

Inégalités dans les académies

L’autonomie laissée aux chefs d’établissements et le flou que représentent certains textes (voir ci-dessous) font que la concurrence est souvent rude entre les matières et les inégalités flagrantes entre les académies. Parfois, au sein d’une même académie, les disparités sont nombreuses. Les Dotations Globales en Heures (DGH) qui fixennt les moyens viennent d’être votées pour la rentrée. La logique comptable risque d’être fatale pour les langues régionales.

  • Aix Marseille : les établissements du secondaire sont globalement dotés des moyens habituels pour la rentrée 2016. L’enseignement d’initiation en 6ème est revenu dans l’académie sauf pour le Vaucluse. Il y a aussi des difficultés sur les heures spécifiques qui viennent compléter les DGH. Reportage France 3 Méditerranée sur la situation dans le Vaucluse et l’absence de continuité de l’enseignement de cette langue.

Reportage de Frédérique Poret et Olivier Ducros-Renaudin :


Le provençal malmené par la réforme des collèges

    • Bordeaux : pas de modification par rapport aux rentrées précédentes. L’académie est plutôt bien dotée et protégée pour l’instant.
    • Montpellier : le constat fait dans cette académie est très préoccupant. La dotation spécifique du rectorat ne correspond pas aux besoins pour assurer la continuité de l’enseignement. En sont victimes, les classes bilingues et autres sections bilangues. La rectrice Armande Le Pellec Muller n’a donné aucune consigne. Beaucoup de professeurs se trouvent dans l’obligation d’aller sur 2, 3  voire 4 établissements.
    • Toulouse : la rectrice Hélène Bernard -qui est aussi vice-présidente de l’OPLO- a précisé que « l’académie poursuit son effort en faveur de la continuité de l’occitan… L’enseignement de l’occitan sera maintenu à tous les niveaux dans l’académie ».  Avec un élément très important : « Je précise que les les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) ne se substituent pas aux enseignements d’occitan existants mais qu’ils constituent une nouvelle possibilité… ». Ce qui n’est pas évident ailleurs.
    • Nice : pas de changements notables dans 80% des établissements. Pour les autres ont peut noter une baisse conséquente voire même des suppressions lorsque l’enseignement de l’occitan est assez récent. Il y a 12 enseignants pour 24 collèges. 1700 élèves dans le secondaire.

Quand le nissart occitan redevient tendance. Reportage France 3.  Intervenants : Emma Luneau – Elève de 5e, Xavier Luneau, Emmanuel Mari – Chanteur.


Le Nissart très prisé des écoliers

  • Clermont : seulement proposé dans 4 collèges (dont 3 dans le sel Cantal).
  • Limoges : 1 seul enseignant…

 

Le cadre

  • Le décret est paru le 19 mai 2015. Les langues régionales font partie d’un socle commun d’enseignements (les EPI) et disparaissent de la 6 ème car les EPI commencent en 5ème.
  • La circulaire d’application du mois de juin précise que l’enseignement bilingue en langue régionale restera organisé selon les organisations pédagogiques contenues dans l’arrêté du 12 mai 2003 intitulé « Enseignement bilingue en langues régionales à parité horaire dans les écoles et les sections langues régionales des collèges et lycée ».
  • Après plusieurs manifestations et actions au ministère, l’enseignement en 6ème est de nouveau possible. D’autres avancées existent.
  • L’enseignement des langues vivantes régionales reste régit par la circulaire n°2001-166 du 5 septembre 2001. Peu de Principaux le savent ou veulent l’ignorer.

Car cette réforme octroie surtout les pleins pouvoirs aux chefs d’établissements qui peuvent décider de manière unilatérale de retirer certains enseignements ou tout simplement de ne pas les budgétiser.

  • Chaque établissement reçoit en effet une Dotation Globale en Heures. C’est fait pour la rentrée 2016 et la répartition a été votée par les Conseils d’Administrations.
  • Il existe aussi des heures spécifiques hors DGH. C’est prévu et plutôt bien organisé sur les académies de Toulouse ou Bordeaux. A Montpellier c’est a minima et les cours d’occitan disparaissent. Le Rectorat a été sollicité mais la rectrice fait la sourde oreille.

Ces heures, lorsqu’elles existent, permettent de limiter les dégâts. Mais de manière globale, la FELCO relève que…

« Les professeurs d’occitan expriment une grande fatigue qui se transforme souvent en désarroi face à des textes qui se contredisent, des situations inégalitaires suivant le territoire, l’académie, l’établissement. »

La FELCO a envoyé le 18 mars ce dossier au Ministère de l’Education pour l’interpeller; il n’a pas encore répondu.

Lo Benaset avec les documents de la FELCO.