02 oct

« Si vous dégommez Arias Canete, nous dégommons Moscovici »

Pierre Moscovici devant les députés européens (DR)

Pierre Moscovici devant les députés européens (DR)

Alors que le député PS du Doubs Pierre Moscovici est auditionné ce matin par le Parlement européen (à voir en direct ici), il semble que le sort de l’ancien ministre français de l’Economie ne dépende pas des réponses qu’il apportera aux questions des députés européens. Plusieurs spécialistes de l’Union européenne font en effet état d’un accord entre les principaux partis politiques pour éviter toute contestation des candidatures des commissaires européens. « Il va passer parce que les socialistes et les conservateurs du PPE (Parti populaire européen) ont passé un pacte de non agression: si vous dégommez Arias Canete, nous dégommons Moscovici. C’est l’équilibre de la terreur », a par exemple confié un diplomate à l’AFP. Ce que résume le site Bakchich« Si la Gauche du Parlement Européen dessoude un Commissaire de Droite lors de leur audition par les commissions parlementaires, le Parti Populaire Européen a fait savoir qu’il flinguerait Mosco’ à titre de réciprocité… ». Ambiance…  Continuer la lecture

01 oct

Parole aux Francs-Comtois… heu pardon, aux élus francs-comtois

La salle du Kursaal était bien remplie, mais les citoyens "de base" ont eu bien du mal à s'exprimer

La salle du Kursaal était bien remplie, mais les citoyens « de base » ont eu bien du mal à s’exprimer

Ce soir se déroulait la troisième des quatre réunions publiques organisées par le conseil régional sur la réforme territoriale et la fusion Bourgogne-Franche-Comté. La concertation, intitulée « Parole aux Francs-Comtois », a quelque peu tourné à l’affrontement politique. Des élus, à la tribune, ont surtout répondu aux questions posées par d’autres élus, dans la salle. Pendant un peu plus de 2h30, on a compté 27 interventions du public. Une bonne quinzaine émanait d’élus, d’anciens élus, de militants ou de sympathisants de divers partis politiques, de la droite, du centre, du parti communiste et même du parti socialiste.  Continuer la lecture

« La jeunesse dans un sillon d’expérience »: l’hommage de Jean-Pierre Raffarin à Cédric Perrin

Le nouveau sénateur du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Le nouveau sénateur UMP du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Fraîchement élu sénateur dimanche, Cédric Perrin a découvert le Palais du Luxembourg ce mardi. A 40 ans, le maire et conseiller général de Beaucourt compte apporter un état d’esprit quelque peu novateur au sein d’une assemblée souvent moquée pour l’âge de ceux qui y siègent. « On a besoin d’avoir des élus en phase avec la société », juge ce père de deux enfants « en CE1 et au collège », précise-t-il. A son arrivée, Cédric Perrin a été accueilli par Jean-Pierre Raffarin, candidat malheureux à la présidence du Sénat. « Du sang neuf », s’est réjoui l’ancien Premier ministre, qui voit en Cédric Perrin, successeur de Jean-Pierre Chevènement dans le fauteuil de sénateur du Territoire de Belfort, « la jeunesse dans un sillon d’expérience ».

Continuer la lecture

30 sept

Barbara Romagnan: « Sortir les gens d’une commission ne suffira pas à supprimer les débats »

Barbara Romagnan (DR)

Barbara Romagnan (DR)

Une « sanction » pour le Monde, une « exfiltration » pour L’Express, carrément une « purge » pour Libération et Le Figaro. Six députés « frondeurs » ont été écartés de la commission des Affaires sociales par Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l’Assemblée nationale. Parmi les mutés, la députée du Doubs Barbara Romagnan. « Ce n’est pas bienvenu alors que nous allons entamer les débats sur le budget de la protection sociale, que le chômage augmente, réagit l’élue bisontine. Sortir les gens d’une commission ne suffira pas à supprimer les débats soulevés. Je ne parle pas pour mon cas personnel, je serai bien à la commission du développement durable, mais je trouve que c’est collectivement regrettable ».

Continuer la lecture

29 sept

A Besançon, Manuel Valls promet trois milliards pour les « super-universités »

Le Premier ministre Manuel Valls à Besançon (©f3fc)

Le Premier ministre Manuel Valls à Besançon (©f3fc)

Manuel Valls a lancé ce lundi, comme l’avait promis François Hollande en janvier, un nouvel appel d’offres pour mettre en place davantage de « super-universités » françaises (« initiatives d’excellence » ou Idex), qui vient s’ajouter à une première phase menée en 2011. Cet appel d’offres sera doté de 3,1 milliards d’euros, puisés dans les fonds des investissements d’avenir (ex-grand emprunt), permettant de porter à plus de 10 milliards d’euros l’enveloppe consacrée à ces projets, a confirmé le Premier ministre.

Continuer la lecture

28 sept

Sénatoriales: en Franche-Comté, la droite fait (presque) carton plein

Les six nouveaux sénateurs de Franche-Comté (©f3fc)

Les six nouveaux sénateurs de Franche-Comté (©f3fc)

Ce matin, la droite franc-comtoise avait trois sénateurs. Ce soir, elle en compte sept. Grâce à Cédric Perrin (Territoire de Belfort), Alain JoyandetMichel Raison (Haute-Saône) et Jacques Grosperrin (Doubs), l’UMP transforme l’essai après sa nette victoire aux municipales. Dans le Doubs, le maire divers droite d’Ornans Jean-François Longeot est également élu. Au Parti socialiste, Martial Bourquin fait figure de rescapé. Il est désormais le seul élu de gauche parmi les huit sénateurs de la région.  Continuer la lecture

26 sept

Le programme de Manuel Valls lundi à Besançon

Manuel Valls (DR)

Manuel Valls (DR)

Le Premier ministre Manuel Valls est attendu à Besançon lundi après-midi. Il sera accompagné de la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud Belkacem, et de Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Ils visiteront la résidence universitaire Canot et le laboratoire Femto-ST. Le Premier ministre s’exprimera notamment sur le lancement d’un appel d’offres au titre du Programme Investissement d’avenir.

Continuer la lecture

18 sept

A Moscou, Jean-Pierre Chevènement plaide pour une levée des sanctions contre la Russie

Jean-Pierre Chevènement (©f3fc)

Jean-Pierre Chevènement (©f3fc)

Le représentant spécial du président français auprès de la Russie, Jean-Pierre Chevènement, a plaidé ce jeudi pour une levée sous conditions des sanctions européennes prises à l’encontre de Moscou et appelé à se détourner des « fauteurs de guerre ». « Pour nous, les sanctions sont vouées à être levées à partir du moment où deux conditions sont rassemblées: le maintien du cessez-le-feu (dans l’est de l’Ukraine) et une application stricte des accords de Minsk », a déclaré à Moscou le sénateur du Territoire de Belfort, rappelant la position de la France.

Continuer la lecture

Le Canard enchaîné accuse Pierre Moscovici d’avoir profité du budget com de Bercy pour son livre

Pierre Moscovici

Pierre Moscovici (DR)

L’hebdomadaire satirique révèle dans son édition de mercredi que « le budget de com’ du ministère a également financé des notes préparatoires à la rédaction [du] livre Combats, paru en octobre chez Flammarion ». Pierre Moscovici réfute toute confusion des genres: « Il s’agit évidemment d’un livre de ministre de l’Economie, ce qui justifie qu’un conseil en communication ait produit trois petites notes pour me faire des suggestions très générales », mais « il n’y a eu aucun travail d’écriture de leur part sur ce bouquin ».

Continuer la lecture

17 sept

Quand Marie-Guite Dufay échange des amabilités avec Philippe Gonon

Ohilippe Gonon et Marie-Guite Dufay (©f3fc)

Philippe Gonon et Marie-Guite Dufay (©f3fc)

Fâchée, la présidente de région. C’est peu de dire que Marie-Guite Dufay n’a guère goûté la dernière livraison du magazine municipal Besançon Votre Ville. Dans l’espace réservé à l’expression des groupes politiques, Philippe Gonon l’attaque sur la fusion des régions et le mariage avec la Bourgogne. Le conseiller municipal UDI l’accuse d’avoir cherché une « compensation », en l’occurrence le poste de vice-présidente de la Banque Publique d’Investissement (BPI), et de se désintéresser du sort de Besançon, « bientôt rayée de la carte ». Marie-Guite Dufay lui répond dans un courrier rendu public aujourd’hui: « Vos insinuations (…) relèvent de toute évidence de la diffamation puisque mon honnêteté est clairement mise en cause ». Elle rappelle notamment que sa mission à la BPI est « bénévole » et dénonce les « néfastes augures » de la droite locale: « Les Bisontins ont davantage que vous peut-être, le sens de la responsabilité et l’amour de leur ville ». Ambiance. Continuer la lecture

RSS