23 oct

Oui, le PS cherche encore à éviter une législative partielle dans le Doubs

Pierre Moscovici sur France Info (@JFAchilli)

Pierre Moscovici sur France Info (@JFAchilli)

« Il y a des éclaircissements juridiques à apporter à cette question que je ne suis pas en mesure moi-même de préciser ici ce matin ». La petite phrase de Pierre Moscovici, ce matin sur l’antenne de France Info, veut dire beaucoup. Non, le nouveau commissaire européen ne précise pas la date de sa démission de l’Assemblée nationale. Non, il n’officialise pas la tenue d’une élection partielle. Tout simplement parce que le PS semble tout tenter pour ne pas renvoyer les électeurs de la 4e circonscription du Doubs aux urnes, et favoriser le remplacement automatique du député titulaire par son suppléant, Frédéric Barbier. Explications.

Continuer la lecture

Manuel Valls est « l’ennemi de la gauche » pour le président PS du conseil général du Jura

Christophe Perny

Christophe Perny

« Il faut sonner la charge sinon on va tous y passer. Je veux bien mourir, mais avec mes idées ». Christophe Perny voit rouge. C’est peu de dire que le président PS du conseil général du Jura n’a pas apprécié, mais alors pas du tout, les propos de Manuel Valls dans L’Obs ce matin. Dans l’hebdomadaire, le Premier ministre affirme vouloir en finir « avec la gauche passéiste ». « Une agression » pour l’élu jurassien. « Je n’ai pas de leçon de modernité à recevoir de Manuel Valls. Etre de gauche de manière moderne, ce n’est pas être de droite. Il n’est pas moderne, il est dangereux », tempête Christophe Perny, qui publie sur internet une tribune dans laquelle il demande ni plus ni moins que le départ du Premier ministre.

Continuer la lecture

22 oct

Il y aura bien une législative partielle pour remplacer Pierre Moscovici

Pierre Moscovici (DR)

Pierre Moscovici parti à Bruxelles, qui pour le remplacer à l’Assemblée ? (DR)

La Commission européenne a été investie aujourd’hui par le Parlement de Strasbourg. Elle prendra ses fonctions le 1er novembre. Pierre Moscovici, le nouveau commissaire français, devra donc démissionner avant cette date de son mandat de député. Les électeurs de la 4e circonscription du Doubs choisiront donc un nouveau député. Cette élection partielle pourrait être très médiatisée, puisqu’en cas de défaite, le Parti socialiste perdrait la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Le PS et l’UMP ont déjà leur candidat, pas encore le FN. Continuer la lecture

Barbara Romagnan et trois anciens ministres ne votent pas les recettes du budget 2015

Barbara Romagnan (DR)

BarbaraRomagnan (DR) 

La députée du Doubs Barbara Romagnan s’est abstenue sur le volet recettes du projet de loi de finances 2015. Pas une surprise pour l’élue PS de Besançon, qui ne cache pas ses désaccords avec la politique gouvernementale. En revanche, la « fronde » des députés PS gagne de nouveaux parlementaires, et non des moindres. Trois anciens ministres des gouvernements Ayrault et/ou Valls se sont aussi abstenus: Delphine Batho, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. A gauche, le Haut-Saônois Jean-Michel Villaumé et le Bisontin Eric Alauzet (EELV) ont voté pour. Les huit députés francs-comtois UMP et UDI ont voté contre.

Continuer la lecture

17 oct

Pourquoi la Cour des Comptes pointe du doigt le Grand Besançon

Trop de syndicats mixtes sur le territoire du Grand Besançon pour la Cour des Comptes. Ils ont tous leur utilité, répond la collectivité (DR)

Trop de syndicats mixtes sur le territoire du Grand Besançon pour la Cour des Comptes. Ils ont tous leur utilité, répond la collectivité (DR)

L’agglomération du Grand Besançon est plusieurs fois citée comme un mauvais exemple dans le rapport de la Cour des Comptes sur les Finances publiques locales (à lire en intégralité ici). Principal grief des magistrats, dont la mission est de « s’assurer du bon emploi de l’argent public »: la superposition des structures intercommunales telles que les syndicats mixtes, « génératrice de surcoûts administratifs. » Le 1er vice-président de l’agglomération, le maire de Serre-les-Sapins Gabriel Baulieu, dénonce les « amalgames » de la Cour des Comptes, dont la démonstration est, selon lui, « un peu courte ». Explications. Continuer la lecture

15 oct

Fermeture de la prison de Lure: une « décision parisienne sans fondement » pour Yves Krattinger

Yves Krattinger (©f3fc)

Yves Krattinger (©f3fc)

La maison de Lure ferme définitivement ses portes. Ainsi en a décidé le ministère de la Justice. L’établissement avait été évacué (provisoirement) en avril dernier suite à l’apparition de fissures dans des murs. De nouvelles études ont convaincu le ministère de condamner le site, considérant que la sécurité des personnels et des détenus n’était plus assurée. « Un prétexte très peu crédible » pour le président PS du conseil général Yves Krattinger, qui dénonce « un énième coup au monde rural (…) pour des raisons économiques et budgétaires ». Continuer la lecture

11 oct

« Madame le Président »: quatre députés UMP de Franche-Comté soutiennent Julien Aubert

La passe d'armes entre Sandrine Mazetier et Damien Abad (DR)

La passe d’armes entre Sandrine Mazetier et Julien Aubert (DR)

A l’initiative de l’ancien Premier ministre François Fillon et de l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino, près de 140 députés UMP ont publié ce vendredi dans Le Figaro une tribune de soutien à Julien Aubert. Le député du Vaucluse avait, lors du débat sur le projet de loi sur la transition énergétique, appelé à plusieurs reprises Sandrine Mazetier (PS) « Madame le Président ». La présidente de séance n’a pas apprécié et, après plusieurs remontrances, a officiellement rappelé à l’ordre Julien Aubert. Ce dernier sera sanctionné financièrement, et perdra un quart de son indemnité d’élu pendant un mois, soit 1378 euros. Un « intolérable abus de pouvoir » selon les signataires de la tribune du Figaro, qui demandent à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée, de « désavouer » Sandrine Mazetier.

Continuer la lecture

09 oct

Pierre Moscovici sera bien le futur commissaire européen aux Affaires Economiques

Pierre Moscovici devant les députés européens (DR)

Pierre Moscovici devant les députés européens (DR)

Les députés européens ont validé ce mercredi la nomination de Pierre Moscovici à la Commission européenne. L’actuel député PS du Doubs aura, dans la future équipe présidée par Jean-Claude Juncker, la charge des Affaires Economiques et monétaires, à la Fiscalité et à l’Union douanière. Les députés des trois commissions parlementaires concernées ont approuvé la désignation de Pierre Moscovici comme commissaire par 44 voix contre 12, avec trois abstentions. Il a été jugé apte à assurer le portefeuille aux Affaires économiques par 32 députés. Quinze ont voté contre, et 12 se sont abstenus, attestant des doutes au sein de la droite européenne sur la capacité de l’ex-ministre français des Finances à juger avec impartialité de l’état des finances françaises. Revue de presse.
Continuer la lecture

03 oct

Europe: recalé à l’oral, Pierre Moscovici est contraint à une session écrite de rattrapage

Les députés européens demandent des éclaircissement "par écrit" à Pierre Moscovici (DR)

Les députés européens demandent des éclaircissement « par écrit » à Pierre Moscovici (DR)

Le Parlement européen a imposé une nouvelle épreuve écrite au Français Pierre Moscovici, qui s’est heurté jeudi à l’hostilité d’une droite sceptique sur sa capacité à juger avec neutralité l’état des finances françaises. Pendant son audition devant les députés européens, l’ancien ministre des Finances, nommé commissaire européen aux affaires économiques, a promis qu’il ne serait ni « l’avocat, ni le procureur de la France ». Mais cela n’a pas suffi à convaincre ses opposants. Dans la soirée, la commission des affaires économiques du Parlement a demandé au député PS du Doubs de répondre « par écrit » d’ici le début de la semaine prochaine à de nouvelles questions. Continuer la lecture

02 oct

Moscovici, combatif lors de son grand oral, se heurte à l’hostilité des députés européens

Pierre Moscovici (DR)

L’audition de Pierre Moscovici a duré trois bonnes heures (DR)

Désigné pour le poste de commissaire aux Affaires économiques, le Français Pierre Moscovici, député PS du Doubs, s’est montré combatif ce jeudi face à un Parlement européen sceptique sur sa capacité à juger avec neutralité l’état des finances françaises, mais il s’est heurté à l’hostilité de farouches détracteurs. Répondant inlassablement aux mêmes questions, M. Moscovici s’est livré à un plaidoyer pendant les trois heures qu’a duré son audition au Parlement, où il a promis qu’il ne serait ni « l’avocat, ni le procureur de la France », dont il a été ministre des Finances de 2012 jusqu’au printemps 2014. Une prestation jugée « insuffisante » par six des sept groupes politiques du Parlement, qui pourrait le convoquer pour une nouvelle audition mardi prochain.

Continuer la lecture

RSS