05 Mai

ANIMAL TOTEM, un album pour l’enfance aux éditons HongFei Cultures (Amboise)

« Quel est ton animal totem ? » Telle est la question que nous posent Agnès DOMERGUE et Clémence POLLET dans cet abum des éditions HongFei Cultures : destiné à l’enfance, il nous rappelle l’émerveillement des premiers âges, quand tout est découverte…

La lecture pour l’enfance permet d’aborder des thèmes parfois étonnants. Ainsi, le Totem peut être défini de bien des manières, et cet album nous présente l’une des plus élégantes qui soit.

  Un petit détour semble s’imposer. Je voudrais vous parler de l’amour selon Aristophane. Oh pas longtemps ! Sa conception de l’amour était que dans l’ancien temps, les hommes étaient différents, ils étaient hermaphrodites, constitués de deux êtres humains reliés en un seul, avec quatre jambes, quatre bras et deux têtes. Les dieux en ont décidé autrement et les ont séparés… Ainsi, deux êtres sont nés d’un seul hermaphrodite.
   Selon Aristophane, l’amour consiste à rechercher cet être, cet autre à la fois semblable et différent.

Cette théorie si critiquée a le pouvoir de susciter un sentiment d’évidence, et le désir. L’amour, c’est l’être qui nous manque comme une énigme qu’il faut voir de l’extérieur : chaque pièce du puzzle n’a pas de sens, pas d’utilité en soi, pas de raison d’être, mais leur réunion crée une chose nouvelle, une unité supérieure qui est plus que leur simple association.

Le Totem draîne la même idée, mais il est l’emblème de tout un groupe. Une vérité supérieure à celle d’un individu isolé qui découvre qu’il appartient à un ensemble, et que cet ensemble est doué de vie. Et comme le totem est la plupart du temps un animal, il souligne que le groupe est autre, une réalité obscure à nos sens, un instinct puissant aussi, qui balaye nos mauvaises raisons : trouver son Totem, c’est aussi définir l’humanité à laquelle nous appartenons.

Au temps où les hommes et les animaux
Parlaient le même langage…
             Au silence des tambours, ils se sont arrêtés de danser.
             Ce soir, ce sont des hommes à plumes.
             Mais moi, je sais qu’ils ne volent pas.              (citation)

   « Quel est ton animal-totem ? » la question court tout du long de ce récit souriant et empreint de gravité devant la nature et ses mystères, dans ce nouvel album des éditions HongFei Cultures.
    Le héros de cette charmante histoire, sous couvert d’un texte (moins alambiqué que mes digressions… 🙂 bref, concis, avec des mots simples et directs, poursuit cette quête, trouver l’animal totem, mais avec la sensation que le trouver sera un peu quelque chose de semblable à la quête de l’amour : trouver l’autre redonnera du sens, et ouvrira les yeux sur ce que l’on cherchait sans le savoir, quête sans cesse renouvelée et vaine jusqu’au moment où… et là tout s’éclaire. Ce qui était sombre entre en pleine lumière et la vie trouve un sens… aussi inattendu que la chute de cette charmante histoire…

Bernard Henninger

© Album d’Agnès DOMERGUE et Clémence POLLET.

 

16 Jan

Lire au Centre, votre nouveau blog de littérature

Dédié au livre en région Centre-Val de Loire, ce blog vise à vous parler des publications, et pour commencer, quelques mots pour en esquisser les contours…

Matin_frileux_jan-2018

Bienvenue sur la plateforme de blogs de francetv info. Une rubrique « Lire au Centre » a existé sur le site pendant l’année 2013, mais, faute d’une santé suffisante, elle a dû s’arrêter. Toutefois, cette première expérience a continué à me travailler en profondeur, car, pour bref qu’il ait été, ce travail — ce désir de mieux connaître les livres publiés dans ma région — a été fécond, il a en particulier modifié mes propres écrits, amené à m’intéresser plus avant sur la poésie et ses formes actuelles, tout en offrant au travers de chroniques et de notes de lectures des livres et albums édités en région Centre-Val de Loire.

Aujourd’hui, la littérature est de plus en plus éclatée et impossible à appréhender dans son ensemble :

  • petits éditeurs se développant sur de nouveaux schémas économiques,
  • auteurs auto-édités de mieux en mieux organisés et professionnalisés,
  • développement des salons littéraires dans la région
  • développement de l’édition et de la lecture numérique

font que de nombreuses publications ne sont plus accessibles par les moyens traditionnels. En parallèle, certains organes de presse, restructurés dans des holdings œuvrant sur un vaste territoire peinent à traiter des publications locales.

Les libraires aussi sont parfois débordés par des publications de plus en plus nombreuses, et éphémères. Pour ceux qui se font un honneur de garder un intérêt neuf et bienveillant pour l’édition régionale, les moyens aussi se sont démultipliés. Un livre peut se trouver seulement dans trois ou quatre librairies de la région, ou accessibles uniquement par l’Internet, par des sites personnalisés  ou par le biais de librairies en réseau.

Cette multiplication des littératures et de leur diffusion donnent donc tout leur sel au plaisir que je peux prendre à découvrir un ouvrage, à écrire quelques mots pour tenter d’en rendre compte avec le plus d’objectivité et d’imagination possible et à les donner au public pour leur en proposer la découverte.

Donc, très modestement, je fais le vœu de reprendre, poursuivre et élargir ce travail de chroniqueur, parfois de critique, mais sans obligation à un rythme le plus régulier possible… et d’espérer recevoir votre patience et susciter votre curiosité.

Bernard Henninger