13 Mai

Les secrets de Lise (Jeanine Berducat)

Qui était Lise ? Une excentrique ? Une vieille dame nostalgique ? Une écrivain ? Ou une grand-mère facétieuse ? Les Secrets de Lise est un beau roman de Jeanine Berducat qui met les pieds dans le plat de la modernité en posant les questions qui nous gratouillent …

Le roman ouvre sur les obsèques de Lise, auxquelles assistent ses proches, et le responsable d’une association littéraire qui résume une vie riche d’amis, de rencontres et de romans qui ont fait de Lise une figure reconnue de ce hameau du Poirond, au fin fond de l’Indre, à la frontière avec la Creuse.

Lise a eu quatre petits-enfants : Judith et Sébastien, et leurs cousins, Aurore et Nicolas, tous présents pour les obsèques de cette grand-mère perdue de vue, et considérée — sans oser le dire à voix haute — comme toquée, passéiste et un brin radoteuse, mais aimée, malgré tout…

Convoqués à quelques temps de là, les petits-enfants découvrent que Lise leur a imposé une dernière volonté, légèrement facétieuse : elle désire que sa maison reste en indivision pendant six années, à charge pour ses petits-enfants de s’y retrouver une semaine tous les ans, d’échanger et de réfléchir !

En guise de viatique, chacun reçoit un exemplaire de son dernier manuscrit, ainsi qu’un petit cadeau, différent pour chacun, à l’un un flacon empli de terre, à un autre un billet de banque réduit en confettis… nulle indication, juste le souhait de Lise que chacun lise sa dernière œuvre, prenne le temps d’y réfléchir et résolve le rébus que constitue le petit cadeau…

Animatrice dans des clubs de vacances, Judith est la première à s’engager, elle adorait cette grand-mère qui s’est dépensée sans compter pour ses petits-enfants. Veillant à l’exécution du testament, et, disposant de temps libre, elle s’installe dans la maison du Poirond qu’elle explore, exhumant souvenirs, photos jaunies et sorties pour rencontrer les amis et proches de Lise.

Sensible au désir de sa grand-mère de faire réfléchir ses petits-enfants, et d’ailleurs, rebutée par la superficialité de son métier d’animatrice, elle est bientôt gagnée par un certain dégoût de la vie qu’elle a menée jusque là : elle emménage définitivement au Poirond, en quête de redéfinir sa vie sur des bases renouvelées : la nécessité de comprendre les mœurs de cette campagne qui disparaît et de ce qu’elle avait au fil des siècles façonné de meilleur.

Cadre d’un groupe pétrolier, son frère Sébastien travaille sur des chantiers lointains et sa compagne déteste cette campagne, sa verdure et son peu de conformité avec les canons de la Modernité, qu’ils connaissent tous par cœur à défaut d’y avoir réfléchi. Toutefois, alors qu’il est gagnée par le cafard, un soir au fin fond du Soudan, Sébastien ouvre le manuscrit de Lise…De même pour leurs cousins, Aurore rêve d’artifices, de vitesse, se saoule de randonnées à moto avec son petit ami. Nicolas est le seul à avoir pris racine au pays, paysan, travailleur acharné, grevé d’emprunts pour gagner un salaire de misère, il court lui aussi d’un bout à l’autre de sa journée après un travail qui lui échappe toujours plus… S’il nourrit des doutes sur cette modernité qui se résume à une course déjà perdue contre le temps, il n’en dit rien et s’en remet à sa compagne.

La problématique est posée, et le roman se déroule à la manière de ces paraboles bibliques où les êtres sont pris dans une vie qui ne leur offre que souffrances, fuite en avant, ou nécessité de s’étourdir dans des plaisirs imposés. Chacun est amené à réfléchir sur le sens de sa vie, de sa conception de la modernité, la vitesse, et ces tâches qu’on exécute avec un vertige croissant.

Or, poser la question, c’est parfois y répondre.

Que la jeunesse aime la vitesse, c’est une évidence et c’est son droit. Que la vie impose à chacun une course erratique pour une quête de bonheur qui s’achève dans la souffrance, à l’hôpital au premier accident ou dans une solitude douloureuse que la vitesse ne peut masquer… est aussi une problèmatique moderne. A quoi sert le Burn Out, par ex, à celui qui en est la victime ? Lise — et l’auteur — nous posent à nous aussi la question de la modernité. Est-ce bien ce dont nous avions rêvé, à vingt ans, que cette course sans fin dans des activités dont la vanité peut faire monter le dégoût en bouche ?

La question de la souffrance et sa résolution, est au cœur de la réflexion bouddhiste ou chrétienne, elle est centrale, aujourd’hui, à l’époque des Start’Uper et de leur volonté de tout bousculer sans tenir compte des dégâts qu’ils provoquent autour d’eux, démiurges au parfum parfois usurpé de philosophie (que dirait Paul Ricœur de l’usage qui est fait de son travail ?) et semant désolation et destruction sur leur passage. Est-ce bien le monde que nous voulons ? Que nous voulons non seulement pour nous, mais pour ceux qui vont nous succéder ?

Il y a un art de la nostalgie chez Jeanine Berducat que j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier avec un précédent roman, « Jeanne des Eaux Vives » et un goût des humains, des rencontres, que je trouve précieux et extrêmement émouvant, qui font des Secrets de Lise une lecture enrichissante, et une invitation à réfléchir, comme en miroir, les questions qui se posent à chacun de ses héros… et, plutôt que de céder à un monde qui préfère s’étourdir plutôt de méditer, prendre le temps de savoir ce que nous voulons, et ce que nous pouvons.

Dans un premier temps, les Secrets de Lise nous invite à suivre les pas de Judith, Aurore, Sébastien, Nicolas et des autres que leur réflexion va attirer comme un aimant d’humanité.

Bernard Henninger

PS : un sujet que France 3 avait consacré à Jeanine Berducat et qui nous en apprend beaucoup sur les Secrets de Lise :

20 Avr

Choiseul l’obsession du pouvoir (Monique COTTRET)

Avec « Choiseul, l’obsession du pouvoir », Monique Cottret, professeur émérite à l’université de Nanterre, nous propose l’une de ces biographies dont raffolait ma mère, qui était capable de nous citer tous les jours à table un extrait de telle biographie qui la passionnait… un livre d’Histoire qui se lit « comme un roman ».

Dans une époque qui rechigne à soulever les questions d’Histoire, au sens de la Politique, le portrait que Monique Cottret nous propose plonge dans les mœurs de ce XVIIIme siècle qui nous devenu un monde étrange et étranger. Ainsi, ces nobles qui sont au cœur du récit : il nous faut nous habituer à ces êtres qui agissent à contre-courant des bourgeois du Capitalisme, leur quête d’honneurs se double d’un mépris profond pour les puissances d’argent : Choiseul contracte-t-il un riche mariage ? C’est pour mieux s’honorer d’avoir dilapidé cette rente dans l’entretien pharaonique d’un château, Chanteloup, la construction d’une Pagode, et de s’être attaché les services d’un artiste tel Claude Balbastre, grand musicien français de l’époque.

Le plaisir commence là, dans cette collecte des menus faits qui constituent la marque d’une époque, comprendre cette Cour de Versailles, qui s’était érigée en univers clos, lieu de féroces et complexes intrigues, ce microcosme qui prétendait être le pays, et qui s’est isolé jusqu’à l’effondrement que l’on a forcément en tête quand il est question du XVIIIme siècle…

Sans nous égarer, l’ouvrage se construit par touches, et son objet est beaucoup plus complexe qu’il ne paraissait à première vue. Qui était Choiseul ? Trop d’avis, trop de contradictions, peu de preuves autre que des écrits entachés d’hypocrisie, de mensonges ou de « fake news » avant la lettre, quand il s’agit souvent de bâtir une légende (storytelling), les écrits se livrent un singulier combat…

De Choiseul, en première approche, j’ai l’image d’un aristocrate, d’un courtisan, libertin, jouisseur, mais marié avec l’héritière d’une des plus grandes fortunes de France, Louise-Honorine du Crozat, entretenant une correspondance avec les grandes figures des Lumières : Voltaire et en même temps cultivant sa proximité avec la duchesse de Pompadour… ce que nous propose un honnête article d’encyclopédie.

  • « Un homme qui rit ne sera jamais dangereux. » : l’esprit, cette invention française, il en a revendre, et il s’en sert comme d’une arme politique pour répandre des calomnies sur Frédéric II de Prusse…
  • Les Goncourt dirent aussi : « une nature qui n’avait que l’esprit de méchant et ne connaissait ni la haine ni la vengeance […] cette égalité de bonne humeur qui enveloppe si bien tant d’hommes de ce temps que l’on ne sait si elle est en eux un don natif ou acquis, une forme ou un masque. »

Comte de Stainville, Choiseul entre dans la vie par la carrière militaire, mais il brillera en tant qu’ambassadeur, à Rome, puis, sous les auspices de sa protectrice, la duchesse de Pompadour, à la cour d’Autriche où, chargé de négocier un traité de paix, il signe le mariage du dauphin Louis et de la princesse Marie-Antoinette…

  • Pour Guy Chaussinand-Nogaret, Choiseul est avant tout une « Bête de cour » : « Il en avait toutes les brillantes qualités et tous les vices. Il en connaissait toutes les subtilités, en devinait les caprices ; il en partageait la sécheresse d’ambition et le cynisme, savait qu’ici l’excès de conscience et de scrupules dégénère vite en échec devant la fortune qui s’offre. »

À partir de 1758, il hérite du titre de duc et du nom sous lequel on le connaît aujourd’hui : Choiseul.

  • Michelet, plus sévère dit de lui : « C’était un petit doguin, roux et laid, avec une audace cavalière, une impertinence polie, un persiflage habituel, qui le faisait redouter. Il plaisait d’autant plus aux femmes qu’il leur ressemblait davantage. »

Misogynie à part, le propos ne dépare guère du précédent : diplomate, courtisan, l’homme est habile et maîtrise parfaitement les rouages de l’univers quasi hors-du-temps que constituait Versailles et la cour.

Voici, en quelques mots, mes encouragements à vous lancer dans la découverte d’une époque méconnue et d’événements qui façonnent encore notre présent : de la Corse, devenue Française peu avant la naissance de Napoléon, au Québec cédé à l’Angleterre… et du mariage de Louis et de Marie-Antoinette : Choiseul est l’esprit cynique et sérieux qui tisse avec une précision pleine d’un nécessaire aveuglement, la toile du futur…

Pour les régionaux, il ne reste rien du palais fastueux que fut le château de Chanteloup, si ce n’est le parc, la pièce d’eau qui fut restaurée il y a une quinzaine d’années et une réalisation pleine de fantaisie et de grâce, la pagode, qui est une tour bâtie à la mode chinoise, et pour laquelle je vous propose en bonus, ci-dessous, un sujet que lui avait consacré France 3 Centre…

Bernard Henninger

10 Avr

Week-end en fête au salon du livre Jeunesse de Beaugency

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point… Et pourtant elles sont arrivées : le 33ème salon du livre Jeunesse de Beaugency se déroulera du 13 au 15 avril 2018, ouvert à tous publics, notamment les plus jeunes, c’est une bonne excursion de début de printemps et d’une valeur culturelle *** !

La particularité du salon Jeunesse de Beaugency n’est pas son exceptionnelle longévité, trente-trois ans, voilà un âge qui réjouirait bien des organisateurs de salon, ce n’est pas non plus son succès, environ quatre mille visiteurs en deux jours, qui en fait un des salons les plus visités de toute la région, ce n’est pas non plus la Jeunesse, car d’autres manifestations se consacrent également à la littérature jeunesse, mais c’est la particularité de son organisation.

En début d’année, les organisateurs dialoguent avec les représentants des écoles partcipant au salon, de façon à associer un écrivain ou un illustrateur pour la jeunesse à une classe — de la primaire au collège — avec laquelle chacun effectuera tout au long de l’année plusieurs interventions. Les enseignants mettent à profit cette rencontre d’exception pour développer soit une animation spécifique, soit une grande réalisation collective, ou encore une déclinaison d’un même thème par chacun des élèves.

En plus de stimuler la créativité des enfants, elle permet de valoriser une pédagogie dynamique, et ce n’est pas le moindre charme du salon que de voir les murs pavoisés des réalisations des enfants, résultat du travail de toute une année scolaire.

En général, si mes souvenirs sont bons, le samedi, vous voyez les enfants traîner leurs parents par la main pour leur présenter « leur » auteur ou « leur » illustrateur. À l’inverse, le dimanche, vous voyez plutôt des parents qui organisent la visite dominicale au salon et y amenant leurs enfants pour leur faire découvrir les animations du salon : atelier graphique, découverte de l’écriture par pictogramme, le salon de Beaugency est une fourmillière qui prend possession de la salle polyvalente des Hauts-de-Lutz.

Dans la salle principale, vous pourrez y trouver les vingt-deux auteurs et illustrateurs invités par les organisateurs et qui se feront un plaisir de dédicacer leurs ouvrages, dont on peut citer :

Avant de succomber au charme des réalisations des enfants exposés un peu partout, et du plaisir de participer aux ateliers de lecture ou de typographie à l’ancienne.

En plus d’y passer une journée trépidante, c’est un plaisir sans égal que de découvrir la richesse de l’édition pour l’enfance, depuis les albums pour les petits jusqu’aux romans de l’adolescence et c’est souvent une sortie très agréable de début de printemps, mi plein-air, mi-intérieur, avec des enfants qui courent dans tous les sens avec un album à la main…

Bernard Henninger

Copyright : Photos Bernard Henninger, l’affiche est l’œuvre d’Antonin LOUCHARD

06 Avr

Du Sucre, du sang et du goût de la fantasmagorie

De Sucre et de sang est un polar se situant à la fin du XVIIIème siècle, à Orléans, et dont le personnage principal, Antoine Toussaint, est chirurgien juré (l’ancêtre des médecins légistes) qui plonge à corps perdu dans une histoire qui sème des cadavres de jeunes femmes égorgées, saignées à blanc et exposées dans les lieux les plus grostesques… aux quatre coins de la ville d’Orléans.

 

  Une toue cabanée au petit matin sur les berges de la Loire, en amont d’Orléans, la brume et l’humidité et Ferdinand, allemand et passager incognito. Sur la berge un escogriffe sort un couteau, s’approche du marinier et lui tranche la carotide…
  Quelques jours plus tard, le corps, mutilé, est retrouvé dans une bascule, au milieu d’une cargaison de pêche, semant l’horreur sur le port d’Orléans.
  Nous sommes en 1785, Vendredi Saint, et Toussaint, jeune chirurgien juré, se rend à une démonstration de Mesmérisme… où il lie connaissance avec les dames Marotte, dont la jeune fille, Hortense, exerce sur lui un charme immédiat.
  Depuis la mort de son mari, madame Marotte préside à la destinée de la raffinerie de sucre familial, une des plus prestigieuses de la ville, dont on dit que les productions garnissent la table du roi.
  Le lendemain, Hortense requiert les services de Toussaint pour soigner le mystérieux Ferdinand, d’une fracture au bras. Sans barguigner, Nicolas lui pose une attelle et échange avec l’homme, allemand, maçon et poursuivi par des sbires aux manières de brutes.
  Le dimanche de Pâques, Antoine Toussaint est appelé à nouveau, mais cette fois pour examiner une jeune femme, égorgée comme le marinier, elle a été saignée, et elle comptait parmi les employés de la raffinerie Marotte…

Ainsi commence ce roman fourmillant, situé au carrefour de l’Histoire, à la veille de la grande Révolution, dans une ville en pleine ébullition. Car si la noblesse y détient encore l’essentiel des pouvoirs, la bourgeoisie a déjà pris position dans la vie de la cité, comme ces raffineurs de sucre, qui font à l’époque la prospérité de la ville : venu des Antilles par le port de Nantes, le sucre est traité tout le long de la Loire, et fait l’objet d’une véritable industrie aux mains de roturiers dont la fortune trop rapide fait d’eux des parvenus enviés, jalousés… et des précurseurs de la révolution industrielle.

En regard, Toussaint serait plutôt le fondateur d’une spécialité — la médecine légale — qui se développera plutôt dans les années à venir, mais la justice fait déjà appel depuis longtemps aux analyses rigoureuses des chirurgiens-jurés. Si les chirurgiens, qui ne sont pas universitaires sont considérés de haut par les hommes de science, Nicolas fait montre d’une science fondée sur le raisonnement, et profite de son statut inférieur pour se mêler au peuple, commissaire, inspecteur des levées et enquêter loin de la pompe de la Justice…

Orléans est le théâtre d’assassinats horribles, des victimes saignées à blanc sont exposées avec un humour macabre dans des lieux en rapport avec la raffinerie des Marotte. D’ailleurs, un sinistre écumeur de cabaret prétend que madame Marotte et sa fille Hortense sont les instigatrices de ces meurtres… et si l’on ajoute à cela leur sympathie pour Ferdinand qui trouve refuge chez elle, les événements se précipitent.

Dans une ambiance sinistre de cabale, et de paniques populaires aussi soudaines qu’irrépressibles, où la populace met à sac la maison d’un homme désigné par la rumeur, où le lieutenant de police sélectionne les meurtres et interdit d’enquêter sur celui du marinier, compromettant les progrès de l’enquête, le roman ne lésine pas sur les coups de théâtre et tisse les différentes intrigues avec un doigté de feuilletoniste qui laisse admiratif, tellement le passage d’une scène à l’autre est fluide, les dialogues sont vifs, plaisants, pleins de verve et d’humour.


Estampe de Charles Pensée,
reproduite avec l’aimable autorisation de l’Hôtel Cabu, Musée d’Histoire et d’Archéologie/François Lauginie

Enfin, le tout s’appuie sur une documentation, tant en matière de marine de Loire, que de l’industrie des raffineries de sucre, dont il ne reste plus que le souvenir dans les musées de la région qui ajoute la connaissance au plaisir du récit.

À l’analyse, les personnages sont d’une belle complexité et ils s’intègrent harmonieusement dans un tableau plein de fureur, d’amours, et même d’un doigt d’érotisme (les libertins sont les pères tutélaires de toute galanterie) et le récit, hésitant entre l’aventure rocambolesque et l’ébauche d’enquêtes à la plaisante teneur scientifique font que j’ai passé un moment très agréable dans cette littérature d’aventures qui a su, pourtant, insérer dans sa trame, de véritables éléments de la grande Histoire qui se prépare, la Révolution qui, en France, se charge encore de résonnances et de débats passionnés sans jamais trop s’éloigner de la Loire, qui est comme l’artère vitale dont le flux alimente le récit.

Une lecture à chaudement recommander : Pascal Grand a l’art de nous procurer de délicieux frissons.

Bernard Henninger

Post Scriptum : en bonus une chronique de Loire, déjà ancienne qui évoque le temps des raffineries et de l’or blanc…

25 Mar

La Bouinotte : numéro de printemps

Parution du numéro de printemps de LA BOUINOTTE avec un dossier sur Paul Duris, le marin enterré aux Antipodes, Saint-Georges-sur-Arnon, une commune en pointe sur l’énergie verte et un portrait de Germaine HUGNET, égérie des surréalistes, au destin hors du commun…

La région Centre, comme tant d’autres, manque d’une identité culturelle claire et facile à claironner, et se définit plutôt comme la somme des territoires et cultures qui la constituent. L’aura culturelle sans doute la plus célèbre se concentre sur la plaine du Berry, riche d’un passé prestigieux et qui témoigne aujourd’hui encore d’un bouillonnement littéraire singulier en particulier grâce à la médiation de la revue LA BOUINOTTE qui vient d’éditer son numéro de printemps.

D’un sommaire très riche, un coup de projecteur sur :

  • La tombe aux antipodes du marin oublié : Paul DURIS, un marin, fit partie d’une expédition scientifique en Nouvelle-Zélande qui avait pour but d’observer et de mesurer le transit de Vénus devant le soleil, (grâce à laquelle on détermine la distance de la Terre au Soleil). Tombé malade de la fièvre typhoïde, il décède sur l’île Campbell où l’équipe avait installé son campement. Sa tombe vient d’être retrouvée sous 35 centimètres de tourbe.
  • Saint-Georges-sur-Arnon, la belle verte : est une commune dynamique, décidée à prendre le tournant du XXIème siècle avec, pour 638 habitants, 14 éoliennes (bientôt 23), 4 installations photovoltaïques et un maraîchage bio…
  • La Maison des droits de l’enfant à Châteauroux
  • La révolution des rivières
  • Les amitiés surréalistes de Germaine HUGNET

Revenons sur le destin hors du commun de Germaine HUGNET : née à Paris d’un père originaire de Sainte-Gemme : elle grandit entre Paris et le Berry où elle passe ses vacances. Après un premier mariage malheureux, elle fait la connaissance du surréaliste Georges HUGNET vers 1935-1936, fréquente Eluard, qui lui dédie un collage, Man RAY qui la photographie… Exclus des surréalistes, ils poursuivent une vie artistique dense, Picasso séjournera à plusieurs reprises à Sainte-Gemme. Suite à l’entrée en guerre, ils se marient en 1940 avant d’entrer dans la résistance des poètes, hébergeant des juifs, et Georges Hugnet, depuis son atelier de reliure, fabrique des faux papiers, et sera co-fondateur des éditions de Minuit…

Le couple entrepose à Sainte-Gemme l’énorme collection amassée par le mari qui contenait des lettres de Max Jacob, des ouvrages rares du XIXème et XXème siècle, de Sade… auquel les allemands, en se repliant vont mettre le feu accidentellement… Un destin hors du commun.

Et toutes les rubriques de la revue qui se lit comme un feuilleton passionnant…

Bernard Henninger

 

18 Mar

Céleste et Lulu magazine pour enfants gratuit.

« Céleste et Lulu », nouveau magazine pour enfants,  gratuit, diffusé sur Orléans  avec des histoires, une bande dessinée, des jeux et des idées d’animation est une mine d’idées pour les petits et les moins petits.

 

D’un format carré (21 cm environ), d’un papier facile à manipuler, le magazinel compte une vingtaine de pages, couverture comprise. La première histoire raconte, sous forme de bande dessinée, Céleste et Lulu à la chasse aux œufs au Parc Floral.

Nous enchaînons avec l’histoire d’Arthur un petit cochon qui ne veut pas prendre son bain et l’histoire du coquelicot qui voulait déménager, deux histoires écrites et illustrées avec une partie de jeu des 7 erreurs intercalée entre les deux.

Suivent :
. un mot croisé,
. un jeu d’affirmations : Vrai ? Faux,
. des conseils shopping,
. un « tuto» pour réaliser des figures en chocolat,
. le coloriage d’un gros œuf de Pâques

En quatrième de couverture, des liens pour retrouver Céleste et Lulu dans les réseaux sociaux complètent le magazine qui se révèle un outil ludique, — dans le temps on disait : récréatif — tout en étant éducatif.

Gratuit, le magazine est joliment illustré, par plusieurs graphistes qui en font un bel objet, convivial et modulable par les enfants suivant leurs envies. L’idée est encore nouvelle : jusqu’à présent, seule la ville de Montpellier possédait un magazine gratuit pour les enfants.

Points de diffusion : les bibliothèques municipales, les piscines, la libraire Chante-livres place du Martroi, et les cinémas de l’agglomération. D’autres points de distribution devraient se mettre en place dans les mois à venir sur l’Agglomération d’Orléans. Souhaitons longue vie à cette jolie innovation…

Bernard Henninger

11 Mar

Petit élevage familial bio (Anne Denis)

Dédié aux citadins et aux curieux ! Pour un service rendu à une voisine, traire sa chèvre Pâquerette, Anne Denis s’est lancée dans des élevages de petite taille avec une passion qu’elle partage au travers de ce Petit élevage familial bio avec lequel vous comprendrez mieux vos désirs, vos idées et pourrez appréhender les apprentissages nécessaires…

Pour qui possède une maison, un terrain suffisamment grand et du temps, grande est la tentation de développer chez soi un élevage animal… De l’élevage à l’animal de compagnie, les expériences sont multiples, et réversibles, l’idée du livre d’Anne DENIS est de conseiller un futur éleveur avec un manuel pratique qui parcourt le panorama des avantages et difficultés : ressource en eau, terrain minimum pour un âne, une vache, une poule, une caille… gentillesse des chèvres et leur talent unique pour visiter le jardin des voisins, tout est envisagé avec calme et réalisme.

Elevage-familial-anesnourrir-2025

Tout d’abord, il s’agit d’analyser l’objectif visé, les atouts et les obligations que suppose un élevage. : un terrain dimensionné à l’espèce visée, un demi-hectare est suffisant pour un âne, mais comme il n’aime guère la solitude, un hectare pour l’âne et son compagnon seront souvent la bonne mesure. À l’opposé, un jardin suffisamment vaste fera l’affaire pour des poules…

  • L’alimentation en eau est une condition centrale : si vous disposez d’une source, c’est merveilleux, sinon, il faudra un abreuvoir, le constuire, l’installer, renouveler l’eau et maintenir une hygiène rigoureuse…

Elevage-familial-parc-2020

  • Le temps : l’élevage est un dévoreur de temps : il faut aussi nourrir votre animal, vérifier son logement, l’étanchéité de sa clôture, vérifier sa bonne santé et savoir le soigner…
  • L’objectif que vous visez, que ce soit pour vous procurer une viande de qualité, il faudra alors vous associer avec un boucher qui abattra l’animal et élever l’animal sans trop s’y attacher… cela n’empêche pas une visée éducative pour des enfants, ou tout simplement pour avoir un peu de compagnie : Anne Denis explique que la frontière est mince de l’un à l’autre… et dans ce cas, plus de boucher, plus de viande à bas prix, mais une compagnie et un cœur à partager. La plupart des mammifères font d’excellentes âmes-sœur, mais ça peut arriver avec d’autres espèces moins intuitives comme les poules…

Elevage-familial-ane-2019

L’ouvrage d’Anne Denis est structuré rigoureusement, et agrémenté de nombreuses photos. En dehors des besoins élémentaires — eau, terrain et disponibilité —, nous sont détaillées les compétences incontournables : le temps de l’entretien, des soins, savoir bricoler, apprendre à transformer des matériaux de récupération, produire des aliments, avoir une relation avec un boucher, voire entrer dans un réseau d’échanges, connaître les lois.

Elevage-familial-oie-2018

Suivent ensuite une suite de chapitres, un par animal d’élevage : chèvre, âne, porc, poule, pigeon, caille…, avec des portraits : d’un éleveur, de l’animal, sa fiche signalétique, clôture, logement, soins, prédateurs, élevage…

Un ouvrage utile et agréable à consulter, on sent le bonheur qu’il y a à se consacrer à des activités si anciennes que nul ne saurait dire qui a eu le premier l’idée de fabriquer un fromage… mais le plaisir doit être indicible de renouer avec une activité qui pourrait sembler naturelle et que l’Homme a mis des milliers d’années à perfectionner.

Moyennant un travail qu’il ne faut pas sous-estimer, le bonheur de produire une partie de son alimentation est immense… Donc, avec « PETIT ÉLEVAGE FAMILIAL BIO » vous aurez un guide bien conçu pour raison garder et développer un élevage de pigeons, ou simplement adopter un âne…

Elevage-familial-bio-A-Denis-2018

Et en bonus, un sujet consacré au Sainte-Maure de Touraine :

Bernard Henninger

04 Mar

Nuits de pleine lune (Alain Rafesthain)

Les Nuits de pleine Lune, d’Alain Rafesthain, clôt la trilogie du Thym de Bergère commencée avec Les Sabots Vernis. L’écriture, classique, dégage une belle sensibilité avec un récit qui finit en apothéose…

Bouinotte-089-2018

Le roman commence en Noël 1939, à la messe de minuit, où une voix grave vient se mêler aux voix des femmes de Hauterère — le village où se déroule l’essentiel du roman —, surprenant tout le monde, car il s’agit d’Étienne, le voisin d’Augustin, revenu de la ligne Maginot. Il a obtenu une perm’, et après un voyage de trois jours, est parvenu à rejoindre sa femme et ses enfants à temps pour fêter Noël. Étienne conclut son bref passage par cette espérance que la guerre soit finie pour l’été et les moissons…

Sans transition, le chapitre suivant enchaîne avec la débâcle, de 1940, un afflux de réfugiés traversent le village, et ainsi de suite, avec des chapitres construits comme des tableaux autonomes, les dates-clef de la Seconde Guerre mondiale sont égrenées, l’hiver 1941 (chapitre 2), mai 1942. Au chapitre 5 (Mars 1943), un couple sonne chez Étiennette, une veuve de 14-18 : ce sont des juifs qui viennent de la part de sa cousine et qui cherchent quelqu’un à qui confier leur petite fille : Étiennette accueille  ainsi Sara Lévitan, la rebaptise Régine Létang, lui fait faire des faux-papiers et l’élève comme sa propre petite-fille…

La guerre est évoquée par le prisme du village imaginaire de Hauterère, mais qu’on n’imagine guère différent de Presly, village natal de l’auteur, où le village voisin d’Ennordres est cité à plusieurs reprises, ou la proximité avec la route nationale reliant Bourges à Auxerre… et il est raisonnable de supposer, que, derrière la fiction, s’incarnent des souvenirs plus personnels. Ce qui fait toute la subtilité du roman.

normal

La narration s’écarte volontairement du schéma-type de la saga familiale, qu’est cette trilogie depuis le premier tome, les Sabots vernis (2015), et un Dernier Vol de grues (2016).

Le_thym_de_berg__56128931c5474

Dans le premier, nous avons suivi le dur apprentissage d’Augustin et sa précoce entrée dans l’âge adulte à cause de la Guerre 14-18 qui a vidé le village de ses hommes, et dans le second, Augustin construit sa vie et bâtit sa famille dans un milieu violent, et hostile.

Les Nuits de Pleine Lune suivent le déroulement de la seconde guerre mondiale à Hauterère sur un modèle assez proche de la série télévisée de France 5 : Un village français, avec son cortège de violences et d’oppression : occupants allemands tout puissants et brutaux, installation d’un maire collabo, Octave Renart…

Alain-Rafesthain

Alain Rafesthain nous rappelle que pour un cœur épris de liberté et d’idéalisme, la réalité ne présente jamais que de rares échappatoires et se montre par contre prodigue d’individus qui s’astreignent obstinément à dresser leur portrait en caricature : collabos donneurs de leçons, responsables se comportant comme de vulgaires indics et dont le talent se résume à des dénonciations…

 La guerre tranche avec l’époque moderne par la violence qui explose à la moindre occasion. Le collabo Mateoli n’est malheureusement que le décalque du sinistre Pierre Paoli qui devint tortionnaire pour la Gestapo. Ceux qui échappent à cette logique y gagnent en grandeur mais le roman rappelle utilement des faits d’où sont issues notre modernité et nombre de nos institutions…

 Côté écriture, le style — classique — intègre de nombreuses expressions, allemande, militaire, mais aussi tout un florilège de mots berrichons : les bourries (les fagots pour le four), les Bremailles (les hautes bruyères), la Mésienne — la sieste — ou le Cul-de-loup qui est une hutte semi-enterrée pour citer les plus savoureux.

Enfin, au moment du débarquement, le narration se recentre sur Augustin et déroule une histoire plus surprenante, plus tendue aussi et finit sur un suspense surprenant et bienvenu.

En conclusion, ce troisième tome de la saga du Thym de Bergère, bien qu’inégal au niveau narratif, se signale par sa sensibilité, sa vérité et l’intensité des portraits des personnages qui forment comme un chœur de résistance vibrant et somme toute, actuelle.

Bernard Henninger

20 Fév

Découvrez le Printemps de l’Imaginaire Francophone

Le Printemps de l’Imaginaire Francophone, ou PIF, est un challenge annuel, qui vise à mettre en avant les littératures de l’Imaginaire, au travers de livres écrits par des Francophones sans limite ni de frontière ni d’imagination.

PIF-2018-banniere

La créatrice du Challenge Zahardonia, son pseudonyme, part d’un constat :

  • les auteurs francophones écrivent de bons romans.
  • les librairies donnent la primeur aux anglo-saxons, aux ouvrages traduits, et objets d’un marketing massif. Le premier effort consiste donc à regarder… ailleurs !
  • les ouvrages francophones sont souvent l’objet de maisons d’édition dispersées, ayant peu d’accès en librairie, avec un nombre croissant d’auteurs auto-édités, de plus en plus professionnels, (vous pouvez rencontrez les uns et les autres dans les salons de la région, qui sont les principaux lieux où ils s’affichent, mais pas seulement)

Elle-même auteur, Zahardonia nous propose de s’associer à son initiative. Vous pouvez visiter son site pour en savoir plus sur cette personnalité originale.

L’originalité du challenge consiste dans sa simplicité : il suffit de lire pour participer, un ou plusieurs livres, au choix, et d’en donner une chronique, de la longueur qui vous convient, avec vos mots, vos émotions et de le faire savoir autour de vous.

27503508_1852945911663816_1250610320407672549_o

 Le Printemps de l’Imaginaire Francophone n’est pas un prix, ni une compétition débouchant sur un classement, mais plutôt :

  • un rassemblement d’énergies,
  • de plaisir,
  • de lecture,
  • avec production d’un texte, une chronique : pour certains, il s’agit d’un palier difficile, mais quand on est auteur, une des meilleures manières de connaître le ressenti des lecteurs tient dans ces chroniques, dont on attend, on espère, on craint aussi parfois, un ton, une analyse (courte), mais souvent c’est l’émotion, son absence ou sa présence, qui donne matière à réflexion. Sortez de l’indifférence ! Lisez et dites votre pensée.
  • Si vous avez un blog, ou une chaîne vidéo, vous vous engagez à la publier sur votre outil de communication et vous n’aurez plus qu’à la partager sur la page du « Challenge du P.I.F. », sinon, servez-vous des réseaux pour faire connaître votre écrit et partagez-le sur la page du Challenge.

27657091_1891226021187961_7596192021407425325_n

Dans un domaine délaissé, dédaigné et souvent dénié par la critique traditionnelle et les revues,  oublieuse de ces littératures actuelles, et au fond, plus expressive quant à la modernité de notre époque que tout le bruit en provenance de la capitale. Il ne s’agit pas d’être snob, mais plutôt de chercher une certaine simplicité : ce qui se conçoit bien s’énonce clairement…

27908376_2094020314160907_515806135560714177_o

 L’Imaginaire fait partie de ces définitions qui semblent intuitivement faciles à circonscrire et dont les frontières ne cessent de fluctuer. À l’origine, il s’agissait essentiellement de Science-Fiction, à laquelle s’est rajoutée depuis la Fantasy, puis le Fantastique et le Merveilleux… mais aussi l’Urban Fantasy, la Dark Fantasy, le Steampunk, les Uchronies et toute production où l’imagination de l’auteur a une part prépondérante.

28070570_1668346333248980_6795561393550594591_o

Mode d’emploi :

  1. Le Challenge du Printemps de l’Imaginaire Francophone est une page Facebook sur laquelle la première formalité consiste à s’inscrire.
  2. Une fois que vous avez été accepté, il convient de vous faire connaître en écrivant un commentaire dans le texte d’accueil des concourants.
  3. À droite, une liste d’ouvrages vous est proposée par les auteurs, mais vous pouvez venir avec votre propre liste, la liberté et le désir sont prioritaires.
  4. Engagement : il s’agit de définir votre niveau de lecture, pour un seul livre, vous débutez avec le grade de Rêveur invétéré. Il existe cinq autres grades : Sorcier vagabond(3), Scientifique fou(6), Alchimiste méticuleux(9), Mage érudit(12), et Bibliothécaire céleste(15). Entre parenthèses, le nombre d’ouvrage que vous vous êtes engagés à lire (n’hésitez pas à être modeste !).
  5. Écrire une chronique pour chaque livre lu, et la partager en mode public sur la page du Challenge. (si vous avez un blog ou une chaîne, c’est mieux, mais en rien obligatoire).
  6. PARLEZ-EN AUTOUR DE VOUS !
  7. Vous savez tout.

27545022_572652693100425_7958886618382935527_n

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 1er avril, le Challenge du Printemps de l’Imaginaire Francophone court jusqu’au 1er juin.

27540596_10156081618964420_6639070876623621499_n

En complément, le P.I.F. propose une série d’une quinzaine de défis, afin de vous aider à varier vos choix, afin de lire par exemple des auteurs non-français, de lire un ouvrage d’une petite maison d’édition, de lire un livre publié en numérique, ou de lire une série ou un roman au tonnage imposant…

41AbwfxUS8L

Bien sûr, cette sympathique initiative mérite d’être aidée et partagée le plus souvent possible, j’ai parsemé ma chronique de couvertures de livres proposés à vos suffrages, mais il suffit d’un peu d’enthousiasme et de transpiration pour lire et donner une chronique de votre lecture.

Alors, tous à vos clics, comme disait Jean-Christophe Averty !

Bernard Henninger

 

04 Fév

Écume des Vieux-Fonds (Pierre Belsœur)

L’écume des Vieux-Fonds

Pierre Belsœur, dans la collection Black BERRY aux éditions La BOUINOTTE propose un polar riche et plein  de rebondissements : à recommander tout public !

Ecume_vieux_fonds_Belsoeur_2017

Deux plongeurs du dimanche, effectuant une sortie dans les anciennes ardoisières de Trélazé, près d’Angers, tombent sur un cadavre par 35 mètres de fond : le lieutenant Emmanuelle Champtin obtient de son commandant l’autorisation d’enquêter sur cet inconnu… mais du bout des lèvres, car le commissaire n’aime guère les cadavres anciens et les vieilles querelles qui remontent à la surface.

maxresdefault

Le légiste date le corps des années 70, époque où les très anciennes Ardoisières de Trélazé étaient en activité.

Andegavum_vulgo_Angiers_-_1561

Épluchant les archives de la presse, Emmanuelle est attirée par la disparition d’un certain Francis Beaudouin, ouvrier aux Ardoisières. Sa femme et ses deux fils, s’ils ont réussi à surmonter cette épreuve, ne sont jamais bien remis de sa disparition soudaine et que rien n’avait annoncé. Les fonctionnaires de police sont accueillis avec une certaine, défiance car il s’avère que l’enquête initiale a été bâclée. Néanmoins, remis en confiance par cette jeune enquêtrice sérieuse, les deux fils acceptent de donner leur salive pour une analyse ADN, seule capable d’identifier le cadavre…

À la suite des analyses ADN qui confirment l’identité du mort, le légiste parvient à démontrer qu’il y a eu assassinat. Le commandant refuse pourtant que ses enquêteurs se dispersent sur un meurtre vieux de quarante ans. Coïncidence ? Des incendies à Trélazé renvoient Emmanuelle sur les lieux du drame : les Ardoisières de Trélazé haut lieu de la mémoire ouvrière Angevine, riche d’une culture spécifique, qu’il va lui falloir appréhender pour comprendre la nature du drame qui s’est joué là quelques quarante ans plus tôt.

14942700747_ff6764f375_b

À mon goût, les décideurs de télévision gagneraient à s’intéresser à des auteurs régionaux tel Pierre Belsœur. Pour un polar du samedi soir, cette Écume des Vieux Fonds fournirait un récit palpitant… En attendant, la lecture d’un bon polar est aussi l’occasion d’enchaîner plusieurs soirées et de se détendre tout en apprenant des choses sur notre région.

Petit reproche : Les enquêteurs manquent un peu de chair, leurs relations auraient pu être plus fouillées, les oppositions plus marquées, la bonhomie générale qui baigne le milieu des enquêteurs manque de… d’âpreté, mais elle ne gêne ni la narration ni l’intrigue.

Le milieu policier est décrit en détail dans sa complexité labyrinthique et l’auteur évoque sans complaisance un certain laisser-aller, conséquence probable de trop de réformes et d’excès d’économies : police-gendarmerie, les archives… le tout inséré en harmonie dans la narration, avec un soin de documentariste, donne de la vigueur au récit, l’ancre dans la modernité, et rend toute la saveur d’une vie d’enquêteur.

Musée_Trelazé_01

Les Ardoisières de Trélazé, dominent le cœur du récit : leur fonctionnement, la fin programmée de ces carrières exploitées depuis des siècles et autour desquelles se sont développées des communautés ouvrières Angevine ou Bretonne, une culture, avec ses jeux, ses danses et ses fêtes… La passion de l’auteur pour ces lieux est sensible, vivante, avec un brin de nostalgie, mais c’est toute la saveur et les excès d’une époque qui reviennent au grand jour avec ce cadavre qui a beaucoup plus à nous dire qu’il n’en a l’air. Enfin, le ton est léger, plaisant, parsemé de dictons et de citations drôlatiques.

BELSOEUR(1)

Pour résumer, je trouve ce polar bien écrit, l’histoire est originale, construite, les personnages ont une richesse et des secrets que l’enquêtrice va devoir débusquer, et je trouve bien conçue l’envolée finale (je sais tout ! mais je ne dirai rien). Il ne reste qu’à souhaiter longue vie à ces Black Berry’s Stories, en souhaitant qu’elles se développent encore plus dans les années à venir.

Bernard Henninger

RSS