21 Sep

L’occitan en deuil

La setmana passada, 2 Occitans engajats dins l’aparament de la cultura e de la langa nos quitèron. Claude Bonafous, musicaire de Montanha Negra, CEB, e d’autres (accordéon, graile, …) e Jean Saubrement (escrivan) de la FELCO. Aquí los omenatges de Sòfia Jacques-Serrano e Maria-Joana Verny.

Claude Bonnafous

ADIEU

Claudi Bonafós se n’es anat, s’es pas relevat d’un infart lo 12 de setembre. Es sortit de Vabre dins Tarn d’ont teniá sa lenga rica e sa cultura umanista e universala claveladas al còr.

Musicaire de tria, i aviá pas que el per far ressontir lo graile (autbòi dels Monts de Lacauna) coma aquò, èra tanben crane acordeoniste e cantaire. Sa passion per la musica, la teniá de son amor per sa cultura, mas foguèt tanben enriquida d’influéncias italianas gràcias a sa rencontra amb lo « pifero »,   cosin del graile.

2014 ambe Montanha Negra a la fèsta del papopgay


Membre fondador del grop « Montanha Negra », èra investit dins mantunes grops e associacions ont portava en mai de sa musicalitat, son sorire etèrn, sa gentilesa e son umor occitan sens parièr. Se poiriá escriure un lexic de totes sos biaisses de dire chucoses.

Sèm totes ara orfanèls, Claudi ja te trapam de mens.

Sòfia Jacques-Serrano

3096010001022

Joan Saubrement es estat d’annadas de temps una personalitat màger de l’occitanisme provençal, e totòm sap las dificultats qu’aquò implica, mas que Joan sabiá despassar dins las responsabilitats importantas qu’a occupadas. dins l’IEO de la region Provença, en dialòg, per las emissions de television coma per d’autras accions, amb los mistralencs del Felibritge.

Portrait France 2 bac 2006


Originari de Lorrena, oficièr de la marina mercanda, aviá maridada Peireta, Provençala membre del Felibritge e s’èra mes a aprene la lenga nòstra amb paciéncia e passion. S’èra format a la paleografia e organizava de talhièrs als Rescontres Occitans de Provença ont sèm quauques uns a la FELCO, Provençals o non, que nos sovenèm de l’aver rescontrat regularament, e sempre amb lo meteis plaser, dins totes los luocs ont se son tenguts.

S’èra mes a escriure e IDECO publiquèt dos libres sieus : D’una mar l’autra en 2009 e D’una guèrra l’autra en 2014.

Sujet Bac France 3 Lorraine 2006


E los ensenhaires de l’universitat de Montpelhier se sovenon tanben qu’es estat un d’aqueles militants que dins lor practica sabián ja pron causas, mas que consideravan coma important d’o completar en seguissent un ensenhament universitari que l’a menat fins a la licéncia.  L’oblidarem pas e disèm nòstra amistat a Peireta e a sos enfants.

Maria-Joana Verny

10 Juin

Jan Moreu es mòrt, Occitània tornamai en dòl

janJan Moreu, director ancian de l’IEO qu’es mòrt. Venem d’aprene aquesta tarribla novèla qu’a de mal a passar.

Sus son blòg, Dàvid Grosclaude li far omenatge dins un article : Lo men amic que s’ei mort.

Jan foguèt trobat mòrt dimarç, dins un accident de montanha sul massís de l’Ardiden.

La setmana passada, participèt plenament al festenal « Tarba en canta ». Era de la manifestacion de sosten per son amic Dàvid Grosclaude a Tarba. Cal dire que trabalhava fins a quauques jorns sus l’OPLO ambe Dàvid. La dimenjada encara passèt de braves moments ambe los amics, a cantar. Diluns èra partit solet a la montanha.

Me soveni d’un òme agradiu, umil, totjorn pausat, eficaç, discrèt, amistós. Prenguèt un part brava dins l’organizacion de la crida de 2005 de Carcassona.

Un brave pensada per sonses mainatges, sa companha, sa familha, sonses amics e un salut fraternal e respectuós.

Una ceremonia es prevista dissabte a 10o30 a la catedrala d’Ibòs (65).

Per la còla de Viure al Pais : Lo Benaset

09 Juin

Michel Cans, un cinéaste occitan à l’honneur

C’est un cinéaste des années 50 relativement méconnu. Mais grâce au CIRDOC et aux manifestations liées au Total Festum, Michel Cans se retrouve en pleine lumière.

Michel Cans est à sa façon un des pionniers du journalisme local en images. Pendant dix ans, de 1950 à 1960 il a filmé en 16 mm une soixantaine de villes et villages languedociens, des gens au travail, dans leur quotidien, des fêtes populaires… Il a aussi travaillé pour l’ORTF puis FR3. Ami d’Yves Rouquette, l’ensemble du fonds (164 films documentaires muets, 161 noir et blanc, 3 couleurs) a été donné par le réalisateur au CIDO (Centre international de documentation occitane) entre 1989 et 1991. Les films ont été numérisés par le CIRDOC, mis à disposition du public via Occitanica.

Aujourd’hui, via le Total Festum, Michel Cans se retrouve au centre de plusieurs projets. Tout d’abord CHRONOS. Aimé Brees et l’équipe d’Asuèlh a travaillé sur ses films, les a retravaillé et composé plusieurs musiques pour réaliser un ciné-concert très réussi que l’on retrouvera le 26 juin à Minerve dans le cadre du Total Festum et cet été à l’Estivada.

Ensuite la réalisatrice Hélène Morsly a elle aussi utilisé les images de Michel Cans dans « Souffle le Cers et coule l’Orb » pour exprimer l’amour de sa région. Elle est revenue aussi sur les traces du cinéaste et elle l’a filmé : « Et filme Michel Cans ». Un travail en collaboration avec les lycéens d’occitan et d’arts visuels de Pézenas.

Reportage : S. Tijani D. Hémardinquer AM. Groscolas MP Fournier


Michel Cans par france3midipyrenees

Vous pouvez consulter certains des films de Michel Cans sur Occitanica.

Lo Benaset

14 Mai

Maurice Roux : la lumière occitane s’est éteinte

Maurice Roux, grand photographe humaniste gascon n’est plus. Il a été inhumé mercredi à Simorre dans le Gers. Mort à 81 ans, accidentellement, sur son vélo, alors qu’il venait de visiter sa sœur. Toute une philosophie. Tout un regard. Hommage.  

« Ecrire avec la lumière »

Dans la vie, Maurice Roux était inséminateur. Il voulait être dessinateur. « Mais ce n’est pas un métier ! », lui ont rétorqué ses parents arboriculteurs. Un amoureux de la ruralité, d’un certain art de vivre qu’il n’a cessé de photographier au sens étymologique du terme : « écrire avec la lumière ». Il a commencé dès 9 ans, à mettre en lumière cette ruralité non pas comme un décor, mais avec des gens en action, dans leur milieu, sur le terrain. « La photo c’est une émotion », disait-il. Il ne photographie pas pour lui mais pour témoigner, pour ces gens qu’il aime et qui sont sur la photo. Il a acheté un appareil professionnel 6X6, s’est fait prêter un Rollei. En 1977, une chute de plus de 11 mètres lui vaut plus de 7 mois d’hôpital, la colonne vertébrale cassée, le foie éclaté… On le disait perdu mais la nature l’a retrouvé. Alors il a beaucoup photographié entre 79 et 81. « J’ai fait une moisson de clichés, terribles. C’est top ! ». Il se disait artisan et non artiste. Jean Dieuzaide était son seul maître.

Maurice Roux et Diane Sophie Girin- Juin 2014

Maurice Roux et Diane Sophie Girin- Juin 2014

« Le français ne m’intéresse pas »

1950 c’est aussi le début pour lui du collectage, avec un magnétophone : « J’ai rencontré le Moyen-Age, des gens qui fauchent à la fau, qui étaient des génies de leur travail mais qui ne le savaient pas ». Et bien sûr la lenga d’òc qui va de pair. Une langue qu’il n’a jamais cessé de parler et de défendre, s’insurgeant une fois encore dans cette belle conférence avec Diane Sophie Girin contre la notion de « patois ». Georges Nosella lui rend hommage : « Compagnon de rencontre de Renat Jurié, de Pierre Corbefin et tant d’autres, il est à la base de l’arreviscolar de la cultura nosta à Samatan dans les années 70. On ne compte plus les musiciens qui ont fait dans ces temps-là leur séjour en Savès…Par lui sont passées les pratiques de la scottish et de la mazurka de cette région de Gascogne, dont les pas ont formé des milliers de danseuses et de danseurs trads à travers le monde pour qui ce mode local est devenu universel. Nul n’a si bien illustré ce propos de Miguel Torga: « L’universel c’est le local sans les murs. » Pas un lundi où il ne parle sa langue sur le marché de Samatan. Pas un jour sans photographie, pas un moment sens la lenga de sa tèrra maire. Il était fier que ses enfants perpétuent cette lignée linguistique.

« J’ai essayé de vivre libre et je le suis encore »

Maurice Roux parlait rarement de lui : « Mes photographies le font pour moi ; elles sont le reflet de mon âme. Je me fous à poil devant ceux qui savent lire mes images et ça me suffit ». Des photographies qu’il ne vendait jamais. Il les donnait toujours aux paysans qui, en échange, lui remettaient parfois une volaille. Un homme de grand cœur, perclus d’humanité et de valeurs, profondément libre. « En Gascogne, on mange bien, on boit bien, on rit bien aussi. » Maurice Roux raconte que « on prenait le temps de s’arrêter, causer un brin ». Il vivait parmi ceux qu’il photographiait, l’occitan chevillé au cœur, arpentant les campagnes avec son vélo, parcourant foires et marchés à pied, à son rythme, pour capter la nature et ceux qui l’occupent. Il n’hésitait pas à dormir à la belle étoile pour mieux observer et photographier. Ses photos, son oeuvre, sont le reflet de ce qu’il était : un personnage vrai et fort, sans concession, d’une grande sincérité et d’une profonde humanité.

Benoît Roux

25 Avr

Maurici Andrieu onorat

Aprèp lo « Passatge Maurici Andrieu » de Senta Gabèla baptejat en octobre de 2012, aquí que lo Maurici a tanben son « vira-l’ase » pas plan luènh de la 3. Un giratòri ont es marcat : Maurici Andrieu, comedian òme de ràdio e de television, un fenestron ont demorèt de 1981 cap a 1998. Es la municipalitat anciana de Tolosa que decidiguèt d’aquest’afar.

Giratòri de La Cepièra (Tolosa) Fòto : Amic Bedel

Giratòri de La Cepièra (Tolosa) Fòto : Amic Bedel

Lo Grelh Roergàs va tanben publicar dins quauques jorns una pèça del Maurici : « L’Estar Latina ». Un sol en scèna ont conta son enfança sus las tèrras de Roèrgue, sa passion pel teatre, lo mètge per fòrça… Un libre acabat d’escriure en 2004, dins la lenga jucosa, rica e esmoventa de Maurici.996863559Tirat a 300 exemplaris, L’Estar latina es ara disponibla, al prètz de 8 €. Se pòt comandar al Centre Culturel Occitan du Rouergue per telefòne (05 65 68 18 75) ou per mail (contact@ccor.eu). Se pòt tanben crompar dins de librariás aveironesas e tolosencas.

Aviá ja publicat « Per teatre començar » en 1980 e  « Lo covent de la Marcé d’a Malavila » (fòto), Mémoire de la Société des amis de Villefranche et du Bas-Rouergue, en 2000.

Lo Benaset

L’ ESTAR LATINA (extrait)</p#>

SCÈNA I
( Ritme de comptina )
-Ai tres ans ! Ai tres ans !… E un capèl roge !… Ai tres ans ! Ai tres ans !… E un capèl roge, tot redond… Es de feutre, es doç, es polit…
( Doás personas bèlas son censadas parlar al dessús del drollon )
-Lo paure dròlle, a perduda la seuna momà…
-A bon !… E de de qué ?…
-Ò !… la malautiá que perdona pas… La malautiá del sègle…
-E sètz vos que l’ avètz…
-Nani !… Es la seuna memin, la maire de son paire, que lo prenguèt, qu’ aviá pas que sonca sièis meses…

30 Jan

Max Roqueta, la libertat de l’imaginari

Un viatge al còr d’un poèta, d’un autor, d’un òme d’òc fins al 28 de febrièr 2015 a la mediatèca Emile Zola de Montpelhièr.

Afica de la mòstra de Montpelhièr

Afica de la mòstra de Montpelhièr

M’en soi anada fintar la mòstra de Max Roqueta luènh de las pachacalhas del jorn primier de l’inauguracion… Un silenci requist e la votz suava de Max Roqueta que parla dau Mas de Gàrdies o dau Larzac que foguèron luòcs d’inspiracion. La votz d’un òme sedusent e enfachinaire.

Diguèt : « j’aime le sud….. il existe une langue à côté de la langue officielle puissamment expressive… » Max Roqueta causiguèt la lenga d’òc per celebrar lo cant dau mond. Dins aquesta mòstra dubèrta au public mai larg, lo que ven,  camina en rè despuòi la pontannada de la consacracion de l’escriveire fins a sa quítia enfancia. Un viatge dins lo sègle XX dins la literatura occitana e la vida vidanta en Lengadòc. Coma lo dís Domenje Caucat, un apassionat de Max : « Sem emparadisats ! ». Un fum de manescriches, de fotografias e mai encara dessenhs e letras  pertocants que fan cabussar dins lo mond subtil e treslusent dau poèta. Disiá : « Je voudrais que certains de mes poèmes passent dans la mémoire du peuple même s’il n’en connaît pas le nom de l’auteur ». Un omenatge bèl a un autor occitan, s’ameritariá que foguèssen celebrats totes los autors qu’an facha la literatura occitana del segle XX.

Fòto : Myriam François

Fòto : Myriam François

A l’entorn de la Mòstra, d’animacions dins las mediatècas de la metròpola. De mancar pas entr’autras : Rasims de luna, la poesia de Max Roqueta mesa en  musica per Laurent Audemard e cantada per Muriel Batbie-Castell e Joan-Francés Tisner lo 20 de febrièr a la mediatèca de Castries (34).

Aquí lo reportatge del jornalet de França 3, en esperant lo mag pus complèt lo 8 de febrièr dins VAP.

Myriam François


Max Roqueta par france3midipyrenees

 

23 Jan

L’Albèrta s’en es anada tanben

L’Albèrta Forestier nos ven de quitar, alèra qu’èra un pauc luènh dels 80 ans. Aquesta contaira, cantaira, paisana carcinòla aviá de gèni per far virar la lenga que parlava tot naturalament. L’aviam encontrada mai d’un còp, lo primièr per un retrach de Zavier Vidal a la fin de las annadas 90. Es el Zavièr que l’acompanhèt pendent mai de 20 ans.


Alberte Forestier et Xavier Vidal par france3midipyrenees

« Per ieu es un pauc Cesaria Evora sus l’empont, nos dís lo Zavièr. Quicòm de Marcèla Delpastre… » Dins sa bòria, al dessus de Fijac, viviá un pauc a la mòda anciana, mas totjorn curiosa de las causas. Legissiá bravament, escotava plan de musica : Peiraguda per començar, puèi la Rosina… Li agradava de contar çò que vesiá, d’inventar un pauc. E de cantar.

« Quand montèrem lo talhièr de cant, venguèt sul pic e li agradèt. Ai trobat qu’aviá una votz plan especiala, amb un costa un pauc de mascle e un biais de far ambe lo nas…Aqueste monde de la tèrra an quicòm en mai. Cantava pas jamai del mème biais, cambiava tostemps quicòm, fasiá de variacions, pas d’improvisacion. Al debut, son repertòri èra pas plan bèl, mas zo se faguèt. » E lo Zavièr la menèt de pertot. En Auvèrnha, Provença e quitament a Usèsta ont lo rescontre ambe Lubat foguèt fòrt. « Me soveni quand faguèrem l’Estivada, fa mai de 10 ans. Aprèp lo concèrt, lo monde l’esperèron, los jornalistas…Li diguèron : « Ara Albèrta sètz una artista. Sètz de pertot ». Prenguèt son temps per respondre coma d’abituda ambe coquinariá : Una artista…Non, soi paisana! » 

imageL’Asssociacion per las Musicas de Tradicion Populara de Carcin li a dedicat un libròt e un CD. « Per far omenatge ambe simplicitat e afeccion ». I a de cançons talas coma lo Pont de Mirabèl, l’Amolaire, Filhas de Vilanòva, la Calha…E de contes : la Cigala, lo Miralh, Vesinatge…

Lo Règis Tardieu li faguèt un Viralenga en 2010 sul cadieràs rotge.

Reportatge R. Tardieu  L. Boffet  C. Lacroix  VAP 2010


Albèrta Forestier par france3midipyrenees

L’André Minvielle la metèt sus la cobèrta de son libre « Gueule de voix » : « Alberte c’est une extra-terrestre. Elle est extra et elle est terrestre. Une présence incroyable. Quelqu’un de rare et de terre. Les deux pieds bien plantés ».

Pendant mai de 25 ans foguèt fidèla a las seradas Cabaret de l’IEO del Vilafrancat en Roèrgue. Per totsants de 2013, aguèt l’onor de la Cauna Poesia de Tolosa ambe Zavier Vidal.

L’entarrament se farà dimars 27 de genièr a 3 oras del vespre a la glèisa dels Carmes de Fijac.

Lo Benaset

12 Jan

Charlie e sonses dròlles d’òmes

charlieSe pòt pas dire qu’èran amistoses ambe los aparaires de las lengas regionalas. Òm se soven entr’autres d’aquel dessenh de Riss en 98 que faguèt passar los Alsacians per de collaborators en lagason ambe çò que se passèt a Oradour. Mas metre totes los òmes de Charlie dins la mèma saca seriá tanben una brava asenada. Aquí un autre agach suls òmes de Charlie.

Sa menina li aviá donat per escais Tinhós… « C’est ma grand-mère qui me le disait, on le dit aux enfants quand ils sont enquiquinants ». Bernard Verlhac alias Tignous, un nom plan occitan sortit de Paris en 1957. Una tinha, una arna ambe son gredon mas un òme engajat dins la societat sustot per la causa environamentala. Trabalhèt per L’Idiot international, L’Evénement du jeudiMarianne, de dabans de participar al reviscòl de Charlie Hebdo en 1992. Viviá a Montreuil e èra paire de 4 mainatges. Aquí l’omenatge als 4 dessinhaires.

 

Oncle Bernat èra pas ges marrit. Bernard Maris es sortit de Tolosa en 1946. Una enfància breçada entr’autres per la lenga d’òc, mai de 68 e un engajament politic. Venguèt de d’aprèp a l’economia e tanben coma professor a Tolosa de dabans d’anar far l’economista per de médias a Paris. Aquò’ s a Science Po qu’aguèri l’astre de l’encontrar. Mai d’un còp escambièrem, luènh de l’economia, quitament 3 o 4 còps sus l’occitan. Se disiá gascon e n’aviá al mens l’esperit trufandièr. Retendrai sa pensada fulguranta, sonses esclairatges plan interessants sus la vida e son sorire prestit d’umanitat. Vau contunhar d’agachar sovent sos « Antimanuel d’économie ».

 

E per acabar, Cabu. Ai trapat quicòm que tòca l’etimologia, signat Dominique Fumanal. Aquí çò qu’aqueste siti plan documentat e sovent ironic nos ditz de Cabu: « Ce nom fait partie de la grande famille des mots formés tout simplement sur le latin ‘caput’ (tiens, revoilà le ‘t’), qui veut dire la tête. » Òm sap tanben çò que vòl dire caput dins la nòstra lenga… Cò qu’èra pas tròp Jean Cabut, grand dessenhaire pacifista, mainatge etèrn, dòç coma un anhèl. La seguida : « …Nos Cabut ont beaucoup de cousins, comme les Cabus ou des Cabbus (dans le Midi); et même des petits cabus, autrement dit les Cabusat, Cabuzat, ou Cabuzet, sous forme de diminutifs; il y a même de très petits cabus, les Cabucelle, voir des Cabos, terme occitan qui désigne ceux qui en ont dans la…caboche; je vous le disais: des forte-tête. »

Daissi la darrièra linha al Manu Wat de França 3 Tolosa.

Lo Benaset

B6x40iBIAAIy10R

Adieussiatz, Occitans

Photo © Charles Camberoque

Photo © Charles Camberoque

Yves Rouquette et Marceau Esquieu ont été inhumés le même jour, mercredi dernier. Sur sa terre du rougier de Camarès pour l’un, à Saint-Antoine-de-Ficalba pour l’autre. Deux Occitans, deux voix, deux auteurs dont les chemins ne sont certes, pas tout à fait comparables mais qui ont œuvré, cadun al sèu biais, pour la cause occitane. Chacun d’entre eux ont semé des graines, des centaines de graines… qui finiront un jour par éclore, si ce n’est pas déjà fait pour certains.

Photo © Charles Camberoque

Photo © Charles Camberoque

En guise de dernier hommage : ces photos consacrées à Yves Rouquette que Charles Camberoque a eu la grande gentillesse de bien vouloir nous autoriser à publier. Vous en retrouverez d’autres dans l’Edition Occitane diffusée samedi dernier à 19h15 et dédiée à Yves Rouquette et Marceau Esquieu et que vous pouvez revoir à la fin cet article.

Clamenç Alet

photo © Charles Camberoque

photo © Charles Camberoque


Edicion Occitana 10/01/2015 : Hommage à Yves… par france3midipyrenees

08 Jan

Padena, Ives e Marcèu

Ives ROQUETA

Òm patís a s’acostumar al silenci, òm patís a s’acostumar…

Ives Roqueta s’es daissat morir, a pagat son deute. I aurà de mond per dire lo bruch que faguèron sa vida e son òbra. Aurem de datas, de títols, d’omenatges, una cordelada de chifras e de letras, un pauc coma los « montjòias » de pèiras que ritman los camins romieus. Mas çò que nos serà de manca es aquela man tenduda amb lo sorire amagat darrièr las mostachas, lo veire de vin partejat, las paraulas escambiadas dins de dialògues sabroses e canins coma las pomas salvatjas (en òc, plan segur). Ives èra una memòria, una invencion, una cultura e (plan malgrat el) una referéncia, una amira pels novelaris de l’occitanisme. Mas, al delà de tot, èra un òme obèrt e intransigent, obèrt als autres mas intrangisent per el. L’ai totjorn trapat amistós e disponible, dins los moments fòrts de ma vida militanta o dins l’aventura  Padena  que defendèt tre la debuta. Sa libertat de paraula èra, de segur, çò que mai presava, aquò agradava pas totjorn. « De tot biais sèm fotuts, me disiá, mas aquò nos deu pas empachar de viure. »

Empachar de viure ?

Non, ça que la, mas òm patís a s’acostumar al silenci… al teu silenci !

Robèrt MARTí

Yves ROUQUETTE

On a du mal a s’habituer au silence, on a du mal a s’habituer…

Yves Rouquette est mort, il a payé sa dette. Il y aura foule pour dire le bruit que firent sa vie et son œuvre. Nous aurons des dates, des titres, des hommages, une ribambelle de chiffres et de lettres, un peu comme ces « Montjoies » de pierres qui rythment les chemins des pèlerins. Ce qui va nous manquer c’est cette main tendue avec un sourire caché derrière les moustaches, le verre de vin partagé, les paroles échangées dans des dialogues savoureux et piquants comme des pommes sauvages (en occitan évidemment !). Yves c’était une mémoire, une invention, une culture et (bien malgré lui) une référence, un repère pour les apprentis de l’occitanisme. Mais, par-dessus tout, c’était un homme ouvert et intransigeant, ouvert aux autres et intransigeant pour lui. Il a toujours été très amical et disponible dans les moments forts de ma vie militante ou dans l’aventure Padena qu’il a défendu dès le début. Sa liberté de parole était, certainement, ce qu’il préférait, mais cela ne plaisait pas toujours. «  De toutes façons, nous sommes foutus, me disait-il, mais ça ne doit pas nous empêcher de vivre.»

Empêcher de vivre ?

Non, bien sûr, mais on a du mal a s’habituer au silence… à ton silence !

Robert MARTY

portrait Robert

Marcèu ESQUIEU nos a quitat.

Vos parlarai pas de sas òbras complètas …  ni del Chili tanpauc !

N’i aurà tantes e maites per far la tièra de çò qu’aviá fach per la nòstra lenga, de l’escritura a l’edicion, de l’edicion al teatre, del teatre à l’escòla d’estiu, de l’escòla d’estieu al conte, del conte…etc,… N’i aurà tantes e maites per aquò far,  que  serà coma del Chili, ne parlarai pas. Vos parlarai puslèu d’un cerièis perdut dins un casal florit, un matin de mai, un cerièis que fasiá de fruchas redondas, lisas e gostosas lusentas de solelh e d’un rèsta de rosada. Afortirai coma tu, Marcèu, que  n’es pas besonh de paraulas per dire l’amistat, la complicitat  de totes los que’esperavan e espèran encara  aquelas cerièras aborivas, d’aquelas que rajan dins la boca amb un tirilirí de pimpons d’aur, de pimparèlas e de lausetas.

« E nos fotèm d’èstre mortals !, disiás, nos’n fotèm plan ! I  pensam pas ! »

Es a nosautres, ara, d’i pensar per tu !

Robèrt MARTÍ

Marceau ESQUIEU nous a quitté

Je ne vous parlerai pas de ses œuvres complètes… ni du Chili non plus !

Il y aura tellement de gens pour faire la liste de ce qu’il avait fait pour notre langue, de l’écriture à l’édition, de l’édition au théâtre, du théâtre à l’école d’été, de l’école d’été au conte, du conte… etc… Il y aura tellement de gens pour ce faire, que ce sera comme le Chili, je n’en parlerai pas. Je vous parlerai plutôt d’un cerisier perdu dans un jardin fleuri, un matin de mai, un cerisier qui faisait des fruits ronds, lisses, savoureux, brillant sous le soleil et quelques gouttes de rosée. Je dirai comme toi, Marceau, que les paroles ne sont pas nécessaires pour parler de l’amitié, de la complicité de ceux qui attendent encore ces premières cerises, celles qui fondent dans la bouche sur des airs de boutons d’or, de pâquerettes et d’alouettes.

«On s’en fout d’être mortels ! nous disais-tu, on s’en fout vraiment ! On n’y pense pas ! »

Et c’est à nous, maintenant, d’y penser pour toi !

Robert MARTY