12 Jan

Charlie e sonses dròlles d’òmes

charlieSe pòt pas dire qu’èran amistoses ambe los aparaires de las lengas regionalas. Òm se soven entr’autres d’aquel dessenh de Riss en 98 que faguèt passar los Alsacians per de collaborators en lagason ambe çò que se passèt a Oradour. Mas metre totes los òmes de Charlie dins la mèma saca seriá tanben una brava asenada. Aquí un autre agach suls òmes de Charlie.

Sa menina li aviá donat per escais Tinhós… « C’est ma grand-mère qui me le disait, on le dit aux enfants quand ils sont enquiquinants ». Bernard Verlhac alias Tignous, un nom plan occitan sortit de Paris en 1957. Una tinha, una arna ambe son gredon mas un òme engajat dins la societat sustot per la causa environamentala. Trabalhèt per L’Idiot international, L’Evénement du jeudiMarianne, de dabans de participar al reviscòl de Charlie Hebdo en 1992. Viviá a Montreuil e èra paire de 4 mainatges. Aquí l’omenatge als 4 dessinhaires.

 

Oncle Bernat èra pas ges marrit. Bernard Maris es sortit de Tolosa en 1946. Una enfància breçada entr’autres per la lenga d’òc, mai de 68 e un engajament politic. Venguèt de d’aprèp a l’economia e tanben coma professor a Tolosa de dabans d’anar far l’economista per de médias a Paris. Aquò’ s a Science Po qu’aguèri l’astre de l’encontrar. Mai d’un còp escambièrem, luènh de l’economia, quitament 3 o 4 còps sus l’occitan. Se disiá gascon e n’aviá al mens l’esperit trufandièr. Retendrai sa pensada fulguranta, sonses esclairatges plan interessants sus la vida e son sorire prestit d’umanitat. Vau contunhar d’agachar sovent sos « Antimanuel d’économie ».

 

E per acabar, Cabu. Ai trapat quicòm que tòca l’etimologia, signat Dominique Fumanal. Aquí çò qu’aqueste siti plan documentat e sovent ironic nos ditz de Cabu: « Ce nom fait partie de la grande famille des mots formés tout simplement sur le latin ‘caput’ (tiens, revoilà le ‘t’), qui veut dire la tête. » Òm sap tanben çò que vòl dire caput dins la nòstra lenga… Cò qu’èra pas tròp Jean Cabut, grand dessenhaire pacifista, mainatge etèrn, dòç coma un anhèl. La seguida : « …Nos Cabut ont beaucoup de cousins, comme les Cabus ou des Cabbus (dans le Midi); et même des petits cabus, autrement dit les Cabusat, Cabuzat, ou Cabuzet, sous forme de diminutifs; il y a même de très petits cabus, les Cabucelle, voir des Cabos, terme occitan qui désigne ceux qui en ont dans la…caboche; je vous le disais: des forte-tête. »

Daissi la darrièra linha al Manu Wat de França 3 Tolosa.

Lo Benaset

B6x40iBIAAIy10R

Adieussiatz, Occitans

Photo © Charles Camberoque

Photo © Charles Camberoque

Yves Rouquette et Marceau Esquieu ont été inhumés le même jour, mercredi dernier. Sur sa terre du rougier de Camarès pour l’un, à Saint-Antoine-de-Ficalba pour l’autre. Deux Occitans, deux voix, deux auteurs dont les chemins ne sont certes, pas tout à fait comparables mais qui ont œuvré, cadun al sèu biais, pour la cause occitane. Chacun d’entre eux ont semé des graines, des centaines de graines… qui finiront un jour par éclore, si ce n’est pas déjà fait pour certains.

Photo © Charles Camberoque

Photo © Charles Camberoque

En guise de dernier hommage : ces photos consacrées à Yves Rouquette que Charles Camberoque a eu la grande gentillesse de bien vouloir nous autoriser à publier. Vous en retrouverez d’autres dans l’Edition Occitane diffusée samedi dernier à 19h15 et dédiée à Yves Rouquette et Marceau Esquieu et que vous pouvez revoir à la fin cet article.

Clamenç Alet

photo © Charles Camberoque

photo © Charles Camberoque


Edicion Occitana 10/01/2015 : Hommage à Yves… par france3midipyrenees

08 Jan

Padena, Ives e Marcèu

Ives ROQUETA

Òm patís a s’acostumar al silenci, òm patís a s’acostumar…

Ives Roqueta s’es daissat morir, a pagat son deute. I aurà de mond per dire lo bruch que faguèron sa vida e son òbra. Aurem de datas, de títols, d’omenatges, una cordelada de chifras e de letras, un pauc coma los « montjòias » de pèiras que ritman los camins romieus. Mas çò que nos serà de manca es aquela man tenduda amb lo sorire amagat darrièr las mostachas, lo veire de vin partejat, las paraulas escambiadas dins de dialògues sabroses e canins coma las pomas salvatjas (en òc, plan segur). Ives èra una memòria, una invencion, una cultura e (plan malgrat el) una referéncia, una amira pels novelaris de l’occitanisme. Mas, al delà de tot, èra un òme obèrt e intransigent, obèrt als autres mas intrangisent per el. L’ai totjorn trapat amistós e disponible, dins los moments fòrts de ma vida militanta o dins l’aventura  Padena  que defendèt tre la debuta. Sa libertat de paraula èra, de segur, çò que mai presava, aquò agradava pas totjorn. « De tot biais sèm fotuts, me disiá, mas aquò nos deu pas empachar de viure. »

Empachar de viure ?

Non, ça que la, mas òm patís a s’acostumar al silenci… al teu silenci !

Robèrt MARTí

Yves ROUQUETTE

On a du mal a s’habituer au silence, on a du mal a s’habituer…

Yves Rouquette est mort, il a payé sa dette. Il y aura foule pour dire le bruit que firent sa vie et son œuvre. Nous aurons des dates, des titres, des hommages, une ribambelle de chiffres et de lettres, un peu comme ces « Montjoies » de pierres qui rythment les chemins des pèlerins. Ce qui va nous manquer c’est cette main tendue avec un sourire caché derrière les moustaches, le verre de vin partagé, les paroles échangées dans des dialogues savoureux et piquants comme des pommes sauvages (en occitan évidemment !). Yves c’était une mémoire, une invention, une culture et (bien malgré lui) une référence, un repère pour les apprentis de l’occitanisme. Mais, par-dessus tout, c’était un homme ouvert et intransigeant, ouvert aux autres et intransigeant pour lui. Il a toujours été très amical et disponible dans les moments forts de ma vie militante ou dans l’aventure Padena qu’il a défendu dès le début. Sa liberté de parole était, certainement, ce qu’il préférait, mais cela ne plaisait pas toujours. «  De toutes façons, nous sommes foutus, me disait-il, mais ça ne doit pas nous empêcher de vivre.»

Empêcher de vivre ?

Non, bien sûr, mais on a du mal a s’habituer au silence… à ton silence !

Robert MARTY

portrait Robert

Marcèu ESQUIEU nos a quitat.

Vos parlarai pas de sas òbras complètas …  ni del Chili tanpauc !

N’i aurà tantes e maites per far la tièra de çò qu’aviá fach per la nòstra lenga, de l’escritura a l’edicion, de l’edicion al teatre, del teatre à l’escòla d’estiu, de l’escòla d’estieu al conte, del conte…etc,… N’i aurà tantes e maites per aquò far,  que  serà coma del Chili, ne parlarai pas. Vos parlarai puslèu d’un cerièis perdut dins un casal florit, un matin de mai, un cerièis que fasiá de fruchas redondas, lisas e gostosas lusentas de solelh e d’un rèsta de rosada. Afortirai coma tu, Marcèu, que  n’es pas besonh de paraulas per dire l’amistat, la complicitat  de totes los que’esperavan e espèran encara  aquelas cerièras aborivas, d’aquelas que rajan dins la boca amb un tirilirí de pimpons d’aur, de pimparèlas e de lausetas.

« E nos fotèm d’èstre mortals !, disiás, nos’n fotèm plan ! I  pensam pas ! »

Es a nosautres, ara, d’i pensar per tu !

Robèrt MARTÍ

Marceau ESQUIEU nous a quitté

Je ne vous parlerai pas de ses œuvres complètes… ni du Chili non plus !

Il y aura tellement de gens pour faire la liste de ce qu’il avait fait pour notre langue, de l’écriture à l’édition, de l’édition au théâtre, du théâtre à l’école d’été, de l’école d’été au conte, du conte… etc… Il y aura tellement de gens pour ce faire, que ce sera comme le Chili, je n’en parlerai pas. Je vous parlerai plutôt d’un cerisier perdu dans un jardin fleuri, un matin de mai, un cerisier qui faisait des fruits ronds, lisses, savoureux, brillant sous le soleil et quelques gouttes de rosée. Je dirai comme toi, Marceau, que les paroles ne sont pas nécessaires pour parler de l’amitié, de la complicité de ceux qui attendent encore ces premières cerises, celles qui fondent dans la bouche sur des airs de boutons d’or, de pâquerettes et d’alouettes.

«On s’en fout d’être mortels ! nous disais-tu, on s’en fout vraiment ! On n’y pense pas ! »

Et c’est à nous, maintenant, d’y penser pour toi !

Robert MARTY

De lutz sul pont de Camarés

Fasiá bel duèi sul rogièr de Camarés. Lo solelh que dardalha, de rajals de lutz sus las pradas a l’espèra de la prima. Un signe pel darrèr adiu a l’Ives, de calor al còr per l’atropèlament de monde venguts saludar lo pastre de las talveras, lo ciselaire de mots, l’embelinaire de la paraula. Totes aquí, monde paure e monde de la nauta, los coneguts e los sens-brut, cresents e non-cresents, Occitans o pas… Per quauqu’un que voliá pas d’omenatge, de patrocadas de legidas, de repapiadas, un amolonoment de lausenjas mai o mens sentidas, aquò deviá fa grand brut.

camarès-champ-rouge-02 (1)Dins la glèisa, la votz de Maria tras que digna, per aculhir e apasimar. Joan Larzac, abitat per la fòrça de la cresença per guidar lo tropèl e endralhar las voses d’aquel còr remirable d’òmes e de femnas tant d’aise per far resondir lo francés coma per magnificar la beutat del Salve Regina d’Estanh que cantavan los òmes dels masucs.

Ives, mai d’un còp m’a semblat d’ausir la teuna votz, la que m’enfachinèt lo primièr còp que me tombèt dessus sens jamai me daissar. Aquela escritura del ventre, aquel biais de talhar los mots, ambe la precision d’un cirurgian que va incisar dins lo viu, al prigond del còs. Un òme sens concession quand aquò lo cacha, d’una granda generositat quand la fisença se ganha. Amb un sorire enmostachat que travèrsa lo morre e fa lusir los uèlhs coma los d’un dròlle.

Mai d’un còp la glèisa de Camarés s’es illuminada, estelada, enliuçada d’esperits luquejaires. La teuna lenga, l’a que m’as facha aimar, la nòstra, a resondit jos las arcas. Aquel Paire Nòstre talament esmovent qu’avètz revirat per li donar d’autres sens, una autra dimension. Puèi lo silenci, duscas al cementèri. La caissa, pichinèla, al prigond de la tèrra.

A la fin, lo solelh ressolava totjorn son jaune sul roge de Camarés. Me soi dit qu’Occitania aviá pas perdudas totas sas colors.

Mas al moment de la partença, tot se descantiguèt. Lo negre prigond, lo tròn eissordant : la libertat d’expression e de pensada tan cara a tu Ives, a tu Marcèu e a nosautres, assassinada a Charlie Hebdo.

 

Òc-ben, sèm totes Charlie.

Lo 7 de genièr de 2015

Lo Benaset

06 Jan

Disparition d’Yves Rouquette, l’Occitan saludat

© France3 Midi-Pyrénées

Yves Rouquette interviewé dans un des reportages diffusé dans « Viure al Pais » © France3 Midi-Pyrénées

Deux jours après la disparition de l’écrivain et poète occitan Yves Rouquette, les hommages se multiplient. Le monde occitan est particulièrement affecté par cette disparition au lendemain de celle d’un autre écrivain occitan d’importance Marceau Esquieu.

Hier en fin de journée, dans un message de condoléances, le président de la région Midi-Pyrénées Martin Malvy a salué « l’engagement d’une vie » au service de la langue et de la culture occitane. « Le souvenir d’Yves Rouquette demeurera comme celui d’une figure légendaire de la défense et de la promotion de la langue et de la culture occitanes, en Midi-Pyrénées comme en Languedoc-Roussillon. Ce fut l’engagement d’une vie, riche de nombreuses réalisations et initiatives reconnues par toutes et tous. De Béziers à Toulouse, jusqu’en Aveyron, il portait une ambition interrégionale, à l’image du rayonnement de la culture occitane« . Yves Rouquette « était aussi un homme de lettre de premier plan, attaché à la transmission de son amour des mots » a tenu à préciser Martin Malvy.

Différents acteurs du monde occitan ont également fait part de leur émotion dès hier à l’annonce de cette disparition. Benjamin Assié, le président du CIRDOC, Centre Interrégional de Développement de l’Occitan basé à Béziers et dont Yves Rouquette est le précurseur a souhaité « rendre hommage à une voix immense de la modernité occitane mais également à l’ami cher, dont chaque visite et chaque rencontre demeurent des souvenirs précieux. Au moment où notre institution célèbre ses quarante ans, nous savons ce que le CIRDÒC doit à l’énergie, la générosité et la ténacité d’Yves Rouquette. Toutes nos pensées vont aujourd’hui vers son épouse Marie, sa famille, ses amis. »


Disparition Yves Rouquette – France 3 Midi… par france3midipyrenees


Disparition Yves Rouquette – France 3 Quercy… par france3midipyrenees

Les enseignants en occitan ont également apporté leur témoignage à travers les mots de Patrick Couffin, un proche d’Yves Rouquette, enseignant d’occitan à Saint-Affrique qui représente la FELCO, la Federation des Enseignants de Langue et Culture d’Oc : « Yves s’en est allé et il nous manque déjà. Vie d’homme d’òc, enseignant passionné. Depuis des années il accompagnait les élèves et enseignants d’occitan avec des poèmes, des contes, conférences, créations théâtrales, échanges… en occitan et uniquement en occitan. Écrivain public et passeur de la langue dans ton grand bonheur d’échanger, plus que jamais, en oc avec les plus petits. Des petits qui suivront le chemin que tu as tracé. »

La sépulture d’Yves Rouquette est prévue demain à 11h au Pont-De-Camarès, en Rouergue.

Clamenç Alet

05 Jan

Marcèu Esquieu se n’es anat…

Marcèu Esquieu lors d'une interview diffusée dans Viure al País en 2008 - © France 3 Midi-Pyrénées

Marcèu Esquieu lors d’une interview diffusée dans Viure al País en 2008 – © France 3 Midi-Pyrénées

Marcèu Esquieu nos quitèt divendres 2 de genièr. Era nascut en 1931 a Nadalia dins Olt e Garona, un país que quitarà pas jamai son còr. Marçèu Esquieu foguèt profesor de letras classicas e d’occitan. Un òme de letras, que publicarà mai d’un quarantenat d’òbras: recuèlhs de poèmas, contes, cançons e pèça de teatre… Mas una de las pèças maja de l’obra occitana de Marçèu Esquieu demòra la creaccion de l’Escòla Occitana d’Estiu, que co-fondèt en 1973 ambe Joan Rigouste e Crestian Rapin. Animèt aquesta Escòla Occitana pendent fòrças annadas. Duèi encara, contunha de ramosar planses escolans de tot atges cada estiu a Vilanèva d’Olt.

Marcèu Esquieu èra tanben un òme de la paraula occitana, de l’oralitat que portava ambe Teresa Duverger, pron sovent suls pondes de las escòlas e al delà. Quitament dins lo fenestron ont Marceu Esquieu animèt de 1985 a 1987  « Istòrias d’Aquitània », una emission sus l’antena de França 3 Aquitània.

Paraulièr per Eric Fraj o Jaumelina, foguèt tanben un crane reviraire. Aquò’s el que s’atalet a la revirada del grèc ancian a l’occitan d’Antigòna, que Maurici Andrieu portèt sus l’empont.

L’entarrament se farà deman dimercres a 3 oras del vèspre a Sant Antòni de Ficalba.

Clamenç Alet

Farem un omenatge Marcèu Esquieu dins lo Jornalet d’aqueste dissabte a 19oras17 e dins Viure al Pais.

Dins l’espèra, vos prepausam de tornar fintar un reportatge qu’aviam difusit dins Viure al País del 27 d’abrial de 2008. Un reportatge signat M. François D. Tanchereau D. Lion G. André E. Auriaux  Montatge : Eve Ducau. En seguida, traparetz lo Punt de Vista presentat per Denis Salles, dedicat a Marcèu Esquieu e diffusit en setembre de 2008.

 


Hommage à Marceau Esquieu par france3midipyrenees


Marcèu Esquieu dans Punt de Vista par france3midipyrenees

Marceau Esquieu s’en est allé le vendredi 2 janvier. Il est né en 1931 à Nadalie dans le Lot-et-Garonne, un département qui ne quittera jamais son coeur. Marceau Esquieu fut professeur de lettres classiques et d’occitan. Un homme de lettres qui publiera plus d’une quarantaine d’œuvres : recueil de poésies, contes, chansons, pièces de théâtre… Mais une des pièces majeures de l’oeuvre occitane de Marceau Esquieu reste la création de l’Escòla Occitana d’Estiu (Ecole Occitane d’été), qu’il a co-fondé avec Bernard Berger et d’autres amis comme Christian Rapin. Il a animé cette école occitane pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, elle continue de rassembler des élèves de tous âges à Villeneuve sur Lot, chaque mois d’Août.

Marceau Esquieu est également un homme de la parole occitane, de l’oralité, qu’il portait régulièrement avec Thérèse Duverger sur les scènes des écoles et au-delà… jusque dans le petit écran où il a animé de 1985 à 1987, « Istòrias d’Aquitàni », une émission sur l’antenne de France 3 Aquitaine.

Parolier pour Eric Fraj, ou Jaumelina, il fut également un grand traducteur. C’est lui qui fit l’adaptation d’Antigone, porté sur scène par Maurice Andrieu.

Ses obsèques seront célébrées demain à 15h, à Saint-Antoine-de-Ficalba dans le Lot-et-Garonne. 

 

Disparition d’Yves Rouquette : lo monde occitan en dòl

Ives Roqueta nos ven de quitar dimenge 4 de genièr alèra que manjava los 79 ans. Es un ròc que se ven de despenjar, un fotral d’òme que s’en va, un poèta e escrivan màger d’una granda finesa, e d’un esperit dels viu. Aurem l’ocasion de li far mai d’un omentage sus aqueste blòg, dins lo jornalet dissabte e dins Viure al país lo 18 de genièr.

Lo Benaset

Si vous souhaitez vous associer à l’hommage que nous rendrons à Yves Rouquette, vous pouvez envoyer vos messages, témoignages, documents, photos, à l’adresse suivante : blogvap@francetv.fr

En esperant, aquí quauquas gotas d’una vida qu’es estada un fluvi vigorós, ric, regenerador e que jamai s’agotarà.


Yves Rouquette par france3midipyrenees

Reportatge Viure al pais del 6 de mars de 2011, rodat per M. François JP. Duntze T. Pujo C. Pelhate Montatge : E. Ducau

L’immense auteur, écrivain et poète Occitan vient de nous quitter. Yves Rouquette s’en est allé, dans la soirée du dimanche 5 janvier. Il aurait eu 79 ans en février prochain. Né le 29 février 1936, à Sète, Yves Rouquette est le frère de Joan Larzac et le mari de Marie Rouanet. Il vivait près de Camarès en Rouergue.

© Mirelha Fornengo

© Mirelha Fornengo

Il a fondé la revue « Viure » (1965-1973) et fut un des principaux animateurs du mouvement « Volèm viure al païs » (« Nous voulons vivre au pays »), mouvement autonomiste et socialiste. Il fut également à l’origine de la maison de disques Ventadorn (1969) consacrée à la chanson occitane, ainsi que du Centre international de documentation occitane (1975), devenu aujourd’hui le Centre interrégional de développement de l’occitan, installé à Béziers.

Il a mis en place une des premières écoles bilingues Calandreta, où l’enseignement est dispensé en français et en occitan.

Il avait également été très impliqué dans la lutte des paysans du Larzac dans les années 70 et dans le mouvement de contestation des viticulteurs du sud de la France, en crise au milieu des années 70.

Auteur d’une trentaine de recueils de poésie, de romans, de pièces de théâtre et autres contes, Yves Rouquette avait également traduit en occitan plusieurs chefs d’oeuvre de la littérature française (Giono, Molière etc) et italienne.

Clamenç Alet (avec AFP)

Ci-dessous, la dernière interview qu’Yves Rouquette nous avait accordé, chez lui al sèu Ostal de la Sèrra de Camarès en mars 2014, à propos du centenaire de la mort de Mistral


Interview Yves Rouquette par france3midipyrenees

 

Voici quelques éléments biographiques qui ont marqué la vie d’Yves Rouquette, compilé ici par Benjamin Assié, directeur du CIRDOC de Béziers :

1946 – élève de Robert Lafont au collège Paul Valéry de Sète

1950 – entre à l’IEO – amitiés avec Pierre François

1953 – études à Montpellier, amitié avec Max Rouquette – se lie avec Léon Cordes, Max Allier, Christian Anatole, Louis Alibert

1954 – découvre l’oeuvre de Jean Boudou

1957 – publie l’Escrivaire public

1959 – publie Lo Mal de la terra

1961 – mariage avec Marie Rouanet

1962 – rédacteur en chef de la revue Oc – Grand prix des lettres occitanes décerné à La Paciéncia et début d’une longue amitié avec Joseph Delteil

1965 – nommé professeur au Lycée Henri IV à Béziers, écriture de l’Oda a Sant Afrodisi puis de Made in France, lance un cours public d’occitan, lance la revue Viure, le Comité Occitan d’Etudes et d’Action. Il lance également Réalité occitane et Christianisme

1968 – rencontre Claude Marti, écrit dans Action

1969 – lance la maison de disque Ventadorn

1974 – organise l’exposition Mille ans de littérature occitane à  Béziers, anime les chroniques occitanes de la Dépêche (rééditées par les éd. Vent terral en 2013), participe aux luttes du Larzac

1975 – fonde avec Robert Sirc, Jacques Boisgontier, Charles Camproux le CIDO qui deviendra le CIRDOC en 1999. Il lance avec Jean-Pierre Laval Volèm viure al païs

1976 – enregistre avec le groupe Clemencic consort

1985 – boursier-résident à la Chartreuse de Villeneuve en Avignon,  collabore avec le Teatre de la Carrièra, collabore avec le cinéaste Michel Gayraud

1991 – organise une série d’expositions avec le CIDO : Occitanie quoi de neuf ?, L’imagier et les poètes, Bestaire du Moyen-Age, Circulades, Lo dire amorous

1995 – travaille avec le Zinc-Théâtre, écrit Les dessous du paradis qu’il joue 50 fois dans le Théâtre de Béziers, donne des lectures publiques et participe au festival de Mèze dirigé par Jean Varela

1996 – se fixe à la Serre, prés de Camarès (Aveyron), avec Marie Rouanet, collabore avec Cauhapé et Jean-Claude Martinez.

2000 – traduit Giono L’òme que plantava d’àrbols

2005 – collabore aux éditions Letras d’Oc avec Jean Eygun

2009 – Exposition « Yves Rouquette 50 ans de poésie »  au Musée de Lodève

2012 – Exposition “Yves Rouquette 60 ans de création occitane” réalisée par la Maison des Mémoires de St Affrique et l’association Cap l’òc

2013 – Exposition hommage de la ville de Béziers à Yves Rouquette et Marie Rouanet “A dos de longa”

 

11 Nov

Occitans a la guèrra

Lo 2 de novembre passat, un VAP sus aquel tèma foguèt programat. Aquí qualquas informacions per completar aquesta emission.

Le monument aux morts d'Aniane (Hérault), réalisé par le sculpteur Jacques Louis Robert Villeneuve.

Le monument aux morts d’Aniane (Hérault), réalisé par le sculpteur Jacques Louis Robert Villeneuve.

Monument aux morts de Lavercantière (Lot) réalisé par un sculpteur pacifiste : Emile Mompart :

Monument aux morts de Lavercantière (Lot) réalisé par le sculpteur pacifiste Emile Mompart :

 

DE CHIFRAS

Ambe mai de 8,3 milions de monde mobilizats, gaireben 1,4 milion de soldats tuats ( i cal ajustar 300 000 victimas civilas) França foguèt afrosament sagnada, subretot los 18-27 ans. 27% d’aquelas generacions foguèron tuats.

Mai de 72 000 mòrts per Miègjorn-Pirenèus (3,37 % de la populacion), gaireben autant per Aquitània (3,11%), 50 000 per Auvèrnha (3,45%), 45 000 per Lengadòc-Rosselhon (2,96%) aquò’s Lemosin que foguèt la region la mai tocada ambe 37 000 victimas, siá 3,86 dels poblants.

Al nivèl despartamental, Losèra es al primièr rang en França : 6 239 personas tombèron, siá 5,08% de la populacion.

Departament nombre de tuats populacion del departament en 1911
Arièja 8 000 198 000
Aude 9 500 300 000
Avairon 15 000 370 000
Corrèsa 13 756 310 000
Garona Nauta 12 800 432 000
Gèrs 8 000 222 000
Gironda 22 634 829 000
Erau 13 858 480 000
Lanas 11 750 289 000
Òlt 6 500 205 000
Òlt e Garona 9 504 268 000
Hautas-Pireneas 6 307 206 000
Pirenèus Orientals 8 400 213 000
Tarn 10 175 324 000
Tarn e Garona 6 150 182 000

Sorga : documents de trabalh Educacion Nacionala Acadèmia de Tolosa

 

FIGURAS OCCITANAS A LA GUÈRRA

Reportatge : B. Roux  JP. Jauze  S. Planchou P. Marty  L. Meynier  F. Ratel


Occitans a la guèrra par france3midipyrenees

Auriam pogut parlar d’autre monde Occitans, coneguts, desconeguts… N’avem causits 3. Lo primièr faguèt pas la guèrra mas son influencia foguèt granda.

Jean Jaurès :

L’especialista qu’a fòrça trabalhat e cercat dessús, aquò’s Jòrdi Blanc e las edicions Vent Terral. Cal tanben legir e escotar l’istorian Rémy Pech. Avètz aquí una conferença d’una ora sul nòstre Joanon. I a tanben qualquas causas al musèu Jean Jaurès de la vila de Castras. Amb un canton que pòrta sus l’occitan.

Sus Louis Barthas :

Los carnets del caporal Barthas son un succès vertadièr. L’escritura e las analisis son de las pus finas e se legís coma cal. Lo libre es editat en Livre de Poche. Sonses escriches contunhan de noirir literatura, teatre e filmes (Un long dimanche de Fiançailles de Jean-Pierre Jeunet n’es fòrça inspirat). L’istorian Rémy Cazals qu’èra convidat del Viure al país del 2 de novembre a porgit bravament d’estudis plan interessants. E traparètz planses documents sus un siti que lo Rémy Cazals i paticipa , lo del CRID : Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918. Se pòt enfin escotar doas cançons : una de Marcel Amont e pus recentament una del grop Du Bartàs.

Sus Maurius Jouveau :

Coma d’autres felibres, Marius Jouveau escampilhèt la lenga al front e dins las trencadas. La lenga coma un refugi. Sus l’Escolo dóu Boumbardamen, aquí un article en provençal per pausar las causas. Sus Occitanica (mediatèca enciclopedica fargada pel CIRDOC de Besièrs) se pòt quitament consultar aquestes jornals de trencadas. E tantas causas de mai.

LAS LETRAS DE BONFILS LO FELIBRE

Reportatge : S. Tijani  D. Hémardinquer    M. Blasco  M. Delaunay  C. Pelhate


Correspondance Bonfils/Azéma par france3midipyrenees

Carte postale de Pierre Azéma à Louis Bonfils

Carte postale de Pierre Azéma à Louis Bonfils

Sa publicacion se faguèt mercés al Guy Barral qu’a aprés qu’aquesta correspondéncia existava e que faguèt la pòstfacia del libre. Se pòt consultar una part d’aquel tresaur e legir lo trabalh que faguèron Guy Barral e Felip Martel. Un uèlh tanben suls articles del Joan-Pèire Cavaillé sus son blòg.

D’autras correspondéncias :

Lo libre sus Victorin Bès « Journal de route »

Los Jorns Telhoù de Roland Berland, en Lemosin

Marie Rouanet « Apollonie » escrit d’aprèp los sovenirs d’Henri Jurquet. Un tablèu de la França rurala de l’epòca e lo ròtle de las veusas pendent la guèrra dins un coet d’Avairon.

En tutant lo grelh, d’Enric Molin, ambe mai d’un passage sus la guèrra. La vida al front ambe son amic -Roèrgat el tanben- Eugène Seguret.

L’occitan dins las trencadas d’Ives Rauzièr

Lo Gal, jornal de guèrra se pòt legir en linha sus occitanica. 

 

LA LEGENDA NEGRA DEL SOLDAT O

Reportatge : B. Roux  JP. Jauze  S. Planchou  P. Marty  MP. Duvivier  J. Eon

 


La legenda negra del soldat O par france3midipyrenees

André Neyton et Felip Martel an trabalhat sus aquesta pèça de teatre que conta lo mesprés del miègjorn pendent la guèrra e de dabans dins la literatura. I a tot un dorsièr sul siti del Centre Dramatique Occitan. Sul siti Aquò d’aquí, Michel Neumuller a escrit mai d’un article sus la guèrra e l’occitan. De legir « Il faut tuer le soldat Odde! ». E sus Auguste Odde e lo debanament de l’afar, quicòm de plan documentat.

Traparetz un fum d’informacions precisament sus aquel sicut e sus la guèrra en general sul siti d’un jove istorian, especialista de la guèrra, Jean-Yves Le Naour.

9782363580030FS         La-Faute-au-Midi1

 

 

 

 

 

SUS PIERRE DANTOINE

Aquel Carcassés qu’aimava fòrça los trens foguèt mobilizat e faguèt de dessenhs plein d’esperit e d’èime al front. Jòga sus las doas lengas e las mespresas entre soldats del miègjorn e oficièrs franceses. Una mòstra se debana d’aquesta passa al musèu Jean Jaurès de Castras (Tarn). Pierre Dantoine trabalhèt de d’aprèp pendent 30 ans a La Dépêche e dessenhèt duscas a sa mòrt a 71 ans. Sonses dessenhs son editats tornamai.

E se volètz despassar Provença e Occitània, un libre ont se parla de Bretanha, Catalonha, Euskadia, Corsèga, e patin e cofin.

ob_f49259_la-guerre-vue-par-dantoine-04 - Copieob_7dfb43_la-guerre-vue-par-dantoine-02 - Copie

Duèi 11 de novembre, lo collectiu Iniciativa per Occitània fa un omentage als peluts al monument de Sant Fèliç de Lauragués.

E per acabar, una cançon d’Alain Bessière, dedicada a de paisans joves de Paulinet dins Tarn partits a la guèrra.
Lo Benaset

Chanson hommage aux sacrifiés de la guerre 14-18 par Albes34

 

06 Juin

L’occitan perd son cap dins los Pirenèus-Nauts

Après 22 ans de très bons et loyaux services, Bernard Dubarry tire sa révérence. Il était chargé de mission en langue occitane au département des Hautes-Pyrénées. Bernard-DUBARRY_Genevieve-ISSON-550x366Une initiative en 1992 de François Fortassin alors président, poussé il est vrai par le mouvement associatif. En 2008, Robert Tamburello est venu s’adjoindre au service, faisant de ce département l’une des collectivités territoriales les plus présentes sur le terrain occitan. Eth Comitat dera lenga, un conseil d’accompagnement de la politique linguistique, s’est même créé pour l’occasion. Une véritable première en Occitanie. Une démarche volontariste qui a poussé la collectivité publique à signer des conventions pour le développement de l’enseignement, mener des opérations en direction de la petite enfance et des aînés, organiser des manifestations comme le concours bigourdan d’expression gasconne…

Capture</p#>

Seulement voilà, Lo Bernat s’en va et pour l’instant, il n’est pas prévu de le remplacer. La mission se poursuit mais le poste est supprimé; il n’y aura plus un chef de service dédié. Robert Tamburello se retrouve désormais seul. Cette annonce confirmée lors de l’Hesteyade a évidemment secoué les défenseurs de l’occitan qui voient là un coup d’arrêt à tous les efforts entrepris jusqu’alors. Une pétition a été mise en ligne, avec plus de 2500 signataires.

Selon François Giustiniani, directeur du service « Archives et Patrimoines » (dont dépend la mission occitane), cela ne signifie pas une réduction des actions. « Le budget est d’environ 145 000 euros, 120 000 pour les subventions, 20 à 25 000 pour des interventions directes comme la journée des 3èmes ou le concours bigourdan de poésie. Il restera à l’identique. » Tout en reconnaissant qu’il y aura une personne en moins pour travailler. « Parfois Bernard Dubarry faisait lui-même certaines choses comme des traductions… Là, ce ne sera plus possible. Mais la mission pourra être abondée avec des crédits supplémentaires pour certaines opérations. Nous ferons appel à des boîtes extérieures. » A condition de trouver les fonds. Pour le reste,  les actions menées en maison de retraite (interventions et formations du personnel) et celles en matière de bilinguisme précoce (carnets de santé bilingues, CD de comptines en gascon…) ne sont pas remises en cause pour l’instant. Plusieurs autres projets seraient à l’étude et Eth Comitat dera Lenga sera toujours sollicité.

Capture</p#>

Pas de quoi satisfaire les acteurs occitans des Hautes-Pyrénées réunis dans le collectif Entà que Vísquia era Bigòrra qui regroupe une vingtaine de membres. « Le chargé de mission a permis de revitaliser notre langue. Supprimer ce poste équivaut à supprimer le service pour le réduire aux affaires courantes  » confiait, il y a peu, Pierre Loubère le porte-parole du collectif à La Dépêche. Il s’est réuni mardi soir et demande toujours le rétablissement de ce poste. Cette requête sera reprise et présentée au président Michel Pélieu par des conseillers généraux de la majorité. Entà que Vísquia era Bigòrra tiendra une réunion publique le 20 juin à Ibos. Le collectif compte bien peser et faire des propositions pour que tout le travail accompli ne soit pas vain.</p#>

Benoît Roux</p#>

17 Juin

Décès du peintre Jacques Fauché

 

Lo pintre Jacques Fauché nos ven de quitar.

Jacques Fauché vient de nous quitter à l’âge de 86 ans. Il était né en 1927 à Lézat sur Lèze (09). C’était une figure. Sous sa bonhommie légendaire pointait un peintre pointilleux et averti. Une enfance passée dans l’épicerie familiale, les sens en éveil devant ces couleurs, ces odeurs, ces objets. Des études secondaires à Toulouse et les Beaux Arts pendant la guerre. L’esprit frondeur, il manque d’être renvoyé. A la libération, c’est la grande découverte de l’Art contemporain, le choc du cubisme. Jacques Fauché participe alors à de nombreux mouvements qui refusent l’académisme. Il cherche de nouvelles voies et n’oublie pas d’affirmer son occitanité.

Décembre 1950 il crée avec d’autres peintres (Jacques de Berne, Andrée Chocard, Pierre Igon…) une école toulousaine où le provincialisme et l’académisme n’ont pas lieu d’être. Entre figuration et abstrait, son style interpelle, dérange parfois. Notamment des fresques qu’il a peintes dans les églises de la région qui sont parfois recouvertes. Teintées de cubisme aux couleurs saturées, elles sont souvent recouvertes par des tentures et voilages comme à Péguilhan et dans sa ville à Lézat.

Mais Fauché poursuit sa route obstinément. En 1960, le milliardaire rouge Jean-Baptiste Doumeng passionné d’Art lui commande une suite de treize huiles sur bois sur la croisade contre les albigeois. Une expo qui là-aussi a fait grand bruit. «C’est la première fois que les Occitans découvrent cette partie de l’histoire de France occultée jusque là», se souvient son ami, son « frère » André Lagarde. Le livret accompagnant l’exposition n’étant pas « politiquement correct », l’année suivante, une seconde exposition sera interdite par le préfet. Depuis lors, les tableaux ne sont plus jamais ressortis de la collection privée de Doumeng, jusqu’à leur exposition actuelle à la médiathèque de Muret (31), l’un des événements qui marquent dans cette ville le huitième centenaire de la bataille.

© Jacques Fauché

Fauché a réalisé aussi de nombreuses fresques dans des écoles, à Tarbes, Saint-Sulpice-sur-Lèze, Bérat, Revel, Toulouse… Il a collaboré à l’édition et à l’illustration de nombreux ouvrages occitans notamment ceux d’André Lagarde. Il a réalisé le monument aux déportés dans le cimetière de Noé. Jusque dans les années 90, il a enseigné à l’école des beaux-arts de Toulouse puis poursuivi ses recherches -notamment sur la couleur- dans le calme de son atelier de Bérat.

Qui a rencontré ce personnage rayonnant d’humanité, de bienveillance et de générosité s’en souvient encore. Qui a déjà vu ses œuvres peut en mesurer l’inventivité, le choc des lignes et l’harmonie des couleurs. L’Occitanie et le monde pictural ne pourront pas oublier Jacques Fauché. Adessiatz Jacme.

Benoît Roux