20 Mar

Sondage: l’échappée belle de Marine Le Pen en Bourgogne-Franche-Comté

Marine Le Pen le 18 mars à Metz (©AFP / Jean Christophe Verhaegen)

Marine Le Pen le 18 mars à Metz (©AFP / Jean Christophe Verhaegen)

Marine Le Pen progresse de 2 points en Bourgogne-Franche-Comté dans notre sondage Ipsos Steria-Cevipof pour l’Enquête électorale française. La candidate du Front national obtient 31% des intentions de vote au premier tour, contre 29% le mois dernier. Elle devance de plus de 6 points son premier adversaire, Emmanuel Macron (24,5%), pourtant lui aussi en progression (+4 points). François Fillon (17,5%) et Benoît Hamon (11%) s’effondrent (-3 points dans les intentions de vote régionales). Continuer la lecture

18 Mar

Que faut-il retenir des 614 parrainages d’élus de Franche-Comté pour la présidentielle ?

Le conseil constitutionnel a validé 14296 parrainages d'élus locaux pour la présidentielle (AFP / Jacques DEMARTHON)

Le conseil constitutionnel a validé 14296 parrainages d’élus locaux pour la présidentielle (AFP / Jacques DEMARTHON)

614 élus (maires, présidents d’intercommunalités, conseillers départementaux, conseillers régionaux, parlementaires) de Franche-Comté ont accordé leur parrainage à l’un des candidats à l’élection présidentielle. Le conseil constitutionnel a définitivement validé ce samedi 11 candidatures: Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Benoît Hamon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou. Les élus de Franche-Comté avaient apporté leur signature à pas moins de 23 candidats. Le détail. Continuer la lecture

17 Mar

Un étudiant affirme avoir été tabassé au meeting de François Fillon à Besançon et porte plainte

François Fillon entouré d'Eric Ciotti, Annie Genevard et Alain Joyandet le 9 mars à Besançon (©f3fc)

François Fillon entouré d’Eric Ciotti, Annie Genevard et Alain Joyandet le 9 mars à Besançon (©f3fc)

Un jeune homme de 19 ans a déposé plainte contre X pour violences en réunion, révèle ce vendredi L’Est Républicain. Cet étudiant en arts affirme qu’il a été violemment frappé lors du meeting de François Fillon le jeudi 9 mars. La raison? Il ne se serait pas levé pour chanter la Marseillaise à l’issue du discours du candidat Les Républicains à la présidentielle. Secrétaire départemental LR du Doubs, Michel Vienet nous dit être « très surpris » par ces révélations. Continuer la lecture

10 Mar

A Besançon, François Fillon se présente comme « le rebelle que le système n’arrêtera pas »

François Fillon en meeting à Besançon (©FrancoisFillon )

François Fillon en meeting à Besançon (©FrancoisFillon)

Candidat de la droite à l’élection présidentielle, François Fillon a tenu meeting ce jeudi soir à Besançon. Au coeur d’une région plutôt conservatrice, qui avait voté à 51% pour Nicolas Sarkozy au second tour en 2012, l’ancien Premier ministre s’est montré combatif: « Je suis devenu le rebelle que le système n’arrêtera pas. (…) Je suis comme ces combattants balafrés qui n’ont pas appris la vie dans des livres ». Continuer la lecture

Le sénateur UDI Jean-François Longeot parraine Alain Juppé pour la présidentielle

Jean-François Longeot (DR)

Jean-François Longeot (DR)

Il avait déjà pris ses distances il y a plusieurs jours, indiquant qu’il ne participerait pas à la campagne de François Fillon,« pour des raisons d’éthique personnelle » (lire ici). Le sénateur UDI du Doubs Jean-François Longeot va aujourd’hui plus loin en annonçant qu’il apporte son parrainage à Alain Juppé pour la présidentielle. Il soutenait le maire de Bordeaux lors de la primaire. Continuer la lecture

Christophe Bois, cet élu Les Républicains du Jura qui rejoint Emmanuel Macron

Christophe Bois (LR) est adjoint au maire de Lons-le-Saunier et conseiller départemental (DR)

Christophe Bois (LR) est adjoint au maire de Lons-le-Saunier et conseiller départemental (DR)

Il a pris sa décision avant la présentation du programme d’Emmanuel Macron ce jeudi, et avant l’annonce de la mise en examen prochaine de François Fillon. C’est en fin de semaine dernière que Christophe Bois, adjoint au maire de Lons-le-Saunier et conseiller départemental du Jura, a décidé de parrainer Emmanuel Macron pour la présidentielle. « On peut être de la droite et du centre et soutenir Macron », assure cet élu du parti Les Républicains, qui fut porte-parole départemental d’Alain Juppé pendant la primaire. Continuer la lecture

01 Mar

François Fillon bientôt mis en examen ? La droite divisée sur le maintien de sa candidature

François Fillon le mercredi 1er mars (©ftvinfo)

L’annonce de la future mise en examen de François Fillon par l’intéressé lui-même à la mi-journée fait à nouveau entrer la droite dans une zone de turbulences, à sept semaines seulement du premier tour de la présidentielle. Faut-il toujours soutenir le candidat désigné par la primaire ou l’abandonner en rase campagne? Beaucoup de nos élus se posent la question. En Franche-Comté, certains ont décidé de prendre leur distance avec l’ancien premier ministre. Continuer la lecture

27 Fév

Pour Damien Meslot, les défections de Christine Bouquin et Jean-François Longeot sont « des clapotis dans un verre d’eau »

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

Damien Meslot, député LR et maire de Belfort (©f3fc)

L’un, parlementaire UDI, ne fera pas la campagne de François Fillon, « pour des raisons d’éthique personnelle ». L’autre, qui souhaitait le devenir (parlementaire), retire sa candidature LR sur la 3e circonscription du Doubs, car « ça ne correspond plus à [son] éthique politique ». Mais pour Damien Meslot, député LR et maire de Belfort, les défections du sénateur Jean-François Longeot et de la présidente du Département du Doubs Christine Bouquin ne sont que « des clapotis dans un verre d’eau ». Continuer la lecture

24 Fév

Quand Jacques Grosperrin se souvient qu’il a embauché son épouse comme assistante parlementaire

Jacques Grosperrin (©f3fc)

Jacques Grosperrin (©f3fc)

Jacques Grosperrin certifiait qu’il n’avait jamais embauché son épouse comme assistante parlementaire. Mais le nom de Françoise Grosperrin apparaît sur la liste des collaborateurs rémunérés du Sénat. Il fait également travailler sa fille. Deux personnes de la même famille, c’est interdit. Les explications du sénateur du Doubs.

Continuer la lecture