09 Oct

14 octobre : L’édito de Clément Alet

La davalada se sarra,alèra n’aprofitam un darrièr cop per nos passejar al solelh, pel País occitan. De las Pirinèias, al Massiu Central, en passant per las Corbièras : una brava caminada, dins La lenga d’oc.

Lenga de Bigòrra e d’Aragon, lengas d’aqueles paisans que se tòrnan trobar un còp l’an dempuèi 1862, cada 24 de Julhet, per mesclar lors vacas lo temps d’una estivada.

Lenga de la montanha cantalona. Sus un Massiu ont los caçaires son a l’espera del camóç, bèstia sauvatja que tòrna poblar aquel territòri desempuèi la fin de las annadas 70. Enfin, Lenga de las Corbièras, pel « tornar » del Vira-Lenga. Sul cadièiral rotge, un Joan Loís Escudier claufit de contes e reprovèrbis del sèu canton, a l’entorn de Montserret, dins Aude.

L’automne approche, alors profitons-en, une dernière fois pour prendre les chemins ensoleillés du Pays Occitan. Des Pyrénées au Massif-Central, en passant par les Corbières : un joli tour dans la langue d’oc.

Langue de Bigorre et d’Aragon, langues de ces agriculteurs qui se trouvent une fois par an depuis 1862, le 24 juillet, pour mêler leur vaches le temps d’une estive.

Langue de la montagne du Cantal, sur un massif où les chasseurs sont à l’affut du chamois. Bête sauvage réintroduite et qui repeuple ce territoire depuis la fin des années 70.

Enfin, langue des Corbières pour LE retour du « Vira-lenga ». Dans le grand fauteuil rouge, un Joan Louis Escudier tout imprégné de contes et proverbes de son coin à lui, autour de Montserret, dans l’Aude.

14 octobre : Viure al paìs

MONDE PAISAN : « Amontanhatge en Bigòrra  »
D’Aymeric Jonard et Hugo Chapelon

Suivant les termes du traité de Bayonne, les éleveurs d’Aragon ont l’autorisation de faire paître leurs troupeaux en haute Bigorre qui bénéficie d’un climat plus tempéré. Chaque 24 juillet, entre 700 et 1500 bovins traversent le col de la Bernatoire pour passer deux mois dans les estives bigourdanes. Les anciennes rivalités entre français et espagnols ont disparu depuis la diminution du cheptel des deux côtés de la frontière. De nos jours, l’enjeu est plutôt la conservation du pastoralisme de montagne qui se maintient difficilement des deux côtés de la frontière.

BESTIAS : « Lo camós de Cantal »
D’Aymeric Jonard et Marc Raturat

Après les introductions de chevreuils et de cerfs des années 60, la fédération de chasse décide d’implanter le chamois dans les monts du Cantal. A partir d’une poignée d’individus capturés dans les Vosges et introduits en 1978, la population actuelle atteint dorénavant le nombre impressionnant de 600. Un plan de chasse rigoureux selon les classes d’âge a permis cette augmentation. A partir de son site de lâcher du Cantal, le chamois a atteint le massif du Sancy, dans le Puy de Dôme ainsi que les départements de la Corrèze, de la Lozère et de l’Aveyron. A terme, il est fort possible qu’une jonction se fasse entre la population alpine et celle du Massif Central via les monts d’Ardèche et les Préalpes drômoises, le Rhône n’étant pas un obstacle infranchissable pour la faune sauvage.

VIRA LENGA : Joan Loís Escudier
De Myriam François et Laurence Boffet

Le fauteuil rouge est parti en villégiature dans les basses Corbières  à la rencontre de Jean-Louis Escudier natif de Monserét, canton de Lézignan-Corbières. Un père élevé par une grand-mère qui ne parlait qu’occitan, une mère d’origine espagnole, les deux parfaitement bilingues. Il n’y eut cependant qu’une langue commune : le français. Ce n’est qu’en 6ème qu’il découvre l’occitan au collège et qu’il réalise combien il avait été tenu éloigné de cette langue qu’il connaissait parfaitement.  C’est avec Marie Rouanet qu’il obtient un 18 en occitan au baccalauréat, il en est très fier ! Il convainc son père de faire un effort de mémoire en rassemblant toutes les histoires et les proverbes qui se disaient à Montseret. C’est ainsi qu’il nous offre quelques perles de ce collectage.

CRONICA : « Bardaqui »

D’Aimat Bress et Amic Bedel

Chronique musicale préparée et présentée par Aimat Brees à propos du disque du Trio Bardaqui intitulé « bouche à oreille ».  Formation musicale dont le répertoire est formé de chansons aux influences niçoises et italiennes, interprétées et accompagnées par Richard Cairaschi, Jan Nouvé Mabelly et Primo Francoia.

03 Oct

7 octobre – Une émission spéciale « Garonne »

Une émission thématique enregistrée sur le Plan de Beret, à Vielha et à Lès en Val d’Aran (Espagne)

L’édito de Clément Alet

Val d’Aran, Cap de Garona…

Viure al País s’encamina en defòra dels estudiòs tornamai aquesta sason. E per ligar los novels telespectators Aquitans a los que nos fintavan duscas ara, res de melhor que de seguir las aigas d’un flume qu’atraversa los territòris e las regions, lo flume Occitan : Garona.
Emission especiala de la Val d’Aran, fins al Far de Cordoan.
Garona naissenta en terra d’Aran, Garona poderosa e capriciosa que debala las Pirinèias abans de tocar Tolosa, Garona suava, majestuosa quand arriba en Aquitani e que s’en va cap a l’estuari, e la Mar Grana.
Coma per cada emission especiala tematica, enregistrèrem  VAP endefòra. E aital, causiguèrem de tornar montar a la sorga per pausar los nostres platèus e pausar questions. Mas mèfi… sorga Aranesa : es a dire sul Plan de Beret. Encastre unenc, entre qualques raises de solelh e de nivolasses montanhòlas, tornarem trobar dos covidats araneses per parlar de Garona…
Vos convidam doncas a seguir lo fial de l’aiga, ambe nosautres.

Val d’Aran, cap de Garona..

Viure al País reprend les chemins en dehors des studios cette saison encore. Pour relier les nouveaux téléspectateurs Aquitains à ceux qui nous regardaient déjà jusque là, rien de mieux que de suivre les eaux d’un fleuve qui traverses les territoires et les régions, le fleuve Occitan : la Garonne.
Emission spéciale, de la Val d’Aran jusqu’au phare de Cordouan. Garonne naissante en terre Aranaise, Garonne puissante et capricieuse qui descend des Pyrénées avant de toucher Toulouse, Garonne tranquille et majestueuse qui entre en Aquitaine et qui file vers son estuaire, vers l’océan.
Comme pour chaque émission spéciale thématique, nous enregistrons VAP en extérieur. Ainsi nous avons décidé de remonter à la source pour poser nos plateaux et poser des questions. Mais attention… source Aranaise, c’est-à-dire sur le Plan de Beret. Cadre unique, entre quelques rayons de soleils et d’épais nuages de montagne, nous retrouverons deux invités Aranais pour parler de Garonne.
Nous vous invitons à suivre le fil de l’eau avec nous…

Le programme :

GARONA : « Del Hauga a Tolosa  »
De Sirine Tijani et Denis Hémardinquer

En Midi-Pyrénées voici une balade le long de la Garonne, entre la petite ville de Cazères et Toulouse.Sur cette cinquantaine de kilomètres, on peut percevoir quelques-une des différentes facettes de Garonne, à la fois multiple et singulière, apprivoisée mais sauvage, nourricière mais dangereuse. Une balade ponctuée de rencontres enrichissantes et instructives… José Souvielle, le passeur du bac du Fauga nous fait traverser d’une rive à l’autre en compagnie de promeneurs et écoliers. Robert Foch, Cazérien d’origine, revient avec nous sur l’histoire du port de Cazères. L’abbé Passerat, se rappelle des terribles inondations qui ont touché Toulouse. Eric Fraj, professeur de philosophie et artiste, nous explique pourquoi Garonne l’inspire tant.

GARONA : « De Coturas a Còrdouan »
De Denis Salles et Didier Bonnet

Lorsqu’elle arrive en Aquitaine, la Garonne ne ressemble plus beaucoup à ce qu’elle était en Val d’Aran : la dame est large et calme, elle semble vous inviter à voyager avec elle jusqu’à l’océan…Première étape, le Lot-et-Garonne. Autrefois, les « mioles », des bateaux de commerce en bois, partaient de Couthures pour aller approvisionner Bordeaux. Seconde étape, l’estuaire de la Gironde et ses carrelets, des espèces de petites cabanes en bois surplombant l’eau qui servent à pêcher au filet. Troisième et dernière étape Cordouan, le phare le plus emblématique de toute la Gascogne… Avec la participation de Pierre Mitteau, Yann Leaunard, Eric Roulet et l’association de sauvegarde du Phare de Cordouan.

CONVIDATS : Jèp de Montoya e  Parra / Jusèp Luis Sans Socasau
Au village de Lès, nous irons à la rencontre de Jèp de Montoya y Parra, président de l’Institut des Etudes Aranaises, employé de la société espagnole d’électricité Endesa. C’est à Vielha que nous retrouverons Jusèp Loís Sans Socasau du Conseil Général d’Aran.
IIs nous raconteront les mystères et magie de la source, nous parleront de la gestion de l’eau et nous relateront enfin l’aspect linguistique et culturel du fleuve.

20 Sep

VAP du dimanche 23 septembre à 11h30

ARTS : Viatge en poesia
De Myriam François et Jean-Pierre Duntze

Cette rentrée est riche d’un florilège de festivals tous aussi intenses les uns que les autres. Il y en a un cependant qu’il ne fallait pas rater : « Les voix vives » à Sète du 20 au 28 juillet.
Festival qui accueille la poésie occitane et permet aux poètes occitans de partager leurs textes avec des poètes venus du pourtour méditerranéen. Sète devient le temps d’une semaine une sorte de Babylone, la notion de frontière n’existe plus et les langues deviennent parentes ainsi que les hommes.

CRONICA : Julio Llamazares
D’Aurelia Lassaque et Amic Bedel

« La pluèja rossèla » est la traduction en occitan de la « Lluivia amarilla » de l’écrivain Julio Llamazares. Bien qu’il vive actuellement à Madrid (où il est journaliste), et en dépit de son goût du voyage, Julio Llamazares reste profondément attaché à sa province d’origine, le León. Aurelia Lassaque nous présente cet écrivain et son roman traduit par Fernand Vialaret.

SOCIETAT: Arimoc
De Denis Salles et Jean-Michel Lidvine

L’A.R.I.M.O.C. (Association Régionale des Infirmes Moteurs d’Origine Cérébrale) du Béarn a été créée le 10 mai 1974 et rassemble à ce jour environ 240 adhérents.
Elever un enfant handicapé moteur est une chose difficile. La famille Cabarry de Morlaas(Pyrénées Atlantiques) le sait bien.
A la différence des autres enfants, la tâche n’est pas terminée lorsque celui-ci devient adulte. A Morlaas, depuis la fin des années 60, des parents se sont regroupés en association afin de créer un établissement qui reçoit aujourd’hui plus de 200 handicapés, nuit et jour. La mission de cette structure : leur apporter du bien être.

EVENIMENT : La Sant-Loís de Seta
De Sirine Tijani et Denis Hémardinquer

Qui est allé à Sète a forcément entendu parler des joutes sétoises ! Plus qu’un sport, les joutes sont véritablement ancrées dans la culture et l’identité des Sétois depuis presque 300 ans. Et les nouvelles générations ne dérogent pas à la règle, que ce soit du coté des écoles de joutes – qui se développent énormément depuis 10-20 ans – que du côté des musiciens – le conservatoire de la ville ayant ouvert une classe pour les hautbois et les tambours de joutes. Qu’ils soient jeunes ou vieux, musiciens ou jouteurs, tous ont à cœur de respecter les traditions, notamment pendant la semaine de la Saint Louis, qui fête sa 270 édition : défilés, cérémonie et valse du chef de gare, tournois des enfants, des jeunes et des adultes… tous les ingrédients sont là pour maintenir vivace cette traditions typiquement sétoise.

Edito de Benoîx Roux, émission du 23 septembre

L’estiu contunha sus Viure al País. Poidretz encara aprofitar dels darrèrs rais de solelh que vos farem partajar dins aquela emission. Anirem dos còps a Seta. Per començar, un viatge en poesia ambe lo festenal « Voix Vives ». La poesia de pertot, mai que mai miègterranenca e de còps que i a occitana. Aital Aubin Bonnet o Joan-Pèire Tardiu an pogut legir quauques vèrses. Un flumi de poesia de contunh tota la jornada e un polit reportatge signat Miriam François sus d’imatges rete poetics de Jean-Pierre Duntze. Seta totjorn, la villa festejava sa 270ena Sant-Loís eveniment esportiu e cultural. Las ajustas fan partida del patrimòni. Li se fa de 4 a 80 ans. L’auboi dona tostemps lo ritme Seta se vestis de blanc e l’istòria s’acaba totjorn dins l’aiga !
« La pluèja rossèla », sèm encara dins l’aiga e tanben dins la poesia ambe l’òbra de Julio Llamazares. Aquel escrivan jornalista d’Aragon es estat revirat en lenga nòstra per Fernand Vialaret e Aurelià Lassaque s’en es congostada !
Enfin lo nòstre subjèct aquitan portarà sus una question de societat : cossí aculhir los enfans andicapats e quitament quand son venguts adultes. L’ARIMOC (Association régionale des Infirmes Moteurs d’Origine Cérébrale) s’es fargada en 74 per aquò far. La familha Cabarry compta dos mainatges dins aquela estructura. Avèm seguit la vida e las dificultats e tanben las reussidas d’aquel centre.

L’été se poursuit dans Viure al País. Vous pourrez ainsi profiter des derniers rayons de soleil que nous vous ferons partager dans cette émission. Nous ferons escale à Sète à 2 reprises. Tout d’abord pour un voyage en poesie avec le festival « Voix Vives ». De la poésie comme s’il en pleuvait, essentiellement méditerranéenne et des fois occitane. Ainsi Aubin Bonnet et Jean-Pierre Tardieu ont pu lire quelques vers. Un fleuve de poésie continuel et un beau reportage signé Miriam François sur des images très poétiques de Jean-Pierre Duntze. Sète encore, la ville fêtait sa 270ème Saint-Louis, un événement sportif et culturel. Les joutes font partie du patrimoine. Elles se pratiquent de 4 à 80 ans. L’hautbois donne le rythme, Sète se vêtit de blanc et l’histoire se termine toujours dans l’eau !
« La pluie jaune », toujours dans l’eau et encore dans la poésie avec l’œuvre de Julio Llamazares. Cet écrivain journaliste Aragonais a été traduit en occitan par Fernand Vialaret et Aurelia Lassaque s’est régalée.
Enfin le sujet aquitain met l’accent sur une question de société : comment accueillir les enfants handicapés, des adultes handicapés ? L’Arimoc (Association régionale des Infirmes Moteurs d’Origine Cérébrale) s’est crée en 1974 pour ça. La famille Cabarry a placé 2 enfants dans cette structure. Nous avons suivi la vie, les difficultés et aussi les réussites de ce centre.

13 Sep

ZEBDA et PATRIC Roux à l’ESTIVADA et VIURE AL PAIS

ZEBDA c’était l’une des têtes d’affiche de la dernière édition de l’ESTIVADA de Rodez. Mouss et Hakim Amokrane sont des enfants de la Kabylie qui ont grandi en Occitanie, sur la rive gauche et gasconne de la Garonne. Leur présence dans un festival occitan semble à la fois naturelle de par leurs engagements et plus surprenante sur un plan culturel.
Nous vous proposons d’écouter en intégralité leur interview pour expliquer leur présence à Rodez, leur enfance, leurs combats, en quoi ils se sentent Occitans…

PATRIC ROUX le Directeur de ce festival parle aussi des choix qu’il fait pour l’ESTIVADA : l’ouverture, la gratuité, la nécessité de financements extra-publics, etc…
Vous retrouverez Zebda et Patric Roux lors du magazine consacrée à l’identité de l’Estivada dimanche 16 septembre à partir de 11H25 sur France 3.

=%2Fplaylist%2Fx28fsb_france3midipyrenees_vap-estivada-rodez%2F1&skin=eggplant&autoplay=0″ align= »middle » frameborder= »0″ width= »100% »]

12 Sep

Edito de Benoît Roux – émission du 16 septembre

Brave monde aqui la dintrada per totes. Nos sèm plan preparats aquest’estiu. Sèm pas demorats a nos far rostir la pèl. O alèra pas sus la sabla mas sus d’autres terrens ! Aquel trabal, lo poidretz fintar a comptar de ara al fenestron. En Miègjorn-Pirenèus e Lengadòc Rosselhon coma de costuma, mas tanben en Aquitània tota çò qu’es una noveltat ! Un public novèl e un territòri pas vertadièrament desconegut estant que i anavèm de temps en temps. Enfin bon, noveltat…pas complètament ! Las ondas son de còps que i a capriciosas e n’i avia deja que fintavan Viure al País del costat de Bearn o de las Lanas.
E Punt de Vista me diretz ? L’emission que passava tanben lo dimenge s’arrèsta. Mas pas Denis Salles -son obrador màger- que va trabalhar tornar per Viure al país. Veidretz sonses reportatges regularament dins las emissions.
Alèra donc l’estiu passat avèm obrat. Aital a Perinhan d’Aude ont fa bon viure la maja part del temps. Mas l’estiu, tant val benlèu anar endacòm mai se òm vòl èsser suau. Cal dire que aculhir mai de 50 000 personas l’estiu supausa un pauc d’organisacion. Cal tanben rebugar las margas. E se d’abituda lo consér es un contaire finòt, aqui cal fa mai que de polidas istòrias !
L’Estivada de Rodés es tanben una de las polidas istòrias de l’estiu. Gaireben 20 ans qu’aquel eveniment es la veirina de la creacion occitana. Aquest’an, lo public s’es asondat sul barri de Bourran : mai de 30 000 personas lo primièr jorn e autant lo darrièr. De que ne perdre son latin….mas pas son occitan ! Alèra : qu’una es l’identitat de l’Estivada ? Responsa ambe Zebda, Massilia, Patric Roux lo capmèstre de l’afar e tanben de monde venguts de Brasil, de la Vath d’Aran…Fasèm nautres tanben dins l’internacional !

Et voici donc la rentrée ! Que nous avons bien préparée cet été. Nous ne sommes pas restés à bronzer. Ou alors pas sur le sable mais sur d’autres terrains ! Tout ce travail, vous pourrez le regarder dès à présent sur vos écrans. En Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon comme d’habitude, mais aussi sur tout le territoire aquitain, ce qui constitue une nouveauté. Un nouveau public mais des terres pas vraiment inconnues. Nous y allions régulièrement. Bon et puis la nouveauté n’est pas complète. Les ondes étant parfois capricieuses, certains regardaient déjà Viure al País du côté du Béarn ou des Landes.
Et Punt de Vista alors ? Cette émission qui passait également le dimanche s’arrête. Mais pas Denis Salles son acteur principal qui va œuvrer pour Viure al País. Vous verrez donc régulièrement ses reportages dans les émissions.
Ainsi donc, nous avons travaillé cet été. Du côté de Fleury d’Aude où il fait bon vivre la plupart du temps. Mais l’été, mieux vaut aller ailleurs si on veut être tranquille ! Il faut dire qu’accueillir plus de 50 000 personnes l’été suppose un peu d’organisation. Il faut aussi retrousser les manches. Et si d’habitude le maire est un conteur fin, là il faut plus que de belles histoires !
L’Estivada de Rodez est aussi une des belles histoires de l’été. Presque 20 ans que cet événement est la vitrine de la création occitane. Cette année, le public s’est déversé sur le quartier de Bourran : plus de 30 000 personnes le premier soir et autant le dernier. De quoi en perdre son latin…mais pas son occitan. Alors justement : qu’elle est l’identité de l’Estivada ? Eléments de réponse avec Zebda, Massilia, Patric Roux (directeur du festival) et des personnes venues du Brésil, du val d’Aran et d’ailleurs. Nous faisons donc dans l’international !

Le site de l’émission et le programme du 16 septembre
http://midi-pyrenees.france3.fr/viure-al-pais-occitan-catalan/

Viure al pais du dimanche 16 septembre – A voir à 11h30

Le programme :

Viure al País est désormais diffusé en Aquitaine vers 11H30.
Bienvenue aux Aquitains !


REVOIR L’EMISSION

EVENIMENT : L’identitat de L’ESTIVADA
De Benoît Roux et Clément Alet

Il y a presque 20 ans, Rodez lançait la première Estivada, les prémices de ce que l’on n’appelait pas encore un Festival Occitan. La Place Foch tout d’abord puis la place du Foirail puis depuis quelques années le nouveau quartier de Bourran, l’Estivada a changé de lieux tout en fidélisant un public qui dépasse désormais le cercle des Occitans.
L’Estivada a aussi changé de directeur –Patric Roux- soucieux lui aussi d’élargir d’hypothétiques frontières artistiques et géographiques.
Avec 30 000 personnes dès le premier soir, autant le dernier, l’Estivada a très clairement passé un cap et changé de statut pour cette édition 2012.
Il est toujours difficile d’évoluer, de grandir, sans renier certains engagements et son identité. Patric Roux assume et nous explique certains choix.
Nous avons aussi croisé Márcio de Oliveira, un Brésilien pas trop dépaysé par la culture et la langue d’oc qui occupent désormais sa vie. En voisin du Val d’Aran (Espagne) Ferriol Macip était là, pour alimenter le Jornalet, journal d’actualité sur internet et faire des reportages pour Barcelona TV. Son regard et son jugement sur ce festival sont pour le moins surprenants.
A l’aube de son 20ème anniversaire, l’Estivada a bien grandi. Son identité a certainement changé. Une nouvelle histoire est en train de se construire.

CURIÓS : Perinhan d’Aude l’estiu
D’Emilie Laulhé et Clément Alet

La commune de Fleury d’Aude (11) passe en été de 3 000 à 50 000 résidents.
Attirés par le soleil ou la plage la commune et la municipalité vivent au rythme des touristes pendent l’été.
Fleury d’Aude s’étend sur trois communes : Fleury, Saint Pierre la mer et le port des Cabanes. Les activités et les animations sont variées. Tout le monde y trouve son compte.
Mais comment une commune si modeste et forte de 3 000 habitants l’année peut répondre à cette demande ? Voici l’organisation de Fleury d’Aude dans l’accueil de 50 000 touristes. Avec un guide de choix : le maire Guy Sié, conteur à ses heures…

11 Juil

Programmation estivale

Comme chaque année, nous vous proposons de revoir les reportages de la saison écoulée à travers une série d’émissions spécialement composée pour la période estivale.

Viure al País… de l’été !
en estive ou les pieds dans l’eau, des plaines jusqu’à la montagne,
et même pour ceux qui n’ont pas de vacances,
Viure al País est encore à l’antenne pendant la période estivale, avec le meilleur des reportages de la saison passée!
Comme chaque année, nous vous proposons du « réchauffé, mais avec des plateaux tout frais et des idées de sorties pour aller respirer l’air occitan estival…

de mancar pas, ces Viure al País occitans de l’estiu, les 15 et 22 juillet, le 26 Aout et le 2 septembre.
bel été à tous !

Viure al País… de l’estiu !
En estiva o los pès dins l’aiga, de per las planas o la montanha,
e quitament per los que n’an pas d’aquelas vacanças,
Viure al País demòra al finestron per la pausa estivala, ambe lo melhor dels reportages de la sason.
Coma cada estiu, vos prepausam de « rescaufat », mas ambe de platèus e d’idèias de sortidas tota nuòvas per anar flairejar l’aire occitan de l’estiu…
de mancar pas aqueles Viure al Pais occitans de l’estiu, lo 15 e 22 de julhet, lo 26 d’agost e lo 2 de setembre.

Polot estiu a totes !

– Dimanche 8 juillet : émission en catalan
– Dimanche 15 juillet : émission en occitan
– Dimanche 22 juillet : émission en occitan
– Dimanche 19 août : émission en catalan
– Dimanche 26 août : émission en occitan
– Dimanche 2 septembre : émission en occitan
– Dimanche 9 septembre : émission en catalan

Retrouvez également l’agenda en occitan « De mancar pas »

Toute l’équipe vous souhaite de très bonnes vacances et vous donne rendez-vous dimanche 16 septembre pour le premier numéro de la saison 2012-2013 en occitan.

21 Juin

Vira-Lenga : Chiara Notarangelo

Le fauteuil rouge est allé se poser à Pézénas (Hérault), ville célèbre, pour les séjours de Molière où de nombreux bâtiments témoignent de cette époque. C’est à travers la ville et dans la cour de l’hôtel Alponce que Chira Notarangelo, élève au collège Léon Cordes, nous enchante avec ses blagues d’aujourd’hui, les chansons apprises dans son atelier théâtre et les histoires dont elle se souvient. L’avenir s’annonce riche de mémoire collective; la langue d’oc a de beaux jours devant elle, portée par une jeunesse à l’image enthousiaste.


Vira Lenga – Chiara Notarrangelo par france3midipyrenees

 

RSS