17 Oct

INTERVIEW/ La belle année de Rémi Aubert

UNE INTERVIEW D’AURYAN GUYON
(Collaborateur du Blog Cycliste de France 3 Franche-Comté)

Paris-Tours, et la cinquième étape du tour de Beijing sont venus clôturer la saison cycliste sur route. Le moment pour le Blog Cycliste de faire un bilan avec certains des acteurs marquants de ces derniers mois. Pour commencer, notre collaborateur Auryan Guyon a rencontré Remi AUBERT. Le junior de l’Amicale Cycliste Bisontine, auteur d’une année exceptionnelle et pleine d’expériences.

Remy Aubert (AMCB) sur la coupe des nations juniors 2013

Remy Aubert (AMCB) sur la coupe des nations juniors 2013

Pour Rémi, tout a commencé idéalement cette année, avec une victoire sur la première course de la saison en Franche-Comté : le critérium du printemps, à Nommay. Un succès devant le Néo-Zélandais Scott Ambrose, puis un autre sur sa deuxième course (le contre-la-montre des Boucles de la Seine et Marne) qui démontrait la motivation du garçon à l’aube d’une saison qui le verra intégrer les rangs de l’équipe de France junior. Début mai, c’est encore une belle 6e place et un maillot de meilleur grimpeur sur la renommée Course de la Paix en république Tchèque. Ensuite, on retiendra bien évidemment cette 2e place sur la classique des Alpes, le premier gros objectif de la saison du Doubiste. Une belle récompense après avoir été un des principaux animateurs de la course avec notamment Bonnamour, et Paret-Peintre le futur vainqueur de l’épreuve.
La suite ? Un mois de juin consacré au baccalauréat qu’il obtiendra avec une mention très bien. Auparavant, il n’avait pas oublié de compléter ses révisions par de longues et dures séances d’entraînement avec Matthieu Nadal, son coach au Pôle espoir de Franche-Comté. Des entraînements qui porteront leurs fruits lors du mois de juillet. Une période importante dans le calendrier cycliste junior avec de belles courses comme le GP Patton qu’il dispute avec le maillot de l’équipe nationale. Une course où Rémy Aubert se classe 8e au général et premier français ! Le tour du Valromey et les championnats d’Europe viendront confirmer le talent et la forme du grimpeur de l’Amicale Bisontine avec deux nouveaux top 10 à la clé (une 10e et 9e place).
Le mois d’Août sera un peu plus décevant pour le Franc-Comtois mais sa sélection aux championnats du monde viendra récompenser l’ensemble de sa saison. Une saison qu’il nous raconte en détail pour le Blog Cycliste. Une interview recueillie par notre collaborateur Auryan Guyon.
 
Le blog cycliste : Bonjour Rémi, tu viens de terminer ta deuxième année en junior. Quel bilan tires-tu de cette saison ?

Rémi Aubert : D’une manière générale, l’année 2013 a été une très bonne année pour moi. J’avais plusieurs objectifs.
Tout d’abord, il me fallait confirmer ma première saison de junior qui était correcte. Mais aussi, pourquoi pas, intégrer l’équipe de France sur une course. Je peux maintenant dire que je suis allé au delà de mes espérances, avec 5 sélections dont une pour les mondiaux, une 2ème place à la classique des Alpes. Sans oublier (en dehors du cyclisme) le bac en poche et mon intégration a l’INSA (de Lyon, ndlr).

Rémi Aubert à l'arrivée de la classique des Alpes qu'il termine 2e. (photo U19 racing team)

Rémi Aubert à l’arrivée de la classique des Alpes où il termine 2e/ PHOTO © U19 Racing Team

 
Une saison en cyclisme, c’est long, mais quel a été ton meilleur moment cette année sur le vélo ?

J’ai eu plusieurs grands moments au cours de la saison. Ceux qui me reviennent particulièrement sont les championnats du monde (une expérience fantastique), les championnats d’Europe (un super résultat des Français, une belle course) et bien sûr la classique des Alpes.
Sans oublier, les déplacements avec le club et les nombreux entraînements avec le pôle, qui sont autant de bons moments partagés.
 
Au contraire, quel est, s’il y en a une, ta déception ?

Je retiendrai tout de même quelques échecs sur cette saison, notamment mon championnat de France raté. Mais plus largement mon mois d’août sur lequel j’ai marqué le pas. Ou encore mon abandon sur l’étape en ligne de la 2ème manche du challenge national, sous la pluie à Jugon, qui m’a aussi touché.
 
Grâce à tes bons résultats tout au long de la saison et surtout cette 2e place à la classique des Alpes, tu as eu le privilège de participer à LA course du calendrier cycliste : les championnats du monde. Comment s’est déroulée ta préparation et celle de tes coéquipiers de l’équipe de France ?

Mon approche des mondiaux a été un peu différente de celle de mes coéquipiers juniors en équipe de France.
En effet, ils ont participé à une course par étape en Italie : le Giro de basilicata (gagné par Aurélien Paret-Peintre) sur laquelle il fallait une équipe de 6. Or, nous étions 7. J’ai donc effectué une semaine de cours avant de rejoindre les espoirs en stage le week end précédant les mondiaux. J’ai été très bien accueilli par l’équipe de France espoir et j’ai pu profiter de leur stage jusqu’au mardi, date à laquelle nous avons rejoint les autres en Italie.
Je connaissais déjà mes équipiers, notamment depuis le stage effectué en Bretagne début septembre. De plus, l’ambiance était excellente. Nous formions une équipe, une belle équipe.
 
Ensuite, tu as découvert ce fameux parcours annoncé difficile du côté de Florence, en Italie.

En effet, nous avons reconnu le circuit le jeudi pour le samedi. Comme nous l’avions mis en évidence lors d’études du profil au préalable, la première côte (la côte de Fiesole longue de 4.5 km) était usante mais pas insurmontable. Seuls les 2 derniers kilomètres étaient au dessus de 8% sur une route neuve.
Ensuite, la descente qui suivait (annoncée technique) était en réalité rapide sur du sec, avec seulement 2 ou 3 virages plus serrés. Le point d’orgue du circuit était, selon moi, la bosse courte mais raide (la Via Salviati : 800m à 15% de moyenne, avec le haut à 20%). C’est là que j’éprouvais le plus de difficultés. Le reste était sinueux en ville, avec une dernière bosse de 200m à 3 bornes de l’arrivée. Enfin, la ligne droite finale de 1.5km était impressionnante. C’était donc en somme un beau parcours, mais avec la possibilité de se reprendre entre les côtes. Pour la petite histoire, nous avons pu effectuer un tour dans les roues de l’équipe de belgique élite et parler avec eux. Super expérience!
 
Raconte-nous comment s’est déroulée cette course (remportée par le grand favori : le Néerlandais Mathieu Van der Poel)?

J »ai eu du mal à me plaçer dans le peloton sur la partie en ligne (qui précédait le circuit final à parcourir plusieurs fois), qui était plane et rectiligne. Un gros coup de 16 coureurs est parti dès les 10 premiers km, avec un Français (David Rivière). Quant à moi, j’ai réussi à me replacer après 25km environ, aux alentours de la ville de notre hôtel. C’est là qu’un Polonais a démarré juste devant moi, avec un Tchèque. Je les ai accompagnés, sans rouler pour protéger David. Cela m’a permis d’arriver sur le circuit en bonne position et sans avoir à frotter dans la partie sinueuse au centre de Florence avant d’entamer les boucles.
Une fois repris par le peloton, nous avons fait le premier des 5 tours bien placés. A la fin de celui ci, alors que nous nous apprêtions à rouler (consigne du DS), Élie (Gesbert, le champion de France, ndlr)  est tombé quelques mètres devant moi. On a alors un peu gambergé, on a fait relever ceux qui roulaient en tête.
Mais lorsque l’on est passé devant un de nos DS, il nous a dit de continuer de rouler, nous ne pouvions plus attendre. On a donc sacrifié Élie et tout misé sur Franck (Bonnamour).
Ainsi, avec Aurélien, Axel et Rémy (Paret-Peintre, Journiaux et Rochas), nous avons réduit l’écart entre le peloton et le groupe de tête de 6′ à l’entrée du circuit à 30″. Je me suis garé au bout de 2 tours et demi, puis j’ai fini en roue libre avec Aurélien. On était secs ! Devant, Franck a attaqué mais VDP (le futur vainqueur) attendait son heure…
 
Tu vas faire des cyclo-cross cet hiver ou te concentres-tu déjà sur la prochaine saison sur route ?

Non, je ne ferais pas de cyclo-cross cet hiver, si ce n’est peut être les régionaux pour m’amuser et travailler un peu. Je vais couper dans quelques jours, après 2 semaines tranquilles où j’ai fait quelques courses gentleman. Ensuite, on verra…
 
Justement, comment vois-tu cette première année Espoir qui se profile ?

Je vais commencer en 2ème catégorie, et l’objectif sera de monter en première, si possible en effectuant de belles courses, comme le Tour de Franche-Comté… Je suis conscient que la marche à franchir est importante mais je pense pouvoir y arriver avec l’aide de mon club l’Amicale Bisontine et celle de mon entraîneur Matthieu Nadal. Enfin, c’est une année charnière pour moi, avec mon entrée dans les études supérieures et mon passage au niveau élite. J’espère pouvoir mener ces deux projets à bien, comme je l’ai fait jusqu’ici.

Un grand merci à Rémi pour sa disponibilité et sa gentillesse pour répondre aux questions du blog cycliste de France 3.
Auryans Guyon

Auryan Guyon

 

 

28 Juin

(INTERVIEW) Gilles Da Costa FFC/ Après le titre d’Arthur Vichot

Arthur VICHOT était déjà reparti en Corse pour rejoindre son équipe avant le départ du Tour de France. À peine quelques heures de repos chez lui avant de reprendre la route de la compétition. La plus prestigieuse de toutes ! Où la vie « pas toujours très reposante » d’un grand champion cycliste, même le sourire aux lèvres et des étoiles dans les yeux après avoir accroché le plus beau des maillots à son palmarès.  Un champion de France absent, mais rien qui n’aurait pu empêcher quelques intimes de la famille de rejoindre Colombier-Fontaine dans le Doubs pour causer vélo après un coup pareil ! Des intimes dont Gilles Da Costa, le patron du cyclisme Franc-Comtois qui a fait ses premiers tours de manivelle sur les terres de la famille Vichot d’où l’ancien coureur est originaire.

REPORTAGE ©FRANCE TV / JL GANTNER 2013

Le maillot de champion de France d’Arthur … « On y est pour rien ! » répond objectivement le numéro 2 à la Fédération Française de cyclisme depuis le début de l’année.
« C’est un garçon qui a été formé au CR4C Roanne après avoir débuté le cyclisme de compétition assez tour après avoir d’abord joué au foot. Mais c’est aujourd’hui un modèle pour beaucoup de jeunes de la région. Pour certains : une icône même !…
Gilles Da Costa qui insiste sur un changement très significatif de la culture et des mœurs  d’un sport toujours critiqué comme tout le monde en avait un peu facilement pris l’habitude à la fin ds années 90…
« On est aujourd’hui sur une autre façon d’appréhender le sport de haut niveau. Différente, plus technique, plus professionnelle. En particulier en Franche-Comté avec une nouvelle génération d’entraineurs et un encadrement général qui apportent des garanties en terme de santé et de résultats ».
Gilles Da Costa se dit « confiant dans cette nouvelle génération. Ces jeunes ont des principes, des valeurs. A l’équipe de la FDJ,  fortement composée de Franc-Comtois… C’est tout un nouvel état d’esprit, et qui obtient de beaux résultats au plus haut niveau ».
Pour ce qui est de la réussite presque « impertinente » des cyclistes régionaux ces derniers mois et dans toutes les spécialités (Francis MOUREY, champion de rance de cyclo-cross ; Morgan KNEISKY sur piste ; Léo VINCENT ou Soline LAMBOLEY chez les plus jeunes ; et dorénavant Arthur VICHOT sur la route…)
« Il n’y a pas de hasard », répond l’ami de la famille VICHOT qui n’a jamais véritablement lâché le guidon dans aucune matière dont il a fait sa spécialité. Un coriace des grandes distances et qui ne concède rien dans le sprint final.  » Il y a un travail réalisé dans le région depuis vingt ans qui finit par payer grâce au bénévolat et à beaucoup de motivation dans les clubs, et l’ensemble des structures sportives de la région.
JL Gantner

20 Mai

(VIDEO) TOUR DE FRANCHE-COMTÉ 2013/ Les interwiews à l’arrivée à Ornans

JULIEN GUAY (SOJASUN)
Vainqueur de la 34e édition du Tour de Franche-Comté

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

MATHIEU DELAROZIERES (AVC AIX-EN-PROVENCE)
Vainqueur de la 5e et dernière étape à Ornans

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

JÉRÔME GANNAT (CC ÉTUPES)
Directeur sportif de l’équipe de DN1 Franc-Comtoise

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

19 Mai

(VIDEO) TOUR DE FRANCHE-COMTÉ 2013/ Les Interviews avant la dernière étape

STEPHANE ROSSETTO (BIGMAT AUBERT 93)
Vainqueur du Tour de Franche-Comté 2012

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

JULIEN GUAY (SOJASUN)
Leader du Tour de Franche-Comté depuis l’arrivée de la 4e étape à la Chaux-de-Fond

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

(VIDEO) Des miss bien chaussées sur le Tour cycliste de Franche-Comté

Un peu de douceur… au cœur de la grande bataille sportive !

Où l’on apprend avec le sourire de ces charmantes demoiselles, que « les joueurs » engagés sur le Tour de Franche-Comté sont bien mieux chaussés qu’elles !… JLG

(Une exclusivité internationale du Blog Cycliste de France 3)

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

18 Mai

(VIDEO) Les impressions de Christophe Moreau sur le Tour de Franche-Comté

Christophe MOREAU suit la grande boucle Comtoise 2013 pour le plus grand plaisir des ses nombreux supporters qui l’attendent à chaque étape. Au soir de la 3e journée sur le Tour cycliste de Franche-Comté, l’ancien coureur professionnel Belfortain, aujourd’hui consultant sur Eurosport, livre ses impressions devant la caméra de France 3. JLG

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

(VIDEO) TOUR DE FRANCHE-COMTÉ 2013/ Les Interviews de la 3e journée

ADAM YATES (CC ÉTUPES)
Vainqueur de la 3e étape (Besançon -Nozeroy, Jura)

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

FLAVIAN DASSONVILLE (BIGMAT AUBER 93)
Vainqueur de la 4e étape (Jougne – La-Chaux-de-Fond en Suisse)

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros)

16 Mai

(VIDEO) TOUR DE FRANCHE-COMTÉ 2013/ Les Interviews de la première journée

Stéphane ROSSETTO avait remporté l’épreuve en 2012 sous les couleurs du club de Nogent-Sur-Oise. Le coureur reprenait le départ du 34e Tour de Franche-Comté ce jeudi 16 mai 2013, cette fois avec un maillot de la Bigmat-Auber 93, et toujours aussi motivé.

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros, Xavier Beisser)

Philip Lavery, Le coureur irlandais de l’Amicale Cycliste Bisontine s’est montré le plus tactique et le plus costaud pour remporter une belle victoire à l’issue de la première étape de cette 34e édition du Tour de Franche-Comté. L’Amicale Cycliste Bisontine, qui aura la lourde tache de défendre le premier maillot jaune de l’épreuve au départ de Jussey ce vendredi 17 mai 2013.

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros, Xavier Beisser)

Une belle victoire et forcément un président des Bisontins à la fête sur la ligne d’arrivée de Faucogney-Et-La-Mer. L’émotion de Pascal Orlandi sous le podium lors de la cérémonie des récompenses.

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros, Xavier Beisser)

Des Franc-Comtois bien dans leur course pour cette première manche d’un peu plus de 160 km jugée « difficile » dans toutes les formations. Comme pour les hommes du CC Étupes dont on a vu le maillot aux avant-postes tout au long du parcours après leur retour du Tour de Bretagne il y a quelques jours seulement. Thomas BOUTEILLE (maillot vert à Faucogney-Et-La-Mer) raconte sa course pendant que son Directeur sportif Jérôme GANNAT fait le point au soir de cette première journée. JLG

REPORTAGE © FRANCE TV 2013
(JL Gantner, Jean-Marie Baverel, Eric Debief, Thomas Hardy, Arsène Perros, Xavier Beisser)