08 Fév

National Geographic voyage en Occitanie

Le journaliste anglais Ben Lerwill était en octobre dernier dans la nouvelle région Occitanie. Le magazine américain National Geographic dans sa version traveller lui avait demandé un article assez conséquent sur l’Occitanie, ses traditions, le caractère de la région, ses habitants, comment celle-ci a évolué dans l’histoire, ses atouts, ses aspects touristiques… L’article vient de paraître. Il parle de « The accidental rebirth of Occitania », la renaissance accidentelle de l’Occitanie.

The art of paratge

Ben Lerwill connaît assez bien la France et encore mieux le territoire que constitue aujourd’hui la région Occitanie. Dans un style assez alerte, souvent poétique il a donc écrit un long article sur ce nom, resurgit de l’histoire. Très pédagogique, assez descriptif et documenté pour un lectorat en attente de lieux à découvrir, le journaliste anglais a une vision originale, à la fois détachée et imprégnée. Son séjour commence au Cirque de Navacelles, puis Montpellier, Carcassonne, Cordes, Toulouse.Au fil des rencontres, il pose les jalons de ce qu’il sait de l’Occitanie et ce qu’il en perçoit.

For most of that time, the everyday language spoken by its inhabitants has been not French, but the Romance tongue of Occitan. Still spoken today, albeit on a much smaller scale, it was being used at its height by some 12 million people. Describe it as a patois at your peril.

Il sait donc que « parler de patois, c’est à votre péril » ! Pour lui, l’Occitanie c’est l’art du paratge, le respect des autres, la courtoisie envers les étrangers. C’est ce que lui explique Bruno. L’article ne préécise pas quel Bruno, mais sans doute Cécillon… :  “Historically, Occitania always welcomed outsiders — Jews, Muslims, Cathars, everybody,” he explains. “This is key to understanding the history of Montpellier and Occitania.”

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Sous prétexte de découverte de territoires, l’article évoque ces deux Occitanie; l’une étant une région administrative, l’autre la grande Occitanie historique. Pour conclure :

Today, there are effectively two Occitanias. One is the newly minted administrative region, the other is the historical land stretching from the Atlantic to the Mediterranean. The challenge, perhaps, for its custodians is to ensure that the traditional culture — paratge and all — is as relevant to one as it is to the other.

Le défi serait donc de faire en sorte que la culture traditionnelle (dont le paratge) soit aussi pertinent pour l’une que pour l’autre.

Catars and trobadors

Souvent bien documenté, le journaliste évoque d’autres aspect de la culture et de l’histoire. L’albigeois et la croisade, Carcassonne et ses calandretas, Henri de Toulouse-Lautrec qu’on appelait « lo polit »… La convivialité d’un verre de vin partagé à coups de « santat » ! Puis il y a cette rencontre avec Daniel Loddo « playing a folk instrument that is, to all intents and purposes, a goat. The animal’s skin, still bearing four legs, is the central component of a bagpipe-like contraption known as a craba. The sound it produces — all things considered — is surprisingly tuneful, and the notes eddy merrily around the small room in which we’re standing. » Ben parle alors de la musique, partie fondamentale de la culture occitane, des troubadours qui ont contribué à sa diffusion, son essor. « Their modern Occitan descendants, however, are far harder to classify, covering every genre from metal and punk to folk and rap. » 

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Au final, un article très plaisant à lire, avec une vision à la fois poétique et historique du territoire. Avec cette conclusion : « Maybe that’s the thing: when you travel through this handsome, hardy region, Occitan culture is often right in front of you — you just need to look for it. »

http://www.natgeotraveller.co.uk/destinations/europe/france/accidental-rebirth-occitania/

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2016/11/04/national-geographic-sinteresse-a-loccitanie.html

Lo Benaset @Benoit1Roux

11 Jan

Brunò Peiràs, l’engenhós poèta

Brunò Peiràs s’amerita d’èsser conegut. Una mena de sage que fa tira camin dins l’escritura e tanben dins çò que tòca lo mitant agricòl. L’ingeniaire agricòl sap cultivar son òrt sicrèt dins una pluma alèrta e poetica. Ven de sortir un libre en doas partidas : una ambe de letras a un amic musulman, l’autra ambe de novèlas sus l’òme davant la mòrt (google death). Al seu biais, sens far l’especialista, sens cercar una tòca precisa, mas ambe de causas que pòrtan sens.

Brunò Peiràs Fòto : France 3

Brunò Peiràs
Fòto : France 3

Letras a un amic musulman

Brunò Peiràs dich Josèp est sortit de Quilhan dins Aude. La lenga, l’a entenduda e popada a l’ostal ambe sonses grands qu’avián aprés lo francés a l’escòla. Sonses parents qu’èran regents l’avián perduda… Una joventut a Carcassonna, lo rescontre amb un autre poèta (Claudi Marti), d’estudis a Tolosa e Montpelhièr per venir ingeniaire agricòl. Un crestian qu’escriu duèi de letras a un amic musulman.  » La genèsi torna montar a 30 ans. Rescontrèri en Mauritania un gojat pus vièlh que ieu, Senegalés, un musulman. » Un afar d’amistat prigond e de rescontres regulars. « Aguèri l’nveja d’escriure quicòm amb el, escambiar amb el, a travèrs de l’escritura. Comencèri a escriure una letra mas me respondèt pas. » Cal dire que son amic es un òme plan ocupat a se mainar d’una ONG. Alèra, escriuguèt 11 letras d’un còp. Coma aviá legida la Bible en òc de Joan Larzac, li demandèt de far quicòm. Larzac respondèt. « Per el, fasiá pas brica una separacion entre l’islam e la religion crestiana. Explicava qu’el tanben aviá un amic musulman, amb una relacion d’amistat prigonda el tanben. »

Una mena de convergéncia entr’eles per dire que cal despassar cada religion e tornar als fondaments : l’amor universal. Lo libre es donc pas l’afar d’un especialista.

« Per ieu l’islam es la fraternitat, l’amistat, lo respècte, la patz, la generositat. Pas brica çò qu’òm ausís duèi. Los musulmans son victimas dels islamistas. »

E Brunò sap de que parla. Mai d’un còp anèt al Senegal, legiguèt lo Coran. Quand Aurelien de Chayre anèt aval dins l’encastre de sonses estudis (un autre libre publicat per l’IEO), Brunò l’aconselhèt. « Soi pas musulman, mai los ai costejats pendent longtemps. Per ièu, l’islam pòt èsser una força de vida. I a de ligams prigonds entre islam, amistat e crestianisme. » La primièira part de son libre es donc una òda a l’amistat.

Bruno Peyras par france3midipyrenees S. Tijani J. Levé M. Blasco C. Lacroix MP Fournier

Un poèta manjaire de mots

Dins la segonda part del libre, li se pòt trapar de novèlas ligadas mai que mai a la mòrt. mas mèfi : l’òme es prigond mas pas un piss-freg tristonàs. Li tipe s’amusa. Coma dins los Contes de l’Òme pichon, totjorn a l’IEO colleccion Vendémias. La lenga es richa, jucosa, plena d’èime e d’umor. Totjorn ligat al monde agricòl, son escritura es totjorn emplenada d’imor, jamai la sorga non tarís… Es pas la primièr còp que liga lo mond informatic, l’economia, la poesia. Son òbra revèrta l’òme : plasenta, alèrta, dubèrta, pintoresca, viva, que se noirís cada jorn a la la font dels mots.

Dins un monde mai negre cada jorn, que cèrca a desseparar, a negar las diferéncias, legir de Brunò Peiràs te fa un ben tarrible !

Lo Benaset @Benoit1Roux

 

23 Déc

Temps de Nadal : Un secret de Moissac

Si vous êtes passés par l’abbatiale de Moissac cette semaine, un soir entre 18H et 20H, vous aurez sans doute remarqué des projections et entendu la langue occitane. « Un secret de Moissac » est un conte bilingue imaginé par les enfants de l’école Louis Gardes et illustré par d’autes enfants d’autres écoles de la ville. C’est Laurent Villanova qui assure la mise en scène de ce Son et Lumière assez original.

Tout est parti de l’idée d’un son et lumières sur l’abbatiale. Et pourquoi pas en occitan… histoire de promouvoir le patrimoine matériel et immatériel. Moissac a la particularité de compter 2 écoles bilingues depuis la rentrée; c’est la plus ancienne (Louis Gardes) qui est sollicitée pour écrire un conte. Les enfants auront un mois pour le faire… Sabine Augé -l’élue qui qui a lancé ce projet- se dit alors que d’autres classes pourraient y participer pour les illustrations.

Ils reçoivent 360 dessins pour le conte et sur les monuments historiques de la ville ! 40 sont sélectionnés pour rentrer dans le conte, lui même traduit en français pour un accés tous publics. Des élèves ont participé à un chant de Noël, l’école de musique a également contribué… Ca s’appelle un projet participatif.

Côté technique, la projection a été confié à Laurent Villanova, un professeur de technologie gascon exilé à Paris qui a monté la société « còps de pè ». Il a retravaillé les dessins, fait des animations et assure donc la mise en image sur l’église. Il assure la partie « Rencontres de façades » qui mélange des images et des éléments du patrimoine de Moissac. Sébastien Stinville de la société Éclairage Technique International de Toulouse a ralisé la conception lumière. Une tache pas vraiment facile tant il est vrai que, la façade n’étant pas lisse, on a du mal à distinguer les images et tout le travail de création. Mais l’idée est originale et le graphisme plutôt réussi.

 

On suit donc les pérégrinations du Père Noël et sa Mère Noël fruit de l’imagination plutôt fertile des enfants. Plutôt distrait le bonhomme en rouge. A perdre son bonnet, ses cadeaux… Heureusement -tradition de noël oblige- les bêtes parlent et viennent au secours du bienfaiteur. Il finit par atterrir à Moissac, fait son petit marché incognito…

Pas de panique, tout sera prêt pour la nuit de demain. Ce soir, ce sera la dernière projection sur l’abbatiale mais un livre bilingue sortira en janvier pour témoigner de cette belle expérience.

Lo Benaset @Benoit1Roux


Un secret de Moissac par france3midipyrenees
B. Roux O. Denoun M. Blasco S. Le Béon J. Eon MP. Fournier

22 Sep

Joan-Pau Becvòrt, un artista pel festenal d’Occitània

En 2000, Joan-Pau Becvòrt aguèt l’idèia de lançar un festenal occitan a Tolosa e dins las vilas a l’entorn ambe l’Institut d’Estudis Occitans. Sens cap de mejans mas amb una soscadissa darrer lo cap. Aquest’an, ne sèm a la 17ena edicion, 63 datas, 21 comunas que participan. Joan-Pau Becvort mena lo festenal non pas solet, mas i trabalha tota l’annada… E darrèr la manifestacion, i a un artista e quauqu’un que sosca al devenir de la lenga e de la cultura occitanas.

Jean-Paul Becvort Photo : France 3

Jean-Paul Becvort
Photo : France 3

Joan-Pau Becvòrt artista

La flabuta per començar, puèi la guitarra, estudis sus las armonias, las compausicions, lo director del festenal Occitània a un percors artistic pron ric. Toquèt amb un crane guitarrista sudamerican, l’argentin Jorge Cardoso, encontret Javier Hinojosa, especialista de musicas ancianas, trabalhèt l’armonia amb Monic Ceconi-Botella, frequentèt l’IRCAM e joguèt las òbras de Maurice Ohana. Tant de noms que parlan als especialistas, mas sustot que fan que duèi, lo Joan-Pau a un nivèl a la guitarra fòrça interessant. Faguèt de scènas tanben, quitament amb lo Duo Marcabrú que menèt amb sa companha. Solide qu’aquò dona una legitimitat al moment de far una programacion.

La musica qu’escota

Jovenòt, sus sas platinas i aguèt los Pink Floyd, Brel, Brassens,Frank Zappa,  Ferré, Barbara, Mercedes Sosa, Magma amb Christian Vander, Pierre Boulez o Karlheinz Stockhausen, … Bravament de musica de la Renaissença, de musica classica…Bach per la musica tonala, Monteverdi pel modal. E l’occitan me diretz?  Tròba Moussu T excellent « se vei qu’a legit los trobadors ». Tanben lo 33T de Sicre e Loddo « Batèstas e cantariás », los Fabulous Troubadors. « I a d’intelligéncia amb Sicre qu’a una pensada abotida dens la compreneson del folclòr coma ligam social e non pas coma objècte de performància. » Cita tanben Laurent Cavalié que « sap revisitar lo passat ».

france3midipyrenees Reportage B. Roux JP Duntze M. Blasco K. Glöck MP Duvivier

Sus las piadas de Castan e Lafont

Los parents de Joan-Pau vivián e trabalhavan a Paris mas anava de temps a d’autre a la campanha, en Chalòssa chas la mameta. L’equilibri vila-campanha. A Paris, encontra Fèliç-Marcèl Castan ambe Sèrgi Labatut qu’es duèi lo president de l’IEO de Tarn. « M’a noirit, ai legit sonses libres e aguèri l’astre d’anar cad’an a la Mòstra del Larzac e d’escambiar amb el…  Considèri coma pertinenta l’idèia coma que la respelida passe notablament per las vilas. » Autre personatge que lo marquèt, Robèrt Lafont. Trabalhèt amb el sus l’Euròcongrès dins las annadas 2000. « L’un es complementari amb l’autre ».

Cal pensar global. Occitània es un aventura, una presa de risc e me soi pres al jòc

Se pòt dire que las pensadas de Castan e tanben un pauc de Lafont se tòrnan trobar dins lo festenal Occitània. Lo fait que siague un festenal per totes, dins totas las arts, mutualizat ambe de partenaris, sus mai d’una vila… « A la debuta, bravament de personas me diguèron que l’afar marchariá pas, quasi totes fòra de Castan e tanben Christian Grenet que se mainava de la sala de La Mounède de Tolosa. 17 ans pus tard, l’afar contunha. Aquò vòl dire que los concèptes son validats! ».

Lo festenal se debana duscas al 4 de novembre. Podètz anar fintar los nòstres « còps de còr » e tanben tota la programacion.

Lo Benaset @Benoit1Roux

21 Juin

Las doas còlas d’Occitània qualificadas per la seguida

L’Europeada podiá pas començar melhor per Occitània. Las femnas de Sylvain Blaise e los òmes de Didier Amiel son qualificats per la seguida del tornèg.

AOF 3

Las jogairas primièras de pola e qualificadas per las mièchas finalas

Contra l’equipa organisatritz de Sud-Tiròl, las jogairas èran menadas a la pausa. Mas mercés a dos buts de Solène Barbance e Rose Lavaud se ganhèron la partida 2-1. Encontraràn las jogairas de Ladins dijòus a 11 oras.

 

Los òmes en quart e primièr tanben

En fin de vèspre, los òmes d’Occitània faguèron pas melhor que 1 pertot contra los Daneses d’Alemanha mercés a un but de Pierre Barremaecker. Cò que los empacha pas d’acabar tanben al pus naut del grop D ambe 7 punts. Lo tiratge per las quart se farà deman a 10o30.

Deman seà donc un repaus plan mertitat per profitar de l’aire e dels paisatges de la montanha.

Lo Benaset

13434778_255374381497975_3810071937900752035_n

Du soutien pour le nom Occitanie

Hier matin, représentants du monde catalan et acteurs occitans étaient ensemble pour une conférence de presse a l’Ostal d’Occitània. Histoire de montrer que Catalans et Occitans pouvaient faire cause commune sur le nom de la Région. Un peu plus tard, un communiqué est intervenu avec une cinquantaine de personnalités et chefs d’entreprises qui s’engagent pour Occitanie

Une cinquantaine de chefs d’entreprise disent OUI à l’Occitanie pour la région LRMP

En réponse à Jean-Louis Chauzy et le bureau du CESER qui ne veulent pas de cette dénomination, mais aussi d’un milieu économique censé ne pas se reconnaître dans Occitanie, le collectif « J’ai choisi Occitanie » à fait part de la liste contenant plusieurs dizaines de noms de chefs d’entreprise favorables à OCCITANIE.

Liste (non définitive) des chefs d’entreprise favorables au nom “Occitanie” pour notre région:

  1. René BOUSCATEL, Président du stade Toulousain.
  2. Gerard GELIS, Président de la briqueterie GELIS (Colomiers).
  3. Georges DULAC, Président de Dulac et Nozieres (Tôlerie industrielle Cornebarieu).
  4. Claude ZANINI, membre de l’équipe dirigeante du labos PIERRE FABRE (Castres).
  5. Jean-Louis PECH, Président du directoire du groupe ACTIA (Toulouse).
  6. François CANTIER, Président fondateur d’Avocats sans frontières, fondateur de l’Ecole Internationale des Droits de l’Homme.
  7. Alain GARCIA, ancien Directeur Technique d’Airbus Group, vice-Président de l’Académie de l’Air et de l’Espace (Toulouse).
  8. Aymeric BARTHÈS et Gaétant SÈVERAC, Président et Directeur Général de Naio Technologie (start up en robotique Ramonville).
  9. Jean-Luc PETIT, gérant de l’entreprise de sonorisation et éclérage “AUDIO LUM” (Dremil Lafage).
  10. Alain PEYROUTON, gérant des chocolateries Dardenne (Luchon).
  11. Gilbert MÉRIC-AVONDO, Président du syndicat national des industriels forains (Toulouse – Paris).
  12. Nicolas MORVILLIERS, dirigeant d ucabinet d’avocat international “Morvilliers & Sentenac” (Toulouse et Bordeaux).
  13. Jacques RAINBAULT, ancien Président du Tribunal de Commerce de Toulouse.
  14. Nicolas JOEL, ancien directeur du Capitole de Toulouse et de l’Opéra de Paris.
  15. Jean Claude CAYLA, sous-traitant dans le domaine de l’aviation, PDG de “PIEM industrie peinture” (Toulouse).
  16. Julien ROUMAGNAC, délégué de l’Union des Metiers de l’Industrie Hôtelière de Haute Garonne (Toulouse).
  17. Patrick COMBEAU, Président de la société d’éxpertise immobilière “ EFIDIAG” (Toulouse).
  18. Jean Bernard VALADE, Président de l’institut Français du Réméré (Carbonne).
  19. Nicolas ROUMAGNAC, gérant du domaine de Roumagnac vins de Froton (Villematier).
  20. Michel SANTALUCCIA, Sous-traitant Airbus, Président de SA CEE (Grisoles).
  21. Benoit GAUDE, PDG de “PAPREC Midi Pyrénées”.
  22. Didier ROSSI, équipe dirigeante de “LOGIDIS COMPTOIR MODERNE”, logistique.
  23. Eric SALABERT, gérant de CARREFOUR PROXIMITE.
  24. Jean-Nicolas PIOTROWSKI, gérant de  “I TRUST”.
  25. Rédha LAHIANI, gérant de SUD GRAPHIE.
  26. Régis MICHEL, gérant du Groupe SPE.
  27. Frédéric LEBRUN, gérant de “UUDS AERO”.
  28. Frédéric MACIA, gérant de la société “LAGON VERT”.
  29. Michel DELPECH, Président du groupe immobilier “DEMEURES D’OCCITANIE”.
  30. Antoine VIEU, dirigeant de la société de transport “TRANSPORT VIEU”.
  31. Michel DE VOITIN, président de la société “AMDS”.
  32. Didier CAUSSANEL, membre de l’équipe dirigeante “MINCO CORPORATE”. 
  33. Jean BRODU,  dirigeant de la société “AVIFRANCE”.
  34. Gaëlle BARRE, dirigeante de la société “SEDB”.
  35. Eric VIALAS-JAUSSELY, dirigeant de “PORTES A SECTIONS”.
  36. Marc LABARBE, Commissaire-priseur.
  37. Hervé JOUVE,  Président du groupe “LAF CONSULTING RESEAX PHARMACIE ET OPTIQUE”. 
  38. Michel RIVIÈRE, président du groupe “RIVIERE MAISON DU CASSOULET”.
  39. Remi POPOFF, directeur général de l’entreprise “Jedo Technologies”.
  40. Cédric CABANES, Président “Agro Nutrition”.
  41. Jean Noel BOUSQUET, gérant du domaine “chateau Grand Moulin”.
  42. Jerome TOCANNE, PDG de la société “DECIVISION”.
  43. Gilles BOURGUIGNON, PDG de la société “Le Fournil de Gilles”.
  44. Joël CASTANY, Président de la Coopérative “Cap Leucate”.
  45. Jean CAIZERGUES, Président de la Chambre de Commerce Carcassonne-Limoux-Castelnaudary.
  46. Christophe BARBIER, Dirigeant de la Coopérative “La Belle Aude”.
  47. Philippe LACUBE, Eleveur- Restaurateur en Ariége.
  48. Laurent SPANGHERO, PDG de la société “Nutrinat”.
  49. Frantz VENES, propriétaire du domaine “Château Massamier la Mignarde” (Lauréat du « London Wine « ).
  50. Yannick SÉGUIER, Directeur de la Société “Histoires en Spectacles”.
  51. Michel NOZERAN, Directeur de la société “Initial Project”.
  52. Michel CANO, Directeur de la société “Global Développement”.
  53. Jean-François BRACHOTTE,  PDG du groupe “MAPAERO” (Pamiers).
  54. Conférence de presse à l'Ostal d'Occitània

    Conférence de presse à l’Ostal d’Occitània

Catalans et Occitans se mettent d’accord

Réunis à l’Ostal d’Occitània de Toulouse les Catalans Pere MANZANARES (Président de Radio Arrels et porte-parole du collectif SEM regroupement de plusieurs associations culturelles et partis politiques de Catalogne-Nord) Brice LAFONTAINE, président du parti politique Unitat Catalana et adjoint au maire de Perpignan (Perpignan), Enric Vilanova, Président d’Esquerra Republicana Catalogne Nord, Jaume ROURE, fondateur du parti politique Unitat Catalana et les Occitans Jean-François LAFFONT, Président de Convergéncia Occitana, fédération de 85 associations culturelles occitanes (Toulouse), Jacky GRAU, Mouvement Pais Nòstre et un représentant du mouvement calandretas (écoles immersives en occitan). Malgré des divergences avant le résultat de la consultation « l’ensemble des participants s’accorde à dire que si la Région est nommée Occitanie le 24 juin prochain, ce qui serait logique au regard des résultats de la consultation, il est toutefois impensable que le pays catalan soit oublié et ne puisse obtenir des avancées significatives dans la prise en considération de la « catalanité » au sein de la nouvelle région, nous serons donc auprès d’eux pour appuyer leurs demandes ! » Un communiqué commun qui augure d’un travail commun jusqu’au 24 juin, vote du nom en Assemblée Plénière.

Lo Benaset

17 Juin

Occitanie devenue incontournable pour LRMP

On peut la tourner dans tous les sens, la victoire du terme Occitanie est nette et sans bavure. Avec 45% des suffrages, elle ne souffre aucune contestation. Si c’était pour ne pas en tenir compte, il ne fallait pas faire une consultation. On peut aussi la relativiser par rapport au nombre de participants, mais c’est le cas pour toute élection, et tous les sondages allaient aussi dans la même direction. Occitanie est devenue incontournable. C’est ce que semble avoir compris les dirigeants de la Région. Alors que ce nom divise au sein de sa propre majorité, Carole Delga semble avoir tranché.

La position est la suivante : les élus régionaux doivent tenir compte -et c’est indispensable- du vote des citoyens qui met en numéro 1 Occitanie.


Occitanie : réaction de Carole Delga présidente PS de la région

« Il faut voter pour un nom fédérateur »  –  S. Ratinaud/F.Jobard

Lors de sa conférence de presse, la présidente a mis l’accent sur un nom qui doit fédérer et non diviser. Susceptible de diviser : un certain milieu économique et touristique (mais pas dans son entier) et les Catalans un peu déçus aux entournures avec Occitanie-Pays Catalan qui arrive seulement 4ème. La semaine prochaine sera donc consacrée au dialogue avec les élus, les acteurs économiques et touristiques pour trouver un compromis et expliquer le choix. Mais comme l’a écrit ce matin Laurent Dubois sur le blog Politique : « Occitanie c’est validé, Carole Delga s’occupe des Catalans ».  Et elle aura avec elle son meilleur ambassadeur : Gérard Onesta qui les as toujours suivis, lui qui a proposé le nom Occitanie-Pays Catalan


Occitanie : réaction de Gérard Onesta EELV

« Occitanie oui mais il faut trouver une place pour les catalans »  –  S.Ratinaud/F.Jobard

Les Catalans ne font pas du nom de la région une priorité mais seraient sensibles à ce que la région les soutienne pour que leur département des Pyrénées-Orientales s’appelle « Pays Catalan ». D’autre part la région proposerait de nommer l’Euro-Région « Occitanie-Catalogne » avec le siège à Perpignan; plus d’autres mesures en termes de signalétique. Discussions il y aura donc et pas exclusivement avec les Catalans, mais visiblement pas de changement. La présidente aurait tranché : pas question de remettre le choix des électeurs pour cette première consultation et alors que d’autres se profilent.

On ne prendra pas un nom arrivé 3 ou 4ème… Ni autre chose que les 5 noms soumis à la consultation.

Toujours Carole Delga hier lors de la conférence. On se destine donc -sauf retournement d’ici le 24 juin- vers Occitanie avec une dénomination en sous-titre, comme cela s’est fait pour les nouvelles régions « Hauts de France » et « Grand-Est ». Pourquoi pas « Languedoc-Pyrénées » en sous-titre. Pourquoi pas avec « Méditerranée » en plus, pour fédérer.

Une réunion des présidents de groupes pourrait entériner la chose lundi matin. Avec un certain courage et pas toujours suivie par sa garde rapprochée, Carole Delga peut désormais rentrer dans l’histoire en devenant la première présidente d’Occitanie.

Lo Benaset

Carole Delga à hôtel de Région de Montpellier pour le résultat de la consultation citoyenne sur le nom de la nouvelle région le 16 juin 2016 © France 3 LR

© France 3 LR Carole Delga à hôtel de Région de Montpellier pour le résultat de la consultation citoyenne sur le nom de la nouvelle région le 16 juin 2016

10 Juin

Consultation sur le nom de la région : démocratie confisquée ?

« Et il faudra veiller que cette démocratie ne soit pas confisquée. »

C’était la conclusion de l’article « Je choisis Occitanie » sur le blog occitan en date du 8 juin. Il semblerait que tout ceci se confirme. La Région avait pourtant fait mieux et plus démocratique que les autres. Une consultation large, innovante, citoyenne, contrôlée, techniquement inattaquable, devant aboutir sur un résultat fiable. Pas un simple sondage où l’on clique plusieurs fois, juridiquement pas un vote, mais une vraie consultation citoyenne validée. Seulement voilà, la fiabilité et la démocratie semblent s’arrêter là : sur la consultation mais pas forcement sur le résultat !

En hauts-lieux la Région ne veut pas du nom « Occitanie »

Très clairement, le choix est déjà fait à la tête de la Région : c’est « Languedoc-Pyrénées ». Certains ne s’en cachent pas dans les couloirs du Conseil Régional, encore très récemment. Alors quand des fuites laissent entendre (Info ou Intox?) qu’ Occitanie est en tête, les choses se crispent un peu. Sur le blog politique de France 3, Laurent Blondiau -le Directeur de Cabinet de Carole Delga- croit bon de se justifier. Il précise qu’il n’a « évidemment pas accès aux résultats mais je connais les chiffres de la participation… » La transparence n’est décidément pas de mise. Il aura fallu les révélations de France 3 et l’intervention d’un membre du Comité du Nom pour que la Région dise enfin qu’il y aura un huissier ce soir à Toulouse vers minuit pour la clôture des votes électroniques et un autre mercredi 15 juin pour le vote papier. De manière étrange, rien ne semblait prévu. Pas de quoi être rassuré sur la suite du processus.

Un vote sérieux et encadré de plus de 200 000 citoyens finalement occulté ?

La consultation est large (sans doute plus de 200 000 participants), exemplaire, elle a un coût non négligeable, et elle ne serait pas plus décisive que l’avis du CESER ou la consultation menée auprès des maires et des lycéens ? Alors pourquoi se donner autant de mal si c’est pour traiter cette consultation comme un simple sondage ? C’est en tous cas la réponse que fait Laurent Blondiau au blog politique : « la consultation est là pour éclairer l’exécutif. Elle vient compléter les autres consultations. Celle du CESER (ndlr Conseil Economique, Social et Environnemental), des maires. L’ordre d’arrivée de la consultation populaire ne sera pas forcément celui des élus régionaux ». Ah, bon, il y aurait eu d’autres consultations ? Lesquelles? Pour le CESER, c’était un avis formulé par le bureau; concernant les maires et autres propositions institutionnelles ou consulaires, la région a reçu environ 200 réponses, avant que le Comité du Nom ne se prononce… On ne peut pas mettre sur un même plan d’égalité la consultation et le reste. Selon Gérard Onesta, président du Bureau de l’Assemblée, cette improbable synthèse « n’a jamais été présentée et encore moins décidée ainsi (il suffit de réécouter les débats de Plénière et de relire les textes qui lui ont été soumis)… » 

On a quand même l’impression que tout est bon pour écarter tout nom choisi par la population qui ne serait pas celui des dirigeants de l’assemblée régionale. Surtout si c’est « Occitanie » !

24 juin : résultat de la consultation et vote des 158 conseillers régionaux

Les votes seront clos ce soir à minuit pour la partie électronique et le cachet de la poste fera foi pour les votes papiers qui continueront d’arriver en début de semaine prochaine. Il y aurait plus de 158 000 votes électroniques et environ 43 000 votes papiers. Mais il semblerait que les résultats ne seront pas rendus public avant le vote en assemblée plénière. Toujours la transparence. Les élus en auront la primeur et donc l’exclusivité. Toujours la transparence.

Une consultation, aussi sérieuse soit-elle, n’a pas force de vote. Mais elle engage, inversement de l’écart qu’il y aurait entre le premier nom et les suivants : plus l’écart est faible, plus grande est la liberté des conseillers régionaux. Si un nom se détache très clairement, la marge de manœuvre sera très étroite. Les 158 conseillers régionaux prendraient-ils alors le risque de confisquer la démocratie et jeter ainsi un peu plus de discrédit sur la politique et les politiques. Ils feraient ainsi le jeu d’un populisme très ambiant et nauséabond qui veut que les élites dirigeantes se sont détournées du peuple. Un très mauvais signal pour un début de mandature…

Lo Benaset

 

14 Mai

Festenal Occitano-Pradettes

Vendredi 20 et samedi 21 mai, le quartier des Pradettes de Toulouse va vivre à l’heure occitane. À l’initiative du Collectif des Associations des Pradettes et de l’association occitane Los Pradelons, ce tout nouveau festival veut mettre l’occitan à l’honneur mais aussi le vivre ensemble dans ce quartier à la grande mixité.

Au programme : du théâtre le vendredi soir avec la compagnie de théâtre amateur occitan « Lo Teatre del Platanièr ».
De nombreuses festivités sont prévues le samedi 21 mai à partir de 12h30 sur la place des Pradettes avec l’inauguration du festival en présence des deux parrains : Christophe Alvès, maire du quartier des Pradettes et Alem Sure Garcia. Une inauguration suivie d’un apéritif musical et d’un repas partagé. L’après-midi, Georges Labouysse animera une conférence sur l’histoire de Toulouse. Ensuite, danses traditionnelles et chants polyphoniques feront vibrer la place des Pradettes. Un festival qui se terminera en beauté avec le groupe Du Bartàs.

Une équipe de l’Edicion occitana a suivi pendant toute une journée les bénévoles qui se boulèguent pour mettre sur pied ce nouveau festival.


Occitano-Pradettes

Reportage de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Michel Blasco. Montage de Charlotte Willocq.

Cossí votar pel nom de la Region

La consultation citoyenne pour le nom de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a commencé lundi 9 mai.

L’engouement est tel que les serveurs ont saturé les premiers jours. Samedi, ils étaient plus de 49 640 à s’être prononcés pour Occitanie, Occitanie-Pays Catalan, Languedoc, Languedoc-Pyrénées ou Pyrénées-Méditerranée avec la possibilité de voter sur internet ou par coupon de presse.

L’Edicion occitana vous explique comment tout cela fonctionne.

 

Comment voter pour le nom de la région

Reportage de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Michel Blasco. Montage de Charlotte Willocq.