12 Nov

L’Office Public pour la Langue Occitane est en place

Ce matin, l’Assemblée Générale et le Conseil d’Administration constitutifs de l’OPLO se sont tenus à l’ancien Rectorat de Toulouse. Après plusieurs années de gestation douloureuse allant jusqu’à la grève de la faim de son désormais président David Grosclaude, cet organisme interrégional de promotion de l’occitan va pouvoir remplir sa mission : établir une politique linguistique commune. Une mutualisation des moyens rendue nécessaire par un contexte budgétaire difficile pour les collectivités territoriales.

Le cadre

C’est donc la rectrice (Hélène Bernard) et le directeur régional des affaires culturelles de Midi-Pyrénées (Laurent Roturier) qui ont accueilli et installé l’OPLO à Toulouse. Un premier conseil d’administration en présence de plusieurs élus qui participeront à cet office : David Grosclaude, Benoît Secrestat et Sylvie Salabert pour l’Aquitaine, Guilhèm Latrubesse, Dominique Salomon et Michel Pérez pour Midi-Pyrénées. Car pour l’instant, seules ces 2 régions font partie de l’OPLO. Mais avec la réforme territoriale, la région Languedoc-Roussillon va y entrer avec Midi-Pyrénées et le Limousin avec l’Aquitaine. Rhône-Alpes qui en avait fait la demande, pourrait en faire de même avec l’Auvergne qui a voté à l’unanimité une résolution pour en faire partie. La région Provence aurait fait connaître son intérêt.

L'assemblée constitutive de l'OPLO. Photo : Sirine Tijani

L’assemblée constitutive de l’OPLO.
Photo : Sirine Tijani

Ce type d’organisme existe en Alsace (structure privée), mais aussi pour le breton et pour le basque. C’est d’ailleurs le modèle juridique basque (Groupement d’Intérêt Public) qui a été choisi. Outre le président (David Grosclaude), un poste de directeur sera mis en consultation ainsi qu’un poste de chargé de mission et un poste administratif. L’Etat participe à l’OPLO et aura donc un représentant du ministère de l’Éducation nationale, un autre de celui de la Culture ainsi que le directeur régional de la DRAC de Toulouse. Il participera à hauteur de 15 000 € pour 2016 + la prise en charge d’un poste. Le siège provisoire est à l’hôtel de région de Midi-Pyrénées.

L’objet

Ce GIP a pour priorité des priorités l’augmentation des locuteurs. Donc de travailler sur une politique linguistique commune qui permette une transmission plus grande, en milieu scolaire, mais aussi au sein des familles et pour un public adulte. « Le premier travail en 2016 sera d’organiser l’équipe derrière son directeur, et de prendre contact avec les collectivités, communautés de communes, d’agglomération ou métropole pour tout ce qui concernera la politique linguistique », selon David Grosclaude. L’OPLO sera donc un interlocuteur unique pour les collectivités territoriales et l’Etat, un lieu où se prennent les décisions, en consultation avec le milieu associatif qui sera représenté dans un conseil consultatif. « Les institutions pour la première fois vont reconnaître l’existence de la langue occitane comme un objet à promouvoir. Avant, c’était l’énergie militante, les bonnes volontés qui devaient négocier avec l’administration et les institutions. Parfois avec méfiance. Là, les représentants de l’Etat sont à la même table, avec nous. Nous devrons travailler et obtenir des résultats. L’OPLO ne sera pas un moulin à déclarations ». Le nouveau président entend donc agir, dès 2016.

les membres qui composent l'OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l'Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP) Photo Sirine Tijani

les membres qui composent l’OPLO (de gauche à droite) Guilhèm Latrubesse (élu MP) Laurent Roturier (Ministère de la Culture) Dominique Salomon (élue VP MP) Hélène Bernard (Rectrice de l’Académie de Toulouse) Benoit Secrestat (élu Aquitaine) David Grosclaude (élu Aquitaine) Sylvie Salabert (élue Aquitaine) Michel Perez (élu MP)
Photo Sirine Tijani

L’OPLO en dates

2011 : l’idée d’un Office Public est lancée. Une charte inter-régionale et transfrontalière de développement de l’occitan est mise en place et désormais signée par 6 régions occitanes (Midi-Pyrénées, Aquitaine, Auvergne, Limousin, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon).

juin 2014 : les conseils régionaux de Midi-Pyrénées et Aquitaine votent la création de l’OPLO.

27/05 au 3/06 2015 : grève de la faim de David Grosclaude pour l’OPLO et obtenir l’engagement de l’Etat.

18/09/2015par arrêté ministériel publié au Journal officiel, l’État a entériné la création de l’Office Public de la Langue Occitane.

12/11/2015 : Conseil d’administration et Assemblée générale constitutifs de l’OPLO à Toulouse.

4/12/2015 : prochain conseil d’administration prévu. Il permettra de nommer un directeur, mieux connaître le cadre et le budget.

Benoît Roux et Sirine Tijani.

David Grosclaude était l’invité de Marie-Sophie Lacarrau dans le Journal Régional de France 3 Midi-Pyrénées. D’autres informations dans le Journal occitan du samedi 14 novembre.


DAVID_GROSCLAUDE par france3midipyrenees