21 Oct

27 octobre : un énième enterrement de la charte européenne ?

Charte européenne des langues minoritaires : un serpent de mer où le France prend un malin plaisir à se noyer. La semaine dernière , nous avons eu confirmation de ce que l’on sait déjà : ce texte signé en 1999 par la France mais jamais ratifié n’est pas prêt de l’être. Pris dans des enjeux politiciens à droite comme à gauche, le président de la commission des lois du Sénat Philippe Bas a sans doute porté un nouveau coup fatal en faisant voter une motion de rejet du texte proposé par Christiane Taubira.

La bataille n’aura pas lieu au parlement, mais simplement sur twitter.

 

 

Alors qu’elle avait la majorité aux 2 chambres, la gauche n’a jamais voulu en profiter pour faire voter ce texte. Il réapparaît maintenant -promesse 56 de François Hollande oblige- et surtout de manière très opportune au moment des élections régionales. Quand à la droite, divisée elle aussi, elle n’a jamais poussé ce texte lorsqu’elle était au pouvoir : Jacques Chirac avait enterré le projet, Nicolas Sarkozy s’était refusé à le rouvrir.

Il ne fait quasi aucun doute que la motion de Philippe Bas sera adoptée mercredi prochain au Sénat privant ainsi cette chambre de débat et de vote sur le texte visant à la ratification. Gérard Larcher a depuis longtemps fait connaître sa position et celle de la droite au gouvernement. Des manœuvres politiciennes qui laissent les langues régionales sans statut et sans texte législatif.

Le comité consultatif pour la promotion des langues régionales mis en place par Aurélie Filipetti en 2013 et auquel avait participé David Grosclaude, n’aura malheureusement servi à rien. Dans ce jeu de dupe, le gouvernement a lancé une « grande consultation » sur la charte européenne, où tout le monde peut participer et autant de fois qu’il le veut… « Une parodie de démocratie  » comme l’indique Philippe Blanchet sur son blog Médiapart.

Ite missa est.

Lo Benaset


Charte européenne par france3midipyrenees

Reportage : Sirine Tijani Olivier Denoun M. Blasco Marie-Alice Dailly Marie-Pierre Fournié

19 Oct

Langues et pouvoirs : une initiative de circonstance

Jean-Pierre Cavaillé est Limousin. Il fait partie des enseignants chercheurs qui travaillent à Toulouse à la maison de la recherche au Mirail. Il a fait de nombreuses publications notamment sur l’irréligion, écrit des articles passionnants dans des journaux comme Libération. Il tient un blog où l’occitan est souvent évoqué.

En plein débat sur la charte européenne, juste avant la manifestation du 24 octobre, il organise un séminaire intéressant « LANGUES ET POUVOIRS » ce mercredi 21 octobre à partir de 18H30 à l’Ostal d’Occitània de Tolosa.

Sans titre

« Que pòdon los poders sus las lengas ? Que pòdon las lengas suls poders ? Qu’es aquò e que pòt una lenga de poder ? Qu’es aquò e que pòt una lenga despoderada ? O melhor, cossí las lengas podon èsser a l’encòp espleches de dominacion e aisinas de lucha contra la dominacion ? Un autre biais de prene aqueste subjècte de reflexion seriá de se demandar perqué la question de la democracia linguïstica es aital pauc e mau pausada, perqué demora un punt cec dins la part majora de la filosofia politica contemporanèa ? Perqué tant de discors sus la libertat e l’afrancament, amai los que se vòlon mai radicals, se dison dins de lengas e registres de lenga que son las e los dels mèstres e dels poders instituits, e participan an aquesta dominacion linguistica sens cap de reflexivitat critica ?

L’ideia es de fargar un seminari de recerca en occitan, per demostrar dins los actes (de paraula e d’escritura) qu’es possible de desvolopar en filosofia e scienças socialas un discors critic e analitic dins una lenga çò ditz desprovesida de l’aparelhatge conceptual per zo far. Plan segur las questions en francés (e dins las autras lengas conegudas pels intervenents) seran plan vengudas, mas l’ideia es de servar l’occitan coma lenga d’exposicion e, per tant que serà possible, d’escambi. L’escomessa, autrament dich, es de trobar e fargar un public que parla o almens compren l’occitan, dispausat a partecipar a una reflexion collectiva de nivel universitari ».

L’idée est donc d’en débattre pendant au moins deux heures, le troisième mercredi du mois à Toulouse. Première donc ce mercredi entre 18H30 et 20H30. I cal anar !

Nous l’avions rencontré en décembre 2013 pour le Jornalet de França 3, avec d’autres chercheurs. Il nous a parlé de Julio Cesare Vanini.

Benoît Roux/Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé par france3midipyrenees

Rodin Kaufmann : l’esthète poète

ARA_couv

Certains aiment bien coller des étiquettes, lui il a déjà ses tatouages. Rodin Kaufmann est un artiste atypique et multi-fonctions. Né en Allemagne d’un père dont le nom s’entend et d’une mère marseillaise, bien entendu. Globe trotteur dès le temps des trotteurs, au Maroc, en Egypte, au Liban. Avec comme port d’attache, l’occitan découvert à 20 ans et désormais profondément « encré » sur sa peau. Sur sa main gauche, tatoué « malastre » (mauvaise étoile), sur la droite « Fortuna » (chance, destin).

Kaufmann, c’est le Còr de la Plana; Rodin c’est ARA, 6 pièces poétiques aux mots lyriques et 6 musiciens qui franchissent les murs du sons, aux univers longs porteurs. Décollage. Étiquettes comprises.

Ai començat d’escriure per dire de causas personalas, quicòm d’espontanèu. Aviaí tota una tièra de textes e n’en publiquèri, ambe de reviradas. Es l’enveja de far ausir la lenga d’un biais diferent. Me vesi coma un poèta que fa de musica.

On l’a connu chanteur de chœur pour le Còr, réalisateur de clip « Salvajes » pour Mauresca et même « costum designer » pour « La vida es pas un jòc, Marc » le tout nouveau film d’Amic Bedel et Julien Campredon. Le voilà diseur et faiseur de poésie régénérante, envoleur de mots pour une audacieuse odyssée ARA. 6 poèmes confiés à 6 musiciens agitateurs de sons.

Ai començat d’enregistrar ma votz e trobavi aquò sec. Ai donc demandat a d’amics que son mai o mens dins l’experimentacion de n’en far quicòm. Lor ai sonque demandat de gardar lo texte dins son integralitat e que siaguèssa ausible. Aprep avián lo dret de copar. Tot lo monde es demorat lineari.

Tout d’abord le parasite : Alexis Degrenier pour « DESVELH ». Musicien de Nantes qui travaille aussi avec le collectif « La Nòvia » d’Auvergne. Un percussionniste perfectionniste qui ouvre le champs.

Vòli ben
Se me permetes
T’èstre agradiu

Èstre lo tèxte
Que te careça
E la paraula
Dins ta tèsta

Un fil sonore, rompu par des percussions. Un allant de mots pesés, sensuels, qui tirent vers l’ailleurs. Des sons durs qui se terminent en cortège de klaxons, un chaos en contrepoint des mots. Tout est acoustique, travail sur les vibrations et les fréquences.  Du souffle, du mouvement, un côté sombre, qui se retrouve dans le clip.

Alexis me mandèt son tròç aquest’estiu. Èrem en concèrt ambe lo Còr de la Plana en Estonia, escotèrem sus mon telefòn. Es aquò que vesiái, d’arbres que passan. Ai filmat e trobat qu’èra interessant. Es lo resson visual de ço que se passa dins lo son, quicòm d’ipnotic ambe los aures que passan. Lo rapòrt a la natura es de mai en mai present dins mon òbra.

Vient ensuite un peu de répit. « UÈI ». Sons cristallins servis par Mandra, un trio marseillais où l’on retrouve sa sœur et François Dumeaux. La sensualité, le rapport, le dénuement sont toujours là. Avec la voix implacable de Rodin. Ca sonne presque tibétain au départ. La basse cogne. Un bref silence, puis le voyage onirique se poursuit.

Esquilhaviam
Lisquets
Dins lo ruscle de l’autre
Se siam fonduts
Dins lo muscle unenc

On touche, on effleure, on sent, on perçoit, on énonce, dans une poésie vitalisante.

Toujours siau, aquí « CAMPANHA ». Avec un autre Marseillais qui a aussi collaboré a « Indignats » : Phonkhead. Ambiance lunaire, solaire, los aucèls.

E ieu oblidi lei noms
Lei vicis lei dobtes
Que de tu mendra gota
Es una jòia sens fons

Des bruits urbains mélangés à la campagne e una fin, subta.

Phonkead es el que m’a possat a far de causas solet. Fa d’electro e d’experimentacion.

Traversarai lo pertús
E dansarai se que non siam perduts
E lo farai per tu
Mai que per l’us
Que dins la sombror dau varalh
Te causiguèri per lutz

Des bruits de pages, des flûtes, sa voix dédoublée, des sons tapis pour le voyage. Voilà « PARTIREM ». La nature, le corps, lo camin et le travail de Thomas Baudoin d’Artús. Autre univers en lignes de fuites qui se termine en contrebasse apaisante.

Avans que de barrar leis uelhs
Laissa me prene ta man
Darrier uèi avans deman
Qu’a l’aubeta te dirai
Tant

L’ultime voyage aux illustrations riches et imagées d’un autre Béarnais Valentin Laborde. Le titre s’appelle « FÈSTA », à contre sens. Une odeur de mort, une clarté avant l’obscur, l’eau diluvienne. Et la vie qui reprend, à coups de vielle. Une sorte d’apothéose, d’Atlantide où survivent les voix. Certainement l’un des morceaux les plus réussis.

Es aquel tròç que deviá clavar lo disc. Mas fin finala es DEMAN, la seguida de UÈI. A quicòm prep lo meme texte que Uèi, ambe la collaboracion de Miosine, lo tipe de MC2. Aviam mesclat Indignats amassa.

Finalement une autre pièce. A croire que le même texte a été donné à deux musiciens qui l’ont fait évoluer sur des contrées différentes. Les musiciens ne se sont pas concertés et pourtant, rien ne s’oppose, rien ne se répète.

A la fin du trip, on aimerait que le voyage se prolonge. Les images s’entrechoquent, la voix de Rodin, intime, a nourri nos sens, aiguisé nos oreilles. L’oeuvre, très esthétique, atypique, parfaitement cohérente, fait sens.

Plaça la lenga dins sa beutat e son originalitat.

Lo Benaset

 

http://musica.rodiin.com/album/ara

https://www.facebook.com/rodin.oficiau?fref=ts

http://blog.rodiin.com/

 

18 Oct

Un week-end occitan : « Une histoire occitane » et VAP en vidéo

Samedi, France 3 diffusait le documentaire de Jean-Pierre Vedel : « Une histoire occitane ». Enregistré pour la plupart à l’Estivada de Rodez, avec des images d’archives de l’INA, ce 52′ revient sur la « nouvelle chanson occitane » qui commence à poindre dans les années 70 et sa réalité aujourd’hui. Vous pouvez retrouver des informations et des extraits sur la page documentaires de France 3.

Auteur Réalisateur: Jean-Pierre Vedel.  En coproduction Marmitafilms et  France 3 Languedoc-Roussillon
Avec le soutien du CNC et de la Région Midi-Pyrénées, de la Région Aquitaine /Agence ECLA

Doc 24 Midi-Pyrénées

« Des montagnes, des garrigues, des landes, un chant a résonné, une musique d’ici. Un son, des rythmes, une couleur qui font que la chanson d’Oc a traversé les âges et nous arrive aujourd’hui pleine de reggae, de bossa, du Brésil et d’Afrique, de Bordeaux à Marseille en passant par l’Auvergne. Nous allons raconter l’histoire contemporaine de cette aventure des années soixante à nos jours. » Jean-Pierre Vedel

Ce dimanche, Viure al pais vous proposait un nouvel épisode de BIAIS co-produit par France 3 et Piget. Avec un bonus : le tout nouveau clip de Vox Bigerri réalisé par Piget. Des images superbes réalisées en pleine nuit au pic du midi. Un long plan séquence où l’on peut découvrir le Pic du Midi sous une lumière splendide. On voit même la grande ourse à un moment… Des images que même l’oeil humain ne peut voir en réalité. Clip en fin d’émission à retrouver dès demain sur le site de l’association.


Viure al pais

 

Benoît Roux

16 Oct

Viure al País dimanche 18 octobre


Bande Annonce VAP 18 octobre par france3midipyrenees

MUSICA : Clip Vox Bigerri « Voltigeur » Réalisation : Amic Bedel / Piget

VOX BIGERRI vient de sortir son 5ème album : « Ligams », avec des chants festifs en occitan, français et basque. Le clip « voltigeur », filmé au Pic-du-Midi, fait partie d’une série de dix vidéos réalisées par Piget, pour les dix ans du groupe. Dix vidéos mise en ligne au fur et à mesure sur dix semaines. Dix beaux cadeaux publiés sur le site www.surlefil.org depuis le 24 août dernier. « Le voltigeur » y sera en ligne très prochainement, mais découvrez, dès aujourd’hui, dans Viure al Pais, ce clip réalisé un soir de pleine lune : une lumière extraordinaire et des images bluffantes !

Bigerri-300x288

DESCOBERAT : Las estivas del pais de sault D’Aymeric Jonard et Olivier Denoun

A La Fajolle, dans l’Aude, 7 éleveurs ont monté un regroupement pastoral qui rassemble 300 vaches gasconnes et leurs 200 veaux. Ces animaux passent cinq mois sur les estives, entre 1200 et 1900 mètres d’altitude. Et même si un vacher est constamment présent, les éleveurs se rendent régulièrement sur les estives pour surveiller l’état sanitaire du troupeau. Infections à l’oeil et panaris sont les pathologies les plus fréquentes. L’élevage se porte actuellement assez bien en pays de Sault, mais on déplore un manque de terrains disponibles pour l’installation de jeunes agriculteurs.

Aujourd’hui, le monde associatif se fédère en pays de Sault avec l’organisation de journées de la transhumance, à l’instar d’Aurélie Dejean, qui, partie faire sa vie professionnelle à Montauban, ne s’est jamais coupée des réalités sociales de ce pays qui l’a vue naître.

Sans titre1

RETRACH : LOUIS ARMARY De Denis Salles et Didier Bonnet

Louis Armary, un des derniers grands joueurs du FC Lourdes. Le pilier gauche, élève du « professeur » Garuet, a participé aux trois premières coupes du monde de rugby avec l’équipe de France ainsi qu’à toute une série de matchs internationaux : 46 sélections, au total, pour l’enfant de Betpouey, en Pays Toy. Nous l’avons rencontré à Argelès-Gazost, club où il a terminé sa carrière au début des années 2000. Il nous a raconté ses meilleurs souvenirs…

 

BiAIS : Las Mervelhas

Ecrit et réalisé par Amic Bedel – Produit par Piget

BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis. A chaque épisode, nous rencontrons une personne dans son environnement. Nous irons des Cévennes aux Landes, du Kerkorb à l’Aubrac. Dans chacun de ces territoires, les pierres, les plats, les gestes sont différents. Ce sont ces spécificités que nous filmerons à travers nos rencontres. Chaque épisode, permettra au téléspectateur de découvrir un individu et ses méthodes, d’observer ses gestes et s’il le souhaite de les reproduire chez lui.

Aujourd’hui Biais nous emmène sur le Gave d’Oloron amb la Lucienne et ses merveilleuses Mervelhas.

BIAIS : Mervelhas BIAIS par france3midipyrenees

 

11219379_763812170411251_3159701303995249995_n (1)

 

15 Oct

De l’occitan sur France 3 régions

Jean-Paul Becvort sur le plateau de l'émission avec Philippe Sans. Photo : Benoît Roux

Jean-Paul Becvort sur le plateau de l’émission avec Philippe Sans. Photo : Benoît Roux

Ce matin, l’émission Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon a invité Jacme Gaudas et Jean-Paul Becvort pour parler de certaines initiatives. Jacme Gaudas, journaliste bilingue et créateur d’oc-tv demeure à Montauban. Il intervient dans les maisons de retraites pour des ateliers mémoires avec la langue d’oc. Une activité à laquelle participe une ancienne soprano Lilloise…

Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Matin par france3midipyrenees

Jean-Paul Becvort est également venu pour parler du Festival Occitània qui propose 6 semaines d’animations culturelles dans le pays toulousain. Philippe Sans le fait aussi réagir sur l’actualité de la réforme territoriale et du sondage organisé par le groupe La Dépêche sur le nom de cette future région.

Ce soir à ne pas manquer du chant lyrique à Saint-Pierre des Cuisines à Toulouse avec Anaïs Constans qui chantera Canteloube et Déodat de Sévérac.


Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Matin par france3midipyrenees

Enfin ce samedi, diffusion du film de Jean-Pierre Vedel : « Une histoire occitane ». L’occasion de retrouver Patric Roux, Yves Rouquette, Laurent Cavalié et marie Coumes, Bernat Combi, Jan de Nadau, Alem Surre Garcia, Manu Theron, Djé Baleti, Rita Macedo, Marie Coumes, Yadou (Goulamas’k)…

Un documentaire de 52′ coproduit par France Télévisions et Marmitafilms diffusé cet été à l’Estivada et sur France 3 Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc-Roussillon le samedi 17 octobre à 15H20.

« D’une chanson contestataire, emblème des grands combats sociaux qu’a connu le pays occitan dans les années 60 et 70, puis symbole d’une recherche d’identité régionale et musicale dans les années 80 et 90, la chanson occitane est devenue citoyenne. Elle s’est ouverte sur le monde et s’est enrichie au contact des autres musiques. Trois générations de chanteurs, trois époques, trois publics. C’est l’histoire de cette chanson que le film «une histoire occitane» va raconter. »


Histoire occitane par france3midipyrenees  Reportage Sirine Tijani Denis Hémardinquer

 

Emission à retrouver sur les sites de France 3.

 

Benoît Roux

Charte européenne : les réactions au rejet par le Sénat

Après la motion de rejet adoptée hier en commission par le Sénat, les réactions ne se sont pas faites attendre.

Pour Jean-Jacques Urvoas, il s’agit d’ « une manœuvre politique». On peut aussi se demander si le retour de la promesse 56 de François Hollande à ce moment précis n’en serait pas une.

Son homologue au sénat Philippe Bas -qui a fait voter cette motion de rejet- se base sur l’avis consultatif du conseil d’Etat qui juge la Charte contraire à la Constitution  au nom « des principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi, d’unicité du peuple français et d’usage officiel de la langue française ».

« S’il s’agit de respecter une partie des 39 engagements de la Charte on n’a pas besoin de la ratifier pour le faire. Le sénat est favorable au développement des langues régionales mais il est aussi le garant de la Constitution et du respect des conventions internationales » a estimé Philippe Bas qui voit dans la démarche de François Hollande une volonté « de réaliser une opération politique à quelques semaines des élections régionales »

La sénatrice (PS) des Pyrénées Atlantiques, Frédérique Espagnac, n’a pas tardé à réagir précisément là-dessus. Pour elle toutes les précautions ont été prises. la France n’a signé que 39 articles sur les 98 que compte la charte. Une charte qui rappelle que « l’usage du français s’impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l’exercice d’une mission de service public, ainsi qu’aux usagers dans leurs relations avec les administrations et services publics ».

« L’UDI et le Modem ont dit ce matin qu’ils suivraient la motion de rejet, contrairement à ce qu’ils disaient il y a quelques mois ». Frédérique Espagnac

Elle réagit sur Twitter.

Les sénateurs ne pourront donc pas se prononcer sur le texte! volonté d’éviter le débat politique ! régionales

 

Toujours mercredi, Paul Molac, député du Morbihan a interpellé le gouvernement. Christiane Taubira lui a répondu.

Faute de débat au Sénat, on peut toujours s’exprimer sur la question sur le site du gouvernement. 

Benoît Roux

14 Oct

Charte européenne : Philippe Bas fait voter une motion de rejet

Ce matin, la commission des Lois du sénat examinait le projet de loi autorisant la ratification de la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires déposé par Christiane Taubira fin juillet. Le Sénat est désormais présidé par la droite et le président de la commission des lois Philippe Bas avait annoncé la couleur. Lui et son parti Les Républicains sont hostiles au texte. Le sénateur a donc déposé une motion de rejet qui a adoptée.


comission sénat par france3midipyrenees
La suite

Le texte de la garde des sceaux reste quand même à l’ordre du jour du sénat pour le 27 octobre. Mais l’examen portera sur une discussion générale et non sur l’article. Si a l’issu de cette discussion la motion de Philippe Bas est adoptée, alors le texte voulu par françois Hollande et porté par Christiane Taubira sera rejeté. Vives réaction à gauche qui indique que l’on prive ainsi le Sénat d’un vrai débat.

16 ans après la signature par la France de cette charte, elle n’est toujours pas ratifiée et donc pas opérationnelle. La saga n’en finit plus de ne pas finir.

Benoît Roux

 

Charte européenne : lo govèrn fa consulta !

Alèra que se dicuta precisament ara lo projèct de lèi a la comission del Senat, lo govèrn e la portaira del tèxte (Christiane Taubira) fan consulta. Podètz dire çò que ne pensatz d’aquesta carta en general e sustot dels 39 articles que frança causiguèt dins los 98 que compta la Carta.

 

Aquí lo « dorsièr » que se pòt fintar sul siti del govèrn.

E aquí las 39 prepausicions que son sometudas a un vòte e ont podètz dire çò que n’en pensatz. Avètz duscas al 23 d’octobre per aquò far. Juste de dabans la crida, s’en cal pas privar !
Lo Benaset