27 Mai

No Music No Life se mobilise à Toulouse pour proposer des concerts sur les réseaux sociaux

No Music No Life, tout est dit dans le titre. La vie n’étant pas possible sans musique, cette structure propose des concerts filmés dans de bonnes conditions, avec des artistes de la région toulousaine. Une première soirée a eu lieu au Connexion Live de Toulouse à la mi-mai. Une deuxième se prépare pour le lundi 1er juin. Ces concerts virtuels ont été vus par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

@remysirieix / Opus Musiques

Le collectif No Music No Life s’est formé au début du confinement pour ne pas laisser les différents acteurs du secteur culturel en rade et maintenir un lien avec le public. Ils proposent des directs sur les réseaux sociaux avec des artistes de la région toulousaine qui sont filmés dans des lieux liés à la musique.

#Retour sur scène

C’est le nom choisi pour cette opération. Le collectif, en partenariat avec des lieux culturels ou des diffuseurs propose à des artistes de se produire dans de bonnes conditions sur scène. « Les portes des salles de concert étant toujours closes, nous voulons offrir au public des livestreams qui ont la saveur de vrais concerts », confie Céline Kaladjian. Alors ils proposent un concert d’une demi-heure filmé par des pros, avec une partie interview à la fin pour découvrir les artistes. Le concert est diffusé en direct sur les réseaux sociaux et les internautes peuvent poser des questions pour la deuxième partie de soirée.

Pour la première les 13 et 14 mai, No Music No Life (NMNL) a posé ses racks au Connexion Live de Toulouse. C’est le webzine Opus Musiques qui a servi de partenaire. Et son principal animateur Rémy Sirieix est plus que satisfait. « Le projet d’Opus c’est de montrer que Toulouse est une ville riche et variée en terme d’artistes. Revenir dans une salle de concert, ça fait du bien. Les techniciens, les artistes avaient une patate incroyable. Le rendu a été très bon car NMNL est un collectif très compétent. J’espère qu’il y aura d’autres moments comme ça. »

@remysirieix / Opus Musiques

Partenaire ou pas des prochaines soirées, Opus va proposer de couvrir l’événement avec un photographe. C’est eux qui avaient programmé les rappeurs aveyronnais ANTES & MADZES pour le premier set.

Céline Kaladjian est elle aussi très satisfaite de cette première. « On a eu de très bons retours du public, des artistes et de l’équipe. Nous étions contents de pouvoir à nouveau exercer nos métiers. On a fait 4 000 vues pour chaque artiste sur Facebook et il y avait une centaine de personnes connectées pour chaque concert. Ce qui est plutôt bien pour un lancement. »

Car le but de cette opération est aussi de donner de la visibilité aux artistes. Comme pour ce duo EDGARD MAUER composé de Maëve et Alain. 

Prochain Live lundi 1er juin

La deuxième soirée ne se passera pas dans une salle de spectacle mais… chez un disquaire du centre ville de Toulouse : le Made In Café Disquaire . NMNL est un format itinérant qui pose son matériel pour une semaine  semaine dans un lieu avec un programmateur. La prochaine édition n’aura qu’une date car « Le disquaire a rouvert ses portes et nous ne voulons pas gêner son activité. On s’adapte aux contraintes. »

 

Lundi soir 1er juin, ce sera donc un autre duo talentueux HEEKA qui sera au Made In Café disquaire de Toulouse. Avec Heeka (Chant/Guitare électro-acoustique) et Daniel Quentin (Guitare électrique/Chœurs).

Heeka – Take It Easy (version duo)

A chaque fois, le dispositif est très pro. NMNL a un set de techniciens de 6 personnes avec réalisateurs, cadreurs et ingénieur du son qui se rend sur place. Ils ont débuté cette série dans des lieux habitués à accueillir des artistes car c’est plus simple en terme de logistique. D’autres surprises se préparent. « Mi-juin nous aurons 2 dates à l’American Cosmograph (ex-Utopia). Là on pourra aussi faire des projections car nous cherchons à donner une plus-value esthétique ». 

D’autres projets… avant de laisser la place

« On aimerait aller vers des lieux plus atypiques qui font partie du patrimoine toulousain. On souhaiterait mettre en lumière ces endroits en fonction des artistes. Nous sommes en discussion avec le Bureau des Tournages de Toulouse. On rêve de faire quelque chose dans des lieux encore confinés comme le Musée Georges Labit, le Quai des savoirs, ou encore la Halle au Grain. » Les discussions sont en cours aussi pour trouver des partenaires financiers aussi bien privés que publics. « Sur les 2 premières soirées, tout le monde (artistes et techniciens) était bénévole. Mais nous ne voulons pas continuer comme ça. Tout le monde doit pouvoir toucher un cachet en fonction de la convention collective. »

Photo Opus Musiques Rémy Sirieix

NMNL aimerait aussi reconduire le présentateur de ces live Matthias Orgeur qui travaille sur la radio FMR. Et après ? « Nous faisons ça ponctuellement tant que durent les restrictions pour que la musique reste accessible. Mais dès que les salles rouvriront, nous laisserons la place. Nous ne sommes pas là pour concurrencer qui que ce soit. On essaie de proposer une solution le temps que tout redevienne normal. » En tous cas, Céline peut compter sur Opus musiques. « On adore l’équipe et le projet. Beaucoup d’artistes nous ont écrit suite à la première soirée pour participer. On a hâte de refaire un truc », confie Rémy Sirieix. Les musiques toulousaines ont du répondant.

Le collectif No Music No Life

Opus Musiques

Benoît Roux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *