09 Avr

Parigo #76 : le Grand Paris Express fait son trou

Cette semaine, Parigo vous emmène en coulisses, jusqu’à 50 m sous terre, là où prend vie le futur super métro automatique de la région, à la découverte de votre peut-être future gare : le Grand Paris Express en comptera 68, réparties tout autour de Paris. L’air de rien, ce chantier pharaonique accélère : en l’espace de quelques mois, le nombre de tunneliers va passer de 2 à 15, dont 3 pour la seule ligne 14. Le nombre de chantiers mené en simultané, lui, est désormais de 111. Titanesque !

Faut-il craindre de nouveaux reports ou des économies préjudiciables au projet ? Entretien vérité avec le patron du Grand Paris Express, Thierry Dallard.

A l’abri des regards, les tunneliers creusent patiemment les 200 km de galeries souterraines du futur métro. Mais comment fonctionnent ces monstres d’acier ? Reportage exclusif, en Allemagne, dans l’antre d’Herrenknecht, là où émergent ces gigantesques monstres d’acier et de technologie. Les machines construites, assemblées et testées là-bas sont ensuite acheminées en pièces détachées en Île-de-France.

Enfin, vous découvrirez à quoi ressembleront les quais, la signalétique, le mobilier et tout simplement le nouveau métro, imaginé pour le Grand Paris Express.

Cette émission fait suite à nos précédentes vidéos, réalisées début 2019, dans une dizaine de gares du GPE Express

Dans les coulisses des travaux de la ligne 16
Où en est la ligne 15 sud (1ere partie)
► Où en est la ligne 15 sud (2eme partie)

Bertrand Lambert @B_Lambert75

08 Mar

Grand Paris Express – où en est la ligne 15 sud (2eme partie)

Suite de notre exploration des chantiers en cours sur la ligne 15 sud, censée relier mi-2025 Pont de Sèvres à Noisy-Champs. Après Bagneux, Arcueil Cachan et Villejuif Gustave Roussy (vidéo ici), gros plan aujourd’hui sur deux gares parmi les plus spectaculaires et/ou les plus avancées : Noisy Champs (en future correspondance avec la ligne 16 et le RER A) et Créteil Saint-Maur (avec le RER A). Cette dernière sera la gare la plus profonde jamais construite en France : une batterie de 11 ascenseurs sera installée autour d’un puits de descente de 51 mètres de haut, lui-même habillé d’un escalier architectural. Les parois moulées de la gare descendront même à 70m sous terre, pour stabiliser l’édifice, prévu sur 9 niveaux.

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur un autre tronçon : Grand Paris Express : dans les coulisses des travaux de la ligne 16
► Sur la même ligne : Grand Paris Express : où en est la ligne 15 sud (1ere partie) ?

07 Mar

Grand Paris Express : où en est la ligne 15 sud (1ere partie) ?

On le sait depuis plusieurs mois maintenant : la ligne 15 sud du Grand Paris Express, entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs, ne sera pas mise en service pour les JO de 2024, alors même qu’elle devait être la toute première opérationnelle. La faute notamment à une série de difficultés techniques, dont la principale en gare de Saint-Maur, la plus profonde de France (chantier à découvrir dans une prochaine vidéo). Pour autant, les opérateurs du BTP ne chôment pas sur ce tronçon de 33 km et 16 gares, avec un objectif : une mise en service mi 2025. Les sites en travaux sont innombrables : la plupart ont débuté en 2017 et les chantiers avancent à un rythme soutenu, parfois même 24h/24 : un an et demi après notre dernier passage, les choses ont bien changé !

Focus sur trois gares emblématiques : Bagneux (en future correspondance avec la ligne 4), Arcueil Cachan (avec le RER B) et Villejuif Gustave Roussy (avec la ligne 14), là où vont se croiser à 40 m sous terre les lignes 14 et 15. Du grand art. Vous découvrirez également un tunnelier en phase de montage, à ciel ouvert, à quelques mètres du RER B, à Arcueil.

Bertrand Lambert @B_Lambert

► Sur un autre tronçon : Grand Paris Express : dans les coulisses des travaux de la ligne 16
► Pour aller plus loin : Parigo #67 : la ligne 4 du métro en plein renouveau

06 Mar

Grand Paris Express : dans les coulisses des travaux de la ligne 16

C’est peu dire que la ligne 16 est attendue comme le messie par les 800.000 habitants qu’elle doit desservir une fois achevée. La ligne 16, c’est un chantier à 4,5 milliards d’euros, censé se terminer en 2030 avec la mise en service de son terminus Est, à Noisy-le-Grand : elle desservira alors 10 gares, sur 27,5 km. La ligne 16, c’est une nouvelle ligne de vie de 27,5 km, traversant de part en part la Seine-Saint-Denis : elle reliera notamment Saint-Denis, La Courneuve, Le Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois, Sevran et Clichy-Montfermeil, soit six communes parmi les plus pauvres d’Ile de France. La ligne 16, c’est aussi, pour sa partie la plus à l’Ouest, entre Saint-Denis et Aulnay, l’un des rares tronçons jugés prioritaires, à l’aune des Jeux Olympiques et de l’urgence de désenclaver des certains quartiers aujourd’hui coupés du monde ou presque.

Alors où est ce chantier ? Nous nous sommes rendus en gare de Saint-Denis Pleyel, La Courneuve Six routes et sur le site d’entonnement, en amont de la gare du Bourget RER : c’est là que se sépareront, à 20 m sous terre, les lignes 16 et 17.

En fin de vidéo, Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris, répondra à nos questions, huit mois après sa nomination et alors que se multiplient les annonces alarmistes (retards, économies etc…).

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Petit flashback : Grand Paris Express : la ligne 15 sud comme vous ne l’avez jamais vue ! (mars 2017)

06 Fév

Parigo #68 : le CDG Express, la navette de la discorde

La ministre des transports a finalement tranché : Elisabeth Borne a confirmé le 6 février que le CDG Express verrait bien le jour, sans donner encore de calendrier précis ni de date de mise en service. Une victoire pour ADP et une défaite pour les associations d’usagers, toutes opposées au projet.

Le CDG Express c’est une navette directe entre Paris et Roissy, censée être opérationnelle en 2024 pour les JO et destinée d’abord aux  touristes : 20 min de trajet pour 24€ entre l’aéroport et la gare de l’Est. Ce projet est dans les cartons depuis… 1998 !

Les partisans du projet n’en démordent pas : le DCG express est indispensable à la desserte du 2eme aéroport européen. Entretien vérité avec le n°2 d’ADP, Edward Arkwright

Les opposant, élus de tous bords et associations d’usagers, eux , insistent sur la nécessité de privilégier les transports du quotidien. Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine Saint Denis, nous fera part de ses craintes vis à vis du RER B et de ses 900.000 voyageurs quotidiens.

Enfin, nous irons voir concrètement les moyens de transports utilisés aujourd’hui par les 72 M de passagers de Roissy. Dans l’immense majorité, c’est par la route qu’il rallient la capitale.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

28 Jan

Parigo #67 : la ligne 4 du métro en plein renouveau

Imaginez une ligne 4 avec des rames plus rapides, plus régulières ; des stations relookées ; un nouveau terminus, à Bagneux, doté d’un centre de maintenance ; des trains neufs ; des quais colorés et sécurisés… tout ça, c’est pour bientôt ! D’ici 3 ans, la ligne 4 aura bien changé. En attendant, les travaux vont bon train. Les plus visibles, la pose des portes palières, préalable essentiel à l’arrivée des premiers trains automatiques, dès l’an prochain. Et figurez-vous qu’il y en 1062 à fixer : c’est un chantier titanesque que les équipes de la RATP réalisent seulement de nuit, en 3 heures de temps, comme vous le découvrirez dans un reportage exclusif.

Automatisation des rames, et donc disparition des conducteurs, d’ici 2022, instauration d’un style « ligne 4 », prolongement de deux stations jusqu’à Bagneux, renouvellement du matériel roulant… l’épine dorsale du réseau parisien est en pleine mutation… comme la ligne 1 l’avait été avant elle en devenant la 1ere ligne au monde à être automatisée sans interruption de service.

Dans Parigo, vous découvriez également les futures rames automatiques et ce fameux style « ligne 4 » conçu spécialement pour redonner un coup de jeune à des stations plus que centenaires. Nous irons aussi en sous-sol voir concrètement où en est le prolongement direction Bagneux… les 1ers rails viennent d’être posés. Le calendrier sera-t-il tenu ? L’ouverture est prévue mi 2021. Du côté des riverains, on attend d’ailleurs avec impatience le métro… synonyme d’une mobilité simplifiée : c’est tout un quartier aujourd’hui enclavé qui sera à 25 minutes du centre de Paris… et même de Noisy ou de Boulogne, lorsque la ligne 15 sera opérationnelle. Une petite révolution.

Mes invités : Edgar Sée, responsable de l’automatisation de la ligne 4 à la RATP, et Laurent Ferrière, responsable du prolongement de la ligne 4 à la RATP

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur le même thème : Les premières portes palières arrivent sur la ligne 4

13 Sep

Signalétique, mobilier, quai… les futures stations du Grand Paris Express se dévoilent

C’est un lieu atypique, qui nous propulse dans un futur pas si lointain : la Fabrique du Métro vient d’ouvrir ses portes à Saint-Ouen et nous téléporte au cœur du Grand Paris Express. C’est là que les ingénieurs, architectes… réfléchissent et imaginent concrètement à quoi vont ressembler les quais, la signalétique, le mobilier ou encore les ascenseurs des 68 gares à venir de ce nouveau réseau souterrain. Et miracle, ce lieu, est aussi ouvert au public.

Visite guidée en compagnie de Bernard Cathelain, membre du directoire de la société du Grand Paris.

La Fabrique du métro sera ouverte à tous, sans réservation, le samedi 15 septembre 2018, de 14 h à 18 h dans le cadre des JEP.

A partir du 18 septembre, groupes scolaires, étudiants et passionnés des transports publics pourront visiter la fabrique sur réservation, via un formulaire d’inscription accessible sur la page web de la Fabrique : https://www.societedugrandparis.fr/gpe/visiter-la-fabrique-du-metro

Adresse de la Fabrique du métro :
Bâtiment 563, travées E-F, VALAD Parc des Docks
50, rue Ardoin, Saint-Ouen

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Pour aller plus loin : Grand Paris Express : découvrez in situ les 16 futures gares de la ligne 15 sud
► Sur le même thème : Grand Paris Express : la ligne 15 sud comme vous ne l’avez jamais vue !

25 Mai

Du Pass Navigo au Smart Navigo : dès cet automne votre téléphone devient un ticket de transports

Est-ce la fin programmée du ticket de métro ? Le petit bout de carton préféré des Parisiens, qui se vend toujours à 1.500 exemplaires par minute, a en tout cas du soucis à se faire, comme nous le pressentions déjà dans un précédent numéro de Parigo, consacré à la révolution de la billettique. Après des mois de tests et de tergiversations, chaque opérateur cherchant à mettre en avant sa propre technologie, mais aussi de débats internes entre Valérie Pécresse, très demandeuse d’avancées rapides, et la direction d’IDF Mobilités, qui n’avait pas vraiment fait de ce dossier une priorité, ça y est, le Smart Navigo devient réalité. Dès cet été, des bêta testeurs dûment sélectionnés vont pouvoir utiliser la nouvelle appli ViaNavigo Lab, celle qui va bientôt transformer notre téléphone portable en ticket de métro, de RER et même en pass Navigo.

« C’est une petite révolution que les voyageurs d’Île-de-France vont vivre à la fin de l’année : les voyageurs fréquents comme les voyageurs occasionnels pourront acheter leurs titres de transport en quelques clics sur smartphone, et les télécharger dans la carte SIM grâce à la technologie Wizway*. Finies les files d’attente aux guichets ou aux automates ! », s’est enflammé Alain Krakovitch, le directeur du Transilien, lors de la démonstration réalisée ce midi au salon Viva Tech.

Si tout se passe bien lors de cette première phase de test, l’expérimentation sera étendue dès cet automne à l’ensemble des possesseurs de smartphones NFC fonctionnant sur Android. Les propriétaires d’Iphone en sont pour leur frais : Apple n’a pas souhaité donner suite aux demandes d’IDF Mobilités, ce qui est d’autant plus étrange que la marque à la pomme propose un service similaire au Japon.

Concrètement, les Franciliens équipés de mobiles compatibles pourront expérimenter l’achat, le chargement de carnets de tickets T+ mais aussi de forfaits Navigo, mois et semaine, directement sur leur smartphone NFC. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, c’est assez simple, mais il faudra obligatoirement passer par l’appli Navigo Lab. Une fois l’achat effectué, il suffira de présenter le téléphone allumé ou éteint (démonstration de Valérie Pécresse ci-dessous) devant la borne de validation, quelle qu’elle soit (RATP, SNCF ou Optile), pour valider son titre de transport. Celui-ci sera alors stocké dans la carte SIM du téléphone mobile du voyageur, ce qui permettra par exemple aux contrôleurs de faire leur travail, même si votre batterie rend l’âme entre Châtelet et Nation (ce qui n’arrive jamais, le réseau téléphone et 4G étant au top dans le métro… non je plaisante…). Continuer la lecture

21 Mai

Dans les coulisses de la gare RER des Halles, la plus fréquentée d’Europe

Avec 800.000 voyageurs / jour, la gare RER des Halles est la principale porte d’entrée dans Paris, mais aussi un hub avec des correspondances pour les quatre coins de l’Ile de France. Imaginée au milieu des années 70, aménagée progressivement au fil du temps et de l’arrivée des différentes branches des RER A, B et D, entre 1977 et 1995, la gare a été profondément repensée à l’occasion du chantier des Halles : nouvelle signalétique, nouvelles entrées, nouvelle déco, nouveau commissariat… suivez le guide !   Bertrand Lambert @B_Lambert75

14 Mai

Parigo #43 : ORLY, 100 ans déjà

Cette semaine, on fait les fous et on s’envoie en l’air : Parigo vous dévoile les coulisses de l’aéroport d’Orly, deuxième aéroport français avec ses 32 millions de passagers annuels. Nous irons ainsi au cœur de la tour de contrôle, dans un cockpit d’avion à quelques minutes du décollage ou encore sur les pistes pour une chasse aux volatiles essentielle à la sécurité des vols…

Nous reviendrons aussi sur l’histoire mouvementée de ce petit aérogare militaire américain (en 1918) devenu, dans les années 60, une fierté nationale : Orly recevait alors plus de touristes que la Tour Eiffel ! Jusqu’à 4 millions de visiteurs par an au milieu des années 60. C’était l’époque des « Dimanche à Orly« , chantés par Gilbert Bécaud. Orly, vilipendé pour sa proximité avec Paris et les nuisances engendrées à seulement 9 km de la capitale, a pourtant bien failli disparaître comme nous le dévoilera notre premier invité : Frédéric Béniada, auteur de « Paris-Orly 100 ans », aux éditions de la Martinière.

Et demain, quel avenir ? Les nombreux travaux d’agrandissement, engagés pour 1.5 Mds €, signifieront-ils bientôt plus de vols et donc de nuisances ? Le couvre-feu est-il menacé ? A quand l’arrivée du Grand Paris Express, avec les lignes 14 et 18 ? Le nouveau directeur d’Orly, Régis Lacote, répondra à nos questions.