23 Nov

Comment en finir avec la jungle urbaine sur les trottoirs et sur les routes ?

Avec la multiplication des modes transports personnels, les trottoirs sont devenus la source de nombreux conflits entre piétons, vélos, trottinettes, e-roues… mais aussi motos et scooters garés n’importe où… Sur les routes, la situation est souvent tendue entre les cyclistes, les motards et les automobilistes, chacun se renvoyant la responsabilité du non-respect des règles élémentaires du code de la route et de l’absence évidente de respect entre les différents usagers. De quoi alimenter le débat. Pour en parler, j’étais l’invité de 9h50.

19 Nov

11 parkings relais pour lâcher sa voiture aux portes de Paris

On ne les attendait plus. Annoncés à la fois par la ville de Paris et par IDF Mobilités depuis près de deux ans, les parkings relais ouverts aux portes de Paris deviendront enfin réalité le 1er décembre prochain. Une bonne nouvelle pour les automobilistes franciliens, habitués à plutôt être dans la ligne de mire.

11 parkings, situés pour la plupart à l’entrée de la capitale, soit 1.220 places seront ouvertes à ce dispositif, destiné aux Franciliens venant travailler à Paris en voiture. L’idée est de les inciter à « lâcher » leur véhicule à l’entrée de la capitale puis de poursuivre leur route en bus / métro / RER. Deux conditions principales pour bénéficier du tarif « parking relais », négocié auprès des opérateurs : posséder un passe Navigo, mensuel ou annuel, et s’engager à n’utiliser ce parking que pour des déplacements domicile-travail (avec une seule entrée et sortie par jour, entre 5 h 30 et 23 h 59).

Le tarif défie toute concurrence : 75€/mois, à payer bien-sûr en plus du passe Navigo. Soit entre -30% et -50% de remise par rapport à un abonnement classique, selon les parkings. Ce tarif n’est pas subventionné, ni par la ville de Paris, ni par IDF Mobilités. Les opérateurs ont d’abord accepté de baisser leur tarif pour remplir leurs parkings, trop rarement complets. Ils ont donc tout à gagner au succès de ce dispositif.

A terme, ce sont 3.000 places qui pourraient être concernées

Cette première phase a été lancée alors que tout n’est pas encore prêt techniquement, à la demande express de la Maire de Paris, lassée d’attendre la mise aux normes des bornes de péage des parkings partenaires, attendue seulement pour mars prochain. C’est à cette date seulement que les automobilistes pourront rentrer dans le parking en bipant directement à l’entrée leur passe Navigo. D’ici là, ils devront aller récupérer une carte d’accès spécifique, délivrée directement au guichet d’un des 11 parkings concernés. La mise aux normes coûtera la bagatelle de 1M€, somme colossale financée à 70% par IDF Mobilités et 30% par la ville de Paris.

Si le succès est au rendez-vous, d’autres parkings parisiens seront estampillés « parking relais », avec un potentiel de 3.000 places aux portes de la capitale.

Les 11 parkings concernés, dès le 1er décembre : bibliothèque François-Mitterrand (XIIIe, 200 places), Université Diderot (XIIIe, 200 places), Charléty Coubertin (XIIIe, 60 places), Porte d’Orléans (XIVe, 40 places), Foch (XVIe, 150 places), Porte de Saint-Cloud (XVIe, 150 places), Porte de Champerret (XVIIe, 100 places), Porte de Saint-Ouen (XVIIe, 50 places), Marigny-Vincennes (Vincennes, 30 places), Bercy Seine (XIIe, 40 places) et Bercy Saint-Emilion (XIIe, 200 places).

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur le même sujet : Parigo #59 : les automobilistes franciliens dans la ligne de mire

 

 

 

Parigo #59 : les automobilistes franciliens dans la ligne de mire

Hausse du prix des carburants, projet de péage urbain, instauration de la vignette Crit’air en petite couronne, piétonisation programmée du centre ville de Paris… la chasse aux automobilistes est ouverte à Paris, mais aussi en Ile de France. Comme à son habitude, Parigo pose les questions qui fâchent et prend un peu de hauteur vis à vis de toutes ces mesures destinées à limiter la congestion mais aussi la pollution. Est-ce efficace ? Est-ce juste socialement ? Quelles sont les aides mises en place pour rouler plus propre ? Le côté coercitif peut-il durablement faire évoluer nos comportements ?  Bertrand Lambert @B_Lambert75

10 Oct

J’ai testé pour vous Moovin.Paris, les ZOE en freefloating lâchées dans la capitale

Pour réserver, c’est assez simple. Il suffit de s’inscrire via l’application Moov’in.Paris, une formalité que j’avais réalisée il y a quelques jours déjà. Une fois votre identité vérifiée et validée, vous pouvez vous lancer : première étape, localiser une ZOE blanche parmi les 200 disponibles au lancement du service. Ensuite, une fois sur place (vous avez 15 minutes, pas une de plus pour vous y rendre), le véhicule est débloqué grâce à la liaison Bluetooth établie entre votre téléphone et la voiture. Pas de clef dans le vide poche. Tout est électronique… sauf l’état des lieux, le gros point noir selon moi. On revient à ce moment précis à la location 1.0, celle qui nous amuse déjà moyennement pendant les vacances, avec obligation de faire des photos du véhicule avant et après la location, à la recherche de la miette de pain sur les sièges et de la micro rayure sur l’aile avant. De quoi responsabiliser les conducteurs, certes, mais aussi de quoi faire perdre patience aux anciens usagers d’Autolib’, habitués à prendre et à rendre leur voiture en 2 bips sur les bornes. Une fois arrivé à destination, le conducteur n’a certes pas à chercher un emplacement dédié car la voiture n’a pas besoin d’être branchée. Elle est rechargée, nettoyée et donc déplacée la nuit par un service interne de « jockey ». En revanche, finie la place réservée à l’arrivée, du coup c’est reparti pour des tournées sans fin dans les zones où les places sont rares.

Le tarif, lui, est unique : 0,39 € la minute, soit 24 €/heure. Bien plus cher que pour Autolib’ qui proposait un abonnement premium et donc un tarif dégriffé pour les habitués. Et attention, il vous sera impossible de clôturer votre location si vous n’êtes pas dans la zone prédéterminée de freefloating, à savoir Paris intra muros et Clichy pour débuter. Enfin, inutile de compter sur ce service pour rentrer de soirée, il sera inaccessible de 0h30 à 5h30. Too bad. A vous le Noctilien !

18 Juin

Parigo #47 : les secrets de l’info voyageurs

Cette semaine dans Parigo, gros plan sur la manière dont l’information trafic/voyageur est fabriquée.

Comment les bouchons, ou les problèmes sur les rails, finissent-ils sur notre smartphone ? Comment les applis arrivent-elles à nous indiquer l’itinéraire le plus fluide, le plus rapide ?

Parigo vous emmène en coulisses, à la fois chez Waze France, c’est une première pour une télé, Via Michelin, la radio des autoroutes, 107.7, Sytadin ou encore le PC info de la SNCF.Bertrand Lambert @B_Lambert75

08 Avr

Parigo #38 : souriez, vous êtes filmés !

C’est un chiffre en constante augmentation : plus de 55.000 caméras, fixes ou mobiles, nous épient quotidiennement lors de nos déplacements en Ile de France ! Que ce soit dans le métro, les bus, les tramways… ou tout simplement dans la rue…  nous avons constamment une caméra qui nous observe. Qui peut accéder à ces images ? Tous ces flux sont-ils enregistrés ? Quels sont leurs usages, au delà de la vidéo surveillance ? Quels délits sont concernés par la vidéo verbalisation ? Notre vie privée est-elle menacée ? Parigo mène l’enquête !Bertrand Lambert @B_Lambert75

26 Mar

Parigo #36 : la révolution du stationnement porte un nom, le FPS

Des places libres, en plein Paris. Des PV… euh pardon… des FPS qui fleurissent sur nos pare-brises… des sociétés aux méthodes de contrôle plus que douteuses… la fin des privilèges … les voitures ventouses qui se font la malle… la mise en place du FPS, Forfait Post Stationnement, a bouleversé le quotidien de millions d’automobilistes franciliens. Au delà des cris d’orfraie, que faut-il en penser ? Et si cette réforme, malgré tous ses ratés, facilitait en fait la vie des automobilistes ? Attention, vous allez être surpris !
Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Sur le même thème : TPM#9 : le stationnement version 2.0 arrive en ville
► Pour aller plus loin : Automobilistes parisiens : ces privilégiés qui s’ignorent

27 Nov

Parigo #19 : la révolution du free floating arrive en IDF

Les vélos, scooters, et peut-être bientôt automobiles, en libre service sans borne se multiplient à Paris après avoir conquis la plupart des grandes villes de la planète. Le principe est simple : des véhicules géolocalisés que l’on déverrouille à l’aide de son smartphone et c’est parti pour un trajet facturé à la minute. Difficile de faire plus simple…
Pour autant, ces nouveaux modes de transports sont-ils sans danger ? L’expérience à l’étranger incite à la méfiance, avec parfois des trottoirs devenus inaccessibles pour cause de montagnes de vélos inutilisés. Que vont devenir les services de partage à l’ancienne, avec des bornes, tels Autolib’ et Vélib’ ? Ses entreprises peuvent-elles durer malgré un modèle économique introuvable : le PDG de Cityscoot, fort de ses deux ans d’expérience dans Paris avec ses scooters bleus et blancs, répond à toutes nos questions.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

23 Oct

La fin des voitures à essence en 2030 : réaliste ? (suite)

La mairie de Paris a annoncé jeudi 12 octobre qu’elle souhaitait aller vers la fin des voitures à essence dans la capitale à horizon 2030, et les voitures diesel en 2024, sans les interdire, pour faire de Paris « une ville neutre en carbone à moyen et long terme ».

La fin des voitures à essence à Paris en 2030, est-ce vraiment réaliste ? Retrouvez ici le débat entre Célia Blauel, adjointe EELV à la mairie de Paris en charge de l’environnement et Michel Romanet-Perroux, président de l’UDELCIM, l’Union pour la Défense de l’Egalité et la Liberté de Circuler Motorisé, diffusé dans Dimanche en politique le le 22 octobre dernier. Débat auquel j’ai également pleinement participé.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Pour aller plus loin : Parigo #12 : peut-on se passer de voiture dans Paris ?
► Sur le même thème : Quelques stats étonnantes sur la voiture à Paris…

13 Oct

La fin des voitures à essence à Paris en 2030 ? Pas si utopique que ça…

La mairie de Paris a annoncé qu’elle souhaitait une ville sans voiture à essence dès 2030, sachant que les voitures diesel auront été bannies en 2024. Alors, réaliste ou pas ? Ma contribution au débat. Retrouvez ici mes interventions à franceinfo et sur France 3 IDF

Bertrand Lambert @B_Lambert75
►Pour aller plus loin : La fin des voitures à essence en 2030 : réaliste ? (suite)
►Sur le même thème : Parigo #12 : peut-on se passer de voiture dans Paris ?