27 Nov

Parigo #19 : la révolution du free floating arrive en Idf

Les vélos, scooters, et peut-être bientôt automobiles, en libre service sans borne se multiplient à Paris après avoir conquis la plupart des grandes villes de la planète. Le principe est simple : des véhicules géolocalisés que l’on déverrouille à l’aide de son smartphone et c’est parti pour un trajet facturé à la minute. Difficile de faire plus simple…
Pour autant, ces nouveaux modes de transports sont-ils sans danger ? L’expérience à l’étranger incite à la méfiance, avec parfois des trottoirs devenus inaccessibles pour cause de montagnes de vélos inutilisés. Que vont devenir les services de partage à l’ancienne, avec des bornes, tels Autolib’ et Vélib’ ? Ses entreprises peuvent-elles durer malgré un modèle économique introuvable : le PDG de Cityscoot, fort de ses deux ans d’expérience dans Paris avec ses scooters bleus et blancs, répond à toutes nos questions.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

25 Oct

J’ai testé pour vous : le nouveau vélib’

Il sera électrique ou mécanique, vert ou bleu : le nouveau Vélib’ est plein de promesses. Plus léger (1 ou 2 kilos de moins pour le classique, mais 1 kilo de plus pour l’électrique), apparemment plus résistant, bien plus ergonomique au niveau du guidon, le vélo, doté d’un cadre aluminium gris, est bien évidemment équipé d’un panier avant, d’ailleurs plutôt ample, et d’une protection de la roue arrière de couleurs différentes selon son modèle, classique ou électrique.

Le vélib’ version smoovengo est aussi équipé sur son guidon d’une VBox, un boîtier électronique qui permettra de décrocher ou raccrocher le vélo, comme je vous le montre dans la vidéo ci-dessous. Cet écran indiquera également à l’utilisateur son trajet, son temps de location, la distance parcourue… le tout grâce à une simple connexion bluetooth avec son portable.
Vélib' Métropole - Carte Communes (oct 2017)Le nouveau vélo du service de vélo-partage parisien sera déployé progressivement entre le 1er janvier (50% des vélos et des stations) et la fin mars avec de nombreuses nouveautés : Continuer la lecture

23 Oct

La fin des voitures à essence en 2030 : réaliste ? (suite)

La mairie de Paris a annoncé jeudi 12 octobre qu’elle souhaitait aller vers la fin des voitures à essence dans la capitale à horizon 2030, et les voitures diesel en 2024, sans les interdire, pour faire de Paris « une ville neutre en carbone à moyen et long terme ».

La fin des voitures à essence à Paris en 2030, est-ce vraiment réaliste ? Retrouvez ici le débat entre Célia Blauel, adjointe EELV à la mairie de Paris en charge de l’environnement et Michel Romanet-Perroux, président de l’UDELCIM, l’Union pour la Défense de l’Egalité et la Liberté de Circuler Motorisé, diffusé dans Dimanche en politique le le 22 octobre dernier. Débat auquel j’ai également pleinement participé.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Pour aller plus loin : Parigo #12 : peut-on se passer de voiture dans Paris ?
► Sur le même thème : Quelques stats étonnantes sur la voiture à Paris…

13 Oct

La fin des voitures à essence à Paris en 2030 ? Pas si utopique que ça…

La mairie de Paris a annoncé qu’elle souhaitait une ville sans voiture à essence dès 2030, sachant que les voitures diesel auront été bannies en 2024. Alors, réaliste ou pas ? Ma contribution au débat. Retrouvez ici mes interventions à franceinfo et sur France 3 IDF

Bertrand Lambert @B_Lambert75
►Pour aller plus loin : La fin des voitures à essence en 2030 : réaliste ? (suite)
►Sur le même thème : Parigo #12 : peut-on se passer de voiture dans Paris ?

02 Oct

Parigo #12 : peut-on se passer de voiture dans Paris ?

A l’occasion de la troisième édition de la Journée sans voiture, Parigo met les mains dans le cambouis, alors que les querelles se multiplient entre cyclistes et automobilistes. Au cœur de l’émission, une seule question – qui fâche : peut-on se passer de voiture dans la capitale ?

Au programme cette semaine :

  • Se passer de voiture, c’est le défi relevé depuis trois semaines par une cinquantaine de Franciliens. Alors cap ou pas cap ? Nous avons suivi des participants à l’initiative lancée par la ville de Paris.
  • L’association 40 millions d’automobilistes passe sur notre grill : entretien vérité avec son directeur général, Pierre Chasseray.
  • Et si le vélo supplantait la voiture ? Notre second invité, Julien Demade, chercheur au CNRS en est convaincu, statistiques à l’appui. Pour lui, la bascule se fera en 2025

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur le même thème : Quelques stats étonnantes sur la voiture à Paris…
► Pour aller plus loin : Automobilistes parisiens : ces privilégiés qui s’ignorent

22 Sep

Journée sans voiture : ce qui vous attend le dimanche 1er octobre

Cantonnée ces deux dernières années à certains quartiers de Paris, la journée sans voiture revient le dimanche 1er octobre en version XXL. Scooters, motos et voitures (y compris électriques) sont priés de rester au parking… ou aux portes de Paris. Seuls les taxis, les VTC, les bus et les véhicules d’urgence pourront y pénétrer, à la vitesse maximale de 30km/h. 113 barrage filtrants seront mis en place de 11h à 18h.

282081-journee-sans-voiture-aucune-voiture-dans-paris-le-1er-octobre-2017Oubliés les 125 km de chaussées sanctuarisés de 2015, les 650 km de 2016 (soit une surface de 38 km2)… cette fois la mairie de Paris a vu grand, très grand : ce sont 105 km2 qui sont concernés (c’est 3 fois plus que l’an dernier), autrement l’ensemble de la capitale, périphérique et bois exclus. Parallèlement se tiendront les habituelles opérations « Paris respire », avec à la clé des quartiers entièrement piétons (le Marais, autour du Panthéon, de Montmartre…). Continuer la lecture

08 Sep

Automobilistes parisiens : ces privilégiés qui s’ignorent

Le titre est volontiers provocateur, avouons-le. Mais face aux éditorialistes mondains ayant micro sur rue, aux néo-députés en manque de notoriété et autres vedettes du show-bizz aux millions de followers n’ayant de cesse de vomir sur les aménagements de voirie menés par la ville de Paris à la seule expérience de leur petit nombril coincé dans les bouchons, il est temps de prendre un peu de hauteur et de rétablir quelques vérités sur la place et l’usage de la voiture dans notre belle capitale.

  • Mensonge n°1 : Hidalgo s’acharne sur les automobilistes, bien plus que ses prédécesseurs

Diminution du nombre de places de stationnement, réduction de la vitesse, piétonisation de la voie Georges-Pompidou, création de pistes cyclables… Les griefs à l’encontre d’Anne Hidalgo ne manquent pas. Sauf qu’elle est loin d’être la seule maire de Paris à s’être attaquée à la place de la voiture à Paris. Tous ses prédécesseurs, de gauche comme de droite, ont mené une politique de rééquilibrage de l’espace public au détriment de l’automobile. Petit quiz…

► Quel maire de Paris a lancé le premier réseau de pistes cyclables de Paris ? Jean Tibéri

► Quel maire du 13e a fait de son arrondissement le précurseur des pistes cyclables à grande échelle ? Jacques Toubon

► Quel maire de Paris a inauguré les premiers couloirs de bus de la capitale ? Jean Tibéri

► Qui décida d’implanter le futur T3 sur le boulevard des maréchaux en lieu et place de deux à quatre files de circulation ? Jean Tibéri

► Qui mit fin au projet de la radiale Vercingétorix, qui aurait permis de relier l’A10 à la Tour Montparnasse ? Jacques Chirac

Autant d’initiatives à retrouver dans ce reportage réalisé à partir d’archives des plus instructives :

  • Mensonge n°2 : il n’y jamais eu autant d’embouteillages à Paris

Là encore, l’analyse historique et tout simplement mathématique vient contredire le ressenti (légitime) de l’automobiliste au pas. Commençons par un problème niveau collège : sachant que le nombre de voiture en circulation dans Paris a baissé de 28 % depuis 2001 et que la place allouée à la circulation automobile est passée, dans le même temps, de 60 % à 50 % de la voirie, les voitures disposent-elles proportionnellement de plus ou de moins de place pour circuler qu’il y a 16 ans ? Je ne vous ferai pas l’injure de vous donner la réponse… Continuer la lecture

01 Avr

TPM#29 : quel bilan 9 mois après la piétonisation des berges de Seine ?

Neuf mois après le passage de la dernière voiture sur la voie Georges-Pompidou et à la veille de l’inauguration du parc des Rives de Seine, Anne Hidalgo répond en exclusivité à mes questions. Les Parisiens ont-ils réellement délaissé leur voiture ? L’évaporation attendue s’est-elle matérialisée ? Quels aménagements pour les quartiers les plus impactés ?

Pour Saint-Germain et les quais hauts, la maire de Paris fait, vous le verrez, des propositions concrètes. Elle se dit prête également à répondre positivement à la proposition de la région, favorable au développement des parkings relais aux portes de Paris.

A découvrir aussi, en avant-première, les derniers chiffres disponibles du trafic, à savoir une baisse globale du nombre de véhicules sur les quais hauts, les quais bas et le boulevard Saint-Germain (- 25 % en un an), mais une persistance des difficultés sur les axes de report. Sur les quais hauts, ce sont désormais 45.000 véhicules par jour, contre 30.000 il y a un an, soit une hausse de 50 %, ce qui entraîne plus de bruit (+ 4 db la nuit) et des difficultés de circulation (+ 3 à 7 min de plus pour parcourir les 3,3 km concernés).

Bertrand Lambert @B_Lambert75

27 Mar

TPM#28 : quelles solutions pour les oubliés des transports ?

Ils sont loin de tout et ils ont tout de même besoin de se déplacer aux heures creuses, la nuit ou au milieu des champs. Mais comment faire ? Quels transports en commun existent ? Quelles solutions pour désenclaver les zones peu peuplées, rurales ou péri-urbaines ? Transports à la demande, co-voiturage, bus express… ces idées sont-elles pertinentes ? Peuvent-elles être développées ? Le vélo serait-il LA solution miracle ? Où sont passés les 1.000 bus promis par Valérie Pécresse pour désenclaver la grande couronne ? Transportez-moi mène l’enquête, dans le Vexin ou encore en Vallée de Chevreuse, là où la mobilité, loin de la Cité, c’est pas gagné…

Invités : Stéphane Beaudet, vice-président de la Région en charge des transports / Marc Fontanès, expert en mobilité durable au cabinet Auxilia

Bertrand Lambert @B_Lambert75

10 Fév

TPM#23 : les deux roues se croient-ils tout permis ?

Qui n’a jamais pesté contre un vélo ignorant un feu rouge, un scooter garé en plein milieu du trottoir, une moto roulant dans un couloir de bus... les deux roues semblent avoir oublié qu’ils n’étaient pas tout seul sur la route, notamment à Paris. Vous trouvez que j’exagère, voyez ce test, mené en 20 minutes, près de Balard, sans trucage : au final 14 infractions, soit une toutes les 90 secondes !
Pour aller plus loin, Transportez-moi met les pieds dans le plat et pose les questions qui fâchent. L’occasion également de faire le point sur l’expérimentation de l’inter-file sur le périphérique, pratique imposée par les motards et désormais encadrée.

Bertrand Lambert @B_Lambert75