19 Fév

A quoi va ressembler le RER du futur, destiné aux RER D et E ? Le RER NG prend forme dans les Hauts de France

Pour l’heure, avec sa taule couleur terre, il paraît sorti tout droit du film Mad Max : depuis quelques jours, le 1er exemplaire du RER NG prend forme dans les chaudronneries des usines Alstom et Bombardier, situées dans les Hauts de France. Clairement, le RER NG ne ressemble pas encore à grand chose. Et il faut encore beaucoup d’imagination pour se figurer ce RER Nouvelle Génération, amené à révolutionner les lignes D et E. Mais il n’a jamais été aussi prêt de devenir réalité.

A terme, vous serez plus de 1,2 M à l’emprunter quotidiennement, sur les lignes D et E. Avec 71 rames commandées dans un premier temps (et 255 envisageables au total), le contrat était déjà historique, par son ampleur et son coût. Il l’est d’autant plus que Bombardier et Alstom, habituels concurrents, travaillent cette fois de concert. Le premier fabrique les rames intermédiaires, celles à deux étages réservées aux voyageurs, tandis que le second réalise les deux motrices, d’avant et d’arrière train, à un seul étage.

Ce RER NG, qui pourrait s’appeler Francilien Next une fois baptisé, a été spécialement conçu pour les zones à forte densité de population. Comme vous pouvez le voir sur les photos, ses portes XXL, larges de 1.95 m, sont déjà impressionnantes : elles sont censées faciliter les échanges entrées/sorties des voyageurs, ce qui ne sera pas de trop pour ce train BOA à deux étages comptant 1861 places, dont 606 assises, soit l’équivalent de quatre A380…

A noter tout de même que les 1861 places sont obtenues en comptant les voyageurs debout à 6 par m2 (au lieu de 4 d’habitude), soit une densité plus importante que sur la ligne 13 aux heures de pointe ! Quant aux nombre de places assises fixes, il est très inférieur au matériel qui est remplacé (même si elles seront plus confortables). Ainsi, dans le pire cas, on passerait de 550 à 264 places assises sur le RER E (- 52 % !) et de 760 à 324 places sur le RER D (- 57 % !).

Continuer la lecture

11 Fév

Parigo #69 : quand l’inattendu s’invite dans les transports

Cette semaine, Parigo se place sous le signe de l’inattendu… qui ne résume pas seulement à des ruptures de caténaire ou des problèmes de signalisation. Il y a parfois des « moments de grâce » dans les transports en commun… bref des sourires et de la bonne humeur ! Il suffit parfois de toutes petites choses pour considérer son trajet autrement.

Parmi ces petites choses, il y a des messages décalés ou drôles venus… de la cabine du conducteur ! « Nous arrivons station Ternes… oh comme c’est triste… Rassurez-vous, Gaîté est ouverte, mais sur une autre ligne ! » Dans cette rame bondée qui file péniblement vers son terminus, quelques sourires inhabituels illuminent soudain les visages jusque là fermés des voyageurs compressés. Vincent fait partie de ses conducteurs qui ne passent pas inaperçus : son verbe fait toujours fondre la glace. Quelques mots bien sentis et tout le monde lève la tête et sort de sa bulle. Comme lui, ils sont nombreux à nous faire rire … Parigo vous invite dans la cabine des conducteurs de métro, bus ou RER les plus sympas de la région.

Nous irons également à la rencontre d’un des plus célèbres croqueurs du métro : Alan Cloiseau voyage toujours armé de son carnet et de ses crayons. Chaque jour, ce directeur artistique formé à l’École Boulle s’amuse à immortaliser les visages et attitudes des voisins de parcours, avec tact et originalité. Tous ses dessins se retrouvent ensuite sur son compte Instagram @Attention_à_la_marche. Il nous dessinera en live un portrait !

Mais Parigo en mode surprise sur prise, c’est aussi du théâtre, de la danse, des conférences d’art…et même des bus discothèques ! Laissez-vous surprendre !

Bertrand Lambert @B_Lambert75

06 Fév

Parigo #68 : le CDG Express, la navette de la discorde

La ministre des transports a finalement tranché : Elisabeth Borne a confirmé le 6 février que le CDG Express verrait bien le jour, sans donner encore de calendrier précis ni de date de mise en service. Une victoire pour ADP et une défaite pour les associations d’usagers, toutes opposées au projet.

Le CDG Express c’est une navette directe entre Paris et Roissy, censée être opérationnelle en 2024 pour les JO et destinée d’abord aux  touristes : 20 min de trajet pour 24€ entre l’aéroport et la gare de l’Est. Ce projet est dans les cartons depuis… 1998 !

Les partisans du projet n’en démordent pas : le DCG express est indispensable à la desserte du 2eme aéroport européen. Entretien vérité avec le n°2 d’ADP, Edward Arkwright

Les opposant, élus de tous bords et associations d’usagers, eux , insistent sur la nécessité de privilégier les transports du quotidien. Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine Saint Denis, nous fera part de ses craintes vis à vis du RER B et de ses 900.000 voyageurs quotidiens.

Enfin, nous irons voir concrètement les moyens de transports utilisés aujourd’hui par les 72 M de passagers de Roissy. Dans l’immense majorité, c’est par la route qu’il rallient la capitale.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

14 Jan

Parigo #65 : la gare du Nord en plein renouveau

700.000 voyageurs, 2.100 trains au départ chaque jour… la gare du Nord est la gare n°1 en Europe. Et cette semaine, elle se dévoile dans Parigo. Histoire, architecture, gestion des flux et des trains… mais aussi projets de rénovation… vous saurez tout de ce joyau classé aux monuments historiques !

Plus de commerces, de lumière et nettement moins d’insécurité… la gare RER a totalement changé de visage ces dernières années. Mais ce n’est que le début : pour les JO, en 2024, la gare du Nord sera métamorphosée. Triplement de la surface, 600 millions d’euros d’investissement, des espaces verts, des équipements sportifs dont une piste d’athlétisme sur le toit mais surtout une très grande zone commerciale… la gare du Nord va devenir bien plus qu’une gare. Du coup, en fin d’émission, vous découvriez des vidéos 3D exclusives de la gare telle qu’elle sera en 2024… une fois achevé cinq années de travaux titanesques, censées débutées dans quelques semaines.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

05 Déc

Parigo #61 : le RER D, la révolution ou le chaos

Le RER D, en chiffres, c’est 197 km de ligne, 650.000 voyageurs quotidiens… et des pépins innombrables. En terme de régularité, c’est même la pire ligne d’Ile de France, avec certaines branches comptant moins de 65% de trains à l’heure. Une situation insoutenable qui a incité la SNCF et IDF Mobilités à lancer un énième plan de la dernière chance pour tenter d’améliorer le quotidien de ses usagers. Après les plans d’urgence de 2006, 2009 et 2011, place cette fois à une refonte horaire d’une envergure inédite.

Le 9 décembre prochain, les 5 branches du RER D ne seront plus qu’un lointain souvenir : nouveaux horaires, nouvelles dessertes, l’exploitation du RER D a été totalement repensée pour tenter de gagner en régularité.

Dans sa configuration actuelle, la ligne est en effet un nid à problèmes, avec une régularité déplorable (cf ci contre), du fait de son matériel vieillot, de son infrastructure datée et de ses cinq branches qui s’entrecroisent dans le sud. Les trains au départ de Malesherbes ou Melun en direction de Paris doivent ainsi s’intercaler dans un tronçon central surchargé selon des horaires calculés à la minute près, notamment pour emprunter le fameux tunnel de Châtelet, partagé avec le RER B. Le moindre accroc d’exploitation génère donc des retards en cascade qui se répercutent inlassablement du nord au sud de la ligne, et inversement. Comme l’admet Alain Krakovitch, le directeur du Transilien, dans Parigo: « Il faut simplifier la ligne ; aujourd’hui, il faut le reconnaitre, nous ne savons pas gérer ces 5 bifucations« .

En guise de simplification, dès dimanche, les deux branches venant de Malesherbes et de Melun (vers Corbeil) vont être dissociées de la ligne principale et fonctionneront désormais comme des tronçons autonomes. Dans le détail, les branches Vallée (Ris-Orangis à Corbeil), Malesherbes (Corbeil à Malesherbes) et Littoral (Melun à Corbeil) ne disposeront plus de trains directs vers Paris mais seront desservies par des trains qui feront la navette avec les stations de Corbeil-Essonnes, Viry-Châtillon et Juvisy. De là, les voyageurs pourront emprunter soit un RER D, soit un RER C, direction la capitale. Continuer la lecture

30 Juin

Parigo #49 : qu’ont-ils fait de leurs promesses ?

Avant de tirer le rideau pour quelques semaines de vacances, Parigo consacre son dernier numéro de la saison à un petit tour d’horizon de l’actualité transports en Ile de France, une sorte d’état des lieux de ce qui marche et de ce qui ne va pas… Pour faire le point, et revenir sur les nombreuses promesses qui nous ont été faites cette année dans l’émission, je me suis entouré de femmes et hommes de terrain :
– Simon Labouret, porte-parole de Paris en Selle
– Marc Pélissier, Président de la FNAUT IDF
– Arnaud Bertrand, Président de Plus de trains
– Lorelei Limousin, responsable des politiques de transport Réseau Action Climat

Au menu : 4G dans les transports, plan vélo, vignette Crit’air, ponctualité du RER A, vélib, nouveaux horaires de Saint Lazare, pollution de l’air …

Bertrand Lambert @B_Lambert75

11 Juin

Le RER NG se dévoile : enfin du neuf pour les lignes D et E !

A terme, vous serez plus de 1,2 M à l’emprunter quotidiennement, sur les lignes D et E. Avec 255 rames commandées, le contrat était déjà historique, par son ampleur et son coût. Restaient à connaître le design et les caractéristiques techniques du nouveau bébé d’Alstom et Bombardier. C’est désormais chose faite, et les premières images révélées sont plutôt prometteuses. Ce RER NG – pour RER Nouvelle Génération – a clairement été spécialement conçu pour les zones à forte densité de population, et semble tenir ses objectifs :

  • transporter plus de monde : chaque RER NG compte 1861 places, dont 606 assises, soit l’équivalent de quatre A380
  • le faire rapidement, avec des pointes possibles à 140 km/h… et en pilotage automatique sur la partie centrale du RER E, via le futur système embarqué d’exploitation NEXTEO
  • et dans de meilleures conditions : vibrations limitées et bruit diminué

Concrètement, le futur RER d’Île-de-France possède des plateformes d’échange spacieuses, une architecture entièrement ouverte (sans séparation claire entre les voitures) avec des espaces à un seul niveau aux extrémités du train et des espaces à 2 niveaux au centre, en mode BOA, avec, dans l’ensemble du train, la climatisation, des écrans d’information pour les voyageurs, un éclairage LED adapté aux différents moments du voyage, une cinquantaine de ports USB et une vidéo protection renforcée.

L’architecture générale et de larges portes d’1,95 m sont censées permettre une plus grande fluidité et de réduire le temps d’échange entre le quai et le train.

Le train, amené à la fois à jouer au super métro dans le centre de Paris et au train de banlieue une fois franchi le périphérique, offre quatre espaces de voyage distincts : Continuer la lecture

25 Mai

Du Pass Navigo au Smart Navigo : dès cet automne votre téléphone devient un ticket de transports

Est-ce la fin programmée du ticket de métro ? Le petit bout de carton préféré des Parisiens, qui se vend toujours à 1.500 exemplaires par minute, a en tout cas du soucis à se faire, comme nous le pressentions déjà dans un précédent numéro de Parigo, consacré à la révolution de la billettique. Après des mois de tests et de tergiversations, chaque opérateur cherchant à mettre en avant sa propre technologie, mais aussi de débats internes entre Valérie Pécresse, très demandeuse d’avancées rapides, et la direction d’IDF Mobilités, qui n’avait pas vraiment fait de ce dossier une priorité, ça y est, le Smart Navigo devient réalité. Dès cet été, des bêta testeurs dûment sélectionnés vont pouvoir utiliser la nouvelle appli ViaNavigo Lab, celle qui va bientôt transformer notre téléphone portable en ticket de métro, de RER et même en pass Navigo.

« C’est une petite révolution que les voyageurs d’Île-de-France vont vivre à la fin de l’année : les voyageurs fréquents comme les voyageurs occasionnels pourront acheter leurs titres de transport en quelques clics sur smartphone, et les télécharger dans la carte SIM grâce à la technologie Wizway*. Finies les files d’attente aux guichets ou aux automates ! », s’est enflammé Alain Krakovitch, le directeur du Transilien, lors de la démonstration réalisée ce midi au salon Viva Tech.

Si tout se passe bien lors de cette première phase de test, l’expérimentation sera étendue dès cet automne à l’ensemble des possesseurs de smartphones NFC fonctionnant sur Android. Les propriétaires d’Iphone en sont pour leur frais : Apple n’a pas souhaité donner suite aux demandes d’IDF Mobilités, ce qui est d’autant plus étrange que la marque à la pomme propose un service similaire au Japon.

Concrètement, les Franciliens équipés de mobiles compatibles pourront expérimenter l’achat, le chargement de carnets de tickets T+ mais aussi de forfaits Navigo, mois et semaine, directement sur leur smartphone NFC. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, c’est assez simple, mais il faudra obligatoirement passer par l’appli Navigo Lab. Une fois l’achat effectué, il suffira de présenter le téléphone allumé ou éteint (démonstration de Valérie Pécresse ci-dessous) devant la borne de validation, quelle qu’elle soit (RATP, SNCF ou Optile), pour valider son titre de transport. Celui-ci sera alors stocké dans la carte SIM du téléphone mobile du voyageur, ce qui permettra par exemple aux contrôleurs de faire leur travail, même si votre batterie rend l’âme entre Châtelet et Nation (ce qui n’arrive jamais, le réseau téléphone et 4G étant au top dans le métro… non je plaisante…). Continuer la lecture

21 Mai

Dans les coulisses de la gare RER des Halles, la plus fréquentée d’Europe

Avec 800.000 voyageurs / jour, la gare RER des Halles est la principale porte d’entrée dans Paris, mais aussi un hub avec des correspondances pour les quatre coins de l’Ile de France. Imaginée au milieu des années 70, aménagée progressivement au fil du temps et de l’arrivée des différentes branches des RER A, B et D, entre 1977 et 1995, la gare a été profondément repensée à l’occasion du chantier des Halles : nouvelle signalétique, nouvelles entrées, nouvelle déco, nouveau commissariat… suivez le guide !   Bertrand Lambert @B_Lambert75

30 Avr

Parigo #41 : pourquoi le réseau francilien est-il si peu accessible ?

Se déplacer en fauteuil, ou tout simplement avec une poussette ou des béquilles… c’est le défi quotidien de plus d’un million de franciliens qui se déplacent difficilement, un jour donné dans le réseau. Pour eux, l‘accessibilité des transports est presque vitale, pour aller travailler ou tout simplement vivre comme tout le monde. Depuis la loi de 2005, de nombreuses initiatives et dispositifs ont vu le jour dans la région pour mettre les transports en commun à la portée de tous. Il suffit pourtant de regarder la carte ci-dessous, pour réaliser que nous sommes encore très loin du compte.


Pourquoi un tel retard, malgré une réelle volonté politique et les montants considérables alloués à la mise en accessibilité ? Quelles perspectives pour les différents handicaps ? Parigo mène l’enquête avec deux invités : Charlotte de Vilmorin, co fondatrice de Wheeliz et auteure du blog Wheelcome, et Stéphane Beaudet, vice président d’IDF MobilitésBertrand Lambert @B_Lambert75