29 Mar

Mauresca sort son ragga-rocky-riot

Sur la dralha contestataire des « Pussy Riots » (féministes russes) et musicale du « Riot grrrl » (mouvement à la croisée du punk-rock et du rock alternatif aux idées féministes) les gars de Mauresca ont dégainé leur Riòta.

affiche-80x120-concert-Mauresca.inddDe brun sus la pocheta

« C’est la sombre couleur, l’embuche et l’écueil, c’est la brune terreur, la nation en deuil… » La Riòta

Si des résultats électoraux très récents ont pu donner raison à Mauresca, l’album Riòta a de quoi regonfler la chorma de ceux qui ont mal à la tête depuis dimanche. Le groupe avait pris soin de faire tourner ce morceau juste avant.

Mauresca, 5 albums au compteur avec des titres laconiques et très évocateurs : Francament (2001), Contèsta (2005) Bartàs (2008), Cooperativa (2010) et donc Riòta (2014). Pochette brune face à la vague sombre. Jeudi à Toulouse, la Riòta (émeute, soulèvement) a déjà sonné sur scène. Benezet artille : « On ne sait pas si c’est vrai mais ça nous plaît de dire que l’anglais Riot vient de l’occitan Riòta! »

 Formula novèla

Une guitare et une batterie pour étoffer le rythme, faire monter le riddim, rajouter du jeu, voilà longtemps que les 5 membres fondateurs issus de la fac Paul Valéry y songeaient. Chab, Drac, Benezet, Inti et Massimo ont fait un essai en 2013 à l’Estivada de Rodez et pour la Fèsta d’òc de Béziers. Essai transformé lors d’une résidence dans l’Aveyron pour composer le nouvel album. Massimo s’est davantage impliqué dans les créations. Il a posé ses guitares : rock, saturée, avec de gros riffs, parfois punk. Sur scène, c’est Sylvain Briat venu tout droit de The Plans qui le remplace. Côté batterie, Julien Carbonne, n’est pas vraiment dépaysé. Il vient d’un autre groupe languedocien qui s’est fait un nom sur la scène Ska-punk-raggamauffin : Stevo’s teen.


Mauresca à la Dynamo de Toulouse par france3midipyrenees  Images : Jack Levé  Son : Michel Blasco et Joël Eon  Montage : Eve Ducau

A l’arrivée, ça sonne british : The Clash, Dub Pistols et Ninja Tune, du nom de ce label anglais de musique électronique où se retrouvent beaucoup de DJ. Et Drac -celui de Mauresca- est très à l’aise pour envoyer ses scratches.

 Riòta, Casper e los autres sus l’empont

Sur scène, les changements sont audibles. Plus de jeux dans les rythmes, un son plus posé et plus lourd, plus d’énergie… C’est visible sur les nouveaux morceaux : des riffs rock pour « Riòta », guitares saturés sur « Mauvaises idées » du punk façon The Clash pour « Miègjornau ». Ceux plus anciens comme « Indians de las Americas » semblaient faits pour ça. « Sus la Montanha » prend de la hauteur, va plus loin sus las auturas. Le groupe n’a rien perdu de son « Boulégant », de son énergie communicative. Les voix ont évolué aussi. Et pas seulement sous l’influence de Casper, ce fantôme de micro revenu des années 50. « C’est un très vieux micro -qu’on appelle Casper- que nous branchons sur une machine pour faire des effets. C’est un gros délire. On en met partout ! », confesse Drac. Sur scène, Chab s’en amuse beaucoup. Notamment sur « Mauvaises idées ». Pour chasser le fantôme en chemise brune ?

« C’est de la faute aux autres, ainsi naissent les despotes, penses-y quand tu votes, pense au bruit des bottes. » La Riòta

Benaset de la 3