18 Fév

Amb un fil d’amistat

gardy 2Felip Gardy

C’est un travailleur de l’ombre, un de ces érudits pas tout à fait anonyme qui tisse ses œuvres avec précision et discrétion. Depuis les années 60, il ne cesse de baliser ainsi la littérature occitane tantôt de piques somptueuses, tantôt de pieux mystérieux avec un  fil d’Ariane toujours tenu.

Partagé entre Montpellier et Bordeaux, entre la recherche et l’enseignement, il a élevé de nombreux étudiants, éclairé sous d’autres jours la littérature d’oc de Godolin à Pécout, impulsé de nouvelles recherches, crée des revues comme Lengas.

Toujours collectif et jamais perso ; un artiste singulier dans un monde pluriel.

Il faut lire et relire sa poésie : L’ora de paciénça, la Dicha de la Figuièra, A la Negada

Amb un fil d’amistat

Et des liens indéfectibles se sont noués avec ceux qui le croisent, le suivent « amb un fil d’amistat ».

Le titre de cette œuvre à paraître est tiré de Godolin et son célèbre Ramelet moundi, paru en 1621.

Des collègues, des amis, scientifiques, poètes, critiques ont ainsi prêté leur main à cet ouvrage révélateur de l’immensité et de la variété de son travail.

Il aura fallu 900 pages pour réunir les contributions de ces 80 écrivains amistoses. Cet Arc de seda littéraire, ce mescladis de mots paraîtra au début de l’été. Il vous reste tout le printemps pour y souscrire auprès de François PIC / CELO / 9 rue Jean de Mansencal / 31500 TOULOUSE.

Benoît Roux

Souche

Photos © Georges Souche

Dempuèi lo temps que s’avançam

 se siam de verai ont cresem d’èstre

qual o pòt saber

 quau podriá dire

si lo soleu qu’entrevesèm

de l’autra man de la finestra

es ben nòstre soleu

 

es que lo gisclat mesurat dei pins

et lo sorire dau vent entre lei brancas

serian pas qu’illusion

e consolament tot provisòri

 

dempuèi lo temps que s’avançamarbres_gaa0005

creserèus

dins la succession tan bèla

dei jorns e dei sasons

e que confles d’amors perdudas

ne cercam d’autres a cada canton de camin

 

quau nos assegurarà que tot aquò’s pas que joc

e semblanças de viure

e que lei lagremas rajant

sus la pèu lisa

que tant l’aimam

serián pas que pluejas mòrtas

tombant

per comolar nostrei vanei desiranças

 

Felip Gardy : « Dins un cèu talhant de blau »

Editions « Letras d’Oc » 2010