01 Avr

TPM#29 : quel bilan 9 mois après la piétonisation des berges de Seine ?

Neuf mois après le passage de la dernière voiture sur la voie Georges-Pompidou et à la veille de l’inauguration du parc des Rives de Seine, Anne Hidalgo répond en exclusivité à mes questions. Les Parisiens ont-ils réellement délaissé leur voiture ? L’évaporation attendue s’est-elle matérialisée ? Quels aménagements pour les quartiers les plus impactés ?

Pour Saint-Germain et les quais hauts, la maire de Paris fait, vous le verrez, des propositions concrètes. Elle se dit prête également à répondre positivement à la proposition de la région, favorable au développement des parkings relais aux portes de Paris.

A découvrir aussi, en avant-première, les derniers chiffres disponibles du trafic, à savoir une baisse globale du nombre de véhicules sur les quais hauts, les quais bas et le boulevard Saint-Germain (- 25 % en un an), mais une persistance des difficultés sur les axes de report. Sur les quais hauts, ce sont désormais 45.000 véhicules par jour, contre 30.000 il y a un an, soit une hausse de 50 %, ce qui entraîne plus de bruit (+ 4 db la nuit) et des difficultés de circulation (+ 3 à 7 min de plus pour parcourir les 3,3 km concernés).

Bertrand Lambert @B_Lambert75

27 Mar

TPM#28 : quelles solutions pour les oubliés des transports ?

Ils sont loin de tout et ils ont tout de même besoin de se déplacer aux heures creuses, la nuit ou au milieu des champs. Mais comment faire ? Quels transports en commun existent ? Quelles solutions pour désenclaver les zones peu peuplées, rurales ou péri-urbaines ? Transports à la demande, co-voiturage, bus express… ces idées sont-elles pertinentes ? Peuvent-elles être développées ? Le vélo serait-il LA solution miracle ? Où sont passés les 1.000 bus promis par Valérie Pécresse pour désenclaver la grande couronne ? Transportez-moi mène l’enquête, dans le Vexin ou encore en Vallée de Chevreuse, là où la mobilité, loin de la Cité, c’est pas gagné…

Invités : Stéphane Beaudet, vice-président de la Région en charge des transports / Marc Fontanès, expert en mobilité durable au cabinet Auxilia

Bertrand Lambert @B_Lambert75

10 Fév

TPM#23 : les deux roues se croient-ils tout permis ?

Qui n’a jamais pesté contre un vélo ignorant un feu rouge, un scooter garé en plein milieu du trottoir, une moto roulant dans un couloir de bus... les deux roues semblent avoir oublié qu’ils n’étaient pas tout seul sur la route, notamment à Paris. Vous trouvez que j’exagère, voyez ce test, mené en 20 minutes, près de Balard, sans trucage : au final 14 infractions, soit une toutes les 90 secondes !
Pour aller plus loin, Transportez-moi met les pieds dans le plat et pose les questions qui fâchent. L’occasion également de faire le point sur l’expérimentation de l’inter-file sur le périphérique, pratique imposée par les motards et désormais encadrée.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

08 Jan

Transports : quel bilan pour Valérie Pécresse après un an ?

Plan 1.000 bus, rénovation ou achat de 700 rames, pass navigo, plan anti bouchons, métro 24h/24… Valérie Pécresse avait beaucoup promis, peut-être même trop comme je l’avais souligné à l’époque dans un précédent post. Un an après, où en sommes-nous ? Quels chantiers ont été lancés ? Quels renoncements ont été déjà actés ? Reportages, analyses et débat sans langue de bois avec la présidente de Région.
Bertrand Lambert

28 Sep

Véligo change de braquet et débarque à Paris !

Et si, discrètement, Véligo était en train de changer de braquet ? Un nouvel espace vient d’être inauguré à Montparnasse, en plein cœur de la capitale, le tout premier réalisé dans une gare du réseau historique de Paris intra muros. Certes il existait déjà un espace Véligo à Rosa Parks, mais celui-ci avait été pensé et réalisé à l’occasion de la construction de la nouvelle gare RER de l’Est parisien. Cette fois, il va fallu trouver de la place et adapter les lieux, en l’occurrence le parking EFFIA, accessible par le hall 2 Pasteur de la gare Montparnasse 2. En attendant les espaces de Paris Est et de Saint-Lazare, financés mais pas encore opérationnels, voici donc le premier espace Véligo disponible, avec ses 60 places sécurisées, dans une grande gare parisienne.

Vous ne connaissez pas Véligo ? Si vous souhaitez garer votre vélo dans une consigne sécurisée et/ou dans un abris en libre accès, à proximité immédiate des entrées de votre gare transilien ou RER, cet article est fait pour vous ! Et Véligo aussi par la même occasion.

L’idée du STIF, à l’origine du projet, est de favoriser l’intermodalité entre les différents modes de transports, autrement dit d’inciter les voyageurs à utiliser leur vélo en complément des transports en commun.

Continuer la lecture

25 Sep

#TPM3 : quelle place demain pour la voiture à Paris ?

Samedi 24 septembre à 12h05 sur France 3 Ile de France, Transportez-moi – l’émission – s’est intéressée à la place de la voiture à Paris. Au programme : reportages (quel bilan de la fermeture des quais rive gauche ? Une semaine sans voiture, le test), statistiques étonnantes et entretien vérité avec la bête noire des automobilistes parisiens : Christophe Nadjovski, l’adjoint à la maire de Paris chargé des transports.
Réagissez sur les réseaux sociaux #TPMIDF

Bertrand Lambert

► Pour revoir TPM #1 consacrée à la mobilité connectée, cliquez ici
► Pour revoir TPM #2 consacrée à un siècle de transports, cliquez ici

16 Sep

En prenant le RER, vous faites du sport sans le savoir !

Vive les correspondances ! Si l’on en croit la dernière étude menée par le STIF et l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, prendre les transports en commun génère quotidiennement chez les Franciliens 27 minutes d’activité physique ! A croire que tout le monde emprunte les couloirs sans fin de Châtelet – les Halles ou d’Auber… Plus surprenant encore, les 29% de Franciliens qui utilisent au quotidien les transports en commun dépensent finalement plus de calories (180 kcal) que ceux qui se déplacent uniquement à pied : ces derniers réalisent en moyenne seulement 16 minutes d’activité physique par jour dans le cadre de leurs déplacements, soit 11 de moins que les détenteurs du Pass Navigo.

etude INSERM

Sans surprise, le vélo est le mode de déplacement à l’origine de l’activité physique (dite modérée ou vigoureuse) la plus importante : 48 minutes par jour… contre seulement 8 petites minutes pour les accrocs de l’auto ou de la moto (le temps en gros de descendre à leur parking et de prendre leur véhicule).

Comme le rappelle l’INSERM, plus nous pédalons, plus nous marchons, plus nous bougeons, plus nous diminuons le risque de développer cancers et maladies cardiovasculaires, lesquelles représentent tout de même plus de 55% des 550 000 décès annuels en France. Pass Navigo et vélo riment donc avec santé maousse costaud.

Les Parisiens sont les plus actifs lors de leurs déplacements quotidiens

Autre enseignement, la durée moyenne d’activité physique réalisée par les Franciliens pour leurs déplacements diffère sensiblement selon leur lieu de résidence. Parce qu’ils sont ceux qui se déplacent le plus et ont le plus souvent recours aux modes de transports alternatifs à la voiture, les Parisiens s’avèrent être les plus actifs avec 29 minutes d’activité physique effectuées chaque jour lors de leurs déplacements. Logique : 30% de leurs déplacements se font en transports en commun et plus de la moitié à pied. Quant aux Franciliens de la petite et grande couronne, ils effectuent respectivement 22 minutes et 18 minutes d’activité physique pendant leurs trajets journaliers.

Bertrand Lambert

07 Sep

Rendez-vous chaque samedi à 12h05 sur France 3 IDF pour « Transportez-moi », l’émission

Après le blog, Transportez-moi se décline désormais à la télé ! Avec toujours le même soucis, celui de vous faciliter vos déplacements quotidiens. Tous les samedis à 12h05, sur France 3 Ile de France, pendant 10 à 12 minutes, nous vous proposerons des entretiens vérités avec la SNCF, la RATP, le STIF etc… et des reportages exclusifs autour d’une seule et unique thématique.

Samedi 10 septembre, pour la 1ere, gros plan la mobilité connectée : 4G, wifi… Où en sommes-nous dans les transports de la région parisienne ? Dans le métro, le RER, pourquoi est-il toujours aussi difficile de se connecter ? Pourquoi tant de retard ? Quels sont les travaux en cours ?

Nous poserons les questions que vous rêvez de poser à la RATP et à la SNCF. Nous vous ferons également découvrir où sont installés les antennes relais en sous-sol, et les innombrables difficultés rencontrées pour les déployer dans le réseau si particulier du métro parisien. Enfin, nous irons faire un tour du côté des taxis qui, pour une fois, sont à la pointe de l’innovation avec du wifi embarqué !

Rendez-vous, samedi, dès 12h05, sur France 3 Paris Île-de-France.

► Les invités :
Marie-Caroline Benezet, directrice digitale Gares&Connexions (SNCF)
Thien Than-Trong, directeur du département système d’information et télécommunications (RATP)

► Réagissez sur les réseaux sociaux #TPMIDF

Bertrand Lambert

24 Juin

Vélo, métro, boulot, dodo : Véligo poursuit son développement

veligoDoucement mais sûrement, Véligo poursuit sa route. Deux nouveaux espaces viennent d’être inaugurés à Ozoir la Ferrière (RER E) et à Tournan en Brie (ligne P et RER E), en Seine et Marne. Vous ne connaissez pas Véligo ? Si vous souhaitez garer votre vélo dans une consigne sécurisée et/ou dans un abris en libre accès, à proximité immédiate des entrées de votre gare transilien ou RER, cet article est fait pour vous ! Et Véligo aussi par la même occasion.

L’idée du STIF, à l’origine du projet, est d’inciter les voyageurs à utiliser leur vélo en complément des transports en commun. Et l’expérience, lancée il y a maintenant plusieurs années, est plutôt concluante : les utilisateurs sont, dans leur très grande majorité*, satisfaits de la sécurité et de la propreté des espaces qui leur sont proposés. Pour y accéder, il suffit d’être en possession d’une carte Navigo chargée d’un forfait en cours de validité (Semaine, Mois, Annuel, imagine R, Solidarité Transport) et de souscrire un abonnement à 20 euros (par an). C’est un peu moins cher qu’un abonnement annuel à Vélib’ et en plus vous êtes certain de retrouver votre vélo en sortant du train !

On compte aujourd’hui 56 espaces Véligo en service en Ile-de-France, essentiellement en petite couronne : à Paris, seule la toute nouvelle gare RER Rosa Parks est équipée.

Ces deux nouveaux espaces Véligo comptent chacun 40 places. Ce qui porte à 3 658 le nombre de places sécurisées proposées en Ile de France par Véligo … c’est certes deux fois plus qu’en novembre dernier mais le STIF est encore loin, très loin, de son objectif de 20.000 places en 2020. 

* Enquête menée par le STIF en avril 2013 : 92 % des abonnés Véligo se sont déclarés satisfaits par le service Véligo.

Bertrand Lambert

Infos pratiques : pour souscrire à Véligo, direction le nouveau service www.veligo.transilien.com (souscription en ligne simple et rapide en payant par carte bancaire). Vous pouvez également passer par le centre de gestion Véligo (01 71 25 06 50 de 7h00 à 20h00, 7j/7  – prix d’un appel local) ou en remplissant directement le formulaire papier disponible au guichet des gares équipées d’une consigne Véligo.
► Sur le même thème : Vélo Métro Boulot : ouverture d’un 1er espace Véligo sur la ligne 13

16 Juin

Journée sans voiture du 25/09/2016 : périmètre élargi mais toujours autant de dérogations

On se souvient tous de la 1ere journée sans voiture du 27 septembre dernier : succès populaire indéniable, surtout sur les Champs-Elysées, mais aussi polémique à tous les étages : entre la mairie de Paris et la préfecture de police, entre pro et anti, entre cyclistes, piétons et automobilistes… avec comme sujet de discorde principal le périmètre de l’opération. Il faut dire que celui de la 1ere édition était peau de chagrin : pour schématiser, seul l’hyper centre ville était véritablement concerné. La faute, selon Anne Hidalgo, à la mauvaise volonté de la préfecture de police. Cette fois, la ville a su se montrer plus convaincante : le 25 septembre prochain, tous les arrondissements de la capitale seront concernés (au moins en partie), soit 650 km de chaussées. C’est 5 fois plus que l’an dernier ! 45% du territoire parisien intra-muros (environ 38 km2) sera au calme (la zone vert foncé), débarrassé de la pollution et du bruit des voitures. Miracle, nous entendrons de nouveau chanter les oiseaux sans avoir à tendre l’oreille et nous pourrons parler à notre voisin sans avoir besoin de hausser le ton. De quoi redécouvrir la ville tout autrement. Apaisée. Civilisée. Humaine. L’initiative est évidemment positive. Elle vise, comme l’an dernier, à sensibiliser les Parisiens à la nécessité de modifier leur comportement vis-à-vis de la voiture. Sauf que…

  • Le jour du Seigneur
    Organiser une journée sans voiture un dimanche, pourquoi pas, c’est bon pour le tourisme, ça permet de profiter de l’évènement en famille et d’éviter des embouteillages monstres en périphérie, mais ce n’est malheureusement pas ce jour là que les Parisiens ou banlieusards vont apprendre à penser autrement leur trajet domicile/travail, principal source de trafic routier dans Paris. On est donc encore loin du véritable moment pédagogique à destination des accrocs de l’auto souhaité par la ville.
  • Des dérogations à gogo
    Attention, « Journée sans voiture » ne veut pas dire « Paris sans voiture ». Comme l’an dernier, il y aura potentiellement des voitures en circulation partout, y compris dans les secteurs dits « piétons ». Ainsi, si vous habitez dans une zone a priori fermée aux voitures, vous aurez le droit de prendre votre véhicule comme bon vous semble. Les taxis (mais pas les VTC), les véhicules d’urgence, estafettes des commerçants (les marchés auront bien lieu ce jour là), camions de déménagement (ayant demandé une autorisation au préalable ici) ou encore, fort heureusement, les bus de la RATP (au contraire des cars de tourisme ou de type Ouibus qui seront bannis des zones piétonnes) pourront, eux aussi, circuler librement. Seule obligation, valable pour tout le monde : rouler au pas, à 20 km/h.
  • Une journée riquiqui
    11h-18h, soit 7 heures sans voiture, c’est ce qui s’appelle réduire une journée à sa portion congrue !


Pour rester positif, la deuxième édition est tout de même bien plus ambitieuse que la première, gageons que celle de 2017 sera encore plus radicale avec des quartiers entiers réellement piétons. Vivement Paris délivrée de l’emprise sonore et olfactive des moteurs à explosion !

Bertrand Lambert

► Pour se balader dans la carte interactive, cliquez ici.
► Sur le même thème : Journée sans voiture du 27 septembre : de qui se moque-t-on ?