29 août

L’occitan s’escaufa dins la mesclanha

Aqui que las competicions venon de tornar prene en Tòp 14 e Pro D2, e semblariá que la lenga d’òc tòrne jogar sus son pròpi terren. Cal dire que lo maridatge entre aquel espòrt populari e l’occitan es evident, natural. Pr’aquò ne son venguts a se virar lo cuol, a consomar pas lo maridatge. Mas duèi aqui que s’agachan un pauc mai dins los uèlhs. Sens tirar l’uèlh de pòrc.

10268546_700732413298526_1826340857164400966_nComa las bascas o catalanas, las còlas occitanas de rugbí se son metudas a las colors localas. Un pauc de senhaletica, un imne per la dintrada de las còlas, un cantaire, un musicaire que fa petar una bodèga o un graile, avèm vist aquò a Pau, Castras, Besièrs, Narbona, Carcassona… A Besièrs, se son quitament trufats del CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) que lor aviá fat quauquas misèrias e an fargat lo Comitat per Occitània Sens Frontièra ! A grand bruch de fèstas abans la partida, pendent e plan solide de d’aprèp. De que tornar far prene de colors al crane Besièrs de las annadas 70 !

Mas las novèlats d’aquela dintrada donc, venon de primièr de l’Estadi Tolosenc. Amb son nom, Bouscatel pòt pas èsser autra causa qu’un Occitan. Lo president de l’estadi tolosenc voliá déjà que  l’estadi novèl grandás de la Federacion Francesa de rugbí se quilhèsse en Occitània e per de que pas a Tolosa. Ara seriá pas contre un imne tot nuòu pels rotges e negres en francés e occitan. Lo Joan-Marc Leclercq que coneis plan aquel espòrt a fat una primièida prepausicion : « Per Tolosa totjorn mai ». La Veronica Antonelli acostumada a encantar los monuments e los aires a prestada sa votz.

maillot-domicile-14-15-A Montpelhièr, vòlon pas virar l’esquina a la lor identitat e puslèu la pegar sul copet. Aital òm pòt legir : « Onora ton malhòt », « Cerca l’excepcional », « Vai fins al cap ». L’espaci novèl de venda  del club se sona quitament « botiga MHR ». A Montpelhièr, vòlon pas virar l’esquina a la lor identitat e puslèu la pegar sul copet. Aital òm pòt legir : « Onora ton malhòt », « Cerca l’excepcional », « Vai fins al cap ». L’espaci novèl de venda del club se sona quitament « botiga MHR ». Ne sem pas qu’a las premícias, Occitània sedusis un pauc e concretiza, mèfi d’èstre pas cocuda !

Lo Benaset

11 août

VIURE AL PAíS de l’estiu : émission du 24 août 2014 à 11h 15

Emission estivale consacrée à GASTRONOMIE
présentée par Benoît Roux

Quatre reportages culinaires
De cosina a Mesa : les moules du bassin de Thau au curry et la fameuse « Paidolada ».
L’airòla dins l’escudèla : les huîtres de Gruissan gratinées.
Las recèptas de Sòfia Laborda : les recettes traditionnelles de Gascogne revues par Sophie Laborde…
Trufas negras : la truffe noire  »or noir du Périgord » !

 A découvrir tout de suite dans la vidéo ci-dessous, le reportage de Clément Alet et Jack Levé tourné sur de l’étang de l’Ayrolle (11).

Et n’oubliez pas pour voir toute l’émission c’est dimanche prochain à 11h 15 !

 


Cosina mar Gruissan par france3midipyrenees

04 août

VIURE AL PAíS de l’estiu : émission du 10 août 2014 à 11h 15

Emission estivale ARTS
présentée par Benoît Roux

à découvrir dans cette émission 3 sujets  :  
- Nicolaï Greschny, un artista rus en Occitània : voir vidéo ci-dessous
- Clap de lenga 2014 : festival vidéo et 
cinéma de Salies-du-Béarn (64)
- En traversant nau Lanas : un film de Jacques Baris 

A voir dimanche prochain à 11h 15 !


Nicolaï Greschny
De Benoît Roux et Olivier Denoun

 

 

Nicolaï Greschny par france3midipyrenees

21 juil

VIURE AL PAíS de l’estiu : émission du 27 juillet 2014 à 11h 15

L’émission estivale du dimanche 27 juillet 2014 à 11h15

Présenté par Clément Alet, ce magazine vous propose de découvrir :

- Le train rouge
- Le portrait d’une jeune femme passionnée de mécanique et de… Max Rouquette
- Le Sidobre

Entre Rivesaltes et Axat  : le train du Pays Cathare et du Fenouillèdes
Un reportage d’Aymeric Jonard et Eric Foissac


Tren rotge par france3midipyrenees

Et pour voir la suite de l’émission c’est dimanche prochain à 11h 15 !

 

 

18 juil

Agost : un estiu en òc

Comme nous l’avions fait pour juillet, l’estiu en òc se poursuit au mois d’août. Voilà de quoi se changer les idées si on travaille ou passer quelques moments agréables en vacances. En occitan sioplèt !

agenda-311651A cheval sur juillet-août, los Rescòntres Occitans en Provença. Des ateliers pour apprendre la langue, l’écrire, le chant, la musique, la danse…Il y en a même per los pichons a comptar de sièis ans ! Sans oublier des débats et les soirées. Du 1er au 4 août sur la commune d’Annot (04).

vilatge_oc_14-08-14Béziers dans la tourmente mais les Biterrois résistent. Lo vilatge occitan de la Feria est de retour du 13 au 17 août. Le groupe Test, Castanha e Vinovèl, los Goulamas’K. De quoi danser et faire la fête jusqu’au cœur de la nuit. Tout en faisant une bonne actions pour les calandretas de la ville qui en ont bien besoin.

 

 

 

Anoncia (1)1992_346_HestivOc2014Ensuite après l’Universitat occitana de Nimes, celle de la Guepia reprise par Claude Sicre (avec un sujet à suivre dans le Viure al País de la rentrée), voici l’incontournable Escòla Occitana d’estiu. 40 ans d’activités avec toujours la même formule : du sérieux et du plaisir. Elle se passe du 17 au 23 août et vous y retrouverez Jan dau Melhau ou encore Verd e Blu.

En même temps, l’Hestiv’òc prendra le relais du 21 au 24 août. Et si vous ne pouvez pas venir festival, il viendra à vous ! Grâce aux bénévoles de l’Ostau Bearnés et au dispositif « Parlem Amassa », 3 maisons de retraite de l’agglomération paloise auront la visite des festivaliers. Pour sa 10ème édition, les organisateurs ont concocté quelques surprises sous l’œil bienveillant de la Police Occitane de Proximité. Musique occitane, catalane, d’Aragon, du Pays Basque à la clé.

 En attendant le nouveau Massilia en octobre et le Festival d’Occitània dès septembre.

Sans titreSans oublier de jeter un œil sur vos artistes préférés :

 Mauresca Nadau Vox Bigerri Du Bartas Goulamas’K Moussu T et son nouveau CD d’Opérettes La Mal Coiffée

E tantes maites !

Bona vacanças, bon travalh e siaguèssetz ardits per la dintrada !

 Lo Benaset

07 juil

VIURE AL PAíS de l’estiu : émission du 20 juillet 2014 à 11h 15

L’émission estivale du dimanche 20 juillet 2014 à 11h15

Présenté par Clément Alet, ce magazine vous propose de découvrir deux personnages :
Gilabèrt Narioo en Béarn et Olivièr Courthiade en Ariège.

Voici le premier : Gilabèrt Narioo
Un portrait de Denis Salles et Jean-Michel Litvine


Gilbert Narioo par france3midipyrenees

Et pour découvrir le second
Olivièr Courthiade 

C’est dimanche prochain à 11h 15 !

 

 

27 juin

Un estiu en òc !

C’est donc reparti pour un tour… de piste. Que vous soyez en vacances ou encore au travail cet été, c’est le moment de festejar en occitan. Nous vous avons donc sélectionné quelques évènements, de mancar pas !

Escota e Minja à l’Isle-Jourdain (32) ouvre le bal du 3 au 6 juillet pour 4 jours de fêtes, de gastronomie et de convivialité. Concerts gratuits avec Le Comité, le sextet Brotto-Lopez, Talabast ou le Funky Style Brass. Côté aquitain, c’est le festival Nas de Guit qui entame les festivités. Du 3 au 5, le coeur du village de Vieux-Boucau (40) accueillera Du Bartas, Papà Gahús et un bonne dose de cantèra !  Et puis c’est une première, le festival Les Voix au Château de Nègrepelisse dans le Tarn et Garonne. Tous les spectacles se déroulent dans la cour intérieure du château qui vient d’être rénovée. Le samedi 12 juillet, les filles de « La mal Coiffée » en seront les hôtes privilégiées. La saison estivale est aussi synonyme d’apprentissages de toutes sortes en occitan. L’Université Occitane d’Eté de Nîmes rouvre ses portes du 5 au 9 juillet pour sa 38ème édition et pour 5 jours dédiés à une thématique : « 1914… 2014, l’Occitanie en chemin ». Sur le chemin, nous vous conseillons une étape indispensable à Laguépie (82) pour l’université Lenga viva. Du 6 au 13 juillet, l’universitat de La Guépia revient avec toujours autant d’excellents professeurs d’occitans pour les cours de langue d’oc en matinée, un large programme d’ateliers et de rencontres culturelles l’après-midi, puis une programmation musicale assez… exceptionnelle en soirée : Nòu Sòrres, Papet J, Mauresca, Bombes 2 Bal et les Doctors de Trobar. Du 10 au 13 juillet, c’est à Béziers que se tiendra également un autre temps fort de la fête occitane. La Festa d’òc accueille Femi Kuti, Oai Star, La Madalena… (et bien d’autres encore). Le cloître Saint-Nazaire prendra une nouvelle fois ses quartiers occitans pendant toute la durée du festival. Carte blanche à Joan-Francés Tisner le samedi 12… à ne pas rater.

Affiches été oc 2

En Ariège, deux évènements incontournables reviennent une nouvelle fois cet été. Le Festen’òc de Saurat se déroulera du 11 au 13 avec des concerts et bals gratuits mais également des ateliers de danses, de chants et d’occitans, gratuits eux-aussi. A quelques pas de Saurat, le Trad’estiu se tient une nouvelle fois sous la halle de Foix du 18 au 20 juillet. Didier Tousis, Verd e Blu et Lo Garric vous y feront danser. Didier Tousis, le poète landais, que vous retrouverez d’ailleurs aux côté d’Aimat Brees et son groupe Hum à Lodève pour la 17ème édition du festival de poésie Voix de Méditerranée, du 16 au 20 juillet. Mais si vous préférez aux vers occitans, l’apprêté du son de la Montagne Noire, il ne vous reste plus qu’à rejoindre Castres où se déroulera le traditionnel Camins de Crabas, le 12, 18 et 19 juillet : grand passa-carrièra au son de la bodega, grailes et craba au programme. La fin du mois de juillet sera enfin marquée par deux évènements culturels et musicaux. Tout d’abord les Nuits Atypiques de Langon, du 21 au 27 juillet. Le 6ème forum des langues de France ouvrira cette nouvelle édition dès le lundi 21. Côté programmation musicale,  Bernard Combi devrait côtoyer Moriarty et Du Bartàs jouera le dimanche 27, tout comme le trio-tango Plaza Francia. Dernier rendez-vous majeur de l’été occitan, même si cette année, le festival a été un peu raccourci pour raison financière, l’Estivada se posera sur Rodez du 23 au 26 juillet. L’incontournable Nadau ouvrira le bal dès le mercredi 23. On retrouvera ensuite pêle-mêle : les fougueux provençaux du Rauba Capèu, le chant puissant du Còr de la plana, le local de l’étape Luc Aussibal, le dub-électro de Pythéas, le fin mélange basco-gascon de Xarnege, et une soirée de clôture le samedi soir plutôt… rock, raide and rufa avec Sonoloco, Goulamas’k, Les Ramoneurs de Menhirs et Papà Gahús.

Clément Alet

25 juin

« La Seria » : la pluma de Julien Campredon, l’uèlh d’Amic Bedel

12 episòdis de 26 menutas, la primièira seria occitana es sul punt d’arribar. Se sona « La Seria », es sortida de l’imaginacion abondosa e un chic descabestrada de Julien Campredon e Amic Bedel. Lo mistèri es pel moment plan gardat. Sonque un « teaser » per demandar un finançament participatiu sus Ulule. Per ne saure mai, soi anat encontrar l’escrivan Julien Campredon.

12 épisodes de 26 minutes, la première série occitane est sur le point d’arriver. Elle s’appelle « La Seria », et elle est sortie de l’imagination fertile et un peu déjantée de Julien Campredon et Amic Bedel. Le mystère est pour le moment bien gardé. Il n’existe qu’un « teaser » qui invite à s’engager dans un financement participatif sur Ulule. Pour en savoir plus, je suis allé à la rencontre de l’écrivain Julien Campredon. 

 Campredon, s’es fat un nom – Campredon s’est fait un nom

punks-elfesSon nom lo predestinava un jorn a tombar dins l’ola occitana. CAMPREDON, lo tipe s’es fat panar sa « d » pels franchimands mas vira pas de redond. Tira dret. De las rondors, n’a pas gardat grand cause, quitament dins son escritura. Seriá puslèu finòt –d’esperit s’entend- l’estili dirèct, de còps que i a un pauc crud, burlèsc. Pas dins un mòtle en tot cas, independent, punk, dins lo DIY « Fais lo tu meteis », luènh de las autostradas de la pensada, puslèu reclamat dins de camins bartassièrs. Sortit de Montpelhièr, es demorat 25 ans sens conéisser l’occitan. Dempuèi, s’es plan ratrapat. Militant en tota independença, a butar quand l’occitan se resigna, lo pegasolet plan despegat. « M’a permetut de trobar de claus, de justificacions ».

Son nom le prédestinait à tomber, un jour, dans la marmite occitane. Campredon, le type s’est fait confisquer son « d » par les français mais ça ne tourne pas rond. Trace ta route. Des rondeurs, il n’en a pas gardé grand chose, même dans son écriture. Il serait plutôt « finot » – d’esprit j’entends-, style direct, quelques fois un peu cru, burlesque. Pas dans un moule en tout cas, indépendant, punk, dans le DIY Do it Yourself, loin des autoroutes de la pensée, se réclamant plutôt des chemins de traverses. Originaire de Montpellier, il est resté 25 ans sans connaître l’occitan. Depuis, il s’est bien rattrapé. Militant en toute indépendance, prêt à pousser quand l’occitan est résigné, l’autocollant bien décollé. « Cela m’a permis de trouver des clés, des justifications ». 

Al seu comptador un ramelet de novèlas : « Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes ». Un còp de mèstre, editat 4 còps, vendut a mai de 12 000 exemplaris. E pel primièr còp d’occitan sul papèr, una nòva revirada en òc pel Maurici Andrieu : « Tornar a l’ostal ou Les mémoires d’un revenant ». Puèi vendrà « L’assassinat de la Dame de pique », « L’attaque des dauphins tueurs », « Boris le Babylonien Contre l’Aligot ». Tant de titres a despart, que sentisson l’aforisme, que tòrnan inventar la vida de cada jorn…La prèmsa parisenca s’interèssa. En esperant l’occitana.

A son compteur, une flopée de nouvelles : « Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes ». Un coup de maître, édité quatre fois, vendu à plus de 12.000 exemplaires. Et pour le premier jet d’occitan sur le papier, une nouvelle traduite en occitan par Maurici Andrieu. « Tornar a l’ostal ou les mémoires d’un revenant ». Puis viendra « L’assassinat de la Dame de Pique », ‘ »l’attaque des dauphins tueurs », « Boris le Babylonien Contre l’Aligot ». Autant de titres en marge, qui sentent l’aphorisme, qui réinventent la vie quotidienne. La presse parisienne s’intéresse à lui, en attendant que la presse occitane fasse de même. 

téléchargement (3)

 Alèra, aquela seria ? Alors, cette série?

Julien escriviá dejà dempuèi un briu ; fa longtemps qu’Amic virava de causas. Se tornèron trobar a l’Estanquet de Tolosa. Lo temps de descobrir lo lor trabalh, de se trachar que fintavan dins las metèissas direccions, partejavan de culturas. Tè, una seria seriá pas mal ? Julien porgissiá de novèlas, agachava pas tròp de serias… Mas l’òme aima las escomesas. Amb Amic, se son metut a escriure. L’un ambe la pluma, l’autre a imaginar çò que poidriá donar ambe sa còla de Piget. An volgut crear un univèrs, mas dins la realitat, amb una vision pròpria. En Occitània solide, e amb una montada de la lenga a flor e a mesura que La Seria va caminar. « Caliá trobar una idèia ont l’usatge de l’occitan se justifiquèssa ». Que lo Julien qu’a pas popada la lenga, mas la solfina ara a bèlses paumons e n’a una consciéncia plan fòrta. « Per èsser pas un estrangièr aquò seu ! ».

Julien écrivait dejà depuis longtemps, cela fait longtemps aussi qu’Amic tourne. Ils se sont retrouvés à l’Estanquet de Toulouse. Le temps de découvrir leur travail respectif, de s’apercevoir qu’ils regardaient dans la même direction, qu’ils partageaient des cultures. Tiens, une série, ce serait pas mal? Julien était dans ses nouvelles et ne regardait pas trop de séries. Mais l’homme aime les paris. Avec Amic, ils se sont mis à écrire. L’un avec la plume, l’autre en imaginant ce que ça pourrait donner avec son équipe de Piget. Ils ont voulu créer un univers, mais dans la réalité, avec une vision propre. En Occitanie bien sûr, avec une progression de la langue au fur et à mesure que La Seria avance. « Il fallait trouver une idée où l’usage de l’occitan se justifie ». Julien n’ayant pas entendu la langue dès le berceau, il la respire désormais à pleins poumons et en a une forte conscience. « Pour ne pas être un étranger chez soi ! ». 

Sens la lèi de las serias – Sans la loi des séries 

Alèra s’imaginan a totes dos una èrsa novèla d’Avaironeses que s’en van tornamai a Pigüe en Argentina. E que cabussan a…Montsegur de Mar ! Quicòm de gròs mas mèfi, sens caricatura. S’agís de far rire, mas seriosament ! Aqui lo primièr nivèl, en guisi de dabantast per desvariar un pauc l’espectator. Mas lo second escalon es La Seria. Dos òmes a Tolosa : Thomas Lebouly e  Mathieu Verlhaguet. Lo primièr, enrabiat, que pòrta lo projèct, que se bat per fa viure sa lenga reconquistada. L’autre que la ten mas que s’en fot un pauc. Tota semblença ambe de monde e de causas vertadièras seriá…Lo Julien el tanben l’a apresa aquela lenga, amb lo metòd Assimil, Olivièr Flagèl-Mantèl e d’autres Occitans encontrats…

Alors ils s’imaginent à tous les deux, une nouvelle vague d’Aveyronnais qui repartent à Pigüe en Argentine. Et ils échouent… à Montsegur-de-Mar ! C’est gros, mais attention, c’est sans caricature. Il s’agit de faire rire, mais sérieusement ! Voila le premier niveau, en guise d’avant-goût pour perturber un peu le spectateur. Mais le second échelon, c’est La Seria. Deux hommes à Toulouse, Thomas Lebouly et Mathieu Verlhaguet. Le premier est un enragé qui porte le projet et qui se bat pour faire vivre sa langue reconquise. L’autre qui parle naturellement la langue mais qui s’en fout. Toute ressemblance avec des faits ou des gens réels serait… Julien, lui aussi l’a apprise cette langue avec la méthode Assimil, Olivier Flagel-Mantèl e d’autres Occitans rencontrés ici et là…

Aqui per la part « dins lo retrovisor ». Ara cal tirar camin. Aquel parel de Tolosencs (Mathieu e Thomas) vòlon montar la lor seria. Son partits per un « road movie » sus las rotas d’Occitània, Catalonha, e mai, amb un vièlh clòs de veitura, un virat d’uèlh a la seria americana « Sherif fot me la trolha ». La  Dodge Charger de 1969 « General Lee » cambiada en BX de las annadas 80 e baptejada « Paure Trencavèl » !

Voilà pour la partie « dans le rétroviseur ». Il faut désormais faire la route. Cette paire de Toulousains (Mathieu et Thomas) veulent monter leur série. Ils partent pour un « road-movie » sur les routes d’Occitanie, de Catalogne et en plus avec une vieille rougne de voiture, clin d’oeil à la série américaine « Shérif fait moi peur ». La Dodge Charger de 1969 « General Lee » transformée en BX des années 80 et baptisée « Paure Trencavèl »! (Pauvre Trencavel)

17f0a896286599f222d7f672fca2b1c7Fòra d’aquò, « La Seria » sembla pas las autras serias, que lo Julien n’a pas tròp la cultura (un pauc « Friends »). Se se vestís pas mai coma los Clash, n’a pas oblidat lo famós « Do it Yourself ». Sens onanisme. Sonque un uèlh sus las serias de Spielberg, quauquas referenças a «Polseres vermelles », escampilahada sus TV 3 en 2011. Pel demai, ne saurai pas mai sus la seguida que n’en cal pas dire tròp. Sens ajure a me copar la lenga, pòdi dire que lo parel Campredon/Bedel s’es plan carrat dins aquela aventura qualificada per Amic de « Comedia culturala ».

Tout ça mis à part, « La Seria » ne ressemble pas aux autres séries. Julien n’en a pas la culture ( un peu « Friends »). S’il ne s’habille pas comme les Clash, il n’a pas oublié le fameux « Do It Yourself ». Sens onanisme. Seulement un oeil sur les séries de Spielberg, quelques références à « Polseres vermelles », diffusé sur TV3 en 2011. Pour le reste, je n’en saurai pas plus sur la suite et il ne faut pas en dire trop. Sens avoir à trahir un secret, je peux dire que le tandem Campredon/Bedel s’est bien amusé dans cette aventure qualifiée par Amic de « Comédie Culturelle ». 

Trencavèl a besonh de visibilitat – Trencavèl a besoin de visibilité

 

« La Seria » es doncas quasi clavada, au mens pel pilòt. Cal ara trobar de mejans per anar pus luènh, la melhorar un pauc :  d’efèctes especial, tornar virar de pichòtas causas e se parla tanben de la venguda de « Guest Stars », entendètz de comedians coneguts que serián a rejónher la Seria…Alèra per far avançar la « Paure Trencavel » e passar los peatges, seriá plan que totes los amoroses de las serias, de l’occitan, dels camins traversuts e originals anèsson far un torn sus Ulule. Que Piget e sa còla an besonh de la vòstra participacion, mème modèsta. Me damne, cal far fumar la BX ! En retorn, anatz recebre de polits presents, de « colectors ».  Sustot, auretz participat an aquela aventura de cabords : l’occitan que passa la vitessa superiora, brancat, decomplexat. Un còp tornada facha de nuòu, la veitura « Paure Trencavèl » deurà passar un pas encara mai regde e vertiginós : lo de la difusion sus una cadena de television.

« La Seria » est donc quasiment terminée, au moins pour le pilote. Il faut désormais trouver des moyens pour aller plus loin et l’améliorer un peu : des effets spéciaux, retourner certaines petites séquences et on parle aussi de la venue de « Guest Stars », des comédiens connus qui rejoindraient La Seria. Alors pour faire avancer « la paure Trencavel », et passer les péages, ce serait bien que tous les amoureux des séries, de l’occitan, des chemins de traverses et originaux aillent faire un tour sur Ulule. Piget et son équipe ont besoin de votre participation, même modeste. Il faut la faire fumer cette BX!! En retour, vous recevrez de beaux cadeaux, des collectors… Et surtout, vous aurez participé à cette aventure de dingues : l’occitan passe à la vitesse supérieure, branché et décomplexé. Une fois refaite à neuf, la voiture « Paure Trencavel » devra passer un pas encore plus raide et vertigineux : celui de la diffusion sur une chaîne de télévision. 

« La facilitat m’interèssa pas » me dís Julien. Aqui pauròt, vas èsser servit!

« La facilité ne m’intéresse pas » me dit Julien. Là mon pauvre, tu vas être servi ! 

Anem, fai tirar ! Cap a Montsegur de mar !

Allé en avant ! Cap à Montsegur de Mar ! 

Benaset Roux

revirada Clamenç Alet

aa91403ff71cc454c5a013d6228b2063

21 juin

L’espaci occitan del galhagués

Depuis plusieurs mois, 4 associations du gaillacois s’activent. Et leur projet est ambitieux : création d’un espace occitan de plus de 400 mètres carrés. Gaill’oc, Endacom e d’aici, l’IEO  et la calandreta de la ville redoublent d’énergie pour réaliser un rêve un peu fou.

ACCamera_4

Un concèpt original

Partant du constat qu’il n’existe pas un lieu de ce type dans les environs, que la calandreta s’épuise à faire rentrer 50 élèves dans une maison et des préfabriqués et qu’il lui faudrait un nouveau nid, les occitans sont passés à l’action. D’abord un terrain viabilisé non loin du centre ville de Gaillac. Les négociations sont en cours avec le propriétaire. Ensuite la construction. Après avoir étudié plusieurs cas de figure ils ont choisi une construction modulaire. Un concept innovant initié par une entreprise locale (Giroussens) qui permet d’assembler ou superposer des structures standards de 6 mètres par 3 -mais adaptables- et plus de 3 mètres de hauteur. Une alliance de fer, bois, ouate de cellulose et autres matériaux aux caractéristiques d’isolation thermique et phonique très satisfaisantes. « Nous sommes les seuls à faire ça en France. Notre plus proche conçurent est en Suisse », selon Rachid Dahmani, le gérant de Modul’Innov. De plus, c’est une Scop qui travaille avec des fournisseurs locaux et des produits écologiques. De quoi séduire les associations occitanes. Reste le financement.

Un projèct costós

Même si les 17 modules qui composeront les 414 mètres carrés du futur bâtiment reviennent à moins de 1000 euros le mètre carré, le budget s’élève à 617 000 euros. La calandreta qui occuperait 36% de la surface du futur espace occitan en financera la même part, soit 220 000 euros principalement en emprunts. Les collectivités locales ont évidemment été sollicitées. Mais la mairie de Gaillac vient de changer d’étiquette politique…Région et Département ont promis de faire quelque chose. La communauté de communes également. Les 4 associations sont aussi à la recherche de mécénats locaux auprès des particuliers et des entreprises. Un financement participatif vient d’être lancé via KissKissBankBank. L’objectif est de trouver 10 000 euros par ce biais là. Le principe étant que si ce seuil n’est pas atteint, les associations ne toucheront rien. Il devient donc urgent d’aller faire un tour sur le site si vous voulez que cet espace occitan voit le jour. En plus, ça permet de réduire ses impôts!

Vues parallèles_1

Un luòc de vida

Nouveau bâtiment pour calandreta, ce nouvel espace permettrait aussi à Gaill’oc, Endacòm e d’aiçi et l’IEO de travailler. Et d’y faire un lieu de développement, de formation et d’information : centre de documentation, service de traduction, salle de spectacle, d’exposition, initiation et cours d’occitan… Le Tarn est aussi l’un des départements qui compte le plus d’adhérents au label « Oc per l’occitan ». Ce serait un moyen pour les différents acteurs occitans de travailler ensemble et de rendre leurs actions plus visibles. Gaill’oc qui compte une cinquantaine de bénévoles assurerait la gestion de ce centre qui serait ouvert tous les jours, parfois le week-end quand c’est nécessaire.

ACCamera_2Selon une enquête lancée par la région Midi-Pyrénées, 95% des Tarnais pensent que la culture occitane fait partie de leur patrimoine et 80% d’entre eux souhaitent que les pouvoirs publics interviennent autant, voire plus, en faveur de l’occitan. Avec ce projet d’Espaci Occitan, c’est l’occasion de concrétiser cet attachement. Au moins dans le Galhagués qui s’étend des portes d’Albi au Rabastinois.

Benoît Roux

Reportage Edicion occitana France 3 : B.Roux  J.Levé  M.Blasco  K.Glock  O.Cabanis  M.P.Fournier


Un centre occitan à Gaillac par france3midipyrenees

17 juin

Robert Ménard a fait connaissance avec le centre occitan de formation Aprene

© creative commons

© creative commons

C’est donc jeudi dernier que les responsables du centre de formation « Aprene » de Béziers ont été reçu par Robert Ménard. Une rencontre qui fait suite à l’interview  que nous avions publiée sur notre blog et dans laquelle le nouveau maire expliquait ne pas connaître ce centre. Patrice Baccou (directeur du centre de formation Aprene) et Jean-Louis Blénet (président de Calandreta), ont donc franchi la porte du bureau du premier élu de la ville. « Ce fut un échange cordial dans lequel nous avons expliqué la forme et le fonds » précise le président du centre de formation. Qu’en est-il ressorti? eh bien… pas grand chose en fait.

Lors de cette rencontre, Jean-Louis Blénet et Patrice Baccou ont surtout insisté sur l’emploi, avant de parler d’occitan. «  Nous lui avons rappelé que le pôle de formation à Béziers, c’est le seul établissement d’enseignement supérieur de la ville qui fait travailler 15 personnes dont 11 en CDI à temps complet. Mais c’est également 25 à 30 intervenants et professeurs qui se succèdent tout au long des cessions » insiste Patrice Baccou. Robert Ménard a écouté d’une manière « attentive« , posant « quelques questions« . L’hébergement du pôle de formation au sein de la maison de la vie associative qui appartient à la ville de Béziers, ne semble absolument pas remis en cause.

Concernant l’occitan et son enseignement en immersion dans les Calandretas, le maire a tenu à préciser qu’il connaissait l’une des deux écoles occitanes de la ville. « Après, il ne paraît ni emballé, ni contre… « . Sa connaissance et sa liaison avec l’occitan semble trouver racine auprès de Yves Rouquette. « Il a beaucoup parlé de son amitié avec Yves » rapporte Patrice Baccou. « Nous allons bien voir à présent. Il n’a manifesté aucune hostilité à notre égard. Au moins, maintenant il nous connaît »

 

Clément Alet

RSS