22 nov

Nom de Dieu, mans sacradas!

Calarai son nom mas se sona Gèli. Benlèu que l’avètz crosat dins un parçan d’Arièja, del costat de Pàmias, a París o a l’estrangièr. Gèli es un òme sensible que respira la simplicitat, susa la generositat, aspira a la belesa. Dins qualques jorns, va partir en Alsàcia per son novèl mestièr : fargaire de grèpias. Rescontre.

10647145_1575965892624589_7410118846729037126_nNòstre Gèli es sortit de pas plan luènh de la glèisa del Carmèl de Pàmias. Familha tras que modèsta, cinc mainatges, un paire fustièr, maire cordurièra. Tot petit, son paire li fabrica una bòria en fusta per Nadal. Sa maire li crompa de personatges. Me diretz : « Un pauc coma tot lo monde a l’epòca! ». Benlèu, mas Gèli a gardat aquò al prigond de son còr, jos un brave cobèrton de son cap. El, aima la pintura e volriá far pintor. « Es pas un mestièr! », li respondèt son paire. Alèra partiguèt trabalhar, en aprendissatge coma pastissièr a 14 ans, puèi servicial a Tolosa. Anèt a París dins de grandas adreças de la restauracion. Mai d’un mestièr, un tòca-tot que capita de pertot. Viatja, tòrna al país, trabalha per Caritas, ramassa e petassa de vièlhas causas. Se deu arrestar per s’ocupar de sa maire. Al caumatge, lo cobèrton se capleva. Los sovenirs d’enfancia son de tornar, la lenga tanben. Es lo sol de la familha a l’ajure mantenguda mercés a sa grand que parlava pas un mot de francés. Vira un pauc e n’a son confle del « Made in » pas d’aicí, de canhadas que se cròmpan e se getan… Cèrca de personatges, de decòrs per far de grèpias que lo monde li demandan. Alèra se va lançar.

Un trabalh d’artista

IMG_015110686616_1582435218644323_5297300400034291654_nUn còp de mai pas de mejans, mas d’idèias e de saupre-far. Sap pintrar, cóser, trabalhar lo cuèr, talhar de vestits… S’en va quèrre dins los mercats grandasses de causas getadas : cartons, caishòts, polistirèn, bastonets, fusta divèrsa… Dins son ostal amolona, petassa, pintra, descopa, met de plastre per solidificar… Tot es dins lo detalh, la tòca personala. Vòl totjorn melhorar las causas. La resulta es a l’encòp istorica e artistica : las 4 torres d’Antònia, las casbahs, l’ostal de Ponce-Pilate, un araire, un potz, de pan… A quitament capitat de far coma se l’aiga rajava  ambe de silicòn pintrat ! E tot es a la bona escala, fidèl a l’epòca del Crist. E quand un curiós li far remarcar qu’a oblidat la pòrta e l’escalièr a una de las torres d’Antònia, la responsa es precisa : « N’i aviá pas an aquel moment ! Era una escala que caliá retirar ! ».

10458667_1539041289650383_4902807748115384902_nUn trabalh per viure?

Adujat per son nevot, lo Nicolau Desvenain mai acostumat a far l’artista ambe La Ròsa trobadoresca e lo grop ÒC qu’ambe son oncle, Gèli quita pas de trabalhar per èsser prèste a far los mercats. Sostengut per Pole Emploi e per una plantolièra d’entrepresas de Pàmias, es a montar son afar. Los retorns son bons, las resultas encoratjantas, las grèpias pas tròp caras (de 20 a gaireben 80 euròs). A la fin del més, se va logar un camion e embarcar tot aquò en Alsàcia. Una aventura novèla, coma un gafet alèra qu’es pas plan luènh de la retirada. Farà lo mercat de Fierentz (Haut-Rhin) per la Sant-Nicolau, puèi d’autres. Benlèu Soïssa, Alemanha.

E s’aquò marcha « del fuòc de Dieu », Gèli se farà un nom. Vos pòdi ara confessar que se sona Dedieu !

Lo Benaset

Reportatge : B. Roux  J. Levé  M. Blasco  M. Delaunay  C. Pelhate


grèpias nadalencas par france3midipyrenees

20 nov

Alèrta harissa al Ministèri

Un dissabte de ser a l’Estanquet de Tolosa. Al menut : Ministèri del Riddim…

« Deux enfants de l’immigration vont vous faire une chanson en occitan ! »

 © Photo : Antoine Pierron

© Photo : Antoine Pierron

Lo public apròva, brama, geta de crits e se daissa menar de bon grat per lor univèrs pimentat. Se dison Mourad e Hocine, sortisson respectivament de Ònes del Castèl (Avairon) e Masamet (Tarn). Son estats breçolats a braves còps de hip hop, reggae e bal trad. Es a l’escasença d’una serrada ragga balèti a l’Estanquet de la Portièra en 2010 que lors camins se crosèron. Sens trentalhar se reivindican de Massilia Sound System, Fabulous Troubadors e mai estonant del Renat Durand (Novèl Optic ).

L’istoria del Ministèri se commencèt en 2009, foguèt un collectiu d’artistas a geometria variabla qu’organisèt de seradas ragga balèti a Tolosa. Devenguèt lo grop que coneissèm uèi cap a 2012. Son pas de novicis, Mourad es un dels fondators de « Bush Doctors » lo primier grop reggae d’Avairon a la fin de las annadas 90. Activista cultural e reponsable associatiu, foguèt quitament conselhièr municipal de sa vila mairala (2000-2003). Es tanben lo cantaire de « Mouradikal Roots Band » dempuei 7 ans. Lo Roergat de la còla se remembra de Renat Durand coma lo primièr occitan qu’es vengut lo querre dins son barri per li prepausar de far « quicòm de different ». L’aventura s’acabèt per un concèrt memorable e un «Sèm montanhòls» d’antologia per la Fèsta de l’Huma de 2001 a la Courneuve.

Ministèri Del Riddim en public als Dock Des Suds

Hocine es un barrutlaire musical. Dempuèi las annadas 90 e son primièr grop « Le Syndic de Mazamet », camina micrò a la man sul la palanca entre cant tradicional e rub a dub. Sus l’empont partejava lo micrò amb d’artistas tant diferents coma lo grop fondador del raggamufin francés Saï Saï, los pilars de la scèna electro-dub, Improvisator Dub, o de grands noms de la musica tradicionala occitana coma La Talvera e Claudi Romero… Afogat de la pluralitat culturala, te pòt cantar en ragga un tèxte de Raimond de Miraval, o mesclar per una canson d’aires populars occitans e berbèrs. Mestresa plan lo folclòr occitan, es estat iniciat per de monde coma Daniel Loddo, Claude Sicre e Manu Theron. A pausat sos primièrs « lyrics » sus l’empont ambe Massilia Sound System, aviá pas que 17 ans !

 © Photo : Antoine Pierron

© Photo : Antoine Pierron

La lor recèpta es simpla e eficaça : riddims del biais jamaican (mandats pel Dj Mayday), tèxtes inspirats de lor percors, de la lor realitat e de rescontres, cantats dins una mèscla subtila de lengas que fan lor quotidian (francés, arab , berbèr e occitan). Sense oblidar una bona dòsa d’improvizacion e d’umor !

Los repics s’escason e lo public tòrna cantar a l’unisson. Aici òm parla pas pus de concèrt o de sound system, mas d’un vertadièr moment de paratge e convivéncia. Òm canta, òm dansa, òm s’espeta de rire … e òm s’en tòrna regaudit !

Aqueles dos trobadors tenon lo remèdi contra la morositat. Lor crit de guèrra : « Harissa ! »

Ministèri del Riddim en concert a l’Escura d’Albigès lo 22 de novembre.

Guillaume Gratiolet

19 nov

L’occitan a l’universitat d’Oxford

Dans la prestigieuse université d’Oxford, en Angleterre, il n’est pas rare d’entendre parler… occitan !

Si des chercheurs comme Louise Esher ou Xavier Bach, travaillent sur la matière occitane en linguistique, un groupe de musique, les Oxford Trobadors, font découvrir depuis 16 ans le chant occitan à tous les étudiants, chercheurs et habitants d’Oxford. Une histoire qui commence lorsque le professeur de physiologie, Denis Noble, découvre la langue dans le Périgord il y a 40 ans.

En 1998, il organise avec son frère Ray Noble et des musiciens professionnels le premier concert des Oxford Trobadors à la Maison Française d’Oxford. Depuis, le groupe monte sur scène 2 à 3 fois par an. Dans leur répertoire : des textes de troubadours médiévaux, des chansons modernes comme celles de Nadau ou de Peiraguda, mais aussi leur propres compositions.

Le 8 novembre dernier, une équipe de Viure al País a assisté à leur concert au Holywell Music Room d’Oxford.

 

 

Vous voulez en savoir plus sur l’occitan à Oxford ? Viure al País vous prépare une émission spéciale pour le mois de janvier prochain. Vous y retrouverez les Oxford Trobadors mais aussi les linguistes qui travaillent sur l’occitan à l’université. Ils nous parleront de leurs recherches et de la présence de la langue à l’université d’Oxford. Ils nous feront aussi une visite, en occitan, de l’une des plus belles universités du monde.

Notre équipe de France 3 devant le symbole d'Oxford : la Radcliffe Camera

Notre équipe de France 3 devant le symbole d’Oxford : la Radcliffe Camera

Le doctorant à l'université Xavier Bach nous fait visiter Oxford en occitan

Le doctorant à l’université Xavier Bach nous fait visiter Oxford en occitan

Dans ce magazine spécial, nous nous rendrons également à l’Université de Reading, à 70km d’Oxford, où Catherine Léglu, membre de l’Association Internationale d’Etudes Occitanes, travaille elle aussi autour de l’occitan. Avec elle, nous mènerons une réflexion sur ce que connaissent les Anglais de l’occitan, quels aspects de la langue et de la culture les intéressent.

Rendez-vous donc au mois au janvier !

Sirine Tijani

17 nov

VIRA LENGA : Jean-François Saïsset

Lo primièr convidat sul cadieràs rotge nos parla d’un pais qu’es lo sieu : Traussan de Menerbés.

Lo cadieràs rotge dins Menerbés

Lo cadieràs rotge dins Menerbés

Joan-Francés Saisset es adjunh a la comuna desempuèi d’annadas e aquest’an cònse. Aprenguèt la lenga dins la vinha ame los vinharons. Se pòt dire qu’es un òme de terran e coneis plan son país.

Nos menèt dins las perièras de Traussan al cap d’un camin de garriga que val lo còp per una passejada ! Un vertadièr teatre dubert sul cèl. Las perièras foguèron esplechadas durant d’annadas. Ara tot aquò marcha ame la demanda mondiala e semblan un pauc esquichadas. Desempuèi qu’es elegit fa un travail plan brave per enrasigar la lenga nòstra. Ja i a dins la comuna plancardas de carrièras en òc , un cors d’ occitan ( assegurat per Arno Krispin qu’es Alemand d’ òrigina ), una Calandreta (35 mainatges) apelada Los Cascamèls. A pauc de temps per pensar a una estrategia locala mas al dintre de l’aglomeracion, va ensajar de far tot escriure dins lo contracte de territòri e mai la Calandreta. El ditz : « La cultura occitana deu enauçar lo nivèl e tornar a la qualitat. E per los libres, cal trabalhar sus las reviradas… » Sa tòca per l’avenidor de Traussan : « vèsi que d’unes trabalhan a far nàisser d’entrepresas (electricitat, comercis, fustièr …) Per la vinha avèm una capitada de las explotacions que trabalhan sur la qualitat e lo « biò » (4 dins lo vilatge). Mas avèm plan perdut de terrènc : pas cap de frucha coma abans, la mitat de la terra en racisa… Lo vilatge va ganhar d’ estatjants novèls. » Joan Francés Saisset estima qu’es important d’aparar lo patrimòni arquitectural de Traussan e de n’en gardar son istòria.

Myriam François


VIRALENGA : Jean-François Saïsset par france3midipyrenees

Le fauteuil rouge est allé dans le Minervois pour démarrer la saison. C’est l’été indien…. Jean François Saïsset nous accueille dans son village de Trausse-Minervois (Aude) et nous balade entre vignes et garrigues. Sa voix résonne dans les carrières de marbres qui sont aujourd’hui exploitées ponctuellement. Il raconte des histoires de clochers et ce personnage truculent campe avec humour les personnages qui lui ont fait aimer cette langue. C’est un homme libre qui porte en lui l’âme occitane et défend avec vigueur sa culture.

14 nov

Claudi Molinièr : lo molin occitan

Claudi Molinièr : 80 ans tot juste, mai de 50 a molinar per l’occitan en Lengadòc e de pertot, e ara, una sala batejada duèi que pòrta son nom a Besièrs. Retorn amb el sus tot aquel camin.

Claudi Molinièr e Crestian Barreda del Cercle Occitan de Besièrs. © Midi Libre

Claudi Molinièr e Crestian Barreda del Cercle Occitan de Besièrs. © Midi Libre

Coma plan de monde que fan de causas sens far de brut, l’òme es modèst : « Aquela sala ? Ai pas res demandat. Es lo Crestian Barreda, president del Cercle Occitan de Besièrs qu’a fat aquò al prèp de la comuna ». Embestiat lo Claudi… Pr’amor sa discrecion e Robert Ménard, lo cònse de Besièrs. « De monde m’an dit qu’auriá digut refusar…Coma Massilia que volguèron pas cantar en causa de Ménard. Mas elses, an d’autras datas… Mas privan la joinessa besierenca d’una serada de musica occitana… ».

Cercle Occitan de Besièrs

Cercle Occitan de Besièrs

E l’occitan a Besièrs deu bravament de causas al Claudi Molinièr. Enfin…pas sonque el ! « Ives Roqueta, li devi tot. Es mon segond paire. Soi d’una familha sortida de la Salvetat sus Agot, al nòrd de Besièrs e se parlava pas qu’occitan. Mas butèri d’estudis a Montpelhièr per ensenhar l’anglés. En 1962, t’arribi a Besièrs e dins la sala dels professors, aquí l’Ives que me dís : sabes, l’occitan es una lenga e una cultura millenàrias…Me soi metut a l’escriure e lo legir a 30 ans ! »

L’òc a Besièrs pòrta la marca d’Ives Roqueta. L’ostal de produccion Ventadorn en 1973, lo Centre Internacional Occitan en 75, las Calandretas en 80 e 82, lo Centre Aprene en 94… E plan solide, lo Cercle Occitan fargat en decembre de 71, puèi la seccion regionala Lengadòc en 1977. Lo Claudi presidèt lo Cercle a comptar de 77 e pendent de longas annadas. « Tot aquò existiriá pas se Roqueta èra pas passat per Besièrs ».

DSC04526

La sala Claudi Molinièr de Besièrs

La sala Claudi Molinièr de Besièrs

Claudi rebussèt las margas tanben. Las placas per carrièras en 79, dins las annadas 1980-90 l’Ivèrn occitan ambe divèrsas animacions , puèi los Ressons d’Oc e d’Af (Af per Africa) en 1992, lo ONE occitan (per Oèst, Nòrd e Est) en 2002, Poètas avètz la paraula en 2003. « Avem creada la coleccion Ensages de l’IEO ambe Rotbèrt Marti, soi ieu qu’escriguèri lo numèro 1… Cada an fasèm de sensibilizacion a l’occitan dins las classas de CM2 per preparar la 6ena. Tot lo trabalh de senhalisacion de las rotas comencèt en 92, lo vilatge occitan de la Feria dempuèi 97, la Fèsta d’òc dempuèi 2001… »

Una Fèsta d’òc que lo cònse vòl modificar, benlèu supremir…Claudi coneis Ménard dempuèi longtemps. L’encontrèt a l’ocasion d’un aperitiu de barri. An discutit un pauc. Lo cònse li demandet de lo venir véser. Mas lo Claudi estima mai d’esperar que tot aquò s’apasimèssa un pauc. Sap a de que s’en téner.

Donar son nom an aquesta sala que se tròba a l’Ostal de la vida associativa es per el una mena de reconeissença per tot lo trabalh complit. Una sala pron bèla, al pè del riu Òrb, jos lo Centre Aprene. « Sabi que i a de monde que van venir de luènh per l’inauguracion tot ara, coma Jòrdi Peladan de Nimes…D’autres que son d’aquí e que vendràn pas…Mon sol regrèt : que i aja pas quicòm de fat per Ives Roqueta. »

Nautres, li tiram una brava capelada amb aquel sicut de VAP de novembre de 2009.

Lo Benaset


Claudi Molinièr par france3midipyrenees

 

 

 

 

13 nov

Gérard Onesta : « J’ai vu un peuple heureux », vegèri un pòble urós !

Gérard Onesta, vice-président de la région Midi-Pyrénées était l’un des 8 observateurs internationaux du scrutin catalan du 9 novembre dernier. Il est revenu très enthousiasmé par ce qu’il a vu, confiant dans les capacités de ce peuple d’Espagne à réussir « la 2ème transition démocratique après celle du franquisme »…Très en colère aussi envers le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. En vidéos, photos et témoignages, il nous fait partager cette aventure.

Eslogans de campanha

Eslogans de campanha

Onesta e los observadors internacionals

Vendredi soir, Gérard Onesta a pris son véhicule, fuyant les turpitudes des débats politiques français, pour se rendre en Catalogne, à l’invitation d’un organisme catalan Diplocat. Son mandat : surveiller le « Processus participatif » catalan, terme officiel après la non validation madrilène du scrutin. 8 observateurs de différents pays, de plusieurs partis, qui se sont répartis la surveillance des secteurs de vote, en conformité avec la Charte des Nations Unis de 2005. Ils ont choisi leur porte-parole : l’Ecossais Ian Duncan, nouveau député européen, membre des Conservateurs et réformistes européens qui vient de batailler pour maintenir son pays au sein du Royaume-Uni. Tout un symbole et pour le coup, un sacré gage d’indépendance.


Ouverture des bureaux de vote par france3midipyrenees

L’estatut de Catalonha

Aficha de campanha

Aficha de campanha

Après différentes vicissitudes, la Catalogne renoue avec l’autonomie en 1932 (après plus de deux siècles d’interruption), qu’elle perdra avec la guerre civile et le franquisme. En 1978, elle acquiert son 2ème statut d’autonomie puis un 3ème en 2006, modifié mais validé par les deux chambres du pouvoir central madrilène sous l’ère du socialiste Zapatero. Un statut beaucoup moins permissif que celui octroyé aux Basques, qui ont eux le droit de lever l’impôt. Dès l’adoption de ce nouveau statut et avant même son entrée en vigueur, le Partido Popular intente un recours devant le Tribunal Constitutionnel espagnol (équivalent du Conseil Constitutionnel français). Celui-ci rend sa décision en juin 2010 et supprime 14 des articles sur l’autonomie. Un fait qui va mettre le feu au poudre et régénérer la fibre indépendantiste. S’en suivront des manifestations monstres  « Som una nació. Nosaltres decidim », Catalogne région la plus endettée d’Espagne (près de 60 milliards d’euros) et une crise économique qui laissent à penser que si la Catalogne pouvait lever ses impôts… Puis différentes péripéties, jusqu’à ce dimanche 9 novembre 2014.

Arbres pintrats de jaune per la senhalitica

Arbres pintrats de jaune per la senhalitica

Seguissètz lo guidi

Seguissètz lo guidi

Lo procediment participatiu

Les 8 observateurs se retrouvent vendredi soir et discutent d’abord technique sur les modalités du vote et les derniers rebondissements de la semaine. Puis politique : « Nous avons rencontré toutes les forces politiques favorables ou pas à l’indépendance, sauf le Partido Popular qui a refusé d’y participer. Mais aussi des gens de la société civile. Nous avons été libres de tous mouvements et sans aucune pression de Madrid » selon Gérard Onesta. Mais Madrid a invalidé ce scrutin, refusé mardi 4 novembre que ce soit une simple consultation, fait pression sur les fonctionnaires qui seraient tentés d’y participer… Le vote n’ayant pu être ni un référendum, ni une consultation, la Generalitat de Catalonha a remis les clés aux citoyens. 40 000 volontaires ont répondu présent (dont des fonctionnaires!) pour faire expliquer et organiser le vote. Dans les écoles publiques et bâtiments officiels, des urnes en carton, mais pas de liste ni de commission électorales.

Vòte en familha

Vòte en familha

En fila d'espèra

En fila d’espèra

Lo vòte

Pour voter, il fallait avoir au minimum 16 ans, et prouver une résidence en Catalogne sur plus de 3 ans. Sans liste électorale, la Catalogne a validé ce qui se pratique ailleurs, notamment en Californie où il suffit d’avoir une carte d’identité. Pour se la voir octroyer en Catalogne, il faut justifier de 3 ans de résidence.

A l’extérieur, les volontaires ont fait le travail. Des arbres sont peints en jaune pour guider les citoyens. Dans les bureaux de vote, des ordinateurs non connectés entre eux pour éviter les hackers, et un programme informatique pour vérifier l’identité et l’adresse du votant. Et qu’il n’ait pas déjà voté… En Catalogne, on peut imprimer son propre bulletin chez soi, et en trois langues SVP (catalan, occitan, castillan) Val d’Aran oblige.

Cabinas electoralas de fortune

Cabinas electoralas de fortune

Urna de carton espotida a Girona

Urna de carton espotida a Girona

Ordinador e logicial per verificar

Ordinador e logicial per verificar

Mais le passage par l’isoloir n’est pas obligatoire. Ce qui explique le côté informel et parfois désuet de certains. Mais selon Gérard Onesta, « c’était un grand moment de démocratie citoyenne apaisée ». Pas de débordements, de violences caractérisées, si ce n’est 5 jeunes qui ont fait irruption a Girona en voulant détruire des urnes. Deux ont été écrasées et ces personnes ayant apparemment des liens avec l’extrême droite conduites au poste. Le dépouillement n’a pas dérogé au reste de la journée : du public, sans heurts et de la rigueur en contrôlant le nombre de bulletins avec les listes d’émargement. Résultat : plus de 2,2 millions de votants et plus de 80% favorables à un état indépendant.


Procediment de vòte catalan par france3midipyrenees

Vegèri un pòble urós

« De nombreux balcons étaient décorés, les rues calmes. Dès que les premiers électeurs sont rentrés, de la dignité, des scènes de joies, des vieilles dames en pleurs. Certains venaient en musique, apportaient des gâteaux…Tout s’est fait dans une atmosphère bon enfant. Y compris pour ceux qui ont voté non ». L’ancien vice-président du parlement européen a été très marqué par ce qu’il qualifie de « haut standard de démocratie ». « Il y a 25 ans j’étais à Berlin quand le mur tombait…J’ai retrouvé des sensations berlinoises. Une deuxième transition démocratique est en marche après celle du franquisme ». Très ému Gérard Onesta et très en colère contre Mariano Raroy : « Son discours n’est pas acceptable. Dire qu’il n’y avait pas de fonctionnaires pour garantir le scrutin…Après toutes les pressions qu’il y a eu ! Parler de profond échec du processus indépendantiste sous prétexte que les 64% des Catalans qui ne sont pas allés voter seraient tous favorables à Madrid est grotesque. Moi je retiendrai que j’ai vu un peuple mature et heureux. Et par les temps qui courent, c’est assez rare. Dès mon retour en France lundi après-midi, j’ai pu le constater. »


Primièra votanta aplaudida par france3midipyrenees
Le scrutin n’est pas clôt : il reste encore plusieurs jours pour voter dans certains lieux de Catalogne et de l’étranger. Le processus d’indépendance non plus. Gérard Onesta reste persuadé que l’attitude de Madrid va renforcer le bloc indépendantiste. Les partis qui s’y refusent pourraient bien être les premières victimes des urnes -officielles celles-ci-  lors des prochaines élections législatives prévues dans un an.

Benoît Roux

Mercés al Gerard Onesta per son raconte, sas vidèos viradas sus plaça e totas las fotòs.

11 nov

Occitans a la guèrra

Lo 2 de novembre passat, un VAP sus aquel tèma foguèt programat. Aquí qualquas informacions per completar aquesta emission.

Le monument aux morts d'Aniane (Hérault), réalisé par le sculpteur Jacques Louis Robert Villeneuve.

Le monument aux morts d’Aniane (Hérault), réalisé par le sculpteur Jacques Louis Robert Villeneuve.

Monument aux morts de Lavercantière (Lot) réalisé par un sculpteur pacifiste : Emile Mompart :

Monument aux morts de Lavercantière (Lot) réalisé par le sculpteur pacifiste Emile Mompart :

 

DE CHIFRAS

Ambe mai de 8,3 milions de monde mobilizats, gaireben 1,4 milion de soldats tuats ( i cal ajustar 300 000 victimas civilas) França foguèt afrosament sagnada, subretot los 18-27 ans. 27% d’aquelas generacions foguèron tuats.

Mai de 72 000 mòrts per Miègjorn-Pirenèus (3,37 % de la populacion), gaireben autant per Aquitània (3,11%), 50 000 per Auvèrnha (3,45%), 45 000 per Lengadòc-Rosselhon (2,96%) aquò’s Lemosin que foguèt la region la mai tocada ambe 37 000 victimas, siá 3,86 dels poblants.

Al nivèl despartamental, Losèra es al primièr rang en França : 6 239 personas tombèron, siá 5,08% de la populacion.

Departament nombre de tuats populacion del departament en 1911
Arièja 8 000 198 000
Aude 9 500 300 000
Avairon 15 000 370 000
Corrèsa 13 756 310 000
Garona Nauta 12 800 432 000
Gèrs 8 000 222 000
Gironda 22 634 829 000
Erau 13 858 480 000
Lanas 11 750 289 000
Òlt 6 500 205 000
Òlt e Garona 9 504 268 000
Hautas-Pireneas 6 307 206 000
Pirenèus Orientals 8 400 213 000
Tarn 10 175 324 000
Tarn e Garona 6 150 182 000

Sorga : documents de trabalh Educacion Nacionala Acadèmia de Tolosa

 

FIGURAS OCCITANAS A LA GUÈRRA

Reportatge : B. Roux  JP. Jauze  S. Planchou P. Marty  L. Meynier  F. Ratel


Occitans a la guèrra par france3midipyrenees

Auriam pogut parlar d’autre monde Occitans, coneguts, desconeguts… N’avem causits 3. Lo primièr faguèt pas la guèrra mas son influencia foguèt granda.

Jean Jaurès :

L’especialista qu’a fòrça trabalhat e cercat dessús, aquò’s Jòrdi Blanc e las edicions Vent Terral. Cal tanben legir e escotar l’istorian Rémy Pech. Avètz aquí una conferença d’una ora sul nòstre Joanon. I a tanben qualquas causas al musèu Jean Jaurès de la vila de Castras. Amb un canton que pòrta sus l’occitan.

Sus Louis Barthas :

Los carnets del caporal Barthas son un succès vertadièr. L’escritura e las analisis son de las pus finas e se legís coma cal. Lo libre es editat en Livre de Poche. Sonses escriches contunhan de noirir literatura, teatre e filmes (Un long dimanche de Fiançailles de Jean-Pierre Jeunet n’es fòrça inspirat). L’istorian Rémy Cazals qu’èra convidat del Viure al país del 2 de novembre a porgit bravament d’estudis plan interessants. E traparètz planses documents sus un siti que lo Rémy Cazals i paticipa , lo del CRID : Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918. Se pòt enfin escotar doas cançons : una de Marcel Amont e pus recentament una del grop Du Bartàs.

Sus Maurius Jouveau :

Coma d’autres felibres, Marius Jouveau escampilhèt la lenga al front e dins las trencadas. La lenga coma un refugi. Sus l’Escolo dóu Boumbardamen, aquí un article en provençal per pausar las causas. Sus Occitanica (mediatèca enciclopedica fargada pel CIRDOC de Besièrs) se pòt quitament consultar aquestes jornals de trencadas. E tantas causas de mai.

LAS LETRAS DE BONFILS LO FELIBRE

Reportatge : S. Tijani  D. Hémardinquer    M. Blasco  M. Delaunay  C. Pelhate


Correspondance Bonfils/Azéma par france3midipyrenees

Carte postale de Pierre Azéma à Louis Bonfils

Carte postale de Pierre Azéma à Louis Bonfils

Sa publicacion se faguèt mercés al Guy Barral qu’a aprés qu’aquesta correspondéncia existava e que faguèt la pòstfacia del libre. Se pòt consultar una part d’aquel tresaur e legir lo trabalh que faguèron Guy Barral e Felip Martel. Un uèlh tanben suls articles del Joan-Pèire Cavaillé sus son blòg.

D’autras correspondéncias :

Lo libre sus Victorin Bès « Journal de route »

Los Jorns Telhoù de Roland Berland, en Lemosin

Marie Rouanet « Apollonie » escrit d’aprèp los sovenirs d’Henri Jurquet. Un tablèu de la França rurala de l’epòca e lo ròtle de las veusas pendent la guèrra dins un coet d’Avairon.

En tutant lo grelh, d’Enric Molin, ambe mai d’un passage sus la guèrra. La vida al front ambe son amic -Roèrgat el tanben- Eugène Seguret.

L’occitan dins las trencadas d’Ives Rauzièr

Lo Gal, jornal de guèrra se pòt legir en linha sus occitanica. 

 

LA LEGENDA NEGRA DEL SOLDAT O

Reportatge : B. Roux  JP. Jauze  S. Planchou  P. Marty  MP. Duvivier  J. Eon

 


La legenda negra del soldat O par france3midipyrenees

André Neyton et Felip Martel an trabalhat sus aquesta pèça de teatre que conta lo mesprés del miègjorn pendent la guèrra e de dabans dins la literatura. I a tot un dorsièr sul siti del Centre Dramatique Occitan. Sul siti Aquò d’aquí, Michel Neumuller a escrit mai d’un article sus la guèrra e l’occitan. De legir « Il faut tuer le soldat Odde! ». E sus Auguste Odde e lo debanament de l’afar, quicòm de plan documentat.

Traparetz un fum d’informacions precisament sus aquel sicut e sus la guèrra en general sul siti d’un jove istorian, especialista de la guèrra, Jean-Yves Le Naour.

9782363580030FS         La-Faute-au-Midi1

 

 

 

 

 

SUS PIERRE DANTOINE

Dantoine - Copie Aquel Carcassés qu’aimava fòrça los trens foguèt mobilizat e faguèt de dessenhs plein d’esperit e d’èime al front. Jòga sus las doas lengas e las mespresas entre soldats del miègjorn e oficièrs franceses. Una mòstra se debana d’aquesta passa al musèu Jean Jaurès de Castras (Tarn). Pierre Dantoine trabalhèt de d’aprèp pendent 30 ans a La Dépêche e dessenhèt duscas a sa mòrt a 71 ans. Sonses dessenhs son editats tornamai.

E se volètz despassar Provença e Occitània, un libre ont se parla de Bretanha, Catalonha, Euskadia, Corsèga, e patin e cofin.

ob_f49259_la-guerre-vue-par-dantoine-04 - Copieob_7dfb43_la-guerre-vue-par-dantoine-02 - Copie

Duèi 11 de novembre, lo collectiu Iniciativa per Occitània fa un omentage als peluts al monument de Sant Fèliç de Lauragués.

E per acabar, una cançon d’Alain Bessière, dedicada a de paisans joves de Paulinet dins Tarn partits a la guèrra.
Lo Benaset

Chanson hommage aux sacrifiés de la guerre 14-18 par Albes34

 

10 nov

Osages et Occitans

Prairie des Hautes-herbes de la réserve indienne Osage près de Pawhuska - Oklahoma © Michel Blasco France 3

Prairie des Hautes-herbes de la réserve indienne Osage près de Pawhuska – Oklahoma © Michel Blasco France 3

C’est une histoire qui dure maintenant depuis 25 ans. Au tout début des années 90, Jean-Claude Drouilhet, habitant de Montauban, Occitan et curieux d’entre les plus curieux, tombe sur un article de la revue Historama dans lequel il apprend qu’en novembre 1829, trois Indiens de la tribu des Osages sont arrivés dans sa ville, après plus de deux années d’errance un peu partout en Europe. Leur seule volonté à ce moment-là était de pouvoir rentrer dans leur tribu, de l’autre côté de l’océan. Mais sans un sous, exténués et démunis, le retour sur la terre natale paraissait tout simplement impossible. C’est finalement grâce à la générosité de l’évêque de l’époque, Monseigneur Dubourg, ainsi que de la communauté Montalbanaise que l’argent nécessaire au retour des Osages a pu être réuni et que les trois indiens sont rentrés chez eux.

L’histoire aurait bien pu en rester là mais lorsque Jean-Claude Drouillhet a pris connaissance de cette aventure peu commune, l’idée de reprendre contact avec ces Indiens et cette tribu lui paraissait… simplement évidente. Une lettre est donc partie en Oklahoma, au tout début de l’année 1990  » sans trop savoir ce que cela allait donner… c’est un peu comme si j’avais jeté une bouteille à la mer « , précise Jean-Claude. Mais quelques mois plus tard, il reçut une réponse.  » Il m’ont tout simplement répondu qu’ils connaissaient bien cette histoire de leurs ancêtres revenus de Montauban et qu’ils étaient prêts, si nous le souhaitions, à faire des échanges avec eux…« 

Ainsi naquit l’association « Oklahoma-Occitanie » dont l’identité partagée entre Occitans et Osages, tisse des liens étroits de part et d’autre de l’océan. Depuis l’été 1990, où 43 Indiens Osages sont venus pour la première fois en Occitanie et à Montauban « marcher sur les pas de leurs ancêtres« , des dizaines d’autres voyages, célébrations, jumelages se sont succédés ici… et là-bas.

Jean-Claude Drouilhet - Fondateur de l'association Oklahoma-Occitania lors du tournage du Magazine Occitan en mars 2005 en Okahoma © Michel Blasco France 3

Jean-Claude Drouilhet – Fondateur de l’association Oklahoma-Occitania lors du tournage du Magazine Occitan en mars 2005 en Okahoma © Michel Blasco France 3

 

En ce mois de novembre 2014, ce sont cette fois-ci trois Indiennes qui sont venues jusqu’à Montauban. Danette Daniels, professeur de langue Osage, Florence Big Heart Tranum, arrière petite-fille du chef de la tribu qui a négocié avec le gouvernement américain l’attribution des terres de la réserve Osage en Oklahoma au début du siècle dernier et enfin Kathryn Red Corn, directrice du musée tribal de Pawhuska, capitale de la réserve Osage. Nous avions déjà rencontré Kathryn Red Corn, chez elle en Oklahoma en mars 2005 lors d’un reportage tourné pour le magazine occitan « Viure al País ». Une émission spéciale consacrée à la découverte de ces Indiens Osages en compagnie de Jean-Claude Drouilhet et l’association Oklahoma-Occitanie.

Kathryn Red Corn - directrice du musée Tribal de Pawhuska © Association Oklahoma-Occitania

Kathryn Red Corn – directrice du musée Tribal de Pawhuska © Association Oklahoma-Occitania

 

Nous vous proposons de voir ci-dessous le reportage que nous avons consacré la semaine dernière dans l’Edition Occitane à la visite des 3 indiennes Osages à Montauban, et en suivant, si vous souhaitez en savoir plus sur cette tribu, le magazine occitan « Viure al Pais », sous-titré en français, consacré aux Indiens Osages et aux liens qui les unissent aux Occitans de Montauban, diffusé en mars 2005.

Clément Alet

 

Visite délégation indiennes Osage à Montauban… par france3midipyrenees


Viure al Pais : Wa-Zha-Zhe e Occitan (Osages et… par france3midipyrenees

06 nov

L’occitan lenga oficiala de l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée

euroregioElle ne figure pas encore sur le logo, mais depuis lundi dernier, l’occitan est la quatrième langue officielle de l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée (EPM) avec le catalan, le français et le castillan. Un travail tenace et récurent que l’on doit au vice-président Vert de la région Midi-Pyrénées : Gérard Onesta. Avant de partir en Catalogne comme observateur officiel du référendum catalan, nous avons recueilli ses impressions.

ELECTIONS-REGIONALES-PARTIS

copyright : ERIC CABANIS / AFP

« Un projet culturel uniquement occitan sera désormais éligible à l’EPM. Ce n’était pas le cas avant. » Voilà le grand changement selon Gérard Onesta. C’est à l’occasion d’une modification des statuts du GECT (Groupement Européen de Coopération Territoriale) qu’il a enfin concrétisé cette requête de plus de 4 ans. Il aura fallu le vote à l’unanimité des 4 présidents de régions : Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Catalogne et les Iles Baléares. Une reconnaissance symbolique alors que l’on vient de fêter les 10 ans d’existence.

C’est en 2004 que l’idée d’une Eurorégion Pyrénées-Méditerranée est née, sans véritable statut. Mais l’Aragon, la Catalogne, les Iles Baléares, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées décident de formaliser des échanges et des projets au sein d’une entité commune. Ce n’est qu’en 2009, qu’elle s’est dotée d’un nouvel instrument juridique : le GECT. L’Aragon à alors quitté cette structure suite à des différents avec la Catalogne.

Carte_Euroregion_2012« Aujourd’hui, même si le Budget de l’EPM est très modeste (environ 2M d’euros), nous avons des bureaux à Toulouse (15 rue Rivals), et l’équivalent de 7 personnes qui travaillent pour cette structure. Son rôle se limite à mettre les acteurs et les actions en connexion pour ensuite aller frapper à Bruxelles. Nous ne sommes pas là pour financer directement. » Gérard Onesta prend volontiers l’exemple de l’IC4, (comprenez « l’intercompréhension des 4 langues ») qui n’a pas attendu cette officialisation pour exister. Depuis l’an dernier, les étudiants et chercheurs de ces 4 régions peuvent ainsi suivre un module de 30 H pour faciliter leur mobilité sur un plan linguistique dans l’eurorégion. La formation consiste en un apprentissage à la compréhension écrite intensive et simultanée de ces langues. Et apparemment ça marche et le travail finit par payer : « Nous avons reçu le 18 février 2014 le prix du GECT le plus évolué d’Europe ! » par l’Union Européenne. »


oc lenga oficiala par france3midipyrenees
La langue occitane fait donc son entrée au sein d’une des 91 eurorégions qui existent. Et pour l’instant, ce n’est que symbolique.  « Il ne faut pas confondre langue officielle (ce qui est le cas de l’occitan) et langue de travail. Pour l’heure il n’y en a que 2 : le catalan et le français. » Un joli pied de nez au castillan et un espoir, un jour peut-être pour l’occitan. A noter que l’occitan est présent sur le site d’une autre eurorégion : celle d’Aquitaine-Euskadi mais pas sur l’EPM.

En attendant, Gérard Onesta sera l’un des observateurs internationaux du vote catalan de dimanche. Avec un double questionnement : Voulez-vous que la Catalogne soit un état ? Si, OUI, voulez-vous que cet état soit indépendant ? Et une formulation dans trois langues : d’abord le catalan, puis l’occitan et en dernier lieu le castillan.

Benoît Roux

03 nov

Sous le ciel du Midi

couv Sous le ciel du Midi 29mm V1 GS.inddC’est le titre du premier livre écrit par André Costes. Originaire de Brousse, dans le canton de Lautrec (Tarn), il a grandi à la ferme. Son père était paysan et lui racontait des histoires. Il les tenait souvent lui même de son propre père. Puis André Costes est parti dans la région parisienne comme éducateur spécialisé. Il avait pris quelques notes de tout ce passé bien vivant à ses yeux. Passionné d’ornithologie et d’entomologie, il vient donc de publier son premier roman. Un premier tome qui porte sur La Belle Epoque, dépeinte en 6 tableaux d’un regard tendre et poétique. Un récit en français et des dialogues bien vivants en occitan.

Benoît Roux

Reportage France 3 Edicion Occitana : S. Tijani, D. Hémardinquer, M. Blasco, M. Delaunay


sous le ciel du midi par france3midipyrenees

RSS