20 déc

Calandreta a la soca

Dins aquel tresen episòdi, los calandrons de Carcassona son a aprestar nadal de dabans las vacanças. Aqueste dijòus, las doas calandretas (Ciutat e Pech Mary) èran recampadas, pas luènh de 150 mainatges… Un nadal un pauc aboriu per elses que comencèt per la tradicion dels 13 dessèrts, una istòria contada e noirida per la Mirèlha Bras. Pas de pompa a l’òli mas de que s’onchar un pauc la garganta e se rescaufar. Mentre que Miquèl Decor faguèt cantar son monde, l’Alan Roch tenguèt en alèrta los pichons ambe sas envoladas contarèlas e que la Lisa Gros venguda de Gard apasimèt un pauc los mainatges ambe biais e doçor.

En fin de matinada, al son de « Cantèm nadal », los calandrons anèran tornar bufar sus una tradicion occitana : la de la soca. L’istòria vòl que l’ainat e lo captèt de la familha devián portar la soca cap a la chimenèia. Lo temps de dire la formula : « Bota-fuòc, cacha-fuòc, calènda vèn, tot bèn vèn que nos allegre e nos faga la gracia de veire l’an que ven, e se sem pas mai que siam pas mens ». Lo fuòc deviá téner cap a cap de l’an e las cendres de Nadal èran reculhidas lendeman e votadas sus la chimenèia. 

Mas aquí, lo fuòc èra dins la sala e la soca èra aqui per portar los presents. A condicion evidentament de dire coma cal la formula del cachafuòc. De mormolhs per començar ambe los pichons e de d’aprèp los crits dels bèlses a te desrevelhar una soca cussonada!

Bonas vacanças als calandrons, bonas fèstas e a l’an que ven per la seguida d’aqueste fulheton.

Lo Benaset

Reportatge France 3 : B. Roux O. Denoun P. Barguisseau F. Declercq S. Planchou

calandreta a la soca par france3midipyrenees

De presents occitans

Nadal, moment de magia, d’enfachinament e tanben de corsa als presents. A Tolosa coma endacòm mai, d’estructuras occitanas que vendon libres, CD, filmes…E d’autres endreches (librariás, botigas…) que daissan un canton per de causas occitanas.

I a donc la Tuta d’òc, carrièra Malcosinat dubèrta dempuèi novembre de 2012 e granda novèltat : un siti internet dempuèi dissabte passat. Se pòt donc comandar en linha o melhor encara, anar charrar ambe la Peirina Alsina que se farà un plaser de vos conselhar ! Li traparetz los endispensables : Tresaur del Felibrige, òbra complèta de Bodon, l’antologia de la literatura occitana, d’edicions tornar… De causas pels mainatges, pels ainats, libres rares…Pas plan luènh del metrò Esquiròl.

E puèi i a Macarel, dempuèi un an, carrièra del Taur. Lo Denis e l’Evelina son ara plan tolosencs. Dins la botiga, de jòias, de vaissèla, de vestits, bandièras e tota una colleccion sus la viuleta dins la lenga nòstra. Lo Denis es tanben al mercat de nadal, plaça del capitòli e vos pòdi dire que fa l’animacion !

Lor avèm demandats a totes dos çò que marcha per aqueste nadal e tanben la lor causida personala del còr.

Lo Benaset

Reportatge France 3 : B. Roux O. Denoun P. Barguisseau F. Declercq S. Planchou

presents occitans par france3midipyrenees

Autres sitis de venda en linha :

Adishatz

Val pas rés

La Lauseta

Mauresca Shop

Oc Music

La Bodega Occitane

18 déc

Patrici Baccou fa virar la lenga

Vira Lenga : La familha Baccou par france3midipyrenees

VIRALENGA : La Familha Baccou
De Myriam François et Laurence Boffet
Le fauteuil rouge est allé à la rencontre d’une joyeuse famille : Patrice, Juliette, Naïs.
Ils nous font partager leur joie de vivre et leurs histoires sur un immense terrain de jeu, la campagne des alentours de Maraussan (34) où ils vivent.
Une vraie famille occitane qui a trouvé dans l’occitan des racines bien solides et des ailes de géant pour découvrir le monde.

Myriam François (au centre de la photo) nous en parle :

L'équipe France 3 et les filles Baccou, pendant le tournage

L’équipe France 3 et les filles Baccou, pendant le tournage

Ame lo cadieràs rotge, fasèm força rescontres e cada còp son plan mirgalhadas e atresentas. Lo rescontre ame Patrici e sas dròllas Julieta e Naïs fa veire la complicitat d’un paire ame sas filhas per lo biais de la lenga nòstra. Las pichonas creisson, parlan a la calandreta, mai la lenga demòra e pren una plaça importanta cada jorn a l’ostal : dobrís e clava la jornada.

Pausavi la question a Patrici per saber se la lenga a un’influença sus lo biais de viure ? El me diguèt : « Òc, plan segur, lenga e cultura se noirisson e s’entremesclan de longa, e pas sonque per cantar o per far la cosina. Cada lenga que parli carreja am’ela un imaginari e un biais de veire e de comprene lo mond. E jamai com’una oposicion, totjorn com’una riquesa. »

Patrici tombèt dins lo topin quand èra jove. Foguèt lo primièr calandron puèi regent a la calandreta de Besièrs e ara baileja lo centre Aprene totjorn a Besièrs. A un biais de parlar de son mestièr estrambordant e que val lo còp de n’en parlar aici : « Trabalham aici, coma dins las classas Calandreta, en cooperacion, a la mòda de Celestin Freinet. Soi pas sol: ame los paissels ajudaires, los sòcis del C.A., los del Conselh Scientific e los del pòl de formacion, inventam, innovam, dobtam e questionam las evidéncias dins las formacions que bastissèm. Cresi qu’es quicòm de plan important, es dire que per nautres, un regent es pas un « executant » de programas venguts d’amont. Es un pratician-cercaire. Es plan complicat a metre en òbra la formacion, mas talament estrambordant ! Aculhissèm de joves per lor aprene un mestièr, lo de mèstre d’escòla. Los regents, los volèm curioses, dubèrts, valents e creatius. »

Fin finala, una riquesa que seriá bon que s’adrecèsse benlèu a la formacion dels regents en França… Patrici legís, parla, escota d’occitan e se congosta. Es son biais per far avançar la causa, lucha per la lenga e la far viure.

Myriam François

 

 

13 déc

La Talvera en familha

Depuis sa création en 1979, l’association CORDAE- la Talvera continue encore et toujours de valoriser, conserver et diffuser le patrimoine occitan. Très active dans son travail de recherches ethnologiques, la Talvera ne chôme pas en cette fin d’année 2014.

Elle vient en effet de sortir le livre « Contes et Racontes d’Albigés », le 5e tome de la collection « Anthologie du conte populaire occitan en Midi-Pyrénées ». Un recueil de contes collectés entre 1979 et 2014 dans le Tarn. Le livre, accompagné d’un disque audio mp3, donne la parole aux conteurs qui nous guident à travers les histoires et les légendes traditionnelles occitanes.

Mise en page 1

 

En plus du livre, la Talvera a également sorti en novembre dernier son nouvel album « Soleh Solelhaire », ancienne formulette ou incantation que disaient les bergers par temps froid.

Son nouvel album a été « conçu comme une véritable histoire, un conte, avec un début, une fin, des chemins tortueux, des rivières en crue, la rencontre avec le pays albigeois, un cheminement dans le temps. »

Ce « soleil ensoleilleur » renvoie ainsi à tous les pays du sud que la Talvera a traversés, qu’ils soient occitans, méditerranéens ou encore brésiliens. Pour le groupe tarnais la musique est avant tout une histoire de rencontres, qu’elles soient proches ou lointaines. Il a donc invité de nombreux musiciens, venus par exemple du Brésil et du Maghreb.

couverture digipack TAL19

Une invitée en particulier rend ce disque un peu spécial pour Daniel Loddo et Céline Ricard : leur fille de 18 ans, Aelis a composé une chanson. Elle y chante également et joue du violon. Les équipes du Jornalet sont allés à la rencontre de la famille Loddo, chez eux, à Cordes-sur-Ciel, dans le Tarn, pour parler de leur passion pour la musique et de leur engagement pour la langue occitane et les cultures du monde.

Sirine Tijani

 

Voir le Jornalet du 13/12/2014 :

 

Dans les coulisses de Total Festum

La 10e édition de Total Festum se prépare. Le grand festival occitano-catalan se déroule autour des feux de la Saint-Jean pendant plus d’un mois sur tout le territoire de la Région Languedoc-Roussillon.

Une manifestation d’une telle ampleur avec de nombreux participants demande donc de l’organisation et un important travail en amont. Un appel à projets a été lancé en octobre. 50 dossiers ont été envoyés à la Région, des projets en lien avec l’occitan et le catalan réalisés par des associations ou des collectivités, venues de tous les recoins de la région.

Une commission s’est donc réunie cette semaine au Conseil Régional à Montpellier pour étudier et choisir les projets, distribuer les financements avec une enveloppe de 200 000 euros.

Prochaines étapes : le vote du Conseil Régional qui dévoilera officiellement les dossiers retenus, puis un grand rassemblement qui réunira tous les porteurs de projets fin janvier.
total festm

Total Festum 2014 en chiffres :

– L’an dernier, le festival s’est déroulé du samedi 24 mai au samedi 5 juillet,

– 48 partenaires (associations et/ou collectivités) ont été retenus pour organiser Total Festum 2014 dans 68 communes différentes,

– 192 500 € engagés par la Région pour les projets,

– plus de 110 concerts et balètis,

– 85 animations (jeux, ateliers, lectures de textes, initiations aux danses, défilés de cortèges costumés et d’animaux totémiques, etc),

– 33 conférences et promenades commentées,

– 41 banquets, repas ou dégustations,

– 26 spectacles de contes ou de théâtre,

– 30 feux de la Saint-Jean,

– 6 projections de films en langues régionales.

 

Sirine Tijani

 

Reportage consacré à la préparation  du 10e édition de Total Festum dans notre journal occitan du 13 décembre 2014 :

11 déc

Don Quichotte en occitan

couverture de Dòn Quichòt de la Mancha, textes choisis et traduits par Serge Gayral - IEO Edicions

couverture de Dòn Quichòt de la Mancha, textes choisis et traduits par Serge Gayral – IEO Edicions

Pour ce qui ne connaîtraient pas encore Serge Gayral, c’est comment dire… un tourbillon linguistique, un amoureux de la lenga nòstra, un infatigable passionné de lettres d’Oc. Rien de plus naturel alors pour cet auteur, ancien professeur d’espagnol et d’occitan d’avoir eu l’idée de s’attaquer à une des œuvres les plus importantes de la littérature mondiale : Don Quichotte de Miguel de Cervantès. C’est donc dans la langue originale que Serge Gayral a lu, relu et au final sélectionné un certain nombre d’aventures de Don Quichotte. « J’ai choisi les plus animées, pour pouvoir s’adresser à un plus large public », comme le précise-t-il. Car non content d’avoir fait sa sélection, l’auteur a ensuite traduit en occitan ces larges passages. Voilà comment Don Quichotte est devenu Dòn Quichòt. Un travail de fourmi et de patience pour adapter au mieux la langue de l’époque et surtout son champ lexical, aujourd’hui un peu désuet. Mais le résultat est là, un travail remarquable, une qualité de langue irréprochable et une invitation à entrer en occitan dans l’universalité du message de Don Quichotte, ou plutôt de Dòn Quichòt. Avec cette traduction, parue chez IEO Edicions, Serge Gayral signe ici sa 13ème publication.

Clément Alet

Pour en savoir plus, voici le reportage en occitan sous-titré en français, que nous avons consacré à ce « Dòn Quichòt » en oc, diffusé dans l’édition occitane du samedi 6 décembre.


Don Quichotte en occitan par france3midipyrenees

06 déc

Bigorre : « Memòria en Partatge », la mémoire collective Pyrénéenne retrouvée

Livre-CD Audio "Memòria en partatge : chants collectés en Bigorre par Xavier Ravier entre 1956 et 1962", édité par "Pirèna Immatèria" en partenariat avec le Parc National des Pyrénées

Livre-CD Audio « Memòria en partatge : chants collectés en Bigorre par Xavier Ravier entre 1956 et 1962″, édité par « Pirèna Immatèria » en partenariat avec le Parc National des Pyrénées

Il y a près d’un demi-siècle, le professeur Xavier Ravier gravissait les montagnes de la Bigorre, micro à la main, en quête de paroles, récits, chants et autre pépites de l’oralité gasconne. Cette enquête de terrain allait notamment permettre d’enrichir l’atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne dirigé par Jean Séguy, mais elle allait surtout constituer un véritable trésor. Parce qu’ils ont été réalisés entre 1956 et 1962, donc à une période où personne n’avait encore fixé sur un support la voix du peuple montagnard, ces enregistrements ont un caractère purement exceptionnel. Ce n’est que dans le courant  des années 70 que différents passionnés, ethnographes en herbe ou militants occitans vont vraiment commencer à ratisser les campagnes pour collecter la mémoire orale. Avec près de 20 ans d’avance sur tout le monde, le professeur Ravier a donc été un précurseur. Près de 60 ans après son enquête, les bandes magnétiques ont parlé et elles nous livrent 23 chansons rassemblées dans un livre-disque « Memòrias en partatge« , édité par l’association « Pirèna Immatèria » et présenté au public mercredi dernier à Tarbes. Dans ce premier opus de la collection, place est donc faite à la canta, ce chant pyrénéen ici interprété en solo par près d’une dizaine d’informateurs comme Albert Lia, Jean Broueilh, Jean-Marie Tirat ou encore Germaine Crampe. La qualité sonore des enregistrements est remarquable, la langue occitane des chanteurs est d’une richesse et d’une limpidité quasi sacrée, quant aux chansons, elles nous transportent et transposent notre imaginaire montagnard. Pour Pascal Caumont, professeur au Conservatoire de Tarbes et président de l’association « Pirèna Immatèria » qui a édité le livre-disque, ce qui est frappant dans ces chansons, c’est la grande liberté dans l’interprétation : « C’est sur le moment que le chanteur va décider de sa version. Ce n’est pas une improvisation au sens jazzistique, c’est en fonction du moment, de qui est là, de son état, qu’il va donner tel débit, tel phrasé, tel éclairage. Il y a une grande souplesse, une grande liberté, bien plus qu’aujourd’hui où l’on a un peu tendance à uniformiser un petit peu les pratiques en imitant. Ces enregistrements vont donc apporter de la fraîcheur aux chanteurs actuels. C’est comme si on avait retrouvé de vieilles semences de variétés oubliées et qu’on les remettait en terre. Cela donne de nouveaux fruits et de nouvelles récoltes à l’horizon. » Ces enregistrements sont autant d’archives historiques que de sources d’inspirations vocales à venir. Une sorte de courroie de transmission au final, pour valoriser cette mémoire collective pyrénéenne. Pascal Caumont ose espérer que ce patrimoine oral va permettre de « féconder l’imaginaire et la création artistique, qu’elle soit musicale, vocale ou même théâtrale… Cette tradition du chant est très liée aux relations sociales puisque les gens se rencontrent pour chanter. Que cela soit dans un cadre familial, entre amis ou également avec des gens que l’on ne connait pas mais qui font tous partie de cette grande famille des gens… chantant ». 

Clément Alet

 

retrouvez ici en vidéo le reportage que nous avons consacré à la publication du livre-disque « Memòrias en partatge », diffusé dans l’Edition Occitane du samedi 6 décembre 2014.

Memòria en Partatge, la mémoire collective… par france3midipyrenees

 

 

02 déc

1 an amb una calandreta

Ongan, las còlas del Jornalet vos prepausan de seguir pendent una annada escolara la vida d’una classa de calandreta, una escòla associativa occitana qu’utiliza lo metòde d’immersion lingüistica tre la mairala.

Avèm decidit de pausar la nòstra camerà dins la classa de CM1-CM2 de l’escòla Pech Mary de Carcassona e de tornar venir cada mes. En companhiá de lor regent, Joan-Francés Albert, los calandrons nos fan descobrir lor escòla e los diferents projèctes que van seguir pendent l’annada. Dins l’episòdi 1, aprèp s’èsser presentats, los calandrons nos parlan del conselh municipal dels mainatges. Dins l’episòdi 2, nos presentan lor òrt e lor pesquièr.

 

Sirine Tijani

 

Reportatge del 11/10/2014 de Sirine Tijani, Jack Levé, Pierre Barguisseau

 

Reportatge del 29/11/2014 de Sirine Tijani, Eric Foissac, Michel Blasco

La Pastorala de Nadau

Pastoralas de Nadau

 

Depuis petit, Michel Maffrand aime Noël. Rien d’étonnant donc que le nom de son groupe soit…  « Nadau » ! C’est presque tout naturellement que Jan de Nadau a décidé de revenir aux sources et de mettre sur pied un projet ambitieux : la pastorale de Nadau. Une histoire de la Nativité contée en gascon, où Bethleem se situe en fait à Valentine… près de Saint-Gaudens ! Un spectacle qui rassemble 80 choristes et 20 musiciens traditionnels venus de tout le Comminges.

 

Reportage 29/11/2014 de Sirine Tijani, Eric Foissac et Pierre Barguisseau

 

Pendant tout le mois de décembre, « La pastorale de Nadau » sera présentée dans 6 églises du Comminges : le 6 décembre à Saint Girons (16 heures), le 7 décembre à Montréjeau (16 heures), le 13 décembre à l’église de Les dans le Val d’Aran (16 heures), le 14 décembre à Luchon (16 heures), le 20 décembre à l’église de Saint Gaudens (15 heures) et le 21 décembre à l’église d’Aspet (16 heures).

 

Sirine Tijani

22 nov

Nom de Dieu, mans sacradas!

Calarai son nom mas se sona Gèli. Benlèu que l’avètz crosat dins un parçan d’Arièja, del costat de Pàmias, a París o a l’estrangièr. Gèli es un òme sensible que respira la simplicitat, susa la generositat, aspira a la belesa. Dins qualques jorns, va partir en Alsàcia per son novèl mestièr : fargaire de grèpias. Rescontre.

10647145_1575965892624589_7410118846729037126_nNòstre Gèli es sortit de pas plan luènh de la glèisa del Carmèl de Pàmias. Familha tras que modèsta, cinc mainatges, un paire fustièr, maire cordurièra. Tot petit, son paire li fabrica una bòria en fusta per Nadal. Sa maire li crompa de personatges. Me diretz : « Un pauc coma tot lo monde a l’epòca! ». Benlèu, mas Gèli a gardat aquò al prigond de son còr, jos un brave cobèrton de son cap. El, aima la pintura e volriá far pintor. « Es pas un mestièr! », li respondèt son paire. Alèra partiguèt trabalhar, en aprendissatge coma pastissièr a 14 ans, puèi servicial a Tolosa. Anèt a París dins de grandas adreças de la restauracion. Mai d’un mestièr, un tòca-tot que capita de pertot. Viatja, tòrna al país, trabalha per Caritas, ramassa e petassa de vièlhas causas. Se deu arrestar per s’ocupar de sa maire. Al caumatge, lo cobèrton se capleva. Los sovenirs d’enfancia son de tornar, la lenga tanben. Es lo sol de la familha a l’ajure mantenguda mercés a sa grand que parlava pas un mot de francés. Vira un pauc e n’a son confle del « Made in » pas d’aicí, de canhadas que se cròmpan e se getan… Cèrca de personatges, de decòrs per far de grèpias que lo monde li demandan. Alèra se va lançar.

Un trabalh d’artista

IMG_015110686616_1582435218644323_5297300400034291654_nUn còp de mai pas de mejans, mas d’idèias e de saupre-far. Sap pintrar, cóser, trabalhar lo cuèr, talhar de vestits… S’en va quèrre dins los mercats grandasses de causas getadas : cartons, caishòts, polistirèn, bastonets, fusta divèrsa… Dins son ostal amolona, petassa, pintra, descopa, met de plastre per solidificar… Tot es dins lo detalh, la tòca personala. Vòl totjorn melhorar las causas. La resulta es a l’encòp istorica e artistica : las 4 torres d’Antònia, las casbahs, l’ostal de Ponce-Pilate, un araire, un potz, de pan… A quitament capitat de far coma se l’aiga rajava  ambe de silicòn pintrat ! E tot es a la bona escala, fidèl a l’epòca del Crist. E quand un curiós li far remarcar qu’a oblidat la pòrta e l’escalièr a una de las torres d’Antònia, la responsa es precisa : « N’i aviá pas an aquel moment ! Era una escala que caliá retirar ! ».

10458667_1539041289650383_4902807748115384902_nUn trabalh per viure?

Adujat per son nevot, lo Nicolau Desvenain mai acostumat a far l’artista ambe La Ròsa trobadoresca e lo grop ÒC qu’ambe son oncle, Gèli quita pas de trabalhar per èsser prèste a far los mercats. Sostengut per Pole Emploi e per una plantolièra d’entrepresas de Pàmias, es a montar son afar. Los retorns son bons, las resultas encoratjantas, las grèpias pas tròp caras (de 20 a gaireben 80 euròs). A la fin del més, se va logar un camion e embarcar tot aquò en Alsàcia. Una aventura novèla, coma un gafet alèra qu’es pas plan luènh de la retirada. Farà lo mercat de Fierentz (Haut-Rhin) per la Sant-Nicolau, puèi d’autres. Benlèu Soïssa, Alemanha.

E s’aquò marcha « del fuòc de Dieu », Gèli se farà un nom. Vos pòdi ara confessar que se sona Dedieu !

Lo Benaset

Reportatge : B. Roux  J. Levé  M. Blasco  M. Delaunay  C. Pelhate


grèpias nadalencas par france3midipyrenees

RSS