14 avr

L’ensenhament bilingüe dins los Pirenèus Nauts

La carta escolara novèla dels Pirenèus Nauts tafura los defendeires de l’ensenhament occitan-francés. Sus 5 sitis bilingües, 3 foguèron concernits per de barraduras de pòstes. L’Educacion Nacionala e lo Dasen (director academic dels servicis de l’Educacion nationala) explican que los pòstes occitans son pas tocats. Mas una tancadura de pòstes unilingües dins una escòla que compta una seccion bilingüa a de consequéncias sul foncionament general de l’escòla : los pichons estúdian a mièg-temps en occitan amb un regent especializat e a mièg-temps en francés amb los escolans monolingües de l’escòla.

Aprèp lo CDEN (Conselh Departamental de l’Educacion Nacionala) del 10 d’abrial, lo sentiment es mitigat.

Atal, i aurà pas cap de barradura a l’escòla Henri Duparc de Tarba.

A Julhan, la seccion bilingüa foguèt doberta a la dintrada passada. La decision finala del Dasen es lo manten de sa proposicion de dobertura d’un pòste d’occitan en mairala (que correspond a la confirmacion del pòste provisòri mes en plaça a la dintrada) e d’un mièg-pòste pel primari (pujada de la coòrta de 2014 en CP). Mas la barradura d’un pòste unilingüe es confirmada en mairala. Poiriá tornar dobrir en fonccion de l’efectiu de la dintrada venenta. Los parents son clars : se lo cinquen pòste unilingüe es tancat, trairàn lors mainatges de la seccion bilingüa.

La situacion es encara mai marrida a Rabastens-de-Bigòrra. La decision de barradura d’un pòste unilingüe es mantenguda. L’IEN conselha una classa unenca bilingüa del CP al CM2 de 23 escolans, çò que menariá a la supression d’un mièg-pòste occitan e d’un mièg-pòste francés. Una situacion impensabla pels parents e qu’entraïnariá doncas la fin de la seccion occitan-francés qu’existís dempuèi una quinzena d’annadas. L’associacion dels ensenhaires e dels parents d’escolans bilingües dins lo public, Òc-Bi 65, compren pas las decisions e compta plan contunhar la batèsta per ensajar de salvar al mens un mièg-pòste d’occitan a Rabastens-de-Bigòrra.

De parents e d’associacions sostenguts per d’elegits. Atal, Martin Malvy, president del Conselh Regional, Michel Pelieu, president del Conselh Departamental o encara Jeanine Dubié, deputat dels Pirenèus Nauts, mandèron a l’Educacion Nacionala de letras de sosten a l’ensenhament bilingüe dins los Pirenèus Nauts.

La convencion en question

Una convencion pel periòde 2012-2015 foguèt signada entre l’Educacion Nacionala e lo Departament, una autra existís amb la Region. La Convencion Educacion Nacionala/ Departament precisa qu’un estudi d’impacte deu èsser realizat en cas de barradura dins una escòla amb una seccion bilingüa : « Pour chaque site bilingue, conformément au programme académique de référence, les décisions annuelles de carte scolaire seront précédées d’une étude au cas par cas du fonctionnement de l’école. Elle prend en compte la répartition par cursus monolingue et bilingue, les possibilités réelles d’organisation des groupes des deux voies pour déterminer l’encadrement de l’école en enseignants de français et d’occitan. » (per legir la Convencion, clicatz aicí).

De convencions que balhan un encastre e que devon normalament encoratjar al desvoloppament de l’ensenhament occitan-francés. Atal, una dobertura d’una seccion bilingüa es en projècte a Argelèrs de Gasòst.

Vaquí lo reportatge realizat per l’Edicion occitana de França 3 :


Ensenhament Bilingüe 65 par france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Frédérique Desse, Serge Planchou. Montatge Karin Glock

09 avr

Une anthologie de la littérature occitane en anglais.

grains_of_gold_book_cover_1.png236x324Lors d’une TEMA  consacrée à « L’occitan so british !  » nous vous avions parlé de Patrick Hutchinson et son spectacle « Crozada duèi », de Roger Harvey et ses Boudoumens, de The Oxford Trobadors qui interprète les troubadours mais aussi Nadau ou Peiraguda…Voici Grains of Gold la première anthologie occitane traduite par James Thomas.

James Thomas

James Thomas

James Thomas, qui est un traducteur averti de l’occitan et du catalan, a rassemblé une collection de textes occitans qui va du 10ème siècle à nos jours. On y trouve trobadors et trobairitz bien sûr mais des auteurs contemporains célèbres ou méconnus. Un ramelet de Grains of Gold (grains d’or) qui avoisine les 800 pages, une moisson de 5 années de recherche qui va donner une dimension internationale à la littérature occitane. Pour cet ouvrage, James Thomas qui a traduit « Solstice and other Poems in Occitan » d’Aurélia Lassaque a été aidé par d’autres traducteurs comme Patrick Hutchinson.

Benoît Roux

 

Eleccions despartamentalas e occitan : lo punt

Pendant plusieurs mois, nous avons sollicité les assemblées départementales pour connaître les moyens mis à disposition pour l’occitan : le budget, mais aussi un élu, un chargé de mission, des politiques spécifiques… Certains départements ne nous ont pas répondu, d’autres l’ont fait de manière partielle. Voici l’état des lieux que vont trouver les élus des élections des 22 et 29 mars. Le classement est fait en fonction du budget par habitant (estimation INSEE 2014). Les chiffres ne font pas tout mais ils donnent un éclairage. Un clic sur le nom du département vous renvoie sur l’article initial s’il existe.

content-bleuV

1/ Aveyron500 000 euros

Population (estimation INSEE 2014) : 275 063   Budget /habitant : 1 euro 81 centimes

2/ Pyrénées-Atlantiques950 000 euros 1 chargée de mission, 1 élu

Population (estimation INSEE 2014) : 666 699   Budget /habitant : 1 euro 42 centimes

3/ Tarn250 000 euros 1 chargé de mission, 1 élu

Population : 381 872   Budget /habitant : 65 centimes d’euros

4/ Hautes-Pyrénées122 000 euros 1 chargé de mission

Population :   227 926  Budget /habitant : 54 centimes d’euros

5/ Tarn et Garonne 96 500 euros 

Population :   251 573  Budget /habitant : 38 centimes d’euros

6/ Gers58 500 euros 1 chargée de mission

Population : 190 943  Budget /habitant : 30 centimes d’euros

7/ Bouches-du-Rhône494 000 euros 1 élu 1 chargé de mission

Population :   1 996 351  Budget /habitant : 25 centimes d’euros

8/ Lot38 500 euros

Population : 174 810   Budget /habitant : 22 centimes d’euros

9/ Ariège 30 000 euros

Population :   152 944  Budget /habitant : 20 centimes d’euros

10/ Hérault 150 000 euros

Population :   1 107 730  Budget /habitant : 13,5 centimes d’euros

11/

Cantal 17 000 euros

Population :   146 504  Budget /habitant : 12 centimes d’euros

Haute-Garonne 152 122 euros

Population : 1 312 022  Budget /habitant : 12 centimes d’euros

13/ Aude 40 000 euros 1 chargé de mission

Population : 367 158  Budget /habitant : 10 centimes d’euros

14/ Gard 57 200 euros

Population : 740 660   Budget /habitant : 8 centimes d’euros

15/ Gironde : 101 800 euros

Population :   1 515 229  Budget /habitant : 7 centimes d’euros

16/ Lozère 4 100 euros  pas d’action spécifique, pas de budget

Population : 76 543  Budget /habitant : 5 centimes d’euros

Puy-de–Dôme : pas d’aide

Haute-Vienne : pas d’aide

123_1c42bNous allons suivre les nouvelles assemblées pour voir si elles comptent modifier ces données. Le président du Conseil Départemental de l’Aude, André  VIOLA a annoncé lors d’une conférence de presse qu’il proposerait à un élu, une vice présidence en charge de l’occitan et un budget dédié dès 2015 de 1 € par an et par habitant. Christian Astruc (Tarn et Garonne) et Jean-Luc Gleyze (Gironde) sont connus pour un certain engagement dans ce domaine.

Benoît Roux avec l’aide de Vicenta Sanchez

 

 

06 avr

Un mariage à l’occitane

Samedi, Convergéncia Occitane et País Nòstre ont publié les bans de la fusion entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Ces 2 structures occitanes ont organisé un colloque auquel politiques et citoyens ont semblé dire OUI… En ces temps de fiançailles, les mariés vont changer de nom, se trouver des symboles qui les représentent, élaborer des politiques communes… En attendant les élections régionales (décembre) puis la décision du Conseil d’Etat (début 2016), tous les acteurs ont désormais 9 mois pour que le mariage soit consommé et que le fruit de cet union soit beau, rempli de sens et viable.

3Una capitada

Samedi matin, la salle Osète de Toulouse est bien remplie. Sans doute près de 300 personnes venues écouter les conférenciers et côtoyer les politiques. Des citoyens lambda, pas seulement les habitués des manifestations occitanes, sans doute captivés par l’introduction brillante d’Alem Surre-Garcia qui a posé les bases historiques géographiques et culturelles de cette union…Titillés sans nul doute par ce qu’ils pourraient voir ou entendre des politiques présents. Et non des moindres : une ministre (Carole Delga), un président de région (Martin Malvy), les maires des grandes villes concernés (Toulouse, Narbonne, Carcassonne, Blagnac, Lavaur…). Côté intervenants, Le Pr Roland Bugat, cancérologue à l’Oncopole de Toulouse, plaide pour un travail existant, mais qu’il faut encore approfondir, entre Toulouse et Montpellier dans le domaine de la recherche médicale. Alain Garcia, ancien directeur technique d’Airbus, explore quelques pistes dans le domaine aéronautique (Toulouse bien sûr) et les nanomatériaux (Montpellier). Les Occitans ne sont pas en reste : Pierre Escudé (ESPE Bordeaux) brosse un tableau complet et actualisé sur l’enseignement et Patrick Sauzet (Université Jean-Jaurès Toulouse) fait part de ses réflexions sur le nom de la future région. Comme un avant goût du débat prévu l’après-midi.

1Dès 14 H, la salle Osète est à nouveau pleine. Mais pas avec les mêmes personnes. Des Catalans sont venus défendre leur intégrité, d’autres politiques sont là comme Gérard Onesta (vice-président Région Midi-Pyrénées) ou Marcel Mateu (chargé de l’occitan et du catalan Région Languedoc-Roussillon), des absents excusés (le maire de Montpellier, souffrant) ou qui ne sont pas revenus (Martin Malvy, Carole Delga). Convalescent lui aussi, Claude Marti avait aiguisé sa plume pour introduire le débat. C’est Jean-François Laffont qui va lire son texte : « Nous voilà forts de 5,6 millions d’habitants et grands de 72 700 km2 : nous sommes le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Parfait, mais Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, c’est trop long, faut se donner un autre nom. Attention, c’est très important le nom que l’on porte, car c’est lui qui t’annonce et déjà te décrit… »

La salle est déjà chaude. Oui cette journée est una capitada, une réussite.

De simbèus

Claude Marti n’a pas été le seul symbole de cette journée très riche. Hasard ou pas, tout le monde a pris le chemin du 6 rue du Lieutenant Colonel-Pélissier où se trouvent les actes d’état civil de la mairie de Toulouse. Ministre, maires, président de région et citoyens sont rentrés par la porte 1 : celle des mariages.

La convivéncia est aussi de mise. Cet art de vivre, cette valeur occitane d’accueil et de tolérance (à laquelle Alem-Surre Garcia vient de consacrer un ouvrage) a habité les lieux toute la journée, parfois même les politiques de bords différents. « Je crois plus aux hommes, à la nature, qu’aux institutions », a déclaré Martin Malvy. Tout en regrettant « de ne pas pouvoir relever cet ultime défi ». Il se veut tout de même prévenant sur le nom :  « PACA, faut éviter ça ». La Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire Carole Delga s’est bien gardée d’aller sur ce terrain là. En tous cas, elle n’a pas voulu se prononcer sur le nom de la future région et n’a pas soutenu celui choisi par compagnon de campagne Damien Alary : « Sud de France ».

Interview de Carole Delga : B. Roux E. Fillon P. Barguisseau par france3midipyrenees

« Sud de France », c’est une marque et le sigle est cocasse : SDF. De quoi réjouir Alem Surre Garcia -chantre de la convivéncia- qui voit déjà la nouvelle région centre d’accueil de tous les sdf du monde, mais qui agace Gérard Onesta : « J’ai aucune envie de vivre dans une région qui ne sait pas où elle habite… Je crains les noms qui seraient « sud de » quelque chose, « nord de »…Ce qui veut dire qu’on ne se sent pas suffisamment fort pour exister nous même ». Et de conclure : « La carte des nouvelles régions est déjà crétine, on va éviter les noms crétins ! » Très affûté et très en verve, le vice-président actuel de la région et futur candidat est ressorti large vainqueur à l’applaudimètre.


colloque fusion des régions par france3midipyrenees

La valsa dels noms

Gérard Onesta en propose 2 : LANGUEDOC ou OCCITANIE. Bernard Keller (maire de Blagnac) rappelle que celui de Midi-Pyrénées a longtemps été contesté et ignoré, qu’il a fallu trouver un logo à la hâte à partir d’une photo de la croix occitane de Dieuzaide. Gérard Larrat (maire de Carcassonne) propose comme Claude Marti de garder LANGUEDOC ROUSSILLON. Père Manzanares du collectif catalan « Sem » rappelle à juste titre que quand l’USAP est en finale ce sont « Les Catalans » et quand c’est le Stade Toulousain, on ne parle jamais des « Occitans ». « Nous serons toujours Catalans. Battez-vous pour rester Occitans ! » Jean-Luc Moudenc propose lui LANGUEDOC PYRÉNÉES ou MIDI OCCITAN. Et s’il fallait un esprit de consensus et de synthèse, pourquoi pas SUD OCCITANIE ou OCCITANIE SUD comme semble le suggérer dès samedi matin Patrick Sauzet. C’était d’ailleurs marqué de chaque côté de la salle Osète sur des kakemonos publicitaires d’un journal gratuit !

Prémonition ?

Prémonition ?

E ara ?

Plusieurs noms se dégagent (Languedoc, Occitanie), le drapeau avec la croix du Languedoc et les 4 bandes catalanes semble faire l’unanimité, le Se Canta a des allures d’hymne, reste plus qu’à trouver une journée nationale comme genre Diada de Catalonha. Et plutôt qu’une défaite, commémorons une victoire comme le suggère Jean-François Laffont avec le 25 juin, jour où Simon de Monfort reçut la fameuse pierre. Il parle même d’une grande fête pour le 800ème anniversaire, le 25 juin 2018.

En attendant, Carole Delga a parlé d’une consultation citoyenne et l’idée d’un référendum sur le nom pourrait faire on chemin. Les élections régionales interviendront en décembre, après la manifestation occitane du 24 octobre. La nouvelle assemblée régionale choisira le nom qui sera ensuite soumis au Conseil d’Etat.

Lors de la présentation de la réforme territoriale, le Ministre de l’Intérieur avait prévenu : « Je ne veux pas de régions identitaires ». Alors ?

« Quand l’Etat donne un nom à un enfant, il se substitue à la famille, la dépossède » prévient Bernard Carayon, maire de Lavaur et futur candidat de la droite. La gestation de cette nouvelle région va donc continuer et les Occitans ne manqueront pas de demander quelques échographies. L’obstétricien Jean-Louis Blenet a déjà enfilé la blouse mais ne mettra pas les gants : « Se i a un nom de farlabica, se dins lo nom retengut i a pas ni Lengadòc, ni Occitània, i aurà protèsta e resisténcia… ».

Benoît Roux

Alem Surre-Garcia était dimanche l’invité du 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées présenté par Frédéric Fraisse


Alem Surre-Garcia sur le plateau de France 3 par france3midipyrenees

 

 

04 avr

Campana, campanada e campanetada

Campanada Occitana

Pour le 3ème tour des élections départementales, les Occitans s’étaient donc donnés rendez-vous pour une : « Campanada d’Alarma pel patrimòni occitan ». Une action symbolique simultanée en faisant résonner toutes sortes de cloches, à la porte des nouveaux Conseils Départementaux le jour de l’installation des assemblées et de la désignation des présidents. C’est à l’appel du mouvement « Initiativa Lengadòc » et de « Calandreta » que les militants sont donc venus rappeler l’urgence de l’action à mener pour sauvegarder leur langue et leur culture, élément essentiel, selon eux, du patrimoine culturel. Des rassemblements se sont ainsi déroulés dans les villes de Rodez, Albi, Montpellier, Carcassonne, Bordeaux, Cahors, Pau, dePuy-en-Velay, mais également à Toulouse et Foix où nous sommes allés à la rencontre des ces alarmants sonneurs de cloches occitans.

Clément Alet
Campanada Occitana par france3midipyrenees

Reportage diffusé dans l’Edition Occitane du samedi 4 avril – C Alet / J. Levé / G. Mailleau / A.L.Ruppert / E.Auriaux / MP Fournier

03 avr

Fusion des régions : les Occitans veulent donner du sens.

« Dans une société qui ne questionne plus le sens, là nous l’interrogerons ». Les mots sont signés Alem Surre-Garcia.

Samedi matin il ouvrira le colloque sur la fusion avec un exposé « Entre Garonne et Rhône », pour tracer des perspectives pour cette nouvelle région qui va regrouper Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Cet événement auquel ont répondu présent les ténors locaux de la politique aura un avant goût d’élection régionale. Pour les Occitans, il s’agira de marquer leur territoire et l’Histoire.

De mancar pas 2

La réforme territoriale est partie dans tous les sens -accouchant de 13 régions qui n’en ont pas toujours- la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) n’est toujours votée, mais les Occitans veulent se saisir de cette opportunité inattendue pour faire de la nouvelle grande région une réussite. Samedi, à Toulouse, Convergéncia Occitana et País Nòstre invitent tous les citoyens à venir débattre et s’interroger sur 4 points :

- le nom de la future région

- le drapeau, le logo

- les compétences des politiques linguistiques et culturelles

- les politiques de cohésion territoriale

Pour en discuter, des experts comme Roland Bugat, directeur de l’Ecole des Savoirs et des Métiers en Cancérologie de Toulouse, Alain Garcia ancien directeur technique d’Airbus, ou les universitaires occitans Pierre Escudé et Patrick Sauzet. Le matin, il s’agira donc de planter le décor, éclairer, donner des perspectives… Et l’après-midi, place aux politiques pour débattre et répondre aux questions. Seront présents : le président actuel Martin Malvy, la ministre et candidate aux élections régionales Carole Delga, Marcel Mateu représentant le président Damien Alary, les maires de Toulouse et Montpellier (Jean-Luc Moudenc, Philippe Saurel), ceux de Carcassonne (Gérard Larrat), Narbonne (Didier Mouly), Lavaur (Bernard Carayon)… Sans oublier le toujours très pertinent Gérard Onesta. « Nous avons 9 mois pour préparer ces élections (prévues pour décembre). Mettons en gestation cette région pour accoucher d’un bel enfant. C’est une occasion assez unique de rentrer dans l’Histoire ». Jean-François Laffont le président de Convergéncia Occitana a raison d’être enthousiaste. Mais les 9 mois ne seront pas de trop.

LE NOM

Ce qu’ Yves Rouquette avait qualifié de « Toulousie » dans l’une de ses dernières chroniques dans La Dépêche, Damien Alary le président actuel du Languedoc-Roussillon voudrait la dénommer « Sud De France ». Georges Frêche n’est donc pas mort et SDF, ça aurait de l’allure non?! Quand le même Frêche parlait de Septimanie, le président Marc Censi parlait lui d' »Occitanie centrale ». Une idée qui a fait son chemin puisque La Dépêche et Midi-Libre (que l’on ne peut pas vraiment soupçonner d’être occitanistes ! ) ont réalisé un sondage : le premier choix c’est OCCITANIE !

Si l’on se réfère à l’Histoire, à ces provinces faites par les Rois de France, on pense aussi, évidemment, à LANGUEDOC. C’est d’ailleurs le choix qui semblait émerger lors du premier colloque sur la question tenu à Narbonne en septembre 2014. Et pourquoi pas y adjoindre « Pyrénées »… De toute façon, c’est le Conseil d’Etat qui tranchera, après avis de la nouvelle région. Autant donc prendre les devants. Il ne manquerait plus qu’un grand spécialiste communicant ne s’en empare ! Et que ne resurgisse le « Midi », terme de l’oubli et de l’ignorance tellement galvaudé.

Conférence de presse sur le colloque Photo : Ostal d'Occitània

Conférence de presse sur le colloquePhoto : Ostal d’Occitània

LOGO/DRAPEAU

C’est pas gagné non plus. Judicieusement, les organisateurs ont pris soin de mettre sur l’affiche la croix languedocienne des comtes de Toulouse avec en arrière plan la bandière catalane. Pere Manzanares du collectif Sem sera d’ailleurs présent au colloque. Avant que Georges Frêche ne le change, c’était aussi le blason régional du Languedoc-Roussillon. Il parait même qu’il figurait sur le logo de FR3 Sud dans les années 80… Les jeux sont ouverts.

Quant aux 2 autres points (politiques linguistiques et culturelles et politique de cohésion territoriale), le champs n’est pas encore totalement défini. Mais on peut dire que si les 2 villes Toulouse et Montpellier s’entendent plutôt bien (notamment les 2 maires actuels), il n’en va pas de même des 2 régions. Malgré l’Eurorégion (une de ses représentante sera là), malgré des échanges réguliers, la puissante et plus riche Midi-Pyrénées souhaitait la fusion, là où le Languedoc-Roussillon plus fragile a du mal à s’y résigner…

Le débat mené par le journaliste Jean-Pierre Laval et l’avocat Jean-François Laffont s’annonce donc concernant et passionnant. Bien loin de tout ressac identitaire. Le poète et écrivain Claude Marty portera sa plume et sa verve à 14H pour bien réveiller les consciences. Le défi est grand. Mais on n’est pas appelé tous les jours au chevet de l’Histoire. On peut compter sur paratge, convivéncia, et palancas pour éclairer le débat et mettre du sens.

RDV samedi 4 avril dès 9H salle Antoine Osète, 6 rue du Lieutenant Colonel Pélissier à Toulouse, Métro Jaurès.

 Benoît Roux

02 avr

Christian Astruc, un Occitan à la tête du département du Tarn-et-Garonne

Astruc en occitan veut dire chanceux. Est-ce donc par chance ou par stratégie qu’il a été élu ce matin président de l’assemblée départementale du Tarn et Garonne ?

En tous cas il met fin à l’aire Baylet, et c’est déjà une surprise.

Christian Astruc Photo : Pascale Lagorce France 3

Christian Astruc Photo : Pascale Lagorce France 3

Le maire de Dunes, défenseur de la langue d’oc, est président d’un groupe occitan regroupant tous les élus occitanophones ou intéressés par l’occitan. Il avait lancé, en tant que maire, les fêtes occitanes de Dunes. Cet ancien allié de Jean-Michel Baylet aura du travail en la matière. Le département figure dans la liste de ceux qui font le moins pour l’occitan.

- 40 000 euros vont être consacrés à l’édition d’un ouvrage de synthèse sur l’opération Al Canton menée par Christian-Pierre Bedel.

- 56 500 euros pour l’enseignement de l’occitan à l’école.

Il n’y avait pas de chargé de mission dans ce département.

Christian Astruc, candidat soutenu par la droite, a été élu président du département au premier tour avec 18 voix, face à Marie-Claude Nègre (PRG), qui n’a recueilli que 12 voix (alors que la gauche dispose de 14 élus). Conseiller général du canton d’Auvillar depuis 20 ans et maire de Dunes depuis 1989, Christian Astruc est agriculteur, âgé de 66 ans.

l a été élu dimanche au second tour des départementales au siège de Conseiller départemental du canton Garonne-Lomagne-Brulhois remportant la triangulaire face aux candidats PRG et FN. Il était étiqueté Divers Gauche mais indique que la nouvelle majorité ne sera « ni rose, ni bleue ».

Benoît Roux

 

 Vidéo : Christian Astruc lors de la campagne 2008 (reportage France 3 Edicion Occitana). Léopold Viguié qui figure aussi dans ce sujet a lui aussi été réélu en 2015.


Christian Astruc 2008 par france3midipyrenees

31 mar

Quand Francis Cabrel fait chanter l’occitan « In extremis »

L’album n’est pas encore sorti, mais il fait déjà parler; y compris chez les occitans.

Après « Les chevaliers cathares » qui…

Pleurent doucement,
Au bord de l’autoroute
Quand le soir descend,
Comme une dernière insulte,
Comme un dernier tourment,
Au milieu du tumulte,
En robe de ciment…

Francis Cabrel évoque dans son nouvel album « In extremis » la disparition de la langue occitane qu’il compare à celle des oiseaux. Le chanteur a l’accent revendiqué sortira son nouvel album le 27 avril. On y entendra le Corou de Berra.

Corou de Berra et Francis Cabrel photo : Clarisse Bianco

Corou de Berra et Francis Cabrel photo : Clarisse Bianco

Le Se canta, in extremis

« Je n’ai pas encore entendu le mix, mais la chanson sera belle ». Paroles de Michel Bianco du Corou de Berra. Notoriété oblige, le secret sera bien gardé sur le contenu de la galette. Francis Cabrel est venu enregistrer des voix (mais pas la sienne) il y a un mois à Berre. Le Corou de Berra a donc participé à la chanson « In extremis » où l’on pourra reconnaître le Se Canta. Francis Cabrel voulait ce morceaux pour évoquer les langues régionales. Certains membres de sa famille le chantent. « Nous avons fait 2 versions. C’est un peu compliqué car le Se Canta est sur un rythme ternaire, ce qui n’est pas le cas de ce morceau de Francis Cabrel « . Une chose semble sûre : on n’entendra pas les paroles « Se Canta que cante, canta pas per ieu » mais des onomatopées, bouches fermées… Mister Mystère. Le Corou devrait faire également les chœurs sur un autre titre.

photo : Clarisse Bianco

photo : Clarisse Bianco

Une histoire de 10 ans

« On voulait lui offrir nos disques mais il les avait tous » ! Michel Bianco a été doublé par Jean Bonnefon de Peiraguda et ami de Cabrel. Le chanteur les avait demandés. Une amitié de 10 ans qui vaudra à l’Agenais d’interpréter le titre « Giors » en occitan de Nice sur l’album « Canta ti passa » (2011). Le chanteur d’Astaffort a toujours apprécié le travail sur les voix et la section rythmique du Corou de Berra où l’on retrouve André Cecarelli et Thomas Bramerie (le fils de Miquela).

Nous n’en saurons pas plus mais on peut penser que le Corou fera quelques premières parties de la nouvelle tournée de Francis Cabrel. C’était le cas sur la précédente. Quand au titre « In extremis », il devrait faire partie des premiers morceaux choisis par la production dès la sortie du disque le 27 avril. A moins que ne reviennent les « Chevaliers Cathares » :

C’est quelqu’un au-dessus de la Loire
Qui a dû dessiner les plans,
Il a oublié sur la robe,
Les tâches de sang.

Benoît Roux

 

 

 

 

30 mar

Eleccions despartamentalas : 4 elegits per País Nòstre

Dins d’eleccions despartamentalas ont l’occitan èra mai que discrèt, País Nòstre compta duèi 4 elegits sus lo despartament d’Aude. D’elegits d’esquèrra coma de drecha dins un despartament que fa pas grand causa per la lenga. Joan-Pèire Laval a plan volgut reagir e nos donar son punt de vista sus la situacion.

Pais Nòstre en campanha Fòto : La Dépêche

Pais Nòstre en campanha ambe Joan-Pèire Laval (al centre) Fòto : La Dépêche

B.R. : Avètz donc 4 elegits sul despartament d’Aude : un parelh de drecha sus Sijan, un conselhèr PS sus Carcassona 1 e un autre sus Rius de Menerbés. La vòstra causida èra la bona ?

Joan-Pèire Laval : Aviam 15 candidats (2 binòmes). A la debuta, voliam partir ambe lo moviment Bastir. Jacky Grau aviá fat campanha per las comunalas. Aviam prepausat 2 o 3 noms sus Narbona. Mas lo comitat de pilotatge de Bastir èra pas d’acòrdi suls candidats.

Quin èra lo problèma ?

Bastir trobava que lo lor engajament èra pas « vertadièr »… Coma sèm pas aquí per criticar mas per avançar, avèm decidit de far nòstre camin. Ambe Jacky Grau avèm pres lo telefòn e apelat de monde.

Cossí se faguèt la causida ?

Sèm anats veire los que coneissiam. De monde que pensam « estrategics », que son a de pòstes de responsabilitat. I a bravament de cònses. Mas a calgut far viste. N’i a que son venguts me veire aprèp en me diguent qu’aurián plan volgut signar mas èra tròp tard. Donc avèm un binòme qu’a signat a Sijan e un sol dels candidats pels autres parelhs.

A de que se son engajats los candidats ?

De primièr sus la linha budgetaria. Volèm anar cap a 2 euròs per an e per estatjant per l’occitan. Aquò nos menariá a 720 000 euròs… Sèm pas pressats ! Volèm tanben un elegit referent per l’occitan, un encargat de mission. Cal tanben sosténer las calandretas e las convencions ambe lo rectorat per l’ensenhament public. Enfin volèm tanben un eveniment cada an per l’occitan en país d’Aude. An signat e los engajaments son publics. Los avèm publicat dins la prèmsa.

Cossí se farà lo seguit ?

Es pas per ço que i a engajament qu’es ganhat. Lo pus malaisit es pas de far una causa un còp mas de tene lo maraton. L’idèia es d’anar pus luènh. Duèi de matin avèm dit que cal començar per una reunion de trabalh ambe los 4 elegits. Puèi, demandam un acamp ambe lo futur president que serà segurament lo meteis : André Viola. Alan Geniès qu’es elegit sus Rius de Menerbés vendrà segurament un dels vici-presidents. La tòca es d’arribar a fargar una commission especiala per l’occitan…

Qu’una es l’estrategia : i a de monde de totas colors politicas, es una mena de pragmatisme, d’oportunisme occitan ? Qu’unas son las garantidas ?

Cò qu’avèm fat sus Narbona per las comunalas nos encoratja. Cò qu’an signat es estat fat. Me soveni d’eleccions a trimar per pas res, d’aquelas regionalas en 2004, una aligança ambe lo PÒC, lo PNO, ERC (Esquèrra Republicana Catalan) per la lista de Christian Lacour. A costat fòrça moneda e fòrça temps per 13 500 vòtes (la mitat en Catalonha Nòrd)… Avèm ara un autre biais de prene las causas. Es un pauc de lobbying. Sèm un 100 at de sòcis a País Nòstre : de politics, de sendicalistas, d’economistas… Es un recampament sus una basa : Viure, trabalhar e decidir al País. Ambe la volontat d’un poder regional autonòm, dins un encastre federal francés. Avèm fargat un partenariat amb una cooperativa que fa de blat e de farina a Salèlas d’Aude, avèm adujat los obrièrs licenciats de Pilpa (Carcassona) per montar la lor cooperativa.  Volèm ara far la meteissa causa e montar un grop País Nòstre a Tolosa per far ligam ambe lo sector economic e aver d’elegits.

Pais Nòstre es tanben a l’origina del collòqui sus la fusion regionala que se debanarà dissabte 4 d’abril a Tolosa, sala Osète, 6 carrièra del Lieutenant-Colonel Pélissier.

Lo Benaset

 

29 mar

L’occitan al Carnaval de Tolosa

En 2011, lo Carnaval tornèt a Tolosa. Dempuèi 3 ans, las calandretas tolosanas participan de mai en mai cada annada a la fèsta. Ongan, un collectiu s’es creat que recampa las calandretas de Garoneta, Còsta Pavada e del Collègi. Dimarç 24 de març, los calandrons e lor familha organizèron una cantèra al cobèrt del Cocu (Lo Comitat d’Organizacion del Carnaval Unificat) per descobrir los luòcs ont lo Carnaval s’aprèsta.

 


L’occitan al Carnaval de Tolosa by france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Gérard Mailleau. Montatge : Christelle Lacroix

Programa del Carnaval del dissabte 4 d’abrial

  • 5 a 6 oras del ser : Balèti dels pichons amb lo duò Abela-Vidal acompanhat de Jean-Michel Espinasse per iniciar los pichons e los mai grands a las dansas tradicionalas. Prepausat pel collectiu tolosan Calandretas (calandreta Garoneta, calandreta Còsta Pavada e collègi calandreta) e lors associacions culturalas (Talent d’Òc, Imaginòc e Col’Òc). Amb la participacion del CAMOM.
  • 7 oras : Duèl de Tè – Pont Nòu
  • 7h30 : Remesa de las claus de la vila – Pont Nòu
  • 7h30 : Despart del Passa-Carrièra – Pont Nòu
  • 10 oras : Jutjament de M. Carnaval – Joan-Jaurés

 

Sirine Tijani

 

RSS