27 Mai

L’Estivada en mode Carte Blanche

Ca y est ! On connaît enfin la programmation du festival occitan le plus attendu : l’Estivada. Visiblement heureux et soulagés, le maire et son équipe ont dévoilé les contours du festival ce matin lors d’une conférence de presse. A défaut d’avoir toutes les cartes en main, la marie de Rodez qui a repris la manifestation en régie directe va s’appuyer sur 3 soirées Carte Blanche distribuées à Alidé Sans et Paulin Courtial pour le jeudi, à l’accordéoniste Lionel Suarez et à Claude Sicre pour le balèti de clôture. Des soirées très ouvertes qui devraient réserver des surprises.

3 cartes blanches

5 mois pour travailler en s’appuyant sur des artistes locaux mais aussi en jouant l’ouverture. Au mois de mars, Lionel Suarez est contacté. On lui donne carte blanche pour 2 soirées, avec des rencontres autour d’artistes façon Printemps de Bourges… Et l’ouverture est placée sous le signe de la jeunesse. Comme annoncé, le jeudi ce sera Alidé Sans et Paulin Courtial. Ils se sont rencontrés lors de l’Estivada 2015 où Alidé était programmée. Depuis ils jouent ensemble et investiront la grande scène de l’Esplanade des Rutènes. Ensemble, mais aussi chacun avec ses musiciens, et des invités comme Antoine Charpentier et Tres a Cantar et d’autres surprises occitanes. Paulin Courtial présentera son nouveau groupe « Nascut ». Quelques morceaux sont déjà écrits. Jeudi, Les Diables de la Garrigue (une émanation des Goulamas’K) seront aussi de la partie pour terminer la soirée.

Conférence de presse Estivada Photo : Lo Benaset

Conférence de presse Estivada Photo : Lo Benaset

Mais la base du festival nouvelle formule c’est lui : Lionel Suarez, le talentueux accordéoniste. Il a concocté une soirée concert et une deuxième dédiée au bal, lui qui en a fait pendant plus de 15 ans. Pour la création appelée « Lionel Suarez and òc » le vendredi, il va s’entourer de nombreux artistes : Art Mengo (le Valencien), Mustapha et Hakim Amokrane de Zebda, JeHaN qui fait avec lui un spectacle en hommage à Allain Leprest. Côté occitan, il a craqué pour La Mal Coiffée Gari Greu de Massilia et Bernard Combi. Le spectacle devrait durer plus de 2H30, avec des créations mais aussi des chansons de Leprest, Dimey, Zebda traduites et chantées en oc. Anne Castan a assuré les premières reviradas et La Mal Coiffée va coacher les artistes. Une surprise sera réservée à Claude Marti (avec lequel Lionel Suarez a joué). Une place sera faite pour Jean Boudou qui a complètement subjugué le musicien ruthénois.

Le dernier jour sera dédié au balèti et Lionel Suarez a sous-traité sa carte blanche à Claude Sicre alias Docteur Cachou. Une soirée festive menée par les Bombes 2 Bal où l’on devrait retrouver Manu Théron, Xavier Vidal, le duo Abela-Vidal. Des surprises ne sont pas à exclure.

D’autres artistes hors carte blanche seront là comme Marilis Orionaa le samedi. Pas de vraie programmation interrégionale, mais des artistes de toutes les régions occitanes. Il est vrai qu’il n’en reste que 4 ! 

Soirées cabaret et cinéma

Pour les noctambules à l’envie boulégante, des soirées cabarets sont prévues à la Salle des Fêtes, après les concerts. L’idée n’est pas nouvelle et l’on devrait y retrouver Jali de Massilia le jeudi, Bal Pop Trònic  le vendredi et DIÀ (l’une des formations de Didier Tousis) le samedi.

Côté cinéma, projection du film de Christian Philibert sur Massilia le jeudi 14H à Cap Cinéma. Attention, la séance est payante ! Le vendredi 10H, ce sera « Paisans de Roergue » de Paulette et André Andrieu produit par Piget et un mini-festival de courts métrages occitans le samedi matin. Ces 2 événements sont gratuits et toujours à Cap Cinéma. Enfin le collectif Detz sera présent comme les années précédentes.

Estivada 27 mai 2016 Photo : Lo Benaset

Estivada 27 mai 2016 Photo : Lo Benaset

2 CV occitane, siestes électroniques et apéros littéraires

Comme d’habitude, le festival se déroulera sur plusieurs lieux de la ville. Ainsi un spectacle pour enfants le jeudi à la MJC, des apéros littéraires le matin avec le CIRDOC dans le jardin, sur le village occitan. Des balètis au même endroit avant les concerts, avec des groupes locaux et des groupes invités  Des conférences sont aussi prévues aux archives départementales et nouveauté : des siestes électroniques sur la Place de la Cité. Sans oublier du théâtre le vendredi après-midi avec TIO La Rampe et son « Molière d’oc ».

Le personnel municipal sera à pied d’oeuvre pour assurer la logistique du festival. Le budget devrait être de 400 000 €  dont le 1/4 pour le seul domaine artistique. Les ruthénois semblent motivés si l’on en juge par leur participation à l’opération « En attendant l’Estivada ». La mairie pourra compter également sur des « collaborateurs bénévoles ».

Sarah Vidal (culture) et Francis Fournie (jeunesse) sont visiblement heureux de ce travail et des annonces. Une programmation moins riche en nombre d’artistes que d’habitude, avec des surprises et de la continuité. Après des débuts difficiles où l’existence même du festival était remise en cause, la nouvelle équipe a voulu assurer et fédérer les services de la ville, les habitants… autour de l’occitan. Les festivaliers jugeront carte sur table du 21 au 23 juillet. Certains trouveront certainement des innovations à louer, d’autres des manques à dénoncer. Après une 23ème édition de transition, la mairie n’aura sans doute pas une carte blanche totale pour le futur.

Lo Benaset

IMG_0658

PARIS FÊTE l’OCCITAN : Concert en hommage au poète occitan JASMIN

PARIS – Jeudi 2 juin 2016 à 19 h30
Le 16ème arrondissement rend hommage au poète occitan : JASMIN

Précurseur du Félibrige, l’agenais Jacques Boé dit « Jasmin » (6 mars 1798 – 5 octobre 1864),   poète s’exprimant en langue occitane eut un succès populaire dans tout le sud de la France, puis auprès des élites parisiennes qui succombèrent aux charmes de sa poésie. Il se rendit à Paris en juin 1842, invité par son ami Sylvain Dumon, ministre, originaire d’Agen, et fut reçu par le Roi Louis-Philippe à Neuilly.

Depuis 174 ans, pour la 1ère fois, suite à la venue de Jasmin à Paris en 1842. La Mairie du 16ème  propose le spectacle : « Que chantait-on au temps de Jasmin ? ».
Un hommage sous forme de concert le 2 juin, dans le cadre du festival Le Printemps dans le 16ème qui aura lieu cette année du 31 mai au 21 juin.

affiche printemps 16ème

Le concert est composé des chansons en occitan de Jasmin, ainsi que d’autres chansons françaises de son époque. Elles sont interprétées par le chanteur lyrique Christian Moulié, accompagné des musiciens classiques d’Opérial : Jean-Michel Martinez au piano et Didier Fornt-Torres à l’accordéon.

Au programme pour la partie en occitan tirée de l’œuvre de Jasmin : Me cal mouri (1822) – Sereno al co de glas en Occitan (1844) – Lou Poutou (1830).

Pour en savoir + sur Christian Moulié : http://pari47.fr/christian-moulie

Me cal mouri par Christian Moulié

Pour en savoir plus sur JASMIN, nous vous proposons de relire l’article suivant publié sur notre blog en 2014 Jansemin torna florir et de revoir le reportage de Denis Salles Jansemin, poèta occitan ci-dessous :

Jasmin, poète occitan par france3midipyrenees

Vous pouvez retrouver un dossier très complet concernant Jasmin à Paris et le spectacle : « Que chantait-on au temps de Jasmin ? » en cliquant  ici

rue_jasmin-paris-2016

Mairie du 16ème arrondissement
71, Avenue Henri Martin 75116
Jeudi 2 juin 2016 19 h30
Réservation obligatoire au 01 40 72 16 35
Que chantait-on au temps de Jasmin ?

Jasmin_(métro_Paris ligne 9)_faience_nom_par_Cramos

Métro ligne 9 : station Jasmin

par Vicenta Sánchez

Jasmin par france3midipyrenees

Mobilisation pour une politique linguistique occitane dans les Pyrénées-Atlantiques

Tòca-i se gausas ! C’est avec la célèbre mise en garde de Gaston Phébus que des militants occitans ont manifesté hier à Pau et ce matin encore. Ils protestent contre une baisse programmé du budget dédié à la politique linguistique par le département des Pyrénées-Atlantiques. Il est vrai que le programme Iniciativas était le plus ambitieux au niveau des départements. Ce budget pourrait être réduit de manière drastique et risque d’être voté dans les prochaines heures.

Action hier. Photo des militants

Action hier devant le conseil départemental de Pau. Photo du collectif

Ce n’est pas la première action menée par les Occitans en Béarn pour demander plus de moyens et plus de visibilité pour la langue. Avec gain de cause en matière de budget car c’est le département qui donnait le plus pour l’occitan.Ce matin encore, devant le Parlement de Navarre, ils ont mis la pression sur les élus et sur le président Jean-Jacques Lasserre. Le conseil départemental du 64 risque donc de mettre à bas ce qui a mis beaucoup de temps pour se construire. Sur son blog, David Grosclaude réagit et remarque que cette décision intervient quasi jour pour jour 1 an avec le début de sa grève de la faim.  Plus d’informations sur le site Facebook du Collectif.

Ce matin. Photo du collectif

Ce matin. Photo du collectif

26 Mai

Un collègi calandreta batejat… E aprèp ?

Dimars de vèspre, lo tresen collègi calandreta foguèt batejat a Tolosa. Res d’extraordinari me diretz ? Cò d’interessent es que tot aquò se faguèt en preséncia de las 3 collectivitats : Georges Méric (pdt del despartament), Patric Roux (elegit per l’occitan a la region) e Jean-Michel Lattes (primièr adjunt a la comuna de Tolosa). Totes semblan prèstes per butar dins la meteissa direccion. Qu’unas son las perpectivas per calandreta a Tolosa e dins la granda region ?

Inauguration du collège

Inauguration du collège – De gauche à droite : Patric Roux Jean-Michel Lattes Jean-Luc Reysséguier Georges Méric et Jean-Louis Blenet

Un collègi puèi un licèu calandreta a Tolosa ?

Dubèrt a la dintrada de 2013, lo collègi calandreta de Tolosa compta per ara 3 nivèls de classa, manca la tresena. A l’avenidor, va caler un collègi ambe 8 classas e un internat endispensable. 3 ans de vida que fan que lo collègi es pas encara contractualizat. « Es ara qu’avèm besonh de las ajudas », dís son president Jean-Louis Blénet. « Un enfans del primari de calandreta còsta pas tant car coma un enfans del primari public per la comuna. Donc pòdon far quicòm ! ». Una lèi de 1959 obliga efectivament a donar d’argent per los enfans escolarizats dins public e dins lo privat contractualizat.

A Tolosa, la comuna donariá 500 € per an per 1 escolan del primari de calandreta. La comuna met tanben a dispausicion lo bastiment ont se tròba lo collègi. Blenet voldriá ara que lo despartament adujèsse lo collègi abans la contractualisazion coma se faguèt per lo de Pau. « Es ara que qu’avèm de besonh! ». Georges Méric confirmèt dimars que lo Conselh Despartamental de Garona-Nauta adujariá lo collègi. Son tanben a cercar un bastiment per la dintrada de 2017.

Patric Roux ajustèt que i auriá ben un licèu calandreta a Tolosa, coma Carole Delga s’i èra engajada dins sa campanha. D’aiçi 2 ou 3 ans.

La fèsta al collègi

La fèsta al collègi

Un autre collègi a Besièrs e un licèu calandreta a Montpelhièr

« Nos sèm enganats a la debuta de calandreta en diguent que caliá dubrir de classas al primari e que l’ensenhament public assegurariá lo segondari ! Marcha pas, nos cal dubrir de collègis e licèus. Al jorn de duèi, i a pas un sol jove qu’arribe al bachilierat format coma cal en occitan! ». Aital un second collègi va dubrir dins Erau. Es previst a Besièrs, benlèu per la dintrada venenta o mai segurament per la de 2017. Lo licèu es totjorn a l’espèra. Mas aquí tanben, la presidenta de region a prometut 2 licèus per calandreta : lo de Tolosa e un a Montpelhièr. Se poidriá far rapidament estant que i a un pauc de plaça al collègi actual. De que dubrir una classa de 2da tre la dintrada, puèi una per la 1èra, en esperent de bastiments novèls prometuts per la region per lo licèu.

Mas a Montpelhièr es pas coma a Tolosa : i a pas de conjunt entre region, despartament e vila de Montpelhièr.

Lo Benaset

25 Mai

Sur la route d’un Fabulous Trobar Roots

Retiré depuis quelques années dans la verte campagne du Tarn et Garonne, Claude Sicre n’en demeure pas moins actif. La route de notre Kerouac occitan est grandement pourvue. Dans le retro, le Forum des Langues ce week-end, la manifestation « Lenga Viva » de Laguépie qu’il a reprise et une invitation pour organiser le grand balèti de l’Estivada le 23 juillet à Rodez. Sans oublier un album annoncé pour bientôt et des envies de cinéma… Un Trobador Fabulós, pas vraiment un « vagabond solitaire ».

Lo Fòrum de las lengas

« Toutes les langues sont égales anthropologiquement. Et c’est la première fois que quelqu’un a posé concrètement ce principe. »

Le Forum des Langues dont Claude Sicre est l’inov’acteur en est à sa 24ème édition. Chaque langue est représentée, à égalité, sur une centaine de stands… 180 langues en tout, avec leurs représentants et des spécialistes pour débattre. C’est ce week-end, place du Capitole de Toulouse pour les esprits debout. « Il y a de plus en plus de villes qui font leur Forum, en France mais aussi à l’étranger : Madagascar, Thessalonique… ». Samedi, Claude Sicre sera là-aussi pour un débat sur le Nom de la Région à partir de 18H. Bientôt, les repas de quartiers pour nourrir la convivialité.

Forum des langues Photo : Carrefour Arnaud-Bernard

Forum des langues Photo : Carrefour Arnaud-Bernard

Lenga Viva

En laissant le quartier Arnaud Bernard, Claude s’est mis au vert, à Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn et Garonne). Depuis 3 ans, il s’occupe de Lenga Viva, prenant la succession d’Alain Raynal. Très rapidement, il a mis sa patte : une fête du « patois » (et un concours d’histoires drôles doté de 500 euros pour le vainqueur), conversations avec les locuteurs maternels les après-midis, les participants de cette université estivale qui se joindront cette année au Bal des Pompiers le 13 juillet. Claude Sicre ne s’interdit rien. Le vendredi 15 juillet, ce sera Bal trad ragga avec le Duo Abela-Vidal, Papet Jali de Massilia, Aurélie des Bombes 2 Bal, un groupe nommé « Contrebande »… Du cinéma (avec Amic Bedel), des conférences (Philippe Martel, Jean-Claude Drouilhet)… Il se pourrait même qu’il nous refasse « Lo Babau » avec le guitariste de Dylan, Cabrel, De Ville : Freddy Koella ! Aquò va picar del 10 al 15 de Julhet a La Guepia (82) !

Grand Balèti per l’Estivada lo 23 de julhet

Samedi 23 juillet, ce sera le grand Balèti pour l’Estivada. Les programmateurs ont demandé à docteur Cachou de concocter une pilule dansante. Sur scène, Les Bombes 2 Bal pour la partie principale. On devrait retrouver pour cette grande joute boulegante : Manu Théron, Xavier Vidal ou encore Lionel Suarez aux côté de Claude Sicre avec d’autres invités surprises…

Photo : Carrefour Arnaud-Bernard

Photo : Carrefour Arnaud-Bernard

Demain, demain…

Le dernier album des Fabulous, c’était en 2003 « Duels de tchatche et autres trucs du folklore toulousain ». Mais Claude prépare un album solo. Son producteur du label Tôt ou Tard lui a donné carte blanche… Depuis plusieurs années, il planche sur les musiques quasi trouvées. Pour les textes, l’éternel perfectionniste a du mal à avancer. On y retrouvera une chanson en oc et les autres en français. « Je veux marquer un grand coup pour la chanson française. Ce sera mon ultime album avant de faire un truc en òc… » Histoire de réitérer le succès de « Demain demain » sur le dernier album des Fabulous. Le producteur artistique sera Freddy Koella avec lequel il travaillera cet été, avant de s’envoler à Los Angeles pour enregistrer, puis à Astaffort chez Francis Cabrel. Un disque plus blues, chanson rock, un beat nordeste, roots, et Bâuls du Bengale… Une oeuvre annoncée pour bientôt… Mais comme dit son auteur , « Demain, en demain s’éternise » !

Aujourd’hui, on peut lire ses réflexions sur le blog de Jean-Pierre Cavallié. Demain ? Il veut passer au cinéma comme scénariste et assistant réalisateur…« Pour un grand film qui servirait l’occitan ». Une vie de Roots, sus las piadas de Kerouac.

Lo Benaset

24 Mai

Lo tresen collègi calandreta estrenat duèi

En setembre de 2013, lo collègi tresen de las escòlas immersivas calandreta faguèt sa primièira dintrada a Tolosa. Aprèp lo de Montpelhièr (Grabèls) e lo de Pau, lo collègi s’èra niusat dins un ostal del barri Saint-Agne de Tolosa. Una dintrada plan complicada coma sovent. Duèi Collègi Calandreta del País Tolzan a mudat dins lo barri de Jolimont e se farà l’estrena a 6 oras aqueste vèspre.

collège

Fa un momenton que lo collègi e son trentenat de dròlles se tròban carrièra David Elbaz dins lo barri de Jolimont; exactament dempuèi la dintrada de 2015. De bastiments novèls mercés a l’ajuda de parelh de la comuna de Tolosa e del Conselh Despartamental de Garona-Nauta. La comuna de Tolosa recuperèt una part dels bastiments d’una escòla publica delaissada per los prepausar a calandreta. Lo despartament de Garona-Nauta donèt l’an passat 25 000 € al collègi.

Los calandrons fan pel moment ambe solament 4 classas. Pas de plaça per una sala dels professors, una cantina… Alèra que l’an que ven la classa de 3ena va dubrir e mai de 45 escolans son anonciats. Lo conselh despartamental es donc en cèrca d’un luòc novèl pel collègi (estant que los collègis son de la competéncia del despartament e non pas de la comuna). Segurament dins un collègi ancian, per la dintrada de 2017. Lo collègi es tanben a l’espèra d’un convencionament ambe l’estat qu’interven normalament al cap de 5 ans. Ven d’èsser reclamat mas lo collègi a sonque 3 ans.

A Jolimont o endacòm mai, longa viva al collègi calandreta del País Tolzan !

Lo Benaset

Reportage du 22 février 2014 Sirine Tijani/Denis Hémardinquer  Montage Martine Delaunay 


Le nouveau collège calandreta de Toulouse par france3midipyrenees

23 Mai

Total Festum : c’est parti pour la fête totale !

Samedi, c’est aux couleurs occitanes et tibétaines que le Total Festum 2016 a démarré. Plus d’un mois de fête totale, autour des feux de Saint-Jean. 100 communes vont participer et 16 manifestations touchent l’ancienne région Midi-Pyrénées. Cette 11ème édition est donc placée sous le signe de la continuité avec quelques nouveautés. L’edicion occitana était présente lors de la conférence de presse jeudi dernier au CIRDOC.

Une première

Baptème du feu pour Patric Roux, tout nouveau président du CIRDOC et nouvel élu de la nouvelle région pour l’occitan. Grande première aussi pour son homologue catalane Eliane Jarycki. C’était aussi une avant première ce samedi à Enfin, deux avant- premières auront lieu le 21 mai à Lugan dans le Tarn pour une soirée occitano-tibétaine mettant et à Saint Guilhem le Désert dans l’Hérault avec un concert de musique médiévale en catalan donné par La Camera della Lacrime.

Total Festum par france3midipyrenees

Reportage de Sirine Tijani, Jean-Luc Pigneux et Patrick Level. Montage d’Ana Luisa Ruppert MP. Fournié

Total Festum 2016 c’est :

  • un Budget de 320 00 €  pour l’ensemble de la nouvelle région (240 000 € de subventions aux porteurs de projet et 80 000 € pour le final à Castelnaudary avec le forum euro-régional « Patrimoine et Création » et le 9e festival des sports traditionnel).
  • 100 communes qui participent
  • 76 partenaires
  • 150 concerts

Le programme complet est en ligne sur www.fabrica.occitanica.eu/total-festum

Concert lors de la présentation du Total festum 2016 David Crespin / Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées David Crespin / Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées David Crespin / Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées

Concert lors de la présentation du Total Festum 2016 – Photo : David Crespin / Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées 

21 Mai

La Topina de Tolosa

La Topina est enfin ouverte. Le bar à tapas associatif a réussi son pari de récolter assez d’argent via Ulule, la plate-forme de financement participatif en ligne. On peut donc désormais boire et manger à l’intérieur de la Maison de l’Occitanie de Toulouse, rue Malcouzinat du mercredi au samedi de 10h à 22h.

L’inauguration officielle s’est déroulée jeudi 19 mai. Une équipe de l’Edicion Occitana y était.

La Topina
Reportage de Sirine Tijani, Jean-Luc Pigneux et Patrick Level. Montage d’Ana Luisa Ruppert

20 Mai

Quand les langues régionales balbutient encore au sommet de l’Etat…

Après la Charte Européenne déterrée et recouverte, après les propositions de lois éconduites, la parution aujourd’hui au JO des décrets sur la réforme des collèges, les recours devant le Conseil d’Etat sans issue, il ne faudrait pas perdre espoir du quinquennat de François Hollande ! Fichtre ! Pas de quoi s’enflammer, rien à espérer, juste dire que plusieurs parlementaires (dont Frédérique Espagnac) seront reçus lundi 23 mai au Ministère de l’Education. Ce devait être le 24 à l’Elysée… Il faut sauver les meubles avant le devoir d’inventaire que ne manqueront pas de faire les défenseurs des langues régionales.

© ©PHOTOPQR/SUD OUEST Laissac Luke La sénatrice Espagnac

© ©PHOTOPQR/SUD OUEST Laissac Luke La sénatrice Espagnac

Un trabalh de longa…

« Il faut sortir de la posture politicienne » selon Frédérique Espagnac jointe au téléphone. On ne peut qu’être d’accord après le torpillage de la charte au Sénat par la droite et le coup bas de la gauche à l’Assemblée Nationale sur la proposition de loi de Paul Molac. Après ces échecs, les 2 parlementaires ont travaillé chacun de leur côté. Ils ont tenté d’avoir l’oreille du gouvernement. C’est Jean-Jacques Urvoas -alors président de la Commission des Lois- et Frédérique Espagnac qui ont réussit à convaincre François Hollande qu’une majorité pouvait exister pour la Charte européenne. C’est Paul Molac qui a agit, un peu seul il est vrai, pour profiter d’une fenêtre parlementaire en déposant sa proposition de loi. Le député du Morbihan vient tout juste de quitter le groupe des écologistes pour rejoindre les socialistes. Il s’en explique sur son site :

« Je serai désormais rattaché en tant que député Apparenté au groupe parlementaire Socialiste, écologiste, républicain et citoyen (SERC), au sein duquel nous créerons une composante distincte et pleinement indépendante. Au sein de cette nouvelle composante, je conserverais toute ma liberté d’expression, d’amendement des textes, d’initiative de propositions de loi et de vote. Surtout, grâce à ce rattachement à un groupe parlementaire, je continuerai à disposer des moyens me permettant d’agir pour mon territoire et d’exprimer les idées régionalistes qui sont les miennes, chose qui ne me serait pas permise si je devais siéger en tant que député non inscrit, unique alternative, et pour qui pratiquement aucun droit de parole et d’action n’est assuré ».

C’est donc dans ce nouveau contexte qu’intervient la réunion de lundi.

ECRML_fr

Un primièr acamp

Mardi 24 mai, un rendez-vous était programmé à l’Elysée. Il vient d’être annulé, sans plus de précisions. Mais c’est lundi, que Frédérique Espagnac et une délégation de parlementaires seront reçus au cabinet du Ministère de l’Education Nationale. « Il n’y a jamais eu autant de politiques qui s’intéressent aux langues régionales !  » remarque la sénatrice. Simple effet de proximité des élections ? Pas seulement… Si le groupe de travail sur les langues régionales plus ou moins présidé par Paul Molac s’est rarement retrouvé pour travailler, plusieurs sénateurs et députés regretteraient les postures politiciennes et seraient prêts à franchir le rubicon. A droite comme à gauche. Alors faute de temps pour une loi, pourquoi ne pas retravailler sur une sorte de code des langues qui permettrait de les protéger ? « A Paris, ils ont une méconnaissance de ce qui existe. Quand on leur demande quelque chose, ils répondent que ce n’est pas possible. Mais en fait, ça existe déjà. Comme par exemple au Pays Basque. Il existe un partenariat entre l’Office Public pour la Langue et l’hôpital de Bayonne pour une signalétique en basque et pour que le personnel puisse apprendre la langue pour répondre aux malades »...

Alors la native des Hautes-Pyrénées veut une nouvelle fois tâter le terrain, pousser le gouvernement et sa majorité à agir. « Nous allons rentrer dans un cycle de plusieurs réunions sur plusieurs mois. Celle de lundi ne sera pas la dernière et il ne faut pas s’attendre à des annonces. Mais nous allons travailler avec le cabinet du Ministère sur l’éducation mais pas seulement. Il sera question de signalisation et de politiques régionales dans le cadre de la loi NOTRE. » Une loi NOTRE qui donne compétence aux régions MAIS AUSSI AUX DEPARTEMENTS en matière de langues régionales.

Une première réunion qui tombe à pic après la publication mercredi des décrets aux JO concernant la réforme des collèges.  Une approche à Paris alors qu’une manifestation est prévue demain à Périgueux où tous les élus de Dordogne sont conviés. Le collectif Périgord occitan leur a même mâché le travail en rédigeant lui-même une proposition de loi.

Lo Benaset

Fòto d’òc de Danis Chaduelh dins Viure al País

Lo País polit daus Potonors s’es un pauc adormit mas pas lo Danís Chaduelh. Semblariá puslèu que lo Danís foguèsse de pertot. E quitament dins Viure al País aqueste dimenge. L’avèm metut en boita (çò que plan malaisit !) e retrobaretz un Danís plan alucat dins lo Fòto d’Òc.

potonors

Quand disèm qu’es de pertot : L’Estancabra de Tolosa…

estancabra banderole3

las cronicas de Tristan Gahús « Tòca maneta » per Good Morning Occitània, lo G.O.D. (Govèrn Occitan Derisòri), una mena de gratacap e gratacuol per l’occitan. Mai seriosament, se mainava de l’Estivada ambe Patric Roux e contunha de noirir lo siti internet e la pagina Facebook per far la contra a la municipalitat.

Reportatge : M. François L. Boffet M. Blasco P. Marty Ch. Lacroix

Danís Chaduelh par france3midipyrenees

13138881_229381754102179_761496170144247195_n

Trabalha ara pel CIRDOC coma encargat de mission sul Forum Euro-Regional que se debanarà a Castelnòu d’Arri.

RSS