29 Sep

Le gouvernement dit « òc » à l’Occitanie !

Le Journal Officiel publie aujourd’hui le décret ministériel signé le 28 septembre : c’est donc officiel, adiu Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon planvenguts en Occitanie ! Le gouvernement a donc dit Oui à l’Occitanie comme nom de région, sans sous-titre.

Bienvenue en Occitanie

« Je veux mettre l’Occitanie sur la carte du monde »,

les mots sont de Gérard Onesta. Depuis ce matin, c’est officiel, suite au décret de Manuel Valls signé par Bernard Cazeneuve Ministre de l’Intérieur et Jean-Michel Baylet celui de l’Aménagement du Territoire, de la ruralité et des Collectivités territoriales. Une date historique donc que ce 29 septembre…On peut aussi y voir un clin d’œil ironique de par ses signataires : Valls (nom catalan), Cazeneuve (nom occitan qui veut dire « maison neuve ») et Baylet (nom occitan qui vient de « baile » régisseur, gouverneur et le diminutif « et » qui signifie petit).


Plus sérieusement, le principal acteur de cette histoire a sans aucun doute été Gérard Onesta. Depuis plusieurs années, il veut donc placer l’Occitanie sur une carte, c’est lui qui a réfléchit et mis en place le processus de la consultation populaire, qui a bataillé en interne pour que cette consultation ne soit pas vaine. Ce matin, il est forcément ravi :  « C’est fait et le signal est beau. Je sentais bien que montaient sur notre territoire les valeurs que ce mot incarnait, notamment chez les jeunes. Il y a le « Paratge », c’est à dire « je te reconnais comme mon égal » et la Convivéncia, le plaisir de vivre ensemble en toute fraternité. Occitanie, c’est un mot neuf qui n’est pas rattaché au passé. C’est aussi pour ça que les jeunes l’ont plébiscité dans les lycées lors de la consultation. » Le président du bureau de l’Assemblée Régionale d’Occitanie ne boude pas son plaisir : « Ce matin quand j’ai vu le compte twitter de la préfecture qui changeait de nom, c’était extraordinaire : voir « Occitanie » et « Préfecture » côte à côte, quel symbole ! »

Carte des Pays d'oc © Macarel

Carte des Pays d’oc © Macarel

Pour sortir du symbole et d’un nouveau nom qui ne serait que anecdotique, « il va falloir que tout ceci se traduise en actes politiques. Dans quelques semaines nous allons lancer l’Assemblée des territoires… ». Il y aura donc certainement matière à intégrer cette nouvelle donne dans plusieurs domaines : signalétique, culture, économie, éducation… Des actes concrets qui commencent à arriver pour les Catalans.

Et les Catalans ?

« Ils ont raison de vouloir se faire une place sur la carte. J’ai défendu depuis le départ le nom de « Occitanie-Pays Catalan ». Une démocratie se mesure aussi à la manière dont on considère les minorités. » Pour le conseiller régional EELV, la Région vient de répondre avec des mesures effectives. Comme la création de l’Office Public pour la Langue catalane en place depuis le 23 septembre. Il y a aussi le reformatage de l’Eurorégion avec Perpignan comme nouvelle capitale. « La Région va payer des panneaux Pays Catalan bilingues qui seront disposés dans tout le département des Pyrénées-Orientales. C’était prévu dans la résolution de l’Assemblée régionale ». Un département qui pourrait changer de nom s’il le souhaite comme le processus est déjà lancé dans plusieurs départements. « Ils ont tous les éléments en main. En matière de culture, d’économie, de connexion avec la Catalogne-Sud, de symbolique, je crois que nous avons répondu à beaucoup de leurs demandes. » Reste le recours citoyen déposé devant le conseil d’Etat. On voit mal tout de même cet organisme leur donner raison, en déjugeant ce même Conseil D’Etat qui n’a pas relevé de problèmes juridiques dans le processus de dénomination.

Quant au recours du FN, il vient d’être retoqué. Le tribunal administratif de Toulouse a estimé que la Résolution votée par la Région n’était qu’un avis consultatif (le choix final revenant au gouvernement) et que cet avis n’était donc pas attaquable.

La route semble donc presque dégagée pour que l’Occitanie perpétue ses valeurs et donne du sens à cette nouvelle région. En n’oubliant pas que l’Occitanie ne se limite pas à Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon.

@Benoit1Roux

28 Sep

La Dintrada fa sas classas

L’iniciativa es interessanta : organizar un eveniment per soscar a las accions politicas en general o a de causas particularas, permetre al monde occitan de s’encontrar e de se parlar. Un quicòm de puslèu rare e que fa mestièr. La segonda DINTRADA se passèt donc a Pòrt-Leucate la dimenjada passada. Es encara en mòde d’aprendissatge, fa sas classas mas l’escolan Dintrada s’amerita los encorajaments.

téléchargement

Drecha extrèma, centralisme dins los transpòrts e eleccions

Un centenat de personas venguèron donc los 24 e 25 de setembre per participar a la Dintrada. Un pauc mens que l’an passat, pas tant variat tanben dins lo public. L’afar es organizat pel Partit Occitan e l’Aligança Liura Europenca mas la manifestacion se vòl dubèrta e mai del tèrç dels participants èran pas ligats al POC. Per la segonda edicion, lo tempò èra un pauc pus viu, los debats cadrats e las intervencions mai cibladas. Se parlèt de la drecha-extrèma que fa flòri en país occitan coma de pertot. L’intervencion de Gerard Tautil permetèt de far una mena de bilanç de las vilas governadas pel FN e los dangièrs qu’aquò representa.

Debat sus la drecha extrèma. Fòto Thérèse de Boissezon

Debat sus la drecha extrèma. Fòto Thérèse de Boissezon

Venguèt puèi la question del centralisme dins los transpòrts amb Eric Boisseau que reprensatava un organisme (la FNAUT Federacion Nacionala de las Associacions dels Usatgièrs dels Transpòrts ) que vòl promòure los transpòrts regionals. Una alternativa als projèctes grandasses de linhas novèlas e que còstan un fum de moneda. Una autra via es possibla !

Costat eleccions, aprèp las regionalas de l’an passat, lo periòd es ara presidencial. Christian Troadec, candidat declarat a l’Elisèia, sostengut per Regions e Pòples Solidaris venguèt per parlar de son projèct e de sas idèias  e escambiar ambe lo Public.

Los sostens al Christian Troadec. Fòto : Thérèse de Boissezon

Los sostens al Christian Troadec. Fòto : Thérèse de Boissezon

Dins un esperit de dubertura e d’alargament, François Alfonsi per Corsèga e Ana Miranda per Galícia venguèron fa profitar de lors experienças sus d’autres territòris.

Ana Miranda Fòto Thérèse de Boissezon

Ana Miranda de Galícia. Fòto Thérèse de Boissezon

L’esperit e los enjòcs de la Dintrada

I bravament de personas que s’interèssan a la politica e que vòlon pas s’engajar dins un partit o un organisme. La Dintrada es donc una universitat dubèrta e pas reservada als militants. Aquest’an semblariá que la diversitat èra pas tant fòrta coma l’an passat. Benlèu mens de monde ligats a d’autres moviments d’esquèrra. Mas n’en demòra pas mens que cadun pòt venir, prene un pauc de temps per escambiar s’assabentar, trabalhar amassa. Per aquò far, i a de debats un pauc estructurats mas tanben de moments de partatge al moment de dinnar, pendent la serada del dissabte o la pausa cafè.

Renaud Savy respondèt a las questions de Sirine Tijani. Reportatge : V. Beaulieu E. Auriaux J. Eon E. Leroy MP. Fournier

La Dintrada par france3midipyrenees

L’avenidor

Patric Roux, lo sol elegit occitan regional venguèt tanben per parlar de sa primièra annada coma conselhièr regional. Tornèt sus la creacion de L’Ofici Public per la Lenga Occitana e las avançadas que se podrián far ambe l’espandida de la novèla region.

Dimenge de matin, se parlèt coma l’an passat dels malhums socials. Lo Renaud Savy presentèt los utisses e los biaisses. Aprèp Facebook, plaça aqueste còp a Twitter. « Aquelses utisses son importants per nautres estant que avèm quasi jamai de plaça dins los medias tradicionals, fòra dels occitans. Fargar de gropes occitans un pauc activistas foguèt pron eficaç per las regionalas. Es un pauc l’orientacion del POC dempuèi dos o tres ans » , nos dís Guilhèm Latrubesse.

Fòto : Thérèse de Boissezon

Fòto : Thérèse de Boissezon

Per el, la formula de la Dintrada agrada, d’unes qu’èran aquí l’an passat son tornats, los intervenents son bons, los escambis rics, lo luòc agradiu… Voldriá pr’aquò « tocar mai de monde, dubrir encara mai, per de que pas a Catalonha… E que i aguèsse mai de mediatisacion ! » Un questionari de satisfaccion va virar per afustar un apuc l’analisi mas sembla solide : La Dintrada redoblarà… de fòrças en  2017 e se farà ben !

@Benoit1Roux

 

 

27 Sep

Tintin, Cigare occitan et Mer Rouge !

A l’heure où le Journal de Tintin fête ses 70 printemps, où une expo Hergé vient de débuter au grand palais, les aventures du blond à la houppette continuent d’être traduites en plusieurs langues. A l’occasion d’une exposition « Tintin » à Port-Leucate, le quatrième album d’Hergé « Les cigares du Pharaon » a été édité en occitan.

De la Mar Rotja cap als cigarros

C’est un secret pour personne, le navigateur aventurier Henry de Montfreid est né à La Franqui commune de Leucate. Il parait même qu’il avait quelques connaissances en occitan. C’est en lisant « Les secrets de la Mer Rouge » paru en 1931 que Georges Remi alias Hergé Hergé a eu l’idée de son album « Les Cigares du Pharaon ». Une exposition se tenait à Port-Leucate jusqu’au 10 septembre. Le Tintinophile Jacques Hiron revient sur ces liens.


Leucate : l’expo événement consacrée à tintin

J.M. Escafre /B. Pansiot-Villon

Pour cette exposition, l’Association de Valorisation du Patrimoine de Leucate an voulu marquer le coup en sortant l’édition des «Cigares du pharaon». C’est Thérèse et Claude Rabasse qui ont assuré la traduction avec une relecture de Louis Guerre et André Bonnery.

9782203120303_cg

Tintin dins mantunas lengas

Dès 1952, plusieurs ouvrages d’Hergé ont été traduits dans des langues régionales. Pour l’occitan, « Les 7 boules de cristal » dès 1979, traduit par Alan Novèl, puis « Le Temple du soleil ». Ces 2 albums ont fait l’objet de dessins animés doublés en occitan et diffusés dans Viure al País. « L’affaire Tournesol » elle aussi a été traduite. Sur le site de Casterman (éditeur) on retrouve plusieurs langues régionales, certaines assez mystérieuses comme le picard de Hollain, le borain de Frameries, le wallon de Nivelles, le bressan… Y’a pas à dire, on voyage avec le grand reporter !

@Benoit1Roux

26 Sep

L’Europe fête les langues régionales mais pas assez !

Tous les 26 septembre, c’est la journée européenne des langues. Une initiative de la Commission Européenne, placée sous l’égide du Conseil de l’Europe qui compte 47 Etats membres. Une initiative qui remonte en 2001 (Année européenne des langues) et qui vise à créer des activités liées aux langues pour encourager leur apprentissage.
 
EDL-banner-COE2012-EN
L’Europe où s’exerce la discrimination linguistique.
La fameuse charte européenne des langues minoritaires n’a pour l’heure été signée que par 25 pays sur les 47 que compte le Conseil de l’Europe. La France évidemment ne l’a toujours pas ratifiée. Un article du site EurActiv nous apprend que la discrimination linguistique reste un véritable fléau au sein de l’Union Européenne. Il y aurait environ 60 langues régionales et minoritaires reconnues dans l’UE, parlées par plus de 55 millions de personnes, soit 10 % de la population européenne. Si les discriminations sont prégnantes en France, l’article fait part de cas en Espagne, au Royaume Uni, à tel point que des voix s’élèvent pour réclamer un texte législatif ou la nomination d’un commissaire chargé des langues. Beaucoup reprochent à l’Union Européenne de ne pas être assez vigilante en matière de protection des langues. Encore tout récemment (15 septembre), lors d’une question écrite n°19478 Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice (PS) de Paris note que « le nouveau président de l’assemblée territoriale s’est permis de prononcer son discours d’installation en langue corse ». Elle estime que « cette pratique ne paraît pas conforme aux lois de la République qui fixent le français comme langue officielle dans les instances publiques ». Comme quoi, l’UE aurait du travail à faire auprès de ses états membres.
 Multilinguisme
L’Union Européenne juge légal l’aide de l’Espagne aux langues régionales
Le 21 septembre dernier, l’UE a jugé que l’Espagne n’avait pas dérogé aux règles européennes en octroyant certaines subventions. C’était le cas d’après le site EurActiv pour des sommes versées à des journaux locaux et des projets collaboratifs dans la province de Gipuzkoa, dans le nord-ouest. L’article fait aussi référence à des publications papier et numériques en catalan valencien. Ces mesures locales n’ont pas été jugées commes des aides illégales de l’Etat espagnol.
 
La journée européenne cette année
2 journées de réflexion et d’échanges se sont tenues à Paris ce week-end sur les langues régionales et minoritaires en France. Hier, sur la place des Tiercerettes de Toulouse le Carrefour Culturel Arnaud Bernard organisait un café des langues et un forum associatif. 
Ce soir Ciné 32 à Auch vous propose de visionenr le court métrage « Shens papèr » d’Eva Cassagnet et Philippe Espinasse suivi du film de Marc Oriol « Renat Jurié, dins la votz dels sègles » .


Renat Jurié, Dins la votz dels sègles Reportage de Sirine Tijani, Jean-Luc Pigneux, Michel Blasco. Montage : La Rossèla.

Des initiatives qu’il faut encourager mais qui restent trop peu nombreuses.
 
Lo Benaset @Benoit1Roux

Lo circ de Nòvacelas

Maria-Loisa Jourdan nasquèt en 1933 dins l’ostal dels curats del mas de Nòvacelas. Un pauc avant la guèrra, un desenat de mainatges anavan a l’escòla del vilatge que ressonava dels sons de jòcs coma la petanca. Aquò durèt fins a la tampadura de l’escòla en 1948.

Marie-Louise Jourdan Photo : France 3

Marie-Louise Jourdan
Photo : France 3

Dins la sua enfança, Maria-Loisa se sovèn de las activitats de l’epòca: la pesca e la garda dels tropèls de cabras e de fèdas. Davant la creacion dels barratges sus la ribièra Vis, d’unes estatjants, coma lo fraire de Maria-Loisa, podiaván viure de la pesca a la trocha e a l’escaravissa.

Photo : Gérard André

Photo : Gérard André

Bona escolana, Maria-Loisa aguèt lo certificat e dintrèt coma pensionària al collègi de Lodèva. A comptar d’aquel periòde, anava al mas sonque per las vacanças…

Photo : Gérard André

Photo : Gérard André

Lo torisme arribèt dins las annadas 60 : segon Maria-Loisa los primièrs toristas agachavan los estatjants coma de bestias curiosas ! 50 ans aprèp, la situacion a plan cambiat : es lo torisme qu’es vengut la principala activitat económica del circ e dels vilatges alentorn. Pasmens, lo torisme se canalisa naturalament e  mantuns endreits permètan d’aprofitar de supèrbas vistas sus lo circ cavat per las gorgas de Vis.

Photo : Gérard André

Photo : Gérard André

Ara lo circ de Nòvacelas es protegit per l’estatut « grand siti » que s’esforça de conciliar aparament de l’environa e desvelópament toristic. Los tropels de cabras del mas subrevivon sonque dins la memòria de Maria-Loisa…

Aymeric Jonard


circ de nòvacelas par A. Jonard C. Bestard M. Blasco G.André S. Le Béon J. Eon

24 Sep

Claude Nougaro reçoit le prix LiberPress a l’Ostal d’Occitània!

Ce dimanche 25 septembre, Claude Nougaro sera honoré par le prix international LiberPress qui récompense des personnes et des œuvres qui agissent pour la liberté d’expression. Une plaque sera déposée à l’Ostal d’Occitània de Toulouse à 11H.

Cérémonie du dimanche 25 septembre Photo : Pierre Jammes

Cérémonie du dimanche 25 septembre
Photo : Pierre Jammes

Claude Nougaro honoré à l’Ostal d’Occitània

Claude Nougaro aura les honneurs d’une prestigieuse distinction : le prix LiberPress catégorie Mémorial pour son oeuvre artistique et littéraire. Tous les ans cette association sud-catalane basée à Girone remet plusieurs prix (cinéma, littérature, chanson, mémoire, langue catalane… ) dans plusieurs domaines. Dimanche matin, une plaque trilingue (occitan-catalan-français) sera apposée sur les murs de l’Ostal de Toulouse, rue Malcousinat ». Une délégation catalane sera présente, ainsi que Serge Pey et Claude Marti. « Je suis l’occitan qui chante le blues » aimait à dire Claude Nougaro.

Photo : Pierre Jammes

Photo : Pierre Jammes

C’est donc presque naturellement que l’Ostal recevra aussi cet honneur. Une gerbe de fleur sera jetée dans la Garonne où avaient été dispersées les cendres du chanteur.

Photo Pierre Jammes

Photo Pierre Jammes

Claude Marti distingué en 2010

Claude Marti qui sera présent à la cérémonie avait reçu le prix de la chanson en 2010. Les enfants de la Retirada ont également été distingués par cette association en 2016. Au palmarés on retrouve aussi Charlie Hebdo l’an dernier, l’USAP, Maria del Mar Bonnet et tant d’autres.

@Benoit1Roux

22 Sep

Joan-Pau Becvòrt, un artista pel festenal d’Occitània

En 2000, Joan-Pau Becvòrt aguèt l’idèia de lançar un festenal occitan a Tolosa e dins las vilas a l’entorn ambe l’Institut d’Estudis Occitans. Sens cap de mejans mas amb una soscadissa darrer lo cap. Aquest’an, ne sèm a la 17ena edicion, 63 datas, 21 comunas que participan. Joan-Pau Becvort mena lo festenal non pas solet, mas i trabalha tota l’annada… E darrèr la manifestacion, i a un artista e quauqu’un que sosca al devenir de la lenga e de la cultura occitanas.

Jean-Paul Becvort Photo : France 3

Jean-Paul Becvort
Photo : France 3

Joan-Pau Becvòrt artista

La flabuta per començar, puèi la guitarra, estudis sus las armonias, las compausicions, lo director del festenal Occitània a un percors artistic pron ric. Toquèt amb un crane guitarrista sudamerican, l’argentin Jorge Cardoso, encontret Javier Hinojosa, especialista de musicas ancianas, trabalhèt l’armonia amb Monic Ceconi-Botella, frequentèt l’IRCAM e joguèt las òbras de Maurice Ohana. Tant de noms que parlan als especialistas, mas sustot que fan que duèi, lo Joan-Pau a un nivèl a la guitarra fòrça interessant. Faguèt de scènas tanben, quitament amb lo Duo Marcabrú que menèt amb sa companha. Solide qu’aquò dona una legitimitat al moment de far una programacion.

La musica qu’escota

Jovenòt, sus sas platinas i aguèt los Pink Floyd, Brel, Brassens,Frank Zappa,  Ferré, Barbara, Mercedes Sosa, Magma amb Christian Vander, Pierre Boulez o Karlheinz Stockhausen, … Bravament de musica de la Renaissença, de musica classica…Bach per la musica tonala, Monteverdi pel modal. E l’occitan me diretz?  Tròba Moussu T excellent « se vei qu’a legit los trobadors ». Tanben lo 33T de Sicre e Loddo « Batèstas e cantariás », los Fabulous Troubadors. « I a d’intelligéncia amb Sicre qu’a una pensada abotida dens la compreneson del folclòr coma ligam social e non pas coma objècte de performància. » Cita tanben Laurent Cavalié que « sap revisitar lo passat ».

france3midipyrenees Reportage B. Roux JP Duntze M. Blasco K. Glöck MP Duvivier

Sus las piadas de Castan e Lafont

Los parents de Joan-Pau vivián e trabalhavan a Paris mas anava de temps a d’autre a la campanha, en Chalòssa chas la mameta. L’equilibri vila-campanha. A Paris, encontra Fèliç-Marcèl Castan ambe Sèrgi Labatut qu’es duèi lo president de l’IEO de Tarn. « M’a noirit, ai legit sonses libres e aguèri l’astre d’anar cad’an a la Mòstra del Larzac e d’escambiar amb el…  Considèri coma pertinenta l’idèia coma que la respelida passe notablament per las vilas. » Autre personatge que lo marquèt, Robèrt Lafont. Trabalhèt amb el sus l’Euròcongrès dins las annadas 2000. « L’un es complementari amb l’autre ».

Cal pensar global. Occitània es un aventura, una presa de risc e me soi pres al jòc

Se pòt dire que las pensadas de Castan e tanben un pauc de Lafont se tòrnan trobar dins lo festenal Occitània. Lo fait que siague un festenal per totes, dins totas las arts, mutualizat ambe de partenaris, sus mai d’una vila… « A la debuta, bravament de personas me diguèron que l’afar marchariá pas, quasi totes fòra de Castan e tanben Christian Grenet que se mainava de la sala de La Mounède de Tolosa. 17 ans pus tard, l’afar contunha. Aquò vòl dire que los concèptes son validats! ».

Lo festenal se debana duscas al 4 de novembre. Podètz anar fintar los nòstres « còps de còr » e tanben tota la programacion.

Lo Benaset @Benoit1Roux

20 Sep

L’église catholique d’Ariège demande pardon pour Montségur

Le 16 octobre risque bien d’être un jour historique : dans l’église de Montségur l’évêque de Pamiers Jean-Marc Eychenne fera une demande de pardon, au nom des catholiques d’Ariège, pour avoir participé à des actes contraires à l’Évangile, autrement dit une repentance visant la Croisade contre les Albigeois et plus précisément le bûcher de Montségur. Une démarche de fraternité entre chrétiens -les cathares faisaient bien partie de la chrétienté- dans un esprit de réconciliation. Une initiative personnelle de l’évêque qui s’inscrit dans un objectif plus large du pape François qui invite l’Eglise catholique à vivre l’année 2016 sous le signe de la miséricorde. Une célébration et une marche silencieuse vers le site de La Prade sont également prévues pour ce qui constitue déjà un événement.

La volonté de l’évêque de Pamiers Jean-Marc Eychenne

L’évêque de Pamiers dispose de toute autorité et indépendance sur son diocèse. Pour ses actes, il n’a pas besoin d’en référer à sa hiérarchie. Mais on peut raisonnablement penser qu’il fait part de cette initiative en haut-lieu du côté de Rome. Jean-Marc Eychenne est né à côté de Pamiers. Il a étudié à Paris, exercé son ministère en Italie pendant une quinzaine d’années à Gênes avant de rejoindre le diocèse d’Orléans puis celui de Pamiers le 17 décembre 2014.

© France 3 Jean-Marc Eychenne, le nouvel évêque de Pamiers

© France 3 Jean-Marc Eychenne, le nouvel évêque de Pamiers

L’idée de demander pardon est née à ce moment-là, notamment lors de différents entretiens avec plusieurs personnes chrétiennes à la mémoire blessée par la Croisade et le simple fait de tuer au nom de Dieu. Selon le porte-parole  épiscopal (le Père Edouard de Laportalière) c’est la chanteuse occitane Muriel Batbie qui a permis que ces personnes se retrouvent. Au printemps 2016, l’évêque va voir Jean-François Laffont à l’Ostal d’Occitània. La réflexion fait son chemin. L’évêque consulte, notamment les Dominicains pour lesquels ce dossier est très sensible. La journée du 16 octobre est actée.

L'église de Montségur et le pog derrière

L’église de Montségur et le pog derrière

Le 16 octobre 2016  à Montségur

A 15H, une célébration -et non pas une messe- sera donnée dans l’Eglise de Montségur. Une liturgie avec des prises de parole, notamment de Jean-Marc Eychenne qui fera sa demande de pardon, au nom de l’Eglise d’Ariège, car ses compétences ne vont pas au-delà. Une demande de pardon auprès de Dieu. L’Eglise regrette aussi la collusion qu’il y a eu à l’époque entre le pouvoir temporel (politique) et spirituel (l’Eglise). Selon le père Edouard de Laportalière, « c’est une erreur de considérer le temporel comme un allié dans de telles circonstances. » Dans son communiqué, l’Eglise d’Ariège précise :

« Nous demandons pardon au Seigneur d’avoir participé par certains de nos membres et certaines de nos institutions à des actes contraires à l’Évangile. Evangile dans lequel le Seigneur Jésus nous donne le commandement d’aimer notre prochain et de ne pas répondre à la violence par la violence »

La cérémonie n’est pas encore totalement actée mais il se pourrait que Mgr Eychenne fasse des gestes symbolique comme laver des pieds en signe d’humilité. Muriel Batbie chantera le Pater Cathare, ce qui ne s’est jamais fait en de telles circonstances. Ensuite, il y aura une marche silencieuse vers le site de la Prade situé en dessous du parking qui mène au château, le véritable lieu où les 225 cathares ont péri le 16 mars 1244 sur le bûcher de l’Inquisition. Une procession avec des branches de laurier se fera au son du Graile e de la Bodèga de Xavier Vidal et Claude Roméro.

Le village de Monségur (09)

Le village de Montségur (09)

En 1998 un manifeste pour la réconciliation

Cette demarche de pardon, même si elle reste limitée à l’Ariège est une première. En 1998 il y avait pourant eu une tentative avec ce « Manifeste pour la réconciliation », une lettre de 3 pages rédigée et envoyée à Jean-Paul II. Une initiative du maire de Toulouse Dominique Baudis, Jean-François Laffont, l’abbé Jòrdi Passerat, Bertran de La Farge, Patrick Lasseube, une vingtaine d’Occitans qui ont voulu interpeller le pape et inciter l’Eglise à reconnaître ses fautes et pardonner… Ceci, juste au moment où l’on pensait avoir retrouvé la dépouille de Raymond VI dans un sarcophage, mort excommunié, enterré secrètement à Toulouse. Une demande de levée d’excommunication avait alors été faite, faisant suite à celle de son fils Raymond VII presque 800 ans plutôt et qui attendait elle aussi une réponse !

Dans un document intitulé « Mémoire et réconciliation », Jean-Paul II avait formulé une demande de pardon auprès de Dieu, exprimée aussi lors de cérémonies à Rome. On l’a entendu regretter l’Inquisition, mais il n’y a jamais eu de références et de pardon demandés aux cathares.

Le 16 octobre pour aller plus loin

L’évêque de Pamiers n’a pas de prérogatives nationales, il lance cette initiative à son niveau. Mais elle pourrait bien être reprise ailleurs et pourquoi pas trouver un écho auprès du Vatican.

Le contexte est sans doute favorable. Le pape précédent Joseph Ratzinger avait choisi le prénom Benoît, en référence à Saint Benoît, fondateur des Bénédictins. On peut aussi y voir une allusion à l’évêque de Pamiers Jacques Founier, celui qui mit le feu au bûcher de Montségur, le futur souverain pontife Benoît XII. Quoi qu’il en soit, c’était un pape plutôt tourné vers l’intérieur de l’Eglise; son successeur est plus ouvert vers l’extérieur. Et ce n’est pas un hasard si Jorge Mario Bergoglio a préféré le prénom François, allusion claire aux franciscains, ceux à qui l’Eglise s’était attaquée après les Cathares. On peut légitimement penser que le pape François Ier pourrait s’intéresser à cette démarche venue d’Ariège et aller plus loin en demandant un pardon plus général par rapport à l’Inquisition. Il doit venir en France en 2017 ou 2018.

Colombe de la pais de Minerve (Aude) Photo : Roger Narbonne

Colombe de la pais de Minerve (Hérault)
Photo : Roger Narbonne

Nous n’en sommes pas là ! En attendant, le 16 octobre marque une première étape. L’évêque de Pamiers sera aussi présent le 19 novembre pour un colloque à Toulouse intitulé « Convivéncia, un nouvel art de vivre ensemble » avec des représentants de toutes les religions, des athées, des animistes… Histoire d’aller plus loin, pour une Occitanie large et ouverte, d’envergure internationale.

Lo Benaset @Benoit1Roux

La Bòria Magra al fial de las sasons

Pendant près d’un an, une équipe de l’Edicion Occitana a suivi le quotidien d’une exploitation agricole biologique : Daniel Coutarel et Blandine Bouisset ont accepté de nous ouvrir la porte de leur Bòria Magra dans le Tarn.

A la dintrada de lor bòria, Daniel e Blandine nos desiran la benvenguda en lenga nòstra. Dempuèi mai de 30 ans, trabalhan e vivon aicí amb lors 3 enfants. Photo Sirine Tijani

A la dintrada de lor bòria, Danièl e Blandina nos desiran la benvenguda en lenga nòstra. Dempuèi mai de 30ans, trabalhan e vivon aicí amb lors 3 enfants. Fòto Sirine Tijani

Daniel et sa femme Blandine se sont installés à Montredon-Labessonnié, dans le Parc naturel régional du Haut-Languedoc en 1982 pour s’occuper de brebis. A partir de 1987, Daniel a décidé de passer à l’agriculture biologique et de diversifier ses activités : il a acheté des vaches Aubrac et s’est lancé dans la production de farines alimentaires, en vente directe sur les marchés ou en Amap.

Blandine vend los produches de la Bòria Magra cada dijòus al mercat biologic de Castras. Image Denis Hémardinquer

Blandina vend los produches de la Bòria Magra cada dijòus al mercat biologic de Castras. Imagte Denis Hémardinquer

En plus de leur travail agricole, Daniel et Blandine assurent aussi une activité d’accueil avec la location d’un gîte, accompagnent tout au long de l’année des stagiaires dans leurs études agricoles ou accueillent encore des groupes scolaires pour leur faire partager la passion de leur métier et de leurs terres.

Daniel e Blandina amb los calandrons de La Vaur. Fòto Sirine Tijani

Danièl e Blandina amb los calandrons de La Vaur. Fòto Sirine Tijani

Actifs dans la sauvegarde de variétés locales de blés et de brebis, ils militent également activement pour la défense de la langue occitane : leurs 3 enfants sont allés en calandreta et Daniel est aujourd’hui encore investi dans la vie de l’école associative, notamment lors du Carnaval départemental occitan des enfants.

Daniel presidís lo jujtament pendent lo Carnaval a Lautrèc. Imatge Mathilde Laban

Danièl presidís lo jujtament pendent lo Carnaval a Lautrèc. Imatge Mathilde Laban

A leur côté, nous avons pu aborder de nombreux thèmes et problématiques aussi diverses que le travail agricole spécifique à chaque saison, la volonté de rester le plus indépendant possible, la place de l’occitan ou encore l’avenir de la Bòria Magra.

Danièl amb la còla de l'Edicion occitana.

Danièl amb la còla de l’Edicion occitana Sirine Tijani,  .

Nous vous proposons de vivre un an en immersion au fil de saison au sein de cette ferme atypique.


La Bòria Magra al fial de las sasons par france3midipyrenees

Reportage de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Jack Levé, Olivier Denoun et Mathilde Laban. Son de Michel Blasco, Christian Pelhate, Pierre Barguisseau et Pascal Jugy. Montage de Johan Touleron

 

19 Sep

Frédéric Mistral aura bientôt sa statue à Toulouse

Les liens entre le grand poète provençal-occitan Frédéric Mistral et Toulouse ne sont pas pléthore. Il faut quand même noter l’an 1878 quand il a été fait Grand Maître des Jeux Floraux. Mistral a aussi donné son nom à des allées non loin du Jardin des Plantes, avec une plaque posée à l’intérieur du jardin en 2004 lors du centenaire du prix Nobel. D’ici 2018, il y aura aussi une statue, grandeur nature. Une opération lancée par Convergéncia Occitana et le Félibrige Gascogne Haut-Languedoc, en accord avec la mairie de Toulouse. Le sculpteur Sébastien Langloÿs y travaille déjà.

Mistral à Toulouse

Depuis quelques jours, Evelyne Auban -la syndic de la maintenance Gascogne Haut-Languedoc- s’active. Il y a la Félibrée prévue cette semaine à Toulouse (vendredi-samedi) mais aussi une souscription lancée pour financer une statue de Frédéric Mistral qui sera installée sur ses allées. Le projet est ambitieux. L’idée remonte il y a quelques années, lors du premier mandat de Jean-Luc Moudenc. Le maire actuel souhaiterait plus de statues dans sa ville et donc une place pour l’un des fondateurs du Félibrige, un mouvement qui œuvre pour la sauvegarde et de promotion de la langue, de la culture et de tout ce qui constitue l’identité des pays de langue d’oc. 

large_VISUEL_1-01-1467301325-1467301335

Convergéncia Occitana et le Félibrige Gascogne Haut-Languedoc ont pris les choses en main. Une souscription est en cours avec plus de 4600 € récoltés. Mais il en faudrait environ 20 000 d’ici la fin de l’année. En fonction des moyens, la statue prendra de l’envergure. Mais ça parait bien parti pour avoir une statue en bronze, taille réelle sur les allées Frédéric Mistral. Pour la réaliser, Evelyne Auban pensait au départ à un sculpteur local du Comminges. La mairie de Toulouse l’a mise entre les mains du sculpteur Sébastien Langloÿs. 

Reportage : B. Roux JP Duntze M. Blasco K. Glöck P. Level MP Fournier

Une statue Mistral à Toulouse par france3midipyrenees

L’oeuvre de Sébastien Langloÿs entourée d’Occitans

Le sculpteur établi à Toulouse n’est pas un inconnu, loin s’en faut ! On lui doit la statue de Claude Nougaro dans le jardin du Capitole mais aussi celle de Pierre Baudis, Jean Jaurès, Jean Cocteau on encore Aimé Césaire, Nelson Mandela et Jean-Paul II… Et actuellement, Sébastien Langloÿs partage son atelier des Carmes avec des occitans célèbres… Celui qui a été choisi pour faire la statue toulousaine de Mistral est aussi occupé par une autre commande : celle de la ville d’Eyragues qui veut ni plus ni moins que les 7 bustes des 7 fondateurs du Félibrige !

Des félibres dans l'atelier de Sébastien Langloÿs Photo : Lo Benaset

Des félibres dans l’atelier de Sébastien Langloÿs
Photo : Lo Benaset

Tous ne sont pas encore réalisés mais les bustes de Mistral, Joseph Roumanille, Théodore Aubanel, Jean Brunet, Paul Giéra, Anselme Mathieu et Alphonse Tavan seront bien installés début décembre dans cette cité des Bouches-du-Rhône. Pour cette occasion, Sébastien Langloÿs a d’ailleurs rencontré une descendante de Mistral.

Les 7 fondateurs du Félibrige à Eyragues. Photo : http://www.buste.fr/eyragues/

Les 7 fondateurs du Félibrige à Eyragues. Photo : http://www.buste.fr/eyragues/

Quant au Mistral de Toulouse, il a pris forme depuis la semaine dernière. L’oeuvre n’a pas encore été cuite mais une première ébauche est déjà prête et attend la validation. Quant au financement, le sculpteur n’est pas inquiet et plutôt rodé à l’exercice.

Un financement original

Hormis la souscription lancée par Convergéncia Occitana et le Félibrige Gascogne Haut-Languedoc, plusieurs mécènes pourraient se greffer à l’opération et la mairie de Toulouse apporter sa contribution. Si 40 000 € sont réunis, Frédéric Mistral sera bien en taille réelle à Toulouse. Mais l’artiste a aussi des idées.

Bas-relief de Mistral. Photo : France 3

Bas-relief de Mistral.
Photo : France 3

A partir de ce bas-relief, une réduction sera faite pour réaliser des médailles de 5 cm de diamètre réalisées par un grand médailliste français : la Maison Arthus-Bertrand. Un nombre limité, vendu aux alentours de 100 € (ce qui est le prix initial d’une telle médaille) qui seront versés directement pour le financement de la statue. Même chose pour des bronzes fabriqués eux aussi à partir du bas-relief. Ils seront tirés à 8 exemplaires pour un coût de 3000 €. Les grands mécènes (5000 € et +), pourront recevoir le buste original en Terre (buste taille réelle, 60 cm de haut)  ou 1/8 du buste en bronze taille réelle pour les plus généreux. Leur nom (ou celui de la société) sera gravé à côté de la sculpture comme mécène du projet.

Sébastien Langloÿs et Evelyne Auban Photo : Lo Benaset

Sébastien Langloÿs et Evelyne Auban
Photo : Lo Benaset

Autant dire que les 40 000 € ne devraient pas trop poser de problèmes. Les 8 bronzes de Claude Nougaro avaient rapidement trouvé preneur. Sébastien Langloÿs devrait être présent pour parler du projet et recueillir des fonds lors de la Felibrejada de Tolosa.

En attendant, la Félibrée les 23 et 24 septembre

Dès vendredi, un vent « mistralien » soufflera sur la cité mondina chère à Goudouli. Dès 14H, un dépôt de gerbe sur les allées Frédéric Mistral, lectures de poèmes, remise d’insigne… 17H30, place à l’inauguration de l’exposition réalisée avec le CIRDOC de Béziers sur « L’escolo deras Pireneos » qui retrace l’activité de l’école félibréenne fondée par un Saint Gaudinois (Bernard Sarrieu). Tout ce fonds reposait sous clef aux archives de Toulouse et ne devait pas sortir avant 50 ans pour cause de graphie Mistralienne!

Heureusement Evelyne Auban a pu récupérer avant l’heure ces éléments et les retravailler avec le CIRDOC pour cette exposition traduite en gascon commingeois et en graphie classique visible à l’Ostal d’Occitània jusqu’au 1er octobre.

Panneau 1 de l'exposition

Panneau 1 de l’exposition

La soirée sera consacrée au poète Goudouli avec une conférence de Jòrdi Passerat, suivi par celle du Capoulié Jacques Mouttet sur Frédéric Mistral. Des festivités qui se poursuivront samedi avec la messe célébrée par Jòrdi Passerat rue du taur à 10H30, défilé dans les rues et cor d’amor, un spectacle folklorique dins la lenga. Tout le programme est ici. 

Frédéric Mistral, comme un pont entre Provence et nouvelle « Occitanie », en attendant de prendre place grandeur nature fin 2017-début 2018 avec cette oeuvre de Sébastien Langloÿs.

Pour contribuer au projet, envoyez vos dons à :

Maintenance félibrige de Gascogne – Haut-Languedoc

11, rue Malcousinat

31000 Toulouse

Lo Benaset @Benoit1Roux

RSS