18 Fév

Parigo #70 : Nudge -> souriez, vous êtes manipulés

Souriez, vous êtes sous influence ! Dans le métro, les gares, les cars scolaires… les Nudges sont partout. Ils séduisent de plus en plus les opérateurs de transports. Mais quel est donc le point commun rapport entre une mouche dessinée au fond d’un urinoir, des dents acérées peintes sur les portes d’un RER et un passage piéton en 3D ? Ce sont des Nudges, terme issu de ce mot anglais qui désigne un petit geste du coude destiné à attirer l’attention de quelqu’un. Il s’agit, concrètement, de techniques visant à nous inciter à changer de comportement, sans contrainte, et sans que nous nous en rendions compte. Une méthode qui s’affine d’année en année.

L’air de rien, le NUDGE prend une place grandissante dans nos gares et dans nos trains. Mais pour quels résultats ? Parigo mène l’enquête. Précurseur en la matière, la SNCF nous expliquera pourquoi elle multiplie les expérimentations dans la région. Nous nous intéresserons également aux passages piétons en 3D, le nouvel aménagement en vogue pour faire ralentir les automobilistes Enfin, vous découvrirez en avant-première les futurs aménagements de certains cars scolaires franciliens : l’objectif, ici, est simple, inciter les enfants à mettre leur ceinture.

Bertrand Lambert @B_Lambert75
Réagissez avec le #Parigo

11 Fév

Parigo #69 : quand l’inattendu s’invite dans les transports

Cette semaine, Parigo se place sous le signe de l’inattendu… qui ne résume pas seulement à des ruptures de caténaire ou des problèmes de signalisation. Il y a parfois des « moments de grâce » dans les transports en commun… bref des sourires et de la bonne humeur ! Il suffit parfois de toutes petites choses pour considérer son trajet autrement.

Parmi ces petites choses, il y a des messages décalés ou drôles venus… de la cabine du conducteur ! « Nous arrivons station Ternes… oh comme c’est triste… Rassurez-vous, Gaîté est ouverte, mais sur une autre ligne ! » Dans cette rame bondée qui file péniblement vers son terminus, quelques sourires inhabituels illuminent soudain les visages jusque là fermés des voyageurs compressés. Vincent fait partie de ses conducteurs qui ne passent pas inaperçus : son verbe fait toujours fondre la glace. Quelques mots bien sentis et tout le monde lève la tête et sort de sa bulle. Comme lui, ils sont nombreux à nous faire rire … Parigo vous invite dans la cabine des conducteurs de métro, bus ou RER les plus sympas de la région.

Nous irons également à la rencontre d’un des plus célèbres croqueurs du métro : Alan Cloiseau voyage toujours armé de son carnet et de ses crayons. Chaque jour, ce directeur artistique formé à l’École Boulle s’amuse à immortaliser les visages et attitudes des voisins de parcours, avec tact et originalité. Tous ses dessins se retrouvent ensuite sur son compte Instagram @Attention_à_la_marche. Il nous dessinera en live un portrait !

Mais Parigo en mode surprise sur prise, c’est aussi du théâtre, de la danse, des conférences d’art…et même des bus discothèques ! Laissez-vous surprendre !

Bertrand Lambert @B_Lambert75

06 Fév

Parigo #68 : le CDG Express, la navette de la discorde

La ministre des transports a finalement tranché : Elisabeth Borne a confirmé le 6 février que le CDG Express verrait bien le jour, sans donner encore de calendrier précis ni de date de mise en service. Une victoire pour ADP et une défaite pour les associations d’usagers, toutes opposées au projet.

Le CDG Express c’est une navette directe entre Paris et Roissy, censée être opérationnelle en 2024 pour les JO et destinée d’abord aux  touristes : 20 min de trajet pour 24€ entre l’aéroport et la gare de l’Est. Ce projet est dans les cartons depuis… 1998 !

Les partisans du projet n’en démordent pas : le DCG express est indispensable à la desserte du 2eme aéroport européen. Entretien vérité avec le n°2 d’ADP, Edward Arkwright

Les opposant, élus de tous bords et associations d’usagers, eux , insistent sur la nécessité de privilégier les transports du quotidien. Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine Saint Denis, nous fera part de ses craintes vis à vis du RER B et de ses 900.000 voyageurs quotidiens.

Enfin, nous irons voir concrètement les moyens de transports utilisés aujourd’hui par les 72 M de passagers de Roissy. Dans l’immense majorité, c’est par la route qu’il rallient la capitale.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

28 Jan

Parigo #67 : la ligne 4 du métro en plein renouveau

Imaginez une ligne 4 avec des rames plus rapides, plus régulières ; des stations relookées ; un nouveau terminus, à Bagneux, doté d’un centre de maintenance ; des trains neufs ; des quais colorés et sécurisés… tout ça, c’est pour bientôt ! D’ici 3 ans, la ligne 4 aura bien changé. En attendant, les travaux vont bon train. Les plus visibles, la pose des portes palières, préalable essentiel à l’arrivée des premiers trains automatiques, dès l’an prochain. Et figurez-vous qu’il y en 1062 à fixer : c’est un chantier titanesque que les équipes de la RATP réalisent seulement de nuit, en 3 heures de temps, comme vous le découvrirez dans un reportage exclusif.

Automatisation des rames, et donc disparition des conducteurs, d’ici 2022, instauration d’un style « ligne 4 », prolongement de deux stations jusqu’à Bagneux, renouvellement du matériel roulant… l’épine dorsale du réseau parisien est en pleine mutation… comme la ligne 1 l’avait été avant elle en devenant la 1ere ligne au monde à être automatisée sans interruption de service.

Dans Parigo, vous découvriez également les futures rames automatiques et ce fameux style « ligne 4 » conçu spécialement pour redonner un coup de jeune à des stations plus que centenaires. Nous irons aussi en sous-sol voir concrètement où en est le prolongement direction Bagneux… les 1ers rails viennent d’être posés. Le calendrier sera-t-il tenu ? L’ouverture est prévue mi 2021. Du côté des riverains, on attend d’ailleurs avec impatience le métro… synonyme d’une mobilité simplifiée : c’est tout un quartier aujourd’hui enclavé qui sera à 25 minutes du centre de Paris… et même de Noisy ou de Boulogne, lorsque la ligne 15 sera opérationnelle. Une petite révolution.

Mes invités : Edgar Sée, responsable de l’automatisation de la ligne 4 à la RATP, et Laurent Ferrière, responsable du prolongement de la ligne 4 à la RATP

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur le même thème : Les premières portes palières arrivent sur la ligne 4

22 Jan

Parigo #66 : et si on se mettait enfin au covoiturage pour aller travailler ?

Grâce à BlaBlaCar, le covoiturage longue distance est clairement entré dans les mœurs… celui de courte distance peine, lui, à décoller : seuls quelques milliers de franciliens y ont recours quotidiennement pour rejoindre leur lieu de travail. Les avantages sont pourtant conséquents. Gain de pouvoir d’achat pour le conducteur, de temps pour le covoituré, convivialité…et même disparition des embouteillages si tout le monde s’y mettait. Nous sommes en effet 1,1 en moyenne par véhicule, autrement dit nous sommes tout seul ou presque ! D’où les 400 km de bouchons quotidiens, matin et soir. Nous serions 1,7, même pas 2, il n’y aurait plus de bouchons dans la région ! Le jeu en vaut clairement la chandelle …

Alors que faut-il pour développer le covoiturage domicile / travail ? Plusieurs solutions existent … parmi elles, les voies réservées. Plusieurs expérimentations sont actuellement menées en France… et ça marche !  Justement, à quand des voies dédiées sur les autoroutes franciliennes ? Quelles aides financières pour soutenir ce secteur encore très fragile ?

Mes invités : Stéphane Beaudet, le vice-président de la région Ile de France en charge des transports, et Olivier Binet, cofondateur de Karos, l’appli n°1 en Ile de France.

Bertrand Lambert @B_Lambert75
► Sur un même thème : Parigo #59 : les automobilistes franciliens dans la ligne de mire
► Voir aussi : Parigo #3 : comment faire sauter les bouchons ?
► Pour aller plus loin : Automobilistes parisiens : ces privilégiés qui s’ignorent

14 Jan

Parigo #65 : la gare du Nord en plein renouveau

700.000 voyageurs, 2.100 trains au départ chaque jour… la gare du Nord est la gare n°1 en Europe. Et cette semaine, elle se dévoile dans Parigo. Histoire, architecture, gestion des flux et des trains… mais aussi projets de rénovation… vous saurez tout de ce joyau classé aux monuments historiques !

Plus de commerces, de lumière et nettement moins d’insécurité… la gare RER a totalement changé de visage ces dernières années. Mais ce n’est que le début : pour les JO, en 2024, la gare du Nord sera métamorphosée. Triplement de la surface, 600 millions d’euros d’investissement, des espaces verts, des équipements sportifs dont une piste d’athlétisme sur le toit mais surtout une très grande zone commerciale… la gare du Nord va devenir bien plus qu’une gare. Du coup, en fin d’émission, vous découvriez des vidéos 3D exclusives de la gare telle qu’elle sera en 2024… une fois achevé cinq années de travaux titanesques, censées débutées dans quelques semaines.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

11 Jan

Parigo #64 : l’Orient Express comme vous ne l’avez jamais vu

S’il est un train qui a marqué l’histoire, c’est bien lui. De son premier voyage en 1883 au dernier, en 1977, il a traversé un siècle et deux guerres mondiales à toute vapeur. Cette semaine, je vous propose une visite guidée de l’Orient Express, parti pour la première fois de la gare de l’Est en 1883, direction Constantinople.

Dans le confort inégalé des voitures historiques, créées pour la fameuse Compagnie internationale des wagons-lits, je reçois d’abord Guillaume Picon, auteur de Orient-Express, de l’histoire à la légende, paru récemment aux éditions Albin Michel. Vous saurez tout sur la genèse de la révolution ferroviaire imaginée par un personnage méconnu, le Belge Georges Nagelmacker.

James Bond, Hercule Poirot… Les personnages de fiction ont souvent voyagé à bord de l’Orient-Express. Petit florilège des œuvres qui n’auraient sans doute jamais vu le jour sans ce train, inépuisable source d’inspiration pour de nombreux écrivains et cinéastes.

Marqueteries, tapisseries, salons… L’Orient-Express, c’est d’abord un raffinement et un luxe inégalés. Fin connaisseur de ce train mythique, Arthur Mettetal nous expliquera la richesse du style Orient-Express. Un style où se mêlent Art déco et Art nouveau.

Enfin, nous élargirons notre horizon, à la découverte d’autres trains mythiques, d’hier et de demain… sur les cinq continents.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

29 Déc

Parigo #63 : Orly fête ses 100 ans

Cette semaine, on fait les fous et on s’envoie en l’air : Parigo vous dévoile les coulisses de l’aéroport d’Orly, deuxième aéroport français avec ses 32 millions de passagers annuels. Nous irons ainsi au cœur de la tour de contrôle, dans un cockpit d’avion à quelques minutes du décollage ou encore sur les pistes pour une chasse aux volatiles essentielle à la sécurité des vols…

Nous reviendrons aussi sur l’histoire mouvementée de ce petit aérogare militaire américain (en 1918) devenu, dans les années 60, une fierté nationale : Orly recevait alors plus de touristes que la Tour Eiffel ! Jusqu’à 4 millions de visiteurs par an au milieu des années 60. C’était l’époque des « Dimanche à Orly« , chantés par Gilbert Bécaud. Orly, vilipendé pour sa proximité avec Paris et les nuisances engendrées à seulement 9 km de la capitale, a pourtant bien failli disparaître comme nous le dévoilera notre premier invité : Frédéric Béniada, auteur de « Paris-Orly 100 ans », aux éditions de la Martinière.

Et demain, quel avenir ? Les nombreux travaux d’agrandissement, engagés pour 1.5 Mds €, signifieront-ils bientôt plus de vols et donc de nuisances ? Le couvre-feu est-il menacé ? A quand l’arrivée du Grand Paris Express, avec les lignes 14 et 18 ? Le nouveau directeur d’Orly, Régis Lacote, répondra à nos questions.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

22 Déc

EXCLU : Smovengo versera 8 M€ de pénalités pour les retards de Vélib’

INFO PARIGO – Les élus des 67 communes adhérentes sont parvenus à un accord financier avec Smovengo. Le groupement va payer 8 M€ de pénalités suite au déploiement tardif et chaotique du nouveau Vélib’. Le successeur de JC Decaux a également accepté de réviser à la baisse le prix payé par les municipalités pour chacune de leurs stations. Au final, les communes adhérentes ne verseront que 18 M€ au nouvel opérateur du Vélib’ au titre de l’année 2018, soit 22 M€ de moins que ce qui était prévu au contrat. Une bonne nouvelle pour les contribuables.

Maintenant que le service Vélib’ est quasiment remis en selle, malgré des problèmes persistants de maintenance, de régulation et un déploiement inachevé hors de Paris, il restait une seule vraie question encore en suspend, celle du différend financier entre les différents protagonistes.

Dès le début du fiasco, le Syndicat Mixte Autolib’ Vélib’ (SMAV), par la voix de sa présidente, Catherine Barrati Elbaz, avait annoncé son intention de faire payer à Smovengo les manquements au contrat signé quelques mois plus tôt. Rappelons que le 1er janvier dernier, seules 68 stations étaient opérationnelles… très loin des 700 promises ! « Toutes les clauses du contrat seront respectées, je m’y engage » nous avait ainsi déclaré Catherine Barrati Elbaz dans Parigo, en mars dernier. Potentiellement, les pénalités pouvaient atteindre, selon le contrat, jusqu’à 1.7M€ par mois. Une coquette somme.

Après plusieurs semaines de tractations et d’intimidation (le SMAV refusait de payer à Smovengo ce qu’il lui devait et réciproquement), les acteurs sont finalement parvenus à un accord.


Continuer la lecture

Parigo #62 : Vélib’ 2, an I … l’annus horribilis

On s’attendait au meilleur, on a eu droit au pire : Smovengo, le nouvel opérateur de Vélib’, successeur de JC Decaux, nous en a fait voir de toutes les couleurs cette année… Mais après avoir frôlé le dépôt de bilan l’été dernier, lorsque rien ne fonctionnait et qu’Anne Hidalgo semblait prête à résilier le contrat signé avec Smovengo, Vélib’ a repris du poil de la bête ces dernières semaines. Le voilà quasiment remis en selle, avec 15.000 vélos déployés dans 1.1000 stations, pour près de 50.000 locations quotidiennes. Un vrai miracle, sur lequel revient Parigo.

Pour autant, il reste beaucoup à faire : déploiement en banlieue, expérience utilisateur, maintenance, régulation… nous poserons les questions qui fâchent à Arnaud Marion, le nouveau directeur exécutif de Smovengo, à l’origine du plan de sauvetage initié en juin dernier.

Nous irons également en coulisses voir concrètement comment s’organise la régulation des vélos, essentiellement la nuit.

Enfin, nous vous dévoilerons en fin d’émission le montant des pénalités que devra payer l’opérateur. Un accord financier vient d’être trouvé : Smovengo va payer 8 M€ de pénalités et accepté de réviser à la baisse le prix payé par les municipalités pour chacune de leurs stations. Au final, les communes adhérentes ne verseront que 18 M€ au nouvel opérateur du Vélib’ au titre de l’année 2018, soit 22 M€ de moins que ce qui était prévu au contrat.

Bertrand Lambert @B_Lambert75

► Pour aller plus loin : EXCLU : Smovengo versera 8 M€ de pénalités pour les retards de Vélib’