30 Sep

L’independentisme isolat en Val d’Aran

Luònh de Barcelona, de las manifestacions, arestacions o requisicions que ritman lo quotidian catalan dempuèi un detzenat de jorn, la Val d’Aran espèra pron tranquilament lo 1er d’octòbre e lo referendum d’auto-determinacion. Dins aquel tròç d’Occitania, Espanha a ben mai de partisans que dins lo demai de la Generalitat.

FTV__________5011-00_00_03_19

La question de l’avenidor de Catalonha a totjorn apassionat los militants occitanistas. De’n primièr perqué la cultura catalana nos es vesina e cosina, e puèi sa fòrça e sa vitalitat fan rapidament somiar. Enfin perqué una pichòta part dau territòri occitan, long d’un seissantenat de quilomètres au còr daus pirenèus, es administrativament situit en Catalonha: la Val d’Aran. En parlant amb lo mond crosat per carrièra a Vielha, la capitala aranèsa, una curiositat aparèis lèu. Aici, los dirigents independentistas catalans an ben mens de popularitat qu’a cò dau demai daus occitanistas. Emai la simpla organisacion dau referendum asima. Crosada dins un cafè, Angelina Cases Andreu, vici-presidenta de l’Institut d’Estudis Aranesi, nos explica: « Aici se sentissem aranéses abans tot. E puèi aprèp sèm tant catalans coma espanhòus. Alara crèsi que la majoritat dau mond anirà pas votar dimenge, perqué aquèu vòte es ilegal. S’èra legal i aniriam totes. »

FTV__________5017-00_04_31_20

Angelina Cases Andreu: « En Val d’Aran veirètz pas de bandièras o plancardas independentistas ».

D’autras personas encontradas pòdon èsser mai duras encara en contra de Carles Puigdemont, lo president independentista de Catalonha, e de la classa politica en generau. Un òme los vòl mandar en preson, un autre nos preven, « èriam tranquiles, mas dempuèi quauques temps nos vènon vèire, aquò’s jamai bon signe ». Una femna, proprietara d’un garatge refusa una entrevista mas nos demanda sonque d’emportar en França « los paillassos de politicos ». Dins tota la Val d’Aran i a pas que doas comunas, sus nòu, qu’anoncièran voler organisar la consultacion dau 1er d’octòbre. A Vielha lo conse refusèt e justifiquèt sa posicion amb l’ilegalitat anonciada pèu tribunau suprem espanhòu. Son adjunta, Maria Vergés Pérez, ten a precisir que la municipalitat es pas en contra d’una « consultacion daus ciutadans ». « Aquel referendum foguèt votat pèu parlament de Catalonha alara que sos juristas avián prevengut qu’èra pas corecte e que la mitat daus deputats avián quitats la sala. Cal pas desoblidar que venèm pas de quicòm d’aisit e normau […] En defòra de la lèi i a pas de camin possible, e sonque amb l’aplicacion de la lèi capitarèm pas de resodre aqueste problèma. Avèm besonh de dialòg, un pacte, per solucionar una situacion que fai sonque tensionar la ciutadania. »

Se i a mens de fervor en Val d’Aran, lo referendum garda de defensors. Mirèia Boya, una de las figuras de la CUP, (partit d’extrèma-esquèra independentista membre de la coalicion de govern de la Generalitat) es dau país. E dins una botiga de produches locaus, sus la plaça de la comuna, Olga la vendeira es urosa de poder respondre aus jornalistas. « A cada còp que los medias vènan, dison que sèm contre l’independéncia. Ièu soi per la consulta e per l’independéncia. » A Vielha votar s’anóncia pasmens complicat, puòique coma en Catalonha, la polícia susvelhava los luòcs que podrián servir de burèus de vòte. Sul camin de França, lo vilatge de Les a previst el d’apuejar l’iniciativa de la Generalitat. Novela curiositat, Emili Medan – lo conse – es dau metèis partit que son omològ de Vielha (Unitat d’Aran), alara que prenan de posicions opausadas. El denóncia l’actitud « dictatoriau » de Madrid e crenta una « accion violenta per empachar lo vòte ».

Pels partisans de l’independéncia, Catalonha au mens prend en compte l’especificitat d’Aran – reconeguèt l’estatut de lenga oficiala a l’occitan e fai delegacion de poder au govern locau, lo conselh generau. Los opausants metan en abans que justament aici mantunas culturas coabitan e crentan qu’aquò cambie. Per Hilario, la val es un endrèch  « que foguèt totjorn virat cap a França », ont se viu « d’aise, coma en familha » e dins l’encastre de la generalitat de Catalunya e de l’Estat Espanhòu: « la independencia ni hablar »!

« Las identitats ara son diversas e barejadas, conta Jusep-Loís Sans Socasau, lo president de l’IEA. N’i a que son basicament aranéses, d’autres aranéses, catalans e espanhòus o aranéses-romanéses, aranéses-magrebins… 30% de la populacion es d’origina extra-comunitaria. La lenga d’òc regressèt dins l’emplèc quotidian, mas i aguèt jamai tant de legèires dempuèi que s’aprend dins las escòlas. E au mitan de tot aquela mescladissa, l’identitat aranèsa-occitana es aquela qu’actua coma identitat de coesion, aquela que nos es pròpria. » Es un daus punts d’entenda entre totes, se i a independéncia los aranéses podràn causir lor avenidor. « Sèm nautres que dèurem votar per decidir de seguir Catalonha o non » reprend Maria Vergés, en acòrd per un còp amb la Generalitat qu’anoncièt jà qu’es al pòble aranés de s’auto-determinar.

FTV__________5072-00_00_09_04

Las bandièras europenca, catalana, espanhòla e aranèsa.

 

Marius Blénet

25 Sep

BIAIS : Amb lo Paul en Lausèra

Viure al País – BIAIS : Amb lo Paul en Lausèra
Coproduction Piget / France Télévisions

Nous voici en Lozère avec Paul Chapelle, ancien apiculteur toujours très actif.

Les abeilles avec Paul en Lozère. Paul Chapelle a 97 ans et demi et il continue à fabriquer des cadres pour ses amis apiculteurs. Il a fait ce métier pendant près de quarante ans, et vécu les transformations depuis la ruche traditionnelle creusée dans un tronc de châtaignier jusqu’à la ruche à cadre. Il a sa manière d’approcher les abeilles, lentement, avec très peu de protections et ses outils, adaptés au fil du temps, tel le soufflet-brosse. Il est membre de l’association l’Arbre aux Abeilles qui a pour objectif d’entreprendre des actions de communication, de recherche et de création à partir des savoir-faire traditionnels liés aux ruches troncs.

 

Prochain épisode de Biais, dimanche 1 octobre 2017
Amb lo Pèire e l’Alòi dins lo Vilanovés
pour faire des instruments avec des végétaux

ATTENTION LA DIFFUSION DE CETTE EMISSION FAIT L’OBJET DE 2 HORAIRES :
10h 45 en Nouvelle Aquitaine et Midi-Pyrénées
10h 10 en Languedoc-Roussillon

 

 

@Vicenta

22 Sep

Baisse du nombre de contrats aidés : répercussions sur les écoles occitanes Calandretas

La baisse du nombre de contrats aidés décidé par le gouvernement a des répercussions importantes sur le milieu associatif, et notamment sur le mouvement Calandreta.
Sirine Tijani et Jean-Luc Pigneux se sont rendus dans quelques écoles Calandretas de la région qui rencontrent déjà des difficultés suite à cette mesure…

 

Un rassemblement est prévu mardi 26 septembre à 12h devant la préfecture de Toulouse. Ci-dessous, le communiqué de presse de le confédération Calandreta :

Com presse calandreta

@Vicenta et Sirine Tijani

21 Sep

Viure al Pais en tournage cette semaine dans le Larzac

Cette semaine une équipe de Viure al Pais était en tournage dans le Larzac, à :
Le Caylar dans l’Hérault (34).
Tournage sujet Viure al Pais

Tournage sujet Viure al Pais

Le village du Caylar se situe sur le Larzac héraultais. Autrefois entièrement dévolu à l’élevage ovin et bovin, il a connu une grande mutation depuis le passage de l’autoroute A 51 et de la création d’une aire. Après avoir longtemps perdu des habitants, il retrouve aujourd’hui, une nouvelle vigueur avec l’arrivée d’une population qui travaille à Millau et Montpellier. Le village se redynamise sous l’impulsion des habitants qui ont créé un café occitan qui sensibilise à la langue locale avec de activités diverses.

 

 

Ce sujet sera diffusé dans le magazine Viure al Pais occitan
Dimanche 8 octobre 2017 à 10h 10

 

@Vicenta

11 Sep

Viure al Pais occitan – dimanche 17 septembre à 10h 45

C’est la rentrée ! Viure al Pais vous propose de retrouver une colonie dans les Pyrénées où les enfant ont parlé occitan.
La série Biais coproduite avec Piget reprend avec un épisode tourné en Lozère et consacré à l’apiculture.
Viure al Pais occitan c’est aussi de la musique :
– Retour sur le projet « Arab’Òc » piloté par l’association 11Bouge ; avec le groupe de Du Bartàs, des élèves de l’école Jules Ferry et de la Calandreta de Carcassonne. Ce travail a donné lieu, en juin dernier, au clip : Laman, Fisança.
– L’association Canta se gausas  basée à Bénac (65) regroupe plusieurs groupes passionnés de chants et musiques traditionnelles de Béarn et de Bigorre. Elle a sorti, en mai dernier, son premier CD : Fidèus.

Retouvez Viure al Pais en occitan dimanche 17 septembre à 10h45 sur France 3 Occitanie et Nouvelle Aquitaine

 

 

@Vicenta

 

 

08 Sep

Viure al Pais occitan – dimanche 10 septembre à 11h 10 : spécial BIAIS

Pour présenter sa dernière émission, Benoît Roux s’est rendu à la Maison de Payrac à Nages (81) dans les Monts de Lacaune, une ancienne ferme du 19ièmesiècle devenue conservatoire vivant de la mémoire du pays. Il est accompagné des Amis de la Maison de Peyrac. Cette association organise au mois d’août une Fête Estivale du Biaïs, où elle fait découvrir la vie paysanne d’autrefois avec des démonstrations de savoirs-faire traditionnels, comme par exemple le tressage d’une corde ou la couverture d’un toit en genêts. 

Vous pourrez y revoir les Biais suivants :

BiAIS : Peralh bolhit amb l’Aline dins los monts de La Cauna
Produit par Piget (rediffusion 31 janvier 2016)
BIAIS est une série de vingt épisodes qui a pour but de diffuser les savoirs populaires oubliés d’Occitanie, ces savoirs du quotidien qui ne nous sont plus transmis. Aujourd’hui dans les monts de Lacaune, Aline nous régale d’un Peralh bolhit, une recette toute simple à base de lait de brebis.

BiAIS : Dab lo Henri enas Baronias
Produit par Piget (rediffusion 21 mai 2017)
Pour ce nouvel épisode de Biais, nous sommes dans les Baronnies, en Bigorre au pied des Pyrénées. Le printemps est là. Pour couper de l’herbe, Henri n’a jamais pu s’habituer au « Rotofil » qui fait trop de bruit et qui consomme de l’essence. Il utilise donc la faux, dont il affile la lame à l’aide d’un marteau et d’une petite enclume transportable.

BiAIS : Amb Jacques dins lo Carcin Blanc
Produit par Piget (rediffusion 2 avril 2017)
Pour cet épisode de la saison 2 de Biais, nous allons à la rencontre de Jacques Laniès, distillateur ambulant dans le Quercy Blanc, vers Montcuq. Il a hérité ce savoir-faire de son père et de son grand-père. Mais attention, Jacques est distillateur et non pas bouilleur de cru, car le bouilleur est en fait le client. Aujourd’hui, tout le monde peut amener des fruits à distiller. La seule obligation est d’être propriétaire d’au moins un arbre… La règle est simple : le client doit venir avec les fruits fermentés, le bois de chauffe et le repas de midi. Depuis 2006, à l’invitation de la Région Midi Pyrénées et dans le cadre de partenariats internationaux, Jacques a exporté son savoir-faire et sa technique au Vietnam. Il y va un mois tous les ans pour suivre ce projet.


Cette émission est la dernière émission de l’été.
Viure al Pais en occitan reprend avec SirineTinani à son horaire habituel de 10h45
le dimanche 17 septembre 


@Vicenta