03 Juil

Bilan des mesures agroenvironnementales pour préserver l’eau du bassin versant d’Arcier

Mesures agroenvironnementales pour protéger la source d'Arcier

Mesures agroenvironnementales pour protéger la source d’Arcier

Cette fois-ci, ce sont les agriculteurs eux-même qui ont souhaité faire le point sur leurs actions pour l’amélioration de la qualité de l’eau. D’habitude, la profession est plutôt réticente à communiquer quand il s’agit de parler environnement mais, là, les résultats sont encourageants. Depuis dix ans, des mesures agroenvironnementales sont mises en place pour inciter les agriculteurs à diminuer l’usage de pesticides et d’engrais sur leurs terres situées sur le bassin versant d’Arcier. Ils sont en zone de captage prioritaire puisque environ la moitié de la population bisontine est alimentée en eau potable par la source d’Arcier. Continuer la lecture

27 Juin

Du plateau à la vallée de la Loue : l’étude du laboratoire Chrono-environnement

Les plaques lysimétriques installées à Chasnans par le laboratoire Chrono-Environnement.

Les plaques lysimétriques installées à Chasnans par le laboratoire Chrono-Environnement.

Comprendre avant d’agir. C’est le principe qui guide Etat et conseil départemental du Doubs pour tenter de sauver les rivières comtoises. Voici une étude lancée par l’équipe pluridisciplinaire du laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté. Depuis septembre 2015, les scientifiques ont installé un dispositif sur le plateau de Valdahon-Vercel plus exactement à Chasnans, sur les terres de Jocelyn Bolard. Il s’agit de douze plaques lysimètriques qui captent les eaux de pluies dans des sols profonds ou superficiels, dans des prairies ou des cultures. L’objectif  est « d’identifier les sources de contaminations ou de perturbations ainsi que des mécanismes de transferts dans les sols à l’échelle du bassin versant ».

Continuer la lecture

Que s’est-il passé depuis la dernière Conférence Loue et rivières comtoises ?

La Conférence déparementale de la Loue et des rivières comtoises du 5 décembre 2014.

La Conférence départementale de la Loue et des rivières comtoises du 5 décembre 2014.

Il a juste fallu être patient. Ce mardi 28 juin à Besançon va se tenir la 4 eme Conférence départementale « Loue et rivières comtoises ». Soyons honnête, je n’avais plus en tête la date de la 3 eme édition de ce rendez-vous phare pour les défenseurs des rivières tellement l’eau a coulé sous les ponts de la Loue. Alors j’ai cherché dans mes archives et j’ai finalement trouvé utile de faire un petit retour en arrière.

Continuer la lecture

16 Mai

Le jour où le train est arrivé dans la vallée de la Loue

Devant la gare d'Ornans

Devant la gare d’Ornans

Le  16 mai 1885, la ligne de chemin de fer qui traversait la vallée de la Loue était mise en service. Un anniversaire dignement célébré par l’association bisontine Rail Miniatures 25 . Elle a organisé pendant ce long week-end de la Pentecôte une exposition ferroviaire à Ornans avec en vedette la ligne entre l’hôpital du Gros-Bois et Lods.

Continuer la lecture

02 Mai

La Clauge, une de ces rivières intermittentes et pourtant si importantes

 

 

La Clauge à Chissey sur Loue sèche au printemps puis en eau à l'automne. Photos B.Launay

La Clauge à Chissey sur Loue sèche au printemps puis en eau à l’automne. Photos B.Launay

On les appelle les intermittentes, les épisodiques, les temporaires, les saisonnières. Vous l’avez compris, on ne peut pas compter sur elles tout au long de l’année mais elles rendent de sacrés services !  Ni tout à fait asséchées ni tout à fait normales, ces rivières ont été délaissées par les universitaires jusqu’au jour où Thibault Datry, éco-hydrologue à l’Institut de Recherches en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture à Lyon (IRSTEA) a décidé de les placer au coeur de sa recherche. J’ai découvert son travail grâce à un article du Monde publié le 20 avril dernier. « Sur la planète, la moitié des cours d’eau s’assèchent une partie de l’année » précise Le Monde.

Continuer la lecture

13 Avr

L’inquiétude printanière des pêcheurs des rivières comtoises

Le Dessoubre photographié par un membre d'Anper Tos

Le Dessoubre photographié par un membre d’Anper Tos

Il y a comme une certaine crispation sur Facebook en ce moment.. Les pêcheurs sont aux aguets, prompts à sortir leur téléphone pour photographier ce qu’ils estiment comme des atteintes à la qualité des eaux des rivières comtoises. Des photos accusatrices sont publiées sur Facebook. Et comme une image vaut mille mots, la conclusion semble limpide : les rivières comtoises sont toujours en mauvaise santé. Preuve en est avec ces fonds noirs, signe d’eutrophisation. Les actions entreprises pour les sauver ne seraient donc pas à la hauteur.

Continuer la lecture

08 Avr

Le contrat Limitox s’attaque aux micropolluants du Dessoubre et du Doubs

Le Doubs franco-suisse photographié par l'association de pêche la Franco-Suisse

Le Doubs franco-suisse photographié par l’association de pêche la Franco-Suisse

C’est désormais une évidence. Pour rétablir la bonne santé des rivières comtoises, il faut agir sur tous les fronts. Dans son rapport provisoire, l’expert du ministère de l’environnement Eric Vindimian formule cette recommandation :

« Accorder aux pressions polluantes de toutes origines liées à l’ensemble des activités anthropiques (agriculture, urbanisme, industrie, transport, tourisme…), notamment en terme d’usages de pesticides et biocides, un niveau de priorité aussi élevé que celui accordé jusqu’ici à la lutte contre les rejets diffus d’azote et de phosphore »

Continuer la lecture

10 Mar

La clémence du conseil départemental du Doubs à l’égard d’un agriculteur pollueur inquiète les associations de défense des rivières

Vaufrey : pollution du Doubs à cause d'un agriculteur

Vaufrey : pollution du Doubs à cause d’un agriculteur

Tout acte est sujet à interprétation et, en politique, il peut avoir une portée symbolique forte. L’ancienne majorité du conseil départementale du Doubs avait décidé de porter plainte à chaque fois qu’il y avait une atteinte à l’environnement et en particulier aux milieux aquatiques. Même démarche à la fédération de pêche du Doubs.

Continuer la lecture

Les pêcheurs, ces touristes accueillis encore si discrètement en Franche-Comté

Truite photographiée par Nicolas Germain

Truite photographiée par Nicolas Germain

Avec l’ouverture de la pêche depuis le 1er mars sur le Doubs franco-suisse et ce samedi 12 mars pour les autres rivières franc-comtoises, les touristes pêcheurs vont commencer à revenir au bord de nos rivières. Les plus anciens ont un mémoire un lieu unique : Le moulin du Plain à Goumois au bord du Doubs franco-suisse. Son patron est à l’origine du label « Relais Saint-Pierre ». Un label repris depuis 2014 par le Comité départemental du Tourisme et la fédération de pêche du Doubs. Continuer la lecture

07 Mar

Un nouvel élan pour l’aménagement de la confluence Doubs-Loue

La confluence Doubs Loue avant et après les travaux de rectification des années dans les années 60

La confluence Doubs Loue avant et après les travaux de rectification des années dans les années 60

Entre les rivières et les hommes, c’est une histoire complexe. L’exemple de la Confluence Doubs-Loue permet de comprendre pourquoi ces dossiers prennent des années avant de se réaliser. Sept ans après la première réalisation des travaux, l’aménagement final du projet de renaturation de la confluence Doubs-Loue pourra être réalisé. Un projet de renaturation, c’est rendre à la rivière sa liberté tout en protégeant les habitants des crues. Aujourd’hui, les hommes reviennent sur leurs grands principes des années d’après-guerre. Rectifier les rivières n’est pas sans conséquences à long terme… Continuer la lecture