16 Jan

« Courbet en série » : une pièce de théâtre pour tous !

La troupe de « Courbet en série » de la compagnie Les Menteurs d’Arlequin.

Soixante-deux personnages, sept heures de représentation, vingt-huit comédiens : la démesure du projet est à l’image de Gustave Courbet ! « Courbet en série » est l’un des événements du Bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet. Tout au long de l’année 2019, de nombreuses propositions culturelles ou sportives vont célébrer l’enfant du pays.

Continuer la lecture

02 Jan

#Faistoncourbet : les voeux de Doubs tourisme lancent le Bicentenaire de la naissance de Courbet

 

Qu’on se le dise ! Dans le Doubs, l’année 2019 sera l’année Courbet. Le département a décidé de célébrer le bicentenaire du maître d’Ornans tout au long de l’année. Et rien de tel que la tradition des voeux pour l’affirmer haut et fort. Comme à son accoutumée, Doubs tourisme fait de sa carte de vœux un vecteur de communication. Sur une idée de l’agence The Superb Agency, basée près de Besançon, Doubs tourisme propose aux internautes et à ses contacts de « faire son Courbet » !

Continuer la lecture

26 Nov

Pôle Karst de Franche-Comté : l’eau en milieu karstique, un trésor fragile

La vallée de la Loue, un exemple du milieu karstique

 

La sécheresse n’est pas finie. La Franche-Comté est toujours en situation de crise. Dans notre région, la gestion des sources d’eau est particulièrement complexe en raison de la nature même du sol. Un sol karstique. Il existe même un pole Karst animé par le l’EPTB, établissement public territorial du Bassin Saône Doubs. Le jeudi 22 novembre, ce pôle proposait aux professionnels une journée d’échanges. Une première !

Continuer la lecture

Sécheresse 2018 : Faut-il maintenir le niveau de crise en Franche-Comté ?

Les pieds du musée Courbet à Ornans sont au sec !

Le ciel gris et humide nous ferait presque oublier l’état de crise décrété par les préfectures de Franche-Comté. Les rivières de notre région sont encore à un niveau historiquement très bas mais les arrêtés « sécheresse » qui interdisent d’arroser les jardins ou de remplir les piscines perdent de leur sens aux portes de l’hiver. Les services départementaux de l’Etat surveillent toujours de très près le niveau des cours d’eau.

Continuer la lecture

15 Nov

La pierre gravée du Doubs : « Celui qui verra cette date pleurera »

L’histoire a commencé par un coup de fil à la rédaction et elle nous a immédiatement interpellés. Des Francs-Comtois s’apprêtaient à aller graver une date de novembre 2018 sur une pierre. Mais pas n’importe quelle pierre. Elle dort dans un lit aride, celui du Doubs entre Arçon et Ville-du-Pont. En période de grande sécheresse, l’eau se retire pour laisser place à un paysage minéral. Les visiteurs viennent bâtir leurs cairns, incantations pour des jours meilleurs. Les jours pires sont inscrits dans la pierre : 1906. Quatre chiffres pour une litanie : rivières à sec et lac vide.

L’article de Eugène Fournier dans la revue La Nature

L’année 1906 reste dans les mémoires comme la pire sécheresse du siècle dernier. Avec Fabienne Lemoing et Emmanuel Rivallain, nous avons cherché, téléphoné partout pour remonter le fil de l’info. Pêcheurs, élus, riverains avaient entendu parler de cette pierre mais peu l’avait vue. Nous commencions à douter. Est-ce une de ces fake news qui inondent la toile ?

Une autre date a bien été ajoutée tout récemment :  le 10 novembre 2018. Depuis l’eau a repris légèrement ses droits. Emmanuel et Fabienne ont cherché en vain la phrase qui nous avait mis en alerte :

« Celui qui verra cette date pleurera »

Est-elle vraie ou est-ce le début d’une nouvelle légende ? s’interroge Emmanuel. Espérons ne pas revoir à sec cette pierre de sitôt.

Miracle du bouche à oreille, au lendemain de la parution de cet article, ma boîte mail m’apporte une pépite ! David Bourgeois nous livre ses photos. Pas de trace de la phrase poétique, mais un nom de famille répandu dans le Doubs. La légende n’a plus qu’à s’écrire au gré des flots du Doubs.

Isabelle Brunnarius
isabelle.brunnarius(a)francetv.fr

 

Le reportage de mes confrères Emmanuel Rivallain et Fabienne Le Moing monté par Marie Loir :

08 Oct

Gustave Courbet : le paysage de l’Atelier du Peintre vient d’être identifié !

Détail de l’Atelier du Peintre de Gustave Courbet, Musée d’Orsay, Paris.

 

Gustave Courbet revendiquait une part de mystère dans ses oeuvres. A quelques jours d’intervalles, deux de ses chefs d’oeuvres, L’origine du Monde et L’atelier du peintre, peuvent être admirés, sous un jour nouveau, au musée d’Orsay de Paris, . Toute la presse a évoqué la découverte de Claude Schopp, le grand spécialiste de Dumas, père et fils : le modèle de l’Origine du Monde a désormais un nom. Elle s’appellait Constance Quéniaux. Et voici, qu’un autre spécialiste, cette fois-ci de l’oeuvre de Gustave Courbet, met un nom sur le paysage d’un des tableaux les plus mystérieux de Gustave Courbet. Une découverte signée par l’hydrogéologue et auteur des Parcours Courbet, Pascal Reilé. Voici l’histoire de ce scoop racontée par ma consoeur de France 3 Franche-Comté Aline Bilinski.

Continuer la lecture

21 Sep

Bicentenaire Courbet : 84 projets labellisés dans le Doubs en 2019

« Courbet, l’art d’être libre » : label officiel du Bicentenaire Courbet

L’échéance approche à grand pas. Dès janvier 2019, le conseil départemental du Doubs veut célébrer le bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet avec, en point d’orgue, l’inauguration le 10 juin, le jour même de la date anniversaire, de l’exposition estivale au musée Courbet d’Ornans : le célèbre peintre contemporain Yan Pei-Ming proposera des oeuvres directement inspirées par celle du maître d’Ornans. Des peintures que Yan Pei-Ming devrait créer en partie lors de sa résidence dans l’atelier de Gustave Courbet à Ornans à partir du mois de mars. Cet atelier, propriété du département, doit être progressivement restauré.

Continuer la lecture

29 Août

Réhabilitation du Drugeon : effacer les erreurs du passé

Le drugeon, rivière labellisée par l’Agence de l’eau sur moins de 4 km

La sécheresse de cet été 2018 n’a pas que des inconvénients : voir une partie du Doubs complétement à sec incite à prendre conscience de l’importance de l’eau dans le Haut-Doubs. La récente labellisation d’une petite partie du Drugeon, affluent du Doubs, comme « Rivière en bon état » par l’Agence de l’eau conforte l’action en faveur des rivières et des zones humides.

Continuer la lecture

28 Août

Assèchement du Doubs : une histoire connue d’avance

Le Doubs à sec. Photo T. Martinez

 

De mémoire d’homme, la région de la chaîne du Jura n’avait subi pareille sécheresse (…). Il faut remonter à plus de deux siècles pour trouver des traces d’un pareil abaissement des eaux. (…) Les bassins du Doubs (lac de Chaillexon) sur lesquels en temps normal de petits bateaux à vapeur peuvent effectuer, de Villers-le-Lac au Saut, une navigation de 3 km étaient complètement à sec sur plus de 2 km de longueur et presque à sec sur le reste du parcours.

Rassurez-vous ! Ce récit évoque la grande sécheresse de 1906. Il a été publié l’année suivante dans la Revue des Sciences, La Nature, par l’éminent hydrogéologue Eugène Fournier (1871-1941). Un fin connaisseur du système karstique si particulier de la Franche-Comté. Cette grande sécheresse, comme celles de 1976 ou de cette année, est propice aux explorations dans le gruyère jurassien pour améliorer les connaissances de ce milieu naturel complexe. Le collectif SOS Loue et rivières comtoises vient de publier un article qui explique la particularité et la fragilité du sous-sol du massif jurassien.

Revue Nature de 1906

Continuer la lecture

20 Août

La vallée de la Loue, source d’inspiration pour les artistes du manoir de Mouthier

S’il y a bien une expression qui peut décrire les relations entre Philippe Perrin Pique et la vallée de la Loue, c’est celle qui nous vient du Québec. Philippe Perrin Pique est « tombé en amour » avec cette petite vallée chère à Courbet. Après une carrière professionnelle dans l’hôtellerie qui l’a mené à Berlin, le jeune retraité cultive son sens de l’accueil à Mouthier Haute-Pierre. Depuis un an et demi, il anime le centre d’art et de villégiature Le Manoir à Mouthier Haute-Pierre. Nous l’avions rencontré lors d’un premier reportage au moment du lancement de son projet. Cette saison, mes confrères Aline Bilinski et David Martin sont retournés au Manoir. Le projet culturel de Philippe Perrin Pique a pris forme : quatre artistes sont exposés cet été. Cet hiver, Anne Arquint et Alex Claude sont venus en résidence au Manoir. « Cela réveille la créativité » confie Anne Arquint dont la source de la Loue s’impose sur l’un des murs extérieurs de la demeure.

Continuer la lecture