13 Juil

Le casse-cailloux, les rivières et le comté

pbmatique casse cailloux

Aujourd’hui, « casse-cailloux » est un mot clivant. Dans le massif jurassien, le casse-cailloux est au cœur d’une confrontation entre agriculteurs et environnementalistes. D’ici peu, cette opposition pourrait évoluer en discussion pour aboutir à un consensus . Le casse-cailloux est un engin capable de casser de la pierre et ainsi de remodeler les paysages du massif jurassien. Pour les agriculteurs, cela leur permet de regagner du terrain et de passer leurs tracteurs. Pour les environnementalistes, c’est une atteinte grave à l’environnement.

Continuer la lecture

05 Juil

La chasse aux pollutions toxiques est ouverte dans le Haut-Doubs et la Haute-Loue

jcgcleronrefletpontarbre

Photo : jC Gagnepain

Après le Dessoubre et le Doubs dans le val de Morteau, c’est au tour des secteurs du Haut-Doubs et de la vallée de la Loue de bénéficier d’une action d’envergure pour diminuer la pollution des rivières comtoises. 200 entreprises du Haut-Doubs et de la Haute-Loue vont être démarchées par les trois partenaires de cette opération pour diagnostiquer l’impact de leur activité sur l’environnement et leur proposer ensuite des solutions.

Continuer la lecture

26 Juin

Peut-on se baigner dans la Loue ?

La Loue entre Vuillafans et Montgesoye

La Loue entre Vuillafans et Montgesoye

 

-« Peut-on se baigner dans la  Loue? »
-« Oui et non, cela dépend où et quand ! »

La question est simple, la réponse mérite des précisions ! OUI : Les Francs-Comtois et les touristes apprécient la Loue aussi pour ses plages, essentiellement situées sur la basse Loue dans le Jura. Le site de la communauté de communes du Val d’amour n’affiche plus depuis l’été 2018 les plages « officielles » où vous pouvez vous rendre. Comme la qualité des eaux de baignades, selon les analyses réalisées par l’Agence régionale de Santé, n’étaient pas toujours satisfaisantes, la communauté de communes préfèrent ne pas le montrer sur son site.

Lors des années 2015 à 2017, les plages de Belmont et de Ounans ont été fermées par l’ARS ( niveau de qualité insuffisant). La baignade était donc officiellement interdite mais la situation a évolué. L’ été 2019, le site de l’ARS précise que la plage de Ounans est un site classé « suffisant » comme l’année dernière. En ce qui concerne la plage de Belmont, le classement est toujours « insuffisant » depuis 2015.

C’est l’accumulation des données indiquant la présence de bactéries (Escherichia coli et d’autres bactéries présentes dans nos intestins) qui auraient inciter l’ARS à interdire ce lieu de baignade. Vous pouvez trouver  le point sur la qualité des eaux de baignade sur le site du ministere de la Santé .

En 2019 comme en 2020, les dernières indications sur le site de l’Etat précisent que les sites sont classés « excellent » à Port Lesney, Champagne sur Loue et Parcey. A noter que pour ces trois plages, il y a eu une amélioration notable depuis 2017.

 

L’Agence Régionale de Santé fait cinq prélèvements au cours de l’été sur les sites même si la baignade n’est pas surveillée. L’ARS fait des recherches de bactéries pour savoir si il y a des contaminations fécales. Ces résultats sont affichés dans les mairies et sur les lieux de baignade. Si vous allez sur le site de l’ARS, il faut savoir faire la distinction entre les résultats des analyses ponctuelles et les classements publiés chaque année comme l’impose la réglementation européenne. Ces classements sont effectués sur les quatre dernières années des résultats.

La communauté de communes a du rédiger le document « Profils de baignade » qui précise les pistes pour améliorer la qualité de l’eau. Car, si il n’y a pas d’amélioration, il peut y avoir une sorte de fermeture par l’ARS de ces lieux de baignade. Les questions d’assainissement collectif et non collectif, des réseaux de collecte des eaux usées sont en partie à l’origine de la qualité des eaux insuffisante. Avant de décider d’une potentiel fermeture de ces trois lieux de baignade sur la Loue, l’ARS avait laissé encore une année à la communauté de communes du val d’amour. La communauté de communes a engagé un diagnostic de réseau et elle a récupéré la compétence de la collecte des eaux usées, complémentaire à celle qu’elle avait déjà sur le traitement des eaux. Mais tout ne repose sur la communauté de communes, les pollutions des eaux nous concernent tous ! Mais les amateurs de baignade de la Loue vont où ils veulent, comme ils veulent, pas forcément sur ces lieux clairement identifiés.

NON : la situation dans le Doubs est totalement différente. Les maires des communes traversées par la Loue ont pris des arrêtés municipaux interdisant la baignade, une façon de se protéger d’éventuelles poursuites en cas de problème.  C’est pour cette raison que l’ARS ne fait aucun prélèvement en bord de Loue pour connaître la qualité des eaux de baignade puisque c’est officiellement interdit !

Dans le Doubs, un arrêté préfectoral est en vigueur entre Quingey et l’aire de pique nique de la cascade de Syratu.  La baignade ( hors zones concernées par les arrêtés municipaux) n’est autorisée de 10h à 18 h que lorsque le débit est supérieur à plus de 15m3/s ( sauf pendant les week-ends d’ouverture de la pêche).  Les raisons invoqués dans cet arrêté sont la « cohabitation des usages » ( en clair, la pêche !) C’est ce même arrêté qui réglemente la pratique du canoë sur la Loue. Les Francs-Comtois et les touristes ont des merveilleux souvenirs de baignade dans la Loue sans forcément se poser la question de la légalité de leur plaisir…

Isabelle Brunnarius

 

 

22 Juin

La pêche en Franche-Comté : un loisir en sursis

Pêche à la mouche sur la Lemme.

Pêche à la mouche sur la Lemme.

Pour combien de temps encore les pêcheurs vont-ils pouvoir venir taquiner les truites fario de Franche-Comté ? Après avoir été un eldorado pour les pêcheurs à la mouche du monde entier, la plupart des rivières de Franche-Comté sont en mauvais état. Conséquence : les truites et les ombres qui ont font la réputation de ces cours d’eau sont malades et beaucoup moins nombreux qu’avant . Mais, les professionnels du tourisme ne baissent pas les bras car la pêche a un réel impact économique sur la région. Voici notre reportage tourné au bord du Doubs franco-suisse, de la Loue, de l’Ognon et de la Lemme.

Continuer la lecture

04 Mai

La frayère à brochet de la Corne d’Avanne : une alternative à l’alevinage

Pêche électrique dans la frayère à brochet du Doubs à Avanne-Aveney

Pêche électrique dans la frayère à brochet du Doubs à Avanne-Aveney

C’est une mare au milieu d’un champ, ni plus ni moins. Une immense flaque à peine photogénique et pourtant son histoire illustre bien l’évolution du monde de la pêche. Nous sommes à Avanne-Aveney, plus exactement dans la Corne d’Avanne au lieu dit Les Fossés, un ancien site de granulat. C’est un peu comme une île, le canal enferme l’Espace naturel sensible, géré par le conseil départemental du Doubs.

 

La Corne d'Avanne vu du ciel par Géoportail

La Corne d’Avanne vu du ciel par Géoportail

Aujourd’hui, si vous étiez partis vous promener dans ce secteur vous auriez pu rencontrer des pêcheurs, sans canne à pêche mais avec des filets… Plus exactement, ces techniciens de la fédération de pêche du Doubs comptaient des petits brochets. Cette pêche électrique est organisée chaque année pour vérifier le bien-fondé de la démarche de la fédération).

En 2011-2012, des travaux de déboisement ont permis de creuser une frayère au sud-ouest du secteur en prairies. Des travaux financés par le conseil départemental du Doubs. En 2006, la collectivité a mis au place « un schéma départemental permettant d’identifier des espaces à intérêt patrimonial particulier ».  D’où la « réhabilitation des prairies, afin de redynamiser la biodiversité. Ces actions sont accompagnées d’autres aménagements : création d’un sentier de découverte, réhabilitation de l’espace des jardins en jardins familiaux, mise en place d’un parking.

Si les brochets ont trouvé un lieu idéal pour se reproduire, c’est parce que les hommes ont redonné à cet espace une fonction de zone humide. Des travaux ont permis de créer les conditions pour que les brochets viennent déposer leurs oeufs sur des herbes légèrement inondées. Ces poissons sont capables de parcourir 60 kilomètres pour frayer ! Dans la rivière Doubs, ce n’est plus trop possible en raison des nombreux barrages. En tout cas, ils ont trouvé le chemin de la frayère de la Corne d’Avanne ! Chaque année, les spécialistes de la fédération de pêche du Doubs repèrent des petits alvins. Voici le reportage réalisé aujourd’hui par mes confrères Jean-Luc Gantner, Philippe Arbez et Stéphanie Chevallier. Avec Jean Sebastien Brocard, garde pêche et Thomas Groubatch, Biologiste, chargé de mission de la Fédaration de pêche du Doubs  :


Les comptages des alvins de Brochet à Avanne Aveney

La frayère d’Avanne a la particularité d’être vaste : entre 5 et 6000 m2 soit trois à quatre fois la taille d’une frayère habituelle. Autre avantage, les terrains appartiennent au conseil général du Doubs, c’est plus facile pour intervenir que lorsque l’espace est détenu par de nombreux petits propriétaires. Plus tard, ces petits poissons vont rejoindre le Doubs et vivre leur vie de brochet dans le Doubs. Ils feront également la joie des pêcheurs de l’AAPPMA La concorde du Doubs. Dans d’autres endroits du département, cette méthode naturelle n’est pas encore pratiquée. Les sociétés de pêche dépensent des milliers d’euros pour acheter aux piscicultures des alvins ou des brochets. Cette « nurserie naturelle » est non seulement beaucoup plus économique mais elle intègre une démarche de préservation du milieu naturel. Eviter les inondations en canalisant le Doubs n’a pas eu que des bienfaits. Aujourd’hui, ces prairies de l’agriculteur du secteur sont inondées mais elles participent au développement de la biodiversité. A la période sèche, les vaches viennent, fertilisent naturellement la prairie. Un pâturage bénéfique à la frayère. Une pratique agricole saluée par les pêcheurs ! Du cycle infernal de creusement du lit du Doubs expliqué dans le reportage par Thomas Groubatch, on passe ainsi progressivement au cercle vertueux de l’agroécologie.

 

Isabelle Brunnarius
isabelle.brunnarius(a)francetv.fr

28 Avr

SOS Loue et rivières comtoises et les pêcheurs haussent le ton !

 

Mobilisation de SOS Loue et rivières comtoises auprès du grand public

Mobilisation de SOS Loue et rivières comtoises auprès du grand public

C’est inédit. Les militants de SOS Loue et rivières comtoises, la fédération de pêche du Doubs et les pêcheurs de la basse Bienne dans le Jura ont décidé de passer à la vitesse supérieure en organisant samedi 29 avril des barrages filtrants dans quatre villes du Doubs et du Jura.

Continuer la lecture

14 Avr

Berlin, Moscou, Paris : Gustave Courbet for ever !

L'association "Les amis du Manoir de Mouthier-Haute-Pierre" réunis à Berlin. De gauche à droite : Alexandre Thiercelin, Philippe Perrin, Alexa Graefe, Katharina Renneisen, Max Renneisen.

L’association « Les amis du Manoir de Mouthier-Haute-Pierre » réunis à Berlin. De droite à gauche : Alexandre Thiercelin, Philippe Perrin, Alexa Graefe, Katharina Renneisen, Max Renneisen.

Côté notoriété auprès du grand public, Gustave Courbet n’est pas spontanément cité dans le top 5 des artistes mondialement connus. Côté coeur et tradition picturale, c’est une autre histoire. Non seulement, le peintre de la vallée de la Loue est une référence pour de nombreux artistes contemporains mais il suscite aussi des vraies passions.

Continuer la lecture