06 Juil

Musée Courbet d’Ornans : il est loin le temps du plus petit musée de France !

Trois époques du musée Courbet d’Ornans

Depuis le 1er juillet, les visiteurs du musée Courbet d’Ornans découvrent le nouvel accrochage de l’exposition permanente avec 55 œuvres de Courbet qui mettent en valeur à la fois son attachement à la vallée de la Loue et sa place prépondérante dans l’histoire de l’art. Il est loin le temps du plus petit musée du monde !

Continuer la lecture

29 Juin

« Courbet-Picasso, révolutions », une exposition inédite au musée Courbet d’Ornans

G.Courbet. Les Demoiselles des bords de la Seine 1857©Paris Musée/Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais

Gustave Courbet et Pablo Picasso sont réunis au musée Courbet d’Ornans dans le Doubs du 1er juillet au 18 octobre 2021. Pour la première fois, une exposition est entièrement consacrée aux liens entre Courbet et Picasso, deux peintres qui ont révolutionné l’histoire de l’art.

Continuer la lecture

17 Juin

Ornans : la maison du premier atelier de Gustave Courbet est à vendre

Premier atelier de Gustave Courbet à Ornans

C’est dans un atelier sous les toits au centre de la ville d’Ornans dans le Doubs que Gustave Courbet a peint le célèbre Un enterrement à Ornans et bien d’autres toiles. L’immeuble qui abrite ce premier atelier (fermé au public) vient d’être mis en vente par la propriétaire actuelle.

Continuer la lecture

04 Mai

Restitué à une famille juive spoliée, un tableau du peintre Gustave Courbet est mis aux enchères

baigneuses

Gustave Courbet. Baigneuses dans la forêt, 1862. © Sotheby’s

Depuis le pillage par l’armée soviétique en 1945 de la collection du baron Hatvany, personne ne savait où était Les Baigneuses dans la forêt. Ce tableau de Gustave Courbet va être mis aux enchères par Sotheby’s lors d’une vente qui se déroule jusqu’au 14 mai. L’estimation du prix de cette peinture est entre 149 673 euros et 207 880 euros. Après avoir spoliée deux fois, c’est la première fois que cette oeuvre est de nouveau mise en vente depuis 1908.

Continuer la lecture

27 Avr

Mortalités de poissons sur la Loue : ras-le-bol et incompréhension

Salmonidé mort dans la Loue à Ornans. 2021. Photo de SOS Loue et rivières comtoises

 

Après les mortalités de truites constatées en début d’année, c’est au tour des ombres de subir la mauvaise qualité des eaux de la Loue alors qu’ils sortent de leur période de reproduction Tristesse, abattement, colère… Le moral des amis des rivières franc-comtoises est au plus bas.
Des actions sont entreprises pour sauver les rivières mais elles sont encore insuffisantes pour avoir un réel impact. Le risque est d’avoir investi beaucoup d’énergie et d’argent et qu’il soit finalement trop tard alors que la situation semble encore réversible.

 

Continuer la lecture

19 Avr

Doubs Franco-Suisse : Quand une forêt française devient une réserve naturelle gérée par l’association suisse Pro Natura

Le Doubs Franco-Suisse

 

C’est assez exceptionnel pour être souligné. L’association de défense de l’environnement Pro Natura du Jura vient d’acheter 12 hectares en France en lisière du Doubs pour en faire une réserve naturelle. L’association va louer son droit de pêche associé à ce terrain à l’association de pêcheurs La Franco-Suisse. Pêcheurs et défenseurs de l’environnement peuvent ainsi s’entendre pour préserver un milieu naturel en danger : la rivière Doubs.

Continuer la lecture

08 Avr

Nutri-Karst : mieux comprendre l’impact de l’homme sur les rivières du massif du Jura

Etude Nutri-Karst en 2020 sur le bassin versant du Verneau

Des scientifiques du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) et l’agronome de la chambre d’agriculture 25-90 font des études pendant trois ans pour préciser l’impact des activités humaines sur les cours d’eau en milieu karstique, c’est-à-dire calcaire.

Continuer la lecture

07 Déc

« Enfin, Juliette est rentrée à la maison ! » : le département du Doubs acquiert un tableau de Gustave Courbet

Portrait de Juliette . Gustave Courbet. Département du Doubs.

 

Le département du Doubs vient d’acquérir le « Portrait de Juliette » par Gustave Courbet grâce à une souscription de 155 000 euros lancée par « Les Nouveaux mécènes de Courbet » et une subvention de 55 000 euros versée par la DRAC (Direction Régional des affaires Culturelles) et le FRAM (Fonds régional d’acquisition des musées).

Continuer la lecture

22 Oct

Nouveau plan national pour l’Apron, ce poisson menacé qui aide à sauver les rivières

L’Apron du Rhône. Crédits : Marianne Georget, Conservatoire d’Espaces naturels Rhône Alpes.

L’Apron du Rhône est encore méconnu pour la plupart d’entre nous alors qu’il a tout d’une grande espèce. Menacé de disparition, sa présence dans les cours d’eau du bassin du Rhône permet de faciliter la remise en état de ces milieux naturels souvent malmenés. Sauver l’Apron, c’est aussi sauver les rivières !

Depuis 1998, deux programmes européens puis un plan national ont été mis en place pour le sauver d’une extinction totale. En 2019, l’Apron est passé du statut d’espèce ayant un risque d’extinction « extrêmement élevé » à « très élevé ». Ces premiers résultats sont encourageants d’où le lancement d’un second plan national pour les dix années à venir. Si certains reprochent de dépenser beaucoup d’argent pour le sauver, d’autres le considère comme une aubaine pour les rivières.


Avec Marianne Georget Animatrice du plan national d’actions Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes Mickaël Béjean, Responsable de l’aquarium Muséum d’Histoire Naturelle de Besançon Christophe Lime ,Vice-président de Grand Besançon Metropole en charge de l’Eau et de l’assainissement,  Cyril Thevenet Directeur Epage Haut-Doubs Haute-Loue.  Extrait documentaire CEN Rhône Alpes de S.Garassus etJ.Y.Collet « Apron, l’incroyable aventure d’un poisson sentinelle »
Reportage I.Brunnarius, D.Colle, JL Saintain, P.Gomez

Continuer la lecture

28 Août

Dix ans après les mortalités des truites dans la Loue, la rivière a-t-elle été sauvée ?

 

Dix ans déjà ! Le 19 juin 2010, un drôle de cercueil était porté au son d’une macabre trompette dans les rues d’Ornans. C’était la Loue qu’on enterrait. Quelques mois plus tôt, des cadavres de truites endeuillaient la rivière. Ravagés par la Saprolegnia, les poissons flottaient ventre à l’air sur fond de rivières encrassés. Pourquoi mourraient-ils en si grande quantité alors que, paradoxalement, les services de l’Etat certifiaient que l’eau de la Loue était de « bonne qualité » ?

Cette pollution a enclenché une controverse environnementale. Défenseurs de l’environnement et des rivières pointent du doigt différentes activités économiques dont l’agriculture et le traitement des eaux usées. Les institutions tentent d’apaiser ce conflit larvé en organisant des réunions et en lançant des études. « Les experts mandatés par les représentants des pouvoirs publics concluent au caractère multifactoriel du phénomène et conduisent à une dilution des responsabilités » résume le sociologue Simon Calla dans sa thèse « Des poissons, des hommes et des rivières : sociologie d’un problème de pollution en Franche-Comté » soutenue à l’Université de Franche-Comté en décembre 2019.

 

Aux printemps 2009 et 2010, la forte mortalité des truites et des ombres de la Loue éveilla les consciences des collectivités, des pouvoirs publics et d’une partie des habitants de la vallée de la Loue. Alors que les défenseurs de l’environnement tiraient la sonnette d’alarme depuis plusieurs décennies, la lente détérioration de la qualité des eaux de la Loue était cette fois-ci bien visible. Dix ans après, les mesures prises pour tenter de sauver cette rivière mythique ont-elles été efficaces ? Que reste-t-il à faire ?

Continuer la lecture

RSS