21 Nov

Protection des affleurements rocheux : environnement et agriculture ont trouvé un accord

Affleurements rocheux à Laviron. photo DDT.

C’est assez rare pour être souligné. Dans le Doubs, défenseurs de l’environnement et agriculteurs, sous la houlette des services de l’Etat, sont parvenus à un accord pour préserver une des spécificités du massif jurassien, les affleurements rocheux. Deux ans et demi après la polémique autour de l’usage du casse-cailloux l’heure est au dialogue et au pragmatisme. Désormais, il faut faire une demande préalable à la Direction des Territoires, DDT, avant toute « destruction d’éléments rocheux ». Un premier pas avant la prochaine mise en place  d’arrêtés préfectoraux de protection de ces habitats naturels.

Conférence de presse en préfecture du Doubs .

L’image peut paraître anodine mais, en réalité, elle est forte et symbolise tout le chemin parcouru. Ce jeudi 21 novembre 2019, les représentants des agriculteurs du Doubs, les porte-parole du Collectif pour les paysages du massif jurassien,* le Conservatoire botanique national de Franche-Comté étaient assis autour d’une même table pour « communiquer » ensemble sur cet « outil de paix social », selon l’expression de Gilles Benest de France Nature Environnement 25-90. A leur côté, Joël Mathurin, le préfet du Doubs, Christian Schwartz et Ludovic Paul, les responsables de la DDT qui ont oeuvré à l’émergence de cette « intelligence collective » et Béatrix Loizon, conseillère départementale du Conseil départemental du Doubs.

Continuer la lecture

30 Oct

Le Veau blanc de Gustave Courbet : une donation importante pour le musée Courbet d’Ornans

Le Veau blanc de Gustave Courbet 1873 au musée Courbet d’Ornans.

La collection permanente du musée Courbet d’Ornans s’enrichit d’un nouveau tableau grâce à la donation du Franc-comtois Jean Bettoule . L’histoire de cette toile, Le veau blanc, peinte en 1873, est à l’image de la vie de Gustave Courbet.

Continuer la lecture

16 Juil

Les nouvelles règles de l’AOC comté : « On ne sauvera pas les rivières si on ne sauve pas le comté »

Les prairies, un enjeu pour la biodiversité

Défenseurs des rivières et producteurs de comté regardent dans la même direction mais n’avancent pas au même pas. Le 28 juin dernier, le CIGC le Comité Interprofessionnel de Gestion du Comté, a présenté le futur cahier des charges du Comté. Deux semaines plus tôt, SOS Loue et rivières comtoises proposaient 12 mesures pour produire du comté tout en respectant les rivières.

Continuer la lecture

09 Juil

Les indispensables archives de l’Institut Courbet

En cette année de bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet, un autre anniversaire est célébré : celui de l’Institut de Courbet qui fête ses 80 ans. L’institut Courbet est connu des commissaires priseurs des salles des ventes du monde. Ils font appel à son comité d’experts pour authentifier les oeuvres du maître d’Ornans. Mais l’Institut, c’est aussi un important fonds d’archives. Retour sur l’histoire de cette association.

Continuer la lecture

06 Juin

Confluence Doubs-Loue : rivières et biodiversité font bon ménage

Confluence entre le Doubs et la Loue. Juin 2019.

Le soleil a eu la politesse de ne pas s’excuser. Tout au long de cette matinée à marquer d’une pierre blanche, il a inondé la réserve naturelle nationale de l’Ile du Girard, près de Dole. Elus, membres d’associations ou représentants de collectivités ont aussi répondu présents à l’invitation du syndicat mixte Doubs Loue. Signe de l’importance de cette matinée, Laurent Roy, directeur de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse est venu tout spécialement à cette cérémonie de fin de travaux autour de la confluence du Doubs et de la Loue.

Continuer la lecture

17 Mar

Besançon : Le soundpainting à la sauce Gustave Courbet

Courbet à la sauce soundpainting

« Quand Courbet sort de son cadre » : le titre de ce spectacle de soundpainting est bien trouvé ! L’école de Musique du Plateau de Saône a choisi d’associer l’oeuvre du maître d’Ornans à son projet de soundpainting présenté le dimanche 17 mars au Kursaal de Besançon. Une façon de participer au bicentenaire de la naissance du peintre célébrée tout au long de l’année dans le Doubs.

Continuer la lecture

11 Mar

Pontarlier : Gustave Courbet inspire des artistes contemporains

Gravure, peinture acrylique ou a tempera, technique mixte, photographie et même pointe fine de stylo bille.. L’exposition « Courbet & Pontarlier » est aussi variée qu’intéressante. A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet, le café littéraire de Pontarlier a demandé aux artistes, habitués de ses cimaises, d’exposer des oeuvres inspirées par Courbet.

Continuer la lecture

10 Fév

Sécheresse 2018 : « Et si le Doubs disparaissait ? »

Le Doubs à sec lors de la sécheresse de 2018. Photo P.Froment.

Le titre est un brin provocateur ! Mais, c’est pour la bonne cause. Ce mardi 12 février, deux hydrogéologues de renom sont invités par le Pavillon des Sciences de Montbéliard pour éclairer les lanternes du grand public sur les enjeux hydrologiques à l’aune de la sécheresse de 2018. Jean-Pierre Mettetal et Pascal Reilé participent au Bar des sciences qui aura lieu au bar de l’hôtel Bristol à 20 heures.

Continuer la lecture

26 Nov

Sécheresse 2018 : Faut-il maintenir le niveau de crise en Franche-Comté ?

Les pieds du musée Courbet à Ornans sont au sec !

Le ciel gris et humide nous ferait presque oublier l’état de crise décrété par les préfectures de Franche-Comté. Les rivières de notre région sont encore à un niveau historiquement très bas mais les arrêtés « sécheresse » qui interdisent d’arroser les jardins ou de remplir les piscines perdent de leur sens aux portes de l’hiver. Les services départementaux de l’Etat surveillent toujours de très près le niveau des cours d’eau.

Continuer la lecture

15 Nov

La pierre gravée du Doubs : « Celui qui verra cette date pleurera »

L’histoire a commencé par un coup de fil à la rédaction et elle nous a immédiatement interpellés. Des Francs-Comtois s’apprêtaient à aller graver une date de novembre 2018 sur une pierre. Mais pas n’importe quelle pierre. Elle dort dans un lit aride, celui du Doubs entre Arçon et Ville-du-Pont. En période de grande sécheresse, l’eau se retire pour laisser place à un paysage minéral. Les visiteurs viennent bâtir leurs cairns, incantations pour des jours meilleurs. Les jours pires sont inscrits dans la pierre : 1906. Quatre chiffres pour une litanie : rivières à sec et lac vide.

L’article de Eugène Fournier dans la revue La Nature

L’année 1906 reste dans les mémoires comme la pire sécheresse du siècle dernier. Avec Fabienne Lemoing et Emmanuel Rivallain, nous avons cherché, téléphoné partout pour remonter le fil de l’info. Pêcheurs, élus, riverains avaient entendu parler de cette pierre mais peu l’avait vue. Nous commencions à douter. Est-ce une de ces fake news qui inondent la toile ?

Une autre date a bien été ajoutée tout récemment :  le 10 novembre 2018. Depuis l’eau a repris légèrement ses droits. Emmanuel et Fabienne ont cherché en vain la phrase qui nous avait mis en alerte :

« Celui qui verra cette date pleurera »

Est-elle vraie ou est-ce le début d’une nouvelle légende ? s’interroge Emmanuel. Espérons ne pas revoir à sec cette pierre de sitôt.

Miracle du bouche à oreille, au lendemain de la parution de cet article, ma boîte mail m’apporte une pépite ! David Bourgeois nous livre ses photos. Pas de trace de la phrase poétique, mais un nom de famille répandu dans le Doubs. La légende n’a plus qu’à s’écrire au gré des flots du Doubs.

Isabelle Brunnarius
isabelle.brunnarius(a)francetv.fr

 

Le reportage de mes confrères Emmanuel Rivallain et Fabienne Le Moing monté par Marie Loir :