22 Mai

Open data à Toulouse : mise en ligne de nouvelles données pour les startups et les internautes

A Toulouse, l’open Data passe à la vitesse supérieure. Toulouse Métropole vient de mettre en ligne de nouvelles données publiques.

© Max PPP / Bruno Levesque / IP3 Paris

© Max PPP / Bruno Levesque / IP3 Paris

Depuis le 12 mai, une centaine de jeux de données supplémentaires est accessible à tous, via la plate-forme Data.Toulouse-Métropole. Le site web a également bénéficié d’une nouvelle version plus ergonomique.

Apparu en France en 2010, l’open data consiste pour les collectivités locales et les sociétés partenaires (transports, distributeur d’eau, train,….) à mettre à disposition gratuitement des entreprises et des citoyens, une série de données telles que les horaires de bus, les recensements par quartier, les résultats électoraux, les chantiers en cours, les équipements sportifs,… Des données qui peuvent être exploitées pour créer des applications smartphones ou des cartes interactives. A Toulouse, les exemples ne manquent pas : Toul&Chantiers, Urban-Hist, Coovia,…

Dès 2011, Toulouse Métropole a été pionnière de l’open data en France. Elle avait alors libérer les données de Tisséo. Aujourd’hui, 205 jeux de données sont accessibles. 9 communes de l’agglomération toulousaine jouent le jeu. Dans Objectifs News, Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’économique numérique, espère « que toutes les communes de la métropole libèrent leurs données, et que d’ici 5 ans, environ 300 startups spécialisées dans l’exploitation de ces données soient créées, soit 3 800 emplois. »

Julien Leroy

29 Avr

ICE GéoAlert, une application toulousaine pour alerter ses proches en cas d’urgence

Créée par un toulousain, ICE GéoAlert est une application smartphone dédiée aux situations d’urgences (malaise, disparition, accident, agression,…). Elle permet d’envoyer des alertes géolocalisées à ses proches. Un outil destiné aux sportifs, personnes âgées ou parents inquiets.

© MaxPPP

Entièrement gratuite, l’application ICE GéoAlert regroupe toutes les fonctionnalités permettant de porter secours en cas d’urgence. L’utilisateur enregistre les personnes à contacter en cas de besoin (ses Alertés). « Dès lors, il n’aura plus qu’à « briser la vitre », et appuyer sur le bouton pour envoyer une alerte » explique le toulousain Eric Chanssard, créateur de l’application. Son « alerté recevra immédiatement sa position GPS et le détail de son alerte par notification, alarme sonore, sms, mail » détaille-t-il. 

D’autres applications similaires (Urgences, Secours, Arrêt Cardiaque,…) existent mais ICE GéoAlert développe certaines fonctionnalités. L’utilisateur peut ainsi créer un dossier médical et utiliser un service de tracking. Par exemple, « l’utilisateur saisi une heure d’arrivée avant de partir se promener en montagne » raconte Romain Quédreux, responsable communication du projet. « S’il ne désactive pas son tracking à son retour, l’application envoi alors son parcours à ses proches ». Un bon moyen de le retrouver s’il s’est perdu. 

© ICE Géoalert

© ICE Géoalert

L’idée de cette application est née d’un constat tout simple. « Malgré toutes les technologies dont nous disposons, aucune ne permet d’alerter ou d’être alerté immédiatement par ses proches en cas d’urgence » raconte Eric Chanssard, créateur et directeur de la société toulousaine InfoPolis spécialisée dans les services numériques.

Après des mois de test, l’application mobile est disponible depuis octobre 2014, sur Android et IOS. A ce jour, elle compte 800 utilisateurs. « La plupart sont des personnes âgées, personnes qui pratiquent un sport extérieur et des parents » précise Romain Quédreux. 

>>> Plus d’info sur le site d’ICE GéoAlrt www.icegeoalert.com

Julien Leroy

16 Mar

Checker vos expériences insolites avec l’application toulousaine Chekit

© Chekit

© Chekit


Chekit
est une application toulousaine pour smartphones qui permet de partager nos expériences et nos aventures.
« 
Chaque jour est rempli de réalisation ou d’opportunités, de moments marquants ou funs, de petites ou grandes aventures » explique les 3 étudiants fondateurs, Olivier Tchoulfian, Matthias Amrani et Sylvain Ducuing. « Chaque jour est rempli de checks » conclu le trio. L’application est simple et gratuite. Il suffit de poster une photo accompagnée d’un texte descriptif avant de le partager à ses amis via les réseaux sociaux. 

« L’idée nous est venue en discutant de nos voyages ERASMUS » nous confie l’équipe. « Nous avons réalisé que nous avions vécu plein de nouvelles expériences et d’aventures et aucune appli n’était dédiée à ces moments (..). Nous avons donc décidé de créer notre propre application ». C’est ainsi que Chekit  est sortie le 20 janvier, avec l’aide de Julien Lacroix pour la partie technique. L’application a également reçu le soutien de l’accélérateur de start-ups Le Camping à Labège.

Chekit est actuellement disponible sur AppleStore mais des versions sous Android et iOs sont à l’étude.

Julien Leroy

12 Mar

L’application Moovit débarque à Toulouse

Moovit vous informe, en temps réel, sur le trafic des transports en commun de votre ville. L’application pour smartphone couvre 500 villes dans le monde dont Toulouse depuis ce jeudi 12 mars. 

© Moovit

© Moovit

Le but de Moovit est de faciliter l’usage des transports en commun en signalant les retards, les incidents, le métro bondé ou encore le bus bloqué. L’application gratuite est disponible sur iPhone, Android et Windows Phone. 

Elle fonctionne en combinant les données officielles des sociétés de transports en commun locales (Tisséo pour Toulouse) et les données en temps réel fournies par une communauté d’utilisateurs. A Toulouse, 10 000 usagers testent Moovit depuis des mois pour planifier leurs déplacements en transport en commun. « Cette communauté a contribué à optimiser l’application pour Toulouse » précise Pierre Valentin, directeur de Moovit France.

L’application est officiellement lancée ce 12 mars dans la ville rose. Les utilisateurs peuvent ainsi retrouver les données en temps réel des 83 lignes de bus, des 2 lignes de métro et d’une ligne de tram, sur 88 communes de l’agglomération toulousaine.

Moovit est née en Israël en 2011. Rachetée par Google en juin 2013, l’application est disponible en France depuis 2 ans. Elle est utilisée quotidiennement à Angers, Bordeaux, Blois, Marseille, Nancy, Paris, Rennes, Strasbourg et Nantes.

>>> Infos & téléchargement de l’application : moovitapp.com/francais/

Julien Leroy

09 Mar

Compter les touristes de Midi-Pyrénées grâce à leur téléphone portable

Le Comité régional du tourisme (CRT) en Midi-Pyrénées s’associe avec Orange pour comptabiliser les touristes grâce à leur…téléphone portable. Une nouvelle méthode de statistique pour évaluer exactement la fréquentation touristique.

© Xavier Harismendy

© Xavier Harismendy

Le CRT de Midi-Pyrénées veut ainsi capter le signal de votre téléphone portable pour estimer la fréquentation d’un site touristique et cartographier les déplacements des touristes. « Les données sont anonymes grâce à des algorithmes conformes aux recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) » précise Dominique Thillet, responsable des statistiques au CRT

Cette nouvelle méthodologie via le téléphone est en vogue depuis plusieurs mois. Les applications se multiplient dans les commerces, villes, festivals, manifestations. D’ailleurs, la start-up toulousaine TrenCube est l’une des pionnières dans ce domaine. Il existe également la société WebGeoService lancé par SFR. 

Le Comité régional du tourisme de Midi-Pyrénées a choisi l’opérateur Orange et son service « Flux Vision ». Il fournit « des indicateurs inédits dans les domaines comme la circulation ou les loisirs » indique l’opérateur. Le service a déjà été testé à Marseille et par le CRT de Côte d’Azur.

Lancée ce 1er mars dans les 8 départements de Midi-Pyrénées, l’étude devrait donner ses premiers résultats d’ici juin 2015. En attendant, l’ancienne méthodologie « fiable »  estime que 15 millions de touristes ont visité Midi-Pyrénées durant l’année 2014. 

 Julien Leroy

04 Mar

Casque de réalité virtuelle : le seul fabricant français de Carboard est à Toulouse

Le premier casque Carboard 100 % français est conçu à Portet-sur-garonne, près de Toulouse. Son nom : Carboard-Kit. Une initiative commerciale lancée par deux toulousains passionnés de high-tech.

© Cardboard-kit

© Cardboard-kit

Le Cardboard de Google est un kit en carton qui transforme, en quelques minutes, votre smartphone en casque de réalité virtuelle. Un outil d’immersion 3D à pas prix et fonctionnant sur Android ou iOS.

Lancée en 2014 par le géant américain, les plans de conception du Cardboard sont en open-source. C’est ainsi que deux toulousains, Rémi Sandevoir et Sylvère Maréchal, ont commencé à créer leur propre modèle baptisé Carboard-Kit.

Cette version locale est aussi un produit made in France. Un souhait des concepteurs. Le carton est coupé en Moselle, les composants sont fabriqué en France et le tout est assemblé dans les locaux de la start-up basée à Portet-sur-Garonne. Les deux entrepreneurs proposent leur casque à la vente depuis novembre 2014 via leur site internet. Le succès a été immédiatement au rendez-vous. Plus de 1200 exemplaires vendus en l’espace de 4 mois.

Julien Leroy

03 Mar

Talk Different, une application de langage universel créée par une toulousaine

La toulousaine Marie Siptz a conçu « Talk Different », une application de langage universel à partir de pictogrammes représentants la vie quotidienne. Un outil destiné aux handicapés, aux malades mais aussi aux voyageurs en visite dans un pays étranger.

 © Talk Different

© Talk Different

Communiquer avec des images

Marie Siptz a d’abord imaginé l‘application pour sa fille autiste. « Etant moi-même maman d’une enfant en situation de handicap et ayant utilisés divers outils de communication, j’ai constaté quelques lacunes dans les langages alternatifs existants. J’ai souhaité concevoir une application qui permette de communiquer efficacement et facilement » affirme-t-elle. C’est ainsi qu’est né Talk Different.

L’outil ludique contient une base de 700 images représentant la vie quotidienne (nourriture, sentiments, loisirs,…). L’utilisateur peut en sélectionner plusieurs pour réaliser une phrase. Et si la situation n’est pas dans la base, il est possible de dessiner son propre pictogramme ou de prendre une photo. Enfin, Talk Different offre la possibilité de communiquer par e-mail ou par SMS. 

Un outil pour les handicapés, les voyageurs et le personnel hospitalier :

Talk Different « s’adresse aussi bien aux personnes du monde ordinaire qu’aux personnes handicapées » précise Marie Siptz. L’application est indispensable aux personnes handicapées mais devient également « un soutien précieux pour les voyages à l’étranger ». D’autant plus que l’application est traduite en 8 langues différentes (Italien, anglais, chinois, espagnol, allemand,…)

Sa fondatrice, qui vient de créer sa start-up à Saint-Alban (Haute-Garonne), veut aujourd’hui étendre l’appli au monde médical. Depuis plusieurs mois, elle travaille avec des professionnels de santé pour améliorer la communication avec les patients en situation d’handicap ou ne parlant pas français.

 

Disponible sur smartphone et tablette

Talk Different est disponible sur Apple Store et sur Androïd pour 0,99 euros. Une modeste somme pour une application innovante. Marie Spitz souhaitait surtout la rendre accessible au plus grand nombre. Une version pour tablette est également téléchargeable pour 4,99 euros. 

>> En savoir plus : www.talkdifferent.com

Julien Leroy

02 Mar

Les starts-up de Midi-Pyrénées présentes au Salon mondial du mobile de Barcelone 2015

Le salon mondial dédié aux technologies du Mobile (Mobile World Congress – FIRA) s’ouvre aujourd’hui à Barcelone (du 2 au 5 mars 2015). Une délégation de Midi-Pyrénées y participe. Au total, une vingtaine d’entreprises régionales seront présentes durant les 3 jours.

© shifter.pt

© shifter.pt

Parmi elles, la start-up toulousaine Gaiddon Software. Fondée en 2010, elle est spécialisée dans l’image numérique 3D. Elle a notamment réalisé des scènes pour le célèbre simulateur de vol Microsoft Flight Simulator X. A Barcelone, Gaiddon Software présentera, en avant-première, sa nouvelle application destinée au secteur immobilier : réaliser des maquettes numériques 3D interactives pour promouvoir un projet immobilier. 

Copsonic, basée à Montauban, sera également présente. Cette société transforme n’importe quel téléphone portable en porte monnaie électronique sans recourir au réseau mobile. L’innovation fonctionne grâce aux ultrasons entre les haut-parleurs de deux téléphones. La technologie intéresse beaucoup d’entreprises et institutions à travers le monde dont l’ONU ou la Fondation Bill & Melinda Gates. 

Le toulousain Inersence tient aussi un stand pour présenter ses applications d’essayage virtuel de meubles. A ces cotés, Axible Technologies de Labège, sera là pour développer ses goodies connectés : « les cloudies« . 

Quant à Pole Star, les organisateurs font appel de nouveau au toulousain pour être le fournisseur officiel de la géolocalisation du salon. Des centaines de capteurs seront installés un peu partout dans le parc des expositions de Barcelone.

Le ruthénois Pierre Fugit fera le déplacement pour la première fois pour y présenter son invention créatrice de lien social : Saumo (FMC Group). Une application pour smartphone qui permet de rentrer en contact avec les personnes à proximité. Nous en avions parlé sur ce blog il y a quelques semaines. 

Les autres entreprises midi-pyrénéennes :  Sigfox (et son réseau révolutionnaire pour les objets connectés), ForsKAlsett (spécialisée dans la ville numérique), IKCom (analyse de comportements sur les réseaux sociaux), LivingObjects, M-Target, Planet Network International, Innotech, NavocapOuroboros, Spikenet Technology, Snow Engineering et Wooekan.

Julien Leroy

17 Fév

Deux applications pour éviter les chantiers et travaux sur Toulouse

A Toulouse, un nombre incalculable de chantiers ou travaux de voirie fleurisse quotidiennement. Comment éviter la rue barrée ? surtout à l’heure de pointe. Pour sauver l’automobiliste excédé, 2 applications toulousaines (pour smartphones & PC) existent : « InfoTravaux » et « Toul&chantiers« .

© Max PPP Les travaux du tram Garonne, à Toulouse

© Max PPP Les travaux du tram Garonne, à Toulouse

Toul&chantiers, le plus expérimenté….

Né en avril 2014, Toul&chantiers est le premier à réaliser une carte interactive des chantiers de Toulouse et son agglomération. Une idée lancée par Caroline Boulanger à partir des données publiques de Toulouse Métropôle et des informations transmisses par les internautes.

Chaque zone est signalée par un plot de chantier accompagné d’une barre de couleur évaluant l’impact sur la circulation. L’application vous informe aussi de la nature et de la durée du chantier. C’est simple d’utilisation et consultable depuis un smartphone.

>> Carte interactive « Toul&chantiers » : www.toul-et-chantiers.fr/

© Toul&Chantier

© Toul&Chantier

InfoTravaux, le petit nouveau primé

InfoTravaux offre quasiment les mêmes fonctionnalités que son « concurrent ». Néanmoins, il propose des informations supplémentaires. Par exemple, il est possible de filtrer la recherche en fonction de son mode de transport (voiture, vélo, piéton). Créée par Benjamin Vadant, ERDF et Alain Roan, l’application reste encore méconnue car son développement est à finaliser. En attendant, la version beta est parfaitement fiable et fonctionnelle. D’ailleurs, InfoTravaux vient d’être distingué au Défi Numérique 2014 de Toulouse. 

>> Carte interactive « InfoTravaux » www.infotravaux.fr

© InfoTravaux

© InfoTravaux

 

Julien Leroy

28 Jan

L’application toulousaine SAUMO, créatrice de lien social

Inventée par deux Aveyronnais basés à Toulouse, Saumo est une nouvelle application smartphone pour rentrer en contact avec les personnes à proximité.

© Saumo

© Saumo


« Aujourd’hui, il est très facile de discuter avec des personnes qui se trouvent à l’autre bout du monde (..) mais nous n’avons pas la possibilité de prendre contact avec les personnes qui font partie de notre quotidien (métro, rue, bus, bar,amphi,…) » explique Pierre Fugit, co-fondateur de Saumo.

Entièrement gratuite, l’application permet de visualiser les personnes qui sont dans son périmètre social (jusqu’à 100 mètres) afin de créer des liens avec elles. « Il n’y a pas de profil (simplement une photo), pas d’historique (conversations basées sur un système de messagerie éphémère), et tu es maître de ta visibilité (Choisis qui tu veux voir et qui peut te voir) » détaille Pierre Fugit. 

Si d’autres applications similaires existent déjà, Saumo se démarque par la temporalité de ses échanges. « Notre leitmotiv : Vivre l’instant présent ! » explique-t-il.

A mi-chemin entre un réseau social et un service de rencontre, l’application aveyronnaise veut être « un outil créateur de lien social«  précise son fondateur. « Il permet de passer la première barrière de timidité pour créer un lien et se parler en face à face » poursuit-il. 

Lancé il y a 2 mois, Saumo a été conçu par Pierre Fugit (diplômé ESC Dijon en management et marketing stratégique) et Diego Cerda (diplômé de l’IEP Toulouse et d’un master en philosophie). Les deux aveyronnais ont crée leur start-up FMC Group à Rodez afin de développer leur projet. Pour le moment, l’application reste méconnue mais le succès commence à venir. Saumo vient de dépasser la barre des 4000 téléchargements.

>>> Téléchargement et infos sur : www.saumo.fr/

Julien Leroy