12 Déc

Equitation : des Toulousains inventent Equisure, un capteur connecté pour détecter la chute du cavalier

Deux Toulousains inventent le premier système d’alerte connecté pour les cavaliers. Il permet de prévenir les secours en cas de chute. Plus de 6000 accidents ont lieu chaque année en France.

© France 3 Midi-Pyrénées

© France 3 Midi-Pyrénées

Avec 644.000 licenciés (dont 60.000 en Occitanie), l’équitation est le troisième sport le plus pratiqué en France après le football et le tennis. C’est également l’une des activités les plus dangereuses. Près de 6000 accidents de toute nature sont enregistrés chaque année.

C’est ainsi que la start-up IMInnov, basée dans l’Aude, vient d’inventer le premier système d’alerte connecté pour les cavaliers.

Baptisé « Equisure », cet objet connecté se compose de deux capteurs. L’un se pose sur le harnais du cheval. Le second sur la bombe du cavalier. Le tout fonctionne avec son smartphone via le Bluetooth.

Une alerte est envoyée dès qu’un incident se produit. Les proches et les secours sont alors prévenus et peuvent intervenir rapidement. Equisure veille également sur l’animal en permettant de le retrouver au plus vite s’il prend la fuite après une chute

Une innovation toulousaine

Cette innovation est née dans la tête d’un couple de toulousains, Christophe Le Camus et sa femme Catherine. Le premier a travaillé dans l’informatique. La seconde a côtoyé la filière équine.

Après des mois de test dans des clubs hippiques de la région toulousaine, le duo s’apprête à lancer la commercialisation d’Equisure d’ici juin 2018. Comptez environ 299 euros.

En attendant, la jeune pousse ira présenter son système au CES de Las Vegas en janvier 2018.

>> Découvrez en image cet objet connecté avec le reportage de Denis Tanchereau et Jack Levé – France 3 Midi-Pyrénées – Décembre 2017 :


Equitation : des Toulousains inventent « Equisure », un capteur connecté pour détecter la chute du cavalier

Julien Leroy

05 Déc

Occitanie : Que devient l’application « Sportihome », le Airbnb des sportifs ?

Née à Montpellier, que devient l’application Sportihome, le « Airbnb des sportifs » ? Un après son lancement, la plateforme séduit de plus en plus les passionnés de sports d’aventure.

© Sportihome

© Sportihome

Startupeurs, youtubeurs, web-série,… ils ont fait le buzz au moment de leur lancement. Mais que deviennent-ils quelques mois ou années après ? Sont-ils parvenus à transformer l’essai ? Votre blog #ToutCeQuiBuzz vous donne de leurs nouvelles.

Une application unique en France

Sportihome s’adresse à tous les passionnés de sport extrêmes : kitesurf, VTT, surf, randonnée, escalade, parapente,…

Créée à Montpellier, l’application est à la fois un « Google Maps » des meilleurs spots de sports d’aventure et un « airbnb » des voyageurs sportifs.

Sa première fonctionnalité est de « proposer un guide de spots renseignés et évalués par la communauté sportive » explique Sylvain Morel, l’un des deux fondateurs de Sportihome. A ce jour, plus de 900 spots sont recensés sur l’appli.

Mais l’innovation provient surtout de la deuxième fonctionnalité. Pour chaque spot, l’application propose des hébergement chez un particulier qui partage la même passion. Bref, un « airbnb » pour les voyageurs sportifs. Votre hôte peut d’ailleurs venir avec vous et partager le plaisir sportif.

Essai transformé !

Lancée en janvier 2017, Sportihome séduit. « A ce jour, nous comptons 11 644 membres, 1 431 logements et 907 spots » énumère Sylvain Morel. 

Un succès qui a permis à la start-up de recruter « 2 développeurs web en CDI, un en janvier, un autre en juin« . 4 nouveaux postes sont également prévus pour 2018.

La jeune pousse montpelliéraine prépare également une levée de fonds.

En attendant, l’application proposera d’ici quelques jours, un service de paiement en ligne afin de faciliter les hébergements. Sportihome vient aussi de signer un partenariat avec la fédération française de vol libre (FFVL) et ses 33.000 licenciés. De quoi prendre (encore) de la hauteur. 

 

Julien Leroy

03 Déc

Visite (en image) du salon TGS de Toulouse, le rendez-vous de la culture Geek en Occitanie

Les passionnés de jeux vidéo, manga et comics ont tous rendez-vous ce week-end, pour le salon du TGS de Toulouse. Depuis 11 ans, le « Toulouse Game Show » est la plus grande convention geek du sud Ouest.

Déguisés ou simplement curieux, ils sont des milliers à venir voir les stars internationales de la culture geek, les (nombreux) stands, les conférences et la finale de la coupe de France de cosplay.

Petite visite illustrée pour vous mettre dans l’ambiance.

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 - Crédit : Julien Leroy

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

 

01 Déc

Culture geek : le salon TGS de Toulouse ouvre ce week-end

La 11e édition du salon TGS (Toulouse Game Show) se déroule ce samedi 2 et dimanche 3 décembre 2017 au parc des expositions de Toulouse. Il s’agit de la plus grande convention d’Occitanie autour de la culture geek. 56.000 visiteurs sont attendus.

© XAVIER DE FENOYL / MaxPPP

© XAVIER DE FENOYL / MaxPPP

Les passionnés de jeux vidéo, manga, comics et science-Fiction de la région Occitanie, ont tous rendez-vous les 2 et 3 décembre, pour le salon TGS de Toulouse. 

Depuis 11 ans, le Toulouse Game Show est plus grande convention geek du sud Ouest. 56.000 visiteurs sont venus lors de l’édition 2016. 

Au-de-là des stands, de nombreuses personnalités sont présentes.

Cette année, les organisateurs invitent Peter Weller (Robocop, Star Trek), James Marsters (Buffy contre les Vampires), Frankie Muniz (Malcolm), Adam Brown (Le Hobbit, Pirates des Caraïbes) ainsi que Jerome StJohn Blake (Star Wars, Le Cinquième Elément).

Des stars du jeux vidéo attendent également les visiteurs, tels que Paul Cuisset (Flashback, Les Voyageur du Temps, Opération Stealth) et Jordan Mechner (Prince of Persia)

25 youtubeurs seront également de la partie : L’équipe du Joueur du Grenier, E-penser, Bob Lennon, Newtiteuf, Farod,…

Les comics seront aussi à l’honneur avec plusieurs artistes dont le toulousain Paul Renaud qui travaille pour les studios Marvel.

La première coupe de France de Cosplay

Le Toulouse Game Show accueillera pour la première fois, la finale de la coupe de France de cosplay.

Les cosplayers sont des personnes qui créent un costume de personnage de cinéma, anime ou jeux vidéo et proposent une prestation de quelques minutes sur scène.

« Après un an de sélection dans une vingtaine de festivals à travers toute la France, les finalistes de chaque festival se retrouveront sur la grande scène du TGS afin de se départager » précisent les organisateurs.

La finale aura lieu le dimanche 3 décembre.

>> Le reste du programme et les infos pratiques : www.toulouse-game-show.fr

Julien Leroy

30 Nov

La start-up toulousaine Liberty Rider lève 1,6 million d’euros (pour son application qui sauve les motards)

La start-up toulousaine Liberty Rider a annoncé ce mercredi 29 novembre, une levée de fonds de 1,6 million d’euros. Une tour de table qui permettra de développer son application capable de détecter un accident à moto et de prévenir les secours.

© Liberty Rider

© Liberty Rider

Les Toulousains de l’application mobile Liberty Rider, viennent de boucler une levée de fonds de 1,6 million. 

Après des semaines de tractations, l’annonce a été officialisée ce mercredi 29 novembre. Un tour table auprès de la Matmut, Inter Mutuelles Assistance, Macif, Mutuelle des Motards et Racer.

Grâce à cette somme, la start-up toulousaine veut renforcer son équipe avec une dizaine de recrutement et poursuivre la croissance de son application.

« Internationalisation, développement et enrichissement de l’offre avec des fonctions à vocations communautaires : voilà les grands projets Liberty Rider pour l’année à venir » précisent les 4 concepteurs. 

Application moto unique en France

Liberty Ryder est une application pour smartphone, capable « de détecter les accidents à moto afin de pouvoir alerter les secours au plus vite quand le motard accidenté n’est pas en mesure de le faire » résume Emmanuel Petit à l’origine de l’idée. Nous en avions parlé lors de son lancement en juillet 2016

Unique en France, l’innovation toulousaine a séduit la communauté des motards et les organisations de la sécurité routièreEn 18 mois, elle compte plus de 160.000 utilisateurs. « Avec plus de 20 millions de kilomètres parcourus par les utilisateurs, Liberty Rider est l’application moto numéro 1 en France » souligne l’équipe.

Passionné de moto, Emmanuel Petit a eu l’idée de Liberty Rider en empruntant certaines routes de campagne et pour rassurer ses parents. Il lance alors sa start-up avec l’aide de 3 associés, Julien Le, Jérémie Fourmann et Martin D’Allens. La jeune pousse est hébergée chez AT Home à Toulouse.

Julien Leroy

Ô Toulouse, l’application pour sortir, manger et faire son shopping dans la ville rose

Une adresse de restaurant ? Une idée de sortie ? Une boutique ? La nouvelle application pour mobile, Ô Toulouse, est une vitrine numérique des commerces et des lieux cultuels de la ville rose. Un projet initié par la mairie pour développer l’attractivité du centre ville.

© Talir© Talir

La mairie de Toulouse lance une nouvelle application mobile. Après « Qui Dit miam ! » sur les menus de la cantine scolaire et « Allo Toulouse » sur la propreté, voici « Ô Toulouse » !

Ô Toulouse est une vitrine numérique regroupant les commerces, les restaurants et les sorties de la ville rose.

« Les utilisateurs toulousains peuvent à présent découvrir facilement  les nouveaux lieux, se connecter à ceux-ci pour recevoir leurs notifications, ou simplement parcourir le fil d’actualité de la ville pour rechercher événements, bons plans, et autres informations utiles pour vivre la ville rose » explique Davide Mini chargé de la conception de la plateforme.

D’autres services sont également inclus, tels que le vélô Toulouse, le wi-fi, les parkings ou les toilettes publiques. 

Il existe des guides similaires mais l’offre d’Ô Toulouse apparaît plus complète et interactive. « Les commerces et lieux culturels peuvent communiquer directement avec leur audience sur le fil d’actualité de la ville, une manière démocratisée de donner un coup de pouce à l’économie locale » précisent les concepteurs.

Plus de 800 lieux et 2000 bons plans sont ainsi validés et répertoriés. L’objectif est de doper « l’attractivité du centre ville » précise la mairie.

Développée par la start-up toulousaine Talir, spécialiste du smart-City

L’application a été conçue par la start-up toulousaine Talir instalée dans les locaux de la Mêlée numérique. Fondée en août 2017 par Davide Mini et Morgan Loyer, la jeune pousse est un spécialiste de la smart-City. Pour les collectivités locales, elle édite des plateformes de partage d’information entre les acteurs locaux, institutions et habitants.

D’ailleurs, d’autres villes d’Occitanie devraient suivre l’exemple de la capitale.

>>> Disponible sur iPhone & Androïde, Ô Toulouse est disponible sur : www.o-toulouse.fr

Julien Leroy

29 Nov

Cuisine Ta mère !, le « Marmiton de l’étudiant » né à Toulouse

Né à Toulouse, « Cuisine Ta mère ! » est le premier portail culinaire à destination des… étudiants.

© cuisine Ta Mere

© cuisine Ta Mere

Manger mieux en dépensant moins. C’est le créneau de « Cuisine Ta Mère ! », un portail toulousain destiné aux étudiants.

Une véritable mission car 80 % des étudiants avouent consacrer moins de 50 € par semaine, à leur courses. Plus préoccupant, 10% d’entre eux confient ne pas manger suffisamment.

C’est pourquoi depuis 2015, « Cuisine Ta mère » propose des recettes de cuisine, des astuces pour réaliser ses courses ou des bons plans pour s’alimenter au moindre coût.

Le site offre également des tutoriels vidéo où l’on apprend à cuisiner des plats faciles et originaux, comme une gaufre salée de pommes de terre, un tiramisu végétal ou un petit chou au saumon.

Ce « Marmiton de l’étudiant » compte aujourd’hui plus de 110.000 visites chaque mois, près de 1000 recettes et 17 millions de vues sur YouTube.

Et si l’étudiant se sent l’âme d’un Michel Sarran, il peut partager ses recettes et rejoindre la communauté des « cuisineurs ».

>>> Plus d’info sur http://www.cuisinetamere.fr/

Ou en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – novembre 2017  :


Tout Ce Qui Buzz – Cuisine ta mère

Julien Leroy

28 Nov

Une parodie musicale sur le métro toulousain fait le buzz

Un chanteur toulousain se moque, avec humour, de Tisséo et du métro de la ville rose. Une parodie musicale sur les paroles de la chanson « Santiano » de Hugues Aufray. La vidéo cartonne sur le web.

« Voici un petit délire que j’ai toujours rêvé de faire sur la chanson « Santiano » de Hugues Aufray mais au lieu de chanter « Hissez ho ! Santiano ! » on dirait « Tisséo ! ». C’est ainsi que Yann The Kameleon a décidé de s’amuser, dans une vidéo déjantée, sur les transports en commun de Toulouse.

« Je tiens juste à préciser que la chanson est pas faite pour attaquer Tisséo, mais à juste vocation de divertir » précise son auteur.

Si le clip n’est pas d’une grande qualité visuelle, les paroles trouvent écho auprès des voyageurs de Tisséo. D’ailleurs, la parodie commence à cartonner sur le web. Postée sur YouTube ce 17 novembre, elle totalise plus de 7000 vues. L’artiste propose également un live ce samedi 2 décembre devant le métro de Jean Jaurès.

Yann The Kameleon est un compositeur et interprète toulousain de 21 ans. En 2017, il a sorti son premier album « A.L.!.V.E« .

 

Julien Leroy

26 Nov

A Toulouse, le Lab’Oïkos boucle une levée de fonds de 1,7 millions d’euros

L'Equipe du Lab'Oïkos de Toulouse // © Lab'Oïkos

L’Equipe du Lab’Oïkos de Toulouse // © Lab’Oïkos

A Toulouse, le site de coworking « Lab’Oïkos » dédié aux innovations et aux start-up de l’économie positive, vient de boucler une levée de fonds de 1,7 millions d’euros.

Un tour de table obtenu auprès des banques. 1 million d’euros a été apporté par le Crédit Agricole et 700.000 par la Société Générale. Le tout avec le soutien de la Bpi (Banque publique d’investissement) qui garantie partiellement l’emprunt.

Ce soutien financier va permettre de boucler le développement de Lab’Oïkos. Ouvert depuis juillet 2016, cet espace de coworking se situe dans le quartier de Saint-Aubin à Toulouse.

Il est dédié aux entrepreneurs spécialisés dans les domaines de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et de l’économie positive. Des entreprises qui pensent à l’optimisation de leurs pratiques sociales, environnementales et sociétales pour minimiser l’impact de leurs activités sur les ressources naturelles et humaines.

Lab’Oïkos a ainsi lancé, fin 2016, son accélérateur de start-up responsables : « Momentum ». Et depuis septembre 2017, l’espace créée par Rémi Demersseman, veut s’ouvrir aux jeunes pousses de la News’Tech qui innove dans le milieu de la presse et des médias. 

Julien Leroy 

25 Nov

L’Occitanie présente ses instruments de musique du futur au Next Music Festival

Le premier festival des instruments de musique du futur, imaginés et conçus en France, se déroule ce samedi 25 novembre à Issy-les-Moulineaux (92).

Le violon toulousain imprimé en 3D / ©3Dvarius

Le violon toulousain imprimé en 3D /
©3Dvarius

Le « Next Music Festival » présente dès 14h30, une douzaine d’innovations musicales dont 4 sont issues d’Occitanie. Ces instruments du futur offriront, dans la soirée, un concert insolite en attendant de conquérir les professionnels.

Les visiteurs peuvent ainsi découvrir le premier violon imprimé en…3D par les Toulousains de « 3D Varius ».

Puis tester le gant musical de Montpellier : Specktr. Cette innovation permet de créer et de mixer votre musique sans jamais toucher un seul bouton de la platine.

Basés à Alés, les Gardois de Joga d’Oc sont également là pour présenter leur tambourin permettant de joueur simultanément de la basse et des percutions.

Enfin, la jeune pousse Metal Sounds basée à Verfeil, en Haute-Garonne, fera la démo de ses percussions mélodiques et acoustiques en métal.

Julien Leroy