20 Nov

Numérique : Après Toulouse, JobsTIC Day se déroulera (pour la première fois) à Carcassonne

JobsTIC Day se déroulera pour la première fois à Carcassonne, le 30 novembre prochain. Ce rendez-vous de l’emploi et des opportunités dans le secteur du numérique s’adresse aux recruteurs, aux candidats, aux étudiants et aux entrepreneurs.

© Mêlée numérique

© Mêlée numérique

Le JobsTIC Day, organisé chaque année à Toulouse depuis 9 ans, se déclinera à Carcassonne ce jeudi 30 novembre.

Organisé par l’Association La Mêlée avec le partenariat de Carcassonne Agglo, ce rendez-vous invite « recruteurs, candidats, écoles, formateurs, étudiants, start-ups, PME, grands groupes ou encore indépendants à échanger autour de l’emploi et ses évolutions apportées par le numérique » précise le communiqué de presse.

La journée sera rythmée par différentes animations, échanges et rencontres avec des professionnelles.

Rendez-vous à partir de 14h30 au sein du nouvel espace de coworking le 302 dans la cité audoise.

>> Plus d’info sur le site web de l’événement

17 Nov

Le nouvel accélérateur toulousain « Numa » sélectionne 6 start-up locales

L’un des premiers accélérateurs de start-up français débarque à Toulouse. Après Paris, New-York, Moscou ou Montpellier, Numa s’implante dans la ville rose avec 6 pépites locales. L’inauguration officielle a eu lieu ce mercredi 15 novembre.

© NUMA Toulouse

© NUMA Toulouse

Depuis la rentrée de septembre, Toulouse compte un nouveau accélérateur de start-up : Numa.

Numa est l’un premiers programmes d’accélération de jeunes pousses françaises. Née en 2011 à Paris, la structure a accompagné 120 start-up et s’est implanté dans sept villes à l’étranger : New York, Berlin, Casablanca, Moscou, Barcelone, Mexico et Bangalore.

Aujourd’hui, place à Toulouse et à son écosystème numérique dynamique. « Fort du succès de son programme NUMA Montpellier (ex-Sprint) lancé en 2016, NUMA a choisi de déployer sa deuxième implantation régionale en Occitanie » complète Arnaud Laurent, co-fondateur de NUMA Toulouse.

Financé et géré par des entrepreneurs locaux

Numa est un programme d’accélération de startups créé, financé et dirigé par des… entrepreneurs locaux.

C’est l’une des particularités de la structure. A Toulouse, « Nous disposons d’une dizaine d’associés fondateurs de haut niveau ancrés sur le territoire comme Julien Boué et Marc Duverger (BricoPrivé) ou encore Gilles Moncaubeig (Teads) » explique Cédric Mallet, managing director de l’antenne toulousaine.

Choisie parmi des entreprises « déjà lancées sur leur marché », la start-up bénéficie de conseils pour mettre en oeuvre et financer des campagnes d’acquisition, faire du business développement ou structurer une campagne de communication. 

Numa, c’est également un réseau de contact grâce auc associés entrepreneurs et au maillage international. « C’est l’une de leur force » confirme Joël Alaux, co-fondateur de Staffman, l’une des 6 sociétés hébergées.

Par ailleurs, l’accélérateur est « aligné avec les intérêts de l’entreprise (..) en prenant une partie au capital » detaille Arnaud Laurent. « On monte avec eux ou on meurre avec eux« 

6 start-up hébergées

6 start-up ont été sélectionnées par Numa Toulouse. Elles sont tous hébéergés dans les locaux situés au 1er étage de la Mélée Numérique.

  • Craftine : Société de mercerie créative créée à Auch
  • Staffman : plateforme pour trouver des ingénieurs informatiques dans des délais très courts
  • Emprunte mon toutou : pour les maîtres chiens et ceux qui aimeraient profiter de la compagnie d’un chien le temps d’un moment.
  • Let’s Go : Une solution clé en main dédiée aux e-commerçants pour optimiser leur stock
  • Rugbynistère : le célébre site d’informatiuon sur le rugby professionnel et amateur
  • Citizen Farm : veut révolutionner l’agriculture en utilisant la technique de l’aquaponie

A terme, Numa « ambitionne d’accélérer 50 startups d’ici 2020 » espère Cédric Mallet

Julien Leroy

08 Nov

Toulouse ne sera pas la prochaine capitale européenne de l’innovation (mais retentera sa chance)

© Dominique Viet / Toulouse Métropole

© Dominique Viet / Toulouse Métropole

Toulouse ne sera pas la prochaine capitale européenne de l’innovation.

La Commission européenne a préféré désigner Paris, ce mardi 7 novembre lors du Som­met du Web de Lis­bonne. Tal­linn (Es­to­nie) et Tel-Aviv (Israël) ar­rivent respectivement en 2e et 3e place.

Pré-sélectionnée en juin dernier parmi 33 villes européennes, Toulouse faisait parti des 10 finalistes avec Berlin, Copenhague ou encore Nice.

« C’était une première » réagit Bertrand Serp, adjoint à la mairie de Toulouse en charge de l’innovation et du numérique. « Nous avons manqué de préparation. Nous recommencerons l’année prochaine avec la volonté de gagner ! » assure-t-il.

Julien Leroy

12 Oct

Pourquoi pitcher à la conférence d’EmTech France de Toulouse ?

Ce mercredi 11 octobre à Toulouse, 10 start-up ont présenté leur projet devant le public du EmTech France. Organisé par les experts du MIT Technology Review, cette conférence est le plus grand rendez-vous européen sur les technologies du futur. Mais qu’apporte un tel rendez-vous au développement d’une jeune pousse innovante ?

© EmTech France - Toulouse 2016

© EmTech France – Toulouse 2016

Toulouse accueillait ce 10 et 11 octobre, la 3e édition de la conférence EmTech France.

Il s’agit de la plus grande conférence européenne sur les technologies du futur et l’une des plus importantes dans le monde. Elle est organisée par le magazine MIT Technology Review, la référence mondiale dans le domaine.

Chaque année, les experts du MIT sélectionnent 10 start-up qui sont mises à l’honneur durant l’événement.

« Des startups agréées French Tech ainsi que des nouvelles pépites récemment découvertes qui travaillent dans les domaines de la biomédecine, l’intelligence artificielle ou les nouvelles formes de transports » précise l’équipe organisatrice.

En plus d’une série de conférences, keynotes et activités de networking, les lauréats ont également l’occasion de pitcher leur projet devant le public composé d’investisseurs et de spécialistes.

Mais qu’apporte réellement Emtech à ces start-up innovantes ?

L’honneur d’être sélectionné

« C’est un grand honneur d’être sélectionné car le MIT est reconnu comme une référence » résume en quelques mots Gaël Lavaud, fondateur de Gazelle Tech.

Cet ingénieur Bordelais a mis au point des innovations permettant d’alléger le poids d’une voiture et réduire ainsi sa consommation. Il a notamment crée un châssis avec des matériaux composites.

Gaël Lavaud avait simplement déposé un dossier de candidature et ne pensait pas être retenu parmi les centaines de candidats.

Un sentiment partagé par le Toulousain Yoann Meste : « J’ai été surpris d’être sélectionné« . Sa star-up « AccelaD » propose un logiciel qui automatise la conception des cartes électroniques des systèmes embarqués. De nombreuses tâches manuelles sont ainsi réalisées par un ordinateur, permettant à l’ingénieur de se recentrer sur la création et l’innovation.

Je vous ai vu sur la brochure de la conférence…

Pour les deux entrepreneurs, la sélection à EmTech France représente surtout « une visibilité » à l’international.

« Beaucoup d’investisseurs scannent la liste des start-up sélectionnées par Emtech » assure Gaël Lavaud de Gazelle Tech. « Ils vous contactent car ils ont vu votre nom sur la brochure » complète Yoann Meste.

En effet, la notoriété mondiale d’EmTech dans le numérique attire de nombreux partenaires financiers internationaux. « Le fait d’être sélectionné permet de faciliter les accès aux investisseurs » raconte le toulousain d’AccelaD.

Durant les deux jours de la conférence, les lauréats ont accès au salon VIP pour échanger avec les conférenciers et les partenaires. « Emtech est une opportunité » s’accordent nos deux entrepreneurs.

Car Emtech s’adresse avant tout, aux entreprises visant le marché mondial. Ce qui tombe bien pour nos deux témoins. Gazelle Tech veut se déployer dans le secteur automobile des pays émergents. AccelaD cherche à s’installer en Allemagne, au Japon et aux États-Unis.

Pitcher devant un public de spécialistes

Au-delà de l’échange de cartes de visite, les 10 startup présentent également leur projet devant un public averti venu découvrir l’innovation de demain. Parlez du futur ! C’est d’ailleurs, la marque de fabrique des conférences Emtech à travers le monde. Alors forcement, lorsqu’une jeune pousse monte sur la scène, cela offre un sacré coup de pub.

Une visibilité qui peut s’accentuer si l’on décroche la mention spéciale « Best Tech Startup de l’Année » décernée à l’issue des présentations, par un jury professionnel. La distinction permet de pitcher à la prochaine édition d’EmTech à Boston aux Etats-Unis. Cette année, c’est la jeune pousse de Montpellier NovaGray qui fera le voyage.

>>> Pour être complet, voici les 10 entreprises innovantes sélectionnées par EmTech France 2017 :

Julien Leroy

10 Oct

Lancement de « DigitalSkills », la plate-forme qui recense l’emploi et les formations numériques en Occitanie

La Direccte et l’association DigitalPlace lancent, ce mardi 10 octobre, le premier hub des compétences numériques en Occitanie. Baptisé « DigitalSkills », la plate-forme régionale recense les formations, les compétences, les offres d’emploi liées au secteur du numérique.

Lancement de DigitalSkills ce mardi 10 octobre 2017 à Toulouse / © Préfet Occitanie

Lancement de DigitalSkills ce mardi 10 octobre 2017 à Toulouse / © Préfet Occitanie

Après 18 mois de concertation avec tous les acteurs régionaux du numérique en Occitanie (entreprises, organismes de formation, écoles, institutions), DigitalSkills vient d’être lancée ce mardi 10 octobre à Toulouse.

DigitalSkills est une plate-forme de l’emploi et des formations numériques en Occitanie.

Elle recense ainsi les formations liées au numérique, les aides au recrutement, les périodes de stage, les offres d’emploi, une CV-thèque,… DigitalSkills s’adresse à la fois aux entreprises, organismes de formation et écoles, partenaires et candidats.

« Tout est parti d’un constat révélé par une étude menée en 2015 par DigitalPlace : les entreprises du numérique rencontrent des problèmes de recrutement alors que les acteurs pouvant répondre à ces problématiques existent » explique Christophe Lerouge, directeur de la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) d’Occitanie.

Aides au recrutement, diplômes et périodes de stage, offre de formation, offres d’emploi, CV-thèque…

C’est pourquoi la DIRECCTE et le cluster DigitalPlace (qui fédère l’industrie numérique en région Occitanie) ont décidé de créer cette plate-forme inédite.

« Le Numérique est un secteur qui recrute et dans lequel l’évolution des compétences est fulgurante (..). Pour se faire, une grande variété d’aides à la formation et au recrutement sont disponibles, mais sont méconnues par les entreprises. Désormais, grâce à la plateforme DigitalSkills, les entreprises gagnerons du temps en centralisant les informations essentielles à leurs besoins (..) » complète Daniel Benchimol, président de DigitalPlace.

En attendant de savoir si DigitalSkills connaîtra le succès espéré, vous pouvez la découvrir sur : www.digitalskills.fr

Julien Leroy

 

09 Oct

AT Home ouvrira une deuxième colocation de start-up à Toulouse

D’ici la fin de l’année, l’agitateur toulousain de start-up « At Home » ouvrira un deuxième site dans la ville rose. Une extension qui se fera parallèlement à l’inauguration de ses locaux parisiens.

© At Home

© At Home

En novembre 2017, At Home va s’étendre à Toulouse et à Paris.

Première ouverture à Paris. Comme annoncé en mai dernier, un espace de 800 m² pouvant accueillir 150 personnes, ouvrira dans le 10e arrondissement de la capitale d’ici un mois. L’antenne parisienne va permettre d’aider les jeunes pousses toulousaines à s’implanter en Ile-de-France et d’accueillir des entrepreneurs locaux.

Extension dans la ville rose. Un deuxième site d’AT Home est en cours de projet dans le centre-ville de Toulouse. L’annonce a été faite ce lundi 9 octobre par son responsable Arnaud Thersiquel. Ces nouveaux locaux permettront de désengorger les bureaux d’Esquirol. Ces derniers hébergent 170 personnes dans 1000 m2. 80 salariés supplémentaires sont attendus d’ici 2 mois.  

Par ailleurs, At Home envisage d’ouvrir en 2018, dans une ville européenne.

Ouvert depuis juin 2015, At Home a été créé pour accueillir des start-up dans le domaine du numérique et de l’innovation. L’idée est de permettre aux jeunes entrepreneurs « d’externaliser l’immobilier » rappelle Arnaud Thersiquel, responsable d’At Home. La structure propose également un accompagnement pour développer son activité.

Aujourd’hui, le bureau toulousain compte 170 personnes et 15 entreprises dont Liberty Rider, Noova, Yestudent, SchoolMouv, Catspad et Demooz. 

Julien Leroy

02 Oct

Toulouse : le leader mondial des robots agricoles « Naïo Technologies » obtient le Pass French Tech

La start-up toulousaine de robotique agricole « Naïo Technologies » vient d’obtenir le Pass French Tech. Ce label national est attribué aux pépites reconnues pour leur hypercroissance et la qualité de leur innovation.

© Naïo Technologies

© Naïo Technologies

Bonne nouvelle pour l’écosystème des start-up toulousaines !

La jeune pousse Naïo Technologies, basée à Escalquens près de Toulouse, vient d’obtenir le Pass French Tech. Ce label national de la French tech est attribué aux pépites reconnues pour leur succès et la qualité des innovations. 

Grâce à cette reconnaissance nationale, elle va bénéficier d’un accompagnement privilégié auprès des partenaires économiques. 

C’est la 12e start-up toulousaine qui obtient ce label. 

Naïo Technologies est le leader mondial dans le domaine des robots agricoles. La société a notamment mis au point le robot « Oz », capable de se diriger dans les champs et de désherber les parcelles, sans abîmer les cultures. Quand il a fini sa parcelle, il envoie un SMS au propriétaire pour l’avertir qu’il est prêt à travailler ailleurs.

Une soixantaine d’exemplaires a déjà  été vendue en Europe. Oz peut se révéler une aide précieuse, notamment pour la maraîchage biologique, car il permet de désherber sans produits chimiques et d’éviter ainsi une tâche humaine fastidieuse.

La start-up commercialise « ses robots en France métropolitaine et en Europe, notamment, en Suisse, en Allemagne, au Danemark, en Belgique, en Angleterre et en Irlande. Et depuis peu en Martinique et en Nouvelle-Zélande » précise le communiqué de presse de la French Tech Toulouse.

Julien Leroy

26 Sep

A Toulouse, l’accélérateur de start-up « Momentum » s’ouvre à la News’Tech

A Toulouse, l’accélérateur de start-up « Momentum » veut accueillir et accompagner des jeunes pousses de la News’Tech qui innove dans le milieu de la presse et des médias. Une première en Occitanie. Un appel aux candidats vient d’être lancé.

© Oikosysteme

© Oikosysteme

Après les start-up à impact positif, le Toulousain Momentum lance un programme d’accélération dédié aux entrepreneurs qui innovent dans le milieu de la presse et des médias.

« La News’Tech ? De plus en plus, on assiste à un changement de paradigme dans le monde des médias, on parle même d’une ubérisation des médias. Les supports de consultation, les canaux de distribution et les contenus ne sont plus les mêmes » explique Boris Mounet, responsable du programme de Momentum. 

Durant 6 mois, Monumentum propose aux projet retenus de les coacher et de les héberger dans ses locaux à Toulouse. « Il comprend une partie importante de méthodologie, portant tant sur les performances économiques et les performances Sociétales Sociales et Environnementales. Momentum apportera également son expertise RSE afin de favoriser l’impact social positif des entreprises avec notamment l’intervention de 80 entrepreneurs et spécialistes des business models » détaille le communiqué de presse. 

Monumentum héberge (déjà) un pole presse

L’accélérateur de start-up via ses locaux du Lab’Oïkos veut ainsi développer son pôle presse. Ce dernier née en 2016, héberge le Journal Toulousain et l’Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse. L’objectif est de créer le premier campus de la New’s Tech sur la ville rose.

Deuxième saison dédiée à l’innovation positive

Parallèlement à cette ouverture à la New’sTech, Momentum se prépare à accueillir de nouvelles start-up à impact SSE positif (social, sociétal, environnemental). On appelle cela l’économie positive. « Une économie qui fait du bien à la planète et à l’Humain » aime préciser Boris Mounet.

Après une première saison en 2016, Momentum recherche ainsi 5 start-up de l’économie positive et 2 start-up du secteur de la News’Tech.

Les candidats ont jusqu’au 5 octobre minuit pour déposer leur dossier. Les start-up sélectionnées seront dévoilées une dizaine de jours plus tard.

>> Info et dépôt de candidatures sur le site officiel de Momentum : www.joinmomentum.co

Julien Leroy

07 Sep

Le ras-le-bol des startupeuses de Montpellier

Après Paris, Nantes, Laval,… près de 30 dirigeantes de start-up, se sont rassemblées ce midi à Montpellier. Elles dénoncent l’image du chef d’entreprise uniquement masculin et parisien véhiculée par certains médias.

© Maryam BINI

© Maryam BINI

Depuis le 29 août, la photo d’un article de Capital sur des star-up, enflamme l’écosystème des entrepreneurs. L’illustration montre 11 dirigeants d’entreprises uniquement masculins. De quoi agacer les entrepreneuses.

En quelques jours, la mobilisation s’organise. Des dirigeantes de start-up parisiennes répondent dans le magazine Challenge avec une photo 100 % féminine. Parallèlement, un rassemblement de 80 chefs d’entreprise était organisée à Paris ce lundi 5 septembre, suivi par Nantes et Laval.

En Occitanie, un groupe de femmes startupeuses de Montpellier a décidé également de se mobiliser, ce jeudi 7 septembre à 13h00. 

« Pour notre écosystème, le business n’est pas une affaire de genres mais bel et bien une affaire d’entrepreneurs » explique Géraldine Auret, une des participantes et fondatrice de la start-up montpelliéraine Numevent (agence événementielle numérique). 

« Nous pensons qu’être dirigeant d’une start-up ce n’est pas d’avoir moins de 35 ans, être un homme ou une femme mais bien être dirigeant d’une entreprise dont le modèle est différent des entreprises traditionnelles. La French Tech et être startupeur ce n’est pas une question de femme, d’homme ou d’un territoire limité à Paris ! » poursuit-elle.

D’ailleurs, le rassemblement d’aujourd’hui veut avant tout, prôner la mixité. « Nous souhaitons montrer (..) que les dirigeants de start-up ne soient pas cloisonnés dans un segment hommes/femmes/jeunes/vieux/étrangers…Paris et le reste de la France » conclue Géraldine Auret. 

Julien Leroy

31 Août

Le boom des espaces de coworking à Toulouse

En moins de deux ans, une dizaine d’espaces de travail partagé a vu le jour à Toulouse. Aujourd’hui, l’agglomération compte prés de 20 lieux de coworking.

© Tierslieuxoccitanie.com - La Mêlée

© Tierslieuxoccitanie.com – La Mêlée

Le coworking est un espace de travail née avec l’économie collaborative. Il repose sur deux principes : des bureaux partagés et un réseau de professionnels pour échanger.

Ces lieux sont ouverts à tous mais ils sont très souvent fréquentés par les travailleurs indépendants et les auto-entrepreneurs.

Ces espaces de travail proposent ainsi des bureaux connectés, une cafétéria et des salles de réunion. Pour quelques euros, le co-workeur peut venir une heure, une demi-journée ou plusieurs jours. Certains lieux offrent des services supplémentaires : espace de repos, cours de sport, soirée à thème, repas partagé,…

Une quinzaine d’espaces de coworking dans le centre ville de Toulouse

Le coworking est apparu en 2005 aux Etats-Unis avant d’arriver en France deux plus plus tard. Depuis 10 ans, ces tiers lieux ouvrent dans toute l’hexagone. L’Occitanie n’échappe au phénomène avec des sites à Toulouse, Montpellier mais aussi dans les capitales départementales : Albi, Montauban, Rodez,…

A Toulouse, le coworking connait un véritable essor en raison de son attractivité économique et son écosystème de start-up.

En moins de deux ans, une dizaine d’espace de travail partagé a vu le jour dans la ville rose. Aujourd’hui, l’agglomération compte près de 20 lieux de coworking. 

>> Découvrez les coulisses d’un espace de coworking chez Etincelle Coworking et Lab’Oïkos à Toulouse avec ce reportage de Cécile Fréchinos :


Le boom des espaces de coworking à Toulouse (Sujet)

>> Aurélie Pérez de chez Etincelle coworking était l’invitée de notre JT Toulouse métropole du 29 août 2017 :


Invitée Boom des coworking Toulouse

Julien Leroy