21 Avr

A Toulouse, lancement d’une émission radio sur le monde des start-up

La radio toulousaine « Campus FM » lance ce samedi 21 avril, une émission dédiée aux créateurs de start-up. L’objectif est de décrypter l’univers de l’entrepreneuriat pour le grand public. 

© Campus FM

« C’est une émission radio dédiée aux monde des startups et aux jeunes entrepreneurs » précise Cédric-Olivier Turrin, co-président de Campus FM Toulouse

Baptisé « Ca marchera jamais« , ce nouveau rendez-vous mensuel veut « décrypter l’actualité locale des jeunes pousses » pour le grand public.

Tous les domaines de l’entrepreneuriat seront abordés par une équipe d’animateurs et des invités. « L’idée est de recevoir un jeune entrepreneur avec un spécialiste plus expérimenté » raconte Cédric-Olivier Turrin. 

Le premier numéro de l’émission est diffusé ce samedi 21 avril à 15h00 sur 94 Mhz FM. Une rediffusion est programmée pour le 28 avril.

Le projet a été lancé avec l’aide de la Mêle numérique (qui fédère les professionnels du numérique), le Catalyseur (Tiers-lieux de l’université Paul Sabatier Toulouse III), le Quai des Savoirs, Digital Campus et la Pépite écrin (dispositif de promotion de la culture entrepreneuriale dans l’enseignement supérieur en Midi-Pyrénées). 

Née en 1982, Campus FM Toulouse est une radio associative qui s’adresse aux étudiants et aux jeunes actifs urbains de la région toulousaine. Gérée par des bénévoles et des professionnels, elle revendique 11.000 auditeurs/jours.

Julien Leroy

18 Avr

Technologies du futur : EmTech Europe revient à Toulouse en octobre 2018

Les experts du MIT Technology Review aiment Toulouse. Pour la 4e année consécutive, ils organisent leur conférence EmTech Europe, les 2 et 3 octobre 2018 au Quai des Savoirs. C’est l’un des plus grands rendez-vous internationaux sur les technologies émergentes. 

© EmTech Europe

A vos agendas !  La 4e édition du congrès EmTech France se déroulera les 2 et 3 octobre 2018 à Toulouse.

EmTech est considéré comme la plus importante conférence mondiale sur les technologies du futur. Elle est organisée un peu partout dans le monde par MIT Technology Review, le plus ancien magazine de technologie du monde.

Durant deux jours, des experts du monde entier viennent présenter et débattre sur les dernières technologies en matière de high-tech : réalité virtuelle, intelligence artificielle, biotechnologie et économie collaborative.

Toulouse est la seule ville d’Europe à accueillir une édition d’EmTech.

>>> Les inscriptions pour le congrès EmTech Europe 2018 sont dès à présent ouvertes sur emtecheurope.com

Julien Leroy

04 Avr

L’accélarateur de startup « IONIS 361 » débarque à Toulouse

Toulouse compte un nouvel incubateur de start-up : IONIS 361. Sa particularité est d’immerger les entrepreneurs dans une structure réunissant des étudiants en informatique, ingénierie, business et design. Ce campus entreprise / école lance un appel aux candidatures jusqu’au 15 avril.

© IONIS 361Après Paris, Lille et Montpellier, l’incubateur de start-up « IONIS 361 » débarque à Toulouse.

« L’incubateur IONIS 361 ouvre désormais une nouvelle antenne à Toulouse, 2e ville startup friendly après Paris, en plein cœur du campus urbain de IONIS Education Group et de ses écoles » explique le directeur de l’IONIS 361, Guillaume Bardèche.

C’est d’ailleurs la particularité de cette structure : marier les compétences des entrepreneurs avec celles d’étudiants ingénieurs.

En effet, l’IONIS Education Group regroupe plusieurs écoles privées en France dont Epitech, EPITA, IPSA, ISEG Marketing & Communication School, ISG et e-artsup. etc.

A Toulouse, ce campus multi-école est basé dans le quartier Conpans Caffarelli. C’est ici que les 200 m² de l’incubateur ouvriront leurs portes en juin prochain.

« Au sein de cet espace, les startups se retrouveront en immersion dans une structure réunissant les talents de demain en informatique, ingénierie, business et design, avec la présence des étudiants » précise l’équipe d’IONIS 361.

L’incubateur toulousain cherche désormais ses futurs locataires. Les projets recherchés sont multiples : cyber-sécurité, objets connectés, big data, blockchain, food, finanace, sport, RH, éducation,…

Les candidats potentiels ont jusqu’au 15 avril 2018 pour faire partie de la première promotion.

Né en 2016 à Paris, IONIS 361 revendique 300 porteurs de projets, 100 startups accompagnées et 10 millions d’euros de fonds levés.

Julien Leroy

27 Mar

Toulouse : Fin de l’aventure pour CitizenFarm et son aquarium-potager intelligent

Fin de l’aventure pour la start-up toulousaine Citizenfarm. Son fondateur, Pierre Osswald a annoncé ce lundi 26 mars, la liquidation judiciaire de son projet de ferme urbaine. Créée il y a 4 ans, la jeune pousse était l’une des pionnières françaises de l’aquaponie.

© Citizenfarm

« Citizenfarm, c’est fini… » annonce ce lundi 26 mars, le fondateur de la start-up toulousaine spécialisée dans l’aquaponie.

Dans un message publié sur son compte Linkedin, Pierre Osswald explique : « Après 5 années de travail passionné, Citizenfarm c’est malheureusement fini. Une gamme de 4 produits, près de 6000 clients particuliers, 7 fermes aquaponiques en France, quelques grandes enseignes, des partenaires prestigieux, mais nous avons décidé de demander le placement en liquidation judiciaire de Citizenfarm le 20 mars dernier« .

Contacté par téléphone, Pierre Osswald ne souhaite pas en dire davantage. Il se laisse quelques semaines pour organiser et analyser la fin de son projet.

Pour le moment, l’entrepreneur veut remercier ceux qui l’on soutenu. « Surtout merci, à vous tous, clients, partenaires, fournisseurs, car grâce à vous, nous avons essayé d’accomplir un idéal de société : une société dans laquelle la consommation serait différente » écrit-il.

Créée en 2014, CitizenFarm était l’un des pionniers de l’aquaponie en France. Cette technique permet de cultiver des fruits et légumes avec son… élevage de poissons. Le système est écologique, auto-suffisant et sans engrais chimique. La société toulousaine avait ainsi conçue « Ozarium » un aquarium-potager intelligent.

Malgré des débuts prometteurs (6000 aquariums vendus), un prix GreenTech remis par le ministère de la transition écologique, CitizenFarm n’est pas parvenu à pérenniser son activité.

Au-de-là la réalité économique, Pierre Osswald espère surtout avoir « essayé d’accomplir un idéal de société : une société dans laquelle la consommation serait différente. Et en ce sens, nous n’avons pas échoué, car nous sommes sûrs que le travail que nous avons mené (..) ont laissé des traces et que certains d’entres vous ont pu changer un peu leurs habitudes« . 

« Alors, Oui c’est difficile, mais putain, ça vaut vraiment le coup ! » conclu-t-il sur Linkedin

>> Le projet CitizenFarm (par France 3 Toulouse) :

Julien Leroy

16 Fév

Start-up : Avec 79 millions d’euros, l’Occitanie se classe dans le TOP 3 des levées de fonds

En 2017, les levées de fonds des start-up françaises ont battu des records avec plus de 5,1 milliards d’euros investis dont 79 millions pour l’Occitanie. La région est l’une des meilleures de France.

© LAURENT CARO / MAXPPP

© LAURENT CARO / MAXPPP

Il n’y a jamais eu autant de start-up et de levées de fonds en France et en Occitanie.

En 2017, les levées de fonds des start-up françaises ont battu des records avec plus de 5,1 milliards d’euros investis. C’est le double par rapport à 2016 (2,6 milliards d’investissements) selon le dernier baromètre French Tech publié fin janvier par la SNCF Développement et Sidetrade. 

Au total, l’étude comptabilise 1588 tours de table dont 621 sont initiés par des jeunes entrepreneurs (lancés après le 1er janvier 2010).

Et dans ce domaine, l’Occitanie est l’une des meilleures régions de France. La 3e au niveau national et la 2e en province après l’Auvergne Rhone Alpes et ex-æquo avec la Nouvelle Aquitaine.

Sur les 621 nouvelles start-up ayant levée des fonds en 2017, 39 sont originaires de l’Occitanie (21 en Haute-Garonne et 13 dans l’Hérault). Juste derrière les 69 de la région Auvergne Rhône Alpes et très loin des 335 entrepreneurs d’Île de France (54% des tours de table)

Les projets occitans sont parvenus à récolter 78,9 millions d’euros, soit 3% des fonds nationaux. 

A quoi sert une levée de fonds pour une start-up ?

Récolter des millions, c’est bien mais une levée est-elle indispensable pour la survie d’une start-up ?

La question fait souvent débat parmi les acteurs du secteur. Pour participer au débat, nous avons interrogé Laura Strelezki, fondatrice du collectif de freelances toulousain La Collab spécialisé dans l’accompagnement d’entrepreneurs.

A quoi peut servir une levée de fonds pour une startup ? 

« Une levée de fonds pour une start-up doit être un accélérateur de croissance pour le chiffre d’affaires et sa rentabilité. Elle aide à scaler plus rapidement un business model validé en amont. Il ne s’agit pas de maintenir en vie une idée/un projet, sauf si la Start-up est d’utilité et nécessité collective. Une fois les fonds levés, l’enjeu est de « bien consommer » l’argent ».

Comme souvent chez les startups, la levée de fonds est l’objectif principal alors qu’il devrait être la rentabilité de leur modèle économique – Laura Strelezki. 

La levée de fonds est elle indispensable pour le développement d’une startup ? 

« La levée de fonds est indispensable lorsqu’il y a une réelle innovation produit ou d’usage et que la Start-up est first to Market. Dans ce cas de figure, la levée de fonds est primordiale pour évangéliser et pénétrer rapidement son marché. Dans le cadre d’innovation incrémentale sur un marché « éduqué » avec une offre de challenger, le chemin vers la rentabilité et le succès sera plus long mais comme n’importe quelle nouvelle entreprise à mon sens ».

Quels sont les risques d’une levée de fonds ? 

« Comme souvent chez les startups, la levée de fonds est l’objectif principal (alors qu’il devrait être la rentabilité de leur modèle économique) et donc ils prennent cela comme une réussite (il faut dire que c’est le parcours du combattant pour y arriver).

Mais malheureusement, ils ne prennent pas suffisamment conscience que c’est à partir de là que tout se joue ! Le risque s’est de ne pas s’entourer des bonnes personnes (profils et compétences) dans la précipitation, de ne pas gérer suffisamment de près les budgets et les résultats (être moins dans le ressenti mais plus dans le factuel). En lien direct avec la croissance, ces changements radicaux à un moment où on commence à ressentir la fatigue font de la startup, une entreprise plus que jamais fragile ».

Julien Leroy 

09 Jan

CES 2018 : 60 start-up d’Occitanie à Las Vegas

La région Occitanie sera bien représentée au plus grand salon mondial du high-tech. Le CES 2018 ouvre ses portes ce mardi 9 janvier à Las Vegas (Etats-Unis). 60 start-up de Toulouse à Montpellier sont du voyage.

Le CES 2017 © MOLLY RILEY / MAXPPP

Le CES 2017 © MOLLY RILEY / MAXPPP

Une soixantaine de startup de Toulouse, Montpellier et de l’Occitanie, est présente au Consumer Electronics Show (CES) 2018, du 9 au 12 janvier à Las Vegas. Il s’agit du plus grand salon mondial consacré au high-tech et au numérique. 

L’objectif des entrepreneurs est de se faire connaître, rencontrer des investisseurs et dénicher les nouvelles tendances. Le CES de Las Vegas est la plus grande vitrine mondiale en matière d’innovation numérique avec 170.000 visiteurs, 6.500 médias et 3.800 exposants.

Impossible de rater ce rendez-vous pour Occitanie, l’une des régions françaises les plus dynamiques du secteur. Au total, 60 start-up sont du voyage, soit prés du double que l’année dernière.

Si certains sont des habitués du salon (Sigfox, Ubleam,…), c’est l’heure du baptême pour de jeunes pousses. Notamment, le premier nez électronique connecté du toulousain Rubix ou le gant pour motard de Liberty Rider.

Depuis 2016, les startup régionales et françaises sont très attendues à Las Vegas. La French Tech est aujourd’hui l’une des principales attractions du CES. La délégation française est la 3e mondiale avec 365 entrepreneurs. Derrière les Etats-Unis et la Chine. 

Les principales start-up d’Occitanie présentes au CES 2018 :

  1. Octopush, le drone qui transporte tous types de capteurs pesant jusqu’à 2 kg Sécurité informatique Smartpackaging/traçabilité pour les produits pharmaceutiques
  2. Matchupbox : Protection de la vie privée et des données confidentielles sur internet
  3. Revinax : La réalité virtuelle au service de l’apprentissage
  4. Rubix : Instrument de mesure pour la qualité de l’air au travail
  5. Syntomy : Récepteur GPS innovant permettant d’économiser 99% de la batterie en IoT
  6. Plussh Solution de Livestream HD
  7. Odesy : Un ange Gardien pour ne plus jamais perdre son doudou
  8. Bioreline : Analyseur de peau optique connecté
  9. Carelabs : Solution monétique
  10. Algodone : Solution de gestion des droits numériques au niveau matériel
  11. Bizz Peek : Editeur de logiciel informatique
  12. Catspad : Distributeur connecté d’aliment et d’eau pour chats
  13. Equisure : le nouveau dispositif de sécurité pour cavalier
  14. Axible : QUB réinvente la demande de service
  15. Sigfox : Opérateur télécom de l’Internet des objetsLe premier site de rencontre pour projet

>>> CES 2018 de Las Vegas : www.ces.tech

Julien Leroy 

22 Déc

Toulouse : le secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, visite l’incubateur « Green Tech » de Météo France

Le secrétaire d’État chargé du numérique était à Toulouse ce vendredi 22 décembre. Mounir Mahjoubi a bouclé son tour de France des start-up en visitant l’incubateur « Green Tech » de Météo France.

© France 3 Toulouse

© France 3 Toulouse

Une visite autour des Green Tech et de la transition écologique. C’était le programme toulousain du secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, accompagné de Brune Poirson, secrétaire d’État chargée de la transition écologique et solidaire.

Arrivés dans la ville rose ce jeudi 21 décembre, les deux représentants de l’Etat ont d’abord visité l’entreprise toulousaine « Eays Tri » qui propose des solutions de tri et de recyclage pour les déchets de bureau. Mounir Mahjoubi a ensuite rencontré, dans la soirée, plusieurs acteurs locaux de l’écosystème numérique. 

La visite s’est poursuivi ce vendredi 22 décembre, par une rencontre avec les entrepreneurs de l’incubateur « Green Tech » de Météo France. Cet espace regroupe 8 start-up, spécialisées dans les énergies renouvelables, la robotique et la transition numérique. 

Une de nos équipes a pu recueillir la réaction du secrétaire d’État chargé du numérique à l’issue de la table ronde :

Julien Leroy

26 Nov

A Toulouse, le Lab’Oïkos boucle une levée de fonds de 1,7 millions d’euros

L'Equipe du Lab'Oïkos de Toulouse // © Lab'Oïkos

L’Equipe du Lab’Oïkos de Toulouse // © Lab’Oïkos

A Toulouse, le site de coworking « Lab’Oïkos » dédié aux innovations et aux start-up de l’économie positive, vient de boucler une levée de fonds de 1,7 millions d’euros.

Un tour de table obtenu auprès des banques. 1 million d’euros a été apporté par le Crédit Agricole et 700.000 par la Société Générale. Le tout avec le soutien de la Bpi (Banque publique d’investissement) qui garantie partiellement l’emprunt.

Ce soutien financier va permettre de boucler le développement de Lab’Oïkos. Ouvert depuis juillet 2016, cet espace de coworking se situe dans le quartier de Saint-Aubin à Toulouse.

Il est dédié aux entrepreneurs spécialisés dans les domaines de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et de l’économie positive. Des entreprises qui pensent à l’optimisation de leurs pratiques sociales, environnementales et sociétales pour minimiser l’impact de leurs activités sur les ressources naturelles et humaines.

Lab’Oïkos a ainsi lancé, fin 2016, son accélérateur de start-up responsables : « Momentum ». Et depuis septembre 2017, l’espace créée par Rémi Demersseman, veut s’ouvrir aux jeunes pousses de la News’Tech qui innove dans le milieu de la presse et des médias. 

Julien Leroy 

20 Nov

Numérique : Après Toulouse, JobsTIC Day se déroulera (pour la première fois) à Carcassonne

JobsTIC Day se déroulera pour la première fois à Carcassonne, le 30 novembre prochain. Ce rendez-vous de l’emploi et des opportunités dans le secteur du numérique s’adresse aux recruteurs, aux candidats, aux étudiants et aux entrepreneurs.

© Mêlée numérique

© Mêlée numérique

Le JobsTIC Day, organisé chaque année à Toulouse depuis 9 ans, se déclinera à Carcassonne ce jeudi 30 novembre.

Organisé par l’Association La Mêlée avec le partenariat de Carcassonne Agglo, ce rendez-vous invite « recruteurs, candidats, écoles, formateurs, étudiants, start-ups, PME, grands groupes ou encore indépendants à échanger autour de l’emploi et ses évolutions apportées par le numérique » précise le communiqué de presse.

La journée sera rythmée par différentes animations, échanges et rencontres avec des professionnelles.

Rendez-vous à partir de 14h30 au sein du nouvel espace de coworking le 302 dans la cité audoise.

>> Plus d’info sur le site web de l’événement

17 Nov

Le nouvel accélérateur toulousain « Numa » sélectionne 6 start-up locales

L’un des premiers accélérateurs de start-up français débarque à Toulouse. Après Paris, New-York, Moscou ou Montpellier, Numa s’implante dans la ville rose avec 6 pépites locales. L’inauguration officielle a eu lieu ce mercredi 15 novembre.

© NUMA Toulouse

© NUMA Toulouse

Depuis la rentrée de septembre, Toulouse compte un nouveau accélérateur de start-up : Numa.

Numa est l’un premiers programmes d’accélération de jeunes pousses françaises. Née en 2011 à Paris, la structure a accompagné 120 start-up et s’est implanté dans sept villes à l’étranger : New York, Berlin, Casablanca, Moscou, Barcelone, Mexico et Bangalore.

Aujourd’hui, place à Toulouse et à son écosystème numérique dynamique. « Fort du succès de son programme NUMA Montpellier (ex-Sprint) lancé en 2016, NUMA a choisi de déployer sa deuxième implantation régionale en Occitanie » complète Arnaud Laurent, co-fondateur de NUMA Toulouse.

Financé et géré par des entrepreneurs locaux

Numa est un programme d’accélération de startups créé, financé et dirigé par des… entrepreneurs locaux.

C’est l’une des particularités de la structure. A Toulouse, « Nous disposons d’une dizaine d’associés fondateurs de haut niveau ancrés sur le territoire comme Julien Boué et Marc Duverger (BricoPrivé) ou encore Gilles Moncaubeig (Teads) » explique Cédric Mallet, managing director de l’antenne toulousaine.

Choisie parmi des entreprises « déjà lancées sur leur marché », la start-up bénéficie de conseils pour mettre en oeuvre et financer des campagnes d’acquisition, faire du business développement ou structurer une campagne de communication. 

Numa, c’est également un réseau de contact grâce auc associés entrepreneurs et au maillage international. « C’est l’une de leur force » confirme Joël Alaux, co-fondateur de Staffman, l’une des 6 sociétés hébergées.

Par ailleurs, l’accélérateur est « aligné avec les intérêts de l’entreprise (..) en prenant une partie au capital » detaille Arnaud Laurent. « On monte avec eux ou on meurre avec eux« 

6 start-up hébergées

6 start-up ont été sélectionnées par Numa Toulouse. Elles sont tous hébéergés dans les locaux situés au 1er étage de la Mélée Numérique.

  • Craftine : Société de mercerie créative créée à Auch
  • Staffman : plateforme pour trouver des ingénieurs informatiques dans des délais très courts
  • Emprunte mon toutou : pour les maîtres chiens et ceux qui aimeraient profiter de la compagnie d’un chien le temps d’un moment.
  • Let’s Go : Une solution clé en main dédiée aux e-commerçants pour optimiser leur stock
  • Rugbynistère : le célébre site d’informatiuon sur le rugby professionnel et amateur
  • Citizen Farm : veut révolutionner l’agriculture en utilisant la technique de l’aquaponie

A terme, Numa « ambitionne d’accélérer 50 startups d’ici 2020 » espère Cédric Mallet

Julien Leroy