28 Sep

Top départ pour la Mêlée numérique de Toulouse (qui fête ses 20 ans)

© Jean-Philippe Horard

Le plus grand salon d’Occitanie dédié au numérique débute ce lundi 28 septembre 2020 au Quai des savoirs à Toulouse. Une édition particulière puisque l’événement fête cette année ses 20 ans.

En guise de cadeau d’anniversaire, Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, est présent ce lundi matin dans la ville rose pour inaugurer la Mêlée numérique. C’est sa première visite officielle à Toulouse.

La Mêlée Numérique en… 2001

L’occasion également de fouiller dans les archives. Née en 2000 à Labège, la Mêlée numérique a grandi au fil des années. De 500 visiteurs à ses débuts, elle attire aujourd’hui plus de 10.000 curieux.

Lors de la 2e édition en 2001, le fondateur du salon, Edouard Forzy, était l’invité du JT régional de France 3 Midi-Pyrénées :

Un salon ouvert à tous

Durant 6 jours (jusqu’au samedi 3 octobre), tous les acteurs du web et de l’innovation de la ville rose seront présents pour assister (ou animer) des centaines de conférences, ateliers, tables rondes et démonstrations. 

Plusieurs temps forts vont également rythmés cette semaine :

  • Lundi 28 septembre, à 10h00 : Inauguration de la #MeleeNum  en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique
  • Lundi 28 septembre, à 18h30 : Publication de la 6e édition du « Startupper », un hors-série sur les startups de la région édité par nos confrères de La Tribune.
  • Mardi 29 septembre : Les rencontres de la cybersécurité
  • Jeudi 1er octobre, à 19h15 : Trophées de l’Homo Numéricus et de la Femina Numérica qui récompensent deux personnalités œuvrant pour l’accessibilité et le développement du numérique et de l’innovation en Occitanie. Vous pouvez voter par ici : https://votes.meleenumerique.com/
  • Jeudi 1er octobre, à 20h00 : Soirée des 20 ans de La Mêlée
  • Vendredi 2 octobre : Femmes et Numérique afin de mettre en avant les parcours de plusieurs femmes travaillant dans les métiers du numérique
  • Vendredi 2 octobre à partir de 8h45 : JobsTIC (forum de l’emploi)

Entièrement gratuit, ce salon du numérique est ouvert à tous. Pour les professionnels du secteur, c’est devenu un rendez-vous incontournable. Pour le grand public, c’est l’occasion de découvrir l’évolution du numérique et les tendances de demain. 

Plus d’info sur https://www.lamelee.com/

Julien Leroy

18 Sep

Paris sportifs : le Toulousain « France Pari » recrute Benjamin Böhle-Roitelet comme CIO

L’opérateur français de paris sportifs en ligne, France Pari, annonce ce mercredi 16 septembre, le recrutement du Toulousain Benjamin Böhle-Roitelet comme CIO (directeur des systèmes d’information).

Entrepreneur bien connu du monde numérique de la ville rose, il a fondé en 2005 Ekito (un accélérateur de startup) avant de le quitter en 2018 pour lancer son entreprise « Relief ». Benjamin Böhle-Roitelet rejoint ensuite « Unitag » (un spécialiste du QR Codes). Depuis quelques mois, il se consacrait à lancer un bar à vin dans le centre-ville de Toulouse. L’établissement a ouvert ses portes le 11 septembre dernier. 

Son arrivée chez France Pari va permettre à l’entreprise de développer sa plateforme de paris sportifs dans plusieurs pays dont les Etats-Unis et l’Amérique du Sud.

« Je suis vraiment heureux de rejoindre France Pari/Sportnco, pour continuer cette belle aventure dans cette entreprise à succès qui a beaucoup grandi depuis
2010, moment où nous nous sommes croisés » – Benjamin Böhle-Roitelet.

Basé à Labège près de Toulouse, France Pari est l’un des leaders français des paris sportifs sur internet. Agréé par l’Autorité de régulation des jeux en ligne depuis juin 2010, la startup travaille notamment pour la PMU, Sisal, Netbet, Casino Barcelona ou encore Goldenpark. Elle est déjà présente en France, en Belgique, au Portugal, en Espagne et en Colombie.

Julien Leroy

18 Mai

Naissance d’un nouveau fonds d’investissement pour les startups d’Occitanie

En Occitanie, la région Occitanie et deux banques traditionnelles s’associent pour donner naissance à « OCSEED ». La société de venture capital est destinée aux start-up de la région. Les candidatures sont ouvertes.

© Richard Villalon / MAXPPP

Un nouveau fonds d’investissement débarque à Toulouse et Montpellier.

Baptisé « OCSEED », le nouveau-né a vu le jour fin avril dans la capitale d’Occitanie.

Cette société de venture capital est issue d’une famille privé-publique qui souhaite soutenir financièrement les jeunes entreprises innovantes de la région.

En effet, la paternité revient au Conseil régional d’Occitanie qui s’est associé avec la Banque Populaire Occitane Sud et la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. La garde a été confiée à l’incubateur régional Nubbo.

« L’objectif est de pallier l’insuffisance de capital de proximité pour les jeunes sociétés innovantes en phase de démarrage, en leur apportant les moyens de financer leurs premières étapes de développement, jusqu’au stade correspondant aux critères recherchés par les fonds d’investissement d’amorçage ou de série A » expliquent Anne-Laure Charbonnier et Thierry Merquiol, Présidente et Directeur Général d’OCSEED.

Doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros (2,5 M€ pour la Région et 1,2 M€ pour chaque banque), le nouveau-né veut soutenir une vingtaine d’entrepreneurs BtoB d’ici 2025.

Pour chaque projet, un apport de 100 000 à 300 000 euros sera apporté « sous forme d’obligations convertibles » précisent le duo.

Sans attendre, « OCSEED » a déjà retenu deux jeunes pousses :

  • Smartcatch, qui développe des systèmes nanotechnologiques permettant de capturer les cellules tumorales circulantes dans le flux sanguin, afin d’améliorer le diagnostic et le suivi des cancers.
  • Hinfact, qui propose des solutions destinées à la formation des pilotes en simulateur en traitant les erreurs de monitoring qui sont à l’origine de la très grande majorité des accidents et incidents aériens.

Les prochains lauréats peuvent candidater sur le site de la société : https://ocseed.co/

Hasard du calendrier, cette naissance arrive en pleine crise du Covid-19.

L’écosystème numérique d’Occitanie souffre de la situation. Entre 8000 et 10 000 emplois du secteur pourraient être détruits selon une estimation de Syntec Numérique Occitanie. 

Julien Leroy

09 Avr

Coronavirus : quels sont les dégâts pour la filière numérique en Occitanie ?

Le confinement et la pandémie du Covid-19 impactent les entreprises du numérique d’Occitanie. De Toulouse à Montpellier en passant par Labège, 94 % d’entre elles sont touchées selon la Direccte. Nous avons également mené l’enquête auprès des acteurs du secteur.

© Vincent Voegtlin / MaxPPP

Dès le début du confinement, la French Tech Toulouse s’est aussitôt mobilisée dans la lutte contre le Coronavirus. La plupart des startups emblématiques de la région ont offert leurs technologies au personnel soignant (MyFeelBack ou Medelse) ou aux commerçants (à l’image de la communauté « Friends of Presta » qui fabrique des site e-commerce).

Mais derrière ses belles initiatives, l’économie numérique d’Occitanie commence à souffrir.

Difficile de dresser un bilan global mais les premières retours du terrain laissent apparaître une situation préoccupante.

Jusqu’à 80 % de perte de chiffre d’affaire

C’est pourquoi le préfet d’Occitanie a demandé au cluster Digital 113 et à la Direccte d’Occitanie de mener une enquête auprès des entreprises de l’écosystème numérique. Les résultats ont été dévoilés ce mercredi 8 avril à Toulouse.

Parmi un panel représentatif, 94 % des entreprises du numérique régional sont touchées par la pandémie à la date du 31 mars 2020. « 47% d’entre elles ont une production très perturbée ou à l’arrêt » souligne le sondage.

Une situation qui va entraîner une perte de chiffre d’affaire en 2020.

52% des acteurs prévoient une perte de CA entre 20 à 80 %. Seulement 7 % des startup seraient épargnées par cette baisse de revenues – selon l’enquête en Occitanie

Des spécialistes du télétravail ?

Si le numérique semble être une filière qui se prête bien au télétravail, la réalité est plus complexe.

Certains ont pu s’adapter rapidement grâce à la nature de leur activité (une plateforme en ligne) ou par leurs faibles effectifs. Mais pour d’autres, « le télétravail a été un défi » m’avoue l’équipe de Brico Privé, le leader français des ventes privées en ligne dédiées au bricolage et au jardinage. Basé à L’Union, près de Toulouse, il a fallu paramétrer dans un temps record, les ordinateurs de 150 collaborateurs.  

Selon Digital 113, le télétravail a un impact sur le fonctionnement des entreprises.

« Pour 86% des répondants, une partie de leurs équipe pourraient télétravailler mais voient l’activité réduite ou à l’arrêt« .

Du chômage partiel pour (au moins) 50% des entreprises du numérique

L’écosystème numérique d’Occitanie tourne clairement au ralenti.

« Plus de 48% des répondants annoncent avoir déjà déposé un dossier d’activité partielle » annonce Digital 113. Un chiffre qui grimpe jusqu’à 65 % au sein de l’accélérateur de start-up WeSprint. Basé à Montpellier et Toulouse, il accompagne plus de 50 entrepreneurs. 

Même constat chez AT Home, le gestionnaire de la nouvelle cité des start-up de Toulouse. « Une bonne part de nos entreprises parvienne à maintenir partiellement leur activité » évalue leur responsable, Arnaud Thersiquel.

Pour le moment, la casse sociale est évitée. Mais « tout dépendra de la durée de la situation » souligne Arnaud Thersiquel. De nombreux entreprises de la filière ont de la trésorerie pour 1 ou 2 mois selon certains acteurs du secteur.

Or, « 30% envisagent d’ici fin avril de se mettre en chômage partiel si la situation ne s’améliore pas » estime l’enquête régionale.

Des start-up tirent (malgré eux) leur épingle du jeu

Face à ce tableau noir, des acteurs du numérique parviennent à augmenter (malgré eux) leur activité.

Chez WeSprint, « 25 % de nos entreprises ont vu leur business booster, notamment celles qui proposent des solutions pour le télétravail ou pour les applications mobiles » assure Arnaud Laurent, le co-fondateur. « Exemple avec les Toulousains de Team Mood » qui proposent de suivre à distance, le bien-être des salariés. 

Les start-up spécialisées dans l’éducation et la e-santé tirent également leur épingle du jeu. A Montpellier, l’application MHLink a conçu une application pour suivre les patients confinés. Les Toulousains de MHComm vont de même avec 7 hôpitaux d’Occitanie.

Sans surprise, SchoolMouv, le leader national des cours particuliers en ligne, connait un regain d’activité. Idem pour Santé Discount, le n°1 français de la parapharmacie en ligne, installé à Montrabé (Haute-Garonne).

Et demain ?

Evidemment, il est prématuré de dresser un bilan complet des dégâts du Covid-19 dans l’écosystème numérique d’Occitanie.

« On manque de visibilité » résume Alexis Janicot, le directeur de la French Tech de Toulouse.

Le climat est dégradé mais il y a deux moyens pour s’en sortir : l’entraide entre startup et l’anticipation. Il faut penser à 6 ou 12 mois » – Alexis Janicot, directeur de la French Tech de Toulouse.

Alexis Janicot rappel également qu’il existe de nombreuses aides du Gouvernement (prêts, chômage technique,..). Pour lui, les éventuelles conséquences économiques apparaîtront dans plusieurs mois. A suivre…

Julien Leroy

01 Mar

Ouverture de la Cité des start-up de Toulouse !!

Après 3 ans d’attente, la Cité des start-up de Toulouse accueille ce lundi 2 mars, ses premiers pensionnaires. A terme, 300 jeunes pousses et partenaires de l’innovation numérique sont attendus dans les 12.000 m² rénovés des anciennes halles de Latécoère à Montaudran.

Crédit : Arnaud Thersiquel

A Toulouse, la Cité des start-up va devenir une réalité ce lundi 2 mars 2020 avec l’arrivée de ses premiers entrepreneurs. 

Ils seront seulement une poignée à franchir le pas de porte ce lundi mais d’autres suivront prochainement. Il reste encore des places. Géré par l’accélérateur AT Home, le tiers-lieux peut accueillir jusqu’à 295 startups. 

En attendant, ils sont une quinzaine à poser leur bagages dont Blockproof, Chap’, Drompy, Lydia, Rydoo, Staffman et Swallis Medical.

Ce projet de cité est né 2017 sous l’impulsion du Conseil régional d’Occitanie. 

L’idée est d’offrir « un équipement structurant au service du développement de l’écosystème d’innovation à Toulouse et en Occitanie » assurait Carole Delga lors de la présentation du projet. 

A terme, le site pourrait devenir le grand lieu de la région dédié à l’économie de demain. Une « station F » aux couleurs de l’Occitanie !

Pour y parvenir, la Région a racheté, il y a 3 ans, les anciennes halles de Latécoère dans le quartier de Montaudran à Toulouse. Une acquisition à 5,5 millions d’euros.

La cité de start-up propose un espace de co-working, un FabLab, et un tiers lieux pour les jeunes pousses. Le lieu sera également la nouvelle adresse de l’incubateur Nubbo et de l’agence  régionale de développement économique Ad’Occ 

Les travaux de la plupart des espaces sont aujourd’hui terminés. Les déménagements vont se succéder au cours des prochains mois pour une mise en service complète en septembre 2020. Reste à la cité à trouver son rythme de croisière. 

>> Reportage de France 3 Toulouse du 2 mars 2020 (Emmanuel WAT et Ayham KHALAF) :

Julien Leroy

25 Fév

Insolite : A Toulouse, deux entrepreneurs de startups ouvrent leur… bar à vin

Le bar Nabuchodonosor (Crédit Chris Lamb)

Passer de l’univers des start-up à l’ambiance d’un bar à vin.

C’est la nouvelle aventure des Toulousains, Benjamin Böhle-Roitelet et Boris Delmas.

Le premier est un entrepreneur bien connu du monde numérique Toulousain. Il a notamment fondé Ekito, un accélérateur de start-up. Le second est l’un des animateurs français de la plateforme danoise Vivino (le « Instagram du vin« ). 

Amoureux du vin, les deux amis ont décidé de reprendre le « Nabuchodonosor ».

Il s’agit du premier bar à vin de Toulouse né en 1981. Au fil des années, il est devenu une institution de la ville mais l’établissement ferme ses portes en juin 2019.

Aujourd’hui, le bar à vin de la rue du Coq, renaîtra durant le week-end du 4 et 5 avril 2020.

« Nous avons de très belles tables à Toulouse, mais beaucoup de bars à vins, sont plus des « restaurants à vins ».  Il s’agit donc là pour nous et pour Toulouse de sauvegarde de patrimoine. Un patrimoine culturel, celui des bistrots où les coudes se frottent, où le vin ouvre la parole et permet le lien social. Une manière de voir et de vivre Toulouse qui ne doit pas disparaître, mais au contraire se doit de poursuivre de plus belle » raconte Benjamin Böhle-Roitelet.

Au-delà de ce patrimoine, le duo d’entrepreneurs souhaite investir « dans un projet de coeur et riche de sens » et promouvoir « les vins d’auteurs et d’artisans« . 

« Le vin a évolué, par le climat, par de nouvelles générations de vignerons, par des approches aussi plus écologiques, c’est tout cela que nous montrerons et partagerons au Nabu »  explique Boris Delmas.

« Ce domaine du vin d’auteurs et d’artisans a pour moi le plus grand sens. Historiquement particulièrement touché par les pesticides et la chimie (..), il est aujourd’hui à l’écoute de la terre et du climat qui modifient son terroir et impactent clairement ses produits » complète son compère. « Il est aussi conscient que l’on est dans un monde mathématiquement fini, un vigneron ne peut espérer faire du vin, qu’une quarantaine de fois dans sa vie, cela permet de regarder l’économie bien différemment ».

En attendant de servir le premier verre (avec modération), le duo poursuit leur activité dans le numérique. Benjamin Böhle-Roitelet a crée en 2018 sa propre startup « Relief » avant de rejoindre « Unitag » le spécialiste du QR Codes.

 

Julien Leroy

23 Fév

Toulouse : une conférence sur l’éthique de l’IA avec le spécialiste Christophe Abrassart

© MaxPPP

Face à l’émergence de la data et de l’intelligence artificielle, la question de l’éthique et d’une utilisation responsable se pose de plus en plus.

C’est pourquoi, les acteurs toulousains du secteur (ANITI, Occitanie Data et Toulouse Is AI) organisent ce lundi 24 février 2020 une soirée de réflexion sur la « Big data / IA & éthique, mission impossible ? ». 

Ouvert à tous et entièrement gratuit, l’événement se déroule de 17h30 à 21h30 dans les locaux de l’hôtel de région à Toulouse. 

Pour l’occasion, Christophe Abrassart, professeur à l’université de Montréal sera présent. Il est l’un des fondateurs de la Déclaration de Montréal sur l’IA responsable, texte de référence au niveau international sur l’éthique de l’IA.

D’ailleurs, « Il va accompagner Occitanie Data dans notre propre démarche de co-construction de notre charte éthique du big data » précise Olivier Auradou, délégué général d’Occitanie Data.

A terme, Toulouse veut devenir une place mondiale de l’intelligence artificielle et de la big data. 

Plus d’info : cliquer ici

Julien Leroy

14 Fév

Toulouse : Pourquoi Patrice Cazalas quitte la direction de Capitole Angels ?

Surprise dans le mercato des startups toulousaines. Le délégué général de Capitole Angels, Patrice Cazalas annonce ce 11 février, son départ. Explications.

Patrice Cazalas (crédit : Patrice Cazalas)

Patrice Cazalas est une personnalité dans l’écosystème des startups de Toulouse.

De nombreux projets numériques ont pu voir le jour grâce à ce passionné de l’aventure entrepreneuriale.

Depuis 2014, il est le délégué Général de Capitole Angels. Ce club de business met en relation des entrepreneurs avec des investisseurs d’Occitanie. En 6 ans d’existence, Patrice Cazalas et son réseau sont parvenus à attirer 12 millions d’euros pour financer plus de 500 jeunes pousses.

« Fédérer un grand nombre d’investisseurs privés n’est pas une tache facile, et chaque levée de fonds nécessite un effort non négligeable de nombreux interlocuteurs. Les Business Angels sont les seuls à s’impliquer d’un premier contact « early stage » jusque à la sortie en tant qu’investisseurs, en passant par différentes étapes de coaching, mentoring, conseil et la mise à disposition de leurs compétences, de leurs expériences, de leur réseau et -bien sûr- investissement financier » précise Patrice Cazalas.

Malgré ce bilan positif, Patrice Cazalas annonce ce 11 février 2020, qu’il quitte le poste de délégué général de Capitole Angels.

« Après avoir dépassé mes objectifs (nombre et montant d’investissement, partenariats stratégiques, impact dans l’écosystème, augmentation de 600% du budget sponsors, création de Occitanie Angels, …) j’ai fini par atteindre chez Capitole Angels un « plafond de verre » à la fois par les limites intrinsèques du contexte associatif, et le fait d’être le seul salarié au plus haut des responsabilités opérationnelles et stratégiques » écrit-t-il dans une lettre ouverte publiée sur Linkedin.

« Quitter ce poste (..) a été une décision difficile à prendre, mais je pense que le moment est venu pour moi de passer à une nouvelle étape » poursuit-il

Aujourd’hui, le Toulousain veut tenter de nouveaux défis et « cherche un nouveau poste de salarié ». 

« Je crois sincèrement que la façon la plus évidente d’être heureux dans la vie, c’est de réaliser dans quelle contexte on s’épanouit et de travailler pour se retrouver au bon endroit, au bon moment avec les bonnes personnes, dans des responsabilités qui nous satisfont pleinement » complète Patrice Cazalas.

En attendant de nouvelles opportunités, le Business Angels restera au sein du club pour continuer à investir et aider les jeunes entrepreneurs.

« Depuis des années j’encourage les Startups comme les investisseurs à avoir de l’audace, et à prendre des risques. C’est exactement ce que je fais aujourd’hui » conclut-il.

>> Si vous souhaitez lire sa lettre ouverte, ses remerciements ou réagir : cliquez ici.

Julien Leroy

29 Jan

Création à Toulouse d’une agence Esport

Face à la montée en puissance du e-sport, un Toulousain lance ce jeudi 30 janvier 2020, l’agence Esport. L’objectif est de développer le sport électronique et fédérer les acteurs en Occitanie. Un accélérateur de startup verra également le jour dans la ville rose.

© Adrien Vautier / /MAXPPP

Face au développement de l’esport en France et en Occitanie, le Toulousain Rodolphe Asséré (ingénieur chez Sopra Stéria) a eu l’idée de créer lAgence Esport, une structure associative dédiée à la croissance économique du secteur.

Le lancement de l’agence aura lieu ce jeudi 30 janvier 2020 à Toulouse à 18h30, au sein du Village by CA.

L’objectif est de développer le jeu vidéo compétitif et fédérer les acteurs en Occitanie

« L’idée est de favoriser la croissance économique de l’esport au sein des régions, à commencer par l’Occitanie qui dispose de nombreux atouts (événements esport, forte communauté de joueurs, écoles, studios de jeux vidéo, etc » complète Rodolphe Asséré.

LAgence Esport veut ainsi « accompagner la création d’emplois en lien avec le sport électronique, faciliter le business de l’esport en France en fluidifiant les relations entre acteurs et offrir un catalogue de formations autour de l’esport, pour écoles, universités et entreprises » énumère son fondateur.

« Le marché du jeu vidéo pèse plus que l’industrie cinématographique et musicale réunies. L’esport est la pratique compétitive du jeu vidéo (..). On parle d’équipes sportives, de nouveaux modèles économiques ou encore de partenariats industriels. Je suis convaincu d’une chose : c’est par la rencontre des passionnés formant l’écosystème esport avec les acteurs traditionnels que les projets prendront vie et auront toute la teneur qu’ils méritent » complète Rodolphe Asséré.

Pour l’aider, le Toulousain a regroupé autour de lui une équipe de professionnels de l’esport, du conseil, de la transformation digitale, du marketing ou encore de la finance. Par ailleurs, il cherche également des capitaux privés pour financer les projets.

Un accélérateur de startup dédié à l’esport

D’ici quelques semaines, Rodolphe Asséré va lancer à Toulouse : « PEX’In », un accélérateur de startups évoluant dans l’esport. Une première en Occitanie

Un appel à candidatures (15 places disponibles) sera lancé début février 2020 pour sélectionner une première promotion au mois d’avril. Les lauréats seront hébergés au Village by CA31.

Toulouse s’affirme de plus en plus comme une ville incontournable du sport électronique.

L’une des plus grandes salles françaises d’esport est ouverte depuis mai 2019 dans le quartier de Montaudran. Par ailleurs, le complexe « ICONE » dédié au jeu vidéo compétitif est prévue pour 2022 dans le quartier des Argoulets. Un site unique en France qui hébergera la première salle Esport pour personnes handicapées.

Julien Leroy

22 Jan

4 choses à savoir sur Alexis Janicot, le (nouveau) directeur de la French Tech de Toulouse

La nouvelle équipe de la French Tech Toulouse – Alexis Janicot est au centre (crédit French Tech Toulouse)

Après des mois d’attente, le nouveau directeur délégué de la French Tech Toulouse a été dévoilé ce lundi 20 janvier.

Alexis Janicot a pour mission de fédérer et développer l’écosystème des startups de la ville rose. Un vaste chantier qu’il mènera avec la nouvelle direction de la French Tech toulousaine, composée de 8 entrepreneurs et de la présidente Sandrine Julien-Rouquié, fondatrice de Ludilabel. 

Dans le monde du numérique toulousain, Alexis Janicot reste relativement méconnu.

Alors, voici une mini-bio pour connaître davantage l’un des futurs visages incontournables de l’écosystème local :

1Un néo-toulousain de 33 ans

Née à Paris en 1987, Alexis Janicot est diplomé de l’ESC de Rouen avant d’obtenir un master de management publique au MINES de Paris. Il enchaîne ensuite des missions de consultant chez Thalys, Sopra Steria ou pour l’ambassade de France. En 2015, il débarque à Toulouse où il a des attaches familiales.

2L’un des responsables du Fablab Artilect de Toulouse

A 28 ans, Alexis Janicot intègre l’équipe qui développe le FabLab de Toulouse. Durant 2 ans, il sera le responsable des opérations et se chargera des relations publiques sur le festival européen des FabLabs 2016. 

3Spécialiste de l’EdTech

Entre 2018 et 2019, Alexis Janicot se lance auprès des startup spécialisées dans l’éducation (EdTech). Il fait parti de MetaStrat (collectif de freelances engagés dans l’EdTech et la Tech For Good) avant de créer un accélérateur dans ce secteur innovant au sein de la Noema Business School à Paris. En novembre 2019, il revient dans la ville rose pour son nouveau poste à la French Tech de Toulouse. 

4Va créer un observatoire des start-up à Toulouse

Alexis Janicot souhaite créer rapidement, un observatoire des startups de la ville rose. L’idée est de réaliser régulièrement un état des lieux de l’écosystème local avec ses emplois, ses levées de fonds, ses enjeux et ses entrepreneurs. Les premiers résultats seront dévoilés au printemps 2020.

Julien Leroy