02 Sep

Le Toulousain Lyra lance un titre restaurant nouvelle génération

Le secteur de la livraison de repas au bureau est en plein boom. Mais avec les titres déjeuner en papier, impossible de commander sur internet. A Labège, près de Toulouse, le groupe Lyra vient de mettre au point un titre-restaurant dématérialisé nouvelle génération qui va révolutionner nos habitudes de consommation.

© Alexandre MARCHI / MaxPPP]

Utiliser un titre restaurant directement sur internet. C’est désormais possible grâce à l’innovation de l’entreprise Lyra basée à Labège près de Toulouse.

Jusqu’ici, le paiement en ligne par titre restaurant était (quasiment) impossible même s’il existe quelques cartes de crédit émises par les sociétés spécialisées. Pourtant, le secteur est en plein croissance avec 125 millions de repas livrés en France par an selon une étude du cabinet NPD Groupe.

Lyra, l’un des leaders mondiaux de la transaction financière en ligne, l’a très vite compris en proposant un nouveau mode de paiement plus fluide.

Concrètement, l’entreprise toulousaine propose une plateforme de paiement en ligne qui s’intègre sur un site de e-commerce ou de e-livraison, « sans que le commerçant ait à changer de banque » précise Yves Sicouri, Directeur Retail chez Lyra.

Lorsque le client passe la commande, il peut ainsi « payer une commande en titre-Restaurant (jusqu’à 19 euros par jour selon la loi) et compléter son paiement, si besoin, en réglant le solde par carte bancaire« .

Pour parvenir à ce défi technologique, Lyra a travaillé conjointement avec Conecs, opérateur technique des titres-Restaurant dématérialisés.

Signature de plusieurs leaders de la livraison de repas

Les deux entreprises espèrent ainsi attirer tous les professionnels du secteur. « Les Titres-Restaurant dématérialisés deviennent un formidable levier de croissance à exploiter pour les restaurants et commerces de bouche », explique Yves Sicouri.

Lyra a déjà signé avec Class’Croute, Sodexo, Pass restaurant, Natexis INtertitre, Edenred, le groupe UP et la Food Tech Nestor. Ce dernier livre 3000 repas par jour dont 60 % sont payés avec des tickets papiers. La start-up espère doubler sa clientèle avec ce titre dématérialisé.

Une de nos équipes (Julie Valin et Eric Foissac) a testé ce nouveau mode de paiement 100 % toulousain :

Lyra, le Toulousain leader mondial des paiements en ligne

Fondée en 2001 par Alain Lacour, Lyra sécurise les paiements en e-commerce et proximité et développe des services pour gérer au quotidien les transactions et les équipements. Le groupe est présent dans 10 pays (Algérie, Allemagne, Brésil, Chili, Espagne, Inde, Mexique, Argentine, Colombie et Pérou) et embauche 250 collaborateurs.

Lyra connecte plus de 3 millions terminaux de paiement dans le monde et revendique plus de 10 milliards de transactions en 2017.

Julien Leroy

07 Mai

Météo Pollen, l’application (toulousaine) qui donne les prévisions de pollen de votre commune

Recevoir sur son smartphone, les prévisions de pollen de sa commune pour les prochains jours. C’est l’objectif de l’application Météo Pollen, créée par une start-up de Toulouse.

© MaxPPP

Si beaucoup se réjouissent de l’arrivée des beaux jours, 30% des français redoutent cette période synonyme de retour du pollen.

C’est pourquoi la start-up toulousaine WeatherForce, vient de concevoir l’application Météo Pollen.

Une fois téléchargée sur son smartphone, Météo Pollen informe les personnes allergiques sur le taux de concentration de pollen prévu dans l’air de leur ville.

« Contrairement aux applications existantes, elle annonce les quantités de pollen prévues dans chaque ville, sur la journée en cours et les deux jours suivants » précise l’équipe toulousaine. Les prévisions concernent les pollens des graminées, bouleau et olivier.

L’application affiche également la pollution de l’air, la carte de Météo France et des conseils pour mieux vivre avec les allergies.

La jeune pousse a travaillé en collaboration avec le Centre Européen de Météorologie (CEPMMT), dans le cadre du programme scientifique européen de surveillance de l’atmosphère CAMS.

Sortie en le 15 mars dernier, Météo Pollen revendique plus de 5000 téléchargements en l’espace moins de 2 mois.

WeatherForce a été créée à Toulouse, en 2016, par Christine David et Pascal Venzac. Leur société est spécialisée dans les projets et les applications météorologies.

>> Plus d’info sur weatherforce.org

>> Découvrez Méteo Pollen avec le reportage de Julie Valin Marc Raturat / Juin 2018 : 

Julien Leroy

27 Mar

Toulouse : Fin de l’aventure pour CitizenFarm et son aquarium-potager intelligent

Fin de l’aventure pour la start-up toulousaine Citizenfarm. Son fondateur, Pierre Osswald a annoncé ce lundi 26 mars, la liquidation judiciaire de son projet de ferme urbaine. Créée il y a 4 ans, la jeune pousse était l’une des pionnières françaises de l’aquaponie.

© Citizenfarm

« Citizenfarm, c’est fini… » annonce ce lundi 26 mars, le fondateur de la start-up toulousaine spécialisée dans l’aquaponie.

Dans un message publié sur son compte Linkedin, Pierre Osswald explique : « Après 5 années de travail passionné, Citizenfarm c’est malheureusement fini. Une gamme de 4 produits, près de 6000 clients particuliers, 7 fermes aquaponiques en France, quelques grandes enseignes, des partenaires prestigieux, mais nous avons décidé de demander le placement en liquidation judiciaire de Citizenfarm le 20 mars dernier« .

Contacté par téléphone, Pierre Osswald ne souhaite pas en dire davantage. Il se laisse quelques semaines pour organiser et analyser la fin de son projet.

Pour le moment, l’entrepreneur veut remercier ceux qui l’on soutenu. « Surtout merci, à vous tous, clients, partenaires, fournisseurs, car grâce à vous, nous avons essayé d’accomplir un idéal de société : une société dans laquelle la consommation serait différente » écrit-il.

Créée en 2014, CitizenFarm était l’un des pionniers de l’aquaponie en France. Cette technique permet de cultiver des fruits et légumes avec son… élevage de poissons. Le système est écologique, auto-suffisant et sans engrais chimique. La société toulousaine avait ainsi conçue « Ozarium » un aquarium-potager intelligent.

Malgré des débuts prometteurs (6000 aquariums vendus), un prix GreenTech remis par le ministère de la transition écologique, CitizenFarm n’est pas parvenu à pérenniser son activité.

Au-de-là la réalité économique, Pierre Osswald espère surtout avoir « essayé d’accomplir un idéal de société : une société dans laquelle la consommation serait différente. Et en ce sens, nous n’avons pas échoué, car nous sommes sûrs que le travail que nous avons mené (..) ont laissé des traces et que certains d’entres vous ont pu changer un peu leurs habitudes« . 

« Alors, Oui c’est difficile, mais putain, ça vaut vraiment le coup ! » conclu-t-il sur Linkedin

>> Le projet CitizenFarm (par France 3 Toulouse) :

Julien Leroy

23 Jan

Des Toulousains forment au Bitcoin et autres monnaies virtuelles

Le marché mondial du bitcoin pèse 250 milliards de dollars. Ce qui fait rêver. C’est ainsi que des Toulousains ont crée Bitconseil. La start-up conseille et forme sur les monnaies virtuelles. Reportage.

Crédit : Bruno Levesque / MaxPPP

Crédit : Bruno Levesque / MaxPPP

Le bitcoin est une monnaie virtuelle utilisée sur Internet. Contrairement aux devises traditionnelles, elle n’est ni « frappée » ni administrée par une Banque centrale et un Etat. Elle a même été conçue avec l’objectif précis de se débarrasser d’organismes de contrôle.

Le terme vient de l’anglais « coin » (pièce de monnaie) et de « bit » (unité d’information binaire en informatique).

Aujourd’hui, le marché mondial du bitcoin pèse 250 milliards de dollars. Son cours a augmenté de 700% en 2017. Ce qui fait rêver de nombreux investisseurs et particuliers.

C’est pourquoi, 4 Toulousains (Benoît Huguet, Nazim Morera, Morgan Phuc Calmejane et Robin Calmejane) ont crée, en 2015, Bitconseil. Hébergée chez At Home, la start-up conseille et analyse l’émergence des monnaies virtuelles comme le Bitcoin.

Apero bitcoin pour les passionnés et les curieux

Tous les 15 jours, les fondateurs de Bitconseil organisent un apéro dans un bar de Toulouse, pour rassembler les amateurs. Une cinquantaine de passionnés ou de curieux se retrouvent ainsi autour d’une bière, pour parler de ces monnaies virtuelles émergentes.

Bitconseil publie également des tutos et vend, depuis novembre 2017, un guide de 120 pages sur le fonctionnement des cryptomonnaies et de la blockchain. Parallèlement, des ateliers sont organisés à la Cantine de Toulouse. 

Au-de-là de cette activité d’édition et d’information, Bitconseil conseil sur ce marché virtuel. D’ailleurs, la jeune pousse a accompagné « Hush », la nouvelle néobanque du Toulousain Eric Charpentier (fondateur de Morning)

>> Découvrez le bitcoin et les Toulousains de Bitconseil avec le reportage de Denis Tanchereau, Jean-Pierre Duntze et Marc Raturat :

Julien Leroy

12 Déc

Equitation : des Toulousains inventent Equisure, un capteur connecté pour détecter la chute du cavalier

Deux Toulousains inventent le premier système d’alerte connecté pour les cavaliers. Il permet de prévenir les secours en cas de chute. Plus de 6000 accidents ont lieu chaque année en France.

© France 3 Midi-Pyrénées

© France 3 Midi-Pyrénées

Avec 644.000 licenciés (dont 60.000 en Occitanie), l’équitation est le troisième sport le plus pratiqué en France après le football et le tennis. C’est également l’une des activités les plus dangereuses. Près de 6000 accidents de toute nature sont enregistrés chaque année.

C’est ainsi que la start-up IMInnov, basée dans l’Aude, vient d’inventer le premier système d’alerte connecté pour les cavaliers.

Baptisé « Equisure », cet objet connecté se compose de deux capteurs. L’un se pose sur le harnais du cheval. Le second sur la bombe du cavalier. Le tout fonctionne avec son smartphone via le Bluetooth.

Une alerte est envoyée dès qu’un incident se produit. Les proches et les secours sont alors prévenus et peuvent intervenir rapidement. Equisure veille également sur l’animal en permettant de le retrouver au plus vite s’il prend la fuite après une chute

Une innovation toulousaine

Cette innovation est née dans la tête d’un couple de toulousains, Christophe Le Camus et sa femme Catherine. Le premier a travaillé dans l’informatique. La seconde a côtoyé la filière équine.

Après des mois de test dans des clubs hippiques de la région toulousaine, le duo s’apprête à lancer la commercialisation d’Equisure d’ici juin 2018. Comptez environ 299 euros.

En attendant, la jeune pousse ira présenter son système au CES de Las Vegas en janvier 2018.

>> Découvrez en image cet objet connecté avec le reportage de Denis Tanchereau et Jack Levé – France 3 Midi-Pyrénées – Décembre 2017 :


Equitation : des Toulousains inventent « Equisure », un capteur connecté pour détecter la chute du cavalier

Julien Leroy

14 Nov

Enedis forme ses techniciens avec la… réalité virtuelle

Enedis utilise des masques de réalité virtuelle pour former ses techniciens. Ces derniers apprennent et répètent les gestes techniques en toute sécurité avant d’aller sur le terrain. Une formation 3D développée par une start-up de Gaillac (Tarn), Numix.

© Numix

© Numix

Contrairement aux idées reçues, les casques de réalité virtuelle ne sont pas réservés uniquement aux passionnés de jeux vidéo. Les applications professionnelles se multiplient.

Après Revinax, nouvel exemple avec la start-up NUMIX, basée à Gaillac dans le Tarn. Elle a crée un environnement virtuel pour former les 4500 agents d’Enedis (ex-ERDF) en charge du réseau de distribution d’électricité en France.  

Les 7 salariés de Numix ont reproduit en 3D et à l’identique, l’intérieur d’un transformateur électrique haute-tension. Les techniciens d’Enedis peuvent ainsi, apprendre ou répéter les gestes techniques en toute sécurité, avant d’aller sur le terrain. 

Cette formation virtuelle comporte plusieurs scénarios dont des situations dangereuses. « On va pouvoir déclencher des court-circuits ou des électrifications » précise Jeff Sebrechts, cofondateur de Numix.

Enedis prévoit aujourd’hui de déployer ce stage de réalité virtuelle sur l’ensemble de ses sites français.

>> Découvrez en image cette formation virtuelle avec le reportage de Denis Tanchereau et Jack Levé – France 3 Midi-Pyrénées – Novembre 2017 : 


Formation virtuelle pour les agents d’Enedis

Julien Leroy

04 Juil

Toulouse : « Flipr », un objet connecté pour (bien) entretenir sa piscine

Flipr veut faciliter le quotidien des propriétaires de piscine. L’objet connecté analyse l’eau et livre des conseils pour l’entretien. Une innovation mise au point par une start-up de l’IoT Valley à Labège, prés de Toulouse. 

© Flipr

© Flipr

Flipr est un objet connecté pour sa piscine. En forme de dauphin, l’appareil analyse en permanence différents paramètres, comme le PH, la température et le chlore de l’eau. Toutes les données et les recommandations d’entretien s’affichent alors sur le smartphone du propriétaire.

« Une piscine, c’est du plaisir. Mais on te dit rapidement qu’il faut faire l’entretien 2 à 3 fois par jour. Alors, je me suis dit qu’il serait bien d’avoir un petit objet qui me ferait ce travail à ma place » raconte Paul Costaseca, l’un des trois inventeurs de cette innovation. 

L’objectif est de simplifier toutes les opérations d’entretien d’une piscine privée. Les concepteurs assurent que l’application permet de réduire de 32% le budget consacrée à ses opérations.

Flipr est né en 2015, lors d’un start-up week-end à Perpignan. Paul Costaseca, Sven Fonteny et Florent Vidal ont ensuite crée leur société à l’IoT Valley de Labège, avant de commencer à commercialiser leur capteur innovant. 

Depuis, ils sont parvenus à écouler 500 exemplaires de Flipr, vendu tout de même 300 €. La jeune pousse a également signé des contrats avec plusieurs magasins spécialisés, dont le groupe toulousain Irrajardin.

>> Découvrez en image Flipr avec le reportage de Denis Tanchereau – France 3 MidiPyrénées – Juillet 2017 : 


Flipr, objet connecté pour la piscine

>>> Plus d’info sur : www.goflipr.com

Julien Leroy

29 Juin

Hautes-Pyrénées : Ogoxe, un objet connecté pour alerter sur les risques d’inondations

La start-up Ogoxi, basée à Saint-Laurent-de-Neste (Hautes-Pyrénées) vient de concevoir une balise connectée (IoT) qui mesure la montée des cours d’eau et donne l’alerte. Les inondations sont le premier risque nature en France.

© Ogoxe

© Ogoxe

La crue meurtrière de juin 2013 dans les Pyrénées est encore dans les mémoires. Un événement aux conséquences dramatiques dont certaines pourraient être évitées grâce au dispositif « Ogoxe » créé par une start-up de Saint-Laurent-de-Neste dans les Hautes-Pyrénées.

« OGOXE est une solution d’alerte aux crues qui s’adresse à la fois aux élus (..) et aux riverains » explique le fondateur Guillaume Délai.

Concrètement, il s’agit d’un objet connecté équipé d’une caméra à ultrasons, qui « calcule en permanence la hauteur des cours d’eau tout en tenant compte des précipitations et des paramètres du terrain » détaille le concepteur. Toutes les données sont modélisées et disponibles, en temps réel, via une application. Ogoxe permet ainsi de prévoir une crue ou une montée des eaux grâce à une série d’algorithmes.

Par ailleurs, un boitier « est fourni aux riverains exposés, qui informe en permanence les indications du niveau de danger, même quand les réseaux de communication sont endommagés » assure la start-up pyrénéenne. Un système de prévention complémentaire qui fait gagner du temps en cas d’évacuation.

Guillaume Délai espère séduire les collectivités locales. Les inondations sont le premier risque naturel en France. 11 % de la population est exposée à la menace d’une crue. Pourtant « seuls 20 000 km de cours d’eau sont surveillés sur les 428 906 km que l’on compte dans l’hexagone » précise-t-il.

>> Reportage sur Ogoxe – France 3 MidiPyrénées (Denis Tanchereau) – mai 2017  :


Objet connecté pour prevenir les crues

Julien Leroy

16 Mai

La start-up toulousaine Demooz propose de tester un produit high-tech chez un particulier avant de l’acheter

La start-up toulousaine Demooz vous propose de tester un produit avec un particulier qui le possède déjà. Spécialisée dans les innovations numériques et les appareils high-tech, la plateforme de recommandation sociale compte plus 60.000 utilisateurs. Reportage sur cette nouvelle success-story.

© Demooz

© Demooz

« Essayez avant d’acheter« , c’est le slogan de la start-up toulousaine Demooz, spécialisée dans la recommandation sociale d’innovations numériques et d’appareils high-tech. Elle met en relation des futurs acheteurs avec des particuliers qui possèdent déjà le produit convoité. Cela permet de le tester en conditions réelles et de discuter avec un utilisateur convaincu (ou pas).

Il suffit de s’inscrire gratuitement sur la plateforme en proposant, soit d’être un « démonstrateur », soit d’être un « testeur ». Un concept simple qui fonctionne. Lancée en décembre 2013, Demooz compte plus de 60.000 utilisateurs dans toute la France, 15 salariés et des bureaux à Bordeaux et Paris. 

Objets connectés, drones et… prochainement des voitures électroniques

Le modèle économique de Demooz repose sur des partenariats avec les marques qui veulent se faire connaître. 250 produits sont ainsi référencés : de la montre connectée, au robot de cuisine en passant par le drone et l’imprimante 3D.

Mais, la jeune pousse toulousaine souhaite étendre son service à tous les secteurs. D’ailleurs, elle vient de signer avec un grand constructeur automobile français, pour proposer en test des voitures électriques. En avril, Demooz avait également décliné son site pour « tester » les candidats du 2e tour de l’élection présidentielle 2017

>> Reportage sur Demooz  – France 3 MidiPyrénées – mai 2017  :


Start-up Demooz

Julien Leroy

20 Avr

Présidentielle 2017 : En Haute-Garonne, Fontenilles va expérimenter le dépouillement numérique

Informatiser et suivre en temps réel le dépouillement des votes. C’est l’innovation proposée par la commune de Fontenilles en Haute-Garonne pour l’élection Présidentielle 2017. Un dépouillement 2.0 qui pourrait révolutionner le système actuel avec crayons et papier.

© SEVERINE COURBE / MaxPPP

© SEVERINE COURBE / MaxPPP

A l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle 2017, la commune de Fontenilles va expérimenter, ce dimanche 23 avril, le dépouillement numérique des votes. 

Le principe est de saisir informatiquement, le dépouillement des bulletins de vote. Une tâche assurée par un « scrutateur numérique« . Les résultats provisoires et définitives de chaque bureau sont alors stockées et publiées, en temps réel, sur un site web visible depuis un smartphone.

L’objectif est de « donner à toutes les personnes impliquées (..) la possibilité de visualiser le déroulement et les résultats d’un dépouillement en temps réel » explique Philippe Nivert, le premier adjoint de Fontenilles à l’origine du projet. 

Pour ce pour ce premier tour, le « dispositif reste expérimental » précise l’élu. Aucune diffusion au grand public n’est prévue. Et l’adresse web restera réservée aux candidats, aux administrations et aux personnes présentes le soir du scrutin. Le dépouillement manuel sera évidemment assuré.

Ranger le crayon et le papier ?

Mais à terme, Philippe Nivert espère intégrer ce système au dispositif légal. Aujourd’hui, le dépouillement électoral s’opère avec plusieurs scrutateurs qui comptent et notent sur… des feuilles en papierIl existe également le dépouillement électronique qui consiste à lire les résultats des machines à voter. Toutes ses données sont ensuite transmises à la Préfecture qui les informatise pour le ministère de l’intérieur. Le dépouillement numérique de Fontenilles ferait ainsi gagner du temps au mairie.

Cette innovation « unique en France » assure le premier adjoint, a été developpée avec des étudiants de l’IUT informatique de Blagnac. Un partenariat avec le groupe Makina Corpus (spécialiste des logiciels libres et des applications mobiles) a été également conclu pour lancer une « démarche nationale« .

Fontenilles envisage d’étendre l’expérimentation jusqu’aux élections législatives en juin 2017. A suivre…

>>> Reportage de France 3 Midi-Pyrénées – 6 juin 2017 :

Dépouillement numérique à Fontenilles

Julien Leroy