26 Juin

Quel est le point commun entre les applications Siri, Leetchi, Once et SchoolMoov ?

© FREDERIC CHARMEUX / MaxPPP

Réponse : Toulouse.

Ces applications sont aujourd’hui installées sur des millions de smartphones ou de tablettes. Des incontournables inventés ou fondés par des Toulousains !!

Exemple avec la célèbre cagnotte en ligne « Leetchi » et ses 10 millions d’utilisateurs. Elle a été fondée en 2009 par Céline Lazorthes, née à Toulouse. Idem pour Shannon Picardo. A 17 ans, il crée SchoolMoov. 6 ans après, sa plateforme est n°1 français du soutien scolaire en ligne avec 1 million d’élevés accompagnés. 

Once a également conquis le cœur de 8 millions d’Européens pour devenir l’une des plus importantes applications de rencontres en ligne. Basée en Suisse mais elle a été imaginée par le Toulousain Jean Meyer.

Enfin, l’assistant vocal « Siri » installé sur tous les Ipad et Iphone d’Apple, a été co-inventé par Luc Julia, né dans la ville rose. Ce spécialiste de l’IA et des objets connectés dirige aujourd’hui l’innovation chez Samsung.

A cela, il ne faut pas oublier les deux réseaux « made in Toulouse » qui fonctionnent dans l’ombre de l’Internet.

Sigfoxcréée un réseau mondial des objets connectés en bas débit. Une première mondiale. Grâce à sa technologie, les entreprises peuvent ainsi collecter et exploiter des millions de données jusque-là inaccessibles ou coûteuses. Parallelement, Lyra Network sécurise les paiements en ligne et les terminaux de carte bleue dans le monde entier. Le groupe connecte plus de 3 millions terminaux de paiement dans le monde et revendique plus de 11 milliards de transactions en 2018.

Julien Leroy

24 Juin

Anti-gaspillage alimentaire : 30.000 Toulousains utilisent « Too Good To Go »

© MaxPPP

L’application Too Good To Go tente de lutter contre le gaspillage alimentaire à Toulouse et en France.

Elle met en en relation commerçants et utilisateurs pour sauver leurs invendus, en fin de journée, sous la forme de paniers vendus à petit prix.

L’objectif est de limiter, au maximum, les 10 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année en France. Des pertes qui représentent 16 milliards d’euros et 15 millions de tonnes de CO2, selon une étude de l’Ademe.

Après 3 ans d’existence, Too Good To Go revendique un réseau de 9000 commerçants en France. « Un effort commun qui a permis de sauver plus de 6 millions de repas en France » précise l’équipe de l’application.

A Toulouse, Too Good To Go rencontre également le succès depuis son lancement en janvier 2017.

Après Paris, la ville rose a été la première métropole a bénéficié de cette appli anti-gaspi. Aujourd’hui, elle a séduit 230 commerces et plus de 30.000 utilisateurs. 150.000 repas ont été ainsi économisés. « Sur les 3 derniers mois, Toulouse est en 4e position nationale après Paris, Lyon et Bordeaux » précise la startup.

Too Good To Go est aussi présent dans plusieurs villes de Midi-Pyrénées dont Labège, Montauban, Cahors, Albi, Castres ou Tarbes.

Crée à Paris, Too Good To Go est le leader national du secteur. Il a déjà noué des partenariats avec la grande distribution (Carrefour, Biocoop,…), des enseignes de la restauration (Exki) et des milliers de commerces de proximité.

Julien Leroy

22 Juin

Santé : « Mon Ordo », l’application qui remplace l’ordonnance à la pharmacie

Inventée à Toulouse, « Mon Ordo » permet d’avoir son ordonnance de médicament directement sur son smartphone. On peut ensuite la conserver, l’envoyer à sa pharmacie et être alerté en cas de renouvellement. Une application prometteuse.

© Mon ordo / Sébastien Bonnet

La nouvelle application « Mon Ordo » est quelque sorte le « Doctolib » du pharmacien.

L’application d’abord de digitaliser son ordonnance afin de l’avoir directement sur son smartphone. Cette dématérialisation permettra d’économiser « 1 million d’ordonnances papiers par an en France, soit 430 hectares de forêt » assure Sébastien Bonnet, le cofondateur.

Au-delà du geste écologique, « Mon Ordo » veut surtout en finir avec les problèmes quotidiens de l’ordonnance papier : « entre ceux qui la perdent, ceux qui l’oublient et ceux qui ratent le renouvellement. Cela pose de gros problèmes aux pharmaciens » estime le concepteur.

C’est ainsi que l’application mobile permet « de géolocaliser la pharmacie la plus proche de chez vous, d’envoyer ses ordonnances afin de commander des médicaments et d’être averti au moment du renouvellement » résume-t-il.

Chaque dossier est entièrement sécurisé via un système de blockchain (technologie de stockage et de transmission d’information sans organe de contrôle) affirment les deux concepteurs.

« Mon Ordo » offre également la possibilité de prendre rendez-vous avec son pharmacien et de le contacter par messagerie.

Bientôt disponible à Toulouse

Entièrement gratuite pour le particulier, elle est payante pour le médecin et le pharmacien. Reste à convaincre le maximum de professionnels de santé pour pérenniser l’innovation et assurer le business model. En attendant, une version béta est en cours de test sur Toulouse.

L’application a été imaginée par deux jeunes toulousains. Sébastien Bonnet (30 ans) est docteur en pharmacie et Marc Cosmin (27 ans), ingénieur développement. Les deux amis sont accompagnés par un spécialiste de l’IA et du Blockchain. 

La start-up cherche un incubateur pour se développer. Une levée de fonds est également prévue. A suivre…

Plus d’info sur monordo.com

Julien Leroy

20 Juin

Aide humanitaire : une application toulousaine sélectionnée pour le Forum de Paris sur la Paix

A Toulouse, l’ONG Danaides développe l’application « P2PR2P » qui sécurise l’aide humanitaire dans les pays en guerre. La solution innovante a été choisie ce mardi 18 juin, pour le prochain Forum de Paris sur la paix qui se déroulera au mois de novembre.

© ZHANG MENG /MAXPPP

Initié en 2018 par Emmanuel Macron, le Forum de Paris sur la Paix (Paris Peace Forum) pressente des projets et des solutions innovantes qui visent à améliorer la paix, l’environnement, la culture ou l’éducation dans le monde.

Cette année, ce rendez-vous international a reçu plus de 700 candidatures venant de 115 pays.

Parmi elles, l’application toulousaine « P2PR2P » a été sélectionnée ce mardi 18 juin, dans la catégorie « Nouvelles technologies ». Le projet sera présenté à la prochaine édition du Forum, du 11 au 13 novembre 2019 à la Grande Halle de La Villette à Paris.

« P2PR2P » est une plateforme en ligne qui sécurise l’aide humanitaire dans les pays en guerre. Elle permet de mettre en relation directement les donateurs avec la population civile locale. « L’application peut distribuer plusieurs types de ressources (informations, relations, matériel médical,…) par le biais d’une myriade de petits canaux, à la fois fiables et adaptés à la demande et aux situations locales » explique Stéphanie Lamy, la conceptrice.

Tous les échanges sont cryptés et privés. « Cela évite à des acteurs étatiques d’être tentés de détourner les canalisations d’aide humanitaire afin de financer leur propre effort de guerre » complète-t-elle.

L’application est en cours de développement par l’ONG Danaïdes. Basée à Toulouse, l’association a été fondée en 2017 par Dr. Félix Blanc et Stéphanie Lamy, qui se sont rencontrés à « Internet sans frontières ». Félix Blanc est philosophe de la guerre. Et la Toulousaine Stéphanie Lamy a déjà mené plusieurs opérations humanitaires. Ils sont actuellement aidés par le professeur Richard Brooks de l’Université de Clemson (USA).

Son lancement est prévu à la fin de l’année. « D‘abord au Soudan et en Libye » explique Stéphanie Lamy avant un déploiement en Syrie.

En attendant, cette sélection au forum de la paix va offrir une belle visibilité à l’innovation toulousaine et convaincre d’éventuels investisseurs. « Nous cherchons dans un premier temps des fonds locaux » précise-t-elle. Parallèlement, Stéphanie Lamy vient d’ouvrir une campagne de crowdfunding sur Helloasso.

Julien Leroy

12 Avr

Il est désormais possible de payer via WhatsApp (grâce à des Toulousains)

Situé à Labége, près de Toulouse, le groupe Lyra a lancé, ce mercredi 10 avril, un service de paiement via WhatsApp. Une innovation destinée au 1,5 milliard d’utilisateurs de la messagerie instantanée.

© Fabian Sommer/ MaxPPP

Transformer WhatsApp en terminal de paiement. C’est la nouvelle innovation du groupe toulousain Lyra, le leader mondial de la sécurisation des paiements en ligne.

Le service inédit est destiné aux commerçants et aux 1,5 milliard d’utilisateurs de WhatsApp dans le monde.

Concrètement, il suffit au commerce de souscrire au service. Au moment de l’achat, il envoie le montant au compte WhatsApp de Lyra. Le client reçoit alors un message pour finaliser la transaction. Le paiement se fait en toute sécurité.

« WhatsApp est devenue incontournable dans l’univers des applis de messagerie instantanée, avec plus d’un milliard d’utilisateurs quotidiens ! Il nous a donc paru évident de nous intéresser aux opportunités offertes par ce canal de communication en matière de paiement » précise Anton Bielakoff, Directeur Général du groupe Lyra.

Pour le moment, ce service est inédit et innovant. Reste à séduire les professionnels et le grand public. Mais chez Lyra, on y croit. « L’annonce de Facebook (propriétaire de WhatsApp depuis 2014) concernant l’unification des applications de messagerie Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram, prédit l’émergence de nouveaux cas d’usage » complète Anton Bielakoff.

Lyra, le Toulousain leader mondial des paiements en ligne

Fondée en 2001 par Alain Lacour, Lyra sécurise les paiements en ligne et les terminaux de carte bleue. Le groupe est présent dans 11 pays et embauche 290 collaborateurs. Lyra connecte plus de 3 millions terminaux de paiement dans le monde et revendique plus de 11 milliards de transactions en 2018.

>>> Reportage de France 3 Toulouse (E.Wat et Thierry Villegier) : 

Julien Leroy

31 Mar

Albi : un jeu vidéo pour (mieux) former les étudiants infirmiers

E-santé. Pour former les futur(e)s infirmiers ou infirmières d’Occitanie, des chercheurs de l’université d’Albi ont conçu : « Clone ». Ce serious game plonge virtuellement les futurs professionnels de soin dans la vie quotidienne d’un hôpital.

© Serious Game Research Lab

Un jeu vidéo pour apprendre son métier d’infirmier. C’est l’objectif de « Clone » conçu à Albi.

Visuellement, ce serious game ressemble aux Sims ou à Theme Hospital, un jeu des années 90 où il fallait gérer un hôpital.

Dans Clone, le joueur incarne un(e) infirmier/e qui prend son poste le matin. Après avoir pris les transmissions auprès de l’équipe de nuit, il doit planifier les tâches à faire dans la journée, les réaliser et enfin transmettre les informations à l’équipe de l’après-midi.

L’objectif est de former « aux compétences d’organisation, de planification, de prise de décisions ou encore de leadership » précisent les concepteurs.

Une fois la partie terminée, l’étudiant peut analyser ses erreurs et ses réussites. « Cela permet également au formateur de procéder à un débriefing et d’analyser les mécanismes mis en place par le futur professionnel« .

Capture écran du jeu / © Serious Game Research Lab

Un simulateur virtuel qui séduit les étudiants

Le projet est né d’un constat de la part des professionnels du secteur.

« Les infirmiers rencontrent des difficultés lors de leur prise de poste en terme d’organisation du travail et de gestion des activités. A l’initiative de l’ARS, un groupe de travail a été constitué pour tenter d’améliorer le développement de cette compétence » raconte l’équipe de Clone.

En juillet 2017, les chercheurs du laboratoire Serious Game Research de l’université Champollion à Albi relèvent ainsi le défi.

Un an plus tard, le jeu vidéo est expérimenté par 1000 étudiants infirmiers d’Occitanie. « 75% des étudiants qui ont utilisé le jeu sérieux déclarent que celui-ci apporte une plus-value au niveau de l’apprentissage » assurent les chercheurs.

Une seconde phase de test est prévue pour septembre 2019 sur des étudiants infirmiers de 2e année. Un déploiement national est également à l’étude.

>>> Petite démonstration de Clone en cliquant ici 

>>> Reportage de France 3 Occitanie (Cécile Frechinos & Frédéric Desse) :

Julien Leroy

26 Mar

L’application qui évite les PV de stationnement disponible sur Toulouse et Montpellier

Seety (anciennement cPark) est une application qui permet d’éviter les amendes de parking en signalant le passage des agents de contrôle. Développée en Belgique, elle débarque ce mardi 26 mars dans 10 villes françaises dont Toulouse et Montpellier.

© JOSSELIN CLAIR / MaxPPP

En finir avec les amendes de stationnement. C’est le slogan de l’application belge Seety qui débarque ce 26 mars dans 10 villes françaises dont Toulouse et Montpellier.

« L’application Seety vous aide à éviter les amendes et à réduire vos dépenses de stationnement » précise le fondateur Hadrien Crespin.

Le service mobile repose sur une communauté d’automobilistes qui signale le passage des agents de contrôle et les voitures-radar. Une entraide qui permet d’éviter (au maximum) un PV de stationnement. Seety indique également les différentes zones de parking d’une ville (gratuit, à disque ou payant) avec les divers tarifs.

Lancée en Belgique et à Paris en 2018, l’application revendique 170.000 utilisateurs dont 60.000 dans la capitale française.

Après plusieurs mois d’attente, Seety débarque ce mardi 26 mars, dans 10 villes françaises supplémentaires : Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Starsbourg, Montpellier et Toulouse.

« Notre ambition est d’atteindre 500 000 utilisateurs d’ici la fin de l’année. Dans les mois qui viennent, nous allons progressivement lancer nos services dans toutes les grandes et moyennes villes de France avant de partir à la conquête du marché espagnol » espère Hadrien Crespin.

En attendant, l’application est déjà un calvaire pour les municipalités. Signaler un contrôle pour éviter le PV fait forcement polémique mais cela reste légal. A Paris, la mairie accuse les concepteurs de vouloir « détourner les règles ».

>> Plus d’info sur cette application anti-PV avec le reportage de France 3 Occitanie (Corinne Carrière et Eric Foissac) : 

Julien Leroy

21 Mar

Toulouse : Myharmony, l’application qui aide les professionnels de location BTP

L’éditeur toulousain de logiciels, hitechsoftware présente ce jeudi 21 mars, une application sur smartphone unique en France. « Myharmony » permet de gérer son parc de matériel BTP n’importe où. Une aubaine pour les professionnels qui se déplacent de chantier en chantier.

© Damien GAUTIER / MaxPPP

En France, plus de 1500 entreprises et 26.000 salariés travaillent dans le secteur de la location de matériel de BTP, selon la fédération DLR qui regroupe les loueurs et les distributeurs de matériel de BTP.

Des professionnels qui doivent gérer un important parc de matériel de chantier. Du tractopelle au marteau piqueur.

« Ils doivent répondre en temps réel à des demandes de réservation ou de devis. Il leur faut à la fois suivre leur parc et favoriser le partage d’informations entre collaborateurs, le tout souvent hors de leur bureau » explique Philippe Passade, fondateur de hitechsoftware.

C’est pourquoi la société hitechsoftware a crée « Myharmony », une application sur smartphone dédiée à ses loueurs de matériel BTP.

L’objectif est de faire « gagner un temps précieux aux professionnels de la location en leur permettant d’être à la fois sur le terrain et de gérer instantanément les demandes clients » assure Philippe Passade. « Plus besoin d’être devant son PC fixe ». L’application se synchronise automatiquement avec le serveur.

Unique en France, « Myharmony » est officiellement présenté aux professionnels du secteur, ce jeudi 21 mars au congrès de la fédération DLR à Nancy.

Cette innovation est née à Toulouse dans les locaux de hitechsoftware. Depuis 1986, cet éditeur de logiciels s’est spécialisé dans la location, la négoce et la gestion de parc de véhicules et de matériels. Aujourd’hui, l’entreprise de Philippe Passade compte 22 collaborateurs et affiche un chiffre d’affaire de 1,3 million d’euros. La société est également présente dans 15 pays dont l’Alaska et la Malaisie. 

Julien Leroy

15 Mar

Amour : Succès du site de rencontres « Once » créé par un… Toulousain

Avec 8 millions d’utilisateurs en Europe, Once est l’une des plus importantes applications de rencontres en ligne. Une success-story créée en 2015 par un Toulousain, Jean Meyer.

© Once

« Once » est une sucess story à la française. En 4 ans, l’application de rencontres en ligne s’est fait une place dans ce secteur très concurrentiel en se positionnant comme un « anti-tinder ». 

« Once est l’inventeur du slow dating. Contrairement aux autres applications de rencontres (e.g. Tinder, Meetic…) qui proposent un catalogue illimité de profils, Once vous présente un seul profil toutes les 24h » explique son concepteur Jean Meyer. « Tous les jours, à midi, notre algorithme vous proposera une personne qui vous correspond. A l’heure de l’abondance numérique et du tsunami d’options, sur Once, un couple à 24 heures pour se découvrir ».

Aujourd’hui, Once revendique plus de 8 millions utilisateurs en Europe dont 2 millions en France.

Créée après un voyage en Corée

« L’idée n’est pas de moi » avoue le Toulousain. « Lors d’un voyage en Corée en 2012, j’ai découvert une application de rencontres du nom de I-UM qui proposait un concept très similaire. L’application faisait un carton et j’ai voulu importer le concept en Europe« .

Il se lance dans l’aventure en mars 2015 en créant sa startup en Suisse. « Pas pour des raisons fiscales mais parce que mon associé est Suisse et s’est chargé des démarches administratives » précise Jean Meyer.

Au fil des années, l’application de rencontre séduit les célibataires français, britanniques, allemands ou encore autrichiens. Et depuis quelques semaines, Once a débarqué aux Etats-Unis.

© Once

Aujourd’hui, Once compte 25 collaborateurs. « Nous recrutons. Surtout des personnes qui ont « chocolatine » dans leur vocabulaire » s’amuse Jean Meyer qui n’oubli jamais son pays toulousain.

Enfance à Toulouse

L’entrepreneur de 36 ans revient régulièrement dans la ville rose pour voir sa famille. « J’ai fait toute ma scolarité du primaire au supérieur à Toulouse. Après une courte expérience à Saliège à Balma, j’ai été admis à l’UTBM où j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur spécialise en informatique« .

Jean Meyer a ensuite continué ses études aux Etats-Unis à l’université de Columbia où il a obtenu un MBA en 2011.

Once n’est pas la première aventure entrepreneuriale de Jean Meyer. A 18 ans, il crée sa première société, « Everchat » où il commercialise des solutions de salle de conférence virtuelle. En 2007, il lance une plateforme communautaire de corrigés et de résultats pour les examens du supérieur ; « revendue à Studyrama en 2010 » complète-t-il.

En 2010, il se lance dans le marché des petites annonces amoureuses en créant « DateMySchool » pour les étudiants américains.

Aujourd’hui, il espère faire grandir Once pour « devenir à terme le second groupe mondial dans la rencontre en ligne« . En France, 1 personne sur 4 s’est déjà inscrit, au moins une fois, sur ces applications de l’amour.

Julien Leroy

13 Mar

Pause déjeuner : Midi O’resto, une application (toulousaine) pour connaître le menu du jour des restaurants

Où manger ce midi ? quel est le menu du jour du bistro au coin de la rue ? En quelques clics, « Midi o’resto » permet de connaître le menu du jour des restaurants situés autour de son bureau ou à proximité. Créée à Toulouse, l’application vient de réaliser une levée de fonds 1 million d’euros.

© ROMAIN LAFABREGUE / AFP

« Fini le temps où il fallait être assis à une table de restaurant pour connaître le menu du jour » commence Joël Khanano, le concepteur de Midi O’Resto.

Lancée en novembre 2018, son application Midi O’Resto propose les menus du jour des restaurants situés à proximité. Il est également possible de chercher par ville ou par établissement.

Une innovation simple et très utile qui s’adresse avant tout aux travailleurs. 76% des Français déjeunent, au moins une fois par semaine, au restaurant, selon une étude d’Ideal Meal menée en 2016. La France est même championne d’Europe dans ce domaine. Nous passons plus de 45 minutes à manger avec nos collègues.

Du côté des restaurateurs, le repas du midi représente également une part considérable du chiffre d’affaire. « Le menu du jour le midi, c’est 80 % du chiffre d’affaire d’un restaurant » assure le fondateur de Midi O’Resto.

Entièrement gratuite pour les utilisateurs, l’application est payante pour le restaurateur (29,90 €/mois). Ce dernier gère ensuite la saisie du menu du jour et les informations pratiques de son établissement.

Après 4 mois de commercialisation, Midi O’Resto revendique plus de 3200 mangeurs et 80 restaurants à Toulouse et Cahors.

« Nous allons accélérer notre déploiement avec nos commerciaux » précise Joël Khanano qui prévoit de débarquer dans plusieurs grandes villes de France dont Paris. Parallèlement, il va lancer dans une semaine, un module de réservation.

A 32 ans, Joël Khanano est un ancien directeur informatique. Mais en 2015, le Toulousain démissionne pour lancer sa start-up et échanger avec les restaurateurs. « Certains m’ont même dit qu »il avait eu l’idée de cette application« .

Après une première levée de fonds de 400.000 euros fin 218, Midi O’Resto vient de boucler une second tour de table d’un million d’euro. Si les restaurants adoptent l’application, cette nouvelle startup toulousaine va cartonner.

Cependant, Midi O’Resto n’est pas le seul sur ce secteur. Basée à Annecy (Haute-Savoie), « Menu Du Jour » propose déjà des bons plans et des menus du jour à proximité. Lancée en 2016, l’application revendique 120 000 utilisateurs et 18 000 restaurants dans toute la France.

>>> Pour télécharger Midi O’Resto : www.midioresto.com

Julien Leroy