23 Mar

Airbus abandonne Word et Microsoft Office pour Google Suite

Les 133.000 salariés d’Airbus Group ne vont plus utiliser Word, Excel et les autres logiciels bureautiques de Microsoft Office. Le constructeur aéronautique vient d’opter pour la suite de Google.

© Joël Le Gall / MaxPPP

Bonne nouvelle pour Google mais la décision doit probablement être difficile à digérer pour Microsoft.

Dans une note interne diffusée il y a une semaine, le groupe aéronautique Airbus annonce qu’il abandonne Microsoft Office 365 (Word, Excel,…) pour basculer sous Google Suite. Cette gamme informatique comprend des logiciels pour créer des documents textes, des feuilles de calcul, des présentations et des enquêtes. 

Une petite révolution dans le quotidien des 133.000 salariés du constructeur. Le déploiement devrait prendre 18 mois.

« Nous avons besoin de technologies qui soutiennent activement nos nouvelles méthodes de travail, des outils numériques modernes qui nous permettent d’être pleinement collaboratifs, de travailler avec nos nombreuses équipes différentes, à travers les frontières et les fuseaux horaires, pour en faire réellement partie » explique le PDG d’Airbus Group, Tom Enders selon le site web britanique « The Register » qui a  pu consulter la note interne..

Depuis quelques années, Microsoft et Google se livrent une bataille mondiale des suites bureautiques.

Lancé en 2006, Google Suite (ex- Google Apps) gagne, peu à peu, du terrain dans les entreprises françaises. Un tiers d’entre elles a déjà imité Airbus, selon une étude du cabinet de Bitglass en 2016. Mais Microsoft Office 365 reste encore omniprésente dans les bureaux. 

Julien Leroy

22 Mar

MedPics, le réseau social des médecins pour échanger sur des cas cliniques

E-santé. MedPics permet de rassembler le corps médical pour échanger leur expertise sur des cas cliniques anonymes. Cette application a été créée par une start-up de Montpellier. Elle compte aujourd’hui près de 50.000 professionnels.

© Medpics

Unique en France, MedPics est une application de partage de cas cliniques.

« Medpics est un véritable réseau social pour les médecins et professionnels de santé qui leur permet d’échanger entre confrères de cas cliniques tout en préservant l’anonymat des patients » explique le concepteur, le Dr Safia Slimani.

L’objectif est « d’améliorer leur formation ou perfectionner un diagnostic en se basant sur l’intelligence collective« .

MedPics propose ainsi des groupes de discussion autour de cas cliniques anonymes mais aussi une messagerie instantanée privée afin de poursuivre l’échange avec un confrère.

« Pour les médecins isolés dans les déserts médicaux, cela peut permettre de rompre la solitude et d’échanger avec des confrères pour émettre des diagnostics Pour les étudiants, cela leur permet de s’exercer et d’apprendre au contact de professionnels » précise le fondateur.

Depuis janvier 2018, la plateforme délivre des formations en e-learning agréés par l’agence nationale du développement personnel continu (ANDPC). MedPics peut également se transformer en messagerie interne pour un hôpital. En résumé, MedPics veut devenir le couteau suisse du professionnel de la santé.

Fondée en mars 2015 à Montpellier, la plateforme revendique près de 50.000 utilisateurs et plus de 15.000 cas cliniques.

L’idée est née dans la tête du docteur Safia Slimani, généraliste à Salon-de-Provence. Lors d’un week-end start-up de Montpellier, elle rencontre son associé : Jonathan Oleszkiewicz, ingénieur informatique. Depuis la jeune pousse compte 7 salariés.

>>> Pour télécharger l’application Medpics : www.medpics.fr

Julien Leroy

15 Mar

Steeryfit, « Le Bon Coin » des rencontres sportifs sur Toulouse

L’application toulousaine Steeryfit aide à trouver des sportifs pour un jogging, un match de tennis ou organiser une partie de football. Ce « Bon Coin » des rencontres sportives a été lancé il y a un mois par deux quadragénaires passionnés de running.

© Steeryfit

© Steeryfit

Le plaisir de partager un moment sportif. C’est le leitmotiv d’une nouvelle application toulousaine : Steeryfit

« Elle sert à réunir des sportifs (débutants ou confirmés) entre eux selon leur planning, le lieu où ils se situent et leurs niveaux » explique Cyril Vallet, cofondateur de Steeryfit. 

Steeryfit met en relation des passionnés qui veulent faire un jogging, un match de tennis ou organiser une partie de football. 

« Vous désirez jouer au squash en fin de journée, vous n’avez personne avec qui jouer. Vous avez 2 solutions sur SteeryFit, soit vous matchez un événement squash qui vous correspond (lieu, horaire, niveau….) soit vous créez votre propre événement » précise Cyril Vallet. 

Pratiquer le sport en toute sécurité

Les deux concepteurs veulent également sécuriser la pratique du sport, notamment pour les femmes.

« Une jeune femme souhaite aller courir, en rentrant du travail à 19h. Il fait déjà nuit… Elle désire donc trouver des partenaires de running, elle peut donc matcher un événement running ou créer son événement (elle aura le choix d’y accepter qui elle veut) » raconte le cofondateur.

Entièrement gratuite, Steeryfit est né en janvier 2018 grâce à deux Toulousains quadragénaires. Cyril Vallet est éducateur sportif et préparateur physique de 42 ans. Il est également président de la société MyÔsport. Son associé est Laurent Carrere. A 40 ans, ce directeur dans l’hôtellerie pratique le triathlon et participe à plusieurs marathons. 

Pour le moment, l’application compte peu d’utilisateurs. Mais les deux fondateurs espèrent se faire connaître et créer une forte communauté pour attirer des annonceurs.

>> Pour télécharger Steeryfit disponible (uniquement) sur Android : Cliquez ici

Julien Leroy

07 Mar

Une application toulousaine vous aide à rédiger (le plus beau) des textos de vœux

Pour célébrer un anniversaire, une naissance, un mariage ou le nouvel an, un ingénieur toulousain vient de créer l’application gratuite « SMS Voeux ». En quelques clics, elle vous aide à rédiger et à envoyer le plus beau des textos.

© LIONEL VADAM / MaxPPP

© LIONEL VADAM / MaxPPP

« SMS de Vœux » fait parti des petites applications qui facilite la vie.

Entièrement gratuit, elle permet d’envoyer des messages de vœux pour toutes les grandes occasions de l’année : anniversaire, mariage, fête des mères, fête des pères, fête du travail, la Saint Patrick, Pâques, Noel, Nouvel an…

L’application propose ainsi des messages déjà rédigés pour ceux qui sont à court d’idée. Mais, le texte reste entièrement personnalisable.

« Il est possible d’en faire une carte de vœux et d’y rajouter ses propres citations, étiquettes et avatar mais aussi d’importer ses photos et réaliser un montage simplement et rapidement » précise le concepteur.

Il suffit ensuite d’envoyer votre message par Email, MMS ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger, WhatsApp, Snapchat, Twitter, Instagram, LinkedIn,…).

L’application est pratique et facile à utiliser. Une version Premium payante est également disponible.

L’ensemble a été conçu Pierre-Edouard Galtier, un ingénieur en informatique de Toulouse. Il a déjà créé d’autres applications comme « Mega Pads » qui permet de transformer son mobile en drum pad. Ou « SMS de Blagues » qui envoi des messages humoristiques aux amis. 

>> Pour télécharger « SMS de Voeux » sur Google Play : cliquer ici

Julien Leroy

06 Mar

Un cabinet de Toulouse crée un « robot avocat »

Le cabinet toulousain, ALTIJ, s’apprête à lancer son premier robot-avocat. Il s’agit d’un chatbot dédié au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD). Il répondra automatiquement aux questions des entreprises.

© Sigrid Olsson / Maxppp

© Sigrid Olsson / Maxppp

Toulouse va participer au phénomène des « robots-avocats ». Apparus dans les milieux juridiques anglo-saxons ces dernières années, le mouvement arrive peu à peu en France.

Le premier avocat virtuel toulousain est destiné à répondre aux entreprises qui doivent appliquer le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles. La loi RGPD rentre en vigueur le 25 mai prochain

Sous forme d’un chatbot, le robot en ligne répond automatiquement et 24h/24, aux interrogations des entrepreneurs.

« Il permet des interactions en langage naturel. Les utilisateurs lui parlent comme s’ils conversaient avec un conseiller humain, grâce au Traitement Automatique du Langage (TAL) » précisent les concepteurs.

« Notre initiative s’adresse à tous les professionnels en lien avec le sujet de la conformité RGPD. Nous leur diffusons un premier niveau d’information sur le RGPD et les guidons pas à pas dans le traitement des données personnelles qu’ils seront amenés à gérer » complète Maître France Charruyer, fondatrice du cabinet ALTIJ.

L’avocat électronique a été développé par ALTIJ, cabinet d’avocats implanté à Toulouse et Bordeaux et la société Inbenta France. Cette start-up toulousaine (filiale de la maison mère espagnole) a été fondée par Luc Truntzler. Elle conçoit des chatbots et des outils de recherche intelligente. 

Ce premier robot avocat sera officiellement inauguré ce mardi 13 mars dans les locaux d’ALTIJ à Bordeaux.

>>> Plus d’info sur : www.conformitergpd.expert

Julien Leroy

14 Fév

Pour le Carême, un prêtre toulousain propose d’envoyer la parole de dieu sur… WhatsApp

Chaque matin, l’Abbé Simon d’Artigue, curé de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, vous envoi un verset de la Bible sur votre smartphone via la messagerie WhatsApp. Une nouvelle façon de vivre le Carême qui débute ce mercredi 14 février.

© Cyril Frionnet / Maxppp

© Cyril Frionnet / Maxppp

Les prêtes se convertissent de plus en plus aux réseaux sociaux. Dernier exemple avec l’initiative de l’Abbé Simon d’Artigue, curé de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse. 

Pour aider les chrétiens à vivre le Carême, il propose de leur envoyer quotidiennement un verset de la bible via … WhatsApp (une application gratuite de messagerie instantanée).

« C’est la meilleure façon de recevoir la parole de dieu chaque matin (..) au lieu d’être alerté par les mauvaises nouvelles de l’actualité« ‘ précise le père Simon d’Artigue. 

Son dispositif simple et efficace, a été inauguré ce mercredi 14 février, jour où débute la période du Carême.

Durant 40 jours, le chrétien s’offre une pause dans son rythme habituel, pour retrouver le temps de prier et de réfléchir. C’est ainsi le prête toulousain a eu cette idée d’utiliser les réseaux sociaux au lieu de communiquer via le journal paroissial. « Etre présent là où il sont » complète le prête 2.0.

Pour recevoir la parole de dieu sur son téléphone, il est encore possible de s’inscrire gratuitement sur la page officielle : www.tinyurl.com/cheminonsensemble.

A noter que l’Abbé Simon d’Artigue possède également un compte Twitter : @simondartigue

>> Reportage de Claire Sardain (France 3 Toulouse) :

Julien Leroy

30 Jan

A Toulouse, Swimmy lance le premier « Airbnb » des piscines d’hôtels

Après la location de piscines entre particuliers, l’application Swimmy s’ouvre aux hôtels. Elle propose aux établissements de rendre leur piscine accessible à une clientèle extérieure. Le nouveau service est lancé nationalement ce mardi 30 janvier à Toulouse.

© Pullman Toulouse Airport / Accor Hôtel

© Pullman Toulouse Airport / Accor Hôtel

Envie de plonger dans une piscine d’un grand hôtel sans être client ? C’est désormais possible pour les Toulousains.

La plateforme parisienne Swimmy lance ce mardi 30 janvier à Toulouse, son nouveau service d’Airbnb des piscines d’hôtels. 

Le principe est simple : Une fois connecté sur la plateforme, il suffit de choisir un hôtel qui propose sa piscine accessible à une clientèle extérieure. Comptez environ 15 euros pour une heure de réservation. Et à vous la piscine à 32 degrés ou le cadre d’un hôtel luxueux ! 

Un service lancé dans un hôtel toulousain 4 étoiles  

L’hôtel Pullman de Toulouse est le premier établissement français à proposer ce service de piscines pour les particuliers.

« L’hôtel ouvre ses portes au-delà de sa propre clientèle hébergée et offre une véritable opportunité aux quelques milliers de salariés de Blagnac » précise son directeur Olivier Thomas. « Les plusieurs millions de passagers qui transitent par l’aéroport pourront également bénéficier de cette proposition« .

A terme, « Nous espérons que cette nouvelle opportunité début d’une longue série d’ouverture de piscines d’hôtels » espère l’équipe de la start-up. 

Fondée en juillet 2016 à Paris, Swimmy est le leader national de la location de piscines entre particuliers. Ce secteur est en plein boom depuis l’été 2017.

>>> Plus d’info sur www.swimmy.fr

Julien Leroy

23 Déc

Animer votre réveillon avec la web-radio toulousaine « Radio de Noël »

Si vous chercher des chansons de Noël pour la distribution des cadeaux du 25 décembre, branchez-vous sur « Radio de Noël ». Une web-radio toulousaine qui cartonne en France et au Canada.

© MaxPPP

© MaxPPP

Une web radio spéciale noël. C’est le principe de « Radio de Noël » lancée, il y a 10 ans, par Benoit Hutin et son épouse Corinne, compositeurs interprètes installés à Thil (Haute-Garonne). 

Disponible sur tablette et smartphone, cette radio offre des chansons et des musiques de Noël dans des styles très éclectiques et représentants plusieurs pays.

« Nous diffusons aussi bien les grands classiques Français, qu’Américains mais aussi Espagnol, Italiens, Russes ou autres. Il y a aussi de nombreux instrumentaux dans différents genres musicaux, électroniques, lounges, down tempo, jazz ou classiques » résume Benoit Hutin. « Nous intégrons quelques unes de nos productions musicales » complète-t-il.

S’il existe des applications similaires, « Radio de Noël » permet également de « personnaliser l’ambiance musicale d’un lieu avec des annonces« . Si bien que « cette radio est très utilisée en ce moment dans les marchés de Noël aussi bien en France qu’au Canada » assure le créateur toulousain. 

En 2014, une de nos équipes avait tourné dans les studios de cette radio qui fonctionne deux fois par mois.

Ce n’est pas le premier succès de Benoit et Catherine Hutin. Depuis 2013, leur chanson « Bonne année » cartonne à chaque réveillon du nouvel an, dans les clubs ou chez les particuliers.  

>>> Pour écouter La Radio de Noël : www.radiodenoel.fr

Julien Leroy

05 Déc

Occitanie : Que devient l’application « Sportihome », le Airbnb des sportifs ?

Née à Montpellier, que devient l’application Sportihome, le « Airbnb des sportifs » ? Un après son lancement, la plateforme séduit de plus en plus les passionnés de sports d’aventure.

© Sportihome

© Sportihome

Startupeurs, youtubeurs, web-série,… ils ont fait le buzz au moment de leur lancement. Mais que deviennent-ils quelques mois ou années après ? Sont-ils parvenus à transformer l’essai ? Votre blog #ToutCeQuiBuzz vous donne de leurs nouvelles.

Une application unique en France

Sportihome s’adresse à tous les passionnés de sport extrêmes : kitesurf, VTT, surf, randonnée, escalade, parapente,…

Créée à Montpellier, l’application est à la fois un « Google Maps » des meilleurs spots de sports d’aventure et un « airbnb » des voyageurs sportifs.

Sa première fonctionnalité est de « proposer un guide de spots renseignés et évalués par la communauté sportive » explique Sylvain Morel, l’un des deux fondateurs de Sportihome. A ce jour, plus de 900 spots sont recensés sur l’appli.

Mais l’innovation provient surtout de la deuxième fonctionnalité. Pour chaque spot, l’application propose des hébergement chez un particulier qui partage la même passion. Bref, un « airbnb » pour les voyageurs sportifs. Votre hôte peut d’ailleurs venir avec vous et partager le plaisir sportif.

Essai transformé !

Lancée en janvier 2017, Sportihome séduit. « A ce jour, nous comptons 11 644 membres, 1 431 logements et 907 spots » énumère Sylvain Morel. 

Un succès qui a permis à la start-up de recruter « 2 développeurs web en CDI, un en janvier, un autre en juin« . 4 nouveaux postes sont également prévus pour 2018.

La jeune pousse montpelliéraine prépare également une levée de fonds.

En attendant, l’application proposera d’ici quelques jours, un service de paiement en ligne afin de faciliter les hébergements. Sportihome vient aussi de signer un partenariat avec la fédération française de vol libre (FFVL) et ses 33.000 licenciés. De quoi prendre (encore) de la hauteur. 

 

Julien Leroy

30 Nov

La start-up toulousaine Liberty Rider lève 1,6 million d’euros (pour son application qui sauve les motards)

La start-up toulousaine Liberty Rider a annoncé ce mercredi 29 novembre, une levée de fonds de 1,6 million d’euros. Une tour de table qui permettra de développer son application capable de détecter un accident à moto et de prévenir les secours.

© Liberty Rider

© Liberty Rider

Les Toulousains de l’application mobile Liberty Rider, viennent de boucler une levée de fonds de 1,6 million. 

Après des semaines de tractations, l’annonce a été officialisée ce mercredi 29 novembre. Un tour table auprès de la Matmut, Inter Mutuelles Assistance, Macif, Mutuelle des Motards et Racer.

Grâce à cette somme, la start-up toulousaine veut renforcer son équipe avec une dizaine de recrutement et poursuivre la croissance de son application.

« Internationalisation, développement et enrichissement de l’offre avec des fonctions à vocations communautaires : voilà les grands projets Liberty Rider pour l’année à venir » précisent les 4 concepteurs. 

Application moto unique en France

Liberty Ryder est une application pour smartphone, capable « de détecter les accidents à moto afin de pouvoir alerter les secours au plus vite quand le motard accidenté n’est pas en mesure de le faire » résume Emmanuel Petit à l’origine de l’idée. Nous en avions parlé lors de son lancement en juillet 2016

Unique en France, l’innovation toulousaine a séduit la communauté des motards et les organisations de la sécurité routièreEn 18 mois, elle compte plus de 160.000 utilisateurs. « Avec plus de 20 millions de kilomètres parcourus par les utilisateurs, Liberty Rider est l’application moto numéro 1 en France » souligne l’équipe.

Passionné de moto, Emmanuel Petit a eu l’idée de Liberty Rider en empruntant certaines routes de campagne et pour rassurer ses parents. Il lance alors sa start-up avec l’aide de 3 associés, Julien Le, Jérémie Fourmann et Martin D’Allens. La jeune pousse est hébergée chez AT Home à Toulouse.

Julien Leroy