09 Avr

Défoulez-vous avec le premier jeux vidéo (gratuit) sur la Covid

Pour le troisième confinement national, changez-vous les idées avec un jeu vidéo sur la… Covid-19 ! L’idée semble saugrenue mais « Fightin Fools of Pandemic » devient rapidement hilarant et addictif.

Très facile à manier, vous dirigez un personnage (masqué) en train de courir dans une rue. L’objectif est de récupérer le maximum de doses de vaccin et éviter les obstacles (pangolin, chercheur barbu, cas positifs et poubelles).

A vous de décrocher le meilleur score et de défier vos proches !

Entièrement gratuit, le jeux vidéo peut se jouer sur un ordinateur.

« Fightin Fools of Pandemic » a été conçu par la start-up Freya Game basée à Labège, près de Toulouse.

« Le jeux a été créé par l’équipe, en dilettante (..) pour se défouler, entre deux dossiers » racontent Willy et Alexis, les fondateurs de la société. « Si la communauté accroche on poursuivra le développement » assurent-ils.

Freya Game est un éditeur de jeux vidéo pas comme les autres. Il produit des serious games visant à développer l’esprit critique, promouvoir l’éducation média et lutter pour l’inclusion numérique. 

« L’objectif de notre jeu est de se défouler mais aussi d’être un support ludique pour encourager aux bonnes pratiques chez les jeunes » précisent le duo. D’ailleurs, la création comporte de nombreux références à l’actualité.

Pour jouer : Cliquez ici ! 

Julien Leroy

31 Mar

Toulouse : découvrez la (première) web-série sur les drag queens

A mi-chemin entre le documentaire et le divertissement, « Soirée Draguisée » nous plonge dans l’univers des drag-queens de Toulouse. La web-série est diffusée depuis le 21 mars 2021. Le prochain épisode est prévu dans quelques jours. 

© Soirée Draguisée

Le réalisateur Toulousain Gabin Fueyo réalise la première série-réalité française sur l’univers du drag. 

« Soirée Draguisée est à la fois, une sitcom, une parodie de télé-réalité et un vaudeville où le travestissement est au centre du dispositif », résume-t-il.

L’histoire raconte « des hommes et des femmes, venus de tous horizons, s’essayer au Drag pour la toute première fois. C’est lors de soirées à thème incontournables, organisées par la truculente Natachatte Queen et son acolyte Catoche, qu’ils doivent assurer le show devant un public en folie. Chaque nouvelle drag espère remporter le célèbre Bounty Royal et voir son nom inscrit dans l’arbre généalogique de la famille Queen » poursuit-il. 

A mi-chemin entre la fiction et la réalité, l’idée est faire connaître l’univers méconnu des drag queens.

« J’ai toujours été intéressé par les questions autour du genre. (..). Le genre est un sujet tabou, qui fascine autant qu’il fait peur. Comment traiter d’un tel sujet sans cliver ou choquer ? ». Le monde du drag ou plutôt l’idée que je m’en fais m’a tendu les bras » explique le réalisateur.

Soirée Draguisée est avant tout un « divertissement avec de la légèreté, beaucoup d’humour et du spectacle« .

Soirée Draguisée | La série réalité avec des strass et des paillettes ! from Garéal on Vimeo.

« Je ne voulais pas réaliser un documentaire esthétisant, politique, autour de la Drag et de la communauté LGBT. (..). J’ai voulu voulu créer une nouvelle marque, qui s’affranchit de certaines normes de la communauté drag elle-même » complète le réalisateur Toulousain.

Cette web-série, entièrement tournée dans la ville rose, offre une mise en avant des drag geens. La majorité des protagonistes jouent leur propre rôle.

« Ils ont été tous surpris de participer à cette aventure et de voir l’ampleur que prenait le projet au fil des tournages ainsi que l’engouement naissant sur les réseaux sociaux » précise Gabin Fueyo.

La diffusion de la sérié a débuté ce 21 mars 2021.

« Les retours sont très positifs, les gens adhèrent. (..) C’est une sensation incroyable d’avoir réussi le pari de réunir des gens devant un programme inédit avec des drag-queen, avec une productions indépendante et des inconnus à l’écran » se réjouit le Toulousain.

« Soirée Draguisée » compte 7 épisodes de 25 min chacun. A visionner en streaming VOD via la plateforme Viméo, au prix de 4,90 €.

A 34 ans, Le Toulousain Gabin Fueyo n’est pas à son premier succès cinématographique sur le web. Entre 2016 et 2019, il a cartonné avec la web-série « Un Siècle vous contemple », où les héros ont plus de… 90 ans. Les 3 saisons totalisent près d’un million de vues.

> Plus d’info sur http://www.soireedraguisee.fr/

Julien Leroy 

30 Mar

Toulouse : rencontre avec Hélène Gallais, une entrepreneuse (très) courageuse

Découvrez une Toulousaine au parcours hors du commun. Malgré une maladie neuro-vasculaire qui l’a fait souffrir quotidiennement, Hélène Gallais est parvenue à réussir dans le domaine de la communication avant de créer sa startup autour des métiers de la cuisine. Le tout à seulement 30 ans.

© Hélène Gallais

Quel est votre parcours professionnel ? 

Hélène GALLAIS : « J’évolue dans le domaine des relations médias et de la communication globale depuis le début de ma carrière. Diplômée de l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse (ESC), j’ai débuté en tant que chargée de projets évènementiels au journal La Tribune à Paris où j’ai organisé de nombreux évènements nationaux et régionaux. C’est là que la passion est née.

J’ai ensuite travaillé en agence de communication pendant plusieurs années. Puis, j’ai été responsable de la communication d’un centre d’architecture à Bordeaux et j’ai ensuite eu l’immense opportunité de travailler aux cotés d’un Général de l’armée de Terre. Des expériences atypiques et très formatrices qui m’ont permis de consolider mes connaissances (..). J’aime mettre en place des stratégies, tisser des liens, organiser des échanges ».

Depuis le 23 mars 2021, vous avez lancé votre première start-up. Etes-vous prête pour un pitch ?

Oui ! Je lance cette startup avec mon frère, qui est chef. On lance la première plateforme de recrutement 100% dédiée à la cuisine. Nous réunissons sur une même plateforme tous les acteurs du monde de la cuisine : les restaurateurs, les candidats, les écoles. En période de pandémie, nous avons décidé d’inscrire l’innovation digitale au centre de notre réflexion car nous sommes convaincus que la digitalisation de ce secteur d’activité est primordiale pour faire avancer le métier.

Au-delà de l’investissement que demande la création d’entreprise, vous devez vous battre contre une maladie orpheline…

Oui, hélas, depuis mes 17 ans. Je souffre de ce que l’on appelle une EM, une maladie neuro-vasculaire. 1 cas sur 1 million, ce qui veut dire qu’il y a peu voire pas de recherche médicale et pas de traitement adapté.

Je suis très suivie par un centre de la douleur et soins palliatifs à Toulouse et je prends un traitement lourd, à base de morphiniques, qui malheureusement ne me soulage pas vraiment.

Comment parvient-on à surmonter la souffrance et à devenir une entrepreneuse ?

Aujourd’hui je suis associé avec mon petit frère dans Jobs & Chefs. J’ai beaucoup de chance car nous avions une confiance aveugle l’un en l’autre, et nous organiser notre temps et aménager mon temps de travail en fonction de mes crises de douleurs.

Comme la douleur est omniprésente et que je suis habituée à me dépasser, à me battre, que pour être stimulée intellectuellement, j’ai besoin d’avoir un métier dans lequel je relève des défis quotidiens ! Et c’est un peu la définition de l’entrepreneuriat finalement. C’est un parcours du combattant. On peut avoir une victoire un jour, et le jour d’après, une défaite.

Hélène et Clément Galais, fondateurs de Jobs & Chefs / © Jobs & Chefs

Justement, vous avez créé un compte Instagram pour sensibiliser à cette grave maladie..

En fait quand on est malade on se rend compte que c’est très compliqué de se confier à ce sujet avec son entourage, parce qu’on sait que c’est aussi de la souffrance pour eux d’être impuissants face au mal qui vous ronge. Alors on a tendance à se replier sur soi et à garder ses pensées noires secrètes.

En créant @la_maison_onirique, je me suis rendue compte qu’il était beaucoup plus aisé de se confier à des inconnus.

On peut dire tout ce que l’on veut sur le pouvoir parfois nocif des réseaux sociaux. Pourtant, depuis que j’ai débuté, je n’ai reçu que des messages bienveillants, plein d’amour, d’encouragements, de soutien. Je pense sincèrement que cela m’a appris à accepter davantage la maladie comme faisant partie intégrante de moi et à ne plus en avoir honte.

En tant que femme et entrepreneuse, quels conseils donneriez-vous ?

C’est compliqué pour moi de donner des conseils, car je me considère encore comme un « bébé entrepreneur ». Je dirais qu’il est nécessaire de se montrer humble, d’être à l’écoute de son environnement, d’être agile et par-dessus tout, d’apprendre à composer avec l’imprévu !

Quels sont vos souhaits pour cette nouvelle année 2021 ?

Personnellement ? Que je continue à travailler pour  devenir une meilleure version de moi-même. Professionnellement ? Faire de Jobs & Chefs, l’outil qui aidera concrètement  les restaurateurs pour les épauler dans la réouverture de leurs restaurants.

 

Propos recueillis par Julien Leroy

29 Mar

Voici la première cartographie des acteurs de l’IoT en Occitanie

Crédit : jeferrb de Pixabay

En Occitanie, des dizaines d’entreprises et organismes travaillent dans l’internet des Objets (IoT). Pour s’y retrouver, le cluster Digital 113 et l’agence Subvitamine ont dévoilé jeudi 25 mars 2021, la première cartographie régionale du secteur. 

« Cette dernière référence près de 150 acteurs, de la TPE aux Grands Comptes, du fabricant de capteurs aux centres de recherche, par thématique, par secteur d’activité et par localisation géographique. Elle dessine une filière variée et pluridisciplinaire » explique le cluster Digital 113.

Elle est en accès libre sur https://factory-iot.digital113.fr.

Ce recensement permet ainsi de dresser un portrait-robot de la filière. Près de 90% des acteurs de l’IoT sont répartis sur la Haute-Garonne et l’Hérault. Dans la moitié des cas, les start-up comptent moins de 20 salariés. Enfin, 89% des acteurs de la filière IoT en Occitanie ont plus de 10 ans d’existence.

Ce n’est pas la première fois que Digital 113 réalise ce travail de synthèse. En novembre 2020, il avait publié une cartographie de la filière de l’IA en Occitanie

Né de la fusion de DigitalPlace à Toulouse et de FrenchSouth.digital à Montpellier, Digital 113 est un cluster rassemblant tous les acteurs de la filière numérique d’Occitanie.

Replay de la présentation de la cartographie des acteurs de l’IoT en Occitanie : 

Julien Leroy

25 Mar

Toulouse : lancement de « Jobs & Chefs », un LinkedIn de la cuisine

La Foodtech française compte un nouveau venu : Jobs & Chefs. Née à Toulouse, la start-up lance une plateforme pour mettre en relation les restaurateurs, le personnel de cuisine et les étudiants d’écoles hôtelières. L’idée est de faciliter le recrutement et l’insertion professionnelle.

Hélène et Clément Galais, fondateurs de Jobs & Chefs / © Jobs & Chefs

La réouverture des restaurants et les bars dans les prochains mois s’annonce complexe. De nombreux établissements risquent d’avoir des difficultés à recruter dans un secteur d’activité déjà conditionné par un turnover naturellement élevé.

C’est dans ce contexte économique historique que Jobs & Chefs a lancé ce mardi 23 mars 2021, la première plateforme digitale consacrée au recrutement et à l’insertion des professionnels de la cuisine.

« Au-delà de la simple mise en relation, Jobs & Chefs crée un réel écosystème réunissant, sur une même plateforme, les restaurants recruteurs mais également les écoles hôtelières, vivier de toute la profession » complète Hélène Gallais, co-fondatrice de Jobs & Chefs.

L’idée est de créer ainsi un « LinkedIn » de la cuisine.

« En tant qu’outil collaboratif, la plateforme anticipe la validation des expériences et la certification des diplômes des candidats. Elle propose également un mode de sélection en entonnoir, facilitant la détection des profils les plus adaptés. Gratuit pour les cuisiniers et les étudiants d’école hôtelière, Jobs & Chefs les accompagne dès leur sortie d’école jusqu’à l’insertion professionnelle et tout au long de leur carrière » poursuit la conceptrice.

Du côté des restaurateurs, l’innovation toulousaine leur offre la « garantie d’un recrutement simple, rapide et sécurisé« . La plateforme est gratuite pour eux jusqu’au 15 juin 2021.

Jobs & Chefs est également une aventure familiale. La start-up a été imaginée par deux Toulousains : Hélène Gallais et son frère Clément. A 30 ans, la sœur est diplômée d’école de commerce et compte plusieurs années d’expérience dans la communication. Lui est chef cuisinier à domicile de 27 ans. Après fait l’école hôtelière de Saint-Chély-d’Apcher, il a notamment travaillé chez Michel Sarran.

>> Plus d’info sur https://www.jobsandchefs.com/

Julien Leroy

 

23 Mar

Toulouse : Apple forme (gratuitement) les demandeurs d’emploi au codage

Lancée en 2018 à Montreuil, cette formation s’étend en France. La première session à Toulouse s’est ouverte ce lundi 15 mars. Durant un mois, 25 demandeurs d’emplois vont apprendre les bases du code pour application mobile. D’autres dates sont prévues.

© Simplon.co

Apple se lance dans la formation informatique.

Via son programme « Apple Foundation Program », le géant Américain propose d’initier au développement d’une application mobile. Les ateliers sont entièrement gratuits et dédiés aux demandeurs d’emplois. Aucun prérequis n’est demandé.

« Cette formation est destinée en priorité à des publics encore peu représentés dans l’univers numérique : les femmes, les non-diplômés, les personnes originaires de quartiers prioritaires ou de zones rurales mais aussi des personnes en reconversion » précise Apple France.

Durant 4 semaines, les apprentis vont acquérir (en distanciel) « toutes les étapes de la création d’applications mobiles et de l’écosystème d’Apple ». L’objectif est d’être en mesure de programmer sa première application avec UX Design et le langage Swift.  

Apple a lancé ce programme d’apprentissage en 2018 à Montreuil avec l’aide de Simplon, un organisme de formation spécialisée dans le numérique inclusif. Peu à peu, les ateliers se sont étendus à Lyon, Marseille et Lille. Plus de 1000 personnes ont été formées. Aujourd’hui, le groupe Américain veut doubler la mise en se déploiement partout en France dont Toulouse.

Dans la ville rose, la première session de l’Apple Foundation Program a débuté ce 15 mars 2021 avec 25 chômeurs. De nouvelles dates sont prévues en avril et mai 2021.

Apple n’est pas le seul géant de la Tech mondiale à former gratuitement. Google multiplie également les formations à destinations des petites et moyennes entreprises à l’image de son van qui sillonne les routes d’Occitanie.

Plus d’info sur https://simplon.co/formation/foundation/24

Julien Leroy

22 Mar

E-santé à Toulouse : La (nouvelle) start-up Yooli lève 2 millions d’euros

© XAVIER DE FENOYL / MaxPPP

En seulement un mois d’existence, la jeune pousse Toulousaine Yooli parvient à réaliser une première levée de fonds de 2 millions d’euros.

Un tour de table bouclé uniquement avec des professionnels de la santé. « Au total, nous avons 70 actionnaires » explique Olivier Geoffroy, CEO de Yooli. « Il y a 15 établissements de santé. Le reste étant des médecins, des chirurgiens et des professionnels du secteur« .

Installé dans le quartier de la Patte d’Oie, Yooli est un portail numérique dédié au patient. « Il permet aux établissements de santé (hôpitaux, cliniques, plateaux techniques…) d’optimiser la prise en charge et le suivi médical de leurs patients, quelques soient leurs pathologies » explique son fondateur.

La solution de communication propose ainsi différents services à la carte : préadmission en ligne, prise de rendez-vous en ligne, téléconsultation, messagerie sécurisée, circuits numériques permettant au patient de préparer son acte ou son séjour, de préparer son retour à domicile et de disposer de programmes d’éducation thérapeutique.

Ce dispositif de e-santé est « à la fois multi-spécialité et multi-établissement » souligne son concepteur.

En réalité, Yooli existe depuis 4 ans. Il est née au sein de la Clinique Pasteur de Toulouse grâce à Olivier Geoffroy, directeur informatique de l’établissement. 

« Aujourd’hui, nous souhaitons le commercialiser« . La start-up a ainsi vu le jour en février 2021.

A ce jour, la solution est en cours de déploiement dans des hôpitaux ou des cliniques de la ville rose mais aussi de Nancy et Paris. Sa structure et sa levée de fonds devraient permettre à Yooli de devenir rapidement un acteur majeur de la e-santé en France.

Julien Leroy

17 Mar

Près de Toulouse : la start-up Brico Privé cartonne depuis le début de l’épidémie

A L’Union aux portes de Toulouse, Brico Privé ne connait pas la crise. En 2020, le leader français des ventes privées dédiées au bricolage, au jardinage et à l’aménagement de la maison, cartonne. Son chiffre d’affaire est en hausse de 40%. 

© Brico Privé

La start-up profite du boom du bricolage et de la décoration d’intérieur entamé lors du premier confinement en mars 2020. Entre le couvre-feu et la fermeture des lieux publics, 36 % des Français bricolent davantage selon un sondage Odoxa. Dans les magasins spécialisés, la demande a triplé.

Idem pour Brico Privé qui affiche des records de croissance. Au dernier trimestre de 2020, l’entreprise de L’Union a vu ses volumes de vente bondir de 68%. Son chiffre a ainsi atteint les 190 millions d’euros, soit une augmentation de 40% sur un an. 

En 2020, les consommateurs ont pris l’habitude d’acheter davantage en ligne mais ils se sont surtout réappropriés leur habitat en investissant dans son amélioration, c’est particulièrement vrai pour l’outdoor et l’équipement du jardin. Julien Boué, co-fondateur de Brico Privé

Sans surprise, la tendance se poursuit en ce début d’année. La boutique en ligne s’attend à une augmentation de 70% de son chiffre d’affaire d’ici fin mars 2021. Une croissance portée par le secteur du jardin qui démarre très tôt.

En ce début d’année, ce sont les ventes de planchas et barbecues qui ont explosé avec +95 % de chiffres d’affaires, mais aussi des abris de jardins, serres ou encore de végétaux dont les ventes affichent un taux de croissance supérieur à 100%. précise Julien Boué, co-fondateur de Brico Privé

Cette hypercroissance se traduira par des recrutement en 2021. « Nous comptons ouvrir une trentaine de postes cette année dans tous les services (Data engineer, développeur backend, Rédacteur Web, Préparateur de commande,…) » assure la direction.

Créé en 2012, Brico Privé est l’une des success story de la Tech toulousaine. En 9 ans d’existence, il est devenue le premier site français de ventes privées dédiées au bricolage, au jardinage et à l’aménagement de la maison. Il revendique 10 000 millions de membres en Europe. La société emploie 170 salariés dont 120 au siège social. En 2020, Brico Privé a rejoint les enseignes du groupe « Les Mousquetaires »

Julien Leroy

15 Mar

Pop culture : le TGS de Toulouse repousse (encore) ses dates

TGS 2017 – Crédit : Julien Leroy

En 2021, les passionnés de jeux vidéo, manga et comics vont devoir attendre quelques mois supplémentaires pour se retrouver au salon du « Toulouse Game Show ».

Initialement prévu le 1er et 2 mai 2021, la plus grande convention geek du sud-Ouest est contraint de repousser en raison de la crise sanitaire. L’annonce a été faite sur les réseaux sociaux ce vendredi 13 mars. 

Les nouvelles dates sont les 27 et 28 novembre 2021. 

Le TGS de Toulouse et ses 65 000 visiteurs manquent de chance. L’édition 2020 avait été déjà annulée en raison du Covid-19.

Julien Leroy

Gers : Quand les sœurs de l’abbaye de Boulaur reçoivent le youtubeur Tibo InShape

© Tibo Inshape

Dans le petit village gersois de Boulaur (180 habitants), les sœurs de l’abbaye Sainte-Marie savent faire le buzz. Et Tibo InSchape aussi. 

Le youtubeur fitness aux 8 millions d’abonnés a souhaité passer 24 heures avec la communauté religieuse.

Au programme : la vie quotidienne des bonnes sœurs, la visite de l’abbaye, des questions sur la vocation religieuse sans oublier la ferme agricole. En effet, les sœurs cisterciennes élèvent des vaches et des cochons et conçoivent des fromages, des pâtés artisanaux et des confitures maison.

Dans l’ensemble, la vidéo est ludique et bon enfant. Postée le 5 mars 2021, la séquence de 25 minutes totalise à ce jour 1,3 millions de vues ! Un vrai succès.

Ce n’est pas la première fois que Tibo InSchape réalise ce type de vidéo. Depuis deux ans, le sportif fait découvrir à sa communauté des métiers méconnus. En février 2019, il avait cartonné avec le travail d’un… embaumeur.

Pour les sœurs de l’abbaye Sainte-Marie de Boulaurcette exposition va permettre de promouvoir leur projet. En janvier 2020, elles ont lancé un appel aux dons pour financer l’extension de leur exploitation. Les bonnes sœurs avaient alors réalisé un clip sur Facebook.

Julien Leroy

RSS