03 Nov

Midi-Pyrénées : la faillite de Meshnet laisse des dizaines de communes rurales sans internet

Depuis plusieurs mois, des dizaines de communes rurales de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon se retrouvent sans internet. Le principal fournisseur de réseau Wi-Max, la société Meshnet vient de faire faillite.

© France 3 Midi-Pyrénées / Antenne WiMaw

© France 3 Midi-Pyrénées / Antenne WiMax

Retour à la case départ pour des centaines d’usagers vivant dans les zones blanches. Depuis plusieurs années, les communes rurales non desservies par l’internet haut débit avaient opté pour une connexion via le Wi-Max (internet par les ondes radio). Une solution satisfaisante qui permettait d’obtenir des débits de 2 Mbit/s. L’entreprise Meshnet (créée en 2006) est alors devenue le principal fournisseur en Midi-Pyrénées et dans les Cévennes. Mais, la société basée dans le Gard, est placé en liquidation judiciaire au début de l’année avant de fermer définitivement le 30 septembre dernier. Depuis, « le robinet est fermé » témoignage Cécile Lordanoff, première adjointe à la mairie d’Espinas, une des communes touchées dans le Tarn-et-Garonne.

70 communes sont touchées dans le Quercy

Le Lot et le Tarn-et-Garonne sont les départements les plus touchés en Midi-Pyrénées. Au total, 70 communes notamment dans l’agglomération de Figeac. Les victimes d’Internet sont nombreuses : secrétaires de mairie, professionnels, familles, adeptes du télétravail,… ; aggravant ainsi la fracture numérique encore d’actualité en 2014.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Le principal concurrent du secteur, la société Xilan s’est déclarée rapidement volontaire pour reprendre l’exploitation des réseaux. Plusieurs mairies se sont déjà tournées vers ce fournisseur basé à Meudon (Hauts-de-Seine).

Cette situation relance la problématique des zones blanches en France. Il faut gommer cette internet à deux vitesses. Dans le Tarn-et-Garonne, le Conseil général vient de débloquer une enveloppe de 60 millions d’euros pour connecter ces zones au haut débit. La connexion internet par satellite reste également une solution alternative. Plusieurs départements (dont la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne) proposent des aides pour s’équiper.

>> Reportage dans la commune d’Espinas (82) par Emmanuel Watt et Matthias Garnier (France 3 Midi-Pyrénées) :


Julien Leroy

11 Oct

La start-up toulousaine Sigfox veut conquérir l’Amérique et l’Asie

© 2014 Dan Taylor

© 2014 Dan Taylor

La start-up toulousaine Sigfox poursuit sa conquête du marché mondial. Spécialiste des objets connectés, la société dirigée par Ludovic Le Moan veut lever 50 millions d’euros pour financer sa croissance. 27 millions d’euros ont déjà été levés et Sigfox devrait doubler son chiffre d’affaire cette année pour atteindre 6 millions d’euros.

Ces derniers mois, Sigfox s’est développé en Espagne, en Russie, en Angleterre et en Belgique. Mais aujourd’hui, la société basée à Labège veut partir à l’assaut du marché américain et asiatique. A terme, Sigfox veut devenir le premier réseau mondial des objets connectés. La société a d’ailleurs déjà reçu plusieurs offres de rachat mais les a jusqu’à présent déclinées selon le site web Frenchweb.

Pour (re)découvrir Sigfox : cliquez ici

Julien Leroy

09 Oct

French Tech : examen aujourd’hui de la candidature de Toulouse

Jour J pour Toulouse, candidate au futur label national « French Tech ». Une délégation du secrétariat d’Etat à l’économie numérique est aujourd’hui dans la ville rose pour évaluer le dossier toulousain. Les experts de Paris vont auditionner les acteurs du secteur numérique et certains ambassadeurs du projet.

© French Tech

© French Tech

Lancé en novembre 2013, ce programme de labellisation a pour objectif de « construire un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des startups numériques françaises » explique le ministère à l’économie numérique. En effet, la France est à la pointe dans le secteur du numérique. Le label « French Tech » veut ainsi promouvoir les talents (entrepreneurs, ingénieurs, blogueurs,…) d’aujourd’hui et de demain. Les métropoles labellisées auront accès à des services et à une enveloppe de 200 millions d’euros pour les soutenir.

A Toulouse, le secteur du numérique représente 38 000 emplois et 3000 entreprises

Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Grenoble, Nancy, Saint-Etienne sont également candidates. A Toulouse, le secteur du numérique représente 38 000 emplois, 3000 entreprises et plus de 2600 chercheurs. Midi-Pyrénées est ainsi la 3e région française dans l’industrie numérique, derrière l’île-de-France et Rhône-Alpes.

Après 7 mois de préparation, les acteurs toulousains retiennent leur souffle. Une première vague de labellissation est attendue pour fin octobre.

Pour soutenir la candidature toulousaine : http://www.frenchtechtoulouse.com/home/

Julien Leroy

30 Sep

Un site web pour revivre la guerre de 1914-1918 en Midi-Pyrénées

Site web "La guerre de 1914-1918 en Midi-Pyrénées"

Site web « La guerre de 1914-1918 en Midi-Pyrénées »

Dans le cadre du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918, le Conseil régional de Midi-Pyrénées vient de lancer un site web retraçant le conflit dans la région. La page propose une chronologie des évènements, une cartographie interactive mais surtout des chroniques. Ces dernières « ont pour objectif de faire découvrir la vie des habitants de Midi-Pyrénées, de présenter les principaux évènements ainsi que leurs conséquences sur la vie quotidienne en Midi-Pyrénées » précise l’équipe chargée du projet. Ces chroniques seront publiées mensuellement et jusqu’à l’anniversaire de l’armistice, en novembre 2018. Conçu par la Direction de la Culture et de l’AudioVisuel du Conseil régional, ce site est une belle initiative qui participe au devoir de mémoire.

> Lien du site : http://www.midipyrenees.fr/Grande-Guerre

29 Sep

Insolite : Le moteur de recherche américain Bing aime l’Aveyron

©  Bing

© Bing

L’Aveyron est à l’honneur sur le moteur de recherche « Bing ». Le Viaduc de Millau figure actuellement parmi les 8 images du monde choisies pour sa page d’accueil  La semaine dernière, le département était également en une avec une photo du Rougier de Camarès. Crée par Microsoft, Bing est le 2e moteur de recherche mondial sur le web avec une part de marché de 3,7%. Certes, très loin de la suprématie de Google (90%).

10 Sep

[Vu sur le web] : Visite panoramique de Toulouse

© Urban-Hist / Marie de Toulouse

© Urban-Hist / Marie de Toulouse

A l’occasion de l’exposition « Panoramic » qui débute aujourd’hui, visiter Toulouse avec ce panorama exceptionnel des toits de la ville rose. L’internaute peut ainsi découvrir le patrimoine en se baladant virtuellement depuis la terrasse des Galeries Lafayette. Des cercles rouges indiquent les différents monuments historiques. Un simple clic permet d’accéder à un descriptif du lieu. C’est le service Urban-Hist des Archives municipales de Toulouse qui a réalisé cette visite touristique à l’occasion de l’expo « Panoramic » (10-15 septembre) retraçant l’histoire des Galeries Lafayette à Toulouse.

Commencer la visite virtuelle

04 Sep

Découvrez les archives inédites du Gouffre de Padirac avec la Padiracothèque

© Padirac - JC Lemée - JF Fabriol - C Gerigk

© Padirac – JC Lemée – JF Fabriol – C Gerigk

Découvrez l’histoire en images du Gouffre du Padirac en quelques clics depuis votre canapé. C’est désormais possible depuis lundi avec le lancement de la Padiracothèque. Cette base de données propose 1500 archives numérisées inédites (photos, dessins, cartes postales, affiches,…) sur l’histoire du Gouffre lotois découvert en 1889 par Edouard-Alfred Martel. La Padiracothèque s’adresse à la fois aux professionnels et aux 450 000 visiteurs annuels fascinés par l’une des plus grandes curiosités géologiques de France. A découvrir.

Accès direct de la Padiracothèque : http://www.padiracotheque.com

02 Sep

Le second distributeur de bitcoins de France ouvre à Toulouse

© MaxPPP

© MaxPPP

Après Paris, le second distributeur de bitcoins de France vient d’ouvrir à Toulouse. L’idée a été lancée, il y a 4 mois, par deux jeunes toulousains : Christopher Villegas (28 ans) et Mathieu Billaud (26 ans). Ils ont crée la société MineOnCloud et une boutique située dans le quartier de Compans Caffarelli. Ce lieu d’échange permet déjà de créditer son compte en bitcoins et d’acheter le matériel nécessaire. Et d’ici quelques jours, la boutique sera dotée d’un distributeur automatique afin d’échanger simplement son argent contre cette fameuse monnaie virtuelle.

Plus d’info sur la page Facebook de la boutique : https://www.facebook.com/mineoncloud

Qu’est-ce que le bitcoin ?

C’est une monnaie virtuelle utilisée sur Internet. Contrairement aux devises traditionnelles, le Bitcoin n’est ni « frappée » ni administrée par une Banque centrale et un Etat. Elle a même été conçue avec l’objectif précis de se débarrasser d’organismes de contrôle. Le terme vient de l’anglais « coin » (pièce de monnaie) et de « bit » (unité d’information binaire en informatique). Plus d’info en lisant l’article de FranceTvInfo: « Neuf questions que vous vous posez sur le bitcoin, la star des monnaies électroniques« .

01 Sep

Enflammée, blog gastronomique d’une gourmande à Toulouse

Envie de connaître un bon resto à Toulouse ? Enflammée sera votre meilleure guide. Ce blog gastronomique est devenu, au fil des années, une référence sur la toile toulousaine et au-delà. Devant son clavier (et un bon plat !) se cache Chantal Pisey, une trentenaire plein d’enthousiasme.

Depuis 2008, elle arpente la ville rose pour nous dénicher les meilleurs adresses ou recettes locales. « Au début, c’était un blog personnel, puis il a pris l’orientation touristico-gastronomique » nous explique la blogueuse passionnée.

Les balades sont nombreuses et variées : restaurants, salon de thé, fast-food gastronomique, Pub, brasserie,… Rien n’échappe à la curiosité d’Enflammée qui prend le temps de lire les menus, d’écouter et de savourer les plats. « Chaque billet me demande en moyenne une demie-journée dont 2-3h pour la dégustation et les questions » nous explique-t-elle. Au final, la critique culinaire est détaillée, sans prétention et agréable à lire. Ils donnent très souvent l’envie de découvrir le lieu. D’autant plus que Chantal Pisey ne « se considère pas comme une critique mais plutôt comme une bonne copine gourmande qui souhaite partager ses bons plans » précise-t-elle.

Ceci est, sans prétention, un blog/carnet enthousiaste d’une gourmande chronique.

Aujourd’hui, le blog Enflammee est un beau succès. Le blog attire « entre 300 et 500 lecteurs à chaque billet » nous affirme Chantal Pisey qui est devenue une référence pour de nombreux internautes. Elle le mesure régulièrement avec « les restaurateurs qui prennent la peine de prendre contact pour me remercier. Ou encore les mails des touristes qui préparent leur vacances à Toulouse et qui souhaitent connaître les bons plans« .

Enflammée est un blog à découvrir immédiatement. Bon appétit !

Pour découvrir l’univers d’Enflammée : 
> Sur le web :http://enflammee.net/
> Sur Twitter : https://twitter.com/enflammee
> Sur Instagram : http://instagram.com/enflammee

© Enflammée

© Enflammée

31 Juil

Le Sanctuaire de Lourdes à l’heure de la geek attitude

Au Sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, pas question de rater le virage numérique. Le pôle multimédia du Sanctuaire l’a compris depuis longtemps en proposant aux pèlerins une multitude de services en ligne. Dernière en date : la sortie de l’application officielle pour smartphones. 

© Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes / Office de tourisme

© Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes / Office de tourisme

L’application officielle du Sanctuaire de Lourdes

Annoncée depuis des mois, l’application officielle du Sanctuaire de Lourdes est disponible pour smartphones (Android et Iphone) depuis 3 semaines. Entièrement gratuite, l’application permet de suivre, en temps réel : la Grotte, les processions et les messes. Il est également possible d’envoyer une intention de prière depuis votre téléphone qui sera ensuite déposée à la Grotte. On peut effectuer un don en ligne pour soutenir le site ou obtenir des informations sur les prochains pèlerinages. Sans oublier les vidéos, l’actualité du Sanctuaire et toute l’histoire de Bernadette. Le tout est accessible en trois langues : français, italien, anglais (les versions arabe et chinois sont prévues dans la prochaine mise à jour). Pour résumer, cette application est un véritable « couteau suisse numérique » du pèlerin. « Nous l’avons voulu le plus accessible possible » explique l’équipe du pôle multimédia du Sanctuaire.

YouTube, réseaux sociaux, Flick, site web,… un Sanctuaire connecté !

L’application officielle du sanctuaire de Lourdes est le dernier outil numérique créé par le pôle multimédia. Depuis des années, ce dernier tente d’investir tous les espaces numériques. A commencer par internet avec, pas moins, de 3 sites web (un site portail, le site du diocèse de Tarbes et le site du sanctuaire). Un trio qui attire plus de 3 millions de visiteurs par an. Parallèlement, la web-TV du Sanctuaire est suivie quotidiennement par 25 000 internautes. Notre-Dame de Lourdes est évidemment sur les réseaux sociaux Facebook Twitter et Flick. Une chaîne YouTube propose prés de 550 vidéos. Et un service de Newsletter complète le dispositif. Un arsenal numérique indispensable pour répondre aux besoins des 6 millions de visiteurs par an et au milliard de catholiques à travers le monde.

L’univers web 2.0 du Sanctuaire de Lourdes en un clic :

> Site officiel du Sanctuaire de Lourdes : http://fr.lourdes-france.org/
> Application du Sanctuaire de Lourdes : Androïd & Apple
> Page Facebook du Sanctuaire de Lourdes : https://www.facebook.com/ndlourdes/ 
> Page Twitter du Sanctuaire de Lourdes : https://twitter.com/lourdes_france
> Page Flick du Sanctuaire de Lourdes : https://www.flickr.com/photos/lourdes_sanctuaires/
> Chaîne YouTube du Sanctuaire de Lourdes : https://www.youtube.com/user/LourdesWebTV