04 Sep

Découvrez les archives inédites du Gouffre de Padirac avec la Padiracothèque

© Padirac - JC Lemée - JF Fabriol - C Gerigk

© Padirac – JC Lemée – JF Fabriol – C Gerigk

Découvrez l’histoire en images du Gouffre du Padirac en quelques clics depuis votre canapé. C’est désormais possible depuis lundi avec le lancement de la Padiracothèque. Cette base de données propose 1500 archives numérisées inédites (photos, dessins, cartes postales, affiches,…) sur l’histoire du Gouffre lotois découvert en 1889 par Edouard-Alfred Martel. La Padiracothèque s’adresse à la fois aux professionnels et aux 450 000 visiteurs annuels fascinés par l’une des plus grandes curiosités géologiques de France. A découvrir.

Accès direct de la Padiracothèque : http://www.padiracotheque.com

02 Sep

Le second distributeur de bitcoins de France ouvre à Toulouse

© MaxPPP

© MaxPPP

Après Paris, le second distributeur de bitcoins de France vient d’ouvrir à Toulouse. L’idée a été lancée, il y a 4 mois, par deux jeunes toulousains : Christopher Villegas (28 ans) et Mathieu Billaud (26 ans). Ils ont crée la société MineOnCloud et une boutique située dans le quartier de Compans Caffarelli. Ce lieu d’échange permet déjà de créditer son compte en bitcoins et d’acheter le matériel nécessaire. Et d’ici quelques jours, la boutique sera dotée d’un distributeur automatique afin d’échanger simplement son argent contre cette fameuse monnaie virtuelle.

Plus d’info sur la page Facebook de la boutique : https://www.facebook.com/mineoncloud

Qu’est-ce que le bitcoin ?

C’est une monnaie virtuelle utilisée sur Internet. Contrairement aux devises traditionnelles, le Bitcoin n’est ni « frappée » ni administrée par une Banque centrale et un Etat. Elle a même été conçue avec l’objectif précis de se débarrasser d’organismes de contrôle. Le terme vient de l’anglais « coin » (pièce de monnaie) et de « bit » (unité d’information binaire en informatique). Plus d’info en lisant l’article de FranceTvInfo: « Neuf questions que vous vous posez sur le bitcoin, la star des monnaies électroniques« .

01 Sep

Enflammée, blog gastronomique d’une gourmande à Toulouse

Envie de connaître un bon resto à Toulouse ? Enflammée sera votre meilleure guide. Ce blog gastronomique est devenu, au fil des années, une référence sur la toile toulousaine et au-delà. Devant son clavier (et un bon plat !) se cache Chantal Pisey, une trentenaire plein d’enthousiasme.

Depuis 2008, elle arpente la ville rose pour nous dénicher les meilleurs adresses ou recettes locales. « Au début, c’était un blog personnel, puis il a pris l’orientation touristico-gastronomique » nous explique la blogueuse passionnée.

Les balades sont nombreuses et variées : restaurants, salon de thé, fast-food gastronomique, Pub, brasserie,… Rien n’échappe à la curiosité d’Enflammée qui prend le temps de lire les menus, d’écouter et de savourer les plats. « Chaque billet me demande en moyenne une demie-journée dont 2-3h pour la dégustation et les questions » nous explique-t-elle. Au final, la critique culinaire est détaillée, sans prétention et agréable à lire. Ils donnent très souvent l’envie de découvrir le lieu. D’autant plus que Chantal Pisey ne « se considère pas comme une critique mais plutôt comme une bonne copine gourmande qui souhaite partager ses bons plans » précise-t-elle.

Ceci est, sans prétention, un blog/carnet enthousiaste d’une gourmande chronique.

Aujourd’hui, le blog Enflammee est un beau succès. Le blog attire « entre 300 et 500 lecteurs à chaque billet » nous affirme Chantal Pisey qui est devenue une référence pour de nombreux internautes. Elle le mesure régulièrement avec « les restaurateurs qui prennent la peine de prendre contact pour me remercier. Ou encore les mails des touristes qui préparent leur vacances à Toulouse et qui souhaitent connaître les bons plans« .

Enflammée est un blog à découvrir immédiatement. Bon appétit !

Pour découvrir l’univers d’Enflammée : 
> Sur le web :http://enflammee.net/
> Sur Twitter : https://twitter.com/enflammee
> Sur Instagram : http://instagram.com/enflammee

© Enflammée

© Enflammée

31 Juil

Le Sanctuaire de Lourdes à l’heure de la geek attitude

Au Sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, pas question de rater le virage numérique. Le pôle multimédia du Sanctuaire l’a compris depuis longtemps en proposant aux pèlerins une multitude de services en ligne. Dernière en date : la sortie de l’application officielle pour smartphones. 

© Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes / Office de tourisme

© Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes / Office de tourisme

L’application officielle du Sanctuaire de Lourdes

Annoncée depuis des mois, l’application officielle du Sanctuaire de Lourdes est disponible pour smartphones (Android et Iphone) depuis 3 semaines. Entièrement gratuite, l’application permet de suivre, en temps réel : la Grotte, les processions et les messes. Il est également possible d’envoyer une intention de prière depuis votre téléphone qui sera ensuite déposée à la Grotte. On peut effectuer un don en ligne pour soutenir le site ou obtenir des informations sur les prochains pèlerinages. Sans oublier les vidéos, l’actualité du Sanctuaire et toute l’histoire de Bernadette. Le tout est accessible en trois langues : français, italien, anglais (les versions arabe et chinois sont prévues dans la prochaine mise à jour). Pour résumer, cette application est un véritable « couteau suisse numérique » du pèlerin. « Nous l’avons voulu le plus accessible possible » explique l’équipe du pôle multimédia du Sanctuaire.

YouTube, réseaux sociaux, Flick, site web,… un Sanctuaire connecté !

L’application officielle du sanctuaire de Lourdes est le dernier outil numérique créé par le pôle multimédia. Depuis des années, ce dernier tente d’investir tous les espaces numériques. A commencer par internet avec, pas moins, de 3 sites web (un site portail, le site du diocèse de Tarbes et le site du sanctuaire). Un trio qui attire plus de 3 millions de visiteurs par an. Parallèlement, la web-TV du Sanctuaire est suivie quotidiennement par 25 000 internautes. Notre-Dame de Lourdes est évidemment sur les réseaux sociaux Facebook Twitter et Flick. Une chaîne YouTube propose prés de 550 vidéos. Et un service de Newsletter complète le dispositif. Un arsenal numérique indispensable pour répondre aux besoins des 6 millions de visiteurs par an et au milliard de catholiques à travers le monde.

L’univers web 2.0 du Sanctuaire de Lourdes en un clic :

> Site officiel du Sanctuaire de Lourdes : http://fr.lourdes-france.org/
> Application du Sanctuaire de Lourdes : Androïd & Apple
> Page Facebook du Sanctuaire de Lourdes : https://www.facebook.com/ndlourdes/ 
> Page Twitter du Sanctuaire de Lourdes : https://twitter.com/lourdes_france
> Page Flick du Sanctuaire de Lourdes : https://www.flickr.com/photos/lourdes_sanctuaires/
> Chaîne YouTube du Sanctuaire de Lourdes : https://www.youtube.com/user/LourdesWebTV

30 Juil

Les lieux les plus photographiés en Midi-Pyrénées et dans le monde

© Sightsmap

© Sightsmap

Quelles sont les lieux les plus photographiés en Midi-Pyrénées ? Le site internet Sightsmap propose une carte interactive des lieux les plus photographiés dans le monde. Il se base sur Panoramio, le service de partage de photos géolocalisées de Google. Plus c’est jaune sur la carte, plus il y a de photos qui y sont prises. Pour chaque site touristique, il est également possible d’obtenir son classement mondial et local.

En Midi-Pyrénées, Toulouse est, sans surprise, le lieu le plus photographié. La ville rose se classe même à la 255e place mondiale. Lourdes est le second site de la région (465e au niveau mondial). Et le Viaduc de Millau monte sur la troisième marche de notre podium régional. Rocamadour est à la 4e place.

Pour se promener sur la carte de Sightsmap : 

28 Juil

Suivre toute l’actualité de l’Ariège avec le site Ariegenews

ARIEGENEWS, la chaîne d'information de l'Ariège - www.ariegenews.com

ARIEGENEWS, la chaîne d’information de l’Ariège – www.ariegenews.com

Ariegenews est un site web consacré entièrement à l’actualité de l’Ariège. Depuis 9 ans, Ariegenews rencontre un beau succès sur la toile régionale. Il est vrai que le site est très complet et couvre toute l’information du département (société, politique, sports, loisir,…). De nombreux articles accompagnés de vidéos et de JT en ligne. Totalement gratuit,  Ariegenews a été crée par Philippe Bardou, ancien journaliste à Sud-Ouest et emploi aujourd’hui 8 personnes. Un site d’information de proximité à (re)découvrir.

Lien vers le site : http://www.ariegenews.com

04 Juin

Un site de ventes privées de produits 100 % ariégeois

© les-ventes-du-09.fr

© les-ventes-du-09.fr

Voici une belle initiative numérique dans l’Ariège. Un jeune diplômé de commerce vient de lancer un site de ventes privées 100 % ariégeois : les-ventes-du-09.fr. L’idée est de proposer des ventes privées en ligne avec des artisans locaux, des producteurs du pays et des commerces de proximité. L’internaute peut ainsi trouver des bijoux, des produits du terroir, des vêtements, de la maroquinerie,…made in Ariège.

Un circuit court qui permet de promouvoir le savoir-faire de l’artisanat local. « Nous avons la chance en Ariège d’avoir des producteurs attachés aux traditions et au travail bien fait » déclare le créateur du site, Jean-François Voile. Installé à Tarascon-sur-Ariège, le jeune entrepreneur quadrille le département pour dénicher lui-même les futurs vendeurs. Aujourd’hui, une vingtaine d’entre eux a déjà rejoint les-ventes-du-09.fr. Un site à découvrir.

16 Mai

La mode selon « Léa Choue », succès du blog d’une étudiante de Castres

Selfie de Léa Choue (© Léa CHoue)

Plus de 7200 abonnées suivent régulièrement ses conseils mode et beauté sur internet. Depuis 2 ans, Léa, jeune étudiante de 20 ans à Castres (Tarn), tient  » Léa Choue « , un blog de coaching sur la mode. Astuces, vêtement, coiffure, accessoires de mode, produits de beauté, conseils,… Léa Choue poste régulièrement des articles et des vidéos. Elle possède d’ailleurs sa propre chaîne YouTube avec des dizaines de vidéos qu’elle réalise elle-même. Un travail qu’il lui demande entre 2 à 3 heures par jour.

Aujourd’hui, le succès est au rendez-vous grâce au contenu mais aussi au caractère enjouée et naturelle de la jeune femme. Une bonne humeur qui donne envie de découvrir son blog et de partager sa passion. C’est d’ailleurs l’objectif de la blogueuse qui aime échanger et discuter avec ses abonnés.

> Lien vers le blog : http://www.leachoue.com
> La page Facebook : https://www.facebook.com/Leachouee/

Découvrez les coulisses de Léa Choue avec ce reportage de Myriam Brisse et Nathalie Fournis pour France 3 Tarn : 

 

 

07 Mai

La Dèche du Midi, un site de désinformation locale en Midi-Pyrénées

© La Dêche du Midi

© La Dêche du Midi

Le site web est apparu sur Internet il y a quelques jours. Surfant sur le succès de Gorafi, « La Dèche du Midi » reprend la même recette. Un site de désinformation locale qui publie des actualités humoristiques et totalement fausses. « Raconter n’importe quoi, n’importe quand et à n’importe qui mais surtout sur Toulouse et sa région » est le slogan de La Dèche du Midi. Parmi les dernières actus en ligne : « Une banque suisse attaque le groupe toulousain Gold », « un étudiant toulousain découvert non-ivre un jeudi soir » ou « le recordman du monde des mangeurs d’aligot hospitalisé à rodez dans un état grave ».

« La Dèche est née d’une discussion entre amis plutôt fans du Gorafi » nous confie la rédaction contactée par e-mail. Derrière la volonté de faire rire, les fondateurs expliquent  que « L’idée en filigrane est de critiquer la presse en général et ses dérives (..) Les lecteurs se passionnent pour les sujets futiles plutôt que pour ceux qui sont réellement importants. Donc nous transformons tous les sujets en futilité ».

L’équipe du site est, pour le moment, composée « d’un journaliste, d’un publicitaire et des gens qui n’ont rien à voir avec les médias« . Mais à terme, elle souhaite inciter les lecteurs à devenir les auteurs du site. En attendant, le site commence à rencontrer un beau succès sur la toile régionale.

06 Mai

Le toulousain Sigfox tisse la toile des objets connectés

Sigfox reste encore inconnu du grand public. Mais la start-up toulousaine est en train de devenir un acteur incontournable dans le marché mondial des objets connectés.

© France 3 Midi-Pyrénées

© France 3 Midi-Pyrénées

Créer un réseau mondial des objets connectés
Sigfox est aujourd’hui une start-up très convoitée. Fondée en 2009 à Labège (près de Toulouse), la jeune société a l’ambition de créer un réseau de télécommunication entre les objets. Une première mondiale. Autre originalité : le faible coût du système. En effet, le réseau sans fil de Sigfox est en très bas débit (similaire « à une télécommande de portail »). Il est peu gourmand en énergie et en bande passante. Le réseau est également sans licence et facile à installer. Un système économique innovant qui attire de nombreux groupes à travers le monde. Clear Channel, ERDF et MAAF l’ont déjà adopté.

Le marché prolifique des objets connectés
Les objets connectés sont considérés comme la 3e révolution du web. Un marché mondial de 30 à 80 milliards d’euros d’ici 2020. L’objectif est de relier tous les objets du quotidien pour améliorer notre mode de vie : compteurs d’eau, alarme incendie, boites aux lettres qui nous prévient du passage du facteur, panneaux publicitaires, voitures, poubelles, sac à main perdu,… Les déclinaisons sont multiples et illimitées. Cependant, pour communiquer entre eux, les objets utilisent couramment internet ou lestéléphones portables. Des réseaux cellulaires très gourmands alors que les objets envoient des informations de quelques octets. Le système Sigfox serait alors révolutionnaire.

Attirer les plus grands
Sigfox veut aller vite pour s’imposer dans ce nouveau marché de la télécommunication. Il n’existe pas actuellement de concurrent direct mais des sociétés espagnoles et britanniques arrivent. Le réseau Sigfox couvre actuellement la France, le Pays-Bas, la région de Moscou et prochainement l’Espagne. Reste les Etats-Unis où les géants américains du net sont très intéressés par l’invention des « Frenchies ». Parallèlement, Sigfox vient de réussir sa troisième levée de fonds à hauteur de 15M€. Et Anne Lauvergeon (ex-dirigeante d’Areva) vient de rejoindre la start-up toulousaine comme présidente. Une aubaine pour les 60 employés de Sigfox.

> Reportage de Sandrine Morch et Véronique Urtizberea (France 3 Midi-Pyrénées)