11 Sep

Guy Lefranc, un reporter toujours d’actualité : « Le principe d’Heisenberg » et « La stratégie du chaos »

   

Guy Lefranc, un reporter toujours d’actualité

En à peine un an, la sortie du « Principe d’Heisenberg » et de « La stratégie du chaos », ainsi que le lancement par Hachette d’une collection en kiosque offre l’occasion de faire le point sur l’évolution du personnage créé en 1952 par Jacques Martin depuis la disparition du père d’Alix.

A l’origine, Jacques Martin (1921-2010) n’a dessiné que les trois premières aventures de son personnage, avant de n’en conserver que le poste de scénariste. Homme prévoyant, il avait assuré sa succession sur deux voies parallèles, avec des auteurs chargés de poursuivre après son décès les aventures de son reporter à la fois dans les années 1950 et à l’époque contemporaine.

« Le principe d’Heisenberg » et « La stratégie du chaos », les deux dernières histoires en date, parues à six mois d’intervalle à l’automne 2017 et au printemps 2018, font toutefois exception à cette règle d’alternance, avec deux intrigues ancrées dans les fifties. Dans le premier, un crime sanglant cache un complot d’Etat. Dans le second, un milliardaire cloîtré dans un gigantesque navire hig-tech, lointain cousin de l’arche de Noé et du Nautilus du Capitaine Nemo, veut provoquer un holocauste nucléaire pour assurer à la terre un avenir meilleur.

Ses successeurs poursuivent bien sûr une certaine tradition établie par Jacques Martin : l’importance du décor régional (« Le principe d’Heisenberg »), qui peut faire écho aux Vosges de « La grande menace », le premier album, la passion de Jacques Martin pour les voitures de sport, ou encore l’art de la catastrophe et du chantage à grande échelle. Mais les albums récents apportent une dimension supplémentaire, avec l’apparition de personnages ayant réellement existé.

Ainsi « La stratégie du chaos » s’achève-t-il sur une rencontre, dans le cadre des JO de Melbourne (1956), entre Guy Lefranc et le marathonien français Alain Mimoun, médaille d’or olympique cette année-là. Auparavant, le reporter avait croisé la route de Johnny Stompanato, le mari mafieux de la comédienne Lana Turner (« Le châtiment ») et même le cosmonaute Youri Gagarine (« L’homme oiseau »).

Un ancrage bienvenu qui donne un nouveau cachet à l’univers de Lefranc, qui tient autant au globe-trotter intrépide hérité de Tintin, qu’à l’héritage de Jules Verne et de James Bond. En attendant un anniversaire : celui du trentième album.

Lefranc T28 « Le principe d’Heisenberg »

Scénario : François Corteggiani

Dessin : Christophe Alvès

48 pages

 

Lefranc T29 « La stratégie du chaos »

Scénario : Régric

Dessin : Roger Seiter

48 pages

Editions Casterman

 

11 Juin

L’école du polar de Limoges à l’honneur dans « 9h50 le matin » avec Franck Linol et Laurence Jardy !

Plein phare sur un des leaders de « l’école du polar » de Limoges. Aurélie Bambuck reçoit l’excellent Franck Linol dans « 9h50 le matin ».

Et Christophe Zirnhelt offre à une heureuse téléspectatrice le livre « La femme aux manière de chat » de Laurence Jardy !

Présentation de l’éditeur :

Une femme retrouvée morte au pied d’une collégiale. Il y a des prières qui tournent mal. Surtout qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle femme. Mais de la maîtresse d’Arkhipov, le capitaine de gendarmerie de Saint-Léonard-de-Noblat. Maudit, le capitaine ? Où est-il écrit qu’il perdrait toutes celles sur lesquelles il poserait un peu plus fort son regard gris ? Dans une enquête qui risque de vous tenir en haleine, vous suivrez les déambulations du capitaine russe au sein de la grande maison Éducation nationale. Que s’y passe-t-il donc dans ces salles de classe, dans ces salles des profs lorsque les portes se referment ? Et si la mauvaise parole pouvait tuer ? Une histoire de manipulation parfaitement ciselée !

 

 

08 Juin

Festival Vins Noirs de Limoges

 

Christophe, Delphine et la pétillante Fabienne Thibeault rendent hommage aux femmes et à la littérature en Nouvelle Aquitaine, à travers les destins de Régine Deforges et de George Sand.

L’occasion de (re)découvrir en images le village de Montmorillon, sa Cité du livre et son salon du livre !

Delphine nous donne aussi rendez-vous aux rencontres Polar et Vin « Vins Noirs » du 7 au 9 juin 2018 à Limoges…

30 Mai

Une trace dans le ciel, d’Agnès Clancier

Une Trace dans le ciel, d’Agnès Clancier

Présentation de l’éditeur

Une trace dans le ciel relate l’histoire de Maryse Bastié, pionnière de l’aviation.Elle s’efforce de vider son esprit. D’oublier ce qu’elle sait. Ce qu’elle a vécu ces derniers jours, ces derniers mois. Elle doit tout effacer. Tout sauf l’enfance, la jeunesse, l’amour, les défis, la folie, ce qui, d’elle, leur sera pour toujours inaccessible. Ce qui la rend invulnérable.

Arrêtée par la Gestapo, en mars 1944 pour ses activités de résistante, une femme tente, dans la solitude de sa cellule, de surmonter sa peur pour affronter l’épreuve de la détention et des interrogatoires, d’accepter la perspective de sa propre mort tout en gardant intactes sa détermination et sa foi en l’avenir.
Aviatrice célèbre pour avoir, dans les années trente, battu de nombreux records internationaux, elle se remémore son enfance, les moments heureux de son existence, les êtres qu’elle a aimés, les exploits accomplis, puisant dans ce passé et dans la résurgence d’émotions anciennes la force dont elle a besoin.
Ce roman est inspiré de la vie de Maryse Bastié, une héroïne de l’aviation, de la résistance à l’occupant et de la cause des femmes, qui a relevé tous les défis de son temps et mené tous les combats pour la liberté. C’est aussi un formidable témoignage de cette époque où des fous volants, de Mermoz à Hélène Boucher, ont laissé, souvent au péril de leur vie, des traces dans le ciel, ouvrant ainsi la voie à l’aviation moderne.

Notre avis

Le récit passionnant et passionné d’une femme en avance sur son temps, tour à tour angoissant et émouvant, servi par l’écriture  à la sensibilité exceptionnelle d’Agnès Clancier. Une réussite, et un vrai coup de coeur !

Plein phare sur Hicham Nazzal, pour son premier thriller « Nuits indomptables »

 

Les Nuits indomptables, Plon

Présentation de l’éditeur

Un premier roman noir entre Les nuits fauves et L’homme blessé.

Dans un train, Karim, 25 ans, d’une beauté sans égal, éclate en sanglots.
Dans un autre train, le même Karim regarde le paysage défiler, l’air plus léger.
Entre ces deux trains, un séjour dans un Paris pluvieux et sombre pendant lequel il commet une série de crimes.
Aucune préméditation.
Pourtant, toutes les victimes présentent un point commun.
Ce n’est pas l’histoire d’un serial killer, c’est l’histoire d’une série de passages à l’acte. L’histoire d’une recherche inconsciente qui s’affine.
Chacun de nous a été, est, ou sera, ce tueur en puissance.
Chacun de nous, à un moment, est confronté au voyage.

 

15 Mai

« Un été d’orage » de Corinne Javelaud

 

 

« Un été d’orage » de Corinne Javelaud…

Présentation de l’éditeur :

Entre Paris et Charente, une femme et sa fille dans les tourments de la guerre.

Paris, mars 1942. Dans la capitale occupée, Eulalie Fontanel tente de survivre. En acceptant de devenir danseuse aux Folies Bergères pour nourrir sa fille Beata, elle a l’impression de trahir son mari qui a été envoyé au front. La jeune femme se sent prisonnière de ce Paris occupé où elle côtoie les lieux les plus huppés et les bureaux clandestins qui organisent le marché noir.

Le pire, c’est d’avoir attiré l’attention de  Lubin Von Baden, un mystérieux officier de l’armée allemande qui la poursuit de ses assiduités. Alors, pour son bien et celui de sa fille, elle décide de fuir et se réfugie chez des cousins en Charente. Mais cela ne suffit pas à éloigner l’officier allemand qui s’est transformé en dangereux prédateur.

Des décennies plus tard, Beata tente de découvrir les secrets de cette époque troublée ou sa mère tentait d’échapper aux orages de la guerre…

30 Mar

Les choix de Christophe : « Skiddy, mon ami imaginaire » de Katherine Applegate, et « Les Amants du maquis » de Michel Peyramaure.

« Skiddy, Mon ami imaginaire »…

Quand Jackson, 10 ans, se retrouve obligé de vivre dans une voiture avec ses parents et sa petite soeur, son monde s’écroule. Parfois, la réalité est trop dure à affronter… C’est le moment que choisit Skiddy, son ami imaginaire, pour pointer le bout de son nez ! Skiddy est un grand chat noir et blanc, dans le genre pingouin. Il aime le surf et adore prendre des bains moussants. Il sent le savon et l’océan. Skiddy est revenu pour une seule raison : aider Jackson. Et il ne repartira pas tant qu’il n’aura pas accompli sa mission !

« Les Amants du maquis »…

Adrien mène une vie rangée avec sa femme et ses deux enfants. Mais lorsqu’il rejoint la Résistance, il commence à mener une double vie et tombe amoureux d’Hélène, elle aussi engagée dans le maquis.

Corrézien, Michel Peyramaure est l’auteur de très nombreux romans historiques qui en ont fait l’un des tout premiers romanciers de l’histoire. Il a obtenu le prix de la Société des gens de lettre et le prix Alexandre Dumas pour l’ensemble de son ouvre.

« Jo Siffert » par Michel Janvier !

Jo Siffert est un pilote automobile Suisse, né le 7 juillet 1936 à Fribourg (Suisse) et mort le 24 octobre 1971 sur le circuit de Brands Hatch à Longfield (Angleterre). Issu d’un milieu modeste, il se passionne très tôt pour les sports mécaniques. Champion de Suisse de motocyclette en 1959, il dispute également plusieurs compétitions internationales en side-car avant de passer au sport automobile. En 1960, il débute en Formule Junior et devient, l’année suivante, le meilleur représentant européen de la discipline.  Il accède à la Formule 1 grâce à la Scuderia Filipinetti, court ensuite sous ses propres couleurs, avant de rejoindre le Rob Walker Racing Team. Cette écurie lui permettra de remporter sa première victoire en Championnat du Monde au Grand Prix de Grande Bretagne 1968. Pilote éclectique, il dispute plusieurs saisons de Formule 2 en tant que pilote d’usine BMW et se forge un important palmarès en endurance en tant que pilote officiel Porsche. Il remporte les plus prestigieuses épreuves de la discipline comme les 12 Heures de Sebring, les 24 Heures de Daytona, les 6 Heures de Watkins Glen, les 1.000 km du Nürburgring, les 1.000 km de Monza, les 1.000 km de Spa ou la Targa Florio. Joseph Siffert est, avec 14 victoires en 41 courses, le pilote le plus titré durant la période 1968-1971 durant laquelle le championnat international des marques se disputait en catégorie Sport (5 litres) et Prototype (3 litres). Il est, avec Clay Regazzoni et Emmanuel de Graffenried, un des trois pilotes suisses à avoir remporté au moins une victoire en Formule 1. Il est considéré comme une véritable légende de la course automobile en Suisse. Quelques semaines après un deuxième succès en Championnat du monde (Grand Prix d’Autriche 1971), Joseph Siffert meurt asphyxié dans l’incendie de sa monoplace accidentée, lors de la Course de la Victoire, une épreuve de Formule 1 hors-championnat à Brands Hatch. Ses funérailles réunissent 50.000 personnes dans la ville de Fribourg.

Le « Lexiguide des voitures de collection », pour admirer et comprendre les bolides et circuits de Nouvelle Aquitaine !

Le fil rouge de « 9h50 le matin », le 29/03/2018 était consacré aux voitures de collection et autres bolides, une des grandes passions de Bob Garcia !

L’occasion de rappeler les multiples événements de Nouvelle Aquitaine qui font la part belle à l’automobile, conciliant souvent découverte des spécialités locales, passion des voitures ancienne… et humour ! (circuit des rempart, traversée de Bordeaux, Creusekistan classic), etc.

Il existe de nombreux livres consacrés aux voitures de collection. Bob Garcia a retenu un petit livre synthétique et collectif présentant plus de 270 modèles mythiques, paru chez Elcy en 2012.

  • Des informations détaillées et techniques sur chaque véhicule
  • De magnifiques photographies pour chaque modèle.
  • La saga de l’automobile et de ses grandes marques

Un ouvrage essentiel pour tous les passionnés !!

Polar en Périgord : « Perigord Rhapsodie » de Michel de Caurel !

« Périgord Rhapsodie » de Michel de Caurel, est le coup de coeur de Christophe Zirnhelt dans « 9h50 le matin », le 30/03/2018 !!

La trilogie périgourdine

Le Périgord est une terre où l’Histoire se mêle aux histoires, où le passé se mêle au présent, où la vérité se mêle aux légendes. Après Le Blues du PérigordPérigord Rhapsodie, le tome II de la trilogie périgourdine nous entraîne une nouvelle fois derrière les murs épais de ces discrètes bâtisses périgourdines où se cachent bien des secrets, bien des traîtrises et bien des perversités.

Quand Léo accepta de raccompagner à Saint-Martin-d’Auberoche, Samia, le modèle de l’école de peinture de Périgueux ; quand il accepta la clé USB des mains d’Esther venue du Costa Rica le rencontrer au château de la Courverie à Sorillac, il ignorait qu’il allait être une nouvelle fois confronté aux noirs tourments de l’âme humaine.