19 Sep

Circuit des Remparts Angoulême 2021 : « Un Circuit Immuable – Histoire du Circuit des Remparts d’Angoulême » de Jean-Luc Fournier

Un Circuit Immuable – Histoire du Circuit des Remparts d’Angoulême

Jean-Luc Fournier

 

Présentation de l’éditeur

Tel est le titre du livre édité à l’occasion de ce 80ème anniversaire du Circuit des Remparts d’Angoulême. Jean-Luc FOURNIER, dont c’est le 18e ouvrage, a relevé, à la demande de l’association, le challenge de raconter, pour la première fois, l’histoire de cette course. La plongée dans les archives lui a permis de faire ressortir les évènements marquants de la manifestation tant dans sa période historique que dans son histoire récente.

 

Notre avis

Livre destiné aux passionnés ou simples amateurs d’automobile désireux de connaître l’histoire du mythique de la course et du Circuit des Remparts. Une riche et rare iconographie rend la lecture agréable et permet de visualiser les périodes clés de cette fabuleuse saga. Incontournable et indispensable !

©Bob Garcia

Quelques départs et arrivées mythiques de l’édition 2021…

18 Sep

Circuit des Remparts Angoulême 2021 : exposition François Cevert de Olivier Marin & Michel Janvier

Michel Janvier et Olivier Marin sont deux talentueux dessinateurs et scénaristes de bandes dessinées « automobiles ». Ils préparent la biographie en bédé d’une légende du sport automobile, disparue prématurément : François Cevert…

Leur exposition « François Cevert », dans le cadre du Circuit des Remparts 2021 présente en avant-première plusieurs planches de leur travail en cours ainsi que des documents utilisés pour l’élaboration de la bédé.

Circuit des Remparts Angoulême 2021 : rencontre avec B. Benéteau et A. Lapasset, « Renault, les mains noires »

 

Présentation de l’éditeur :

Revenir sur la vie passionnante de Louis Renault, c’est s’intéresser à la première moitié du XXe siècle. C’est être témoin d’une course au progrès qui ne veut croire en aucune limite. C’est également traverser deux guerres mondiales. Et si la première va mener Renault au sommet, la seconde précipitera sa chute. Inventeur, visionnaire, pilote, businessman… On connait sa signature, reste à découvrir l’homme.

 

03 Nov

« Le Crime de la tour K », de Franck Linol

Présentation de l’éditeur

Christelle Farges, dont la fille, Marion, a été sauvage-ment assassinée, est jugée aux assises pour meurtre. Elle est accusée d avoir tué Tony, un jeune marginal, persuadée qu il était le coupable de la mort de Marion. Dans le même temps, on découvre, dans un hall d immeuble du quartier de Beauval, le cadavre du jeune Khaled Boukhari, mort d une balle dans la tête. Et sa soeur, Chaïma, a disparu depuis une semaine… Voici le 10e opus de la série « Dumontel » ! Un polar résolument urbain, où le célèbre inspecteur Dumontel se retrouve immergé dans l un de ces « territoires oubliés de la République ». Une enquête haletante sur fond de trafic de drogue et d islamisme radical, dans un monde « hors limite », dur, âpre, violent, où se croisent des personnages à la fois désespérés et attachants.

Biographie de l’auteur

Franck Linol est né à Limoges. Il vit dans sa région du Limousin dont il reste éperdument amoureux. Son maître est le grand écrivain suédois, récemment disparu, Henning Mankell. Mais il est aussi influencé par l’œuvre de Jean-Claude Izzo et de René Frégni. Il s est lancé dans l écriture pour simplement raconter des histoires, donner le plaisir de la lecture et aussi témoigner des dérives d’une société qui entrave de plus en plus les libertés de chacun.

Notre avis

Outre l’enquête, passionnante et sans temps mort, ce livre dépeint une réalité qui touche la plupart des grandes métropole et leurs banlieues sans âme.

« Il marcha dans ces rues qui ne ressemblaient pas à de vraies rues. Des façades constituées de panneaux en béton dans lesquels on avait inséré des fenêtres coulissantes. Un urbanisme qui obéit à une logique industrielle. Un univers dégradé pour une population que l’on a dégradée. Un horizon « barré » où l’on entasse les pauvres, les vieux retraités, les immigrés, qui peinent à payer leur loyer. La mal-vie. 

Dumontel leva la tête. Il éprouva le sentiment d’être enfermé. Il étouffait.

La misère qui suinte de partout. La pauvreté, l’indigence, la détresse, l’ennui… comme des coups de poing que l’on prend dans la gueule à chaque instant. »

Comme la plupart des gens lucides, Dumontel dresse un constat alarmant de la montée de l’intégrisme religieux dans les banlieues.

« Alors qu’ils sortaient de la cité, ils croisèrent trois jeunes femmes voilées qui déambulaient sur le trottoir.

  • Regarde… Les musulmanes portent de plus en plus le voile. Ce n’était pas le cas il y a encore quelques années. Pour moi, c’est une manifestation autant politique que religieuse. Et en ce qui me concerne, dit Dumontel, c’est cette nouvelle génération de militants d’extrême gauche et tous ces bobos bien-pensants qui soutiennent l’islamo-communautarisme. Je ne les reconnais plus, tous ceux et celles qui ont milité pour l’émancipation de la femme, pour l’égalité des sexes, pour la laïcité, contre l’obscurantisme. Aujourd’hui, ils te traitent de raciste ! »

Dumontel assiste impuissant à cette lente descente aux enfers.

« Il était crevé. La faute à l’hiver qui n’en finissait pas ?

Autour de lui, il ne croisait que des gens « lessivés, claqués, vidés ». Tous se plaignaient du temps qui s’emballe, de la pression au boulot, des mails, des SMS, des courses au supermarché, des cons qui klaxonnent au feu vert, de la malbouffe. Tous disaient souffrir de « burn-out », d’insomnie, de stress, d’attaques de panique, d’états dépressifs. Tous témoignaient d’un manque d’énergie, d’un sentiment de grande lassitude, d’un pessimisme exagéré, d’irritabilité et d’une sexualité en berne. »

Pendant ce temps Dany veut encore y croire, et se heurte à l’incrédulité de ses collègues.

« La proposition de Dany se défendait.

  • Et si le meurtre de Khaled n’a rien à voir avec le trafic de drogue ? (…)
  • Giselle, tu le fais exprès ? Tu vas nous emmerder encore longtemps ? Parce que pour toi, alors que dans la tour K, un jeune rebeu se prend une balle en pleine tête, et qu’on trouve à ses côtés sa banane avec une barrette de shit, c’est de la stigmatisation ? Que cette même tour K soit le supermarché de la dope, ça ne te suffit pas ? Tu les kiffes, hein, les jeunes rebeu ?? »

La confrontation de Dumontel et d’Abubakar sonne le glas de cette enquête menée tambour battant :

« Calmez-vous, monsieur. Nous savons où se trouve votre femme Chaïma… Et elle va déposer plainte contre vous pour coups et blessures, mauvais traitements ayant entraîné des lésions corporelles grave. Une agression est un acte criminel. Vous êtes un homme violent.

Abubakar se leva, hors de lui. (…)

  • Vous n’avez pas le droit de nous insulter comme ça ! Ma femme est une bonne musulmane, la fierté de l’islam, qui s’est rapprochée d’Allah comme aucune épouse. Obéissante à son mari, soumise à ses désirs, qui n’élève jamais la voix, qui n’éclate pas de rire, ne blague pas, ne dit jamais de mots vulgaires. Chaïma, la sagesse même, un modèle de piété et de pureté, qui ne regarde pas les divertissements de votre télévision mais se rend à la mosquée et exécute ses prières avec ses sœurs. Alors qu’ici, chez vous, c’est le royaume de la pornographie, elle est partout dans vos têtes. Le pire, c’est votre internet, le lieu par excellence de tous les vices, du malheur, de la décadence. Mais vous, comment traitez-vous vos femmes ? Un homme peut se retrouver seul avec une femme qui n’est pas la sienne, et ça c’est haram ! Fornication, adultère, décadence ! C’est pour ça que la femme doit rester chez elle, pour se préserver des mauvaises tentations. »

Bon voyage au moyen-âge.

L’épilogue réserve un dernier rebondissement qui ne laissera personne indifférent.

Franck Linol est un grand auteur de roman noir, lucide et intransigeant.

« Le crime de la tour K » est une vraie réussite.

Ne passez pas à côté !

 

©Bob Garcia

13 Sep

Sous terre personne ne vous entend crier de Gilbert Gallerne

Présentation de l’éditeur:

Lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010.
Dans les ténèbres des couloirs du métro parisien, la bête est tapie, attendant sa proie.
Un polar rythmé, dans les catacombes et les couloirs du métro où l’auteur joue avec notre claustrophobie et la peur des monstres.

Quand le commissaire Lionel Jonzac se rend sur une scène de crime dans les catacombes, on ne peut pas dire qu’il soit dans les meilleurs conditions.
L’interpellation du Serbe a été un véritable fiasco…
La victime, une jeune fille, qui git à ses pieds est salement mutilée. Quand en plus il reconnaît sa nièce, Jonzac n’a qu’un avant-goût de l’enfer qui l’attend…
Prix du Quai des Orfèvres 2010 pour « Au pays des Ombres », plus de 100 000 exemplaires vendus.

Notre avis:

« À présent qu’il se retrouve seul, c’est son refuge. Il ne peut pas laisser les étrangers l’envahir et l’en chasser comme on l’a toujours repoussé de partout. Il ne peut pas leur permettre de s’emparer du dernier endroit où il se sent en sécurité ! Il doit les faire fuir. Les inciter à ne plus jamais revenir. Ni eux ni personne. »

Mikaël a toujours vécu sous terre, caché aux yeux de tous. Avec l’Autre, ils ont fait des sous-sols de Paris leur univers.

Jonzac est un flic à l’ancienne. À l’approche de la retraite, il a toujours la foi, et malgré le manque de suivi de la justice, c’est avec hargne qu’il chasse sans relâche les criminels.

Ces deux êtres, que tout oppose, vont se croiser au détour d’un carrefour, au cœur des carrières qui truffent le sous-sol de Paris. Entre eux, Claire, la nièce de Jonzac et première victime de Mikael. Commence alors une traque sous terre… Mais qui traque l’autre ?

Je découvre avec ce roman la plume de Gilbert Gallerne. Un style atypique, loin des convenances commerciales. Des phrases courtes et percutantes, une syntaxe qui joue avec les codes pour créer une identité propre à l’auteur, dessiner sa carte d’identité littéraire.

Avec « Sous terre personne ne vous entend crier », je me suis laissée emporter dans un pur thriller, où l’ambiance est aussi noire et obscure que les catacombes. Angoisse, sensation d’étouffement, ma lecture s’est faite sous terre et m’a véritablement transportée dans cette ambiance que j’avais découverte lors de ma visite des catacombes (pas la commerciale… une visite plus « privée » et hors des sentiers battus).

En alternant des chapitres allant de quelques mots à plusieurs pages, l’auteur a donné du rythme à son histoire, qui, si je n’avais pas dû être sociable au cours de mon week-end, aurait été lue en une journée. Malheureusement il m’a bien fallu le poser pour adresser la parole à mes semblables, mais quelle douleur… Le reprendre me démangeait, j’en voulais plus, assoiffée de connaître la fin comme un vampire en hypoglycémie !

Si l’intrigue reste banale et que les sous-sols de Paris n’ont plus de secrets pour les lecteurs de thrillers, ce sont les personnages qui font la force de ce roman.

Taillés dans la matière brute dans les premiers chapitres, Gilbert Gallerne, en sculpteur, les travaille au fil des pages : personnalités, psychologie, angoisses et démons, l’auteur ne laisse rien au hasard. Ici ce ne sont pas les personnages qui sont au service de l’intrigue, mais l’intrigue qui les révèle pour les faire passer de l’ombre à la lumière. Des personnages qui fascinent, interpellent, hantent la lecture.

Je ne peux vous en dire plus sans spoiler ce roman et ce serait fort dommage pour qui souhaite le découvrir. Sachez toutefois qu’il y a une pointe de fantastique, une légère touche qui peut déranger certains lecteurs. Ça n’a pas été mon cas dans la mesure où l’ensemble est cohérent et que ça n’enlève rien à la qualité d’écriture du livre.

Une très belle découverte, un roman que je conseille fortement aux amateurs de thrillers angoissants, aux amoureux des lectures qui sortent des sentiers battus, à tous ceux qui placent les personnages avant l’intrigue.

Paru le 21 juin 2018 chez French Pulp, édition polar. 368 pages.

@Ophélie Cohen

11 Sep

Guy Lefranc, un reporter toujours d’actualité : « Le principe d’Heisenberg » et « La stratégie du chaos »

   

Guy Lefranc, un reporter toujours d’actualité

En à peine un an, la sortie du « Principe d’Heisenberg » et de « La stratégie du chaos », ainsi que le lancement par Hachette d’une collection en kiosque offre l’occasion de faire le point sur l’évolution du personnage créé en 1952 par Jacques Martin depuis la disparition du père d’Alix.

A l’origine, Jacques Martin (1921-2010) n’a dessiné que les trois premières aventures de son personnage, avant de n’en conserver que le poste de scénariste. Homme prévoyant, il avait assuré sa succession sur deux voies parallèles, avec des auteurs chargés de poursuivre après son décès les aventures de son reporter à la fois dans les années 1950 et à l’époque contemporaine.

« Le principe d’Heisenberg » et « La stratégie du chaos », les deux dernières histoires en date, parues à six mois d’intervalle à l’automne 2017 et au printemps 2018, font toutefois exception à cette règle d’alternance, avec deux intrigues ancrées dans les fifties. Dans le premier, un crime sanglant cache un complot d’Etat. Dans le second, un milliardaire cloîtré dans un gigantesque navire hig-tech, lointain cousin de l’arche de Noé et du Nautilus du Capitaine Nemo, veut provoquer un holocauste nucléaire pour assurer à la terre un avenir meilleur.

Ses successeurs poursuivent bien sûr une certaine tradition établie par Jacques Martin : l’importance du décor régional (« Le principe d’Heisenberg »), qui peut faire écho aux Vosges de « La grande menace », le premier album, la passion de Jacques Martin pour les voitures de sport, ou encore l’art de la catastrophe et du chantage à grande échelle. Mais les albums récents apportent une dimension supplémentaire, avec l’apparition de personnages ayant réellement existé.

Ainsi « La stratégie du chaos » s’achève-t-il sur une rencontre, dans le cadre des JO de Melbourne (1956), entre Guy Lefranc et le marathonien français Alain Mimoun, médaille d’or olympique cette année-là. Auparavant, le reporter avait croisé la route de Johnny Stompanato, le mari mafieux de la comédienne Lana Turner (« Le châtiment ») et même le cosmonaute Youri Gagarine (« L’homme oiseau »).

Un ancrage bienvenu qui donne un nouveau cachet à l’univers de Lefranc, qui tient autant au globe-trotter intrépide hérité de Tintin, qu’à l’héritage de Jules Verne et de James Bond. En attendant un anniversaire : celui du trentième album.

Lefranc T28 « Le principe d’Heisenberg »

Scénario : François Corteggiani

Dessin : Christophe Alvès

48 pages

 

Lefranc T29 « La stratégie du chaos »

Scénario : Régric

Dessin : Roger Seiter

48 pages

Editions Casterman

 

RSS