19 Nov

Le charme retrouvé des cabanes de vigne

cabanes 2

Envie de contempler les couleurs de l’automne ? Partir à la découverte des cabanes de vigne constitue le meilleur des prétextes en Gironde ! Direction Saint-Emilion et son paysage millénaire classé au patrimoine mondial de l’Unesco…

 CABANES 8

Longtemps oubliées à l’ombre des châteaux, les cabanes de vignes ont été patiemment recensées par un Saint-Emilionnais passionné par ce petit patrimoine rural.

Pierre Lucu en présente 90 dans son guide des cabanes de vigne, paru aux Editions de l’Entre-deux-Mers.

cabanes de vigneCABANES 6

L’historien, à travers son ouvrage, a réveillé la mémoire de certains propriétaires. Une poignée d’entre eux a décidé de restaurer ces modestes abris remplis de souvenirs de famille, du temps où la cabane permettait de se protéger des caprices de la météo. Le château étant souvent éloigné, ce refuge était le bienvenu pour tous les travailleurs de la vigne mais aussi pour le cheval.CABANES 4

Un début de reconnaissance pour ces cabanes car après tout, ce paysage de vignoble mondialement célébré ne serait pas tout à fait le même sans leur présence fragile ponctuant les rangs de vigne…

Regardez notre reportage (images Chrystelle Arfel, montage Boris Chague, mixage Isabelle Rougeot).

Ces cabanes ne sont pas l’apanage du Bordelais. On en trouve dans toute la France sous des appellations diverses : baraque, borie, buvette, capitelle, chibotte, folie, grangeau ou grotte… Dans la région de la Loire, ces « loges » revisitées ont inspiré des architectes pour créer des haltes cyclistes… Une piste de réhabilitation ?

A noter que les Editions de l’Entre-deux-Mers ouvrent leurs portes le week-end prochain, les 25 et 26 novembre 2017, à Saint-Quentin de Baron. Vous pourrez rencontrer l’éditeur Bernard Larrieu et les auteurs mais aussi découvrir les derniers ouvrages.

Les Editions de l’Entre-deux-Mers ont notamment publié l’oeuvre monumentale de Léo Drouyn, le dernier volume portant sur la représentation des arbres dans le travail de l’illustrateur. Regardez notre reportage sur Léo Drouyn en cliquant ici.

27 Avr

Fête de la lamproie : Sainte-Terre célèbre ce drôle de monstre les 29 et 30 avril

©France 3 Aquitaine

©France 3 Aquitaine

Sainte-Terre, près de Libourne, s’apprête à vivre sa vingt-septième Fête de la lamproie. C’est en effet en 1990 que le village, sous l’égide du maire Guy Marty, s’est auto-proclamé capitale mondiale de ce drôle d’animal aquatique, ni poisson ni reptile, appartenant à la catégorie des agnathes (du grec « sans mâchoire »).

La lamproie est en fait un vampire qui se nourrit de sang, fixant sa ventouse buccale sur ses proies ! Durant son existence en mer, elle jette son dévolu sur la morue, le hareng, le maquereau, l’espadon, l’esturgeon, l’anguille, l’alose et même le requin pèlerin.

@wikimediacommons

@wikimediacommons

C’est à la fin de l’hiver que ce drôle de spécimen entre dans l’Estuaire de la Gironde, pour s’y reproduire. La lamproie serait pêchée dans la région depuis le XVe siècle.

Pour la capturer, les pêcheurs utilisent des nasses (traditionnellement, des bourgnes en osier) dans lesquelles les lamproies sont prises au piège. Ils peuvent également lancer des filets sur les deux tiers de la largeur de la rivière. Sainte-Terre compte aujourd’hui trois pêcheurs professionnels.

Côté dégustation, c’est bien sûr la lamproie à la bordelaise qui est préparée dans la région. La lamproie, une fois découpée en tronçon, cuit dans une sauce faite à partir de son sang et d’un vin rouge de l’année de préférence, auxquels sont ajoutés des poireaux, produits localement par les maraîchers.

Lors des journées de la Fête à la lamproie, les 29 et 30 avril à Sainte-Terre, les gourmets pourront partager un grand repas sur place mais aussi acheter des lamproies  vivantes pour les préparer à la maison ou bien encore ramener des conserves.

Pour les plus curieux, le jardin de la lamproie permettra de tout connaitre sur l’animal préhistorique, en l’observant notamment dans un aquarium. A noter que des stages de cuisine sont également proposés chaque printemps.

Avant ce rendez-vous sous l’égide de la confrérie de la lamproie, nous vous proposons de partir sur la Dordogne, à la rencontre du pêcheur Mickaël Durand et de sa mère qui cuisine la lamproie à la bordelaise…

Reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Thierry Julien, Boris Chague, Xavier Mansion (2016)


La lamproie, un monstre délicieux !

 

19 Mar

Le moulin à vent de Vensac retrouve ses ailes en Médoc

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_03_10_08

Il fait partie du paysage de Vensac, non loin de l’océan, depuis 1858. Un vestige que ses propriétaires, Fabienne et Roland Piquemal, ont à coeur de restaurer depuis plus de trois décennies. Fils et petit-fils de meunier, Roland est né dans la maison d’à côté et le moulin a été remis en état pour son mariage. Et depuis, pas question de le laisser tomber…

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_01_16_16

En ce jour de mars, sous une pluie battante, Roland a mobilisé les grands moyens : une grue et plusieurs copains pour hisser l’axe maître, la pièce centrale sur laquelle viennent se fixer les armatures des ailes. La manoeuvre est délicate et périlleuse : tout se joue au millimètre près !

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_25_17

L’axe maître est une bille de chêne de 2 tonnes que Roland a façonné lui-même. Il l’avait acquis voilà huit ans, pour que le bois sèche, en prévision d’une restauration survenue plus tôt que prévu car l’été dernier, la bille s’est fendue. Le moulin est privé. Tous les financements sont assurés par la famille Piquemal.

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_43_09

Cette fois, l’axe et les ailes devraient tenir cinquante ans… Il ne reste plus qu’à mettre les voiles. Elles seront installées juste avant l’ouverture de la saison, le premier dimanche d’avril. Le moulin de Vensac pourra alors recommencer à fabriquer de la farine proposée à la vente à chaque visite.

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_03_18

Regardez le reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Thierry Julien, Olivier Pallas et Véronique Lamartinière

16 Déc

Pessac : concours de la plus belle maison illuminée pour Noël

C0064-00_00_01_18

C’est une première à Pessac : la municipalité organise le concours de la plus belle maison illuminée. Une manière de mettre… en lumière tous ceux qui décorent façades, toits et jardins, contribuant à la féérie de Noël.

Ce soir, à la nuit tombée, le maire et le conseil municipal des enfants vont visiter les 15 maisons sélectionnées. La gagnante sera officiellement élue demain, lors des animations Place de la République.

Nous nous sommes rendues dans l’une de ces maisons, dans le quartier de Noës, où le spectacle offert par la famille Cartey est devenu un rendez-vous attendu chaque année par petits et grands…

Reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Guillaume Decaix et Robin Nouvelle

09 Fév

Un nouveau jardin classé remarquable dans notre grande région

Le jardin de Cistus, à La Coudre, dans les Deux-Sèvres, devient le 55e jardin labellisé de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.

La DRAC récompense les auteurs de ce jardin de 9500m², créé sur une ancienne prairie, au bord de la rivière d’Argenton. Conifères, chênes verts et magnolias…

Michel Chauveau et Dominique Ethioux l’ont créé voilà 20 ans, en imaginant un lieu tout en harmonie de couleurs, de formes et de senteurs.

En Aquitaine, c’est en Gironde que l’on trouve le plus de jardins remarquables : le département en compte 14, dont le Jardin du Fond de l’Or, à Lugon, classé second lors du concours des jardins préférés des Français sur France 2… 


Découvrez le Jardin du Fond de l’Or à Lugon (33)