20 Mai

Volons au secours des oiseaux !

Les oiseaux sont de moins en moins nombreux en France. Selon « la Liste rouge » des oiseaux nicheurs, 92 espèces sont menacées sur 248 ! Et la protection de ce patrimoine naturel commence… dès le nid.

Diverses opérations sont actuellement menées en Gironde pour offrir des conditions favorables à la reproduction. C’est le cas à Mérignac, où l’association Jardin et Eco-tourisme a posé 110 nichoirs dans 7 parcs de la commune. Les oiseaux, du fait de l’activité humaine, ont en effet des difficultés à trouver des arbres où s’installer.

Martial Theviot, le président de l’association, a fabriqué une perche équipée d’une caméra endoscopique -comme celle utilisée pour les examens médicaux- permettant une auscultation haut perchée des couvées. Cet espionnage en douceur permet de détecter très tôt l’occupation. En général, l’observation extérieure ne permet d’identifier que 10% des nichoirs habités. Avec ce dispositif, le naturaliste peut explorer la totalité des nichoirs et en tirer des conclusions sur l’évolution des populations.

Autre action exemplaire à Mios, aux portes du Bassin d’Arcachon. La LPO a lancé une opération de comptage auprès de tous les habitants. L’objectif est de créer une prise de conscience du risque de disparition des hirondelles. On en compte aujourd’hui 40% de moins qu’il y a trente ans.

Ici, pas question de poser des nichoirs. Les hirondelles, qui fabriquent leurs nids avec de la boue et de la paille, ne les utiliseraient pas.

La stratégie consiste à repérer leurs abris lovés dans les charpentes ou entre les poutres. La loi interdit leur destruction. Pour favoriser leur venue, il faut préserver les bâtiments anciens, comme les granges.

L’hirondelle et l’homme sont liés. On ne peut pas séparer le patrimoine naturel, le patrimoine bâti et le patrimoine humain, explique le maire Cédric Pain.

A noter que chacun peut agir, par des actions très simples. Vous pouvez participer aux observations de l’association Jardin et Eco-tourisme mais aussi au week-end de comptage national de la LPO qui aura lieu le week-end du 25 et 26 mai. Pendant une heure, il vous faudra noter les espèces aperçues dans votre jardin ou depuis votre balcon.

Intéressés ? Regardez notre reportage… et volez au secours des oiseaux !

 

14 Jan

Nourrissez les oiseaux en hiver et… comptez-les pour les protéger !

S_PATRIMOINE_Oiseaux_des_jardins-00_00_47_03

Le week-end des 27 et 28 janvier, prenez vos jumelles pour compter les oiseaux pendant une heure, où que vous soyez : sur votre balcon, dans votre jardin ou même dans un parc public... L’opération est lancée par la LPO et le Muséum National d’Histoire Naturelle. Vous trouverez une fiche à compléter sur le site de la Ligue pour la Protection des Oiseaux ou sur le site oiseauxdesjardins.fr

Une opération qui s’inscrit dans une démarche de protection de la nature de proximité, dont les refuges sont l’un des moyens d’action les plus efficaces… et les plus simples, accessibles à tous les amis des oiseaux.

Qu’est-ce qu’un refuge LPO ?

Simplement un espace vert, grand ou petit -un balcon peut suffire-, aménagé pour accueillir dans les meilleures conditions les visiteurs ailés. Lors de l’adhésion, un kit de bienvenu est offert par la Ligue de Protection des Oiseaux, avec pancarte, nichoir et graines.

S_PATRIMOINE_Oiseaux_des_jardins-00_01_35_22

Ensuite, c’est à vous de jouer !

Il faut installer les mangeoires de façon visible et accessible, à l’abri des prédateurs et assez loin des vitres. Ne donnez ni pain ni sel, mais de bonnes graines (millet, maïs, tournesol…) et des boules de graisse qui les aideront à résister au froid pendant l’hiver… et uniquement l’hiver. Au printemps, la nature offre suffisamment de ressources pour laisser les oiseaux se débrouiller comme des grands.

S_PATRIMOINE_Oiseaux_des_jardins-00_00_18_20

Ce petit geste est l’assurance d’avoir un festival de couleur devant les yeux… Mésange bleu, mésange noire, verdier, taurin des aulnes, merles et tourterelles, sans oublier le chardonneret élégant…

S_PATRIMOINE_Oiseaux_des_jardins-00_03_26_02

L’année dernière, les oiseaux se faisaient rares dans les jardins. Cet hiver, certaines espèces sont présentes de façon inhabituellement importante. C’est le cas des grosbecs casse-noyaux et des mésanges noires.

S_PATRIMOINE_Oiseaux_des_jardins-00_03_05_06

Hélas, certaines espèces risquent d’être classées vulnérables, comme le moineau dont la population régresse en raison notamment de la pollution. Des études scientifiques sont en cours pour trouver les causes exactes de cette diminution. D’où l’intérêt de se mobiliser et d’effectuer ce comptage d’une heure au profit de la sauvegarde des oiseaux des jardins

Regardez notre reportage à Landiras et Villenave d’Ornon (Nathalie Pinard de Puyjoulon, Nicolas Pressigout, Christophe Varone, Isabelle Rougier)

02 Fév

L’escale hivernale des grues

Où sont passées les grues qui volaient au-dessus de nos têtes cet automne ?

Après la saison des amours en Scandinavie, les grands oiseaux migrateurs ont rejoint le sud de l’Espagne et l’Afrique du Nord, fuyant les premiers froids dès le mois d’octobre.

Toutefois, il est encore possible de les observer dans la région.

Comme chaque année, des vols se sont en effet posés dans le sud de la Gironde et dans les Landes, avant le franchissement des Pyrénées, trouvant des conditions favorables à l’hivernage.

En Aquitaine, de nombreuses animations sont proposées pour mieux connaitre la dame grise, notamment dans le Parc Régional des Landes de Gascogne