25 Nov

Sadirac, le village des potiers

POTIERS 5

Sadirac a une longue histoire liée à la qualité de son argile. Depuis le Moyen-Age, des générations de potiers s’y sont succédé. A la Maison de la Poterie, on peut découvrir un vestige datant du XIVème siècle. Il s’agit d’une lampe à huile dont la fragilité n’est qu’apparente. Fabuleux d’imaginer que quelqu’un s’est éclairé grâce à cet objet de terre qui a traversé le temps !

potiers 1

Sadirac compte aujourd’hui une dizaine de potiers. Artisans ? Plus vraiment. Pas question de confectionner des ustensiles et autres jarres de jardin. La concurrence est impossible avec l’industrie. Ils sont plutôt des artistes, toujours en quête de création dans leur rapport personnel et particulier avec la terre.

POTIERS 4

La Maison de la Poterie propose régulièrement des expositions. Cet automne, c’est Audrey Bignon et ses personnages en céramique : « Tout va bien », sur le thème des vacances dans le Midi de la France.

POTIERS7

POTIERS6

POTIERS8

 

 

 

 

19 Nov

Le charme retrouvé des cabanes de vigne

cabanes 2

Envie de contempler les couleurs de l’automne ? Partir à la découverte des cabanes de vigne constitue le meilleur des prétextes en Gironde ! Direction Saint-Emilion et son paysage millénaire classé au patrimoine mondial de l’Unesco…

 CABANES 8

Longtemps oubliées à l’ombre des châteaux, les cabanes de vignes ont été patiemment recensées par un Saint-Emilionnais passionné par ce petit patrimoine rural.

Pierre Lucu en présente 90 dans son guide des cabanes de vigne, paru aux Editions de l’Entre-deux-Mers.

cabanes de vigneCABANES 6

L’historien, à travers son ouvrage, a réveillé la mémoire de certains propriétaires. Une poignée d’entre eux a décidé de restaurer ces modestes abris remplis de souvenirs de famille, du temps où la cabane permettait de se protéger des caprices de la météo. Le château étant souvent éloigné, ce refuge était le bienvenu pour tous les travailleurs de la vigne mais aussi pour le cheval.CABANES 4

Un début de reconnaissance pour ces cabanes car après tout, ce paysage de vignoble mondialement célébré ne serait pas tout à fait le même sans leur présence fragile ponctuant les rangs de vigne…

Regardez notre reportage (images Chrystelle Arfel, montage Boris Chague, mixage Isabelle Rougeot).

Ces cabanes ne sont pas l’apanage du Bordelais. On en trouve dans toute la France sous des appellations diverses : baraque, borie, buvette, capitelle, chibotte, folie, grangeau ou grotte… Dans la région de la Loire, ces « loges » revisitées ont inspiré des architectes pour créer des haltes cyclistes… Une piste de réhabilitation ?

A noter que les Editions de l’Entre-deux-Mers ouvrent leurs portes le week-end prochain, les 25 et 26 novembre 2017, à Saint-Quentin de Baron. Vous pourrez rencontrer l’éditeur Bernard Larrieu et les auteurs mais aussi découvrir les derniers ouvrages.

Les Editions de l’Entre-deux-Mers ont notamment publié l’oeuvre monumentale de Léo Drouyn, le dernier volume portant sur la représentation des arbres dans le travail de l’illustrateur. Regardez notre reportage sur Léo Drouyn en cliquant ici.

20 Oct

Le Guignol Guérin fête ses 165 ans à Bordeaux

guignol &

Sa tête de bois a réjoui des générations de Bordelais. Le Guignol Guérin, né en 1853, fête son anniversaire en grandes pompes. Pendant un mois, du 28 octobre au 18 novembre, le célèbre redresseur de tort offrira une série exceptionnelle de spectacles au théâtre de l’Inox à Bordeaux. Petits et grands pourront également découvrir l’envers du décor et une grande exposition de marionnettes.

guignol 2

Voilà six générations que les marionnettes se relaient au bout des doigts des Guérin.

L’histoire a commencé avec Etienne Jean Eugène qui a « importé » Guignol depuis Lyon. Guignol fut en effet la première marionnette de France, créée par le Lyonnais Laurent Mourguet, un « canut » (ouvrier tisserand de la soie), également arracheur de dents, qui inventait des histoires pour ses clients avant d’imaginer le petit héros qui lui ressemble…

GUIGNOL 3

Le répertoire lyonnais compte 300 pièces ! Une richesse insoupçonnée. Aujourd’hui, les Guérin se limitent à une vingtaine d’histoires, basées sur de simples trames. L’essentiel du jeu se fait devant le public, façon « canevas » en improvisant selon les réactions.

Envie de regarder Guignol depuis les coulisses… Venez avec nous, nous vous dirons (presque) tout !

12 Sep

Comment expliquer le succès des Journées du Patrimoine ? Une ethnologue nous répond

IMG_4086

C’est devenu une tradition. Voilà 33 ans que les Journées Européennes du Patrimoine s’inscrivent dans le calendrier de la rentrée. En 2016, 12 millions de Français (120 000 à Bordeaux) ont pris d’assaut les musées, les monuments et autres édifices, anciens ou contemporains, désireux de connaitre l’envers du décor.

Pour tenter de comprendre cet engouement, l’ethnologue bordelaise Marie-Dominique Ribéreau-Gayou nous éclaire sur le sujet en 4 questions.

Comment interprétez-vous ce succès populaire ?

On peut penser que le patrimoine joue un rôle analogue à celui que représente, à l’échelon de la famille, la maison héritée des générations précédentes : fournir des repères stables quand tout bouge autour de soi…

Mais je pense que cela ne suffit pas à expliquer cet engouement. Le patrimoine, c’est aussi un miroir de nos sociétés et de l’humanité en général.

Dans ce qui se discute autour du patrimoine – les palombières, par exemple, sont-elles des objets patrimoniaux ?–, j’entends aussi des questions philosophiques fondamentales : que devons-nous conserver comme trace à la fois de notre humanité commune et de nos différences locales ?  D’où venons-nous, en tant que membres d’une société et d’une culture ? Qu’est-ce qui fait que nous sommes devenus ce que nous sommes aujourd’hui ? Et là-dedans, qu’est-ce qui est commun aux 7 milliards d’êtres humains : des objets matériels, des objets culturels, des valeurs, des symboles, l’eau, l’air ?  Dans ce que nous faisons aujourd’hui, qu’est-ce qui, pour les générations futures, aura suffisamment de sens pour leur servir à se sentir membres d’une seule humanité par-delà leurs différences ? Et bien d’autres questions encore.

En somme, il y a une dynamique de réflexion sur soi et sur l’humanité dans son ensemble. Et ça, c’est extrêmement intéressant : c’est quand même la première fois dans l’histoire de l’humanité que les hommes ont l’envie et les moyens techniques de débattre ensemble de ce qui a un sens, une valeur pour eux. On constate le même phénomène à propos du changement climatique.

IMG_4097 bis

Comment en est-on venu à parler de « patrimoine mondial » ?

A l’origine, le mot « patrimoine » désignait uniquement les biens que le père de famille transmettait à ses descendants. Aujourd’hui, mon patrimoine inclue aussi  la ravissante église romane de mon village qui est un patrimoine que je partage avec le reste de l’humanité. C’est-à-dire qu’on est passé d’une idée individuelle du patrimoine à une idée collective.

La mondialisation a provoqué une modification importante du sens donné à « patrimoine ». Cette première ouverture a permis toutes les autres. En fait, depuis qu’elle s’est émancipée du cercle de la famille, la notion de patrimoine n’a pas cessé de s’élargir, de s’enrichir – ou de se diluer un peu trop selon le point de vue !–. Elle a évolué à la fois dans sa nature et géographiquement : patrimoine local/national/universel mais aussi patrimoine culturel (langues, traditions), patrimoine naturel (à toutes les échelles, du village à la stratosphère) et, tout récemment, patrimoine génétique.

Attention, quand on parle de « patrimoine génétique« , aujourd’hui on ne désigne plus seulement ce qui se manifeste dans les maladies héréditaires ou la fossette au menton que se transmettent les descendants de tel ancêtre. On ne parle pas, non plus, seulement des caractéristiques d’une population, comme le taux exceptionnellement élevé de gens du groupe sanguin O négatif chez les Basques. « Patrimoine génétique », ça désigne aussi maintenant l’ensemble des caractéristiques des plantes et des animaux  qui constituent des ressources qui devraient permettre à l’humanité, entre autres, d’adapter l’agriculture et l’élevage aux besoins qu’on ne connaît pas encore.

A ce propos, il faut noter que, au cours de son évolution, l’idée de patrimoine a embarqué un certain nombre de principes et de valeurs comme celle de « devoir » (devoir de préserver pour transmettre en bon état), celle de « respect des générations futures » (plus ou moins associé au principe de précaution), celle de « bien commun » ou encore celle d' »identité ». Cette dernière idée sert parfois d’ailleurs des projets idéologiques plutôt troubles pour ne pas dire malsains !

Journées du patrimoine 2017

Pour quelle raison cette notion de « patrimoine » ne cesse-t-elle de s’élargir ?

En fait, dans les sociétés occidentales, Le cheminement suit, avec un certain décalage, les évolutions sociales, techniques, scientifiques et philosophiques. Par exemple, la modification de l’importance de la famille dans la société a favorisé le glissement de l’individuel au collectif. Le développement de l’éducation grâce à l’école obligatoire, libre et gratuite annonçait l’idée de « patrimoine culturel ». Les progrès scientifiques qui montrent qu’il n’existe pas de races mais une seule et unique race humaine en même temps que le développement de la connaissance du monde, des transports, du tourisme et des outils virtuels, tout cela déroule le tapis rouge au « patrimoine universel« . La prise de conscience des problèmes environnementaux, des limites des ressources naturelles a fait le lit du « patrimoine naturel ». Les craintes suscitées par l’appauvrissement des ressources dû, notamment, à l’excès de sélection sur la faune et la flore ouvrent maintenant la porte au « patrimoine génétique ». Bref, l‘idée de patrimoine s’élargit, en fait, au fur et à mesure que notre conscience et notre connaissance du reste du monde s’enrichissent.

Il serait donc illusoire de faire « comme si » le patrimoine était une réalité objective, fixe, immuable !

Ce n’est pas la peine d’essayer de dresser une liste  de ce qui est patrimoine en pensant que cette liste sera définitive, au moins pour ce qui concerne le passé et qu’il suffira de rallonger la liste avec les nouveaux patrimoines qui apparaîtront dans les siècles à venir pour définir le patrimoine. En fait, aussi surprenant que cela puisse paraître, le patrimoine nous parle moins du passé que du présent et de notre vision du futur.

En  résumé, je dirais que le patrimoine ce n’est pas une réalité en soi, ferme et définitive, c’est une interprétation, toujours remise en cause. C’est un miroir, un reflet du monde et c’est pour ça que son contenu est intangible, qu’il bouge tout le temps. C’est pour ça aussi qu’il est si riche en significations, en symboles. Mais aussi en idéologies et en intentions politiques.

PATRIMOINE_TROGLODYTE_DE_L_ESTUAIRE-00_01_28_09

L’UNESCO défend le repas gastronomique français, la cuisine mexicaine ou le pain d’épices de Croatie du Nord… Certaines pratiques sociales, traditions orales et événements festifs sont désormais inscrits sur la liste du patrimoine immatériel.  Pourquoi est-ce si important ?

Le patrimoine est désormais un ensemble évolutif de biens collectifs matériels et immatériels, hérités des générations précédentes. Il peut s’agir de biens appartenant à un groupe (cabanes de pêcheurs de l’estuaire de la Gironde; pratiques thérapeutico-religieuses des chamans amérindiens, etc.), ou à une nation (monuments historiques, langue, traditions, héros, etc.) ou, plus récemment, à l’humanité entière (patrimoine mondial de l’Unesco, ressources naturelles, biodiversité, etc.). On a l’impression que tout et n’importe quoi peut devenir patrimoine au gré des intérêts des nations et des groupes de pression alors que tous les objets patrimoniaux n’ont pas la même importance, c’est-à-dire pas la même valeur d’incarnation d’une identité spécifique ou de symbole. Ce n’est pas totalement faux et cela dévalorise un peu les classements.

Mais cet inventaire à la Prévert, certes un peu déroutant, ne doit pas masquer l’essentiel : dans le grand fourre-tout du patrimoine s’élabore aussi, par tâtonnements, le sentiment d’une appartenance à la même humanité, celle qui a décoré la grotte de Lascaux et fait le premier pas sur la lune. Il s’y amorce aussi, on peut l’espérer, le dessin à grands traits d’un futur partagé sinon commun.

Personnellement, j’ai l’impression d’être plus profondément citoyenne du monde depuis que les manuscrits de Tombouctou,  les temples de Palmyre, la forêt amazonienne et les pandas géants sauvages de Chine font parti de mon patrimoine de française au même titre que la Tour Eiffel, la gastronomie, la laïcité, le festival d’Avignon ou le Provençal ! C’est important ça, non ?!

Marie-Dominique Ribereau-Gayon est Docteure en Anthropologie sociale et culturelle. Ses recherches portent sur l’évolution des relations à la nature, des traditions et des identités culturelles liées au territoire.    
Bibliographie 
« Prenez la vie côté cabane ! » : les cabanes landaises dans les stratégies commerciales et publicitaires », in B.Brun, A-H. Dufour, B.Picon, M-D. Ribereau-Gayon (eds.),Cabanes, cabanons et habitats temporaires, 2000, Editions de Bergier : 71-88. Accès gratuit : http://www.ecologie-humaine.eu/documents/seh_cabane/cabane_09_ribereau-gayon.pdf

Chasseurs de traditions – l’imaginaire contemporain des Landes de Gascogne, 2001, Paris, Editions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 380 p.

« La Rosière, incarnation et médiatrice d’une nouvelle ruralité », Norois, 2007/3, n°204 :53-65. Accès gratuit : https://norois.revues.org/1440

« La légitimité de la forêt des Landes de Gascogne du XIX ème siècle à la tempête de 2009 », in Tempêtes sur la forêt landaise- histoires, mémoires, 2011, Mont-de-Marsan :L’Atelier des Brisants: 165-181. https://www.lu-et-cie.fr/livre/9782846231084-tempete-sur-la-foret-landaise-histoires-memoires-collectif/

« Qu’est-ce qu’une « race animale pure » ? La fabrication de la race bovine bordelaise », avec Patricia Pellegrini, revue d’Ethnoécologie, 2014. Accès gratuit :https://ethnoecologie.revues.org/1680

« Les nouveaux jardins publics de Bordeaux- La construction d’une culture de la nature », avec Dominique Prost, in Menozzi M.-J (ed.), Les jardins dans la ville, entre nature et culture, 2014, Collection « Espaces et Territoires », Presses Universitaires de Rennes : 107-123. http://www.ecologie-humaine.eu/fr/fichiers/PubPFR_JARDINS.htm

08 Sep

La renaissance du château-fort de Langoiran, l’oeuvre de toute une vie

L2

A l’approche des Journées Européennes du Patrimoine qui auront lieu les 16 et 17 septembre prochain, partons à la découverte d’un château méconnu qui vaut vraiment le détour : la forteresse médiévale de Langoiran, construite dans l’Entre-Deux-Mers à la fin du XIIIème siècle. Sa restauration force l’admiration.

L4

Voilà 44 ans que Robert Bibonne, professeur d’histoire et propriétaire du château, s’évertue à le remettre debout, réalisant chaque jour un rêve d’enfant.

C’est à l’âge de 7 ans qu’il tombe sous le charme du château-fort, représenté sur une carte postale qui déclenche en lui un attrait irrésistible. Le petit garçon habite alors Talence et, sans doute poussé par un élan chevaleresque, prend son vélo pour rejoindre la forteresse par des chemins caillouteux. C’est l’éblouissement devant une ruine, l’édifice étant inoccupé depuis 350 ans.

L5

Ce souvenir ne le quittera plus, à tel point que devenu jeune homme, il n’hésite pas à l’acheter lorsque l’opportunité se présente en 1972, se lançant dans une folle aventure.

L’accès au château se fait alors par une simple passerelle, il faut commencer par construire un pont et déblayer des tonnes de remblais. La lutte contre la végétation est un combat qui va durer des années. Une centaine d’arbres sont arrachés dans l’enceinte même de la forteresse.

L7

Les travaux sont titanesques. Sans fortune et sans subvention, Robert Bibonne et son épouse décident de créer une association, les Amis du château, pour recueillir des fonds et organiser des chantiers de bénévoles. Pendant 20 ans, 2500 personnes de toutes nationalités se sont ainsi relayées pour faire revivre le château.

Revivre est bien le mot. Le château est habité par les propriétaires qui, par leur seule présence, lui donnent un supplément d’âme. On y entre un peu comme dans une belle demeure, accueilli par des fleurs élégamment mêlées à la rocaille. Pas banal dans une forteresse !

Des fêtes médiévales y sont également organisées et plus de dix mille visiteurs y viennent chaque année, dont de nombreux écoliers. Deux chambres d’hôtes ont été aménagées pour offrir aux amateurs d’histoire un voyage dans le temps et parfois, des baptêmes et des mariages sont organisés dans la chapelle.

L6

Bref, ce château au riche passé, autrefois propriété de grands seigneurs, continue à écrire son histoire, une histoire vivante qui illustre à merveille la passion du patrimoine.

L3

 

La forteresse médiévale sera bien sûr ouverte à la visite lors des Journées du Patrimoine.

Amis du château de Langoiran
Château de Langoiran
33550 Langoiran

Tel : 05 56 67 12 00

chateaudelangoiran@hotmail.fr

26 Mai

Verrou Vauban : l’Estuaire imprenable

verrou_vauban_31_05_15-00_00_02_02

C’est une ligne de défense comme un fil invisible sur l’Estuaire lancé depuis la citadelle de Blaye. Un complexe militaire de 38 hectares imaginé par Sébastien Vauban sur ordre du roi Soleil.

Nous sommes en 1685 lorsque l’ingénieur imagine un triptyque unique en France, situé sur les deux rives et au milieu de l’Estuaire, sur l’île de Fort Paté. Au départ, un simple banc de sable qu’il a fallu endiguer pour le protéger de l’érosion. Pari audacieux : le Fort fut construit sur une simple grille de bois de pin posé sur des pieux…

verrou_vauban_31_05_15-00_00_13_06

Un dispositif essentiellement dissuasif. Les 600 hommes qui occupaient les lieux n’eurent guère l’occasion de faire parler la poudre. Le verrou Vauban été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008. La citadelle de Blaye est l’un des monuments les plus visités de la Nouvelle-Aquitaine, accueillant chaque année 345 000 personnes. Des visiteurs venus imaginer des combats qui n’ont jamais vraiment troublé les eaux de l’Estuaire…

Voyez le reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Olivier Prax et Boris Chague.

07 Avr

Mussidan : le Périgord à travers les objets anciens du quotidien

De l’aiguière au zinzolin, c’est le curieux titre d’un ouvrage qui présente 1600 objets du quotidien en Périgord (Editions Perce-Oreille). Une encyclopédie réalisée par Monique Bourgès-Audivert qui a patiemment collecté outils et instruments oubliés.

L’auteur donnera une conférence le vendredi 14 avril à 18h au Musée des arts et traditions du Périgord, où se trouvent de nombreux objets anciens.

Ce sera l’occasion de découvrir ce musée, fondé par le Docteur Voulgre. Un médecin bordelais qui a passé sa vie à collectionner des objets communs qui n’intéressaient personne. Il ne jetait rien, convaincu de la valeur qu’ils prendraient avec le temps.

@muséevoulgre.fr

@muséevoulgre.fr

Très attaché au Périgord, c’est dans sa maison paternelle de Mussidan qu’il a choisi d’exposer tous ces petits témoignages du quotidien, permettant aujourd’hui de retracer l’évolution de la société périgourdine à travers les tâches domestiques, les travaux des champs, les arts et les techniques…

©commons.wikipedia

©commons.wikipedia

En 1971, le médecin passionné de patrimoine légua sa « Chartreuse », son domaine et sa collection à sa ville natale de Mussidan, devenu selon sa volonté, le Musée des Arts et Traditions Populaires du Périgord du Docteur André Voulgre.

19 Mar

Le moulin à vent de Vensac retrouve ses ailes en Médoc

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_03_10_08

Il fait partie du paysage de Vensac, non loin de l’océan, depuis 1858. Un vestige que ses propriétaires, Fabienne et Roland Piquemal, ont à coeur de restaurer depuis plus de trois décennies. Fils et petit-fils de meunier, Roland est né dans la maison d’à côté et le moulin a été remis en état pour son mariage. Et depuis, pas question de le laisser tomber…

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_01_16_16

En ce jour de mars, sous une pluie battante, Roland a mobilisé les grands moyens : une grue et plusieurs copains pour hisser l’axe maître, la pièce centrale sur laquelle viennent se fixer les armatures des ailes. La manoeuvre est délicate et périlleuse : tout se joue au millimètre près !

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_25_17

L’axe maître est une bille de chêne de 2 tonnes que Roland a façonné lui-même. Il l’avait acquis voilà huit ans, pour que le bois sèche, en prévision d’une restauration survenue plus tôt que prévu car l’été dernier, la bille s’est fendue. Le moulin est privé. Tous les financements sont assurés par la famille Piquemal.

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_43_09

Cette fois, l’axe et les ailes devraient tenir cinquante ans… Il ne reste plus qu’à mettre les voiles. Elles seront installées juste avant l’ouverture de la saison, le premier dimanche d’avril. Le moulin de Vensac pourra alors recommencer à fabriquer de la farine proposée à la vente à chaque visite.

PATRIMOINE_Moulin_de_Vensac_33_-00_00_03_18

Regardez le reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Thierry Julien, Olivier Pallas et Véronique Lamartinière

18 Mar

La Grotte de Lourdes et Bernadette Soubirous vues par les photographes du XIXème siècle

IMG_20170303_220932 (2)

C’est une exposition originale à Beautiran, en Gironde. Elle présente différents paysages de Lourdes mais aussi des portraits de Bernadette Soubirous, réalisés par des photographes du XIXème siècle. On peut y découvrir des plaques de verre témoignant des regards et des techniques de l’époque.

La Grotte de Lourdes en 1858©collection privée Pascal Peyrot

La Grotte de Lourdes en 1858©collection privée Pascal Peyrot

Une photographie mystérieuse

Au fil de la visite, une plaque de verre attire l’attention. On peut y lire l’inscription : « Première photographie de la Grotte de Lourdes en 1858 ».  Au creux de la cavité, se devinent un petit groupe de femmes en robe noire et, sur le côté droit, un long voile blanc évoquant le capulet blanc que portait la jeune voyante Bernadette Soubirous.

L’imaginaire se met en route : serait-ce possible que cette prise de vue montre la sainte priant à la Grotte, dans la période des Apparitions de la Vierge Marie reconnues par l’Eglise Catholique ? C’est impossible, selon les spécialistes du service des Archives et Patrimoine du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes.

On y voit en effet un muret de pierres le long du gave, construit bien après les Apparitions, mais aussi les fondations de la future crypte au-dessus de la Grotte qui est par ailleurs moins végétalisée qu’à l’origine.

©Pascal Peyrot

©Pascal Peyrot

Bernadette Soubirous se prêtait difficilement à cet exercice photographique, ne recherchant ni reconnaissance ni gloire.

Un jour, lorsqu’un photographe insiste pour reproduire son extase quand elle voit la Dame, elle répond : « c’est qu’elle n’y est pas ! ». Refusant tout artifice ou mise en scène, elle accepte simplement de tenir son chapelet et de porter le long capulet blanc qu’elle revêtait lorsqu’elle se rendait à la Grotte.

Il faudra attendre 1861 pour obtenir ses premiers portraits. Au total, 75 ont été répertoriés, effectués par six photographes différents.

Une exposition qui sera aussi l’occasion de visiter le Musée de la Photographie pour découvrir une importante collection d’appareils anciens, à la Villa Maglya, Musée des Techniques de Beautiran.

09 Fév

Ils croisent le fer et le feu : rencontrez les derniers ferronniers d’art de Bordeaux

FER 2

Depuis plus de deux siècles, le fer forgé fait partie du paysage bordelais. Broderie de fer ornant les balcons ou grilles monumentales entourant les parcs verdoyants. Un patrimoine à part entière, qui a l’art de souligner le charme des vieilles pierres et l’élégance des jardins.

fer 1

Pierre Guillebeaud et ses deux fils sont les derniers ferronniers d’art de Bordeaux. Ils ont notamment réparé les dégâts causés par les tempêtes au Parc Bordelais et au Jardin Public.

FER 5

Au XVIIIème siècle, la ville comptait une soixantaine d’ateliers. La technique est restée la même. Il faut chauffer le fer à 1450 degrés avant de pouvoir l’étirer et le courber, selon des plans au départ imaginés par des dentellières. Un mètre de balcon orné de volutes demande 30 à 40 heures de travail !

FER 3

Il faut commencer par ramollir le fer, qu’il devienne comme du nougat, pour pouvoir lui donner la forme voulue entre le marteau et l’enclume. Charly Guillebeaud

fer 7

Envie d’un peu de chaleur ? Entrez dans l’atelier Fer Emeraude, dans le quartier des Chartrons, avec ce reportage de Nathalie Pinard de Puyjoulon, Dominique Mazères (images), Robin Nouvelle (montage) et Christian Arliguié (mixage).