10 Mar

Elections municipales : quelle place pour la voiture à Strasbourg ?

La place de la voiture en ville : on pensait la polémique apaisée à Strasbourg qui travaille depuis 20 ans aux modes de transports doux. Est-on allé trop loin? C’est en tout cas l’avis des automobilistes et des commerçants à en croire leurs défenseurs.

voitures Strasbourg

Ils dénoncent surtout les problèmes de stationnement : conséquence nottament du réaménagement des places de l’hyper centre qui fait pourtant consensus entre les candidats. Des groupes de pressions qui comptent bien se faire entendre à un mois des municipales dans la capitale alsacienne.

06 Mar

Municipales : Fabienne Keller devant Roland Ries pour la première fois

Fabienne Keller devant Roland Ries, le dernier sondage de l’institut CSA pour BFMTV-Le Figaro-Orange est un coup de tonnerre dans cette campagne jugée jusqu’ici un peu terne.

La liste menée par Fabienne Keller (UMP) devance pour la première fois celle du maire sortant de trois points (32% contre 29%) au 1er tour. Et les deux favoris seraient au coude à coude (50-50) au second tour, dans l’hypothèse d’un duel. En cas de triangulaire, en revanche, si le candidat frontiste Jean-Luc Schaffhauser (RBM) crédité de 11% au 1er tour se maintient, c’est Roland Ries qui l’emporterait de cinq points (47% contre 42%).

C’est le 5è sondage depuis le début de la campagne. Jusqu’ici, tous donnaient le maire PS sortant gagnant dès le premier tour.

Dans un communiqué de presse, Fabienne Keller a réagi à ce nouveau sondage qui selon elle,  » reflète ce que de nombreux strasbourgeois me disent au quotidien : ils souhaitent l’alternance à Strasbourg (…) Désormais placée en tête des intentions de vote au premier tour, il est clair que la dynamique de notre campagne porte ses fruits. La volonté de changement est de plus en plus ancrée dans l’esprit des strasbourgeois ».

Dix listes seront en compétition le 23 mars prochain.

 

05 Mar

Municipales à Strasbourg : meeting de Fabienne Keller avec les ténors de l’UMP

Environ 1500 personnes assistaient hier soir au meeting de soutien à Fabienne Keller (UMP), organisé au Centre Socio-Culturel de Neudorf, en présence notamment de Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin.

François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Jean-François Copé réuni pour la candidate UMP aux élections municipales de Strasbourg, Fabienne Keller

François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Jean-François Copé réuni pour la candidate UMP aux élections municipales de Strasbourg, Fabienne Keller

Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin ensemble autour de Fabienne Keller… Hier soir, pour ce grand meeting de la campage des municipales, l’UMP a affiché son unité… Dans la salle, même dans la tourmente des affaires, ses sympathisants ne doutent pas.

Unité des tenors de l’UMP

Tous trois ont plaidé pour le besoin d' »unité » de leur parti « à dix-huit jours » du premier tour des élections.
M. Copé en a profité pour évoquer, devant un millier de personnes, les accusations du Point selon lesquelles il aurait favorisé une entreprise de communication fondée par deux de ses amis au détriment des finances de son parti.
Ces « attaques très violentes » sont « une épreuve qui fait méditer sur la nature humaine et la capacité du système à générer la haine », a-t-il affirmé. « C’est bien la solidité de la colonne vertébrale (…) qui fait qu’on est solide dans l’épreuve », a-t-il ajouté.  
Il s’est félicité de ce que l’UMP soit « bien au clair dans ses convictions et sa ligne politique » et « que nous n’ayons peur d’aucun tabou ».
Il a fustigé la politique du gouvernement socialiste et a de nouveau dénoncé sa loi « en faveur du mariage pour tous », devant Mme Keller qui avait été l’une des rares parlementaires de son parti à voter pour cette loi.
« L’intérêt national commande d’être rassemblé », a plaidé de son côté M. Fillon, ex-rival de M. Copé lors de l’élection à la présidence de l’UMP fin 2012, pour laquelle copéistes et fillonistes s’étaient accusé mutuellement de tricheries.  L’ancien Premier ministre a ajouté « agir collectivement avec Jean-François Copé comme il le fera mercredi soir lors d’un meeting à Eysines, près de Bordeaux,
avec Alain Juppé.
Appelant les électeurs à administrer « une sévère correction » au pouvoir socialiste à l’occasion des municipales, il a affirmé qu’il n’y avait « pas d’autre choix » pour y parvenir « que d’utiliser son bulletin de vote ».
M. Raffarin a rendu hommage aux deux anciens rivaux et à leur « discours d’hommes d’Etat ». « Ce n’est pas au moment où Jean-François Copé est attaqué que son parti va flageoler », a-t-il ajouté.
« L’UMP et Jean-François Copé cherchent à nationaliser les municipales derrière une unité de façade pour faire oublier leurs déboires éthiques et financiers », a réagi Alain Fontanel, secrétaire national du PS aux Fédérations et maire-adjoint de Strasbourg, dans un communiqué à l’AFP.

 

04 Mar

Municipales : André Kornmann renonce à présenter une liste à Strasbourg

L’éphémère tête de liste Front National à Strasbourg ne présentera pas de liste aux élections municipales, faute d’avoir réuni 32 co-listières (il n’en avait que 24) autour de sa candidature, comme l’exige la loi sur la parité.

André Kornmann

André Kornmann

André Kornmann avait déposé en décembre une question prioritaire de constitutionnalité devant le tribunal administratif, espérant que le loi soit déclarée inconstitutionnelle. Le tribunal l’avait débouté.

Cet avocat de 50 ans avait dû retirer sa candidature en octobre dernier, à la suite de propos polémiques tenus lors d’une conférence de presse. Il prônait notamment l’usage de chiens d’attaque par la police et l’expulsion des HLM pour les familles de jeunes délinquants récidivistes.

Dans son communiqué, André Kornmann appelle à l’abstention au premier tour des élections municipales et donne rendez-vous aux grands électeurs pour les élections sénatoriales en septembre 2014.

 

 

 

 

 

 

 

02 Mar

Municipales à Strasbourg : quand la société civile s’engage

Patrick Roger, 19e sur la liste de Roland Ries (PS) et Eric Senet, 10e sur la liste de Fabienne Keller (UMP Modem)

Patrick Roger, 19e sur la liste de Roland Ries (PS) et Eric Senet, 10e sur la liste de Fabienne Keller (UMP Modem)

 

Cette stratégie d’ouverture à la société civile est valable aussi bien pour la liste socialiste de Roland Ries, que pour l’UMP et Fabienne Keller. Portrait croisé de deux chefs d’entreprise qui se lancent en politique.

Municipales à Strasbourg : la liste complète de Roland Ries présentée

La liste socialiste et républicaine conduite par le maire PS de Strasbourg Roland Ries a été présentée ce dimanche.

Liste Ries

Le maire sortant a pris son temps pour faire connaître la composition définitive de la liste qu’il conduira pour la bataille des municipales. La liste complète dévoilée aujourd’hui comprend 23% de personnes émanant de la société civile.

La liste conduite par Roland Ries

27 Fév

Strasbourg : Chantal Cutajar, ex-adjointe de Fabienne Keller, sera sur la liste de Roland Ries

Chantal Cutajar, ancienne adjointe au maire de Fabienne Keller et tête de liste Modem aux municipales de 2008, sera présente sur la liste du maire PS sortant, Roland Ries.

Chantal Cutajar 2014

Quelques informations avaient « fuité » dans la presse régionale ces derniers jours, mais jointe par téléphone, Chantal Cutajar avait refusé, hier mercredi, de confirmer ou d’infirmer l’information selon laquelle elle allait rejoindre la liste du maire sortant Roland Ries (PS) pour les élections municipales de Strasbourg.

C’est en conférence de presse cet après-midi à l’Art café qu’elle a confirmé l’information, en présence de Roland Ries. Elle serait en 12ème position sur la liste.

Universitaire, engagée dans l’association anticorruption Transparency international, Chantal Cutajar était présente sur la liste municipale de Fabienne Keller et Robert Grossmann, en charge de la sécurité et de la prévention, avant de quitter le Conseil municipal suite à des désaccords à l’automne 2002.

En 2008, elle se présente comme tête de la liste MODEM aux municipales strasbourgeoises et comptabilise 5,74% des suffrages au premier tour.

Réaction de Pascal MANGIN, Conseiller municipal et communautaire UMP, Conseiller régional d’Alsace :

 » Présence de Chantal CUTAJAR sur la liste PS : conflit d’intérêt et remerciement pour service rendu  » 

L’annonce de la présence « en place éligible » de Chantal CUTJAR sur la liste socialiste pour les élections municipales de Strasbourg est un choix des deux parties que nous respectons. Elle n’appellerait pas de commentaires si la question de l’éthique n’était pas au cœur de la campagne électorale strasbourgeoise.

En effet, contrairement aux autres candidats strasbourgeois qui se sont engagés à respecter les préconisations contraignantes de la Charte ANTICOR, le Sénateur-Maire sortant a fait le choix d’adhérer aux préconisations « sur mesure » de Transparency International qu’il est jusqu’alors le seul en France à avoir signé.

Alors que le Sénateur-Maire sortant a plusieurs fois refusé de transmettre aux élus des pièces du dossier de l’affaire dite « de Bamako », alors qu’une procédure pénale est toujours pendante, la présence sur sa liste de Chantal Cutajar, administratrice nationale de Transparency International, manque, en l’occurrence, singulièrement de transparence.

Elle ne peut manquer d’interpeller le conflit d’intérêt entre ses fonctions associatives et son engagement politique.

Les récentes déclarations de Mme CUTAJAR nous indiquent qu’elle se positionne comme le témoin de moralité du Sénateur-Maire sortant. Nous constatons qu’après lui avoir rendu service, en faisant rédiger la charte signée par Roland RIES, elle se voit remerciée par une position confortable sur la liste PS menée par ce dernier. « 

26 Fév

Municipales : Marine Le Pen à Strasbourg pour soutenir Jean-Luc Schaffhauser

présentation liste FN Strasbourg

La présidente du Front National Marine Le Pen est venue ce mercredi soutenir le candidat Jean-Luc Schaffhauser. Celui-ci présentait officiellement sa liste pour le scrutin des 23 et 30 mars. Jean-Luc Schaffauser est crédité de 9,5% des intentions de vote selon le dernier sondage Europe1/Les DNA. Mais la présidente du FN est persuadée qu’il ira au second tour.