03 Juil

Toulouse : levée de fonds de 2,2 millions d’euros pour Pangée, le leader du leasing e-commerce

De gauche à droite : Stéphane Jakubyszin (Directeur général et cofondateur de Pangée) et Julien Guiraud (CEO et cofondateur de Pangée). Crédit : Pangée

Après trois mois de confinement et de crise sanitaire du Covid-19, une levée de fonds d’une startup ne passe pas inaperçue.

Née à Toulouse en 2015, Pangée est spécialisée dans la location longue durée en ligne. La jeune pousse a annoncé ce 29 juin, sa deuxième levée de fonds de son histoire. Un tour de table de 2,2 millions d’euros bouclait avec les fonds d’investissement Irdi Soridec, M Capital, M. Thierry Roussel (Direct Energie, SeniorAdom) et avec la Mutuelle VIASANTE. 

Grâce à cette somme, la starup va pouvoir accélérer le déploiement de ses solutions de leasing pour le e-commerce. Grâce à sa plateforme 100% digitale, les distributeurs et les fabricants peuvent mettre rapidement en place des offres de location longue durée (LLD) sur mesure et prêtent à l’emploi.

Les clients de Pangée proviennent de tous les secteurs d’activités : automobile, sport, habitat, luxe, objets connectés ou encore bricolage. Dernièrement, l’enseigne Décathlon a choisi la plateforme toulousaine pour lancer son offre LLD sur des vélos haut de gamme.

Les innovations de Pangée surfent également sur les modes de consommation. « Les clients souhaitent profiter d’un produit de qualité avec tous les services liés à son usage mais ils n’ont aujourd’hui à leur disposition que des solutions de paiement en 3/4 fois. Notre solution répond enfin à cette attente » précise Julien Guiraud, CEO et cofondateur de Pangée.

Parallèlement, les fabricants souhaitent vendre de plus en plus directement à leurs clients. Un souhait qui s’est accentué avec la crise sanitaire selon les fondateurs toulousains.

La levée de fonds va permettre aussi de recruter 5 développeurs informatiques et intégrer de nouveaux services bancaires. De quoi conforter Pangée comme l’un des leaders français du secteur.

Julien Leroy

02 Juil

Voici la première cartographie de l’écosystème IA de Toulouse

Exclusivité. Le secteur de l’intelligence artificielle prend de plus en plus d’ampleur à Toulouse.

Pour s’y retrouver (et pour le prouver), le collectif « Toulouse is AI » publie ce jeudi 2 juillet, la première carte de l’écosystème IA de la ville rose

« Cette cartographie référence à ce jour 63 petites et moyennes entreprises toulousaines qui fournissent des solutions d’intelligence artificielle ou qui intègrent celle-ci dans leur proposition de valeur. Elles ont donc en commun de faire vivre l’écosystème IA toulousain. » nous explique Phippe Coste, responsable de Toulouse is AI.

Ce travail de recensement a été réalisé avec l’aide d’Aqsone et du Pôle Aerospace Valley.

A terme, Toulouse veut devenir l’une des capitales françaises de l’IA.

C’est pourquoi en avril 2019, les collectivités, les chercheurs et les entrepreneurs se sont unis pour ne pas rater ce virage technologique. Le cercle de réflexion baptisé « Toulouse is AI » a ainsi, vu le jour pour fédérer et animer le secteur.

A l’heure de la reprise économique après trois mois de confinement, le second objectif de cette initiative est « de mettre en avant cet écosystème innovant et dynamique à l’heure d’une nécessaire relance » conclut Phippe Coste.

>> Cartographie de l’écosystème IA de Toulouse : cliquez ici

Julien Leroy

30 Juin

Une vidéo parodique sur un nouveau fast-food à Millau cartonne sur le web

21 ans après le célèbre démontage du Mc Donald’s, un nouveau fast-food va débarquer à Millau, le Burger King. Pour dénoncer cette installation, les Aveyronnais des « Amis du lobbie » se sont amusés à réaliser une vidéo décalée où des Millavois seraient heureux de cette ouverture. La parodie fait le buzz avec plus de 450.000 vues en moins de 4 jours.

Nouveau coup d’éclat de la web-série aveyronnaise « Ami des lobbies ».

Depuis mars 2019, cette création 100% Aveyronnaise cherche à sensibiliser le grand public à l’environnement et à la surconsommation en employant l’autodérision et l’humour décalée. Chaque vidéo met en scène des lobbys faisant l’éloge de la destruction écologique. La recette cartonne sur le web avec plus de 2 millions de vues.

La web-série ne pouvait pas passer à côté de la construction d’un nouveau fast-food à Millau. En effet, Burger King vient d’annoncer son implantation dans la sous-préfecture aveyronnaise pour 2021. Tout un symbole dans une ville qui a vécu le démontage d’un restaurant Mc Donald’s en 1999 par José Bové et des altermondialistes.

Le réalisateur Jérémy Bismuth et les acteurs Laura Flahaut Hadi Rassi, ont alors imaginé un faux reportage TV où des Millavois campent déjà sur le terrain qui accueillera le fast-food. 

Sous forme de micro-trottoir, chaque figurant explique pourquoi il attend, avec impatience, l’arrivée du Burger King. Tous les clichés sur la restauration rapide et la malbouffe y passent. Humour décalée et fous-rires assurés !

Ce sont des restaurants comme le Burger King qui vont leur envoyer les patients : diabète, cholestérol, maladie cardiovasculaire… C’est la restauration qui soutient l’hôpital, c’est ça la solidarité ! (parodie)

Postée le 26 juin sur les réseaux sociaux, la vidéo fait le buzz. Elle totalise déjà plus de 450.000 vues sur Facebook et YouTube.

Julien Leroy

27 Juin

Tourisme : Exod.app, l’application (quasiment parfaite) pour trouver une activité sur Montpellier

A Montpellier, une jeune startup spécialisée dans le e-tourisme, lance « Exod.app ». Cette application mobile recense à la fois les activités touristiques, sportives et culinaires à faire dans la région Montpelliéraine. Le guide parfait (et gratuit) pour sortir entre amis ou en famille.

Qu’est ce que l’on fait ce week-end ? Je reçois de la famille, qu’est ce que je vais pouvoir leur faire visiter ? Quelles activités on pourrait faire ensemble ? Nous sommes des milliers à se poser ces questions. C’est en faisant ce constat que trois entrepreneurs Héraultais ont décidé de lancer « Exod.app« , ce vendredi 26 juin 2020.

Cette application mobile recense à la fois les activités touristiques, sportives et culinaires à faire dans la région de Montpellier.

A ce jour, le guide liste une centaine d’idées de sortie classée en quatre catégories : Fraîcheur (pour les lacs, rivières et plages), Outdoor (pour les randonnées, activités sportives en extérieur, etc.), Indoor (pour toutes les activités en salle) et Gourmand (pour les dégustations des produits du terroir, fromages, huile d’olive, vins, huîtres, bières, etc.).

« Les gens aiment être surpris et sont à la recherche d’idées de sorties tous les jours. Nous avons créé l’app la plus intuitive possible qui apprend de vos préférences pour vous proposer de manière aléatoire les meilleures activités à découvrir autour de là où vous êtes » précise Eric Gérardin, cofondateur de Exod.app.

Certes, l’application est loin d’être innovante mais elle présente la particularité de réunir une multitude d’idées sur un même support. Totalement gratuite, la plateforme veut également aider à relancer le tourisme local après 3 mois de confinement contre le Covid-19. 

« 70% des touristes qui viennent à Montpellier sont hébergés chez des amis ou de la famille. Il faut donc les occuper et leur permettre de découvrir le territoire de manière ludique et efficace. Avec la crise que le secteur vient d’endurer augmenter sa visibilité digitale est un vrai plus pour les prestataires » complète Florian Colas, un autre cofondateur. D’ailleurs, Exod.app est soutenu naturellement par l’office de tourisme de Montpellier.

Les 3 concepteurs de ce guide numérique ne sont pas à leur première innovation. Ils sont déjà à la tête de deux start-up spécialisées dans la traveltech : GénérationVoyage.fr est un blog de voyage qui totalise 18 millions de vues par an; et Sportihome.com, une plateforme de logements entre sportifs. Le trio a également conçu en mai dernier, un générateur de voyage pour (re)découvrir les trésors de la France

En attendant que l’application propose d’autres villes françaises, les Montpelliérains peuvent la tester sur : https://exod.app.

Julien Leroy

23 Juin

Municipales 2020 à Toulouse : un podcast ludique pour découvrir les programmes de Jean-Luc Moudenc et d’Antoine Maurice

Pour aider les Toulousains à élire le maire de la 4e ville de France, les podcasts « C’est quoi le programme » reviennent pour le deuxième tour des municipales prévu ce dimanche 28 juin.

© Romain Berchet / Maxppp – La place du Capitole à Toulouse

Le studio toulousain Qude propose gratuitement des podcasts pour découvrir de façon ludique, le programme des candidats aux élections municipales 2020 de Toulouse.

Ainsi, les Toulousains peuvent écouter les idées de Jean-Luc Moudenc (maire sortant Les Républicains – Liste « Aimer Toulouse ») et d’Antoine Maurice (EELV – liste « Archipel Citoyen »).

Ces podcasts ont été imaginés par Mathieu Viguié et Milia Legasa.

Le premier est ingénieur du son et ex-animateur radio, la seconde est journaliste. Tous deux ont l’ambition de réveiller la curiosité politique des habitants de la ville rose, notamment les plus jeunes.

« Comme ils écoutent des podcasts, c’est une façon de leur donner un lien avec les municipales, leur donner envie d’aller mettre un bulletin dans l’urne » assure le duo. Le podcast est ainsi un format plus actuel, plus ludique, que les traditionnels prospectus et meetings.

Les 2 auteurs avaient lancé leur initiative lors du 1er tour des Municipales, en mars 2020. 10 têtes de liste s’étaient alors prêtés au jeu.

Pour écouter les podcasts des 2 candidats du second tour :

Julien Leroy

11 Juin

Culture geek : assister (gratuitement) à un concert des Toulousains de « Neko Light Orchestra » ce dimanche 14 juin !

En attendant la reprise des tournées, les Toulousains de « Neko Light Orchestra » proposent gratuitement un concert en ligne ce dimanche 14 juin. Ce groupe est spécialisé dans les reprises musicales des films d’animations, de science-fiction et de jeux vidéo. Né dans la ville rose, c’est le plus grand groupe musical geek de France.

© Christian AUDIAU

A Toulouse, la musique se déconfine peu à peu avec des concerts à distance. Un nouveau rendez-vous musical est organisé par « Neko Light Orchestra » ce dimanche 14 juin à 20h30.

Né dans la ville rose, ce groupe de rock mélodique réinterprète les bandes originales de films d’animations, de science-fiction et de jeux vidéo. Leur univers s’étend de Star War à Game of Thrones en passant par Harry Potter et les animations japonaises d’Hayao Miyazak. En 9 ans d’existence, il est devenu le plus grand groupe musical geek de France.

En attendant la reprise des tournées, la formation toulousaine propose le 14 juin, son concert des « Echos de la Vallée du Vent, des Lucioles & du Soleil Levant‘.

Ce live reprend la musique des chefs d’œuvres de l’animation japonaise dont ceux des studios Ghibli (Hayao Miyazaki).

Le spectacle sera joué et retransmis en direct « depuis un studio de cinéma, avec lumières de concert, 10 caméras qualité télévision, piano à queue et un écran led géant derrière les musiciens » précise le manager, Nicolas Chaccour. 

Pour le public, il suffit de rester dans leur salon et se connecter à 20h30 sur la plateforme Twich.tv. (durée : 1h45)

Teaser :

Julien Leroy

 

06 Juin

Tarn : « Geek Junior » lance le premier magazine qui développe la culture numérique des ados

Basé à Gaillac, dans le Tarn, Geek Junior est à la fois un site de sensibilisation et un site d’actualité sur le numérique, les jeux vidéo et les applications. Destiné aux adolescents, le média est désormais disponible en version magazine. Unique en France, le premier numéro est sorti mi-mai. 

© Geek Junior

Après le site web, voici le magazine !

C’est le virage inattendu pris par le Tarnais Christophe Coquis.

Depuis 2015, ce journaliste anime un site unique en France : Geek Junior.

Il s’agit à la fois d’un site de sensibilisation et d’un site d’actualité sur le high-tech, les nouveaux jeux vidéo et sur les applications à destination des adolescents.

L’originalité du média est de s’adresser directement aux 10-15 ans. « Cela n’existait pas alors que c’est le moment où il gagne en autonomie numérique » précise Christophe Coquis, père de deux adolescents.

Entièrement gratuit, le site totalise aujourd’hui, 3000 articles et 100.000 visites par mois. Un vrai succès.

Mais « après 5 ans à faire une veille sur l’éducation numérique, j’ai perçu le besoin, de la part des parents, des éducateurs et des ados d’aller plus loin qu’un site web » raconte son fondateur.

Un magazine (papier)

Christophe Croquis s’est ainsi lancé le pari (un peu fou) de lancer un magazine papier.

Après des mois de travail, le premier numéro est sorti ce 12 mai 2020.

La déclinaison papier suit la même ligne éditoriale que le site web.

« Ce mensuel a pour objectif de développer la culture numérique des 10-15 ans avec une approche pratique des outilsUne partie du magazine est constituée de tutoriels pour que les ados puissent devenir acteur de leurs pratiques numériques et pas seulement des consommateurs passifs » » explique le journaliste.

Le premier opus tient toutes ses promesses. Les 32 pages entièrement en couleurs, offrent une mise en page ludique et un contenu enrichissant. On est rapidement absorbé même on n’est pas le lecteur cible.

Pour se lancer dans cette nouvelle aventure, Christophe Croquis a dû lancer une campagne de financement participatif (plus de 160.000 euros récoltés) et nouer des partenariats avec Eyrolles, Mailo, La souris grise ou encore la Cité des sciences et industries.

Disponible uniquement sur abonnement, Geek Junior espère atteindre rapidement la barre des 1000 abonnés.

En attendant, le média tarnais est en plein bouclage du numéro 2 prévu pour le 12 juin prochain.

Au menu de ce nouveau mensuel : un dossier sur comment créer sa musique avec son smartphone, quelles sont les traces numériques que tu laisses sur le web, des infos pratiques pour les parents et comment gérer sa messagerie en toute sécurité

Plus d’info sur www.geekjunior.fr

Julien Leroy

05 Juin

Piratage informatique : le site web de la mairie de Toulouse est (enfin) réparé !

© JL / France 3 Toulouse

Bonne nouvelle pour Toulouse et ses habitants. La quatrième ville de France a retrouvé son site web ce jeudi 4 juin.

Depuis le 29 avril 2020, le site officiel de la mairie de Toulouse était hors-service en raison d’une maintenance. Cette dernière aura duré 36 jours ! Une éternité en informatique. 

Dès le jour de la panne, la mairie parlait d’une maintenance de sécurité prévue depuis longtemps. Mais 12 jours plus tard, la ville admet que ses pages web ont été victimes d’un piratage informatique

« Au terme du diagnostic technique, il apparaît que les sites internet de la Mairie de Toulouse et de Toulouse Métropole, actuellement en maintenance sécurité, ont été, tous deux, victimes d’une attaque malveillante » avait annoncé le Capitole. 

Une plainte est aussitôt déposée et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) saisie. 

Une cyber-attaque sur une collectivité locale n’a rien de nouveau. Mais au fil des jours, plusieurs experts en sécurité informatique s’interrogent sur le délai de réparation anormalement long. En effet, il ne faut que quelques jours pour remettre un site en route. Lire notre papier du 28 mai : « Que pourrait cacher le piratage du site de la mairie de Toulouse, en (longue) maintenance depuis plus d’un mois ?« .

A ce jour, impossible de connaître les causes réelles de cette panne historique. En attendant, les Toulousains peuvent (enfin) retrouver toutes leurs infos pratiques (inscription scolaire, élections, ouverture des sites municipaux,…)

Julien Leroy

04 Juin

Confinement : des habitants d’Occitanie sont devenus des champions de la… marche à pied !

Coronavirus. Pendant les 2 mois de confinement, les Français ont beaucoup marché… notamment en Occitanie. Certains départements de la région sont devenus des champions nationaux de la marche à pied selon un palmarès établi par l’application WeWard.

© Philippe Turpin/ MAXPPP

Télétravail, déplacement limité à 1 km, transport à l’arrêt,… durant 2 mois, la France a vécu à l’heure du confinement pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

Alors, les Français se sont mis à marcher et à courir… particulièrement en Occitanie.

4 départements de la région se classent dans les 10 premiers du palmarès national établi par le cabinet Emerton Data et l’application WeWard (qui récompense ses utilisateurs pour chaque pas effectué dans la rue).

La Lozère et l’Ariège dans le TOP 4 !

En effet, les habitants de la Lozère (3e), de l’Ariège (4e), du Lot (5e) et de l’Aveyon (7e) figurent parmi les meilleurs marcheurs durant la première quinzaine d’avril 2020. 

Selon les statistiques de WeWard, un Lozérien a effectué en moyenne, 6222 pas par jour. Il se classe ainsi derrière le Cantal (2e avec 6432 pas) et les Hautes-Alpes (champion de France avec 6460 pas en moyenne). 

L’Ariège fait quasiment aussi bien avec 6105 pas quotidiens. Le Lot est à 6097 et l’Aveyron à 5942.

Par contre, les habitants de la Haute-Garonne ont boudé cette activité. Ils se classent dans les trois derniers avec seulement 4109 pas. L’Hérault (4626), les Hautes-Pyrénées (4613), Le Gers (4686) ne font guère mieux.

Sur la deuxième quinzaine du mois d’avril, le classement change mais l’Occitanie reste dans le haut du tableau. L’Ariégeois prend même la troisième marche du podium avec une moyenne journalière de 6578 pas.

Pourtant, ce regain d’intérêt pour la marche à pied n’a pas été immédiat.

Sur les 15 premiers jours du confinement en mars 2020, l’activité pédestre a chuté en moyenne à 2000 pas par jour dans l’ensemble des départements de la métropole.

Puis, les Français se sont mis à marcher et à courir. « Fin avril, les trajets piétons de proximité ont retrouvé leur niveau d’avant confinement, autour de 5500 pas/jour » précise Tanguy de La Villegeorges, Co-fondateur de WeWard.

1 Français sur 4 veut marcher d’avantage après le déconfinement

Pour parvenir à ses statistiques inédites, l’application parisienne se base sur des données anonymisées issues de ses 140.000 utilisateurs. Un panel composé « d’individus plutôt urbains et dans la tranche d’âge 18-45 ans » précisent les fondateurs

Même si l’échantillon est loin d’être exhaustif, ce palmarès révèle que la marche est de plus en plus plébiscitée par les Français, y compris avec le déconfinement. D’ailleurs, un sondage de la Prévention routière publié ce jeudi 4 juin, annonce que 24% des Français veulent désormais marcher davantage.

Une bonne nouvelle car l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) estime que marcher au moins 30 minutes par jour (environ 3500 pas) contribue à réduire le stress et lutter contre les maladies cardiaques.

Julien Leroy

27 Mai

Tourisme : (re)découvrez les trésors cachés en France grâce à ce générateur d’idées de voyage

Deux jeunes entrepreneurs de Montpellier ont conçu explorelafrance.fr. Ce générateur propose (gratuitement) des idées de voyage pour (re)découvrir la France. Une initiative qui permet de relancer le tourisme après deux mois de confinement.

© ExploreLaFrance.fr

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, les acteurs de l’écosystème numérique d’Occitanie multiplient les initiatives solidaires. Certains ont créé une plateforme pour récolter les dons de masques pour les hôpitaux. D’autres ont offert gratuitement leurs innovations ou leurs compétences pour les petits commerces.

La dernière idée nous vient de Montpellier avec le site web explorelafrance.fr afin de soutenir le tourisme en France.

Confinés (par hasard) sous le même toit, Eric Gerardin (CEO du blog de voyages GénérationVoyage.fr) et Sylvain Morel (co-fondateur de la plateforme de logements entre sportifs Sportihome.com) ont conçu un générateur d’idées voyage « qui permet de découvrir, en un seul clic et de manière aléatoire, des destinations originales partout en France«  explique le duo.

« La France regorge de trésors cachés, cet été sera l’occasion pour les millions de Français de les (re)découvrir !« 

En raison des mesures de déconfinement, l’outil offre la possibilité de filtrer les résultats dans un rayon de 100 km autour de son domicile. Il comprend également des fonctions de favoris et de partage. L’utilisateur peut aussi indiquer, sur chaque point d’intérêt proposé, s’il a déjà visité ou non ce lieu.

A ce jour, 1700 sites touristiques célèbres ou méconnus, sont recensés par #ExploreLaFrance.

La base de données est alimentée par les deux fondateurs mais aussi par les offices du tourisme. L’occasion pour ces dernières de promouvoir leurs destinations et relancer le secteur sinistré par des semaines de confinement.

« L’année 2020 se dirige vers un tourisme 100% franco-français avec plus des 2/3 de ceux qui pourront partir qui opteront pour une destination montagne ou campagne. Pour ceux qui ne pourront pas partir, ils profiteront de découvrir leur territoire à 2h maximum de voiture de chez eux » précisent Eric Gerardin et Sylvain Morel.

>> www.explorelafrance.fr

Julien Leroy

RSS